Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00191
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 20, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00191
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTkRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Directaiow de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


BULLETIN



DE PRESS


20 septembre 1947.


QUOTIDN



ETRANG


Nouvelle Serie No 773


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
Les propositions de M. Marshall sur Ie droit de veto :
1. Times (19/9) ;
2. Manchester Guardian (18/9) ;
3. Daily Worker (19/9).
II. PRESS AMERICAINE.
Les propositions de M. Marshall sur le droit de veto
(New York Herald Tribune, 18/9).
III. PRESS SOVIATIQUE.
IV. PRESS BELGE.
Avant les elections municipales en France
1. La Nation Belge (19/9) ;
2. La Dernidre Hieune (18/9).
V. PRESS SUISSE.
a) Avant les elections municipales en France :
1. Journal de Gen ve (19/9) ;
2. Gazette de Lausanne (19/9).
b) Le project d'union douaniere franco-ilalienne
(Journal de Genbve, 19/9).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 19 septembre 1947

La press de cc matin accord la premiere place au nou-
veau plan de contr8le de la main-d'oeuvre et au discours
prononc6 par M. Vichinsky h I'O.NjU.
La chronique exterieure est tres peu fournie et mrme
ndgligeable dans certain journaux.
1. O. N. U.
Toute la press souligne la violence des accusations por-
tees par M. Vichinsky centre les Etats-Unis et la Grande-
Bretagne et elle fait ressortir que ce sont les discours a les
plus ipres z et i l'attaque la plus directed que jamais
un dirigeant sovietique ait fait devant l'Assemblee de I'O.N.U.
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardian
etudie brievement les repercussions du plan Marshall sur la
creation d'une commission permanent de paix. 11 remarque


que cette Commission aurait a faire son rapport A 1'Assem-
blee avant l'annee prochaine, ce qui permettrait d'dviter une
collusion immediate entire I'Orient et l'Oocident. e Cela sim-
plifierait aussi la position de la France et de la Grande-
Bretagne puisque 1'on s'est apergu recemment que les deux
pays etaient dricidds A, tenter une fois de plus de collabo-
rer avec la Russie lors de la conference de novembre ,.
Le correspondent diplomatique du Times volt mal com-
ment on pourra limiter I'emploi du veto et lui rendre son
sens original. < Les Russes s'y accrochent car il empeche
que l'on s'oppose a leur volonte, ecrit-il; derriere tous les
arguments invoques par eux pour le maintien du veto, se
cacherait le fait qu'ils ont conscience d'etre une minoritL
au sein de 1'O.N.U. ).
Le correspondent du Daily Worker i Paris ecrit que
M. Marshall et M. Bidault ont eu un entretien personnel
immediatement apres' le discours de M. Marshall 1'lO.N.U.
iM. Marshall aurait tout d'abord demand h M. Bidault
l'assurance que son gouvernement n'accepterait pas de com-
munistes. 11 se serait declare satisfait de la composition ac-
tuelle du cabinet et' de la politique de iM. Ramadier. II au-
rait demanded la France d'appuyer sa proposition d'un
nouveau comitd permanent de l'Assemblee general et aurait
fait savoir A M. Bidault que le gouvernement de Washing-
ton etalt prft t accorder un credit imme.diat sur une base
commune A la France et a l'Italie.
'D'apris cc correspondent, on se rendrait parfaitement
compete it Paris' que cette aide est destinde a payer un appui
total de la nouvelle version de I'O.N.U. 'de M. Marshall, y
compris les activities americaines en Grice.

2. Aulriche
Plusicurs journaux don't le Daily Herald annoncent P'echec
des travaux de la Commission allide charge de delimiter
les nouvelles frontieres autrichiennes et le retour du repre-
sentant britannique de cette Commission h Londres.
'D'apres W. N. Ewer, du Daily Herald, la cause princi-
pale de cct echee serait la question des avoirs allemands en
Autriche.
3. Petroles iraniens
Plusieurs journaux, don't le Daily Telegraph, publient une
depiche Reuter sur l'envoi d'une deuxieme note sovietique
an gouvernement iranien demandant une solution rapide de
la question des p6troles. La dep&che souligne que la note
sovietique dtait *conque en terms extremement severes.
D'aprBs le Daily Herald, le Parlement iranien ne se mon-
trerait pas dispose, pour l'instant, A accorder sa conflance
au gouvernement, celui-ci ne pourrait done pas le saisir
de la question des p6troles.








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSED ATRANGARE


4. Slovaquie

Le correspondent special du Daily Telegraph h Bratislava
announce de nouvelles arrestations de conspirateurs slova-
ques. II souligne que la press communist accuse les mem-
bre de ce complot d'entretenir des liens avec le part d! mo-
crate chretien et 1'Egliso slovaque et avec des 61ements fas-
cistes de 1'4tranger.
5. Indes

Le correspondent du Times a New Delhi fait un tableau
pessimiste de l'hostilite croissante qui oppose les deux nou-'
veaux Dominions. Les chefs des deux gouvernements se-
raient soumis de plus en plus h la pression des 6elments
extrdmistes et les Musulmans demanderaient des fortifica-
tions immidiates entire l'Inde et le Pakistan et l'institution
du service militaire obligatoire.
De leur c6bt, les Hindous demanderaient un gouverne-
ment fort qui prenne des measures rigoureuses contre les
Musulmans et reclament aussi le service militaire obligatoire,
et preparent le pays h la guerre centre le Pakistan.
Les relations tendues entire 1'Inde et le Pakistan favori-
seraient l'activit6 des 6ldments communists.

6. Traitd de Rio
Le Times donne l'essentiel du trait qui a dbB sign a6
Rio-de-Janeiro le 2 scptcmbre pour la defense commune du
continent sud-am6ricamn.
7. Indochine

Le correspondent du Times resume la proclamation adres-
s6e par l'ex-empereur Bao Dai h la population vietnamienne.
8. France
Le Daily Telegraph public un reportage et des photogra-
phies des ceremonies qui se sont *dirouldes h Boulogne pour
marquer le troisi6me anniversaire de la liberation de cette
ville.
9. Bulgarie
Plusieurs journaux annoncent que la Cour criminelle de
Sofia a rejet6 le pourvoi deM. Petkov.

10. Birmanie

Plusieurs journaux don't le Daily Telegraph, annoncent
que le gouvernement britannique se propose de faire voter
avant Noel un bill consacrant l'ind6pendance complete de
la Birmanie et qu'il signerait en m6me temps un traits avec
le gouvernement de Rangoon.

LES PROPOSITIONS DE M. MARSHALL SUR LE DROIT DE
VETO.
1. Times (19/9) :
< ...La proposition de M. Marshall visant i une limi-
tation de l'exercice du droit de veto est difficile A met-
tre en pratique. II est presque impossible d'obtenir une
revision des regles de vote knoncees par la Charte, et
jusqu'a maintenant toutes les tentatives pour aboutir a
un e .gentlemen's agreement > sur l'exercicc *du droit
de veto ont Wt6 vaines. Au course des entretiens qu'il a
eus avec ses collogues lors de la Conference des minis-
tres des Affaires 6trang6res de novembre dernier,
M. Bevin avait propose d'adopter une nouvelle ligne de
conduite. Il semble avoir esp6r6 qu'avant de faire usage
du droit de veto, les repr6sentants des cinq principles
puissances auraient pu se consulter; qu'on aurait pu
souvent avoir recours & la conciliation ou A l'arbitrage
avant qu'une plainte soit soumise au Conseil de S4cu-
rit ; que les rapporteurs auraient pu rassembler les
faits et diriger dans une certain measure les d6bats;
et enfin, que le veto auquel on aawait eu recour.s seu-


element en dernier resort, ne serait utilis6 que lors-
qu'une ou plusieurs puissances auraient consider que
les intirets essentiels de l'ensemble des Nations Unies
6taient en jeu. En fin de compete, M. Bevin n'a obtenu
qu'un seul rbsultat : une abstention ne serait pas con-
sidbr6e comme un veto. Mais depuis lors, M. Gromyko
a exerc6 son droit de veto tout aussi souvent.
Les Russes s'accrochent A un droit qui emp6che que
l'on fasse quelque chose contre leur d6sir... Cela est dfi
a ce qu'ils ont conscience d'etre en minority au sein
de l'O.N.U. et qu'ils craignent d'etre mis en minority.
ls attaquent perp6tuellement la loi de la majority, bien
qu'en pratique ils aient souvent eu recours au veto pour
imposer la loi de la minority. >
(Du redacteur diplomatique du Times.)
w --i
2. Manchester Guardian (18/9, liberal) :

< ...Bien que les d61~gu6s aient applaudi un appel a
l'action 6mouvant, ils rdflkchiront longtemps avant
d'accepter d'agir.
Lorsque la Charte a &t6 redigee, toutes les grandes
puissances et la piupart des petites pensaient qu'il va-
lait mieux accepler les conditions de la Russie que de
risquer une rupture, car elles savai-ent que les Nations
Unies sans la Hussie n'auraient plus aucune significa-
tion. M6me maintenant, apres tous les 6checs du Con-
sell de SBcuritB, et alors que les exigences russes appa-
raissent beaucoup plus dures que personnel ne l'avait
imagine, un grand nombre de pays penseront que ce
point de vue est toujours valabie. Les Etats europeens
en particulier h6siteront avant de s'engager, et it est
difficile de penser que la France, par example, pour-
rait accepter les propositions de M. MarshaJ. Les Na-
tions Unies ne repr6sentent peut-ktre pas grand'chose
a l'heure actuelle, mais dans un monde d6jh profond6-
ment divis6 c'est la seule organisation qui maintienne
uae certain united. On ne peut l'abandonner A la 16gBre.
Tous ceux qui se demandent si le plan Marshall, en cas
d'approbation par l'Assembl6e, provoquera on non une
rupture definitivee, ne peuvent guere douter de la r6-
ponse. Leur jugement variera selon qu'ils penseront
qu'une rupture est inevitable ou non...
Bien qu'il soit detestable d'accepter la situation
actuelle, qui permet a la Russie de ne tenir aucun
compete de la volont6 de la majority, il est encore plus
detestable d'envisager lautre alternative, qui transfor-
merait rapidement I'O.N.U. en une Ligue amdricaine
dirig6e contre l'Union Sovi6tique. PlacBe devant ce
choix, la majority des Etats membres preferera proba-
b'ement la premiere alternative. Et les plus sages d'en-
tre eux demanderont que l'ann6e prochaine 1'O.N.U. ne
s'occupe que des probl6mes qu'elle a quelque espoir de
r6soudre. La Palestine constitute assurkment 1'un de ces
probl6mes, mais ce ne sera pas le cas si M. Marshall
insisted pour se livrer A une 6preuve de force A l'Assem-
bl6e g6n6rale. >

3. Daily Worke. (19/9, communist) :

e ...Ceux qui ont 6t6 charges d'elaborer la Charte, y
compris le President Roosevelt, avaient fort bien com-
pris que dans un monde don't le signe distinctif est la
coexistence de deux regimes rivaux le regime socia-
liste et le regime capitalist la seule base possible
d'une organisation mondiale pacifique est une Charte
qui empeche Pun des camps d'imposer sa volont6 a
1'autre.
M. Marshall essaie maintenant de renverser ce prin-
cipe...







ShBUELETIN QUOTIDIEN DE PRESS 'TRANGARE 3


La veritable signification du plan de M. Marshall est
mise en evidence par ce fait : le mobile imm'6diat qui
pousse le Secr6taire d'Etat a agir ainsi est d'obtenir
l'approbation par l'O.N.U. de la politique anglo-ameri-
caine en Grce ; d'emp6cher de nouveaux vetos du de-
1lgu6 sovi6tique au Conseil de SBcuritB ; et d'avoir tou-
jours A sa disposition une Commission permanent qui
approuvera toutes les actions que pourrait entreprendre
l'imperialisme am6ricain contre la d6mocratie grecque.
Et intervention americaine en Grece ainsi que
cela 0tait exprim6 clairement dans la fameuse doctrine
Truman fait parties du plan am6ricain de domina-
tion mondiale et des preparatifs de guerre centre
1'Union Sovi6tique.
Dans ces circonstances, il n'est pas surprenant que
les imperialistes am6ricains essaient maintenant de
faire de I'O.N.U. leur propri6t6 personnelle, qui don-
nerait une .apparence de d6mocratie A leurs tactiques
d'agression en Europe et en Asie. a



II. PRESS AMERICAINE


Revuie de ta prese amiricaine dn 18 septembre 1947

En publiant en premiere page et sons de gros tires l'ana-
lyse d6taillhe du discours du general Marshall, d'ailleurs
reproduit in extenso dans de nombreux journaux, la press
le prdsente comme un 6ivnement politicme de premiere
importance. L'annonce de la ddfaite de I'U.R.S.S. par douze
voix contre deux sur une motion demandant que la question
grecque soit rayee de 1'ordre du jonr de I'Assembloe et la
nouvelle selon laquelle le president Truman a donnA des
instructions afin que M. Forrestal prate immediatement ser-
ment comme Secrtaire de la Defense Nationale. formality
qui a 6et cxdcutde aussit6t afln de ne pas retarder la mise
en application des measures d'unification des trois armies,
contribuent a donner le ton h l'offensive d6termin6e que le
gouvernement a entreprise contre la politique russe dans le
domain international.

1. Le discourse Marshall

< Offensive diplomatique 7, attaque conduit de manibre
comparable a une operation militaire, tels sont les termed
don't le New York Times et le New Yokk Herald Tribune
qualifient dans leurs iditoriaux le discours du Secr6taire
d'Etat. Ces journaux. de m&me que le Baltimore Sun et le
Philadelphia Inquirer, soulignent que les Etats-Unis ont
pris l'initiative en vue de sauver I'organisation des Nations
Unies et la paix et que, dans l'eventualiti oft les Russes per-
sisteraient dans leur attitude de refus de s'incliner devant
les decisions de la majority. il est h craindre que le monde
se trouve d6finitivement divis6 en deux. On ne dissimule
pas, d'ailleurs, la difficult de la tflche entreprise par les
U.S.A. qui ne sera couronnde de succs que si le pays sait
se montrer digne du role directeur qu'il entend assumer.

2. Entretien Bidault-Marshall

Le New York Herald Tribune est le sel A annnncer q:i'un
entretien a eu lieu hier au Waldorf Astoria entire M. Marshall
ct M. Bidault. Selon ce journal. I'entretien a port sur les
problmmes urgents qui intdressent la FIance et les Etats-
Unis. notamment la situation economique francaise et l1
besoin d'aide americaine avant la fin de cette anne. leos
objections frangaises au project anrlo-amiricain pour Paug-
mentation du niveau de la production industrielle alle-
mande et la situation po'itique frangaise, les Etats-Tnis
s'efforqant de sontenir le gouvernement contre opposition
communist.
M. Marshall aurait expos i M. Bidault les garanties que
le* gouveinement proposera A la France contre le danger
allemand et, en particulier, la nouvelle offre de conclusion


d'un paete a quatre garantissant le d4sarmement de 1'Alle-
magne. Le New York Herald Tribune indique, enfin, que
les problbmes qui seront abord6s a la Conference des minis-,
tres des Affaires 6trang6res de Londres en novembre seraient
6galement discutes par MM. Marshall et Bidault au course.
des prochaines entrevues.

3. Aide (conomique a l'Europe
La press consacre a cc probl6me de nombreux articles et
commentaires. Elle reprend en particulier les declarations,
de M. Robert Lovett h sa conference de press hebdomadaire
selon laquelle le Dppartement d'Etat met au point un rap-
port sur la crise europeenne qui sera prdsente au president
Truman dbs son arrlv4e A Washington. Tons les moyens
possibles d'apporter aux pays europ6ens une aide provisoire
sont dtudids. L'Italie et la France sont consid6rdes comme
les pays ot ce besoin est le plus pressant, la Grande-Bre-
tagne venant en troisibme place
, M. Lovett a rifut6 une fois de plus, en terms assez brefs,
les accusations de M. Togliatti. I1 resort, d'ailleurs, des
informations venant de Rome que la situation s'est un pen
detendue et que la greve de samedi ne marquera pas le debut
< d'un movement revolutionnaire >.
La question de la reunion anticipde du Congres continue
A ltre discutee. M. Stassen, dans un discours qu'il a pro-
noned h New-York, a declare que le president Truman de-
vrait convoquer le Congres des son retour afin de mettro en
oeuvre 1'aide amiricaine A l'Europe.
Le meme point de vue est d6fendu par Dorothy Thompson.
Les journaux, et en particulier le New York Herald Tri-
bune et le New York Times, font ressortir que M. Lovett a
Indiqu6 qu'une aide immediate pourrait etre apportde aux
pays d'Europe par Ic r6glement des sommes qui leur sont
encore dues par les Etats-Unis, notamment sur I'or saisi
par les Allemands et recouvre par les armies allies, la
liquidation des biens saisis aux Etats-Unis pendant la
guerre, le r6glement des operations du pret-bail et, pour
1'Italic, le pavement des sommes dues pour les travaux effec-
tues aux U.S.A. par les prisonniers italiens. Les sommes qui
pourront etre ainsi mises a la disposition des pays euro-
pdens ne reprisentent pas un montant tres lrev, mais elles
n'en aideront pas moins ces derniers A traverser la pdriode
particuli6rement difficile du debut de l'hiver.
Alors que I'Administration a annoned la reduction des
allocations de cereals pour les exportations de novembre,
quelques journaux dicrivent la gravity de Ia situation ali-
mentaire en France. Le New York Herald Tribune public
une ddpeche U.P. dans laquelle le correspondent de cette
agency, David Loehwing, raconte qu'en compagnie de
M. Russvl. correspondrlnt du Desmoines Register, il a MA
tdmoin de. manifestations de mauvaise humeur contre les
Etats-Unis par des mCnagbres faisant la queue devant une
6picerie de M6ni'montant.
Le Christian Science Ifoni'or, de son c6td, erit que des
d6sordres se sont products en Normandie, au Mans et a
Alenqon, qui sont significatifs de la gravity de la situation.
Dans un editorial intitulde Approche rdaliste ,, le Journal
of Commerce ecrit que le rapport final de la Conference
marquera des nrogr6s consid6rables, compared au project pri-
mitif qui chiffrait l'aide americaine a 29 milliards de
dollars. Le texte final mettra mieux en avant ce que I'Europe
est d6cidde A fire elle-m6me pour s'aider et ne sera plus
seulement une a, liste de products dgnt elle a besoIn au
course des prochaines anndes ,. Le problem essentiel pour
le Conngrs. selon ce journal, sera d'estimer la cuantite de
products aui nourront 6tre exnortis par les Etats-Unis sans
dancer pour leur propre dconomie. Le public amdricain, qui
sunnortera en fin de comnte les frais de l'operation, a le
droit d'exieer d'etre renseined sur tons les facteurs en cause,
objectivoment et indnpendamment de toute prdoeennation
de politirue intericure. comme c'est le cas, actuellement,
pour le probl6me de la hausse ,des prix.
L'article de Loren Carroll. dans le News Week. porte un
juvement defavorable sur la vnlont4 des Francais qni se-
raient encore pedntres, dit-il, de I'idde fausse que a l'oncle
d'Amerique ) fera le ncdessaire pour les tirer d'affaire.








4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANOGRE


LES PROPOSITIONS DE M. MARSHALL SUR LE DROIT DE
VETO (New York Herald Tribune, 18/9) :
q ...M. Marshall invite 1'Assembl6e g6n6rale A reprcn-
dre elle-meme la question du veto, ct, en attendant, A
constituer un < Comit6 int6rimaire > permanent qui
comprendra tous les membres de 1'O.N.U. et qui fern
valoir son autorit6, dans certain cas, A la place du
Conseil de SkcuritB.
L'Assembl6e est ainsi invite a prendre une decision
qui n'aurait 6videmment qu'un effet moral. Le Comite
interimaire ne pourrait exercer qu'une autorit6 morale
ou psychologique. Mais une telle autorite pent etre .d'un
grand ipoids et si, par l'intermediaire de l'Assembl6e
g6n6rale, les Etats-Unis pouvaient renforcer leur poli-
tique par I'appui ,considerable de tout le monde < non
sovi6tique >, cette politique acquerrait une force
,norme...
Pour aboutir A un resultat, pour permettre 1'6tablisse-
ment de la paix et la renaissance 6conomique dans les
regions di monde qui ne sont pas compl6tement sous
la domination du Kremlin, les Etats-Unis offrent de sou-
mettre leur politique a 1'approbation des puissances
non sovi6tiques. Mais ils leur demandent, en change,
de jouer un r1le on6reux, sinon dangereux.
La r6ponse de l'Assembl6e aura de grandes cons6-
quences. Mais l'avenir dbpendra 6galement beaucoup de
la possibility qu'aura 1'Amirique de se conformer aux
obligations .qui peuvent d6couler de sa demarche t6m6-
raire. Voila qui constitute une tentative pour resoudre
les difficulties politiques de notre monde, tout come
le plan Marshall constituait une tentative pour r6soudre
les probl6mes 6conomiques. Mais l'une ne .peut r6ussir
sans l'autre. La solution politique sera inop6rante si
nous n'adoptons pas de measures 6conomiques. Et ces
deux tentatives se solderont par un 6chec, si nous ne
pouvons pas prouver qu'en tant que nation nous .som-
mes prets i tenir ce que nous promettons et h donner
au moins autant que nous demandons. a


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovuitique du 18 septembre 1 47

1. La pclitique des Elats-Unis
De nombreux commentaires, sous la rubrique < Antour
de plan Marshall ,, sont donnas par les depeches Tass on
des extraits de presse britannique et frangaise critiquant la
politique americaine. La Krasna'a Soezrid public sur le
mnime sujet une note de Bronsky.
Les aspects divers do l'expansionnisme nm6ricain sont
donn6s par une s6rie de courts d6peches : commentaires
de la press danoise sur le nouveau d.barquement au
Groenland, de la Berliner Zeitung, critiquant la rtforme
agraire entreprise par les autorit6s amnricaines d'occupa-
tion, commentaires traitant de la guerre" civil en Gr-ce, de
la politique americaine en Chine, etc....
2. Les luttes pour les ddmocraties dans le monde
Tous les journaux donnent, sous de grands titres, de
large comptes rendus des travaux de la troisiinm session
du ComitB syndical franco-sovi6tique.
Ils publient les resolutions suivantes du Comit6 :
1 Les Syndicats de France et d'U.R.S.S. lutteront de
toutes leurs forces centre l'offensive de la reaction;
2 Les Syndicats de France et d'U.R.S. s'engagent a con-
tinuer une politique amicale et pacifique de .ooplraiion
entire les peuples des deux pays en vue de la paix et dans
P'esprit du pacte franco-sovi6tique d'alliance et d'assistance
mutuelle du 10 d6cembre 1944 que les syndicats des deux
pays ont approuv4;


30 La C.G.T. et les V.C.P.S.S. continueront t l'avenir A
faire conflance a la F.S.M. et t letter pour augmenter sa
puissance et mieux asseoir son influence et de letter pour
la paix, le bien des travailleurs et une liberty plus reelle
pour eux;
40 La C.G.T. et les V.C.P.S.S. continueront leurs efforts
conform6ment aux decisions de la session du Conseil general
de la F.S.M. pour une democratisation, une denazification
et une d6militarisation int~grales de l'Allemagne;
5 Quatre d6elgations syndicates seront Achang6es entire
les deux pays en vue de resserrer les liens entire les cen-
trales syndicales et les militants des deux pays.



IV. PRESS BELGE


AVANT LES ELECTIONS MUNICIPALES EN FRANCE

1. La Nation Belge (19/9, Union Nationale) :
< ...11 est naturellement trop t6t pour se livrer au
jeu *des pronostics. D'ici le 20 octobre prochain, bien
des 6v6nements peuvent surgir sur le plan 6conomique,
qui profiteront aux socialists bien plus qu'A l'opposition
communist : une aide am6ricaine par example, qui iper-
mettrait a 1'Europe, et par consequent A la France, de
souffler quelque peu.
Ce qu'il faut retenir aujourd'hui des decisions prises
par les parties au seul de la champagne 6lectorale, c'est
que les uns et les autres sont d6termin6s h d6fendre
*d'arrache-pied leurs positions, m6me sur un terrain qui
dans le .pass' ne donna jamais lieu a d'ardentes comp6-
titions. a

2. La Dernire Heare (18/9, ind6pendant) :
< Un certain nombre de Ipersonnalites politiques, et
non des moindres, s'efforcent d'ecarter A l'avance toute
6ventualit6 .de crise pour novembre.
Ce n'est un secret pour personnel d6sormais que
M. Vincent Auriol, president de la R6publique, et
M. L6on Blum, don't l'influence est grande, menent une
champagne aussi discrete qu'efficace pour assurer la
long6vit6 du ministbre Ramadier. Ils estiment que celui-
ci *devrait rester au pouvoir au moins jusqu'au milieu
de Ilanni6e 1948. Ainsi le plan Marshall pourrait 6tre
mis en oeuvre sous son autoriti, en ce qui concern la
France.
On sait combien les deux homes d'Etat attachent
d'im'portance A ce plan et en particulier combien do
sympathies M. Lion Blum possede aux Etats-Unis.
Au point de vue politique int6rieure, la prolongation
de 1'expirience Ramadier (gouvernement sans les com-
munistes) ne parait pas moins indispensable aux deux
personnalites qui s'int6ressent a son sort.
On esp6re en effet que dans les mois qui vont suivre,
les nouvelles institutions de la IV" R6publique qui no
sont ipas encore entries suffisamment dins les meaurs,
pourront s'assouplir. On enl6verait ainsi aux commu-
nistes, comme au R.P.F., certain de leurs arguments.
Cette position moyenne entire le general .de Gaulle
cl M. Maurice Thorez semble Ctre pr6sentement le res-
sort de la politique de M. Ramadier et -de ses mentors.
Le president du Conseil l'a, du reste, faith connaitre
publiquement A la tribune, avant les vacances.
I1 reste A le faire adopter par la gauche du parti
socialist, ce qui ne sera pas chose facile. C'est du
reste le r6sultat des 'elections qui tranchera le d6bat.
II pourrait 6tre tel que l'id6e caress6e par MM. Vin-
cent Auriol et Leon Blum se r6alise ais6ment, Dans 'e








BULLETIN QUOTIDIEN DIE PHESSZ ftRAINGABE 5


cas contraire, on peut ipr6voir une modification assez
profonde sur. le plan gouvernemental. >
(Du correspondent a Paris
de la Dernizre Heure.)


VI. PRESSED SUISSE


AVANT LES ELECTIONS MUNICIPALES EN FRANCE.
1. Journal de Geneue (19/9) :
t ...Les conditions locales joueront un certain rBle
dans cette consultation, mais on I'attend avec un grand
intlret car elle permettra de se rendre compete de 'in-
fluence r6elle don't dispose le Rassemblement du Peuple
Francais cr6e par le general *de Gaulle et qui affront
pour la premiere fois le suffrage universe, ct de la
force actuelle du parti communiste...
Le movement du g6enral de Gaulle, auquel on dit
que 700.000 personnel ont adh6er, peut Wtre servi ipar le
mecontentement actuel. Les idWes que d6veloppe son
chef sont excellentes, sa conception du r6le de l'Etat,
attention qu'il accord A l'initiative priv6e, out trouve
de la resonance chez ceux qui sont fatigues par le r6le
excessif que jouent les parties et leurs comites direr-
teurs. et par les maladresses du dirigisme. Mais, dans
certain milieux, on 'entend dire que le g6enral a dejh
eu le pouvoir et, par consequent, la Ipossibilit6 de rea-
liser son programme. En outre, on a l'impression d'nne
sorte de dualit6 entire les appeals A l'union, an rassem-
blement, que lance le general, et le fait qu'il est devenu,
peut-ktre malgre lui et pour pouvoir exercer une action
directed, un chef de parti. On se demand, enfin, si ce
nouveau groupement ne contribuera pas A affaiblir les
parties actuels, c'est-A-dire a morceler encore plus la
representation des elements antimarxistes, car il fau-
dra bien qu'il trouve des 6lecteurs quelque part, et il
ne peut gubre les recolter que chez les mod&r&s. t no-
tamment dans les milieux qui votaient pour les r6publi-
cains populaires.
II sera int6ressant de voir quelle tactique le g6ndral *de
Gaulle adoptera lors du deuxieme tour de scrutiny, pour
les ballottages, et s'il donnera la consigne de voter
pour les candidates moderes les mieux places.
Quoi qu'il en soit, les elections communales ont pris
une couleur nettement politique et, a lire les procla-
mations du parti communist, on voit que celui-ci met
tout en oeuvrp pour obtenir un succs qui lui permet-
trait de r6clamer avec plus de force des places dans le
gouvernement, d'ofi il ne se console point d'avoir 6dt
exclu par M. Ramadier.
(Ren6 PAYOT.)

2. La Gazette de Lausanne (19/9) :

< Quand bien meme beaucoup de Frangais, qui con-
tinuent A honorer la personnalit6 du premier resistant,
regrettent qu'il ait engage la bataille politique, on peut
pr6voir que le R.P F. se taillera des success dans les
rangs des parties au pouvoir. Tous les mecontents ne
vont pas A I'extrgme-gauche, tant s'en faut, et surtout
depuis que 'U.R.S.S. montre a decouvert le visage de


l'imperialisme. Mend par un homme decide, et qui a
foi en son desiin, le R.P.F. a des propagandistes Bner-
giques, une ipresse combative. II a m6me, maintenant,
son university gaulliste Et ses effectifs 650.000 ins-
crits au moins, don't 120.000 dans les deux seuls d6par-
ments de Seine et de Seine-et-Oise sont faits pour
impressionner; de plus vieux parties peuvent les lui
envier. Et la nouveaut6 m6me du groupement est un
atout, avec le choc psychologique qu'elle cause. Enfin,
l'impuissance de la IVW R6publique est pour le moment
si flagrante que M.R.P., socialists et d'autres parties en-
core peuvent craindre a just titre que le prestige du
ge6nral de Gaulle ne leur enleve un bon nombre de
leurs positions. D

b) LE PROJECT D'UNION DOUANIERE FRANCO-ITALIENNE
(Journal de Genuae, 19/9) :
< 'Enfin une bonne nouvelle parmi tant d'autres an-
goissantes. La France et l'Italie ont decide d'un com-
mun accord d'6tudier les possibilities de r6alisation
d'une union douaniere entire les deux pays. A cet effet,
un comit6 vient d'etre former; il est compose de dix
inembres -de chaque nation, et il devra soumettre son
rapport pr6liminaire aux deux gouvernements avant
la fin de cette annee...
Un certain nombre de faits parent en faveur de
cette entente italo-frangaise...
Les possibilities d'entente ne manquent pas. Mais il
est une chose plus important encore, du point de vue
europ6en, c'est la volont6 d'entente entire Rome et Pa-
ris. C'est bien 1A un fait remarquable que des ennemis
d'hier en arrivent A surmonter leur ranoune si raipide-
ment. On voudrait done oublier en France le coup de
poignard du 10 mai 1940, l'occupation, et faire con-
fiance A l'Italie d6mocratique et rBpublicaine. Du c6t6
italien, on passerait sur la cession de Tende et de Bri-
gue et sur la repartition .de la flotte de guerre, don't une
bonne parties, dit-on, reviendrait A la France. II est v6ri-
tablement reconfortant de voir la France appliquer A
sa voisine la grande loi du pardon et, en donnant suite
a l'initiative italienne, manifester son intention de re-
partir avec elle sur des bases d6gag6es de ces rancoeurs
et de ces querelles qui ont empoisonn6 trop longtemps
les relations entire les deux pays.
Par ailleurs, attitude adopt6e par l'Italie ne peut
que lui Wtre profitable. L'enlr6e en vigueur du trait*
de paix ne r6soud pas tous les problems politiques et
territoriaux nes de la d6faite. L'Italie n'a pas perdn
l'espoir .de faire admettre la revision de son trait
don't, en particulier, les clauses financi6res lui iparaissent
insupiportables. A son avis, la paix qu'on lui impose
ne tient pas suffisamment compete de sa participation
aux c6t6s des Allies A la phase finale de la guerre. El!e
aura besoin de tous ses amis pour appuyer son point
de vue. De plus, le sort de ses colonies d'Afrique du
Nord n'est pas encore regl] et doit 1'6lre dans un dMlai
d'un an. LA encore, attitude qu'adoptera la France
sera de toute importance. Enfin, si cette detente dans
les relations franco-italiennes s'opere au profit recipro-
que des deux pays, elle est aussi d'excellent augure
pour l'avenir ,de l'Europe, qui semble enfin comprendre
qu'elle doit se sauver elle-m6me avant de computer sur
les autres.
(Ren6 BovY.)


S. P. I. Imp., 27, re Nicolo, Paris 81.8009

Q














































































Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs