Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00200
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: October 2, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00200
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text

SERVICES PRANCAIS
D'INFORMATION LA DOC
S (MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue. Lord-Byron, Paris (8").



BULLETIN


DE


PRESS


2 octobre 1947.


UMENTATION FRANCAISE j


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


Nouvelle S6rie No 783


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
l) Le sort des colonies italiennes (News Ch'r'oni-
cle, 1/10).
b) La situation 'dans la p6ninsule indienne (Ti-
mes, 1/10).
II. PRESS AMERICAINE
a) L'aide ambricaine A l'Europe :
1. New York He~uid Tribune (30/9).
2. New York Times (30/9).
3. Baltimore Sun (30/9).
4. Philadelphia Inqurer (30/9).
,b) La politique 6trangere des Etats-Unis (Newi
Y)olic He'rld Trlibnre, 1/10, &d. europ.).
III. PRESS SOVIPTIQUE
IV. PRESS BELGE
La question des p6troles de l'Iran (Le Peuple,
1/10.).
V. PRESS SUISSE
La situation dans la peninsule-in'dienne (Journal
de GienvDe, 1/10).

I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 1" octobre 1947
Les manchettes des journaux sont consacrees ce matin a
des sujets trbs different : remaniement minist6riel, measures
austerityt6, immigration juive, troubles de 1'Inde, aide am6-
ricaine a 1'Europe.
1. Remaniement minist6riel
La press laisse prevoir un remaniement minist6riel tres
important. Il s'agira probablement de remplacer par des
personnalites plus jeunes les membres les plus ages du Ca-
binet. Mais ces measures n'affecteront pas les portefeuilles
essentleis. M. Attlee restera a la tate du Gouvernement tout
eil exergant un contrble plus 6troit sur les affaires 6cono-
miques en collaboration avec Sir Strafford Cripps. Les pou-
voirs de M. Bevin s'6tendront sans doute au cdla de son
Departement et l'ameneront a collaborer plus 6troitement
avec M.' Creech Jones. M. Morrisson n'assumera plus aucune
responsabilit6 dans le domaine des affaires ecpnomiques ii
e : ra en realiU charge de l'execution du programme 16gisla-
Stif.


aZ5 7o
P^S rb


2. Economie britannique
La press accord une certain importance aux nouvelles
restrictions et aux nouvelles mesures 6conomiques qui ertrent
en vigueur a partir d'aujourd'hui : suppression de la ration
de base pour 1'essence, restrictions sur les devises pour les
voyages a 1'6tranger, augmentation du prix du carbon pour
les consommateurs prives, augmentation des tarifs de Vhe-
mins de fer..
3. Aide am6ricaine a I'Europe
Les journaux insistent ce matin sur les critiques don't
M. Truman est l'objet de la part de l'opinion publique
americaine, qui lui reproche de ne pas avoir convoque le
Congress en session special pour lui demander d'approuver
I'envoi d'une aide immediate a la France, 1'Italie et I'Au-
triche. Elle reprocherait au President d'avoir apportd un
retard inutile et nuisible & 1'execution du programme gend-
ral d'aide a l'Europe.
Plusieurs journaux soulignent que le senateur Vandenberg
accord son appui total a l'octroi d'une aide immediate a la
F'rance, 1'Autriche et 1'Italie.
( Aujourd'hui, 6crit le correspondent du ( Daily Tele-
graph ) a Washington, une amere disillusion est ressentie
par tous ceux qui ont conscience de la faiblesse des gouver-
nements de Gasperi et Ramadier et du fardeau economique
impose a la Grande-Bretagne ainsi que de la menace d'un
etIondrement desastreux de toute- l'Europe occidentale. a
Selon ce correspondent, nombreux sont ceux qui accusent
le President de n'avoir pas su convain-re les leaders parle-
mentaires de l'urgence de la situation et d'avoir fait montre
de pusillanimity et de couardise politique.
Gelder, dans le ( News Chronicle a, precise le point de
vue des Republicains quand le Congres se reunira en novem-
bre pour 6tudier le programme d'aide immediate a 1'Europe.
D'apres le president de la Ohambre des Reprdsentants, les
Republicans mettraient quatre conditions a leur accord :
1" Ils veulent connaitre le montant exact de cotte aide;
2 Le President Truman et M. Marshall devront leur don-
ner des garanties pr6cises sur 1'utilisation des fonds;
3o Ils devront leur prouver que ces fonds seront employes
a la restauration de 1'Europe et non comme expedients;
4 Enfin ils devront leur d6montrer que cette aide ne bou-
leverse pas l'economie americaine.
Le correspondent diplomatique du ( Daily Worker ) sou-
ligne la reticence des R6publicains qui sont ( si peu d6sireux
d'accorder leur appui a 14 Truman qu'ils n'envisagent de
prendre une decision qu'au mois de janvier ).
I1 souligne, 6, ce propos, les declarations du s6nateur Taft
qui ne prevoit pas la convocation du Congres avant le mois
de janvier et qui estime excessif le montant de 1'aide deman-
dee par la Conference de Paris.
A. Webb, dans le ( Daily Herald ), communique de Was-
hington que I'on assisted aux Etats-Unis & une hatisse im-
portante du prix du bld, hausse qui augmentera probable-


I_ _
_


-- SERVICE D'INFORMATION
TDE P1 SE




2. 1 r-ltumn


QTRATINRE



ITRANG RE








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGtRE


ment lorsque le Gouvernement ach6tera le bl6 destiny A l'Eu-
rope.
Le ( Daily Telegraph a resume les declarations du Pr6si-
dent de la Chase Bank, d'apres lesquelles la restauration
de 1'Europe serait essentielle la s6curite des Etats-Unis. II
mentionne egalement les declarations de M. Wallace selon
lesquelles la nomination de Sir Stafford Cripps au poste
( de directeur economique de la Grande-Bretagne a pour-
rait amener le parti republican a refuser son aide a ce
pays.
4. Conseil de security
Plusieurs journaux, don't le ( Times ), rendent compete
des d6bats qui ont lieu a Flushing Meadows au sujet de
l'admission du Canada au Conseil de Securite et de l'impos-
sibilit6 of l'on se trouve de prendre une decision en ce qui
concern l'Ukraine et l'Inde.
5. Colonies italiennes
L'ouverture de prochaines negociations sur les anciennes
colonies italiennes est annoncee par la press.
Le < Times > expose les differentes theses en presence.
6. Palestine
Vernon Brown, correspondent du ( News Chronicle >, s'at-
tend a un essai de d6barquement imminent d'6migrants juifs
sur les c6tes palestiniennes. II announce les measures prises
par les-autorites navales britanniques pour y faire face et
notamment l'emploi du radar. Certains de ces emigrants qui
seraient dejA en route pour la Palestine seraient parties de
ports roumains et bulgares.

7. Yougoslavie
Plusieurs journaux, don't le ( Times >, donnen, les pas-
sages essentiels des declarations faites par le Marechal Tito
a I'Union des Combattants de la Liberte. Ils mettent en
vedette les passages dans lesquels le Marechal a attaque le
e dictateur Truman >.
8. Indes
Andrew Mellor envoie de New Delhi ad e( Daily Herald >>
un compete rendu sur le sort de centaines de milliers de refu-
gies qui se trouvent dans les regions devastees par les inon-
dations.
Le ( Daily Worker a ecrit que la mousson fait plus de
victims que les troubles.
D'autre part, A. S. R. Chati, correspondent du ( Daily
Worker > a Bombay, accuse les officers des troupes britan-
niques d'avoir repousse les efforts de conciliation des deux
nouveaux gouvernements de 1'Inde et du Pakistan et d'avoir
encourage les responsables des troubles.

9. France
Le correspondent du < Times a a Paris announce la fin
de la ( bataille de Verdun > et il conclut : ( Ainsi se termine
une affaire qui n'a port profit A personnel et encore moins
aux communists, qui en ont 6te les principaux instiga-
teurs ).
Le ( Manchester Guardian ) souligne : < Ainsi se termine
une 6preuve de force entire les communists frangais et l'au-
torite de 1'Etat. > I1 fait etat de la publicity donnee par
la press A cet incident et aux inquietudes qu'il a provo-
qu6es dans les milieux officials et estime qu'il s'est agi
avant tout d'une manifestation communist inspire par des
raisons electorales.
Le ( Daily Telegraph a remarque que la fermet6 du Gou-
vernement a pu contrecarrer les efforts des communists.
Le correspondent du < Manchester Guardian > a Paris
fait 6tat des measures fiscales draconiennes qui seront prises
par I'Assemblee apres les elections municipales.
10. Allemagne
Le correspondent du < Manchester Guardian > en zone
britannique souligne les inquietudes que fait naitre en Alle-
magne 1'approche de l'hiver. Il note que la population alle-
mande a de moins en moins confiance dans 1'efficacite de
administration britannique.


Le ( News Chronicle a public un article de S. L. Solon
sur la zone d'occupation sovietique.
11. Russie
Le ( Daily Telegraph ) et le ( Daily Mirror ) annoncent
que le Gouvernement russe a refuse a des parlementaires
americains le droit d'entrer en Russie.

a) LE SORT DES COLONIES ITALIENNES (News Chronicle,
1/10, liberal).
a Le gouvernement sovi6lique a accept I'invitalion
britannique de discuter le sort des anciennes colonies
italiennes dans une conference restreinte qui dolt s'ou-
vrir vendre'di a Londres...
Lorsque le trait de paix avec l'Italie a 6t6 r6dig6,
l'avenir des colonies italiennes a 6t1 laiss6 de c6t6 pour
6tre examine ulttrieurement, parce qu'tl n'existait alors
aucun signe d'entente A ce sujet et que personnel ne dd-
sirait retarder ind6finiment la signature 'de la paix.
Les adjoints essaieront d'6mettre des suggestions qui
aideront les ministres des Affaires etrang6res a se met-
tre d'accord lorsqu'ils se r6uniront a Londres en no-
vembre. En particulier ils doivent d6cider quels gou-
vernements seront consults et par quelles m6thodes ils
le seront.-
Tous les pays qui 6taient en guerre avec 1'Italie, ou
don't les territoires sont voisins des anciennes colonies
italiennes, peuvent declarer a just tire qu'i;s sont intl-
ress6s au sort de ces colonies. Vont-ils uniquement ex-
primer leur point de vue par ecrit ? Seront-ils membres
d'un Comit6 ? Seront-ils repr6sentis au sein de la com-
mission d'enquete qu'il sera n6cessaire 'de consti:uer
pour 6tudier les conditions sur place ?
La r6ponse la plus pratique que l'on puisse se fair
serait probablement qu'une commission d'enqu~te se
mettra plus facilemeit d'accord si elle est peu impor-
tante, mais que les gouvernements qui n'y seront pas
repr6sent6s devraient avoir la possibility de faire con-
naitre leur point de vue. a
(VERNON BARTETT.)

b) LA SITUATION DANS LA PENINSULE INDIENNE (Times,
1/10).

< ...Les difficultiess auxquelles le Pakistan et l'Inde doi-
vent maintenant faire face ne peuvent etre surmont6es
que si l'on fait appel pour celte tAche A toute la diploma-
tie, a toute ]a sagesse et a tout le zBle don't peuvent faire
preuve les deux Dominions. Partout l'objectif imm6diat
doit 6tre de faire renaitre la confiance du public dans
l'efficacit6 de l'a'dministration. Cela seul peut mettre un
terme aux migrations massive, qui ne font qu'ajouter a
la terreur et A la confusion. Si une veritable unite de
but est maintenue entire les deux gouvernements. les
fauteurs de trouble en particulier ceux qui font allu-
sion A la possibility d'un conflict ouvert que les dedx
gouvernements sont fermement decides A 6viter, peu-
vent 6tre r6duits au silence sans que l'on tienne compete
de leur caste ou de leur religion. En attendant, les deux
gouvernements seraient bien avis6s d'examiner la pos-
sibilit6 d'arr6ter l'exode des refugies d'un Dominion vers
I'autre jusqu'A ce que les troupes don't la concentration
est maintenant projet6e par les commandants en chef,
aient r6tabli 1'ordre dans les regions troubles. Il est plus
facile de fournir des escortes A ceux qui veulent se.
rendre dans un camp de r6fugi6s ou pour en sortir -
camp daos lequel les minoritls communautaires peu-
vent trouver un asile temporaire que d'assurer la s6-
curit4 'de movement de large convois d'6migraints sur
des centaines de kilometres de routes et de voices fer-
rees, qui sont toujours sons la menace d'une attaque
brusque. 3


4
Is 'I,
*5*i -I.









BULLETtiZ UatJtOIflD1 DE PRESS tTRANGARE


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press americaine du 30 septembre 1947
1. Decision du President Truman
La decision du President Truman de convoquer certaines
Commissions du Congres pour 6tudier le probleme de 1'aide
americaine A l'Europe, est annoncee dans toute la press
sous de gros titres en premiere page qui soulighent que le
President a renvoyd au Congres la responsabilit6 de se rdu-
nir en session sp6ciale. Certains journaux rdpub cains, s'ap-
puyant sur le fait que la majority du Congres est r6publi-
caine, annoncent cette decision sous le titre : < M. Truman
rejette sa responsabilit6 sur le parti republicain )).
La reaction de la radio americaine et des grands journaux
n'est pas, en g6enral, favorable au President. Le < New York
Times ), le ( New York Herald Tribune ), le < Baltimore
Sun a le e Washington Post > et le ( Philadelphia Inqui-
rer a lui reprochent sous une forme ou sous une autre de
.n'avoir pas convoqud le Congrbs en session special, car ils
estiment que la crise en Europe est d'une telle gravity que,
pour reprendre 1'expression du, Philadelphia Inquirer ),
((l'heure n'est plus aux paroles, mais aux actes ).
* Le ( Wall Street Journal ), sans mentionner la decision
pr6sidentielle, souligne encore aujourd'hui les repercussions
dangereuses pour 1'economie americaine que peut entrainer
l'octroi d'une aide important a l'Europe. (Voir plus loin les
editoriaux publics a ce sujet par la press americaine.)
Les correspondents politiques de Washington estiment que
la decision du President de convoquer seulement les Comi-
t6s du Congres va entrainer de longs delais, qui ne permet-
tront gubre au Congres de prendre les decisions avant la
fin de l'annee. Ils notent, toutefois, que le President a de-
clar6 qu'il pourrait faire face aux besoins immediats de la
France et de 1'Italie. Le correspondent du ( New York Ti-
mes ) declare toutefois que les resources de l'Export-Iinport
Bank et de la Commodity Credit Corporation ne sauraient
Atre employees pour aider 1'Europe, 6tant donned les status
de ces deux institutions.
2. Assemblee generate

Les interventions de MM. Tsaldaris et Husseini fournis-
sent le sujet de la plupart des articles dates de Lake Suc-
cess. L'intervention du delegu6 arabe est annonc6e sous des
titres soulignant que les Arabes lancent des menaces contre
I'O.N.U. A propos de la Palestine.
Une dlp6che ( A.P. ) de Bagdad signal par ailleurs les
declarations du de16gue de 1'Irak a la Ligue Arabe. Albas-
sam, qui aurait dit notamment que pour sauver la Palestine
les Arabes devaient emnlover deux armes : 1'abrosation des
concessions p6trolieres et le boycottage du commerce anglo-
saxon.
3. Les relations entire les Etats-Unis et I'U.R.S.S.

La press reproduit le texte des notes dchangdes entire
l'ambassadeur americain a Moscou et M. Molotov, A propose
tl'un article de la 1resse russe consider comme insultant
pour le President Truman.
4. Nouvelles de France
Une deplche de Callender au ( New York Times ) signal
que la France a demanded A recevoir des credits americains
values a 150 millions de dollars par mois aussit6t que pos-
sible. ( Une des raisons de cette urgence est la question po-
litique, le Gouvernement francais craint que Washington
n'ait pas bien compris cela. )
Une depeche de Paris au ( New York Herald Tribune ) si-
gnale les incidents provoques par les communists a Verdun,
A propos de la livraison de sucre aux troupes americaines
d'occupation.
Le a Boston Globe ) reproduit une d6peche de Paris, qui
donne un expos de la tactique et de la formation de 1'Ar-
mee Rouge, fait par un general russe echapp6 rdceiment
de Russie et refugid en France.


(a) L'AIDE A L'EUROPE :

1. New York Herald TrAb;ne (30/9).
<< Apris la reunion de lundi martin oft le president
Truman a discut6 avec les dirigeanf du Congrbs, et
aprbs la conference de press qu'il a tenue ensuite dans
la journ6e, on est force de conclure on bien que le Pr6-
si'dent ne croit pas qu'il y ait quelque chose de particu-
librement grave dans la double crise actuelle crise
qui se traduit par la famine en Europe et par l'infla-
tion des prix aux Etats-Unis ou bien qu'il n'a aucune
id6e du genre d'action que deman'de une telle crise...
Le president n'a parl6 que d'une aide provisoire ; ce
qu'il a dit n'a pas beaucoup servi A Aclaircir une situa-
tion embrouill6e et ce qu'il a propose 'de faire n'a gubra
paru constituer autre chose qu'un nouvel effort pour
6luder les responsabilit6s...
Le grand problbme A r6soudre est dans tous ses as-
pects un problbme qui exige du people ambricain de
grands efforts collectifs. Ni le plan Marshall, ni une
aide temporaire, ni les restrictions alimentaires, ni un
contr6le 'des prix ne d6passeront le stade des projects
chim6riques si la n6cessit6 de ces measures n'est pas re-
connue et accept6e par l'ensemble 'du people. Et l'on
ne pourra soulever 1'enthousiasme du people sans fair
preuve de courage, de conviction et sans une "direction
6nergique. II semble qu'il ne faille pas attendre du pre-
sident Truman de telles demonstrations, soit parce qu'il
ne se rend pas compete 'de l'urgence dangereuse de la
crise, soit parce qu'il est incapable de faire preuve de
ces qualit6s. >

2. New York Times (30/9).

< Toujours pas d'action... II semblerait A la plupart
,des gens que la conclusion inevitable, simple et logique,
efit 6t6 la- suivante : le Congrbs ne pouvant 16gif6rer que
lorsqu'il est r6uni, la session sp6ciale devrait. tre con-
voqube avant le 1" dbcembre. Mais le President. a-t-il
'dit cela ? Aucunement. Alors mbme qu'il nous dit que.
le destin de 1'Eur6pe est en jeu, M. Truman h6site en-
core A s'attaquer aux probl6mes que pose cette situa-
tion. >

3. Baltzlmlore ,Su 1(30/9) :
< II est clair, d'apres le ton de la declaration de
M. Truman, que l'obligation de fournir du ravitaillement
A l'Europe occidentale, A la France et a l'Italie en parti-
culier, a soulev6 dans 'son esprit des questions politi-
ques 6pineuses. Mais si la crise est aussi grave que l'ont
affirm les deux Comit6s pr6sidentiels et nous
croyons qu'elle l'est c'est agir avec une lenteur tra-
gique que de proposer une convocation des commissions
parlementaires d'appropriations A qui l'on demanderait
de commencer A 6tudier quelles measures le Congrbs de-
vrait prendre En ayant recours a des m6lhodes de ce
genre, nous n'arriverons gubre A une conclusion que
le 15 janvier ou le 1" f6vrier, quand 1'hiver sera a
moiti6 pass et que les peuples seront d.sesp6r6s. La
crise A laquelle 1'Europe fait face n'est pas une crise
p-olitique... Elle est plut6t la consequence des conditions
atmosph6riques... La question qui se pose n'est done 'pas
politique, mais humanitaire. II s'agit d'un d6sastre. La
reaction normal des Am6ricains devant un d6sastre est
de faire le maximum pour secourir ses victims. Le peu-
ple am6ricain agira si le Pr6sident lui dit ce .qu'il dolt
faire. >
4. Philadelphia Inquirer (30/9) :
< L'aide a l'Europe r6clame des actes et non des pa-
roles... > La discussion du Pr6sident Truman avec les








4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS fTRANGRBE


leaders du CongrBs a eu l'effet malheureux ainsi que
le revele la declaration qu'il a faite au course de sa con-
f6rence de press de laisser en suspens touie la
question de l'aide intrimaire A 1'Europe menace par le
froid, la faim etJe communism. >
b) LA POLITIQUE ETRANGPRE DES ETATS-UNIS (New York
Herald Tribftne, 1/10, 6dit. europ.) :
< ...Si M. Anderson, secr6taire d'Etat A 1'Agriculture,
ne change pas de resolution, il faut s'attendre A voir
au printemps prochain un regime communist s'instau-
rer a Rome. Et la p6nurie de denr6es alimentaires me-
nace au m6ine titre la France, l'Allemagne occidentale
et le Royaume-Uni.
Mais le pain et les dollars ne constituent qu'une parties
du probl6me. Les rapports dignes de foi qui nous par-
viennent, et aux terms desquels les Soviets et les satel-
lites masseraient des troupes dans les Balkans indiquent
que les Etats-Unis seront Agalement appel6s A intervenir
en Gr6ce.
Les Americains possedent dans cette parties trois
atouts maitres sur quatre le quatribme, qui est aux
mains de la Russie, est le pouvoir d'agir. Sur la table
de jeu, les trois quarts des jetons sont du c6t6 amnri-
cain et c'est dans cette proportion que les resources
des Etats-Unis surpassent celles de 1'Union Soviftique.
Allons-nous perdre la main et la parties en m6me temps
A cause de notre inaction politique ? Oh avons-nous re-
trouv6 IYesprit de ces AmBricains d'autrefois A qui il
arrivait fr6quemment de risquer leurs derniers dollars
sur ce qui paraissait Rtre << la possibility d'un miracle >
et qui terminaient la apartie en ayant gagn6 un continent
qu'ils nous-ont laiss6, A nous qui sommes leurs h6ritiers
plus fortunes ? >>
(JOSEPH ALSOP)


111. PIESSE SOVIETIQUE

Revue de la press sovi6tique du 30 septembre 1947
Les rubriques etrangeres, qui occupent environ deux pages
des journaux, ont un caractere purement informatif. Les
nouvelles inddites se trouvent pour la plupart dans la
t Pravda >. Eiles ont trait principalement A la politique des
Etats-Unis et a la lutte pour la d6mocratie.
1. La poditique des Etats-Unis
Le texte de base est la reproduction du discours prononce
par M. Gromyko, au Comit6 politique, le 27 septembre. On
relive en outre : les declarations de la Commission Harri-
man, un commentaire m6lancolique de la press anglaise au
sujet du plan Marshall, une 6tude sur la liberty de la press
telle qu'elle est pratiqu6e aux Etats-Unis, A propos de 1'in-
terdiction fate A trois membres du parti ouvrier canadien
de se rendre aux U.S.A.
La press public egalement un extrait d'un article de
e L'Humanit6 >.
2. La lutte pour la d6mocratie
Le texte central est fourni par le discours du Mardchal
Tito au deuxieme congr s du Front Populaire yougoslave.
Parmi les autres informations, on relive notamment : un
commentaire de Reuter traitant du danger fasciste en An-
gleterre, de la non execution des promesses du gouverne-
ment travailliste relatives a la nationalisation des chemins
de fer et au programme de construction de maisons d'habi-
tation.
D'autres t61lgrammes ont trait aux poursuites intentees
contre le secr6taire du Conseil central des syndicate ira-
niens ; au process des organisateurs de d4p6ts d'armes se-
crets en Finlande ; enfin, au remaniement du gouvernement
britannique.


IV. PRESS BELGE


b) LA QUESTIONi DES P~TROLES DE L'IRAN (Le People, 1/10,
socialist) :
<< ...Dans une 6conomie mondiale ordonn6e, 1'U.R.S.S.
devrait avoir accs au p6trole du Moyen Orient au meme
titre que les autres grandes puissances. Mais 1'6conomie
mondiale est toujours une 6conomie de guerre. Etant
donn6 le conflict politique entire 1'U.R.S.S. et les Etats-
Unis et las preoccupations strategiques de I'un et de
l'autre il est probable que TUh6ran, qui semble avoir
faith son choix, r6servera sa production aux pipes-lines
installs un peu partout dans cette region du monde par
les societ6s amtricaines.
L'Iran, au moins, tirera-t-elle un profit ?
A une condition. II faudrait que les b6n6fices de l'op6-
ration servent a reliever le niveau de vie des masses
iraniennes. Et non pas A gonfler les fortunes d'une caste
f odale.
Le probleme se pose, dans les memes terms, dans
tons les pays du Moyen Orient. En fin de compete, c'est
la solution qu'on y apportera qui d6cidera de toute
l'orientation de ces pays. Car I'U.R.S.S. aura.beau jeu
si les masses arabes et iraniennes continent A croupir
dans la misere.
A tous les points de vue, une politique am6ricaine qui
tendrait a s'ass.urer I'amitie int6ress6e des dirigeants
f6odaux, sans souci du bien-,tre de I'ensemble de la
population, serait une politique a course vue.
L'Angleterre de naguere n'a pas su gagner l'amitie
des peuples d'Egypte on d'Irak parce que son < al-
liance ) n'a rien fait pour transformer le regime fAodal
de ces pays. L'Angleterre d'aujourd'hui paie ch6rement
ces fautes.
Puisse Washington ne pas s'engager dans la m6me
voie >
(G. KOULISCHER.)


V. PRESS SUISSE


LA SITUATION DANS LA IPNINSULE INDIENNE (JoOlrnol dte
Gentve, 1/10) :
< ...La division de l'Inde 6tait considtrte comme un
moindre mal, mais tous les esprits r6fl6chis s'accordent
a la trouver malheureuse au point de vue 6conomique
et regrettable politiquement. Dans l'esprit des dirigeants,
tant hindous que musulmans, la conviction existe que
l'Inde doit garder le maximum d'unit6 possible. On de-
vrait m6me arriver, avec le temps, A une forme d'orga-
nisation fed6rative, tant il est clair que l'Inde aurait
int r6t a former un bloc A certain regards dans le do-
maine international ou militaire par example. La haine
qu'entretiennent les troubles faith mal augurer de l'avenir
d'une federation' indienne of Hindous et musulmans
pourraient collaborer sur un pied d'6galit6. Quoique
ind6pendante, l'Inde doit encore faire le dur et long
apprentissage de la liberty et de la tolerance, et elle
aura sans doute encore souvent l'occasion de regretter
le ciment et la garantie que constituait la presence des
Anglais. 3
(RENt BOVEY.)

S. P. I Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3000
Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs