Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00203
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: October 6, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00203
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE VA JEUNESSE.
DES ARTS ET DES LITTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8').


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'I MiaMATION


BULLETIN


DE


PRESS


,6 octobre 1947


QUOTI


ETRANG


Nouvelle Serie No 786


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) Avant les elections municipales en France (Ti-
mes, 4/10).
b) Avant les elections sarroises (Manchester Guar-
idln, 3/10).
c) L'avenir de 1'Allemagne (Times, 4/10).
11. PRESS AMERICAINE.
Les elections au Conseil de s6curitk (New York He-
rald Tnlbune, 3/10).
III. PRESS SOVIfTIQUE.
IV. -- PRESS SUISSE.
a) L'aide am6ricaine i 1'Europe (La Tribune de
Genlue, 3/10).
b) Le sort des colonies italiennes (Gazette de Lan-
sanne, 4/10).


I. PRESS BRITANNi~UE

Revue de la press britannique du 4 octobre 1947
La press de ce martin done encore la vedette aux ques-
tions d'ordre int6rieur : organisation du recrutement de la
main-d'oeuvre, congress conservateur. Elle met en vedette
les declarations de M. Isaacs d'aprts lesquelles les organi-
sations charges de la distribution des emplois devront
s'efforcer de tenir compete, dans toute la measure du possible,
des aptitudes et de 1'exp6rience individuelles. Les industries
de base seront les premieres a b6ndficier de cette nouvelle
organisation.
Le Congres conservateur occupe une place important
dans la press qui announce que le parti de M. Churchill a
decide de constituer un fonds de un million ,de livres pour
la prochaine champagne electorale. /
Elle signal que M. Churchill a Wet nomm6 citoyen d'hon-
neur de la ville de Brighton.
La France fournit mati&re a quelques articles. En poli-
tique exterieure, les autres questions sont : la Palestine, la
Ruhr, 1'O.N.U., l'Inde, les colonies italiennes qui ne font
l'objet que d'articles de pure information.
1. France
Le e Times ), le ( Manchester Guardian, le ( News Chro-
-iicle a, le e Daily Herald a consacrent d'assez longs articles
A la champagne lectorale frangaise. Ces journaux mettent


en relief les declarations faites hier par M. Thorez et an-
nofcent que le general de Gaulle prendra la parole diman-
che prochain au course d'un meeting du R.P.F.
Le correspondent du a Times D souligne l'lmportance des
prochaines elections municipales (voir I'article "plus loin).
Le correspondent du a Manchester Guardian expose
point par point les declarations de M. Thorez et rend hoim-
mage a son eloquence simple et directed. L'atmosph&re de
devotion envers le chef et la bonne camaraderie mutuelle
r6gnaient encore aprbs le meeting quand la foule s'engout-
fra dans le metro en chantant 1' i Internationale ), peut-
etre avec assez peu d'A-propos puisqu'elle venait justement de
promettre A son chef de d6fendre a l'ind6pendance fran-
qaise remarque ce correspondent.
Le News Chronicle ) signal d'autre part que, d'apres
un sondage de l'opinion, la popularity du g6enral de Gaulle
n'aurait cess6 de grandir depuis le mois de juin dernier,
tandis que celle de M. Ramadler aurait dininud rftullfre-
ment.
R. Matthews, dans le a Daily Herald n, craint que des
incidents ne se produisent dimanche prochain entire les re-
pr6sentants du R.P.F. et les communists.
Il estime que le discourse du g6enral de Gaulle sera d'une
importance particulidre 6tant donn6 qu'il sera le dernier que
celui-ci prononcera avant la grande 4preuve de force du
19 octobre.
Le ( Manchester Guardian ), le a News Chronicle ) con-
sacrent deux brefs articles a la situation financiLre de la
France.
D'aprs le premier journal, le D6partement d'Etat am6-
ricain esn6"rrait pouvoir mettre imm6diatement 50 mil-
lions de dollars h la disposition de la France.
Gelder, dans le o News Chronicle a met en vedette l'appel
adress6 par M. Bidault i M. Snyder et signal que cet
S.O.S. de la France est la premiere question qui sera 6tudl6e
au conseil de cabinet americain qui se tiendra aujourd'hul.
Le a Manchester Guardian ) announce un rebondisseinent
du scandal des vins.
2. Sarre.
Le correspondent du < Times a a Berlin announce que
certain parties sarrois se d6clarent convaincus du d6sir de
la population de rester allemande, desir qu'elle ne pourralt
iai--e conmaitie que par un referendum libre et secret. Cette
attitude des parties mettrait en question la constitution du
Landtag de la Sarre et cette decision ne manquerait pas
d'tre rejet6e par le future gouvernement allemand, crdant
ainsi une nouvelle cause de conflict entire la France et I'Alle-
magne.
Toutefois, il est possible que cet appel lanc6 dans la zone
orientale, don't l'origine russe est evidente, influera sensi-
blement sur les elections de. dimanche.
Le parti populaire chretien, les social-democrates et lea dd-
mocrates sont tous en faveur d'une union dconomique avec


_ __ I
__ L I








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS IETRANGIRE


la France et ce correspondent rappelle que ces trois parties
avalent obtenu 91 % des voix aux dernieres elections.

3. Ruhr.
Le correspondent du ( Manchester Guardian a A Dus-
seldorf souligne l'inquidtude cause en Allemagne et parti-
culierement dans la Ruhr par le programme de demantele-
ment amdricain. Il fait part des indications du ministry
de 1'Economie de la Rh6no-Westphalie du Nord d'apris les-
quelles 11 lui serait impossible de fixer un programme in-
dustriel dtant donni qu'il ne salt pas combien d'usines
continueront a fonctionner.
Le correspondent diplomatique du a Daily Worker ) dd-
clare que, lors des conversations qui s'ouvriront a Was-
hington le 8 octobre entire les repr6sentants anglais et am6-
ricains, la Grande-Bretagne remettra d6finitivement le con-
trble de la zone occidentale entire les mains des Ameri-
catns.
Parlant de la position de la France sur cette question,
le a Daily Worker )a crit qu'il est remarquable que les pro-
testations indigndes du Qual d'Orsay ne soient pas prises
tras au sdrieux et 11 ajoute qu'en France on reconnalt que
I'enthousiasme de M. Bidault pour le plan Marshall ne
cadre pas avec ses declarations centre la restauration d'une
Allemagne capitalist puissante.
I1 conclut : a On compreid parfaitement a Paris que le
plan Marshall suppose la reconStruction prioritaire de 1'Al-
lemagne v.
4. Nations Unies

Al. Cook, dans le ( Manchester Guardian a souligne qu'une
detente eat intervehue dans la bataille entire l'Est et
1'Ouest.
5. Indes.

Le Daily Telegraph ) announce que le chef d'Etat-Major
de lord Mountbatten s'est entretenu avec M. Jinnah avant
ae se rendre A Londres. D. Brown envoie des articles sou-
lignant la grande importance de ce voyage. Selon lui, lord
Ismay mettra le gouvernement britannique au courant des
rapports qui existent actuellement entire l'Inde et le Pakis-
tan et des chances qu'ont les deux Dominions d'!laborer une
politique commune.

6. Colonies italiennes

Le correspondent diplomatique du a Times a announce 1'ou-
verture de la Conf6rence sur les colonies italiennes et ex-
pose les probl6mes que les d6elguds auront A debattre.

7. Hollande.
La press announce que la princess Juliana a 6td nommde
rdgente provisoire.

a) ALVANT LES ELECTIONS MUNJCIPALES EN FRANCE (Times,
4/10) ;

a Jusqu'A maaintenant, les elections municipales
avaient 6t6 surtout une question d'inter6t local oi la
politique n'avait guere de place. Aujourd'hui, on est
en g6n6ral d'accord pour dire que les elections muni-
cipales se d6rouleront sur le plan politique. Etant
donn6 qu'il n'y a pas d'elections g6n6rales en perspec-
tive, le choix des conseillers municipaux sur les listes
present6es par les parties constitute en quelque sorte un
referendum national qui apportera la predominance
politique au parti qui obtiendra le plus grand nombre
d'llus...
Quel que soit le r6sultat des elections et la plu-
part des observateurs politiques frangais pensent
qu'elles n'ameneront pas de grands changements le
m6contentement actuel du pays et le sentiment g6n6ral


d'incertitude a l'Bgard de l'avenir favorisent au moins
les campagnes electorales des communists et du
R.P.F. D
(Du correspondent du Times A Paris.)

b) AVANT LES ELECTIONS SARROISES (Manctlester Guar-
dian, 3/10, liberal) :
< Si le rattachement bconomique de la Sarre A la
France est approuv6, il sera alors difficile de croire
qu'un rattachement politique, tout au moins un ratta-
chement assez lche, ne s'ensuivra pas. Ce n'est pas 1l,
bien entendu, l'intention du gouvernement francais don't
les porte-parole ont d6clar6 A plusieurs reprises que la
Sarre est allemande et que la France ne desire aucune-
ment inclure une minority allemande A l'interieur de
ses frontieres. NBanmoins, il semble peu probable qu'une
Sarre soumise au contr6le de la France sur le plan eco-
nomique et jouant un r6le important dans l'6conomie
frangaise pourrait continue A jouir sur le plan poli-
tique d'une ind6pendance plus grande, par example,
que celle de l'Andorre.
Aussi les elections de dinanche auront-elles proba-
blement des consequences importantes et durables.
Mais il serait insens6 d'accorder trop d'importarice bi
ces elections, car en fait le r6sultat de la consultation
n'est pas douteux. Le gouvernement francais est r6solu
A ce que la Sarre soit rattachee Bconomiquement a la
France. Les gouvernements anglais et am6ricain se sont
prononces en faveur de cette measure et la grande ma-
jorit6 des 850.000 habitants de la Sarre semblent l'ap-
prouver 6galement.
A vrai dire, le resolution de ce probl6me depend
en dernier resort de la decision quadripartite du Con-
sell des ministres des Affaires 6trangbres, et un porte-
parole du Quai d'Orsay a d6clar6 que la France sou-
mettra une fois de plus ses revendications au Conseil
lorsqu'il se r6unira A Londres en novembre... Cepen-
dant, la decision que prendra le people sarrois diman-
che n'aura probablement d'autre effet que de renforcer
la position de la France...
(Du r6dacteur diplomatique du Manchester Guar-
dian.)

c) L'AVENIR DE L'ALLEMAGNE (Times, 4/10)

...Tous les hommes d'Etat qui participeront a la
Confi'rence de Londres ont fait savoir nettement qu'ils
pensaient que si l'on ne parvenait pas A un accord
quadripartite au sujet de I'Allemagne, cet echec serait
d6sastreux pour la paix et le bien-6tre de 1'Europe. Ce-
pendant, il serait t6m6raire de supposed qu'aucun de
ces hommes d'Etat pense maintenant que la Conference
de Londres fournira le genre d'accord qui permettrait
le r6tablissement d'une Allemagne unifi6e. Les chances
de succAs paraissent maintenant si minimes que les
gouvernements militaires britannique et am6ricain ne
semblent plus consid6rer la fusion des zones occiden-
tales comme un pis-aller, mais plut6t comme une solu-
tion f6conde et constructive...
II faut avant tout que les erreurs du passe servent
A quelque chose et que l'on parvienne A un accord
sur I'Allemagne don't tous comprennent la n6cessit6. On
peut done s'attendre A ce que chaque parties vienne a
la Conference de Londres avec des plans ;etablis de
fagon A rejeter le poids de 1'6chec si 6chec il y a -
sur l'autre partie...
Existe-t-il une autre solution qu'un accord quadri-
partite ? II n'y a pas lieu de se r6jouir de la r6ponse
que l'on pourrait apporter A cette question. A l'heure








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS A RANGOBRE


actuelle, il semble tris probable que les Etats-Unis,
avec la cooperation active de la Grande-Bretagne, et
peut-tre celle de la France, proc6deront A 1'6tablisse-
ment d'une Allemagne occidentale unifiee ayant sa ca-
pitale politique a Francfort-sur-le-Main. Meme si l'on
n'admettait pas alors I'existence d'une rupture d6fini-
tive de 1'unii6 quadripartite, et si la commission de
contrble interalli6 de Berlin continuait d'exister si-
non de fonctionner le partage de l'Ailemagne serait
alors assure ,pour longtemps. On pourrait s'attendre a
ce que les 45 millions d'Allemands qui vivent dans les
trois zones occidentales s'integrent dans la structure
economique et politique de l'Europe occidentale et
s'attachent d'abord A vivre dans ce cadre plut6t qu'A
chercher A s'unir de nouveau avec les 20 millions d'Alle-
mands qui habitent la zone orientale. Mais la configu-
ration geographique de l'Allemagne ainsi que tous les
examples que I'on peut trouver dans l'histoire vont a
l'encontre d'un changement aussi revolutionnaire... II
y a, en effet, tout lieu de croire que ce nouvel Etat
allemand chercherait toujours et avant tout A letter
pour sa reunion avec les provinces centrales et orien-
tales...
Les arguments economiques qui s'opposent A un par-
tage ne sont pas moins forts. L'Allemagne occidentale
et 1'Allemagne orientale constituent les parties d'un
tout bconomique et social qui ne peut &tre divis6 sans
que chacune subisse de lourdes pertes. Permettre ou en-
courager ce partage, s'il est possible de 1'eviter, revien-
drait A nier tous les grands principles sur lesquels la
prosp6rit de l'Europe peut etre restauree. La certitude
que l'on a que l'Am6rique sera oblige d'aider large-
nient cet Etat allemand de l'Ouest, sinon continuelle-
ment, tout au moins au debut, en est une preuve suffi-
sante...
II suffit de dire que le partage prolong de 1'Alle-
magne et tous les grands hommes* d'Etat actuels l'ont
dit ne peut etre considered comme 6tant compatible
aeec le retour de la stability social, morale et 6cono-
mique en Europe. Seuls les efforts les plus acharn6s et
les plus sinceres de la part de tous les int6ress6s evi-
teront le partage qui dolt decouler d'un checkc de la
Conference de Londres en novembre. On dispose en-
core d'un peu de temps pour r6fle.chir et il existe une
chance d'eviter ce partage. Mals, comme l'a dit recem-
ment M. Bevin, c'est probablement la derniere chance
qui s'offre A nous et une lourde responsabilit6 pesera
sur toute puissance int6ressee qui ne voudra pas la
saisir.



II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press americaine du 3 octobre 1947

1. Entrevue Bidault-Truman

La plupart des journaux reproduisent des depeches d'agen-
ces sur la visit que M. Bidault a rendue au President
Truman et les grands journaux de 1'Est reproduisent de
longs articles de leurs correspondent sp6ciaux a Washington
qu'ils mettent en vedette sous des titres tels que : ( M. Bi-
dault declare que Paris n'aura plus de dollars apres le 1"'
novembre >; a M. Bidault enumere les besoins frangais >;
u M. Bidault manifesto sa confiance dans l'aide amdri-
caine >.
Le a New York Herald Tribune a rapporte les declara-
tions faites par M. Bidault a sa sortie de la Maison Blanche,
indiquant qu'il avait bon espoir d'obtenir l'aide americaine
don't la France a besoin dans les prochaines semaines. II


rapporte 6galement que M. Bidault a remerci6 le Pr6sident
pour l'aide que 1'Amerique avait d6ja fournie a la France.
Le correspondent du ( New York Times ), come son col-
legue du ( New York Herald Tribune a, estime que la France
a besoin de recevoir 120 millions de dollars par mois durant
la period interimaire qui precedera l'entree en vigueur du
plan Marshall. Tous les correspondents reprennent les decla-
rations du ministry des Affaires 6trangeres annongant que
la France sera obligee de r6duire ses importations essen-
tielles apres le 1er novembre si elle ne regoit pas d'ici 16 une

aide financiere. Ces measures s'ajouteraient a la suspension
(es importations de coton et de cuivre americains en vigueur
depuis le debut de septembre.
La plupart des correspondents notent que M. Bidault s'est
entretenu egalemnet avec M. Anderson, ministry de 1'Agri-
culture et M. Lovett, secretaire d'Etat interimaire et font
un expose objectif de la situation financiere frangaise sans
ajouter de commentaires. Le correspondent de ( Wall Street
Journal ) announce que le Departement d'Etat fera connaitre
d'ici une quinzaine de jours l'aide qu'il peut apporter a la
France qu'il value a 50 millions de dollars.

2. Aide americaine
De nombreux articles et dditoriaux sont encore consacres
aux problems que pose l'aide amBricainf. a l'Europe. Les
editoriaux du ( New York Times a, du a Philadelphia Inqui-
rer ) et du a Saint-Louis-Post-Dispatch a considerent que le
programme volontaire de rationnement qui a ete presented
au people americain ne donnera pas les resultats escompt6s
et qu'il sera alors necetsaire de passer a un rationnement
obligatoire. Les correspondents politiques de Washington
attendent beaucoup des voyages d'inspection que font en
Europe les representants du Congres. Ils estiment generale-
ment que leur influence sera portee sur les Commissions
financieres et des Affaires 6trangeres qui se reuniront le
mois prochain.
De Londres, Kuhn, correspondent de a P. M. >, signal
que deja certain de ces representants, ayant constat6 de
visu la crise europeenne, se montrent plus favorables a ac-
corder les credits americains pour la reconstruction euro-
peenne. M. Herter, president d'un de ces groups de repre-
sentants qui, selon Kuhn, etait tout d'abord oppose a des
secours americains, aurait change d'avis et reconnu que
l'Europe ne pouvait pas attendre sans aide 1'entree en vi-
gueur du plan Marshall. Le Comite Herter examine les pos-
sibilites de faire identifier par la Tresorerie americaine le
capital frangais non declare qui se trouve en Amerique et
qui est value a un milliard 300 millions de dollars.
Kuhn estime que le Comite Herter serait sir de recevoir
un appui populaire tres etendu s'il refusait de proteger les
Prancais qui placent leurs richesses au-dessus de leur patrio-
tisme a.
La press du centre, et en particulier le a Chicago Tri-
bune ), se montre toujours peu favorable A une aide A 1'Eq-
rope. Ce dernier dit dans son editorial d'aujourd'hui a le
problem europeen est un problem de production : il ne
sera resolu que par une banqueroute americaine, resultat de
I'aide que l'on donnerait aux EuropCens qui sont trop pares-
seux, incompetents ou desorganises pour retablir leur pro-
duction par eux-memes >.

3. L'intervention du delegue bulgare a I'O. N. U.
Cette intervention est reprise par la plupart des journaux,
qui relevent les accusations de ses delegues contre le gouver-
nement americain. M. Merovah aurait declare que les U.S.A.
cherchent a etablir des bases militaires et navales en Grece
dans le but d'influencer la politique des Etats du Proche
Orient.
Le ( Washington Post ) consacre par ailleurs un editorial
au geste des senateurs americains qui ont depos6 une cou-
ronne sur la tombe de Petkov. Il estime qu'il 6tait opportun
de souligner que les Americains compatissent avec les vic-
times de l'intolerance communist -et apres avoir rappel6
que le Gouvernement americain venait de reprendre les rela-
tions diplomatiques avec la Bulgarie, 11 conclut : ( I1 ne peut
cependant pas etre question de relacher l'opposition que nous







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGItRE


laisons a l'entree de la Bulgarie dans les Nations-Unies car
elle est place sous le control d'un regime mal6fique et qui
viole ses traits. a

LES ELECTIONS AU CONSEIL DE SECURITY (New York
Herald Triibune, 3/10).
( ...II s'esi aver6 impossible jusqu'a present d'6lire
lous les membres du Conseil 'de s6curit6 parce que ,les
puissances d6mocratiques refuseni de substituer
rUkraine A la Pologne.
La politique am6ricaine dans cc dernier cas est un
pen difficile a suivre. S'il 6tait indiqu6 ude faire echec a
la tentative sovi6tique visant h modifier 1'6quilibre des
puissances a l'O. N. U. la Russie r6clamant l'admis-
sion de trois nouveaux satellites en contrepartie de
celde de l'Italie il 1'6tait beaucoup moins d'essayer 'de
modifier '16quilibre du Conseil de s6curit6 en nous oppo-
sant a l'election de l'Ukraine. Voilh qui en outre ne
parait pas particulircnient sage. II devrait etre suffi-
samment clair maintenant qu'aucune manoeuvre ( mB-
canique > ne suffira a neutraliser influence de la Rus-
sie sovi6tique on A alt6rer ce fait fundamental qu'elle
reste A I'O. N. U. en posant ses propres conditions et
en ne tenant compete que de celles-lh...
Jusqu'A present il y toujours eu invariablement deux
voix en faveur du point -de vue russe; on ,se demand
vraiment si 1'on pourrait gagner quoi que ce soit en
r6duisant ces deux voiNx i une seule. On peut meme se
prononcer en faveur d'un arrangement qui Id6montre
clairement que la Russie sovi6tique fait pression sur ses
satellites 6ta'nt donn6 qu'elle ne pent pr6tendre recevoir
I'appui d'aucune nation libre...



III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovi6tique du 2 octobre 1917
La press sovietique du 2 octobre s'inttresse surtout & la
politique du D6partement d'Etat.

1. Autour de I'O. N. U.
L'agence Tass rend compete des s6ances du 30 septembre
et du 1' octobre. Cette dernire est presented sous le titre
<< Machination sans dignity autour du choix du membre
non permanent du Conseil de S6curite. ) L'agence sovitique
relieve avec une particulibre severite la conduite grossiere
et sans tact de M. Aranha, qui avait essays d'interrompre
M. Molotov. Relevant le caractere de maquignonnage des
machinations autour de la question de savoir si l'Inde et
I'Ulraine seront 6lus, l'agence Tass les explique en ces ter-
mes : < On salt que depuis la foundation du Conseli de s6cu-
rite il y a toujours eu parmi ses membres non permanents
un des pays de 1'Est europeen. Mais cette fois, les politi-
ciens du D6partement d'Etat, soucieux que les organs diri-
geants de I'O. N. U. soient garnis de d6legu6s prfts a suivre
sans d6faillir la remorque de la diplomatic am6ricainc, dive-
loppent une ample actihite de coulisse pour empecher l'elec-
tion de 1'Ukraine. )
La question de la Coree retient attention des journaux,
lesquels relevent que meme la press chinoise des milieux
miiitaires est obligee de reconnaitre que la proposition sovie-
tique. represente un serieux progress.
On relieve 6galement une caricature de Borris Ecimov dans
les ( Izvestia >), representant le general Marshall en train
d'enfoncer dans les murailles de I'O. N. U. un coin de fer
qu'un banquier soutient a deux mains. LCgende :< Activites
constructive a New-York ).


2. Aspects divers de la politique americaine :
Le plan Marshall
Une serie de depeches Tass dans tous les journaux se ref6-
rant au plan Marshall, a la Conferen de press du Prsi
dent Truman, aux critiques de M. Wallace centre le plan
Marshall dans la revue c New Republic a.
D'autres ont trait a la demand americaine de creation
d'un comite de coordination des stats-majors grec et turco
. la note polonaise envoy6e aux U. S. A. et protestant con-
tre le relevement du niveau de l'industrie allemande. On
relive 6galement dans tous les journaux une longue d6p6-
che de Teheran, relative au voyage d'6tudes en Iran de mem-
bres du Congres de Washington.

3. La lutte centre les fauteurs de guerre
On remarque dans la ( Pravda ) une court note signee
AM, denoncant les declarations du Premier Ministre aus-
tralien du 30 septembre, relatives i 1'envoi de repr6sentants
officials en Europe pour 6tablir la v6rit6 quant A certaines
informations de press touchant le fait que les troupes et les
chars sovietiques occupent des positions strat6giques dans la
zone d'occupation en Allemagne, et annongant que, selon
la reponse rescue, la question pourrait 6tre transmise au
Conseil de Securite.
La chronique international des c Izvestia > relive un
article d'Anne Mc Cormick, connue pour son antisovi6tisme,
et publide dans le ( New York Times a du 29 septembre.



IV. PRESS SUISSE


a) L'AIDE AMERICAINE A L'EUROPE (La Tribune de Genvde,
3/10).
< ...On se montre assez de4u dans tes cercles dirigeants
de Washington, par le spectacle de division et de con-
fusion do.nn6 par l'Ancien-Monde. On avait esp6r6, dans
ces m6mes milieux, qu'cn presence de l'offre de M. Mar-
shall, les gouvernemenis .de 1'Europe occidentale, Iqui ont
accept le principle d'une 6troite collaboration Bcono-
mique avec l'Am6rique, auraient a cceur 'de venir avec
un programme vraiment constructif, impliquant la mise
en common de routes leurs resources, puis 1'61imina-
tion des divergences d'ordre politique qui retardent le
r6tablissement de la paix. Or il n'en est rien et, jusqu'ici,
les Etats int6ress6s font surtout figure de kqu6mandeurs
et is .ne sent pas parvenus, par example, A s'enten'dre
sur la place A faire A l'Allemagne dans la r6organisa-
lion g6nerale du continent. Dis lors, on comprend que
le president Truman tarde a r6unir le Congrbs e-n ses-
sion sp6cia'e pour l'inviter a voter de nouveaux credits
en faveur de l'Europe, car il craint bien qu'une discus-
sion publique ne tourne finalement a la confusion lie
ceite derniere... >
(PAUL DU BOCHET.)

b) LE SORT DES COLONIES ITALIENNES (GSaette de Lau-
sanie, 4/110).

< En definitive, en ce qui concern les grande puis-
sances, il faut s'attendre que 1'U. R. S. S. propose avec
la France de confier & P'Italie le soin d'administrer ses
anciennes colonies sous la surveillance de l'O. N. U.,
tan'dis que les Etats-Unis preconiseront p'us volontiers
un mandate collectif. Quant a la Grande-Bretagne, elle
'n'a pas encore d6fini sa position mais tout porte A croire
qku'elle cherchera A s'assurer une position avantageuse
en Libye. a


S. P. 1. Imp.. 27, rue Nicolo, Paris 31.3009 Prix 6 frs


S. P. I. Imp.. 27, rue Nioolo, Paris 31.3009


Prix 6 Irs




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs