Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00192
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 22, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00192
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION LA DOCUM
(MINISTBRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction~ de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8').




BULLETIN


DE


22 septembre 1947


ENTATIC


PRESS


I MINISTER
ON FRANQAISE DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'I LAT6S
ET D JS i








QUOTIDI'EIN



ETRANGERE


Nouvelle S6rie No 774


SOMMNAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) Le discours de M. Vychinsky A 1'O.N.U.:
,1. Times (20/9);
2. Daily Telegraph (20/9);
b) La situation en Italie ( Manchester Guardian,
19/9).
II. PRESS AMERICAINE.
a) Apres le discours de M. Marshall a 1'O.N.U.
1. Netw York Times (18/9);
2. Phitadelphila Inquireir (18/9);
3. Waishington Star (18/9).
b) Le discours de M. Vychinsky A PO.N.U. (New York
Herald Tribune, 19/9).
III. -- PRESS SOVIETIQUE.
IV. PRESS POLONAISE.
AprBs le discours de M. Marshall a I'O.N.U.:
1. Zylcie Warszawy (18/9);
2. Rzeczpospolita (19/9).
V. PRESS BELGE.
a) Le discours de M. Vychinsky a 1'O.N.U. (Le Soitr,
20/9).
b) Le congress du parli radical francais (Le Peuple,
20A9).
VI. PRESS SUISSE.
a) Le congres du parti radical francais (Tribune de
Gentve, 19/9).
b) Le probl6m2 indochinois (Gazette de Lausanne,
20/9).-


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 20 septembre 1947
La press de ce matin donne la premiere place aux d6cla-
rations de M. Dalton sur la situation financi6re de la Grande-
Bretagne. Elle insisted sur le fait que la Grande-Bretagne serait
bientdt obligee de longer dans sa reserve et d'emprunter en-


core au fonds mon6taire international. Elle fait remarquer
que M. Dalton a demanded i la population de prendre cons-
cience du danger que repr4sente de tels expedients et de four-
nir un nouvel effort pour acceldrer et augmenter la produc-
tion.
La press accord aussi une grande importance aux conver-
sations dconomiques et les journaux signalent que 1'Irlande
a propose A la Grande-Bretagne d'echanger des denrdes- ali-
mentaires contre du carbon.
La chronique exterieure est pen fournie dans P'ensemble
et elle est tout entirre domin6e par les repercussions du dis-
cours de IM. Vychinsky tant sur 1'O.N.U. que sur la politique
des Etats d'Europe occidentale.
1. 0. N. U.
Le correspondent du Times a Flushing. Meadows fait 6tat
des violentes reactions de la press amdricaine a la suite idu
discours de M. Vychinsky et 4crit que ce discours a dtd trop
peu mesure pour pouvoir atteindre le but qu'il se proposait.
Lies d&lgu6s A TO. N. U. estimeraient en ,gndral qu'il ne
peut pas contribuer Ai la cause de la paix ou de la security.
Le correspondent de ce meme journal & Washington estime
meme que ce discourse aggraverait encore les relations russo-
americaines.
Al Cook souligne le pessimisme qui s'est empard de cer-
tains de16gues, pessimism:e que seul venait attenuer l'idde
que le retrait de la Russie de 1'O.N.U. ne semble pas encore
imminent.
M. Bullitt examine la position des pays d'Europe occiden-
tale apres les discours de M. Marshall et de M. Vychinsky.
Quel que soit le d6sir de ces pays de prendre parti pour
M. Marshall, ils ne pourront pas le faire aisement. Ils sont
soit au point de vue geographique, soit au point de vue
po'itique, trop proches de la Russie. La rdalisation des pro-
positions de M. Marshall pourrait entrainer soit le retrait de
I'Union Sovibtique de I'O. N. U., r6sultat sensationnel, mais
peu probable, soit l'abstention de plusieurs delegations euro-
p nennes, xrsultat qui aurait pour but d'affaiblir l'O. N. U.
d'une fagon bien plus grave que l'abus du veto.
Le Manrhester Guardian idonne des extraits de la pressed
franqaise qui serait unanime, a l'exception de la press d'ex-
tr&me-gauche, a consider que le idiscours de M. Vyohinsky
a divis6 les Nations Unies en deux camps opposes.
Le Daily Worker accuse les Etats-Unis de vouloir crder une
atmosphere .de guerre an sein de 1'O. N. U.
La press idonne egalement des comptes rendus succincts
des discours prononoes par les autres dledguds.
2. Aide amdricaine a l'Europe
Le Daily Telegraph signal que le Ddpartem.ent d'Etat exa-
mine en iditail les demands d'aide provisoire presentdes par
la France et l'Italie. Les journaux indiquent que le Gouver-
nement amdricain n'envisagerait pas de faire bdneficier la
Grande-Bretagne de secours d'urgence dtant donnA que celle-ci
possede encore un stock d'or de 600 millions .de lives.


- -- -- -- --
--~- --







SiSULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGOAf


3. Iran
I e correspondent diplimatique du tManchester Guardian pre-
volt I'aggravation des relations russo-iraniennes en raison du
retard mis par le Gouverncment iranicn a donner une rd-
ponse drifinitive sur la question des p6troles.
Ce correspondent cstime que le Gouvernement iranien se-
rait mal avisd6 d'ignorer complement ou ide rejeler la re-
qu6te sovidtique.
< La Russie, derit-il, se prepare i donner toute sa measure
sur-cette .question. Elle emploie sa tactique familibre qui lui
a si bien servi dans le pass. >
II rappelle que la Russie serait d'autant moins dispose a
c6der ,qu'elle a subi un iclhec lorsqu'il lui a fallu retire ses
troupes du nord de la Perse.
4. Autriche
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardian
estime que l'intransigeance sovi6tique est responsahle de
1'chec des tiugociations poursuivies t Vienne pour la mise au
point du trait de paix avec l'Autriche.

5. Allenagyne
Le News Chironicle announce en manchette que d'apres un
plan secret ang'o-saxon, il aurait et6 rdveld que 900 usines
allemandes seront demanteldes au titre des reparations ou idu
disarmement.
Gette nouvelle provoquerait un grave mecontentement dans
la Ruhr et idans toute l'Allemagne et elle risque, selon ce
journal, de provoquer des graves et des troubles important.
6. France
Le Daily ,Worker announce que la France nagocie avec
1'Union Soviitique Fachat de grosses quantities ,de ble.
7. Indochine
Le Daily Worker et le Manchester Guardian rcviennent sur
la question indochinoise. Le premier pour accuser la France
de preparer une offensive g6n6rale contre le Viet-Nam et
de vouloir instaurer un regime avec l'Empereur Bao Dai, le
second pour annoncer que le Viet-Nam a rejeti les proposi-
tions de la France.

u) LE DISCOURS DE M. VYCHINSKY A L'O.N.U. (Tlimes,
20/9) :

,Le discours de M. Vychinsky ne contenait aucune
contre-proposition pour rem6dier aux maux qui ont
attire attention de I'Assemble. Au cont-aire, M. Vy-
chinsky s'est livr6e des accusations violentes coatre les
Elats-Unis et la Grande-Bretagne qui, d'apres lui, au-
raient viole les directives de FAssemblee et adopt une
conduite contraire a 1'esprit de la charte.
Le gouvernement russe serait entierement dans son
droit en .atlirant l'attention des Nations Unies sur des
accusations precises portees centre n'importe qucl mein-
bre de 1'organisation, la procedure pour examiner
les griefs est fort bien connue de M. Vychinsky -
mais ses torrents d'dloquence A la session de jeudi
n'avaient aucun rapport avec l'affaire en question. On
dolt d6plorer profond6ment les recriminations inoppor-
tunes du genre de celles auxquelles it s'est livr6. Le but
de l'Assembl6e devrait &tre de se remettre aux lravaux
en course le plus rapidement possible.
L'attaque de MI. Vychinsky contre les Etals-Unis est
d'autant plus regrettable que les propositions de M. Mar-
shall avaient t concues de facon A permettre A la dle6-
gation ,russe de les examiner sans risquer de perdre leur
prestige. On ne peut reliever dans les paroles violentes de
M. Vychinsky aucun indice de tolerance. >

2. Daily Telegraph (20/9, conservateur))
< ...En insistant sur le maintien sans condition du
principle de F'unanimit6 des grandes puissances, M. Vy-
chinsky souligne la d6termjnation de .son pays de con-
server tous les privileges que peut offrir le droit de


veto. On s'en est servi pour empicher la ordation de
commission d'enqu6te et pour emp&cher de passer a
1'action dans une affaire aussi nette que celle de la pose
de mines dans le ditroit de Corfou.
Si l'on veut que 1'Union sovi6tique demeure dans les
conseils internationaux, il faudra selon toute apparence
continue A supporter les consequences Iparalysan-
tes du droit de veto. M. Vychinsky n'a pas h6sit6 f
accuser les puissances occidentales de faire de la a pro-
pagande de guerre >. Les puissances occidentales n'ont
pas encore port cette accusation contre les Russes.
Le point de vue soutenu par M. Marshall dans son dis-
cours etait que 1'Union sovi6tique avait toujours refuse
de .coop6rer a 1'idification de la paix. Ce point de vue
est confirmed plut6t que r6fut6.par le discours de M. Vy-
chinsky qui ouvre, ainsi que de nombreux Am6ricains
P'ont soulign6, de sombres perspectives. s

b) LA SITUATION EN ITALIE (Manchester Guardian, 19/9,
liberal) :
< ...Les parlis de gauche n'ont pas *cach6 leur d6sir
de voir tomber le gouvernement de M. de Gasperi. Les
elections municipales 'doivent avoir lieu a Rome le anois
prochain. L'avenir du gouvernement d6mocrate-chr6tien
depend de l'appui que pourra lui apporter le part de
<< 'U.uomo Qualunque i de M. Giannini, parti qui souf-
fre lui-m6me a 1'heure actuelle d'une scission dans ses
rangs. De plus le gouvernement est consid6r6 par la
gauche comme 6troitement li6 aux puissances occiden-
tales et cela a cause des espoirs qu'il fonde sur le plan
Marshall. Ainsi 1'Italie est toujours aussi divis6e tant
sur la politique 6trang6re que sur la politique int6rieure
et il n'est pas 6tonnant que les parties qui ne sont pas
au pouvoir profitent du m6contentement g6ndral pour
accentuer cette division. >


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press amniricaine du 19 septemnbre 1947
C'est le discours Vychinsky qui constitute aujourd'hui
l'dvenement marquant. Le New York Times et le New York
Herald Tribune sont les seuls A en publier le texte integral,
les autres journaux se contentant d'en donner les passages
les plus significatifs. Les premiers iditoriaux, consacr6s A
l'expose de M. Vychinsky par le New York Times, le New
York Herald Tribune, le Philadelphia Inquirer et le Balti-
more Sun donnent, dans I'ensemble, la mime note. Tout en
reconnaissant le brio de l'orateu'i, on estime en g6inral dans
ces comlnuentaires que M. Vychinsky n'a apporte aucun cle-
ment constructif et n'a fait que r6peter les accusations for-
muides d'une maniere constant par 1'U.R.S.S. depuis bient6t
deux ans. Les m6mes editoriaux soulignent que le d6ligu6
sovi6tique a rdaffirme que son pays desirait la paix et ils
considrcent que rien n'indique pour le moment que I'U.R.S.S.
soit dispose h se retire des Nations Unies. Mais comme,
d'autre part, .M. Vychinsky a exprim6 I'opposition de
I'U.R.S.S. aux measures preconisees par M. Marshall pour
amdliorer le fonctionncment de l'organisme des Nations
Unies, on en conclut que l'U.R.S.S. poursuivra sa politique
d'obstruction et, pour le Philadelphia Inquirer, I'aspect le
plus grave du discours de M. Vychinsky n'est pas le fait
qu'il ait confirm qu'un ablme spare la pensie amtricaine
de la pensee sovietique, mais qu'il ne laisse aucun doute
que I'U.R.S.S. continuera A accumuler les obstacles pour
entraver les progris des Nations Unies.
1. Convocation anticipie du Congris
Des nouvelles contradictoires sont publiees a ce sujet. A
bord du cuirass6 Missouri qui est arrive A Norfolk aujour-
d'hui t midi, le President Truman n'a fait aucun commeu-
taire sur ]es delarations de M. Stassen signalees hier. Tou-








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGRE 3
-


tefois. les correspondants qui se trouvent a board du navire
indiquent que le point de vue du President n'a pas change
depuis que. la veille de son depart en Amdrique du Sud, il
ddclarait qu'll no voyait pas ]a neccssit6 de convoquer un-
session extraordinaire. Joseph Martin, speaker a la "Chambre,
a declare de son c6t6 qu'il ne voyait pas de raison suffisaite
pour convoquer le Congrts tant pour ]a question de l'aid-,
intarimaire que pour celle du plan Marshall et qu'A son avis
it n'y avail pas de danger immediat de famine en Europe.
II a critique en ternes tres vifs I'administration pour no
lui avoir communique aucune information sur 1'6tat de In
situation en Europe.
En revan'lie, le correspondent du Washington Post a ux
Nations Unies affirme, dans une dp&clic exclusive public
par son journal rn premiere page, que M. Marshall, au course
de son d6jeunc" de jeudi avec M. Bidault, a exprimn ea
conviction qu'uue session spdciale serait convoquee. Le
mdme correspondent ecrit ensuite, que M. Bidault aurait
inform M. Marshall que los resources de la France en
dollars scraient 6puisdes dans la deuxieme quinzaine d'oc-
tobre et que les reserves or ne permettraient pas de tenir
plus de deux mois.
2. Aide dconozmique i l'Eirona
Le New York Herald Tribune, so preoccupant des moyens
qui permettraient d'assurer imm6dialtment une aide provi-
soire a 1'Europe, indique, dans une depicle do Washington.
que le Departemnent d'Etat dtudie la possibility d'utiliser les
credits disponibles de la Commodity Credit Corporation qui
se montent h 1L.00 millions de dollars. Cet organism pour-
rait en particulier acheter sur le march amdricain des
products alimentaires pour les revendre aux pays d'Europe,
les modalites de l'op6ration etant determines en tenant
compete des difficulties flnanci6res de ces pays.
D'autre part. Stewart Alsop estime que lIe reliquat de 400
millions de dollars de I'emprunt brltanntque acluellement
geld & la suite de la suspension de la convertibility pourralt
rtre utilise par )a Franceo et l'Italie qui seraient autoris6es
A converter en dollars line partli de. leurs avoirs sterling.
Cette operation, qui serait parfaitement reguliere dan:; ]e
cadre de l'accord anglo-amdricain et pour laquelle. par cnn-
squent, I'autorisation du Congr&s ne serait pas necessaire.
ne pourrait toutefois se faire sans l'accord de la Grande-
Bretagne et c'est li, ecrit Alsop, que reside la principal
difficult.
3. Enqudtes en Europe des membres du Congrds
Un nouveau group de cinq membres de la Commission
des Affaires 6trangires doe la Chambre dirig6 par Mmir
Frances Bolton s'est embarqud hier sur le Queen Elizabeth
et effectuera en Europe une enquite sur 'action des ser-
vices d'information du Departement d'Etat. Certains des
membres du group ont l'ln!tntion de visitor l'Afrlque du
Nord et le Prochc-Orient.
4. Indochine
Kenneth Campbell cAble de Paris an New Yotk Times que
Tran Nocg Danh, represenlant du Viet 'Nam en France, a
d6clar6 que o son gouvernement rejetterait i'offre de media-
tion de Bao Dai ,. En consequence, ecrit ce corr-spondant,
les chances que le conflict en Indochine prenne fin paraissent
toujours aussi 61oignCes; il note 6galcment que ie prestige
de Ho Chi Minh qui combat les Francais est beaucoup plus
grand que celui de Bao Dai qui m6ne une vie agreable it
Hong-Kong.
Une ddp&che Renter de Salgon reprodnite par le New aYork
Times announce que le Conseil cochinchinois a vot6 la mo-
tion de < confiance h l'egard du doeteur Van Hoach.
Enifin, une depSche U.P. de Shanghai reproduit une infor-
mation du journal Sun Vao selon laquelle Ho Chi Minh
aurait '.i capture par les PranQals et decapWte s6anae
tenant.

la) APRPS LE DISCOURSE DE M. MARSHALL A L'O.N.U.

1. New York Times (18/9) :
< M. Marshall s'est adress6 au Parlement mondial en
des terms qui prouvent que les Etats-Unis sont passes a
offensive sur le plan diplomatique et 'ont l'intention


de faire abatire les jeux A propos d'une question aussi
capital que existence de 1'O.N.U.
En terms directs, sans gestes vains et sans rh6to-
rique superflue. le secr6taire d'Etat a fait a 1'Assembl6e
g6norale un expos de la situation international. Sans
a'ucun doute, aprbs ce discours, l'assemblIe g6norale
devra envisager avec r6alisme la situation actuelle des
Nations Unies.
Le discours de M. Marshall a et' un expose des d6sac-
cords entire les grandes puissances et il n'a pas h6sit6
A preciser A qui incombait la responsabilit6 de ces
de.saccords et la paralysie consecutive don't souff.rent
les Nations Unies en raison du r'fus obstin6 de la d&-
16gation sovi6tique d'accepter les decisions de ]a majo-
rit&. II I'a d6clar1 avec plus de franchise qu',n ne l'avait
encore jamais fait et aucun observateur de la situation
mondiale actuelle obscurcie par cette division inutile,
par l'obstruction 6lev6e a la hauteur d'une politique, ne
fieut douter que le moment soit venu de parler franche-
ment. La situation international s'aggrave rapidement
At dangereusement; ce n'est done qu'en envisageant fran-
clement les faits et en demandant aux Nations Unies
de s'en occuper que l'on pent convaintre le monde qu'il
existe au sein de celte organisation des forces et une
puissance suffisantes pour l'orienter vers les functions
et les buts pour lesquels elle a Wte cr66e. S'il y a jamais
eu un moment oil les Etats-Unis ont 6t1 obliges d'assu-
mer ee r6le directeur, c'est bieo maintenant, ainsi que
1'a affirm M. Marshall. >N

2. Philaldlphula Inquirer (1,8/9) :

< En engageant les Etats-Unis A assouplir la rbgle de
1'unanimit6 des Cinq Grands au Conseil de S6curite,
M. Marshall a pris la premiere nesure decisive lendant
a 6liminer le veto sovi6tique qui constitute une menace
pour la security mondiale.
II est vrai qu'aux terms de la proposition de M. Mar-
shall qui r6clame la creationn d'une commission sp-,
ciale charge d'6tudier les modifications a apporter A
la procedure de vote du Conseil de S6curit6, on ne
pourrait proceder a aucune modification dut droit de
vote avant un an au moins. Mais il est certain qu'un
plan precis pour restreindre I'abus que font les Russes
du droit de veto vaut mieux qu'une absence total de
plan. >>

3. Washington Sftar (18/9) :

< Le discours d6sabus. prononc6 par M. Marshall A
I'Assemblee gOn.6rale ne laisse pas de place au doute, et
il est certain qu'a 1'O.N.U. on a commence A jouer cartes
sur table. Si grave que soit cette decision, on ne pou-
vait l'ajourner ind6finiment. Si on avait attend, on
aurait implement laisse les Russes conlinuer A faire
r6gner le chaos dans le monde. La guerre est terminee
depuis plus de deux ans et on a enfin demand aux
Russes d'abattre leur jeu car le moment est vraiment
venu de le leur demander. En terms plus nets, il faut
maintenant d6te.rminer s'ils ont l'intention de coop6rer
A I'etablissement d'une paix satisfaisante et durable.
M. Marshall a demand A 1'Assembl6e gen6rale de
faire ce que la Russi> n'a pas permits au Conseil de Stcu-
ritl de faire. La r6ponse de I'Assembl6e revvtira une
importance considerable car si l'on ne fait rien pour
prot6ger la Gr6ce, aucun Eitat, qulle que soit sa situa-
tion geographique, n'aura plus de raison de so sentir
en sdcurit6 et l'on tournera en ridicule certain des
principles fondamentaux des Nations Unies. >>








4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGtRE


b) LE DISCOURSE DE M. VYCHINSiCY A L'O.N.U. (New York
Herald Tribune, 19/9) :
<< ...De quoi parent les homes d'Etal ? La .r6ponse
A cette question, particuli6rement appropriate dans -le
cas des Russes, est pr6cis.ment dans ce qu'ils ne disent
pas. La resolution soulmise par M. Vychinsky et dirigbe
centre la < propaganda de guerre >> est, a part son
allusion d6sobligeante a l'6gard des Etats-Unis, de la
Grbce et de la Turquie, si vide de sens que n'importe
quel Etat pourrait I'approuver. En fait elle ne dit exac-
tement rien.
Le secr6taire Marshall, a n9tre avis, a essay, lui, de
dire .quelque chose. Dans le 'plan Marshall, il i essay
de proposer ine organisation bconomique viable iu mion-
de occidental, ct dans le discourse qu'il a pronolno mer-
credi devant l'Assemb'.e, il a essay de proposer une
organisation politique viable qui puisse fonctionner de
facon adequate et rdsoudre les probl6mes 'pratiques tr6s
complexes de notre temps. La reponse russe tell qu'elit
a 6t6 donn6e par M. Vychinsky est en substance tou-
jours la m6me : non. Rien ne pent 6tre fait, sinon r6-
duire 1'Europe (au nom de la souverainetE, de la 16ga-
lit6 et de 1'int6ret national) A un 6tat dans lequel elle
n'aura d'autre choix que d'accepter la solution du Krem-
lin pour tous ses maux, et la dictalure du Kremlin en
change de toutes ses libert6s. Taut qu'elle n'y sera pas
iparvenue, la diplomatic russe n'a rien A offrir, rien A
dire, et pas d'autres id6es que ces d6bats habiles de
casuistique qu'offre la dialectique matirialiste. C'est la
du pur nihilisme.
I1 se pent que 1'Europe decide elle-meme de la va-
leur de la dialectique et calcule le nombre d'individus
que 1'on peut nourrir avec des discours. Mais le faith que
les Russes n'aient aucune proposition constructive A
soumettre pour mettre fin A la situation tragique que la
Ipolitique russe tout autant que la politique occidentale
a contribu6 A cr6er, offre sur le plan pratique un di-
lemme au reste du monde. Il est evident que I'O.N.U.
doit modifier sa structure et son organisation pour ri-
valiser avec les forces d'un tel monde.
II est evident que si le Kremlin n'apporte rien de
plus que ce que M. Vychinsky a offert, il faudra envi-
sager d'autres solutions. II est evident que nous appro-
chons d'une crise qui demand une action rapide; il est
evident aussi qu'une obstruction continuelle et negative
de la part du Kremlin ne peut que disqualifier la A]ussie
pour participer a la resolution des v6ritables probl6-
mes de notre temps. >



III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovidtique dal 19 septembre 1947
1. L'Assemblde general de I'O.N.U.
Les rubriqucs Btrangbres sont composes d'informations
presque uniquement consacr6es A 1'Assembl6e gentrale de
I'O.N.U., consid6re'e sons P'angle de 1'expansionnisme am6-
ricain. La scanoe du 17 septembre, qui avait wte simplement.
resumee dans les journaux du 18, fait l'objet d'un compete
rendu d6tai!li. L'analyse du discourse de Marshall est d'un
ton exceptionnellement critique.
Les journaux donnent sur une page entire la premieiire
parties du discours de Vychinsky sous les titre:s suivarts :
, Pour la paix et Pamitiw des peuples contre les fauteurs
de guerre ,, Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne centre
la reduction des armements n, < Les Etats-Unis sabotert les
travaux pour l'interdiction de la bombe atomique ,
<< L'U.R.S.S. est pour I'interdiction des armes atomiqu(s et
1pou un sidv6lt con'trile international << Les plans Truman


et Marshall sont incompatible avec les prncipes de
I'O.N.U. .
Les journaux donnent 1'article integral de l'Humancii sur
le refus du visa amiricain A M. Pierre Courtade.
2. Aspects divers de l'erpansionnisme anmdricain
Des extraits de l'iumanitd, du Populaire, du Figwae et
de Firanc-Tirer r sont cites A propos de l'intervention de
M. Clayton A la Conference des Seize. Le voyage de M. Schu-
macher aux Etats-Unis est announce sous le titre Premiere
visit d'un valet de chambre A son nouveau patron s. Les
journaux reproduisent la diepche du correspondent A Lon-
dres du Reynold News sur des bruits de pourparlers secrets
americains sur la question palestinienne. Une indique que,
selon un membre important du parti socialist franqais qui
rentre de Londres. M. Bevin a 1'int.ention d'essayer d'obtenir
le maintien des troupes anglaises en Grece; il croit possible
de realiser la formation d'un gouvernement bipartite A
Athines pour justifier cette decision.


IV. PRESS POLONAISE


a) APRES LE DISCOURS DE M. MARSHALL A L'O.N.U.
1. Zycie Warszostvw independentt, 18/9) :
< Ce discours atteste que les dirigeants de la politique
etrang6re des Etats-Unis se sont d6cidbs A choisir ce
qu'on appelle la tactique de la main forte; tactique sou-
vent d6cevante en mati6re international et particuli6-
rement inopportune quand il s'agit d'un organisme qui
s'appuie, non pas sur la dictature de qui que ce soit,
mais exciusivement sur la cooperation.
Au surplus, certain 6v6nements r6cents ont .d6montr6
avec une eloquence suffisante que la tactique de la
main forte repose fr6quemment sur une estimation er-
ronee des forces en presence...
A en juger par les passages du discours du general
Marshall relatifs aux affaires de Grdce, on peut admet-
tre que I'on se trouve en presence d'un d6velo'ppement
de I'initiative Truman, 6lev6e plus tard au rang et A
la valeur .d'une < doctrine >. Quant A la -creation de
la Commission pour la Paix et la Securit6, elle 6qui-
vaudrait A la suppression implicite du droit .de veto...
Le minisire americain a termin6 son discours par un
appel adress6 aux grandes puissances, afin qu'elles ne
cbdent pas a la tentation d'abuser du privilege que leur
conf6re leur situation. Nous voulons croire que cet
appel, dans la Ipens6e de M. Marshall, s'appliquait Aga-
lement au-gouvernement des Etats-Unis...
Un journal anglais, le Daily Telegraph, 6crivait que
les consequences logiques de I'intervention de M. Mars-
hall pouvaient aller jusqu'au retrait de l'Union Sovilti-
que de I'O.N.U. On ne salt Ipas, en verit6, combien il y a
dans cette opinion d'appr6hension faisant honneur A
1'U. R. S. S. et combien de voeux pieusement provoca-
teurs, mais ni cette champagne ni aucune, similaire, ne
saurait peser sur les destinies du monde. Trop impor-
tantes, en effet, sont les forces qui veillent sur le main-
tien de la paix et trop efficaces aussi pour ne pas sur-
monter la ferocity des appdlits qui inspirent de telles
manoeuvres. a
2. Rzeczpospo'lita (coalition gouvernementale, 19/9)
Apres la liquidation de 1'Etat imp6drialiste allemand
et les traits signs par I'U.R.S.S. avec la France et la
Grande-Bretagne, par I'U.R.S.S. avec ses voisins et par
ces derniers entire eux, on pouvait esp6rer, un moment,
que la situation allait se stabiliser en Europe. Plus de
'deux ans se sont *couls .depuis la publication de la
Charte des Nations Unies et on pent constater que pen-
dant ce temps des actes politiques ont et6 commis qui








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ATRANGARB 5


mettent en peril l'unit6 de 1'Euroipe, des actes on
peut le dire en pleine conscience don't la responsa-
bilite ne reside pas en ce que les int6r&ts des peuples
europeens se sont soudainement trouves en contradic-
tion, mais -dans la Ipolitique 6trang6re des puissances
qui sacrifient les int6rnts de 1'Europe A leurs inter&ts
extra-europbens. Le soutien accord aux fascistes grecs,
la reconstruction du potential iconomique de 1'Allema-
gne de l'Ouest en vertu d'une decision unilaterale et
dans -des proportions mettant en danger la s6curit6 de
ses voisins, la politique de pression financirre en vue
d'eliminer les parties de gauche des gouvernements eu-
ropeens, toutes ces manoeuvres tendaient nettement a
la division de 1'Europe. D'autant plus lourde est la res-
ponsabilit6 de ceux qui recommandent A l'Europe d'in-
tensifier la cooperation, en allant jusqu'A lui Ipromettre
de grasses recompenses, et qui, dans la pratique, pour-
suivent une politique qui sape les bases de cette meme
cooperation. Les bases, c'est d'abord le principle de
l'unanimit6 des grandes puissances et le r6glement du
problem allemand du point de vue -des inter6ts de
1'Europe el non pas de celui des int6rets de l'Allemagne
capitalist.
L'intervention de Marshall A la session g6nerale de
I'O.N.U. ne peut etre difinie que come une nouvelle
tentative d'6branler les fondements *de la collaboration
entire les grandes puissances et portant, par cela meme,
prejudice A la reprise -d'une cooperation europeenne.
Les 'Etats de I'Europe occidentale reussiront-ils A r6sis-
ler A la maniouvre americaine ? Les Etats-Unis modi-
fieront-ils leur position dans le course ulterieur -des de-
bats ? VoilA les .deux questions capitals et du rest
connexes qui se posent A T'heure actuelle. >


V. PRESS BELGE



ca) LE DISCOURSE DE M. VYCHINSKY A L'O.N.U.
(Le Soir (20/9, independent) :
< AprBs la seance, l'opinion sur le discours de M. Vy-
chinsky 6tait ipartagee. Pour les uns, il prouvait A 1''vi-
dence le refus de la Russie de collaborer dans un esprit
constructif A la solution de tous les problems qui se
posent. Pour les autres, cette demagogie verbal n'avait
pas d'autre but que de detourner attention du monde
des violations continuelles des engagements internalio-
naux par la Russie et ses satellites, et permettrait dans
la suite des d'bats une attitude beaucoup plus conci-
liante. Mais dans l'ensemble, le pessimism atait la note
dominantt. a
(RENA| HISLAIRE.)

bi) LE CONGRtS DU PARTI RADICAL FRANCAIS (Le People,
20/9, socialist) :
< On sait que le parti radical a retrouvn une parties
de ses troupes electorales par 1'ex'ploit.ation systema-
tique du mecontentement comprehensible des masses ac-
cablees par les restrictions de tous ordres.
Une chose est l'agitation, autre chose est la solution
aux probl6mes de 1'heure.
Mais les ministres radicaux, associ6s an pouvoir avec
les socialists et les M.R.P., sont au contact des realites.
Ils savent que ce n'est ni pour son plaisir, ni par
amour .du dirigisme que le gouvernement auquel ils ap-


partiennent rationne, et la proclamation -de la liberty
commercial ne donnera ni le blW, ni le lait... Si.les
radicaux detenaient tous les posies minist6riels, ils n'en
devraient 'pas moins < rationner >.
II ne semble pas que les congressistes aient l'envie
de provoquer une crise ministerielle pendant les va-
cances parlementaires et A la veille des elections muni-
cipales. Ils se contenteront de voter probablement une
resolution qui promettra autant .de beurre que de pain
et servira excellemment la champagne 6lectorale. >


V. PRESS SUISSE



a) LE CONGRAS DU PARTI RADICAL FRAN9AIS (La Tribune
de GeIzuve, 19/9) :
q Le congrbs se bornera-t-il A affirmer son d6sir d'un
retour aussi rapid que possible A la liberty des 6chan-
ges, ou tirera-t-il des divergences qui le separent du
chef du gouvernement la conclusion que les ministres
radicaux feraient mieux de se retire ?
On .devine que les consequences d'une tell decision
seraient graves puisqu'elles provoqueraient, immanqua-
blement, une crise ministerielle. On dit que M. Daladier,
qui exerce en coulisse une forte influence, ipousserait a
cette solution extreme, mais que M. Herriot, en re-
vanche, est d'avis que le parti radical ne doit pas pren-
dre en ce moment la responsibility d'affaiblir I'autorit6
de M. Ramadier. On sait du reste que la personnalit6
du president du Conseil est sympathique aux radicaux;
elle n'est done pas en cause, mais de nombreux radi-
caux estiment qu'il faut rompre carrement avec la po-
litique dirigiste et que 1'approche des elections muni-
cipales est un moment favorable.
On se demand 6galement si M. Herriot conservera
la pr6sidence du iparti ou si, comme un bruit en a
couru, il priera ;ses amis de lui designer un successeur.
Selon les cas, un changement intervenant A la presi-
dence pourrait &tre 1'indice d'un changement d'orien-
tation. )
(Du correspondent de la Tribunie ide Genive d Paris.)

b) LE PROBLEM INDOCHINOIS (Gazeite de Lauslanne,
20/9) :
< ...La prise de position de 1'ex-empereur simplific
considerablement le grave problmine indochinois. La
France, divisee.sur les moyens de parvenir a la paix,
possede maintenant la seule solution possible... Certes,
I'6volution social et politique des peuples asiatiques ne
permit pas d'envisager le retour a un systume d'adnii-
nistration maintenant prime. La France doit, en con-
s6quence, se plier aux necessites du moment.
II est cependant bien Avident que le patrimoine qu'elle
poss6de en Indochine ne doit pas etre abandonne. II ne
saurait en etre question. Mais la formula < ind6pendance
dans le cadre de l'Union francaise n'offre-t-elle pas des
garanties A un people qui pourrait ainsi vivre en liberty,
avoir ses institutions proipres et b6nificier, par sur-
croit, des avantages materials, scientifiques et spirituels
que peut lui apporter un pays toujours riche d'avenir et
qui dolt reconqu6rir dans le monde de demain la place
de premier plan qui lui revient ? >
(Du correspondantl Paris de la Gazelle ide Lausanne.)


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009













































































Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs