Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00193
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 23, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00193
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTERE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MTTSTERV
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


BULLETIN


DE


PRESS


23 septembre 1947


QUOTI'D



ETRAN


Nouvelle Serie No 775


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE
a) Le discours de M. Bidault h,1'O. N. U. (Sun-
day Times, 21/9).
b) Avant la publication du rapport de la Conf6-
rence 6nonomique de Paris :
1. Observer (21/9).
2. Daily Herald (22/9).
3. Daily Telegraph (22/9).
c) L'Allemagne et la reconstruction de 1'Europe
(News Clranicle, 22/9).
d) L'avenir de 1'Autriche (Times, 22/9).
II. PRESS AMARICAINE
La politique exterieure de la Russie (New York
Herald Tribuve, 21/9).
III. PRESS SOVI*TIQUE
Apres le discours de M. Vychinsky A I'O. N. U.
(Praldla, 21/9).
IV. PRESS BELGE
Apres les discours de MM. Marshall et Vychinsky
S1'O. N. U. :
1. Le Aeuple (22/9).
2. Le Drapeau Rouge (21/9).
V. PRESS SUISSE
Apres le discours de M. Vychinsky k I'O. N. U.
(Tribune de Genive, 21/9).

1. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 21 sepfembre 1947
La press dominicale consacre la plupart de ses colonnes
aux questions figurant a l'ordre du jour de 1'Assembl4e des
Nations Unies A New-York et i la crise mondiale du dollar.
Elle fait 6galement 6tat des nouvelles re'trictions- A prdvoir
en Grande-Bretagne et de rumeurs selon lesquelles 1'Iran
aurait accced aux dcmandes russes relatives aux concessions
de p6trole le long des rives miridionales de la Caspienne.
1. N. U.
La France a a dksormais renonce & son r61e de puissance
de 'mdiatrice entire le bloc anglo-saxon et le bloc russe,


estiment la plupart des journaux n. Le Sunday Times sou-
ligne que le discours de M. Bidailt constitute la reponse la
plus virulente aux attaques de M. Vychinsky qu'il ait 4tb
jusqu'i present donned aux d416gu6s d'entendre.. (Voir P'ar-
ticle plus loin.) Le correspondent de ce journal a New-York
s uligne les recents.et considerables progress u 'auraient fait
les Soviets dans le rlmaine de 1'cnergie atomique. Le corres-
pondant du Sunday Times prdvoit que, dans un avenir rap-
proch6, Moscou annoncera triomphalement les resultats des
recherches 'de ses savants et que ses declarations 6tonneront
le monde.
2. Palestine
Nombreux sont les journaux qui croient savoir qu'au
Conseil de Cabinet rduni hier il a Bt6 decide que la
Grande-Bretagne ne pouvait continue f assumer le mandate
sur la Palestine dans les conditions actue'les.
Le Sunday Times pense que M. Creech Jones annoncera A
l'Assemblde que 1, gouvernement britannique est pr&t A
prendre une parties de la responsabihit6 de l'administration
de la Palestine, mais qu'elle ne peut plus assumer seu'e
cette tache. L'Angleterre demandera sans doute aux Etats-
Unis de fournir les troupes necessaires au main-tien de
l'ordre en Palestine; si cette demand est refuse, l'Angle-
terre retirera immediatement ses forces armies de Palestine.
Le Sunday Dispatch announce que M. Creech Jones appor-
tera I M. Marshall une lettre personnelle de M. Bevin dans
laquelle celui-ci lui fera part de l'impossibilitb pour 1'An-
glcterre de demeurer deux ans encore puissance mandataire
en Palestine, comme le prevoit le rapport de la majority do
la Commission des Nations Unies.
3. La crise du dollar
Le correspondent a Washington de l'Observer pretend que
M. Truman est maintenant convaincu de la n6cessit6 de
convoquer le Congris en session extraordinaire pour voter
les credits n6cessaires a une aide immediate pour 1'Europe;
Tous les journaux signalent mais ne commentent pas les
declarations faites hier par M. Bridges, president de la Com-
mission des appropriations du SBnat, et selon lesquelles les
Etats-Unis financeront les besoins en dollars de la bizonc.
Le People signal en' manchettes que la fin de la crise du
dollar est en vue pour l'Angleterre. Selon ce journal, M. Dal-.
ton a convaincu M. Snyder que l'Angleterre se rel6verait
et le Secrtaire ambricain au Tresor rentre i Washington
pour convaincre ses colleagues du cabinet d'autoriser l'Angle:
terre L op&rer de nouveau des pr6elvements sur les 400 mil-
lions de dollars de l'emprunt qui lui restent. Maintenant
que l'Angleterre connait la fagon americaine de voir an
sujet de l'article 9, elle peut s'engager i accroitre son com-
merce avec les Dominions, et A- faire ainsi du Common-
wealth des nations britanniqucs 1'entit6. 6conomique la plus
puissante du monde..


I ---
-- I -I -- --






MU=lLTIN QUO1IDIEtN bE P"isSI krTANIGAn


Par centre, 'e Reynolds News, autre organe de gauche,
pretend qua le )~par'ement d'Etat voudrait utiliser ics
o00 millions de dollars bloques de l'emprunt britannique
.pour une aide immediate a la France e, A 1 Italic menacees
chacune par de puis-ants parties communities d6sireux de
prendre le pquvoir. Le correspondent dip.omatique ae ce
journal ajoute que Washington fait pression sur l'Angle-
terre pour que celle-ci negocie avec la France et I'Italie des
accords de convertibility. M. Marshall prssentera remain a
M. Truman un m6moire sur les besoins de la France r6digd
apres son en'revue avec M. Bidault.
'Enfin, le Sunday Express parole de l'echec complete des con-
versations Cripps-Clayton an sujet de la preference imp-
riale.
4. Restrictions en Angleterre

Selon le News of the World, l'insuffisance de la produc-
tion des industries textiles va entrainer une p6nurie grave
ue vetements en Angleterre. Ce journal eatime q je si le suu-
vernement veut, en application du plan Cripps, accrottre
l'exportation des tissus, I'Anglais moyen n'aura plus droit,
desormais, qu'a la moiti6 des points textiles qui lui 6taient
jusqu'a present accords.
5. Iran

Le Reynolds News croit savoir que le Shah a fait pres-
sion sur les maglis pour que ceux-ci votent une loi auto-
rs ant la formation d une compagnie p6troafisre irano-sovie-
tique.
Revue de la press britannique du 22 septembre 1947
La politique interieure occupe une place n6gligeable dans
la press de ce matin qui concentre tout son intdrnt sur les
grande questions de politique international telies que les
debats de I O.N.U., l'aide americaine i i'Europe et le pro-
bleme palestinien.
La France fournit matiere i quelques articles dans divers
journaux.
1. 0. N. U.

La plupart des journaux signal que 1'Assemblee de
I'O.N.U. a deja approuve trois des propositions americaines
concernant le Comi:' de paix de l'Assembie., ia situation
en Coiee, la revision du trait de paix avec l'Italie. Ils sou-
lignent en terms plus ou moins saisissants que l'Union so-
vietique a ainsi subi un premier 4chec, bien qu'elle ait ega-
lement fait mettre au programme des d6bats ia question de
la propaganda belliciste en Gr6ce, en Turquie et aux Etats-
Unis.
Alors que le Daily Worker ne mentionne dans son article
que les discours de MM. Gromyko et Mazarik, les autres
journaux resument les declarations de Sir Hartley Shawcross
et de M. Bidault.
Le corre:.pondant du Times ecrit que le discours du mi-
nistre frangais a 6te t franc et courageux et qu'il a su
montrer que les travaux de la Conflrence 6conomique de
Paris constituaient un example de solidarity international
don't ses participants pouvaient s'enorgueillir.
Alister Cooke, du Manchester Guardaan, 6crit de son c6t6
que beaucoup de peliles nations ont vu 1'expression p6nible
de leur propre situation dans le compete rendu que M. Bi-
dault a fait sur la situation frangaise prise entire les deux
forces opposes de 1'Est et de lOest.

2. Aide amdricaine d I'Europe

Les Journaux donnent un compete rendu succinct dn rap-
port de la Commission Aconomique de Paris.
Les informations qu'ils publient sur I'etat de l'opinion
amdricaine & i'egard du Plan Marshall sout asses contra-
dictoires.
Le correspondent du Times A Washington estime que 'at-
titude de l'Union Sovidtique a fait bien davantage en faveur
du Plan Marshall que tous les rapport sur la crie euro-
pAenne.
D'aprds le Daily Telegraph, M. Marshall n'aurait pas de
peine a convaincre M. Truman que la situation internatio-
sale s'6tait aggravee pendant l'absence du President, qua


l'Italie n'a plus assez de dollars pour acheter son carbon
et son ble, que la France n'est guere dans une situation
meilleure, que la Grande-Bretagne ne pourra pas toujours
continue i puiser dans ses reserves d'or et -qu'une convo-
cation immediate du Congres s'impose pour venir en aide
rapidement A ces pays.
Toutefois, d'apress Ie Daily Mail, M. Marshall aurait dit
A M. Bidault que la France ne devrait pas attendre une aide
amdricaine avant le printemps prochain et que le CongrBs
ne pourrait pas tenir de session spdciale avant le 1" dd-
;embre.
Parlant du rapport de la Commission Bconomique, M. Ver-
non Bartlett 6crit dans le News Chronicle qu'il marque un
progris tres important vers ces Etats-Unis d'Europe don't
revait Briand.
3. Palestine
Les journaux accordent une grande importance a la d6ci-
sion prise samedi deruier par le cabinet britannique d'ac-
cepter la decision de 10.N.U. sur I'avenir de la Palestine
au cas oh les autres nations seraient pr6tes A en assumer
Agalement l'exdcution.
Le Daily Herald, qui accord sa manchette A cette ques-
tion, souligne egalement que le gouvernement britannique
n'est pas pr&t pour autant a assurer seul l'execution des
measures qui sont susceptibles d'att4nuer l'hostilit6 entire
Juifs et Arabes. E. Jay, auteur de l'article, croit savoir que
M. Creech Jones annoncefa aux Nations Unies que le gou-
vernement britannique est pret A retire ses troupes de Pa-
lestine des qu'une solution satisfaisante aura etd trouvee.
Ge pourra 6tre it l'epreuve la plus crucial qu'aient jamais
connue les Nations Unies, mats ii leur faudra y faire face.

4. Balkans
Plusieurs journaux font dtat d'une declaration d'un porte-
parole du Foreign Office soulignant que la ratification des
trai'es balkaniques ne signitie pas que le gouvernement bri-
tannique approve les regimes de ces pays. 11 aurait averti
les gouvernements bulgare et roumain que tout nouvel acte
de repression arbitraire serait consid&r6 comme une viola-
tion du trait de paix.
5. France
Le Manchester Guardian public des passages des discours
prononces par le g6enral de Gaulle A Lyon, par M. Herriot
a Nice, par M. Vincent Auriol, airisi que d'un editorial de
Maurice Thorez dans l'Humanitd.
D'aprBs le correspondent de ce journal, le discourse pr6-
sidentiel aurait 6tA le plus grave que M. Auriol aurait pro-
nonce depuis son election. Ce correspondent 6met aussi
l'hypothbse d'un retour des communists dans un gouver-
ncment de coalition, cc qui entralnerait la d6mission de
M. Ramadier et son replacement probable par M. Herriot.
Le Daily Worker pr6dit un succ6s communist aux lec-
tions municipals et reproduit certain passages des d6cla-
rations de M. Thorez.
Le journal communist announce aussi que le ComitA ex&-
cutif du parti socialist de la Loire-InfBrieure a vot6 une
motion demandant l'exclusion de M. Ramadier du part
socialist.
Plusieurs journaux soulignent que la reprise des coupures.
d'l6ectricit6 a etU remise on vigueur en France,
6. Une aide militaire amdricaine d l'Europe
Le Daily Worker public un article de Ch. Adams date de
Boston, d'apres lequel le ministry de la Guerre amdricain
se preparerait h envoyer des armes automatiques et des
mitrailleuses dans tous les pays qui se trouvent A proxi-
mit6 de la Russie avant la fin de 1947. Ces renseignements
seraient dus A l indiscr6tion d'un fabricant d'armes amS -
rioala.
7. Allemagne

D'aprbs D. Weawer du News Chronicle, sons pr6texte de
manoeuvres, des renforts russes comprenant des formations
blinddes seraient envoys dane tous les points stratdgiques
de la zone d'occupation russo en pr6vision-des dv6nements








fiUIL&flN QUOTIDIEN 6U PRESSI *RXAN0*RZ I


qul pourraient se prodaire si la Conference de novembre
dehonalt. On estime en general que de telles manceuvres
r6veleraient davantage la nervosite des Russes que d'dven-
tuelles intentions agressives.
8. Iran
Le Times fait etat d'un communique de l'ambassade
russe de Teheran accusant le gouvernement iranien d'avoir
mal interpreted l'esprit de l'accord russo-iranien sur le p4trole.
D'autre part, le Manchester Guardian fait etat des atta-
ques don't le chef du gouvernement iranien a ket l'objet au
pairlement. Ces attaques nieraient la validity de I'accord
signs par Ghavan el Sultanah avec la Russie sur le petrole.
9. Turquie
Le correspondent du Manchester Guardian B Istambul fait
Atat des reactions de 1'opinion turque devant la politique
russe.
Le discours de M. Vychinsky a New-York n'aurait gubre
emu les milieux diplomatiques turcs et ceux-ci souligne-
raient que ce spent les revendications russes sur les Detroits
et sur Kars et Ardanan qui ont n6cessith la demand d'aide
de la Turquie aux Etats-Unis.
10. Indes
Le correspondent du Times fait 6tat du communique com-
mun public par les gouvernements des deux nouveaux Domi-
nions aux terms duquel ceux-ci seraient totalement d'ac-
cord sur la ndcessitg de cooptrer pour rdtablir la paix entire
les deux pays.
11. La Guardia
Plusieurs journaux, en annoncant la mort de M. La Guar-
dia, font valoir les services qu'il a rendus come maire de
New-York et directeur de 1'U.N.R.R.A.

a) LE DISCOURS DE M. BIDAULT A L'O. N. U. (Sunday Ti-
mes, 21/9, conservateur).
< ...Le discours 'de M. Bidault a constitua la r6ponse
la plus 6nergique qui ait 6t1 oppose iusqu'ici aux all6-
gations de M. Vychinsky, ministry adjoint des Affaires
6trangBres soviAtilques, selon lesquelles la Grande-Breta-
gne 6tait de connivence avec les Etats-Unis pour ruiner
I'ind6pendance politique et 6conomique des pays euro-
p6ens.
II a franchement 'd6clar6 que c'tait A cause de l'atti-
tude prise par la Russie que la r6alisation du p'an Mar-
shall n'avait pas 6t6 entreprise sous les auspices des
trois grades puissances...
Le discourse de M. Bidault a caus6 une certain sen-
sation A Flushing Meadows, -car la France n'avait jamais
pris aussi nettement posifi'on pour d6fen'dre les objer-
tifs des Etats-Unis en Eurone. On interprete ce discourse
comme un abandon d6flnitif par la France de son r6le
traditionnel 'de m-diateur entire. 1'Est et I'Ouest. On ne
relevant meme pas dans le discours l'allusion police et
conventionnelle A 1'6gard de la Russie...

b) AVANT LA PUBLICATION DU RAPPORT DE LA CONF RENCE
ACONOMIQUE DE PARIS :
1. Observer (21/9, conservateur).
i ...Le people et le gouvernement amn6ricains A qui ce-
rapport est adress6 m6ritent de connaitre toute la v6ritM,
1Us accueilleront favorablement la determination.. inon-
tree par la conference d'abaisser les tarifs douaniers et
Id'augmenter la production au delay du niveau d'avant
guerre. Mais ils seront 6tonn6s et desagrbablement im-
pressionn6s par le chiffre de 22 milliards de dollars qui
est considbr6 comme l'aide minima n6cessaire au re'i.
vement .e l'Europe :dle plus, ils s'alarmeront d'appren-
-dre que les trois quarts de cette some Bnorme seront
d6pensts pour acheter des products de consummation


plut6t que du materiel et qu'en 1951 le deficit europ6en
s'6levera encore A 3 milliar'ds de dollars par an. Les ten-
tatives entreprises pour sauver I'Europe L bhn compete
n'auraient pour r6sultat, comme 1'a soulign6 M. S'imson
(qui a fait parties du gouvernement sous les trois der-
niers presidents americains) que l'entrainer par la suite
une augmentation trbs sensible 'des depenses et une di-
minution des chances de succ6s. Mais le rapport de la
IConf6rence de Paris fait comprendre tr&s clairement
que 1'Am6rique doit maintenant choisi: il lui faut aider
l'Europe ou se r6signer A voir le continent somber dans
le chaos. >
2. Daily Herald (22/9, travailliste).
a ...La Grande-Bretagne. en tant que nation ;qui a pris
1'initiative A Paris, partage les besoins et particlpe aux
plans du reste de l'Europe. Mais le peuple britannique
doit reconnaitre deux choses essentielles En premier
lieu, c'est que certaines des autres nations europ6ennes,
par exemp'e la France et l'Italie, sont encore plus pres
que nous d'avoir kpuis6 leurs resources en dollars. En
second lieu, le peunle britannique doit se rendre compete
qu'en raison de I'inflation des prix aux Etats-Unis. 'de
l'insuffisance des r6coltes en Europe. les perspectives
mondiales en ce qui concern les denr6es alimentaires
sont revenues franchement alarmantes.
Ce n'est pas seu'ement de dollars rue nous manquons
'd6sesp6r6ment, mais aussi de cereales et au course des
neufs prochains mols la maieure partie des cereales ne
peut venir que de I'Am6rique 'du Nord. Noun-mnmes. en
procednnt A des reductions importantes des importa-
tions. Vonnant leur plein ecsor A notre industries d'ex-
portation et A notre agriculture, nous avons fait de
grands efforts et nous agissons comme si nous ne de-
vions plus coTmnter sur une aide flnanci6re suppl6men-
taire de l'Am6rique du Nord.
En mnme temps. et dans I'intfr&t de tou'e l'Enrope
comme dans le nAtre. il faut deplover tons 'es efforts
Possibles pour fire du rapport de la Conference de
Paris qui doit 6fre sign auliord'hui un plan-gkn6-
ral intelligent et pratique 'de rel6vement international.

3. Daily Telegraph (22/9, conservateur).
o ...Il serait vraiment deloyal, en consid6rant Iesprit
l6ev6 qui anime l'offre de M. Marchall. de ne pas recon-
naitre l'amp'eur des sacrifices que l'on demand aux
Etats-Unis. Les chiffres que nous proposons impliquent
de v6ritables sacrifices pour des hommnes qui vivent et
qui travaillent dans des regions extrimement 6'oign6es
de ]'Europe, et qui ne peuvent se rendre p'einement
compete de son 6tat miserable; ces sacrifices vont se tra-
duire pour eux par une augmentation des imp6ts, une
augmentation des prix et une rar6faction de bien des
products. Il est tres facile pour les Europ6ens de sou-
tenir avec d6sinvolture ce point de vue que les Am6ri-
-cains doivent aider 1'Europe dans leur propre into-
r6t. I1 faut un certain degr6 'd'intellig6nce pour recoin-
naitre la r6alite de l'interd6pendance des continents. Si
le plan, tel qu'il est ilabord par la Conference de Paris.
est accept :par le Congrws, ce sera iA un veritable triom-
phe de l'esprit e mondial o et nn rayon de soleil bien-
faisant dans les t6n6bres sinistres qui s'6tendent pei A
- peu A l'ensemble-des- affaires internationales... Est-ee
fonder un espoir trop grand que de penser que ce
triomphe pourrait avoir -des repercussions favorables
sur les aspects politiques de la crise gknerale que tra-
verse le monde ?... C'est uniquement de la fate de la
Russie si le.plan Marshall .semble-jusqu'ici n'avoir eu
d'autre effet.que d'exasperer les passions aul lieu de les
apaiser.,, Cependant, ma!gre.le refus brutal oppose par
M. Molotov A 1'offre de M. Marshall, lorsqu'el'e a 616
fate pour la premiere fois, on donnera encore ses








a IeiUjLIZTIN QUOTIDJEZI DR PRISSM -*TMNGA14GM


chances A la Russie dans le rapport de la Conference...
Personne ne doulera v6ritablement que le people am&-
ricain accueillerait un changement d'attitude de 'der-
nitre heure de la part de la Russie avec un soulagement
et un enthousiasme consid6rables. Si la Russie accepted
de faire des sacrifices pour soulager la d6tresse de 1'Eu-
rope, elle devrait en faire 6galement pour d6barrasser le
monde de la peur. ,

c) L'ALLEMAGNE ET LA RECONSTRUCTION DE L'EUROPE
(News Chronicle, 22/9, liberal).

e ...La proposition faite pour hater imm6diatement le
relsvement de la production de 1'Europe occidental,
pose le probl6me difficile de determiner le r61le que
doit jouer l'Allemagne. Si l'on ne parvient pas a un
accord sur ce point, tout l'ensemble du plan 6ehouera.
L'Allemagne dispose de la main-d'ceuvre qualified et
du materiel necessaire pour rem6dier le plus largement
possible a la p6nurie d'acier, de products chimiques et
d'engrais. Mais 1'Europe occidentale, et la France en part
ticulier, craignent encore que l'Allemagne devienne A
nouveau la principal puissance industrielle en Europe.
La seule rdponse que l'on puisse faire en presence de
ce dilemme est qu'il faudrait exercer un contr8le inter-
national sur la production industrielle de la Rhur.
L'adoption de cette solution dissiperait les craintes de
la France, aplanirait bien des difflcult6s politikues et
rendrait possible la fusion 6conomiikue de toute 1'Eu-
rope occidentale. En particulier, l'adoption de cette so-
lution pr6parerait la voie A une entente sur l'importance
relative a accorder A la production de l'acier en France
et en Allemagne, production qui depend largement du
mineral de fer de la Lorraine et du coke de la Ruhr. Ce
contr6le international idevrait 6tre accept sans reserve
et de bon coeur par la Grande-Bretagne et I'Ambrique.
(LORD LAYTON.)


d) L'AVENIR DE L'AUTRICHE (TImes, 22/9.

A ...II existe encore une petite nation malheureuse qui
est exclue du b6n6fice de la conclusion d'un trait de
paix, et cette nation, c'est l'Autriche. En ce qui concern
les relations anglo-autrichiennes, la situation a 6t6 offi-
ciellement r6gularisee par une declaration du gouverne-
ment britannique, declaration stipulant que l'6tat de
guerre entire les deux pays n'existe plus, et autorisailt
une reprise normal des relations diplomatiques et
commercials. Une measure semblable a dejA it6 prise
par les Etats-Unis et par la France. Ces gestes amicaux
ne vont pas cependant au coeur du probl.me. L'Autri-
che est le lieu oh s'est manifesto la plus grande inten-
site au course des derniers mois de la rivalit6 existant
entire 1'Est et l'Ouest. Cette rivalit6 a divise un pays qui
a besoin avant tout de rester uni. C'est la une division
a laquelle on peut remedier facilement. L'Autricle dolt
en effet se turner a la fois vers l'Est et vers l'Oaest ; si
par une affinity naturelle, elle est plutOt tentee de se
turner vers l'Ouest, il est 6galement clair qu'en d6flni-
tive elle ne pourra trouver le salt que dans l'exploi-
tation et le developpement de ses industries modernes,
et que ces industries doivent disposer de debouch6s in-
t6ressants A 1'Est. L'Autriche, comme Trieste, et
comme 1'Allemagne, oI le mrme probleme'se pose sur
un plan plus vaste est le lieu d'expression de ces dif-
fdrends in6vitables qui s'6lvent entire les grandes puis-
sances et qui donnent aussit6t beaucoup plus d'impor-
tance a toute les autres difficult6s, en provoquant des
effects d6sastreux dans toute 1'Europe.


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press amnricaine du 21 septembre 1947
1. Assemblee g6ndraTe de I'O.N.U.

La press continue A donner une large; publicity aux d6bats
de l'Assemblhe gOndrale de I'O.N.U. Elle a tendance b pre-
senter les 4evnements de Lake Success comme un match
iusso-americain. C'est ainsi que le Neu) York Times annonce
en premiere page : e Les Soviets sont battus par neuf con-
tre deux et rapporte In decision de la Commission executive
de l'Assemhlee d'autoriser le dedat sur les pouvoirs sp6-
ciaux des cinq erandes puissances. Le dIlegue russe s'dtait
oppose a cette decision ddclarant que la champagne d'entre-
prise centre le veto etait en reality dirig4e centre 1'U.R.S.S.
De nombreux cditoriaux sont encore consacrAs an dis-
cours de M. Vychinsky. Le New York Herald Tribune le qua-
lifie de grave et grotesque et d' c 6cho de l'hitlIrisme 2
estimant qu'il avait pour but de renforcer la propaganda
russe dans 1'Emnire sovidtinue et Tu'il ne presentait aucune
aspect constructif. Le Baltimore Sun consider egalement
qu'il dtait destiny6 aux parts communists dans le monde,
mais ne pense pas que la violence du discours doive laisser
presager le retrait russe de I'O.N.U. car, dit-il, les commu-
nistes perdraient une plate-forme necessaire pour lerI pro-
pagande.
Le Philadelphia Inquirar estime qu'il y a lien d'lgnorer
compl]temc.nt ce discours et reprenant la reaction de
M. Dulles aux attanues personnelles de M. Vychinsky 11 di-
clare au'il faut persister dans 1'Peuvre de reconstruction in-
ternationale entreprise par les Etats-Unis. L'Evening Star,
de Washington, constatant que les Russes ont 4te mis sur la
defensive veut esnerer que 'appui moral qie Johnerunt
les Nations aux U.S.A. exercera une pression sur le g-uver-
nement de Moscou propre h I'amener h rdflechir et h ne pas
s'opposer A la volont6 du reste du monde.
La plupart dps journaux reprennent une defeche .4. P. de
Washington sirnalant l'article du commandant Steward dans
The Amored Caiiclrr Journal oh l'auteur indique qne les au-
toritds comnetentes estiment que la Russie pourrait probable-
ment envahir et occuper toute l'Europe occidentale malgr4
la resistance des troupes americaines, britanniques et fran-
qaises dans l'espace d'environ 48 heures. Cet article indique
que I'armde russe possede de nombreuses divisions blind6es
qui sont maintenues en Europe sur un pied d'alerte cons-
tant.

2. Conference Jconomtque de Paris

Les correspondents de Paris annoncent tous que la Confe-
rence a approuvi; l'unanimitO le rapport sur I'aide que
les U.S.A. pourraient apporter h I'Europe, aide don't le mon-
tant a 6:t6 fixed A vingt-deux milliards et demi de dollars.
De Washington, les correspondents politiques annoncent
que des son retour dans la capital le President Truman en-
treprendra des conversations avec les ministres interessds au
su.iet de l'aide amerlcaine A I'Europe. Ils soulignent particu-
liBrement P'trgence de la situation en France et en Italie et
certain parent de I'aide que certain organismes f6ddraux
tels que 1' e Export-Import Bank et le e Commodity Cre-
dit Corporation i pourraient apporter immhdiatement. Ils
signalent que M. Marshall reviendra de New-York demain
et qu'une importance conference aura lieu lundi h la Maison
Blanche. Une d6peche A .P. de Washington, value A un mil-
liard cent millions de dollars P'alde qu'il serait necessaire
d'apporter h la France et a l'Italie au course des prochains
six mois. La France aurait besoin de 700 millions de dol-
lars d'apr6s-les estimations faites par les experts du Dpar-
tement d'Etat.
3, Italie

Les declarations faites hier par M. Togliatti-i Rome an-
nongant que le people italien est mhr pour la revolution
sont longuement reproduites dans une ddepche A. P. reprise
dans de nombreux journaux. Aucun commentaire n'y est en-
core consaa,6.







bULitTiN QtJOTIDWEN bE PAESSN iBTPA14GAP.


4. France
Une d4p6che de HonkKong de A. P. declare que les repr&-
sentants &e sept parties qui constituent le Vietnam out rejet6
la proposition frangaise pour le retour de la paix en Indo-
chine. Des tilegrammes ont 6te adresses au gouvernement
frangais, au Conseil de Securiti, au Prdsident Truman, A
MM. Attlee, a Tohiang Kai Tchek et aux premiers mnistres
de 1'Inde et du Pakistan.
Dans son article a'aujourd'hui, Drew Pearson rapporte les
declarations de M. Anderson, ministry de l'Agriculture, indi-
quant qu'il est trbs m6content de la fagon don't les Europeens
se scraient a gav6s ) de ble amiricain regu cet 6te au lieu
de constituer aes stocks pour I'hiver. II aurait 6galement
critique le prix du bli en France fixd6 4,23 dollars le bois-
seau alors que la France peut acneter du bid amiricain a
2,50 dollars seulement.
Les journaux de la chaine Soripps Howard reproduisent
Particle de Howe indiquant que les fermiers francais se re-
fusent toujours a livrer leur bid et que le froid et la seche-
resse combines A la reduction des emblavures ont entralne
une r oolte de 50 % infrlieure aux r6coltes normales.

LA POLITIQUE EXTERIEURE DE LA RUSSIE (New York He-
rald Tribune, 21/9) :

e II serait triste et inutile de rap'peler toutes les que-
relles qui ont eniach6 ks regions entire la minority
russe et la majornt' A 'O.N.U. et dans ies autres orga-
nismes de cooperation international. Qu il nous suflise
de dire que le monde salt fort bien maintenant que
'abus *du droit de veto commis par les Russes au Con-
sell de s6curith n'est qu'une des maniiesLa.ions de 1 al-
titude negative adopL6e par I'Union Sovi6tique sur pres-
que toutes les questions qui demandent une coopera-
tion international. Ce sont presque invariabement ies
puissances occidentales qui on, pris I'iniliative pour r-
soudre les nombreux prob,6mes consecutils A la guerre;
l'obstruction, les abstentions et I inerlie ont presque tou-
jours WtB imputables A la Russie et a son bioc.
Que l'att tude des Russes soit *due au desir sovie-
tique de faire regner delibreiment le chaos, ou A leur
crainte de se voir mis en minority, ou simpiement A
une incompetence administrative, c'est 1 une question
tout A fait accessoire dans la measure oa il s'agit de I'at-
titude que le monde dolt observer vis-A-vis de la Russie.
11 n'en reste pas moins que la Russie n'a guere faith que
dejouer toutes les tentatives, bonnes ou mauvaises, qui
ont Wte amorc6es pour am6iiorer le sort commun des
nations qui ont Wte d6vast6es par la guerre. La Russie,
s'inspirant de la doctrine de Karl Marx, a souleve la
question de la souverainet6 national pour faire obsta-
cle successivement A tous les projects sur lesquels on
pouvait fonder un espoir. M. Gromyko pretendd qu'une
attaque d6clenchbe contre le veto est une tentative pour
imposer le d6sir des autres nations a 1'Union Sovid-
tique. Ii serait plus exact de voir dans ces atlaques con-
tre l'abus du droit de veto la condemnation de l'atti-
tude des Russes, qui n'ont guere fait qu'ajouter de la
confusion dans une p6riode d6jA confuse et ipleine de
dangers. 3


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovidtique du 20 septembre 1947
Les questions rtrangeres. Les rubriques strang6res sont
uniquement informatives et centrees sur l'Assemblee gdnerale
de I'O.N.U., envisage sous l'angle de la politique du Ddpar-
tement d'Etat.
A) Anuour du discourse de M. Vychinsky
Tous les journaux reproduisent sur un pen plus d'une
page un quart, Ja fin du texte integral du discours du chef


de la Delegation sovietique; les titres portent : e La propa-
gande pour une nouvelle guerre aux Etats-,Unis "; la
guerre, source de bndefices pour les monopoles americains n ;
r Qui sont les instigateurs d'une nouvelle guerre ? a; c Pro-
postions de 1 Union Sovittique n, puis vient un compete
rendu un peu plus detaill, qu'hier sur la stance du matin
du 18. Le correspondent du Tass relieve notamment les at-
taques contre le principle d'unanimit4 presentdes par
MM. Evatt, Romolo et Saint-Laurent. En fin de compete rendu
sont analyses brievement les reactions de la press amd-
ricaine au discours du general Marshall. reactions soulignant
que les propositions du Secr6taire d'Etat tendent a scinder
la session en deux parties; puis paralt un assez long compete
rendu des reactions du discours de M. Vychinsky. On y lit
notamment que c'est avec une particuliere attention que les
assistants ont ecoutd la parties du discours oh il a &4t tralts
du d6chainement de la propaganda belliciste aux U.S.A. Le
public a rdagi vivement quand ont 4te prononces les noms
des instigateurs que ddnongait le discours. Le faits citds par
M. Vychinsky ont pique au vif certain assistants. C'est ainsi
que lorsque M. Vychinsky a commence de citer les ch:ffres
des bendflces realises par les monopoles une voix affol6e s'est
6levde des tribunes : a Bon Dieu, Bon Dieu, arretez cela v;
le perturbateur a e4t expulsd, c'etait un membre du congress
de l'Etat de New-York nomme Seller. Le discours de M. Vy-
chinsky a trouve un vif echo. parmi les d6ldgues. M. John
Dulles que M. Vychinsky avait mentionnd comme l'inspi-
rateur de la politique de fermete des U.S.A. s'est empress de
remettre h la press un communique r6dig6e la hAte, dans
lequel, sans preuves et maladroitement, il essaie de se jus-
t.fier. Le dilegud syrien El Ghouri a dit que le discours
de Vychinsky dtait magniflque. A C'Atait un coup de ton-
nerre ,. Le chef de la delegation polonaise Modzelewsky a
declare aux journalists : 4 Le discourse etait tr6s clair, les
questions qu'il pose exigent une rdponse aussi claire; tous les
pays veulent la paix ceux qui crdent une atmosphere de pir-
paration A la guerre sont les adversaires de la paix v. Le
delegu4 du Liban Malik a dit : Cdtait un discours extr&
mement intdressant et brilliant, il a post des questions ai-
gues et les a rendues plus clalres; A cet 4gard, 11 a rendu
service a& 'Assemble ,i. Le d6legue britannique Mac Neil a
reconnu que le discours de M. Vychinsky avait Wtd le plus
brilliant, mnais ii a tache d'attenuer le sdrieux des accusa-
tions portees dans le texte centre les fauteurs de guerre. Le
President de la session de I'Assembl6e g4ndrale Aranha, le
chef de la d'el.gation francaise, M. Bidault, et quelques au-
tres ddleguds se sont refuses a toute interpretation.

B) Nouvelles diverse concernant l'Assemblde gdndrale
Dans tous les journaux parait la reproduction d'un article
du correspondent a Paris du Daily Worker an sujet de la
conversation Marshall-Bidault apres I'discours de Marshall.
D'apres ce texte, le Secr6taire d'Etat aurait exig P'assurance
que les communists ne rentreront pas dens le fouvernement
et que la delegation francf16 soutiendrait ses'propositions A
I'Assembl4e g6ndrale. I aurait egalement assure que son
gouvernement est pr&t A ouvrlr des credits & la France et a
I'Italie. En bonne place 6galement parait la nouvelle que
I'Ambassade des Etats-Unis, apres le refus qui avait provo-
que la protestation de Marcel Cachin, a accord son visa a
Pierre Courtade.

C) Autour de la politique amrricaine
La plupart des journaux mentionnent des t6elgrammes de
second plan : la champagne de fausses nouvelles en Suede A
propos des survols d'avions sovietiques; les voyages de di-
plomates sovidtiques, le voyage de s4nateurs americains en
Iran; et dans Trud l'analyse par Alexandrova du livre de
;Bassis a L'armBe democratique grecque > qui vient d'etre
public a Paris.

LES DISCOURS DE MM. MARSHALL ET VYCHINSKY A
L'O. N. U. (Pravda, 21/9) :

e ...Le discours prononc6 par le chef de la delegation
soviktique fut une plaidoirie en faveur de la paix et de
1'amiti6 entire les peuples du monde, en faveur de la
cooperation dmow antique. D'autre part, ce disoours at-





6 Bunz.U 1 QtYOTWIUNx bN PaESS *TRANGARA


taquait violeimmpet les inSligateurs d'une souvelle
guerre.
kar contre, en critiquant l'activilR de 1'organisation
des Nations Unies, M. Marshall avait tented ue rejeter
arbitrartmenm sur 1FU. R. S. S. la responsabilite des
ecnecs survenus dans le domaine de Aa cooperation
inmernationale...
M. Vychinsky a d6nonc6 la politique des Etats-Unis
etl de ia itranue-Bre'agne qui s'opposent au desarmie-
meat,. i'interdiclon ue recourir aux armes atomiques;
ces deux ,pays poursulvent une poitique incompatible
avec les praqcipes memes qui sont I la base *de i Orga-
nisaion aes Nations Unies...
Le discours du d6l6gu6 de 1'U.R.S.S. semblait etre
un veritable r6quisitoire... Le discours briilant de Vy-
chinsky, son appel A la lutte pour renforcer l'autorit'6
de I'O.N.U., pour ruiner la propaganda des fauteurs de
guerre, a eu un retentissement tout particulier qui con-
traste aveq I'accueil reserv, A l'ineervention .de M. Mars-
hall, don't le .discours ressemblait plut6t A une oraison
funebre celbr6e A la m6moire de tous les principles de
collaboration internationale... a
(VIKToRov.)


IV. PRESS BELGE


APRAS LES DISCOURS DE MM. MARSHALL ET VYCHINSKY A
L'O, N. U.
1. Le Peup'e (22/9, socialist) :
...La proposition de M. Marshall a au moins le m-
rite a 6tre constructive. Eile bouleverze, certes, les dis-
positions de ia Char.e. Mals elie offre un moyen de sor-
tir de I'impasse et du -discrbdit ou se Lrouve le Conseii
de Sicurit6.
La proposition de M. Vychinsky a, peut-8tre, ane
valeur de propaganda, A son point de vue. Mais on ne
voit pas comment elle pourrait nous raipprocher de la
paix...
Aussi longtemps qu'un pays se croit menace, A tort
ou A raison, il prepare sa defense. II ne laisse rien au
hasard. I1 ne peut pas baser sa politique sur la con-
fiance .dans la bonne foi de son ennemi probable. Aussi,
il aura dans ses arsenaux les armes les plus terrible,
ne fft-ce que pour s'en servir A titre de represailles.
Cela est vrai pour les Etats-Unis comme pour 1'U.R.S.S.
et toutes les resolutions de 1'O.N.U. n'y changeront rien,
a moins que chacun ne soit convaincu que son adver-
spire prisomptif a effecivement d6sarm6.
Cette certitude, seui le contrale international peut la
donner. Un contr6le complete, minutieux et permanent.
Les Etats-Unis et I'U.R.S.S. sont-ils pr&;s A I'accepter ?
Tout le prob:6me est lA. Tant qu'on n'accepte pas le
contr6le soi-meme, on n'impressionne personnel i d6-
noncer les desseins tenlbreiux .des autres. a

(G. KOULISCHER)
2. Le Drapeaau Rouge (21/9, communist)
< ...Si les forces d6mocratiques, helas! .d6sunies, tirent
tous les enseignements de ce qui se passe A I'O.N.U.,


elles commenceront 'par s'unir. Elles souliendront dans
chaque pays les principles de l'entente entire les Allies.
Elles exigeront la rupture avec la ( politique du dol-
lar > enfermant leurs pays dans l' tau de la misere. En
se liberant de la tutelie de Wall Street, par le moyen de
bones relations politiques el commercials avec 1'Est
europten, les pays de I'Europe occidentale pourront re-
monter la pente et contribuer A briser l'offensive contre
la paix.
Mais, dans I'imm6diat, il faut que les gouvernements
de ces pays rejettent, a 1'O.N.U., le plan de suicide de
M. Marshall. ,
(J. LONICIN)


V. --PRESSE SUISSE


APRAS LE DISCOURSE DE M; VYCHINSKY A L'O.N.U.
(La Tribune de Genbve, 21/9)
< ...Pas plus que la Russie, le gouvernement ou le
peupie americains ne veuleni ia guerre. On comprend
partaitement ici qu'en derniere analyse une n6gociation
avec la Ruhsie sera necessaire A un moment ou a un
autre afin de ,rouver un terrain d'entente pacifique. Le
danger du discours Vychinaky vient de ce qu'il irritera
sans douie si vivement I'opinion pubiuque americaine
que cehe-ci refusera plus tara d'accepter aucune con-
cession, mime la p.us raisonnabie, que le gouvernement
americain pourrait demander A son peup.e. Dans un
Ipays d6mocratique comme les Eiats-Unis, le gouverne-
ment ne sera pius maitre des sentiments anti-russes que
M. Vychinsky aura si visibiement con,ribu6 A d6chainer.
Aux yeux de certain deidgues ambricains, le r6qui-
sitoire de M. Vychinsky est la premiere tentative sovi6-
tique ouverte de creuser un foss- entire le gouvernement
americain et son people. On estime que M. Vychinsky
comment une erreur psychologique.
Les reactions interieures ambricaines sont toujours
difficiles A pr6voir. II esi evident, cependant, que M. Vy-
chinsky peut esperer que, une fois la premiere emotion
passe, le r6sultat ultime d'e la tactique russe sera d'ac-
centuer I'isolationnisme americain. Depuis le printemps
dernier, les milieux socialisles new-yorkais Ipr6disent
que, prochainement, le parti communist, faussant com-
pagnie au part d6mocrate, va appuyer les r6publicains
afin de renforcer les tendances isolationnistes qui sont
les plus vivantes parmi les nationalists de droite. Al-
liance opportuniste, rappelant celle des communists
allemands et des hitleriens contre la R6publique de
Weimar.
Recemment, -des ipersonnalites international rentrees
de Moscou en rapportaient l'impression que les Russes,
loin de preparer une rupture, pr6paraient au contraire
une detente qui surviendrait probablement durant 'au-
tomne. Cet indice est fragile mais ceux qui le prennent
au s6rieux concluent que le r6quisiloire de M. Vy-
chynsky est une manoeuvre habile qui servira ensuite A
masquer une retraite diplomatique. Peut-on se raccrocher
A cet espoir ? D
(Du correspondent de La Tribune 4e Gendee A
Washington.)


&V *.:: Fi $1.r0s


Prix I 61rrii.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs