Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00194
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 24, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00194
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DBS ARTS ET DES LETTRES)


Directioa de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8').




BULLETIN


DE


PRESS


24 septembre 1947.


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


'/.4



QUOTIDI N^



ETRANGIRT


Nouvelle S6rie No 776


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
P) La signature du rapport de la Conf6rence Bcono-
mique de Paris :
1. Times (23/9) ;
2. Daily Telegraph (23/9) ;
3. Daily Herald (23/9) ;
4. News Chronicle (23/9) ;
5. Daily Worker (23/9).
b) Le discours de M. Mac Neil A I'O. N. U. (Times,
23/9).
c) L'O.N.U. et le probleme corben (Timel, 23/9).
II. PRESS AMIRICAINE.
La position de 1'U.R.S.S. A l'O.N.U. (New York He-
oid Tribune, 22/9).
III. PRESS SOVIETIQUE.
Apr6s les discours de MM. Marshall et Vychinsky:
1. Kasnsia Zvelda (21/9) ;
2. Izuestia (21/9).
IV. PRESS SUISSE.
Aprbs le discourses de M. Bidault A 1'O.N.U. (La Tri-
bunle de Genyve, 22/9).


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britanniqiue du 23 sepitembre 1947
La traverse de l'Atlantique par un avion sans pilot a
cause uhe grande sensation dans la press de ce matin qui,
par ailleurs, s'.interesse presque exclusivement A la signa-
ture du rapport de la Conference Bconomique des Seize et
aux dbhats de I'O.N.U. Encore Jes articles qu'elle consacrc
A ces deux questions ont-ils presque toujours un caractere'
de pure information.
1. Aide amdricaine i I'Europe
Tous les journaux donnernt un compete rendu succinct de
la cerdmonie qui a marqud la signature des rapports de la
Conference 6conomique par les seize reprisentants des gou-
vefrtements intdresses. Ils mettent en vedette les declara-
tions de M. Bevin et donnent un relief particulier aux pas-
sages dans lesquels celui-ci a exprimd ses regrets de ne pas
voir toute l'Europe collaborer i cette oeuvre de redresse-


ment et de cooperation et a prdcise qu'il ne s'agissait pas
d'adresser un appel A la charity amdricaine, mais une de-
mande legitime d'assistance qui permettrait & l'Europe d'e
reprendre sa place dans le monde d'apres guerre.
La press public en outre un resume assez d6taille du
rapport des Seize.
Le correspondent du Manchester Guardian voit dans la
journey d'hier le d6but d'un nouveau chapitre de l'histoire
europ6enne.
Le correspondent diplomatique du Times pense de son
cOtd que la Grande-Bretagne devra faire pour sa part un
effort considerable pour augmenter sa production de char-
bon .afin de pouvoir reprendre ses exportations, augmenter
sa flotte marchande, intensifier ses sources d'energie dlec-
trique. Selon ce correspondent, l'aide mutuelle entire les
participants est un des moyens les plus important d'assu-
rer l'emploi judicieux des resources. Mais, come l'a mon-
tre le rapport, cette aide mutuelle ne peut pas resoudre le
probl6me. L'Europe ne pourra so reliever qu'en faisant du
commerce avec le monde extrrieur. Cela est encore plus vrai
pour le Royaume-Uni. Avant la gueire, un quart de son
commerce se faisait avec 1'Europe, la moitid avec l'Empire.
Les Anglais sont et ont toujours Wtd de gros importateurs
de products amdricains. Le des6quilibre mondial ne pourra
etre corrig6e la longue que si les conditions du march
.amdricain permettent A fEurope et au reste du monde de
vendre de plus en plus.
W. N. Ewer, correspondent diplomatique du Daily Herald,
,6tudie Ila contribution de la Grandc-Bretagne au plan de
redressement europden qui prdvoit : une augmentation de
la production de carbon afin d'en exporter environ 30 mil-
lions de tonnes en Europe occidentale; une augmentation de
la production d'acier de 12.700.000 tonnes & 15 millions (le
re.te de l'acier n6cessaire devant provenir de la Ruhr et de
la France); l'augmentation des. constructions navales; Pin-
tensification de ,la culture de la pomme de terre; l'augmen-
tation de la production d'huile et de matieres grasses; 'aug-
mentation de la production d'dnergie Blectrique. Parlant
cnsuite du project d'une union douaniere europ6enne,
M. Ewer estime qu'll a fait perdre du temps aux nigocia-
teurs sans leur apporter rien de positif. Il termine son
article on espirant qu'aucune a catastrophe imprevisible o
no viendra ruiner les efforts deployds par la Grande-Bre-
tagne pour restaurer sa propre dconomie et aider A la pros-
peritd europeenne.
Vernon Bartlett, du News Chronicle, souligne que c'cst la
premiere fois qu'un plan d'ensemble a etd dlabord par les
nations europdennes et ajoute que ce, plan peut dtre reli6 f
un plan gdndral gigantesque. II souligne que si les buts sont
atteints, 1'Europe occidentale n'aura pas seulement retrouv4
son importance economique, mais sera parvenue A un degr6-
6tonnant d'unite.
Quant au Daily Worker, il announce que la Confdrence de
Paris a decided de crder un organism commun charge de


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


- -=








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


surveiller l'ex&cution de son programme. Cet organism
serait un instrument qui permettra aux Etats-Unis de
veiller i ce que leur aide soit utilisee comme ils 1'cntendent
ainsi que d'intervenir dans. les affaires int6rieures de l'Eu-
rope.
Le News Chronicle announce en manchette que les Etats-
Unis viennent d'entamer des fiCgociations avec le Canada
afin d'acheter A ce pays des denrdes alimentaires et des mar-
chandises destinies A l'Europe. Des n6gociations analogues
commenceraient bientot entire les Etats-Unis, I'Australie,
l'Argentine et le Bresil, afin de couvrir en parties les 750 mil-
lions de livres don't 1'Europe a besoin avant que le plan
Marshall soit mis a execution.
2. 0. N. U.

Toute la press accord une large publicity au discours
prononce par M. Mac Neil devant l'Assemblee de 1'O.N.U.
Elle souligne que ce discours a etd chaleureusement applaud
par tous les membres presents, i exception des represen-
tants de I'U.R.S.S. et des pays du bloc slave.
Le Times remarque que l'hommage rendu par l'orateur a
M. Churchill a soulevd des applaudissements enthouslastes
et qu'il a 6et d'autant plus appricid que M. Mac Neil est un
adversaire politique de M. Churchill. On a en I'impression,
dcrit ce correspondent, qu'un ddleguB a expose pour la pre-
miere fois, sous leur vrai jour, la situation international
en g6enral et les difficult de l'O.N.U. en particulier. ,
Le correspondent du Daily Telegraph merit que M. Mac
Neil a su par un discours caustique mettre en prices les
accusations prof6eres par M. Vychinsky contre l's d6mo-
craties.
Le Daily Express, le News Chronicle et le Dailio Herald
mettent en relief le passage di; discours de M. Mac Neil
dans sequel celui-ci a demanded i 1'Union Soviktique de
lever le rideau de fer ,.
Tous les journaux, sauf le Daily Worker, insistent sur le
caractdre particulidrement vigoureux et constructif de ce
discourse qui est, dans une certain measure, prdsenl6 come
un succes personnel pour M. Mac Neil.
Cependant, le Daily Worker donne la vedette au discourse
prononce par le delegue yougoslave accusant l'Amnrique de
vouloir imposer des gouvernements r6actionnaires en Italic
et en Grece et de vouloir diviser 1'Europe par un rideau
de dollars ,.
3. France
Le correspondent du Daily Telegraph announce que M. Sny-
der s'est entretenu avec M. Schuman sur la situation &co-
nomique de la France.
4. Allemagne

Plusieurs journaux annoncent la d6mission du Marichal
Sir Sholto Douglas des functions de commandant en chef
et de gouverneur militaire de la zone britannique en Alle-
magne, ainsi que son remplacement par le gdndral Sir Bryan
Robertson. Cette admission, qui aurait effet le 1" novembre,
serait due, d'aprds le News Chronicle, i des divergences de
rues entire le gouvernement britannique et Sir Sholto Dou-
glas sur la politique h suivre a l'dgard de 1'Allemagne.
5. Espagne
Dans le Daily Worker, Margaret Richards consacre un
article i la misere du people espagnol.
6. Etats-Unis

Plusieurs journaux font 6tat des declarations de M. Wal-
lace d'apres lesquelles les Etats-Unis ne peuvent pas avoir
recours au chantage economique pour obliger le people bri-
tannique i abandonner sa route.
Le Daily Worker signal, de son c6td, que M. Wallace
a d6clard que, malgr6 toute leur richesse, leurs resources
et leur bombe atomique, les Etats-Unis ne pourraient pas
gagner une troisidme guerre.
7. Proche-Orient
D'apres le Daily Worker, divers pays de la Ligue arabc,
don't l'Irak, auraient averti les gouvernements amdricain et


britannique qu'ils viendraient en aide aux Arabes de Pales-
tine au cas oft les Nations Unies d6cideraient le partage de
ce pays.

a) LA SIGNATURE DU RAPPORT DE LA CONFERENCE ECONO-
MIQUE DE PARIS :

1. Times (23/9) :

<...A ce stade des n6gociations, il vaut mieux laisser
aux Am6ricains eux-memes le soin de dire si la de-
mande d'aide est raisonnable, ainsi que le programme
de relbvement qui y est associ6. Les seize nations euro-
peennes ont pour leur part expos de fawon parfaite-
ment claire l'dtendue du programme de reconstruction
qu'elles envisagent et l'aide. financiere qu'il entraine.
Si l'on acoorde une aide financiere moins important,
I'oeuvre de reconstruction s'en trouvera diminude d'au-
tant. Et meme, en fait, si cette aide financiere descend
au-dessous d'un certain niveau, aucune reconstruction
ne sera possible et on courra le risque de voir s'instal-
ler le d6sordre polilique et iconomique. Ce danger de
voir r6gner le chaos existera encore, quelles que soient
les decisions A long terme qui seront prises, si on n'ac-
corde pas a l'Italie et a la France une aide provisoire
en dollars dans un avenir prochain. Les nations euro-
peennes ont 6galement montri qu'elles ne craignaient
pas de courir individuellement des risques et d'aban-
donner des pr6juges nationaux pour servir l'int6eret
commun. On doit en toute justice attendre pour juger
de l'6tendue de la cooperation europ6enne projet6e, que
tous les 'documents soient publics ; mais il est djih 6vi-
dent que bien des pays, et en particulier le Royaume-
Uni, assument volontairement de lourdes responsabili-
tds en mettant une bonne parties de laur propre produc-
tion au service de la reconstruction de 1'&conomie euro-
peenne, augmentant largement par la leur future deficit
en dollars. De telles preuves du d&sir des pays euro-
peens ,de s'entr'aider m6ritent d'etre reconnues... L'en-
semble des propositions mises au point A Paris fournis-
sent l'occasion de se livrer A une experience audacieuse
et absolument sans precedent dans le domaine de la
cooperation internationale... On ne peut encore tre
absolument stir que les diff6rentes tapes seront fran-
chies avec succes, ou que les Etats-Unis considereront
les objectifs et les demands de l'Europe comme Rtant
suffisamment modestes. Mais du moins, ce plan indique
un moyen de sortir de la situation actuelle. >>

2. Daily Telegraph (23/9, conservaleur) :

< ...Bien que ce rapport ne conlienne que des espd-
rances, on ne pent dire qu'il constitute uniquement un
< carnet d'achat > ou un expos des besoins minima
don't l'Europe r6clame la satisfaction A l'Am,6rique. II
constitute une tentative veritable pour donner une .r-
ponse constructive A la proposition de M. Marshall, se-
lon laquelle l'AmBrique pourrait aider 1'Europe si les
nations europeennes t6moignaient du d6sir de s'entr'ai-
der...
Le rapport montre que l'Europe n'a pas h6sit6 A
exposer ses difficultFes et lqu'elle ne manque pas de de-
termination. C'est sans aucun doute le genre de T6ponse
auquel pensait M. Marshall lorsqu'il a fait sa proposi-
tion. Ce sont les Americains qui doivent d.cider main-
tenant. Cela n'implique pas que nous sous-estimons ce
qu'ils ont ddja faith, ou ce que nous leur demandons de
faire maintenant. Le rapport precise qu'au course des
deux dernieres anndes, ils ont < sauv6 l'Europe d'une
catastrophe >. Malheureusement, deux ann6es n'ont pas
suffi. Nous sommes en presence d'un d6s6quilibre mon-
dial aggrav6 par la guerre et s6rieusement complique





3


BULLETIN QUOTIDIEN'DE PRESS ATRANGBRE


par l'isolalionnisine de la Russie, et il faudra beaucoup
plus longtemps pour le supprinier. En fait, pour y par-
venrr, acceptationn sans reserve du rapport par les
Ame6riiains ne sera mime pas suffisante. Mais cette
acceptation est une n6cessit6 primordiale pour le re-
dressement du monde. >

3. Daeil Herald (23/9, travailliste) :
<< ..Le fait le plus renarquable peut-Mtre, c'est que les
besoins de l'Europe sont calculus globalenient. Nulle
part ne figure.l'6valuation des besoins en dollars d'un
pays distinct, mais seulement celle de l'ensemble des
seize pays.
: La cooperation europdenne se pr6sente ainsi comme
une r6alit6 qui devrait exercer sur les Etats-Unis une
grade influence, tout conine elle marque une tape
dans le domaine des relations internationales.
Le rapport met surtout I'accent sur I'aide r6ciproq'ue
que peuvent s'accorder les pays europ6ens eux-m&mes.
Les premiers objectifs consistent A augmenter la capa-
cit6 de production en 1950, et dans bien des cas, A 1'6le-
ver jusqu'A un niveau sup6rieur A celui d'avant-guerre.
Ces objectifs ne concernent pas seulement les c6r6ales,
le sucre.et les pommes de terre. mais le carbon, I'6lec-
tricite, l'acier, les voices ferrCes et les navires. Et la plus
grande parties du materiel doit Ntre fabriqu6e en Eu-
rope meme.
Pour la Grande-Bretagne, la lecon que nous devons
tirer de ce rapport porte sur I'inportance extreme de
notre contribution en carbon pour r6soudre la crise
europ6enne. En 1951, nous nous proposons d'extraire
250 millions de tonnes de carbon, au lieu des 200 mil-
lions de tonnes de cette ann6e. Si 1'on veut atteindre
ces objectifs, il faut que tons ccux qui participent. la
production du charboi en Grande-Bretagne augmentent
leurs efforts.
En envoyant ce plan A Washington, le people britan-
nique exprimera une fois de plus son regret profound du
fait que l'Union Sovi,6tique n'ait pas voulu y participer.
Mais on laisse encore A ]a Russie la possibility de le
faire. >>

4. NAews Chronicle, .(23/9, liberal)
< ...Le plan pr6voit une entraide et une cooperation
fres importantes 'des divers pays europ6ens mais le d6fi-
cit que doivent combler les resources am6ricaines est
tr6s important. D'apr6s les eslimations actuelles il serait
de l'ordre de 19 a 22 milliards de dollars.
La measure 'dans laquelle les Etats-Unis r6pondront A
cet- appel A I'aide ne regarded qu'eux et nous devons
attendre leur decision. Mais m6me si nous ne recevons
aucune aide, la conference n'aura pas 66t inutile. I1
est absolument n6cessaire que les pays europ6ens tra-
vaillent ensemble pour assurer leur propre salut. Si
I'aide am6ricaine n'est pas accor'd6e, ou si elle est in-
suffisante, la crise europ6enne sera extr6mement grave
et la cooperation sera plus que jamais n6cessaire.
I1 est important egalement que la direction de 'ac-
tion dec!ench6e par M. Marshall soit consid6r6e de fa-
von just. Quoi qu'en puissent dire certain Am6ricains,
il n'est pas et ne dolt pas devenir une ligue contre la
Russie. Si 'on pensait cela, ce movement ne pourrait
pas r6ussir... >.

5. Daily Worlker (23/9, communist) :
c ...Pour compren'dre la signification de ce document,
il est n6cessaire de le pas se contender de regarder les
chi-fres mais de regarder en face les r6alit6s politiques
actuelles de 1'Europe.
L'essentiel du rapport est bas6 sur la division d6fini-


tive 'de l'Europe en deux parties, l'industrie lourde de
guerre de la Ruhr faisant parties du bloc occidental. De
plus, on prepare maintenant un plan de coordination
pour ce bloc occidental de seize Etats, de fagon A ce
qu'aucun d'eux ne puisse s'en 6carter..
Si ce plan est adopt, les monopolies am6ricains au-
ront en main les industries de la Ruhr (M. Bevin a pro-
mis autrefois de nationaliser le carbon de la Ruhr!) et
tireront parti de cette situation pour soumettre les
Etats europ6ens A leur volontW...
Alors que l'Europe occidentale r6clame des dollars,
M. Marshall continue A jouer au chat et A la souris avec
la France, la Gran'de-Bretagne et l'Italie. II pense 6vi-
demiment que plus elles seront faibles et plus il sera
facile de les acheter, lorsqu'on en viendra au march
d6finitif. Mais le dernier mot n'est pas encore.dit >.
b) LE DISCOURSE DE M. Mc NEIL A L'O.N.U. (Times, 231/9):
( M. Mc Neil a 'parle en toute franchise hier A Flus-
hing Meadows... Le ton de son discours, qui fut simple
et 6nergique, a refl6t6 le malaise croissant ressenti par
presque toutes les nations r6unies A Flushing Mea'dows,
a la pens6e que les menaces continuelles qui present sur
une paix dejA fragile pourraient s'aggraver. 'C'est centre
l'attitude de l'Union Sovictique A L'O.N.U. que M. Me Neil
a dirig6 ses critiques, et non pas centre les plus vastes
considerations de puissance et de politique qui inqu6-
tent M. Truman et ses conseillers.
C'6tait mnanifestement le droit et le devoir 'de M. Me
Neil de r6pondre a I'accusation de propaganda de
guerre formul6e par M. Vychinsky... Le seul but du gou-
vernement britannique, maintenant comme dans le pas-
se, est 'd'Wtablir et de maintenir la paix, ce qui sera
impossible tant que les cinq membres permanent du
Conseil de s6curit6 ne seront pas tous r6solus A s'6lever
A la hauteur de leurs responsabilitds et A adopter une
conduit normal. M. Me Neil s'est 61ev6 violemment
contre la propaganda sans fondement A laquelle se li-
vrent les porte-parole russes contre les agissements de
la Grande-Bretagne 'dans le monde entier et plus parti-
culierement dans le Moyen-Orient et en Egypte. Suivant
leur propre conception de la cooperation international,
les Russes ont toujours insisl6 pour que le point de vue
russe soit toujours accept par toutes les autre nations.
Si la Russie garde cette attitude, les Nations Unies se-
ront arrMt6es dans leur progres et .se diviseront, et les
deux camps qui existent d6jA raidiront encore davan-
tage et d6finitivement leur attitude. L'Alargissement des
atlributions de l'Assemblee qui vient d'6tre propose
peut donner I'espoir de voir s'6tablir un nouveau mode
'de vie et de voir aboutir les efforts collectifs des na-
tions, mais seule une cooperation entire les grandet
puissances, y comprise la Russie qui doit encore appor-
tcr une contribpiton d6eisive, peuvent sauver A coup
str I'O.N.U. et la.paix >.

c) L'O.N.U. ET-LE PROBLAME COREEN (Times, 23/9) :
< Ii est satisfaisant de constater que le comit6 direc-
teur de l'Assembl6e g6n6rale .des Nations Unies a decide
d'inscrire A l'ordre du jour de la session actuelle l'exa-
men de la question cor6enne. Les intentions louables qui
etaient A la base des accords conclus A Yalta et Moscou
ont about A un echec lamentable par suite des diff6-
rends qui se sont 6lev6s entire les autbrit6s d'occupation
am6ricaines et russes...
Les Am6ricains n'oublient pas que le veritable but de
I'O.N.U. dolt 6tre de cr6er un Etat cor6en qui soit assez
fort pour 6tre ind6pendant. Depuis son accession au
secretariat d'Etat, M. Marshall a entrepris topte une s6-
rie d'efforts infructueux pour parvenir a une entente
satisfaisante avec 1'Union sovi6iique sur les measures A
prendre imm6diatement. En outre, le gouvernement des





4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRBSSE ATRANGARB


Etats-Unis a propose la reunion d'une conference des
quatre puissances A qui la sauvegarde des int6r6ts co-
r6ens, pendant la p6riode p6liminaire A l'independance,
avait 6t6 confine par I'accord de Moscou. Mais tandis
que la Grande-Bretagne et la Chine se montraient prdtes
A discuter avec les Etats-Unis, l'Union sovi6tique a re-
fus6. La Russie a commis 1h une faute qu'elle regrette
probablement maintenant, 6tant donn6 que M. (romyko
a laiss6 entendre dimanche dernier que son gouverne-
inent pourrait reconsider son attitude. Mais cette con-
cession, si l'on peut l'appeler ainsi, n'a ipas satisfait le
comit6 directeur. L'impasse a la quelle on a about au
sujet de la Corde a provoqu6 maintenant une inqui6tude
g6n6rale; et 1'Assembl6e g6ndrale, a qui la question co-
r6enne est maintenant soumise, adoptera probablement
le point de vue exprime par M. Marshall, selon lequel
la revendication pressante et just du people corden qui
r6clame son ind6pendance ne doit pas 6tre rejet6e A
cause de l'incapacit- montr6e par deux grandes puis-
sances de s'entendre sur les principles politiques qui
doivent 6tre appliques en Cor6e. s



II. PRESS AMERCIAINE


Revue de la press ameri::aine du 22 septembrr 1947
I. Le discouirs de M. Bidault
Toute la press de dimanche mentionne en premiere page
les declarations faites par M. Bidault h l'Assemblee g6ndrale.
Certains journaux reproduisent m&me le discours en entier
(New York Times), tandis que les correspondents speciaux
des journaux comme le Philadelphia Bulletin, le Baltimore
Sun, le Washington Post lui consacrent de longs articles dlo-
gieux. La repudiation par le ministry des Affaires (trang6res
frangais des accusations porties par M. Vichinsky centre le
plan Marshall est soulignde dans les titres des journaux
qui notent tous que M. Bidault a soutenu la th6se anmiricaine.
La plupart des commentaires de press et de la radio notent
igalement lo ton assez pessimiste de ce discours mais, sous
cet angle, ils ne constituent pas des critiques du discours, au
contraire, ils s'accordent avec les declarations de M. Bidault
pour reconnaitre la gravit, de la rivalite russo-americaine.
Marc Sullivan, journalist hien connu, so demand ce que
dolt tirer comme conclusion dp discours de M. Vichinsky
et du flot de reactions qu'il a provoqu6 et il ajoute que c'est
le discours de M. Bidault qui resume la situation cette
declaration est d'autant plus convaincante qu'elle a dtd faite
non pas par 'un de nos reprisentants mais par cclui d'une
autre nation, par M. Georges Bidault ,). Et, il cite une phrase
du ministry frangais soulignant l'amplitude et la gravitC de
la crise. II conclut, cependant, que de l'avis general la Russie
ne fera pas la guerre avant cinq ou, peut-6tre, 10 ans nmais
quo l'hostilit, russe est < irreconciliable ,, et qu'elle conti-
nuera de 1'etre tant que les dirigeants russes acturls seront
au pouvoir.
Anne Mac Cormick constate, elle aussi, l'inquidtude provo-
qude par le conflict des theses russes et americaines; parlant
des nations europiennes de l'Ouest, elle dit que ces nations
se sentent plus mal a I'aise h la suite de la collision qui
s'est produite la semaine derni6re centre eles Etats-Unis et
I'Union Sovi4tique. D'aprds elle, cela apparait surtout claire-
ment dans la reaction frangaise, < dans le discours human
et sombre de M. Bidault, qui a eu son cho dans les discours
du President Auriol et de M. Ramadier.

2. Assemblee gdndrald

Tous les journaux de lundi annoncent que la ddldgation
amiricaine a rdussi h faire porter. l'ordre du jour de l'As-
semblie ses propositions de Commission permanent et celles
relatives 6 la Corde. La press souligne que le dI6legu russe
s'est energiquement oppose ces dgLcisions qui out dtd finale-
ment acquises par deux votes de douze voix contre deux.


3. Aide amndricaine i l'Furepe
Les correspondents de Paris consacrent encore de longs
articles i la Conference Economique don't le rapport doit
etre sign aujourd'ihi. Ils estiment le montant de l'aide ame-
ricaine au course des quatre prochaines annles entire 16 et
22 milliards de dollars. Hargrove, correspondent de Wall
Street Journal, estime que meme si cette aide dtait apport6e
a 1'Europe, celle-ci ne retrouverait pas, en 1952, le niveau
de vie qu'elle connaissait -avant la guerre. 11 fait ressortir
1'effort que front les Nations occidentales pour accroltre
leur production agricole et industrielle. II note que les moyens
de transports seront renoves grace t Pimportatton de mate-
riel americain et il ajoute que cette vision brillante ne de-
pend pas seulement de l'aide amiricaine mais aussi des
efforts et du travail que front les beneficiaires de cette
aide. D'aprBs lui, cela implique, par consequent, un change-
ment dans 1'attitude de la plupart des 200 millions d'intdres-
s6s. Et il conclut que, meme si cette aide americaine ne Vient
pas, la Conference Economique aura quand meme accompli
une tache utile pour 1'Europe puisqu'elle a jets les jalons
de la cooperation iconomique inter-europdenne.
Les correspondents de Washington font des speculations
sur la Conference que M. Truman tiendra aujourd'hui avec
ses ministres et certain reprisentants. Ils pensent surtout
que le Presid-ent prenne cette decision sans attendre. L Les
la session sp6ciale du Congres. L'editorial du New York
Times se prononce en faveur de cette measure et demand
que le Prddident prenne cette decision sans attendre. a Les
initiatives doivent venir du Pnisident lui-m&me. Nous cspd-
rons qu'il fera bravement face a tous les ev6nements et qu'il
convoquera le CongrBs. C'est la seule fagon d'unir rapide-
ment notre pays autour d'une entreprise qui n'est rien moins
que de sauver un monde qui s'6croule. n

4. Nonuelles dae France
Le discours Idu general de Gaulle A Lyon a trouvi des
ichos dans les articles d'agences reproduits par le New York
Times, le Washington Post et le Chicago Tribune, qui, tous,
soulignent les attaques visant les communists.
Les journaux du dimanche reproduisen egalement des ex-
traits du discours 'de MM. Auriol et Ramadier. Le New Yotk
Herald Tribune cite M. Auriol et le New York Times resume
A la fois le discouis du President de la R6publique et du
President du Conseil.

LA POSITION DE L'U.R.S.S. A L'O.N.U. (New York Heradd
Tribune, 22/9) :
< ...II est evident que si la Russie continue a faire
parties .du concert des nations, elle continuera a faire
de I'obstruction syst6matique. Elle pense qu'elle sert au
mieux ses int6rlts en lultant perp6tuellement centre la
volont6 de la majority. Cette conception, implicite dans
la r6e'onse de M. Vychinsky A M. Marshall, ne sert qu'A
donner plus de poids aux recommendations formulEes
par M. Marshall et visant a la creation d'une commis-
sion qui ait la possibility d'agir dans un .domaine soi-
gneusement limit, lorsque l'emploi abusif du droit de
veto menacera de paralyser le Conseil de s6curit6. L'es-
poir de r6alisation lointaine ne peut 6tre renforc6 que
par la participation de la Russie A toutes les decisions,
mais les n6cessit6s imm6diates exigent de laisser la pos-
sibilit6 d'entreprendre une action lorsque cette parti-
cipation menace de devenir une simple obstruction. ,



III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovidtique' des 21 et 22 septembre 1947
La premiere place est donnee dans les rubriques &trangires
h I'Assemblde g6ndrale de 1'O. N. U. Au second plan figurent
les aspects divers de 1'expansionnisme americain; ensuite
yiennent les movements d6mocratiques dans le monde.








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGiRE 5


1. Assemblde gdndrale de l'O. N. U.
Le discourse de M. Vychinskyy demeure le centre d'int6r&t
essential de la press, une sdrie de dep&ches Talss et de com-
mentaires y fait allusion. Deux d6peches Tass relevant les
6chos soulev6s par l'intervention de M. Vychinsky, opposent
les commentaires favorables du journal P. M. et d'une s6rie
dei d&16gu6s (Irak, Chili, Guatemala, Venezuela) aux echos
d6favorables de la plus grande parties de la press americaine
appartenant aux trusts. D'autres ddpeches Tass citent des
extraits de la revue New Republic, soulignant l'influence des
milieux financiers dans la politique dtrangere amrricaine
et des extraits de l'article du g6ndral Arnold dans la revue
Flying sur la ndcessit6 de fortifier l'Alaska.
Des commentaires se rbf6rent au discours de M. Vychinsky
I'opposant I celui de M. Marshall (Voir ces articles plus
loin.)
2. Expansionnisme amdricain
Deux themes principaux : a) Le plan Marshall : quelques
tel6grammes mentionnent la declaration de Dalton sur les
ventes d'or;
b) Le Proche-Orient. Une sdrie de t61lgrammes concer-
nant le voyage du gdniral Clayton I Sofia; 1'arriv4e au Liban
d'une mission militaire amdricaine; le dksir d'Abdullah de
cr6er par la force une Grande Syrie.

APRAS LES DISCOURS DE MM. MARSHALL ET VYCHINSKY A
L'O.N.U.
1. Krwsnaia Zvezda (21/9) :
< Le fait que la press am6ricaine ait d6fini par
advance la strat6gie de M. Marshall comme la plus agres-
sive et non comme la plus raisonnable n'6tait pas for-
tuit. Le discours du secr6taire d'Etat a Wtb accueilli par
l'opinion d6mocratique comme exprimant la tendance
de la d61lgation am6ricaine a obtenir A n'imiporte quel
,prix le rble ,de protagoniste A 1'Assembl6e g6n6rale.
Ainsi se r6vble de plus en plus la volont6 de ceux qui
voient dans 1'O.N.U. un simple instrument de leurs buts
6goistes. Les propositions du chef de la d616gation so-
vi6tique apparaissent diam6tralement opposes. Comme
toujours, sa declaration fait appel non a la scission du
monde en camps ennemis, mais a l'union .de tous les
peuples dans le travail pacifique et non a l'instigation
d'une nouvelle guerre mondiale, -mais a l'instauration
et au enforcement le plus vite possible d'une paix d6-
mwocratique. \

2. Izuestia (21/9) :
< Les discours du secr6taire d'Etat Marshall A la
veille ,de la session et pendant la session confirmbrent
I'intention de la d616gation americaine de transformer


l'Assembl6e g6n6rale en champ clos d'une guerre di-
plomatique centre 1'Union sovi6tique et les autres pays
d6mocratiques. Mais les premiers jours des travaux de
l'Assembl6e,ont montr6 que cette guerre diplomatique
d6clar6e a grand bruit 'par la d616gation ambricaine ne
se diroulerait pas come une promenade militaire. Les
int6r6ts de la paix et de la security ne manquent pas
aujourd'hui de d6fenseurs convaincus, et tout d'abord
.dans la personnel de 1'Union sovi6tique. La position de
ce pays a trouv6 son expression dans le discours de
M. Vychinsky. Et cette intervention, a la fois lumineuse
et puissante, a r6sonn6 comme une r6plique profondd-
ment fondue centre les instigateurs d'une nouvelle
guerre. Elle a sem6 le d6sarroi dans les rangs des fos-
soyeurs de 1'O.N.U.


IV. PRESS SUISSE


APRiS LE DISCOURS DE M. BIDAULT A L'O.N.U.
La Tribune de Genive (22/9) :
< ...Les milieux officials am6ricains sont r6serv6s
dans leur reaction au discours de M. Bidault et s'abs-
tiennent de se plaindre de ce que le repr6sentant fran-
cais n'emboite pas le pas au g6n6ral Marshall, car le
gouvernement de Washington est assez intelligent pour
comprendre que ce don't M. Bidault a le plus besoin
politiquement, c'est de pouvoir montrer son ind6pen-
dance...
En r6sume, on peut dire que la tendance de la poli-
tique frangaise est de se turner vers l'Am&rique, mais
avec une certain mollesse. Les opinions sur l'attitude
de la France sont diverse. Certaines experiment la sa-
tisfaction, d'autres refltent la critique et marquent
qu'il est illogique que M. Bidault recherche auprbs des
Etats-Unis le maximum d'aide en faisant le minimum de
concessions. ,
(Du correspondent de la Tribune de Geneve
i NewYork.)

ERRATA

Bulletin quo-tildien de Presse *trangBre, n 775, page 4,
,paragraphe d), lignes 11 et suivantes, lire :
q ...L'Autriche est le lieu of s'est manifested avec la
plus grande intensity& au course des derniers mois la ri-
valit6 existent entire 1'Est et l'Ouest... C'est li une divi-
sion A laquelle on lne peut rembdier facilement... >


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009
































































































Prix : 6 frs.



It




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs