Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00198
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 29, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00198
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
MINISTERE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)


LA DOCUMENTATION FRANQAISEI


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8').




BULLETIN


DE


PRESS


29 septembre 1947


i -'- ,I "' f



QUOTIDIEfr



ETRANGeRE


Nouvelle Serie NO 780


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
Le probl6me palestinien devant I'O.N.U.
1. Times (27/9).
2. Daily Telegraph (27/9).
3. News Clhonicle (27/9)
II. PRESS AMERICAINE.
L'avenir de l'Italie.
1. New York Herald Tribune (26/9).
2. New York Herald Tribune (27/9), edition eu-
rop6enne.
III. PRESS SOVIETIQUE.
a) La politique 6trang6re de l'Italie (Izvestia, 26/9).
b) Les relations de I'I. G. Farben et de certaines
firmes am6ricaines (Pravda, 26/9).
IV. PRESSE POLONAISE.
a) Aprss le discours de M. Mac Neil a 1'O.N.U. (Zycie
Wrrszawy, 25/9).
b) L'avenir de la Banque Internationale de Re-
construction (Kurier Oodzienny, 25/9).
V. PRESS BELGE.
Les relations franco-italiennes (La Mtropiole, 26/9).
VI. PRESS SUISSE.
La situation int6rieure en Italie (Journail de Ge-
neve, 27/9).
ANNEXE.
Texte de la declaration prononc6e le 25 septembre
par le Pr6sident Truman sur le rapport des
Seize.


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press brijtnnique du 27 septembre 1947
Toute la press de ce matin donne une large place a la
question palestinienne. Elle accord Egalement une place
important a la conference de press tenue par M. Vychinsky,
et a la situation aux Indes. La question de l'aide am6ricaine
A 1'Europe, qui occupait tous ces temps-ci la premiere placz
dans la plupart des journaux, passe ce matin au second plan.


La France, pour sa part, ne fournit matiere qu'h quelques
articles de pure information.
1. Palestine
Tous les journaux, sans exception, donnent soit le texte
integral (Times), soit de large extraits du discourse pro-
nonce hier par M. Creech Jones devant la Commission des
Nations Unies sur la Palestine; discours dans lequel le mi-
nistre britannique des Colonies a fait savoir que son gou-
vernement 6tait pr6t i assumer 1'execution de tout pian
accept par le, Juifs et les Arabes et se refuse i imposer
une solution qui n6cessiterait le recourse A la force armde.
Les journaux mettent aussi en vedette, sous des manchettes
sensationnelles, la decision prise par la Grande-Bretagne
d'abandonner son mandate et, au cas oh i'on ne pourrait
parvenir A un accord, de se retire prochainement de Pa-
lestine.
*C'est ainsi que le News Chronicle announce en manchette :
< La Grande-Bretagne est pr6te a quitter la Palestine. Mettez
un terme au differend judoo-arabe, ou nous retirons nos
troupes. >
Le Daily Express prdsente la decision britannique sous
one forme encore plus comminatoire : a Reglez la question
palestinienne ou nous nous en allons n.
Le DaTly Herald et le Daily Mirror annoncent : t La
Grande-Bretagne va bient6t quitter la Palestine et l'or-
gane travailliste qualified les declarations de M. Creech Jones
Sd'avertissement s lanc6 a I'adresse de 1'O.N.U.
Toutefois, le Daily Herald et le News Chronicle soulignent
que la politique britannique suivie a l'6gard de la Palestine
n'implique pas que la Grande-Bretagne soit dkcid6e A aban-
donner ses positions au Proche-Orient
D'apres un porte-parole du Foreign Office, les troupes qui
se trouvent en Palestinet pourraient 6tre transferees en
Afrique oriental.
Le Times et le Daily Telegraph font ktat des reactions de
I'opinion ambricaine devant les declarations de M. Creech
Jones.
Le correspondent du Times a Washington, se r6ferant &
an article du Daily News intitul6 a Les Etats-Unis s'emeu-
vent au sujet de la Palestine s, estime que les Etats-Unis
ont eu si longtemps la possibility d'dviter de prendre posi-
tion sur cette question qu'iTs ressentent maintenant une
impression d6sagreable A I'idde que le moment est venu pour
eux de prendre une decision. II est heureux, estime ce cor-
respondant, que le Secr6taire d'Etat actuel se soucie davan.
tage des probl6mes mondiaux que de la politique Interieure.
II pr6voit que les sionistes ambricains front pression sur
la Maison Blanche afin d'empicher l'envoi de troupes am6-
ricaines en Palestine. II remarque que l'on aurait tendance,
nu D4partement d'Etat, a considerer plus s&rieusement les
menaces des Arabe-
Le correspondent du Daily Telegraph i Washington fait
6tat 6galement du malarse qui regne au Departemrnt d'Etat.







2 BULLETIN QUOTIDIEN bE PRESS ATRANGIRE


Les milieux officials americains craindraient que le retrait
des Britanniques ne ndcessite l'envoi de troupes amdrlcaines
en Palestine, et cela en raison de I'influence exerede par
l'importante population juive qui habite en Amerique et
de 1'intir&t port par les AmBricains aux p6troles du Proche-
Orient. Toute rupture de la paik et de 1'ordre en Palestine
inquidterait gravement le gouvernement americain. De
meme que dans le cas de la Grece les troupes amdricaines
ne seraient envoydes qu'avec la plus grande repugnance.
Ce correspondent s'attend A ce que ie gouvernement ame-
ricain fasse pression sur la Grande-Bretagne pour lui de-
mander de maintenir ses troupes. I1 ne doute pas que cette
question joue un grand rl6e lors des conversations qul
devront s'ouvrir le 8 octobre entire Britanniques et Am6ri-
cains au sujet de la reduction des.frais d'occupation de la
bizone.
11 pense que ces conversations fournlront !'occasion de
mettre au point les politiques britannique et americaine qui
seront suivies dans le monde enter.
D'apres le Daily Herald, la nouvelle de la decision bri-
tannique n'aurait caus6 qu'une satisfaction mitigde en Pa-
lestine.

2. Confdrence de press de M. Vychinsky
La press accord une grande Importance a la eonfdrence
de press tenue hier par M. Vychinsky devant des journa-
l1stes ainsi que devant de hautes personnalitbs de 1'O.N.U.
et des repr6sentants de differentes ddldgations.
Les correspondents du Times et de tons les autres jour.
naux se montrent extrumemcnt severe dans leur jugement
Ainsi le Times 6crit que le but de M. Vychinsky a dta
e d'injurier M. Mac Neil, M. Foster Dulles ct differentes
hautes personnalitds amdricalmea ..
Cclui du Daily Telegraph y volt une nouvelle phiilpptque
du d6elgud sovi6tique dirigde centre les representants aes
Etats-Unis et de la Grande-Bretagne et un nouvel effort pour
justifier son discours devant 1'Assembl6e.
Le Daily Mail annonoe en manchette que Sir Alexander
Uadogan a quittd la salle otn parlait M. Vychinslty an mo-
ment oi.celui-ci langalt ses attaques centre M. Mac Nell. TI
precise aussi que 50 journalists ont imit6 le d6ldgu6 bri-
tannique malgrd les efforts faits pour les retenir.
Le correspondent du News Chronicle dcrit que a pendant
plus de deux heures, M. Vychinsky s'est 6vertu6 A convaincre
les 300 journalists presents, puis a eluder leurs questions *.
D'aprBs ce colresponcant, cette conference de press a eu
pour but de clarifier- certain points du discours de M. Vy.
chinsky. I1 se serait en effet rendu compete que ce discours
n'aurait pas atteint son but.
Le correspondent diplomatique du Daily Worker consacre
sa manchette A cette conference de press ct dcrit que
u M. Vychinsky a apport6 une rbponse cinglante au discoura
de M. Mac Neil.

3. Comitd polftfqee de 1'O.N.U.
Al. Cooke, dans le Manchester Guardian, comment lea
travaux du Comit6 politique de I'O.N.U. et insisted sur le fault
que les Etats-Unis exercent toute leur influence pour amener
I'Assemblde i condamnner la Bulgarie, la Yougoslavie et
1'Albanie, et h sanctionner leur conduite par une action col-
lective.
II remarque que, grace A l'opiniatrete de M. Gromyko,
aucune decision n'a 6t6 prise.
Le Daily Worker public un long article de M. Palme Dutt
cendamnant la politique britannique et am6ricaine at accu-
sant les Etats-Unis de vouloir substituer A l'O.N.U. une nou-
veile alliance placee sous 1'6gide americaine; il affirme qu'il
ne s'agit pas actuellement dans le monde d'une lutte entire
deux grande puissances avides de domination, mais qu'il
Faut choisir entire la paix et la guerre.

4. Inde
Nombreux sont les journaux qui, ce matin encore, re-
viennent sur les troubles de I'Inde. Le correspondent du
Times faith Rtat de la situation catastrophique du ravitail-
'ement dans les regions interessdes, malgrd les measures de
rationnement prises par les autqritis. La plupart des autres


journaux accordent une grande importance aux declarations
de M. Gandhi d'apres lesquelles le gouvernement indien se
verrait contraint de faire la guerre an Pakistan si celui-ci
refusait de reconnaltre ses erreurs.

5. Aide A l'Euro'pe
Le correspondent du Times fait 4tat des declarations du
s6nateur Taft sur la decision prise par le president Truman
d'accorder une aide immediate a certain pays d'Europe.
Le senateur avait ddnonca la trop grande importance des
potivoirs du PrBsident par rapport A ceux du CongrBs.
Le correspondent signal aussi que le D6partement d'Etat
s'efforce de trouver tous les moyens possibles pour venir
en aide a 1'Europe.
b. France
Plusieurs journaux signalent que de nouvelles evasions
se sont produites dans un camp du Sud-Ouest.
Le Times consacre d'autre part un bref article h I'6tat dp
la rdcolte de ble et des cdrdales similaires.

7. Immigrationr juive
D'aprBs le reporter du Daily Mail, les enquateurs officlels
britanniqucs seraient convaincus que les autorites sovid-
tiques d'Allemagne jouent un rOle important dans les ten-
tatives d'immigration clandestine des Juifs en Palestine,

8. Espagne
Le correspondent diplomatique du Daily Worker fait allu-
sion aux conversations que M. Bevin a cues avec M. Inda-
lecio Prieto; au course de cet entretien, il aurait Ut6 discutd
d'une formula te regroupemcnt du centre droit espagnol.
M. Bevin "spere organiser, avant que la question de 1'Es-
pagne ne soit d6battue h I'O.N.U., une cooperation espa-
gnole qui excluralt Franco sans d6truire son regime.

9. Corge
Une dep&che d'agence, reproduite par le Times, announce
que le gdndral Stikov, ohef de la d6elgation sovidtique A la
Commission sovieto-amdricaine sur la Coree, a propose que
toutes les troupes alliees soient retirees de Cor6e d'iei trols
mois. Le Departement d'Etat n'aurait pas encore fait con-
naltre son point de vuo sur cette question.

LE PROBLEM PALESTINIEN DEVANT L'O.N.U.

1. Times (27/9) ;
<< ...II n'entrait pas dans les attributions de M. Creech
jones. de prejuger au nom du gouvernement britannique
de la decision que l'Assembl6e g6nrrale va prendre sous
peu A 1'6gard de la Palestine, a la suite des recomman-
dations de la commission d'enquete. M. Greech Jones
s'est content& d'exprimer le d6sir de la Grande-Bretagne
de coop6rer avec I'Assembl6e dans toute la measure du
possible. Mais l'appui sans reserve qu'il a accord au
point de vue exprim6 par la commission d'enquete
(d'aprs, lequel le mandate devrait se terminer immedia-
tement), sa declaration, aux terms de laquelle la
Grande-Bretagne se debarrasserait volontiers des obli-
gations qui lui sont imposees, de fagon que la Pales-
tine obtienne son ind6pendance, et l'annonce de la dB-
cision prise par le gouvernement ,de preparer un plan
pour retire rapidement les troupes britanniques de la
Palestine au cas oi l'on ne parviendrait pas a un r6gle-
ment de cette question, auront le r6sultat salutaire de
placer les Nations Unies devant le probleme essential
de trouver les moyens d'iiposer toute decision qu'elles
pourraient prendre...

2. Daily Telegraph (27/9, conservateur) :
< ...Si le rapport de la commission sp6ciale de 1'As-
.sembl6e des Nations Unies constitute le dernier mot de






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 3


cet organisme pour la resolution du probleme palesti-
nien, on peut dire alors que la Grande-Bretagne n'a
manifestement rien d'autre A faire que d'Cvacuer la Pa-
lestine. Les auteurs de ce rapport doivent avoir pr6vu
ce qui s'est effectivement r6alise, que l'hostilit6 des Ara-
bes serait profonde et unanime. Le partage de la Pa-
lestine, quel qu'en soit le mode, est presque certainement
inevitable, mais le project de partage envisage serait ina-
plicable, mnme si la reaction des Arabes 6tait diff6-
rente de ce qu'elle est. Une tentative de la part de la
Grande-Bretagne pour l'appliquer ne pourrait que lui
attirer la haine de tout le monde arabe, haine qui ne
serait nullement diminu6e du fait que cette politique
n'6tait pas la sienne. En tout cas, la force ne peut suf-
fire A r6tablir l'ordre en Palestine. Mais si l'on dolt
avoir recours A la force, celle-ci devrait etre employee
par les nations collectivement responsables et non par
une seule. Si une nation quelconque desire agir seule,
cela la regarded, mais, comme M. Creech Jones I'a fait
clairement comprendre, cette nation ne peut etre la
Grande-Bretagne...
La notification sans equivoque faite par la Grande-
Bretagne lIe son intention de quitter la Palestine, ou
tout an plus d'agir comme l'exucutant temporaire d'un
plan de pacification collectif, devrait entrainer des d6-
lib6rations plus rdalistes a 1'O.N.U. et en particulier ce
sens du r6alisme .devrait venir aux membres de cette
organisation qui .6taient prets A formuler des critiques
tant qu'ils n'6taient pas obliges d'agir. >

3. News Chronicle (27/9), liberal :

< Le gouvernement a 6et bien avis6 de definir nette-
ment l'attitude prise par la Grande-Bretagne a l'6gard
de la Palestine avant .que les discussions relatives A ce
probl6me ne commencent A l'Assembl6e des Nations
Unies...
En effet, les resources de la Grande-Bretagne ne lui
Ipermettent pas d'imposer un reglement par la force.
La declarationn solennelle faite par M. Creech Jones,
aux terms de laquelle la Grande-Bretagne, en l'absence
Sde tout reglement, se retirera de !a Palestine a fr.anche-
ment laiss6 a 1'O.N.U. le soin de s'occuper de cette
question. C'est 1A une declaration nette. Elle demand
une decisionn et une decision qui doit venir de la
seule autorite international existant aujourd'hui dans
le monde...
Cette attitude sera soutenue par la majority de l'opi-
nion publique britannique et il est bon que notre posi-
tion soit connue A l'6tranger. Les problemes qui se po-
sent a propos de la Palestine sont maintenant beaucoup
mieux connus qu'ils ne l'ont jamais Wt6 auparavant. Si
la diplomatic international essaie de les r6soudre dans
un veritable esprit de bonne volont6, on peut esp6rer
enfln que, dans une periode de temps raisonnable, la
paix reviendra dans un pays trouble. >



II. PRESS AMERIGAINE


Revue de la press amnricaine du 26 septemsbre 1947-

1. La conference de press du Prdsident Truman
La press donne une forte publicity aux declarations faites
hier par le Prssident Truman dans sa conference de press
relativement aux exportations de ble amIricain, aux measures
prises a I'interieur pour augmenter I'exportation des cd-
r6ales et A la reunion des leaders du Congres privue pour
lundi a la Maison Blanche. Les journaux reproduisent inte-
gralement I'appel du President. Ils reprennent egalement le


texte du rapport soumis A la Maison Blanche par les mi-
nistres des Affaires etrangeres, de l'Agriculture et du Com-
merce a propos de l'dtat des stocks de grains amdricains et
des possibilities d'exportation. Ce rapport souligne qu'dtant
donn6 le deficit de la recolte, les exportations en ble seront
inferieures de deux millions de tonnes a cells de I'an der-
nier si l'on ne prend pas de measures pour r6duire on reglc-
menter la consommatlon interieure de bid.
La press reproduit de longs extraits de la declaration
relative au rapport du Comitd des Seize. (Voir en annexe le
texte de cette declaration.) Les correspondents de Was-
hington notent rappui donned par le President aux conclu-
sions du rapport. Enfin ls soulignent qte le President ne
vent pas convoquer la session spdciale du Congrbs avant que
ses services n'aient fait 1'etude complete de ce rapport et
que les headers du Congrbs aient te .appeles a don'ner leur
opinion A ce sujet.
Les tires donnes A ces different articles annoncent la
gravity de la situation europeenne et le besoin urgent de
I'aide americaine.
Le Washington Post constate cfje le Pr.sident n'a pas pu
6videmment prendre encore de decision en co qui concern
la session special du Congres. Tout au moins, ajoute-t-il,
il a remis cette decision a lundi quand il recevra les leaders
du Congrbs.
Les dditoriaux du New, York Times et du New York He-
rald Tribune considbrent que Ies declarations du President
Iruman d6notent une hesitation A prendre une initiative
courageuse qui leur apparalt indispensable si les U.S.A.
doivent sauver 1'Europe de la crise economique actuePe.
Les commentaires de la radio americaine sent plus favo-
rables au President et montrent que la prudence don't il a
fait preuve dans la presentation de ses projects d'aide A 1'Eu-
rope prove une grande comprehension. Bon nombre de ces
commentaires continent, en effet, A Otre consacres aUx r6-
percussions que ne manqueront pas d'avoir les measures
d'aide americaine sur la situation interieure. Ils soulignent
en particuier la tendance a l'inflation qui continue A se
manifester par une hausse persistante du coft de la vie et
des reductions dans la production americaine, qui n'arrive
pas A satisfaire le march interieur, en ce qui concern ua
certain nombre de products tels que le carbon, I'acier, les
machines, les autos, les tracteurs, etc...
L'editorial du Journal of Commerce s'inqui&te de l'effet
que peuvent avoir les importantes exportations de bl4 ame-
rieain sur !e course des denrdes alimentaires et conclut :
u C'est seulement si notre propre economic demeure forte
que nous pourrons aider 'Europe sur une chelle approchant
de celle que l'Europe consider comme necessaire Y.
Les porte-parole gouvernementaux lancent une champagne
en faveur du plan Marshall et l'un d'eux, M. Eccles, a dkclard
hier A une reunion de banquiers que Washington devrait
recourir Aux measures de contrble du temps de guerre si des
measures volontaires ne suffisaient pas pour assurer une aide,
efficace a 1'Europe.
2. Assemblde ggnerale d.e 'O.N.U.
La press donne une large place A la resolution ameri-
caine concernant I'affaire balkanique, resolution presentbe
hier aux ComitBs politique et de s6curitE; elle s'interesse ans-
si aux dEbats qui ont marque les demands d'admission A
I'O.N.U. de 1'Italie et des pays balkaniques. L'echange de pro.
pos acerbes entire sir Alexander Cadogan et M. Gromyko an
sujet de l'admission en bloc des Etats .balkaniques est re-
leve dans les titres des articles consacrs A 1'O.N.U.

s. Ruhr.
Une depeche du New York Times de Cologne signal que la
production de carbon de la Ruhr a de nouveau baisse par
suite, dit-e'lle, de l'insuffisance du ravitaillement. Elle pr4dit
que cette baisse continuera.

4. Yougoslavle.
Tons les correspondents diplomatiques annoncent que Was-
hington a envoy une nouvelle note au gouvernement de
Belgrade pour demander la mise en liberal immediate do
trois soldats americains enlevos par les troupes yougoslaves.







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGERE


5. Nouaelles de France.
La plupart des journaux reproduisent des articles de New-
York sur l'affaire Courtade, signalant que le correspondent
de l'Hnmanitd a 6t6 admis a suivre les d6bats de I'O.N.U.
mais qu'il n'.est pas autorisd h voyager A 1'intdrieur du pays.
Le New York Herald Tribune reproduit une declaration ad
Courtade 6tabllssant un parallle entire la fagon don't Mos-
cou et Washington traltent les journalists aux conferences
internationales.
Une d4peche du New York Times, de Paris, met en renlef
!a situation financiere difficile dans laquelle se trouve la
France par suite du manque de dollars et souligne le besoin
urgent de 1'aide amdricaine. La d6p6che dit que la France
a demand entire 1.200.000 et 1.500.000 tonnes de DI a
1'U.R.S.S., et 200.000 tonnes de blI et 100.000 tonnes de mais
a l'Argentine, mais qu'aucune rdponse n'a dt4 reSue de ces
pays. Elle ajoute que ces cdrdales devront dtr., r6glees cn
aohllars et se demand oif la France les trouvera.


L'AVENIR DE L'ITALIE
1. New York Herald Tribune (26/9)

< ...Si le gouvernement de Gasperi s'6croule sous la
pression de la gauche, et si l'on forme un nouveau ca-
binet avec la participation des communists, les Etats-
Unis. se trouveront places devant un dilemma. Les Etats-
Unis pourront accorder ou refuser leur aide A l'ltalie.
II est probable que si les communists s'emparaient du
pouvoir par un coup d'Etat, en violent de faoon fla-
grante les principles d6mocratiques, cette aide serait re-
fusie ou tout au moins r6duite radicalement. Mais il
serait beaucoup plus difficile d'agir de la mime facon
au cas ofi les communists s'infiltreraient a nouveau
dans le gouvernement, en ayant recours a des proc6d6s
parlementaires normaux, a moins que les communists
ne se sentent assez forts pour amener l'Italie A revenir
sur sa participation au plan Marshall. 'Et il n'y a guore
d'autres moyens pour les Etats-Unis de soutenir les 616-
ments non communists en Italic. Il n'existe pas non
plus, semble-t-il, de plan pour entreprendre une nouvelle
action dans le domain diplomatique, ni pour reviser
la politique americaine en M6diterranie, au cas oft le
bastion de l'influence americaine serait renvers6 par
une victoire communist en Italie...
I1 serait d'une inconsequence criminelle d'admettre
que l'Italie est d6jA perdue pour nous au profit du
communism. II ne serait pas moins dangereux de tar-
der h jeter le poids de l'aide americaine dans la balance
politique italienne. D'un point de vue objecti, tout sem-
ble indiquer que I'Italie constituera le premier critere
important de la puissance communist et que c'est en
Italie que seront tout d'abord appliques sur une grande
echelle les tactiques communists de dislocation en Eu-
rope occidentale. Si le communism, malgre son orga-
nisation, echoue dans cette 6preuve, les consequences
politiques qui en d6couleront pour tout le continent se-
ront tres iriportantes. Mais il est temps et mime grand
temps ,pour le people amiricain d'l6aborer la politique
a suivre au cas oif les communists roussiraient dans
leur tentative. C'est I'Italie qui dicidera, an course des
prochaines semaines on meme des prochains ours, de
l'habilete de ]a diplomatic americaine et de sa compe-
tence pour s'elever A la hauteur des problemes de notre
epoque. >>

2. New York Herald Tfibune (27/9. 6dil. europ.) :
...Si 1'Amirique fournit 1l'Italie du blt, du char-
bon et des dollars pour les payer, M. Toglialti n'a plus
aucune chance de son c6te. Par contre, on peut pr6dire
presque de fagon math6matique que M. Togliatti triom-


phera si l'Am6rique reste passive dans la crise actuelle.
La premiere consequence de cette inaction serait la
chute du gouvernement de Gasperi, qui se serait montr6
incapable de donner au people du pain et du travail.
Cet 6v6nement se produira dans un temps relativement
court. II s'en suivra une confusion g6nerale don't sor-
tira, pense-t-on g6n6ralement, ce .qu'on appelle < un
gouvernement de crise national >. Ce gouvernement de
crise national serait fonm6 de repr6sentants de tous
les parties, y compris les socialists de gauche et les
communists. La diversity des tendances repr6sentees
condamnera ce cabinet a l'impuissance...
Le candidate communisle qui est choisi pour mener a
bien cette tiche est le premier ministry Nitti. II semble
egalement que M. Nitti ait toutes les chances d'6tre
choisi par les socialists et les d6mocrates chr6tiens.
Dans. un gouvernement de coalition de ce genre, les
communists occuperont des postes d'une importance
vitale sur le plan purement politique, tel que le minis-
thre de l'Int6rieur, qui n'oblige a prendre aucune res-
ponsabilit6 dans le domaine 6conomique. L'utilitb d'un
tel gouvernement sera d'instituer une p6riode transi-
toire de d6sagr6gation, accompagn6e d'une augmenta-
tion de la famine, du ch6mage et du d6sordre.
Quand cette p6riode transitoire se terminera, au prin-
temps on proc6dera A des elections nationals et c'est
alors si toutefois on a laiss6 les 6v6nements se d6-
rouler de cette fagon que les communists prendront
le pouvoir en cherchant seulement a dissimuler leur
absolutisme par l'acceptation de la participation de
quelques socialists et d'autres fantoches soigneusement
pr6parrs A imiter leurs modules hongrois. >
(JOSEPH ALSOP)



III. PRESS SOVIETIQUE

Rei ue de la press souidlique dui 25 septembre 1947
1. Les dehos' du discourse de M. Vychinsky t P'O.N.U.
Izakov et Joukovy, correspondents particuliers de la Pravda
cAblent h leur journal une lettre de New-York oa on lit
notamment : < Toute la grosse artilVerle de la propaganda
americaine a dtB mise en action ; sdnateurs, gendraux, ami-
raux, cur6s, gouverneurs en retraite, la sueur au front, p6-
rorent aux tables des Conseils administration des ban-
ques, aux microphones, dans les states, dans les clubs. Tous
brandissent la foudre contre l'U.nion Sovidtique et calom-
nient A qui mieux mieux notre delegation. ,
Les Izvestia publient un long editorial] sur ce sujet. Ce
journal estime que, depuis deux ans, ]a Grande-Bretagne et
les Etats-Unis essaient par tous les moyens d'affaiblir I'au-
torii de l'O.N.U.
On relive dans plusieurs journaux de large extraits du
pamphlet d'Andrd Simon public i Prague et intitu!d : Por-
trait d'un fauteur de guerre >> et consacre A Foster Dulles.

2. Comptes rendns des stances a l'Assemblie gdndrale
de FO.N.U.
On relive dans tons les journaux deux tiers d.e page de
compete rendu don't une grande parties est consacree a l'inter-
vention de M. Vychinsky A la stance de nuit du 3 septembre.
Izakov et Joukov cAblent A la Pravda : < Des treize ques-
tions inscrites t i'ordre du jour du Comitd politique, sept
vont i 1'encontre des principles et des decisions de base de
!'O.N.U. Ce seul fait prouve de fagon convaincante que ceux
qui essaient de r6gir les affaires de I'O.N.U. l'engagent sur
une voie fort dangereuse... P Puis ces deux journalists
mentionnent I'attitude de M. Yvon Delbos A 1'occasion des
d6bats sur la revision d trait de paix italien, et declarent :
a La situation etait pdnible pour la delegation frangaise qui
a perdu sa liberty d'action. ,








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGkRE 5


3. Nouluelles diverse
Un t6Plgramme Tass de Paris intitul6 < A propos des pour-
parlers franco-amdricains 2 est publiC dans tous les jour-
naux. Ce t~Mlgramme comment les pourparlers financiers
entire Washington et Paris. Le gouvernement Ramadier tien-
drait a recevoir des credits a n'importe quel prix et le plus
vite possible pour avoir, aux elections municipals, quelques
atouts qui permettraient d'assurer la victoire A son part.
Le correspondent Tass cite M. Andr6 Briangon de I'A.F.P.
Izakov public un article sur 1'affaire Courtade dans la
Pravda .et les Izvestia reviennent, dans leur chronique inter-
nationale, sur le r6glement de l'affaire indon6sienne au Con-
seil de Securitd.

Revue de la press sovidtique du 26 septembre 1947
1, Le maouement democratique dans le monde
Cette rubrique comporte une sdrie de t6elgramme Tass
don't les sujets sont : la session de l'Ex6cutif de la Ftddra-
tion d6mocratique des femmes, avec analyse du discours de
la d61lgude du Viet-Nam ; 1'echcc des entretiens entire les
del]gu6s du Nigeria et du Cameroun et 1.e gouvernement bri-
tannique; le congress du parti socialist unified allemand.

2. O.N.U.
Une s6rie de textes continue de faire 6cho au discours de
M. Vychinsky. Dans tous les journaux parait une depeche
Tass relative aux accusations portees a Los Angeles par le
senatcur Taylor, et A une lettre adress6e au Times par I'ex-
Ministre britannique Mdry, denonqant la politique des
mi'ieux d'affaires amiricains.
La Pravda public un article de son correspondent A Ber-
lin, Korolkov, sur le process de la Farben Industrie. (Voir
cet article plus loin.)

3. Autour du plan Marshall
Tous les journaux publient des extraits de 'a conference
de press de M. Lovett, annoncant que le Dtpartement d'Etat
avait invite aux U.S.A. certain des participants h la Conf6-
rence de Paris.
Les journaux publient egalement des extraits de commen-
taires americains ayant trait au rapport de la Conference
des Seize ; le correspondent de Tass ddduit de ces articles
que les propositions des Seize rencntreront une resistance
sensible aux U.S.A. quoiqu'elles soient dans une large me-
sure le rssultat d'un diktat almericain. Dans les Izvestia,
Lissovsky public un grand article sur la politique italienne,
(Voir cet article plus loin.)

4. Personnes dWplacles
Un telhgramme de Paris reproduit dans tous les journaux
announce le depart de Naples vers 1'Amerique du Sud du
Vera Crpz, sur lequel se trouvent 1.500 personnel d6placecs;
parmi celles-ci se trouveraient plusieyis centaines de ci-
toyens sovietiques recrutes < par ruse pour travailler en
Amdrique du Sud ainsi que plus de soixante criminals de
guerre.
L'Etoile Rouge public un article de Fedoulov sur le rapa-
triement des citoyens sovi6tiques des zones frangaises d'oc-
cupation.
a) LA POLITIQUE ATRANGERE DE L'ITALIE (Izuestia, 26/9).
<( Au course des six mois qui viennent de s'Ccouler,
et qui oint Wte marquis par la proclamation de la < doc-
trine Truman >> et par la formation, au mois de mai,
du nouveau gouvernement italien compose exclusive-
ment de representants du parti 'd6mocrate chr6tien, on
a pu observer l'incorporation graduel'e de 1'Italie dans
I'orbite de la polilique ambricaine. Dans tous les pro-
bl6mes de politique 6trangere, 1'Italie tente invariable-
ment de pren'dre une position qui reponde au maxi-
mum au d6sir -des Etats-Unis, meme quand celle-ci n'est
pas conforme aux interts vitaux de l'Italie. La position
prise par 1'Italie a l'6gard du < plan Marshall > en
est une preuve 6clatante...


Le vice-premier ministry, M. Eineudi, s'est proanonce
pour la suppression des barrirres douanieres... En rc-
nongant aux barriers douaniires, l'Italie placera son
industries sous la d6pendance compl6le 'de la puissainte
industries americaine... Suivant de nombreuses infor-
malions, ii apparait clairement que les Etats-Unis ont
I'intention de transformer l'Italie en un rempart de
leur politique et de leur strategie m'diterrandennes...
Les pourparlers qui ont eu. lieu A Rome entire le cotite
Sforza et M. Tsaldaris out 6ie le sujet de nombreux
commentaires. A Athnnes, Ankara et Istamboul, ils sont
interpr6tes comme des pr6paratifs pour la conclusion
d'un bloc mediterraneen. Le ministry des Affaires 6fran-
g6res ita'ien dement la creation d'un tel b'oc. Mais tou-
tefois aucun observateur objectif ne peut nier que c'esL
vers ce but que tend toute la politique du gouverne-
ment italien acluel...
(LIssovsKY.)

b) LES RELATIONS DE L'I. G. FARBEN ET DE CERTAINES
FIRMES AMERICAINES (Pravda, 26/9).
t ...O'n sait qu'au moment des accords de Munich, un
accord fut conclu entire la Standard Oil et I'I. G. Far-
ben. Les industries allemands s'engageaient par cet
accord A ne pas livrer sur les marches internationaux
de l'essence synth6tique. En compensation, l'I. G. Far-
ben demandait un pourcentage sur les b6nefices des
firms p6trolieres americaines produisant de l'essence
pour l'aviation. Ce traits rest en vigueur pendant la
guerre. Ainsi naquit une situation vraiment paradoxale:
la Standard Oil envoyait en Europe de l'essence pour
l'aviation alliie, et une firm allemande recevait une
part des benefices...
Un autre accord plus criminal fut concu entire la
Standard Oil et ['I. G. Farben; la Standard Oil s'elait
engage a livrer aux firms allemandes tous les secrets
de la production du caoutchouc synth6tique. Pour faire
plaisir a son associse allemande, cette sociWte freinair
le d6veloppement de l'i'ndustrie du caoutchouc synthe-
tique, et se refusait obstinrment a remettre au gouver-
nement atm6ricain les nouveaux brevets pour la fabrica-
tion de caoutchouc synth~tique promise aux Allemands.
La firm Dupont de Nemours commenca a armer I'Al-
iemagne tout de suite apres l'accession de Hitler au pou-
volr...
Les dirigeants des monopoles americains n'ont pas la
conscience tres nette. Ils prennent des measures pour que
leurs liens crimine's ne soient pas d6voil6s au course du
process des directeurs de 1'I. G. Farben. On apprend de
source bien informee que les firms Dupont et Standard
Oil ont envoy6 A Nuremberg, au d6but du procks, des
agents charges d'organiser et de finance la d6fense... ,
'(KOROLKOV).



IV. PRESS POLONAISE


a) APRkS LE DISCOURS DE M. MAC NEIL A L'O. N. U. (Zy-
cle Warszavy, independent, 25/9).

a Le discours de M. Mac Neil provoque, A measure
qu-on le lit, un Rtonnement croissant. Exprime-t-il v6ri-
tablement le point de vue du gouvernement britanni-
que ? R1flele-t-il le programme du Labour Party ? Il ne
faith pas de 'doute, en effet, que le people britannique,
qui a confi le pouvoir an gouvernement travailliste, n'ap-
prouvera pas une politique tendant de fagon manifesto
I briser l'unita entire les grandes puissances, base de la
cooperation international, et & toldrer une propaganda






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


bcl!iqueusc, pour laquelle tous les moyens sont bons.
Le discours Mac Neil ne peut Otre inscrits a I'actif des
travaux de I'O. N. U. On y volt l'aveuglement pouss6 jus-
qu'au camouflage de la realit6, avec une absence com-
pl6te d'arguments concrets ou susceptibles d'apporter
que.lque chose de neuf aux ddbats qui se deroulent A
Flushing Meadows. On ne peut done que d6plorcr l'in-
tervention de "Mac Neil, chef de la d6l6gation britainni-
que et membre eminent du Labour Party.

b) L'AVENIR DE LA BANQUE INTERNATIONAL DE RECONS-
TRUCTION (Kurier Codzienny, d6mocrate, 25/9).
< II est A caindre que le retrait par la Grande-Breta-
gne de 60 millions de dollars du Fonds Monetaire ne
cr6e pas un precedent. L'exemple de 1'Angleterre peut
etre suivi par d'aulres pays participant A la construc-
tion d'un fonds qui par suite d'un paradoxe tragique
de I'histoire doit servir avant tout A la reconstruction
d'une industries qui a permis aux Allemands, deux fois
depuis le debut de ce sitcle, de bouleverser la moiti6
de 1'Europe. 'Ces craintes trouvent leur justification, en-
Ire autres, rdans le project de M. Mac Cloy, president de
la Banque Internationale, tendant A la creation d'une
< institution > special qui doit etre Ic < fond6 de pou-
voir > de l'Allemagne, provisoirement exclue de Ia fa-
mille international. Ce serait IA que'que chose d'ana-
logue au fameux Fonds des Paiements Internalonaux
qui, au temps de la S. D. N., avait deja penmis aux
Allemands de preparer la revanche hitl6riennne de la
d6faite de Guillaume II. A cet effet on mettrait m~me
en place un dispositif destine A r6cup6rer d'anciennes
cr6ances internationales jusque sur les pays plus pau-
vres qui ne peuvent les payer cause des destruction
qu'ils ont subies du fait des Allemands.
Si les Am6ricains r6ussissent A faire de l'orga'nisme
financier international de Bretton Woods une lirelire
universelle, destine a servir aux a pauvres et hcnn6tes
Allemands >, le retrait ,des subventions a une entre-
prise aussi criminelle pourrait revetir un caractere inas-
sif et g6n6ral. >



V. PRESS BEL(GE


LES RELATIONS FRANCO-ITALIENNES '(La Alftropole, 26/9.
catholique).
< ...Les signs de detente paraissent plus clairs. L'Ita-
lie s'est inciinke avec tristesse devant la perte de Brigue
et de Tende. Le Iransfert des pouvoirs d'un pays a
I'autre s'est effectui sans graves incidents. La (louleur
des Italiens a 6li voil6e et la satisfaction des Francais
a 6t6 continue. Ii semble done que de part et. d'autre
on s'engage sur une bonne voie.
D6ej, l'initiative a 6t6 prise de pourparlers (n vue
d'aboutir entire les deux pays a une union douanibre.
Dans ce but, une commission mixte a .6t6 nommbe. Elle
vient de commencer ses travaux. Souvent, I'on intend
.dire que les unions douani6res ne r6ussissent quo lors-
qu'elles sont combinees entire pays A structure compl6-
mentaire. Sous cet angle de vue, il est evident que 1'Ita-
lie et la France ne presentent pas de grandes diff6ren-
ces dans leur systcme productif : ce dernier est un peu
plus industrialist en France et un peu plus agricole en
Italie; mais les deux- structures se rossemblent beau-
coup.
Cependant, il ne faut pas oublier les facteurs qui in-
terviennent dans la production. LA, les divergences


6clatent : i'Itaiie a abondance et la France a disette de
main-d'oeuvre. Les Italiens sont actuellement'au nombre
de 46 millions avec un accroissement d,6mographique
anuuel de 500.000 Ames ; les Frangais atteignent 41 mil-
lions avec une balance d6mographique en deficit. La
proportion des Italiens' en Age de travailler est done
sup6rieure a celle des F.rancais. On peut rappeler en
outre que la density en Italie est de 148 habitants au
km2, tandis qu'elle n'est que de 74 en France. Par con-
tre, en France, pour des multiples raisons historiques,
le capital est plus abondant qu'en Italic. C'est ainsi que
deux facteurs de ]a production, capital et travail, sont
respectivement rares et abondants sur les deux marches.
II va de soi qu'une union entire les deux pays peut
permettre, .avec un advantage r6ciproque, l'emploi plus
6conomique et rationnel de ce travail et de ce capital.
Comme on le sait la seule suppression des douanes ne
suffit pas A determiner des avantages. Il faut aussi enle-
ver les obstacles A l.a libre circulation. Quelles seront
maintenant les lignes directives des discussions qui
vont commencer ? I1 est probable que 1'on suivra la voie
deja trace par le Benelux. Certes, les difficulties de
tous genres, techniques, 6conomiques, politiques, seront
considerable. La route en sera ni br6ve ni facile. Mais
il faut s'y engager A tout prix si l'on veut effacer les
traces de la .guerre et butter centre la d6sinteigration
6conomique qui menace notre continent. >
(Du correspondent de La Mdfropole en Italic.)



VI. PRESS SUISSE


LA SITUATION INTERIEURE EN ITALIE (Journal de Genkve,
27/9)

<< ...Comme ce fut d6ej le cas avant le fascisme, la
grande masse se detourne des iuttes politiques et laisse
A quelques politicians de m6tier le soin de les conduire.
Ce qu'elle veut, cette masse, c'est du travail et du pain,
et le parti qui les lui procurera obtiendra ses suffrages,
qu'il soit de droite on de gauche. En d6pit de sa gravity,
la situation italienne n'est pas d6sesp6ree. L'Italie pos-
sede un capital pr6cieux dans son excedent de main-
d'oeuvre. La ratification de son trait de paix la r6ta-
blit dans la plenitude de ses droits. II suffirait d'une
aide exterieure pour consolider sa monnaie pour qu'elIe
puisse repartir avec des chances de succ6s. Or, cette
aide est probable. Elle sera accord6e plus volontiers au
parti actue'lement au pouvoir qu'aux parties de gauche.
Et c'est pourquoi le gouvernement de Gasperi a des
chances de maintenir sa position puisqu'il sera en fonc-
tions au moment oh l'aide exterieure, essentiellement
*ambricaine, permettra le retour A des conditions de vie
plus normales. >

4
ANNEXE


TEXTE DE LA DECLARATION PRONONCEE LE 25 SEPTEMBRB
PAR LE PRESIDENT TRUMAN SUR LE RAPPORT DES SEIZE

< Le secretaire d'Etat m'a transmis le rapport official
de la Commission de cooperation economique euro-
plenne, prepare par les reprssentants des seize natioris
qui se sont r6unies A Paris depuis le d6but de juillet
A ma requite, M. Marshall, secr6taire d'Etat, envoie au







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGkRE


president de la Commission, M. Bevin, ministry des
Affaires etrangeres de Grande-Bretagne, un message ac-
cusant reception du rapport par le gouvernement des
Etats-Unis.
Comme le declare le document lui-meme, c'est un
rapport initial, et il est sujet a revision et a modifica-
tions. Neanmoins, il reflete un effort de cooperation
economique sans pr6c6dent de la part des seize nations
'participant a la Conf6rence de Paris. A la lumiere des
tensions politiques et de l'instabilit6 economique de
1'Europe, il est important et encourageant, en tant que
premiere measure, que ces nations aient eu l'initiative et
la determination de se r6unir et d'elaborer ce rapport.
< Le probl6me auquel se r6f6re ce rapport n'est pas
seulement A la base du bien.6tre politique et econo-
mique de 1'Europe ; il est aussi d'une importance pri-
mordiale pour le maintien de la paix dans le monde.
Le people des Etats-Unis, comme celui de tottes les
nations europ6ennes, reconnait qu'il est de la plus
grande importance d'arriver le plus tot possible a assu-
rer la prosp6ritW' Bconomique en Europe et cela dans
I'intBr&t de la paix et du bien-6tre mondiaux.
c Je note que le programme pr6sentU par le rapport
est base sur les quatre grandes lignes de conduite sui-
vantes, que doivent adopter les seize nations euro-
peennes :
PremiBrement, effort de production soutenu ; deu-
xiemement, 6tablissement d'une stability financiere int6-
rieure ; troisiemement, cooperation maximum entire les
pays participants ; quatriemement, complement du d6fi-
cit commercial existant vis-A-vis du continent ambri-
cain, particulierement par des exportations. Ce sont 1l
des principles sains qui plairont au bon sens du people
ambricain. Les traduire dans le domaine pratique avec
efficacite est d'une importance vitale, tant pour le rel6-
vement europeen que pour la sante 6contmique du
monde entier.
& Pendant que la conference de seize nations :se r6u-
nissait A Paris, le gouvernement des Etats.Unis proc6-
dait A des 6tudes compl6mentaires, de ce c6t6 de l'Atlan-
tique.
c Le premier juin dernier, j'ai nomme trois commis-
sions pour 6tablir le rapport entire l'aide que nous pou-
vions accorder aux pays strangerss et les int6rets de
notre 6conomie interieure. L'une de ces commissions,
pr6sid6e par le ministry de l'Interieur, a 6tudiB 1'6tat
de nos resources naturelles. Une autre de ces 6tudes,
relative A la repercussion de l'aide aux autres pays
sur notre economic national, est faite en ce moment
par le Conseil 6conomique consullatif. Le troisieme
group, commission sans tendance politique, composer
de citoyens distingu6s, sous la pr6sidence du ministry
du Commerce, a Wt charge de determiner le caractere


et la quantity des resources americaines qui pouvaient
etre reserves h aider les pays strangers, et de conseiller
le president sur les limits dans lesquelles les Etats-
Unis peuvent projeter d'accorder une telle aide avee
sagesse et sans danger .
< D'autres bureaux de la branch executive de ce
gouvernement ont aussi envisage, le r6le qui devrait etre
jou6 par les IEtats-Unis dans le relAvement europ6en.
< Le grand int6ret que porte le Congres a ce sujet a
Wte prouv6 par le nombre de ses membres qu'il a en-
voyes a l'6tranger pour 6tudier sur place les conditions
qui y regnent.
t Nous devrons avoir des consultations avec des re-
pr6sentants de la Commission europ6enne pour obtenir
des 6claircissements et un expose plus d6taille au sujet
du rapport initial, et pour obtenir au fur et a measure
d'autres renseignements sur les measures particulibres
qui seront .adoptees par les pays participants pour ap-
pliquer les principles 6tablis par le rapport.
< Je demand aux commissions speciales .que j'ai
nommees et aux autres bureaux du gouvernement d'ap-
pr6cier les informations que la Commission europ6enne
leur a fournies A la lumiere des 6tudes qu'ils ont effec-
tuees. Les resultats de cette appreciation seront tenus
A la disposition des commissions approprides du
CongrBs.
< C'est sur la base de ces etudes, qui se poursuivront
sans delai, que les faits seront exposes et que des re-
commahdations seront formulas, pour que le people
am6ricain, par l'interm6diaire de ses repr6sentants au
Congres, puisse determiner dans quelle measure et de
quelle manibre les resources des Etats-Unis peuvent
6tre affect6es au soutien des efforts renouveles des
Europ6ens pour permettre un rel6vement Bconomique
soutenu. Lorsque les Ambricains seront d'accord sur
l'ampleur du programme n6cessaire, et sur l'importance
des measures d'aide personnelle et d'aide mutuelle prises
par les pays europeens, et quand nous pourrons d6ter-
miner quelles resources nous devrions et nous pou-
vons mettre avec sagesse A la disposition de 1'Europe,
je suis sftr que nous agirons le plus vite possible,
< En attendant, certain probl6mes se sont poses au
sujet de la situation economique'de 1'Europe, probl6mes
si pressants que leur resolution ne peut attendre 1'6tude
minutieuse requise pour la decision d'ensemble qui se
basera sur des rapports. Ces probl6mes sont d'une na-
ture ulgente qui demand une attention immediate.
< C'est pour cette raison que j'ai demand A un
group de leaders du CongrBs de me rencontrer le lundi
29 septembre pour discuter de plans permettant de. fixer
les measures A prendre par les Etats-Unis afin d'aider
A preserver la stability et A encourager le relevement
des nations qui ont particip ha la Conference de Paris. >


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009













































































Prix : 6 frs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs