Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00196
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 26, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00196
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINIST7RE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*).




BULLETIN


DE


PRESS


26 septembre 1947.


MTNTSTERE
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


QUOTIDIEN )


E T R A N'-G W]E

TRANouvelle e N 778

Nouvelle Serie No 778


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE
a) La situation dans il'Inde :
1. News Chroi(lcle 1(25/9).
2. Manchesler Guardian (24/9).
b) L'avenir de la Birmanie (Times, 25/9).
II. PRESS AMERICAINE
a) Apres le idiscours de M. Bidault :
1. Washington Post (24/9).
2. PhiladIelphia Euewing BulleHti (24/9).
b) AprBs la signature du rapport de la confe-
rence Bconomique de Paris (Washington News,
23/9).
Ic) La politique 6trangBre des Etats-Unis (New
York Heaina Tribtune, 25 69, d. europ6enne.)
III. PRESS SOVIATIQUE.
Apres la signature de l'accord sovieto-iranien sur
le p6trole (Izve#tia, 24/9).
IV. PRESS SUISSE
La politique extdrieure de la France (Jouritl de
Gelntve, 25/9).

I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 25 septembre 1947
La press de ce matin donne la.vedette aux difficiles nd-
gociations qui se ddroulent entire le gouvernement, le Na-
tional Coal Board et les imineurs sur la question des heures
de travail dans l'industrie miniere, aux conversations qui
vont s'ouvrir entire le gouvernement et les Trade Unions
sur le problem des salaires, des benefices et des prix, enfin
aux diff4rentes questions de politique extirieure tells que
1'aide americaine A 1'Europe et la situation des Ind.es.
Les autres sujets qui occupent aussi une certain place
dans la press de ce matin sont : la politique d'occuliation
hritannique en Allemagne, les debats de 1'O.N.U., les r6ac-
dons britanniques devant I'ex6cution de M. Petkov, le sort
des juifs de 1' q Exodus a.
1. L'aide ambricaine it l'Europe.
La press announce que le rapport de la Commission de
la Conference des 16 a Rtd remis A M. Marshall et que M, Tru-
man fera bient6t une declaration a ce sujet. Bile announce


aussi que certain del6gu6s de la Confdrence de Paris seront
invites A se rendre aux Etats-Unis pour donner au gouver-
nement americain un complement d'information.
Le correspondent du Times h Washington fait 6tat de la
decision prise par. le president Truman d'autoriser la livrai-
son de 12.500.000 tonnes de bli a i'Europe dans le courant
de 1'annde.
I mentionne aussi les declarations de M. Lovett, d'apres
lesquelles un Comite comprenant des xepresentants de la
Maison Blanche, du Tresor, du minist6re du Commerce,
de l'Armee et de la Marine aurail Rti constitu6 pour exa-
miner le rapport de la Conf6rence de Paris sur la coordi-
nation des services ambricains int6resses.
II signal en outre que le Comit6 Krug, institute pour 6tu-
dier les resources am6ricaines, enverra son rapport la se-
maine prochaine au President.
D'aprBs ce correspondent, le rapport de ce Comite tendrait
a prouver que les Etats-Unis possedent la plupart des res-
sources necessaires a l'Europe. En ce qui conoerne I'attitude
du Congr6s a 1'dgard du'rapport europeen, ce correspondent,
se rfedrant a un article du New York Times, estime que
l'approbation du Congres est probable malgrd certaines oppo-
sitions particulibres.
Le correspondent du Daily Telegraph accord une impor-
tance particuli6re au Conseil de Cabinet qui s'est tenu hier
h Washington sous la pr&sidence de M. Truman, pour exa-
miner la situation alimentaire aux Etats-Unis et dans le
monde ainsi qu'h la convocation des leaders du CongrBs qui
est privue pour lundi prochain.
Ce correspondent d6clale ignorer encore si M. Truman con-
voquera le Congr6s en session spdciale ou s'il cherchera a
obtenir son adhesion tacite en faveur d'une aide provisoire
a certain pays d'Europe. II pense que les declarations que
M. Truman fera remain sur la situation alifnentaire souli-
gneront avant tout la situation critique dans laquelle se
trouvera l'Europe cet hiver. II demandera au people ame-
ricain, croit savoir ce correspondent, d'accepter un ration-
nement volontaire akin de pouvoir executer le programme
d'exportation sans risque de provoquer une inflation dans
le pays m4me.
Burch, dans le News Chronicle, met en vedette les decla-
rations du sdnateur Taft, d'apr6s lequel le people ami'icain
n'aurait pas 1'intention de depenser des sommes 6normes en
Europe. Ce correspondent precise que la Maison Blanche
n'a pas relev6 ces informations.
A. Webb, du Daily Herald, fait 6tat du mtcontentement
prbvoqud aux Etats-Unis par la hausse, constant des prix.
Cet 6tat d'esprit aurait ament le gouvernement americain A
instaurer des measures de eontr6le tant pour remedier h cette
tendance inflationniste que pour surmontcr la crise alimen-
taire mondiale.
Dans le Daily Fxpress, Mac Conn announce, sous une pian-
chette important que M. Truman a d4cide de convoquer


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


--
-- --= -- =









2 IUtLATIN gQotiIEN aB PRfiSSx *TRANGM


le Congress dans les huit semaines qui viennent afin d'ob-
tenir son accord sur une aide transitoire A l'Euroi-.
La France et I'Italie seraient, aux yeux des Amdriccins,
les deux premiers pays L Leneficicr de ce:te aide. En ce qui
concern le rationnement aux Etats-Unis, ce correspondent
voit mal comment le President pourrait le r6tablir sans
diminuer consid6rablement ses chances aux prochaines 6lec-
tions.
D'autre part, tons les journaux annoncent que le D6par-
tement d'Etat a charge son reprdsentant a la Commission
allide chargee de redistribuer l'or pill6 par les Allemandi
de proc6der A une distribution prcvisoire le 15 octobre pro-
chain. Les Etats-Unis penseraient que cette measure pourrait
aider certain pays d'Europe A faire face aux diffic.altds finan-
cibres actuelles.
2. Indes.
Presque tous les journaux publient de longs articles sur les
troubles particu'-irement graves qui se sont products der-
nierement aux Indes.
Le Times, pour sa part, announce que quatre millions de
refugies cherchent A s'enfuir soit vers l'Inde, soit vers le
Pakistan pour dchapper aux massacres ou a la persecution.
Le correspondent de ce journal A New Delhi qualified
a d'inimaginables les dpreuves subies par ces rdfugi6s. Les
troubles s'dtendraient aussi a d'autres parties de l'Inde et il
se pourrait que :es 10 millions de Musulmans qui se trou-
vent dans les provinces unies veuillent rejoindre le Pakis-
tan, ce qui, estime ce correspondent, soul6verait des diffl-
cultds encore plus insurmontables.
Enfin le commentateur announce que'la situation alimen-
taire dans l'ensemble des regions troublCes va bientot de-
venir desesperde. II est clair que ces ev6nements peseront
lourdement sur les deux nouveaux Dominions. Seul le temps
montrera s'ils peuvent dviter d'8tre entrainds dans le chaos.
Les autres journaux soulignent que les troubles qui se
sont products depuis quelques jours sont les plus graves
depuis le partage de 1'Inde.
Ralph Izzard, du Da',y Mail, mentionne les ddcl6rations
du Pandit Kunzru, membre de I'Assembl6e constituante in-
dienne, accusant les Britanniques d'avoir ete en parties res-
ponsables des dvinements actuels.
II note 4galement que la press indienne se livre h des cam-
pagnes violentes contre les correspondents strangers et craint
qu'elle ne me:te en danger la population blanche de I'Inde.
Ce correspondent signal enfin que le Dominion de l'Inde
pourrait peut-Atre se retire du Commonwealth britannique.
3. Allemagne.
De nombreux journaux reproduisent les declarations de
lord Pakenham devant l'association de la press 6trang6re
accusant la Russie d'avoir rompu l'accord de Potsdam en
refusant de considered 1'Allemagne comme une unit eco-
nomique et mettant en garde l'opinion contre le retrait pre-
mature des troupes d'occupation britannique.
La plupart des journaux mettent surtout en relief les pas-
sages des declarations de lord Pakenham dans lesquels
oelui-ci a reaffirmd la determination de la Grande-Bre-
tagne de rester en Allemagne.
4. 0. U.
La press ne consacre ce matin que de brefs et rares ar-
ticles aux travaux de I'O.N.U. Elle announce que l'Assembl6e
gendrale s'est transported a Lake Success oh les principaux
comites, sauf celui sur la Palestine, ont tenu hier leur pre-
aniere seance.
Le correspondent diplomatique du Daily Worker revient
ce matin sur la question grecque et accuse les Etats-Unis de
vouloir mobiliser les Nations Unies centre I'U. R. S. S.
5. Bulgarie
Le correspondent diplomatique du Times fait etat des
declarations d'un porte-parole du Foreign Office d'apres les-
quelles l'ex6cution de Petkov constituerait le point culmi-
nant d'une snrie d'actes perp6tres par le gouvernement hul-
gare centre la liberty. II note que M. Bevin envisage de faire
connattre d'une mani&re concrete l'opinion de son gouverne-
ment sur l'exduetion de M. Petkov.


Le gouvernement britannique s'inquiCte aussi du sort de
certain membres du gouvernement en Pologne.
Le Daily Telegraph tait 6tat de l'attitude de la press
frangaise tant6t Lostile, tant6t reticente sur cette question.
II accuse la press communist d'insulter un mort.
Le Daily Worker, de son cot6, justified la condemnation
de M. Petkov et l'accuse de trahison et de collusion avec les
forces reactionnaires internationals.

a) LA SITUATION DANS L'INDE :

1. News Chrionicle 1(25/9, liberal).
< ...La loyaute des troupes de 1'Hindoustan et du Pa-
kistan, et 1'esprit 'de cooperation qui existe entire leurs
gouvernc.ments ont 6t6 s6rieusement mis A i'6preuve par
les 6meutes et les meurtres 'de ces dernieres semaines.
Si cedte loyaut6 devait disparaitre, les massacres et
1'anarchie s'etendraient. Si la cooperation devait se
transformer en hostility, sous l'inf;uence de sentiments
communautaires opposes, les consequences en seraient
catastrophiques pour I'ensemble de la p6ninsule in-
'dienne.
Par consequent, le premier devoir qui income aux
gouvernements de New Delhi et de Karachi est d'agir
avec 6nergie et en common contre les forces qui
essaient de les s6parer. L'6conomie de l'Inde se trouve
dans un 6tat si precaire qu'une scission permanent en-
tre les regions hindoues et masulmanes entrainerait
une famine et des ruines beaucoup plus importantes
que celles que pourrait enlrainer n'importe quelle
6meute, si grave soit-elle. Tous les actes du gouverne-
ment devraient etre dictees par cette d6termination... ,

2. Manchester Guardian (24/9, liberall.

c En d6pit des 'desordres qui regnent dans Je Punjab,
les homlnes d'affaires brilanniques sont retourn6s aux
Indes en tries grand nombre. Cela constitute un acte de
foi dans I'avenir politique ei 6conomique du pays. Cela
nous rappel.e 6galement que la vie s'est poursuivie nor-
malemeni 'dans ia plus grande parties du pays et qu'il
est encore possible de preparer des plans p.usieurs an-
nees a advance. Les hommes d'affaires britanniques et
indiens seraient encore beaucoup plus actifs si les gou-
vernemen,s des deux nouveaux dominions faisaient con-
nailre clairement leurs politiques economniques futures.
Naturellement les deux gouvernements s'occupent sur-
tout 'de mettre un term aux 6meutes, mais le fait qu'on
ne connaisse pas leur politique est un frein 6cono-
mique... 2

b) L'AVENIR DE LA BIRMANIE (Times, 25/9).

SAujourd'hui l'Assembl6e constituante birmane dolt
terminer la premiere parties de son oeuvree en appron-
vant le project 'de constitution... La decision prise par la
Birmanie de devenir une r6publique souveraine s'ac-
compagne d'un veritable ld6sir de conserver 1'amiti4
britannique, d'obtenir l'aide de la Grande-Bretagne pour
developper l'6conomie de 1 Union birmane et pour cr6er
l'armee n6cessaire A la defense -nationale. Une mission
financiere birmane 'doit quitter Rangoon pour Londres
cette semaine afin de proc6der A l'examen d'un certain
nombre de questions affectant les relations 6conomiques
anglo-birmanes, y compris le remboursement progres-
sif du prAt brilannique. Le but des discussions qui sui-
vront l'arriv6e de cette mission a Londres est de ne
laisser subsister aucun doute sur attitude du gouverne.
ment birman A 1'6gard des entreprises britanniques et
d'etablir sur une base solid les relations commercials
entire les 'deux pays.
L'avenir de la Birmanie est manintenant beaucoup







BULZTIN QUOTIDIAN DE PRESS ATBANG E& '


plus encourageant. La cabinet actuel jouit de la con-
fiance de la majority du people birman, qui le consi-
dere comme l'h.ritier du prestige d'U Aung San et de
ses colleagues, martyrs Ide l'ind6pendance birmane. II a
r6solu avec fermet6 et bon sens la grave crise qui avait
.6t ouverte par les assassinats de Rangoon; il r6tablit
peu A peu le respect de I'autorit6. Le secteur oi Y'on
cultive le riz s'6tend de plus en plus et l'ann6e pro-
chaine le surplus exportable pourra atteindre 1.500.000
tonnes. Le people britannique donnera une derniere
preuve de sa bonne volont6 A 1'gar'd de la Birmanie
'dans la 16gislation qui sera soumise A la prochaine ses-
sion parlementaire.

II. PRESS AMERICAINE


Revue de ta press amdricalne du 24 septembre 1947

L'exdcution de Petkov, les ddbats de 1'Assemblde gendrale
de I'O.N.U. et les reactions au plan des Seize sont les princi-
pales nouvelles prd,entbes en premiere page des journaux.
1. L'exdcution de Petkov

L'ex6cution du chef de I'opposition bulgare entratne one
protestation officielle sous forme de declaration remise a
la pfesse par le DIpartement d'Etat oh la carriere de Pet-
kov est rappel]e en mmme temps que les protestations faites
par le gouvernement des Etats-Unls aupres des gouverne-
ments bulgare et russe centre la violation des accords de
Yalta et des droits de l'homme.
Le New York Times et le Washington Post consacrent a
cette execution des 6ditoriaux ridieulisant les accusation.
portees centre Petkov et mettant en lumiere les procedds
employes par les communists ouand ils sont an pouvoir.
Le New York Times intitule son editorial : a Un h6ros eft
pendu n. Le Washington Post declare. notamment : a Le
cas Petkov devrait fournir une dernirre lecon s'il en 4tait
besoin prouvant l'ineptie du front poDulaire. Petkov dtait
en effet le dernier des nombreux politicians radicaux qui
pensaient que la collaboration avec les communists etait
possible P
Une ddpbche A. P. de Los-Angeles rapporte une declara-
tion du g6ndral Mark Clark h la c Convention de la Legion
americaine a oh iti a r6vl46 que tous les membres de la mis-
sion russe en Italie out Rt6 arrdtds porteurs d'uniformes am6-
ricains au moment oh ils s'apprAtaient & enlever des oflciers
du Service secret americain.
2. Assemblie gdndrale

Le discours de M. Lie. secretaire g6enral de IoO.N.U. et les
votes de I'Assembl6e autorisant la mise l'ordre du jour
des affaires de Gr6ce et de Corde entrainent de gros titres
dans les journaux qui ont soulign6, d'une part, l'appel a
1'entente lancd par M. Lie et, d'autre part, les ddfaites subies
par le bloc russe.
3. Le discours de M. Bidault.
Le Washington Post et le Philadelphia Evening Bu:lletin
consacrent encore des 6ditoriaux au discours de M. Bidault
(voir ces articles plus loin).
3. LVaide amdricaine

Le New York Times reproduit en exclusivity le texte du
rapport de la Confdrence de Paris. L'article de Reston rap-
pelle comment les membres de la Conference ont diminue
progressivement l'evaluation du deficit europ6en. I1 insisted
sur le fait que le dernier chiffre arrWtA est base sur une
cooperation entire 1'Est et 'Ouest de l'Europe qui lui appa-
ralt pour le moins douteuse. Callender Bcrit de Paris que
les personnalitds responsables des U.S.A. sont ignorantes de
la crise europeenne qui menace de devenir plus aigu8 dans
un on deux mois. Krock, correspondent politiqoie du New
York Times, montre les difficulties de tout genre auxquelles
administration americaine va se heurter maintenant pour
fire appronver son plan de p'aide a I'Europe mais il conclut


que le texte du document de Paris a rendu plus facile h
Administration la tAche de presenter ses engagements au
CongrBs. Il ajoute que dans les deux parties des adversaires
vigoureux s'opposeront au programme flnanc6 par le public
amdricain et proposeront que l'entreprise priv6e vienne en
aide a un group de Nations parmi les seize Nations reuniei
a Paris.
Les autres journaux rapportent les declarations faites par
le s6nateur Connally, president de la Commission des Af-
faires 4trangbres, indiquant qu'il ne serait pas sage de con-
voquer le congris en session sp4ciale et cells du senateur
Ferguson proposant que l'aide amdricaine soit apportde seu-
lement aux entreprises privdes europ6ennes et non aux gou-
vernements strangers qui ne sont capable de se maintenir
au pouvoir que grAce a l'argent du gouvernement des Etats-
Unis. < Ce n'est pas un moyen de d6velopper la d6mocratie
et de combattre le communism n, aurait-il dit.
Le candidate rdpublicain a la pr6sidence, M. Stassen, a d6-
clar6e Cleveland qu'il fallait rdunir le CongrBs. a Si le Con-
gres n'agit pas, a-t-il dit. comment voulez-vous combattre la
propaganda de certain Europeens qui vous disent qu'on ne
peut pas 6tre str de ce que les U.S.A. front pour I'Eu-
rope ,. La press reproduit 6galement les declarations faites
par M. Garqer, vice-president de la Banque Internatlonale
qui a rappeld que celle-cl ne disposait plus que d'environ
500 millions de dollars et qu'elle n'a pas 4et consulted par
I'Europe au sujet de l'aide de trois milliards 100 millions
qu'elle serait suppose Atre en measure d'apporter a I'Eu-
rope.
Drew Pearson, dans son article largement diffuse, declare
que le Departement d'Etat et le Trdsor font pression sur la
Banque Import-Export pour qu'elle prate de I'argent
A ?'Europe, dtant donn6 qu'elle poss6de 80'0 millions de
dollars. Son President M. Martin serait part en Europe pour
y 6tudier la situation.
A la suite de son voyage A travers les Etats-Unis, O'Reilly,
ex-correspondant du New York Herald Tribune h Paris cons-
tate qu'on doute constamment aux Etats-Unis que les pays
de 1'Europe Occidentale soient capable d'utiliser proprement
l'aide ambricaine. A cet dgard, on a, g6neralement puis con-
fiance en la Grande-Bretagne qu'en la France. I1 ajoute qdpe
bien que certain aient des doutes au sujet du Gouvernement
socialist anglais, ils pensent cependant que le people anglais
est uni dans les efforts qu'il fait pour retrouver sa stability
Bconomique. Ils doutent beaucoup plus de la, France, don't
les gouvernements changent souvent. II -conclut en disant
qu'un grand nombre d'Amdricains ne peuvent pas compren-
dre pourquoi les Europ6ens n'adoptept nas I'ensemnble du
systtme americain qui leur permettrait deinmeux s'organiser.

4. Allemagne

Des depAches de Berlin annoncent que le Conseil de Con-
tr8,le Allib s'est oppose a reduire la ration de 600 grammes
de pain donnee aux travailleurs allemands et de 400 gram-
mes donnds aux autres consommateurs alors que la ration
franchise n'est que de 200 grammes. Cette nouvelle n'entratne
encore autun commentaire et ne fait l'objet que d'une pre-
sentation objective des arguments frangais et amdricains.

5. Nouvelles de France

Selon les correspondents a Paris du New York Times et
du New York Herald Tribune, les representants du Gouver-
nement francais ont fait un tableau tres sombre de la situa-
tion financibre franchise a M. Snyder, secretaire du TrAsor
americain. Le correspondent du New York Times qualified
de a terrifiant a ce tableau et, celui du New York Herald
Tribune dit que la France fera banaueroute A moins que le
Gouvernement des Etats-Unis ne soit urbt a fui conceder un
emprunt substantial au course des prochaines semaines.

a) APRftS LE DISCOURSE DE M. BIDAULT :

1. Washing'on Post (24/9).
( La violence verbal de M. Vychinsky semble n'avoir
pas plus &mu les Anglais et les Frangais que les d616-
gubs am6ricains. Dans le cas de la France cette attitude







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSED ATRANGABE


revele une ind6pendance de sentiment qui a une cer-
taine importance dans .l'volution de la situation mon-
diale. Depuis San Francisco, M. Bidault a essuyi de
nombreuses insults de la part 'de MM. Molotov et Vy-
chinsky mais, jusqu'A present, les difficultt6s int6rieures
francaises I'ont oblige A les supporter sans rien dire. A
la Conference de Paris, cependant, M. Bidault a reagi de
sa propre initiative sans se soucier Ides menaces de
M. Molotov. II a expliqu6 A M. Vychinsky que malgr6 les
efforts que celui-ci faisait pour l'intimider, en ce qui
concern les plans americains, il ne changerait aucune-
ment de position et il a fait allusion aux entorses A la
v6rit6 faites par les Soviets. La France a, maintenant,
recu suffisamment d'assurances pour savoir ce qu'est la
politique ambricaine en Europe occidental. Elle yise A
bAtir une Europe occidentale qui permette l'6tablisse-
ment sur le -vieux continent Id'un .6quilibre propre A em-
pAcher 1'Europe de tomber sous la domination sovi6-
tique. >
2. Philadelphia Evening Bulletin (2-1/9).
Aucun pays d'Europe ne voit avec plus d'appr6hen-
sion que la France l'antagonisme qui oppose ]es Etats-
Unis et la Russie dans le domain des affairs interna-
tionales. La France a cherch6 constamment A rester en
Ibons terms avec ces deux puissances. Elle desire l'ap-
pui de la Russie pour empicher l'Allemagne de se d6-
velopper industriellement jusqu'A un degr6 qui rendrail
possible une nouvelle aggression militaire, et bien qu'au-
cun communist ne soit dans le Cabinet, le Gouverne-
ment cherche a 6viler de soulever hostilityt ( de ce
parti. Dans leurs discourse de dimanche, MM. Ramaidier
et Auriol oat dit : I1 y a place a la table europeenne
pour la Russie et pour la Grande-Bretagne. La politikque
franeaise, qui recherche l'amiti6 des deux parties, expli-
que le discours prononc6 par M. Bidault a Lake Succes.
Car, tout en 'd6plorant les frictions survenues entire les
deux grandes puissances il a montr6 nettement qu'il ne
pouvait accepter la position .sovi6tique dans certain cas
oil Moscou attaque les U. S. A... L'attitude de M. Bidault
est courageuse et digne. Elle indique qu'en dehors 'd'ua
'petit bloc d'Etats obliges de se conformer aux ordres
de Moscou, la Russie ne peut pas s'aitendre i voir les
membres de 'O. N. U. appuyer une politique aussi in-
transigeante, qui n'admet meme pas la discussion des
problems soulev6s. a
0) APRnS LA SIGNATURE DU RAPPORT DE LA CONFERENCE
PCONOMIQUE DE PARIS (WashingiBon News, 23/9) :

< Nous admettons sans reserve la valeur des buts vi-
ses 'par la politique de M. Marshall. Nous pensions que
l'Europe est dans une situation d6sesp6rbe, proche d'un
chaos tentant pour le communism. Nous croyons que
1'aide r6ciproque qui dolt permettre un accroissement
de la production grAce A un; redoublement d'efforts, i
une meilleure organisation et a la suppression des bar-
ribres douanieres, constitute la seule solution a la cruise.
Et nous croyons que les pays europ6ens, dans leur si-
tuation actuelle, ne peuvent s'entr'aider suffisamment
s'ils ne regoivent pas, un.e aide temporaire de la part
des Etats-Unis et d'autres pays strangers.
II restera A voir si l'octroi de marchandises et de dol-
lars americains permettra en fait un relevement de la
production europ6enne. Dans ce cas, c'est une bonne
affaire et une garantie de s6curit6, ainsi qu'un.e bonne
action sur le plan de 1'6thique international. >
c) LA POLITIQUE ETRANGARE DES ETATS-UNIS (New York
Herald Tribune, 25/9, edit. europ.) :
< ...II va de soi que nous respectons certain ideaux
et que nous manifestons de nobles aspirations dans la


fagon don't nous menons notre politique 6trangbre. Nous
croyons en notre d6mocratie, nous ch6rissons nos liber-
t6s et nous souhaitons que d'autres peuples soient aussi
heureux. Nous d6sirons sincerement une paix just et
equitable 'pour le monde entier.
Mais comme toutes les autres nations du monde, nous
poursuivons une politique 6trangere non seulement dans
I'inter&t de nobles id6aux, mais aussi pour d6fendre ce
que nous pensions Wtre nos int6rets nationaux essentiels.
11 est inutile de dire que nos interets essentiels ne sont
pas toujours en concordance avec ceux des autres na-
tions. Le D6partement d'Etat pourrait quelquefois faire
preuve d'un peu plus de franchise pour expliquer cela.
Apres tout, j1 n'y a pas lieu de manifester de la honte
A avoir des interets nationaux et A les d6fendre sur le
'plan diplomatique. Et il n'est pas toujours n6cessaire
de les faire passer pour de nobles id6aux. Pourquoi
ceux qui sont charges de diriger notre politique ne di-
iaient-ils pas franchement au people am6ricain qu'ils
ont d6cid6 qu'il 6tait dans l'intCret des Etats-Unis de
< contenir ; l'expansion russe et l'extension du com-
munisme A 1'Europe occidentale et au bassin m6diterra-
neen ?... >
(WILLIAM L. SHIRER.)


III. PRESS SOVIETIQUE


Revne de la press sovidtique du 24 septembre 1947

1. L'O. N. U.
Le compete rendu du discours de M. Mac Neil est d'un ton
particulibrement critique. Selon le correspondent special de
Tass, bien que ce discours ait 6tW enti6rement dirig6 centre
1'Union Sovi6tique et contienne une s4rie de grossibres accu-
sations malveillantes centre elle, P'orateur a eu le front d'as-
surer les d61egu6s sovidtiques de la volonte de la Grande-
Bretagrne d'entretenir les plus cordiales relations avec I' U. R.
S. S. Par ailleurs, les journaux reviennent sur le discours de
M. Vychinsky. Le correspondent de Tass relive que la propa-
gande americaine se remettant de son premier desarroi. an-
Dlinue tons ses efforts h en attenuer impression ainsi au'A
dZtourner 'attention des accusations qui lui out Wte porties:
a titre d'cxemnle, le corre-spondant cite le discours de
M. Austin et ePlui du runnblicain Keize ainsi one les infor-
mations d'Athcnes nubli6es dans les journaux nmPricains. 11
v onnose I'inrm ;tnde manifested par les milieux DroTressis-
tes des Etnts-UTnis citant notamment lP liscours i r M. Wnl-
Tnae ? New-.Tersev. En ontre dnns In Prauda. Mnrkrov nlhlic
un revue de nresse relative A 'npanr6;iation de.s pronneitions
nmtr'in;ins A I'Assembl)e eindPrnq. T1 rite Ce soir. ]e New
Vor.- HPero Tri hbune. I Srnctator. le Sundan Times, le Man-
.hleMsenr Guardian, Frandr-Tirerr et nnc srie de jonrnnux
scandinaves.
2. L'aceord so~vfto.iranien
La question de l'accord sovi4to-iranien fait l'objet d'un
article d'Alexeiev dans les Iza stia (voir Particle plus loin).

3. Nouvetles diverges
Le movement d6mocratique dans le monde qui occupe une
colonne et demie fait suite aux comptes rendus du second
Congrbs du parti socialist unifi6 allemand.
Une nouvelle br&ve announce 1'exicution de Nicolas Petkov.
APAtS LA SIGNATURE DE L'ACCORD SOVIETO-IRANIEN SUR LE
PITROLE (Izvestia, 24/9) :
< La champagne d6chainde a 1'6tranger par la signa-
ture de l'accord sovi6to-iranien est trop important pour
ne pas attire attention de l'opinion publique sovi6ti-








SBLLBTIN QUOTIDIEN DE PABSS6K *RANanB 5


que. On sait que I'accord sovi6to-iranien pr6voit la cr6a- Cet appel I la raison, tendant a exorciser la m6fiance
tion d'une society mixte pour la recherche et I'exploi- et la peur, touchera tous ceux qui voient avec angoisse
station de p6trole dans 1'Iran septentrional, croitre lantagonisme russo-americain don't ies recent
La signature de 1'accord petrolier sovi6to-iranien a debats de 1 O.N.UJ. ont montre la violence... Il semble
W6t bien accueillie par les milieux les plus divers de la bien que I'adjuration de M. Vincent Auriol sonne plu,6t
soci6t6 iranienne; la press iranienne n'a pas manque comme un cri u'alarme que comnme une parole d'espoir.
de souligner l'importance de cet accord non seuement En eifet, dans le remarquabie discou.s qu ii a prononc6
en ce qui concern les relations amicales des deux pays, A i O.N.U., M. Bidauit a declare qu'il 6tait vain et p6ril-
mais 6galement en raison du fail que ses conditions leux de se dissimuler I'ampleur et la gravity de la crise
sont tres avantageuses pour l'Iran... Et certains jour- don't l'enjeu est, sinon 1'exisience, du moins la structure
naux de T6hbran ont soulign6 que les conditions de la et I'efficacit6 des Nations Unies...
creation d'une soci6t6 sovi6to-iranienne 6taient bien Les dures r6aliss ont Wte plus fortes que les louables
plus avantageuses que les conditions des concessions intentions de la diplomatic du Quai d Orsay. Lorsque
p6troliflres faites A la Grande-Bretagne. le general de Gauiie prit le pouvoir, ii pensa que son
La creation d'une socidt6 sovido-iranienne influera pays se.ait en measure de traiter d'6gal A 6gal avec les
beaucoup sur le d6veloppement de l'industrie iranienne Etats-Unis, la Russie et l'Angleterre; c ecft 6te hautement
et contribuera beaucoup A la diminution du ch6mage d6srable... Mais on s'aperiut rapidement que si la
dans le pays. Les status de la soci616 pr6voient une France resiait une granue nation, e.le n'itait plus une
direction commune sovi6to-iranienne et placent la so- grande puissance dans 1'ordre materiel. Aussi, sous l'im-
eiWi6 sous la sauvegarde des services de s6curit6 de pu.sion de M. Bidault, s'efforga-l-elle de jouer le r6le
1'Iran, rendant ainsi impossible toute immixtion 6tran- d'honn6te courtier; elle y parvint dans la measure oft
g6re. Ainsi il n'est aucunement porter atteinte A la sou- un accord paraissait possible entire I'Am6rique et l'Union
verainete du pays... r sovietique. Elie proposal des formules transactionnelles
(ALEXEIEV.) don't certaines lurent acceptles : ce fut notamment le
cas dans I'affaire de Trieste. Mais ce rble est termin6...

IV. PRESSE SUISSE La mission de la France est ailleurs. Ne voulant plus
jouer les Lazare a la table des Grands, ne parvenant pas
intervenir efficacement dans une querelle qui la d6-
passe, la France s'est d6cid6e a jouer la carte de la
LA POLITIQUE EXTARIEURE DE LA FRANCE (Journal de Ge- cooperation europ6enne. Dans 'ce domaine, eile peut
nawe, 25/9) : tenir un r6le 6minemment utile. En cherchant a renouer
Sest rare que le president de la Rpulique trait les relations amicales avec l'Italie, don't ii a plaid la
as s est rare qud e le p resident de la Repubque traite cause A I'O.N.U., M. Bidault a pos6 les bases d'une en-
dans ses discours de la polilique exti~rieure; aussi la tente qui pet re conde. La seurit de 'Europe
path6tique ailocution que M. Vincent Auriol a prononcee depend, en effect, de son relavement.
dimanche prend une signification pariicul;ere; elle r6-
vele l'inqui6tude que cause en France I'evolution des Que ce redressement ne puisse pas s'accomplir sans
affaires internationales et la peine qu'6prouve ce pays I'aide des Etais-Unis, c'est ce don't M. Bidault est con-
a prendre position dans cette guerre froide que se li- vaincu, lui qui a rendu homage A l'iniiiative prise par
rent les Etats-Unis et 1'Union sovi6lique. C'est pour- le g6enral Marshall tout en refutant les critiques plus
quoi il redoute la rupture de la solidari., inernationale, passionn6es qu'objectives faites par M. Vichinsky aux
qui entrainerait la session definitive du monde en deux travaux de la Conference de Paris. Le sort de I'Europe
blocs hostile et rivaux... depend, en effet, de l'appui americain. L'intbert de la
M. Vincent Auriol a adress6 un eloquent appel aux France est done de d6velopper ses relations avec les
dirigeants des grandes nations pour que, abandonnant Eta:s-Unis, seul pays en measure de faciliter son relb-
leurs rapports et leurs notes immuables, ils aillent les vement...
uns vers les autres avec conflance et loyaut6... (RENt PAYOT.)


. P. I. Imp., 27, me Nicolo, Paris _1.3009












































































Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs