Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00190
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 19, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00190
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SthricEs F4ANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)


LA DOCUMENTATION FRANCAISI


MINlSTEiR
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESSED


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").





BULLETIN


r

DE


19 septembre 1947.


PRESS


QUOTID



ETRAN


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANiNIQUE.
L'Assembl6e g6n6rale -de 1'O.N.U.
1. News Chronicle (18/9).
2. Times (18/9).
II. PRESS AMBRICAINE.
a) L'Assembl6e g6nerale de 1'O.N.U.
1. New York Herkld Tribune (17/9).
2. New York Tihmes, (16/9).
3. W'ashinglol Posit (16/9).
4. Philadelphi a BIlq(iier (16/9).
5. Saint-Louis Post Dispatch (16/9).
b) La nouvelle orientation de la politique colonial
franvaise (New York Herald Tribune, 18/9, .dit.,
curoip6enne).
III. PRESS SOVItTIUE
L'entrie en vigueur des traits de paix (Pravda,
17/9).
IV. PRESS POLONAISE.
La Pologne et 1'O.N.U.
1. Zycie Warsztwy (17/9).
2. Polska Zberojna (17/9).
3. Rzecz)opspollita (17/9).
V. PRESSE.BELGE-
L'Assembl6e g6n6rale de I'O.N.U. (Le Soir, 18/9).
VI. PRESS SUISSE
L'entrBe en vigueur -des traits de paix.
1. Jvoiufnkl de Genbve (18/9).
2. 7'ribmue de Geneve (17/9)


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la presse britannique du 18 septemnbre 1947
Toute la press donne la vedette au discourse prononc6 hioer
par M. Marshall devant l'Assembl6e g6nerale de I'O.N.U. Sur
le plan economique elte donne une grande importance a
l'accord intervene entire le government, le patronat et les
syndicats sur le nouveau plan de contrble de la main-d'oeu-
vre et don't les details seront communiques aujourd'hui par


M. Isaac. iDe mrme elle laisse pnivoir le reglement prochain
du confit entire le National Coal Board et les miners au
sujet de l'augmentation des licences de travail. Enfin, ello
announce la visit de M. de Valera a Londres et l'ouverture
des pourparlers deonomiques entire la Grande-Bretagne ct
l'Irlande.
1. Nations Unies.
Toute la press s'attache a souligner 1'importance du dis-
cours prononcd hier par M. Marshall devant les Nations
Unies ct dans lequel il a propose la creation d'un comit6
permanent comprenant tous les Etats membres de 1'O.N.U.
afin d'dviter l'abus du droit de veto qui paralysait le Conseil
dr S6curitd. Lea Journaux pr6sentent ce discours sous d'im-
portantes manchettes et soulignent que l'organisation mon-
diale est a un tournant decisif.
Le Daily Herald &crit : a Les Nations Unies lancent un
d&fi direct aux Soviets ,. Le Dally Mirror : << Les Etats-
Unis lancent un d6fi a 1'U.R.S.S. sur quatre points ,. Le
Daliy Telegraph: << Les Etats-Unis cherchent h limiter l'usage
du veto. M. Marshall attaque, la politique sovi6tique ,.
Le Daily Worker announce dans sa manchette que M. Mar-
shall essaie de q faire faire naufrage a I'O.N.U. >.
La press insisted aussi sur la fcrmted de ton de M. Mar-
shall, ct le correspondent diplomatique du Times comment
favorablement l'initiative amdricaine. Ii rappelle notamment
que l'Union sovidtique a fait plus de vingt fois usage du veto
centre le: vcu de la majority.
Le Manchester Guardmita voit dans les propositions de
M. Marshall un plan draconien pour mettre fin h 1'impasse
oh se trouve le Conseil de Skcuritd.
Le correspondent du Daily Telegraph volt dans ce dis-
cours la premiere manifestation d'une strat6gie < offensive ,
du gouvernement amiricain qui 6quivaudrait a rien de moins
qu'une revision de la charte.
Ed. Montgomery, dans le Manchester Guardian, se montre
convaincu que l'Amdrique entend prendre le b6ndfice de 'ini-
tiative diplomatique.
Selon le Daily Graphic. le discourse de M. Marshall a cte
l'avertissemcnt le plus net qui ait jamais dtd donna aux So-
viets.
Seul de toute la press, le Daily Worker accuse M. Mar-
shall de vouloir constituer an sein de 1'O.N.U. un group-"
Sd'Etats fantoches ,, enti6rement A la devotion des-Etats-
Unis.
Le Daily Mail, annongant que I'on s'altendait A I'O.N.IF,
I'arriv.ee trbs prochaine de M. olootov, souligne que 1'atmo-
splhre de I'O.N.U. dtait hier charge ct tendue ct que -'on
craignait que la Russie prdfere se retire de l'organisation
.nondiaie plutot que d'accepter los propositions draconicnncs
de l'Amerique.


Nouvelle S6rie No 772


I-- -~ -
- --- 111- 1-






2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS TBRANGEiRE


2. Etats-Unis.
Le Daily Telegraph fait etat des declarations de M. Stassen
en faveur d'une aide am6ricaine i 'Europe, et de subordon-
ner au ralentissement ou a l'abandon de la politique des natio-
nalisations.
3. Trieste.
Le correspondent diplomatique du Timnes fait tat de 1'in-
quietude cause, par la situation a Trieste ot les difficulty.
que font naltre la presence de troupes au moment meme oi
doivent etre op6r6es les modifications de frontirres. K L'ordre
ne pourra etre rdtabli, affirmed ce correspondent, que lorsque
les grandes puissances se seront mises d'accord sur le choix
d'un gouverneur.
4. Pologne.
Le correspondent diplomatique du Daily Telegraph announce
que M. Mikolakczyk serait impliqu6 dans le comp/oL du part
paysan. Ce correspondent s'attend a cc que M. Mikolakczyk
* oit mis en jugement tout comme M. Petkov en Bulgarie.
5. France.
Une d6piche Reuter rcproduite par le Manchester Guardian
fait 6tat de 'inquiitude soulevie en France par les nom-
bieux incendies de r6coltes dfs t des saboteurs et a des agi-
tateurs,
Le Daily Telegraph et le Daily Graphic s'6tonnont de I'im
portation *de drap frangais en Angleterre, le drap 'frangais
serait en effet de moins bonne quality et d'un prix plus eleve
que le drap anglais.
6. Confirence econonlique.
Le correspondent du Times fait 6tat de l'attitude reserve
adoptie par les diliguds suisses et suddois au Comite de
cooperation de la Confrence. II attribute leur hesitation b
leur quality de neutres.
7. Ruhr.
Le correspondent du Times it Berlin souligne que les
Allemands ont demand aux autoritts d'occupation de la
bizone d'arriter le d6mantellement des usines afin de leur
permettre d'atteindre le niveau de production d'acier fixC
par le recent accord anglo-americain.

&. Balkans,
Lo Times et le Manchester Guardian aninolmen que la
sous-commission de 1'O;N:.U. pour les Balkans n'a pas dt6
autoris6e a traverser la frontirre bulgare pour y enqukter
sur l'aide apportie par la Bulgarie aux rebelles grees.
Ces deux journaux cstiment que la sous-commission a ce-
pendant pu, malgr, opposition des pays voisins de la Grcce,
convaincre l'opinion mondiale de la cufabiht6 de ceux-ci et
encourager la lutte des troupes grecques contre les rebelles.

L'ASSEMBLEE GENARALE DE L'O.N.U.
1. News ChGollilcle (18/9, liberal) :
< Les deux propositions les plus imporlantes faites
par M. Marshall etaient les suivantes : 1 constituer un.
comit.e special qui envisage des moyens de rendre le
veto < plus liberal >>; 2 constituer un comitt pernia-
nent de I'Assembl6e g6n'rale, of les cinquante-cinq na-
tions seraient repr6sentees. Cet organism discuterait de
toute situation susceptible de mettre en danger la paix
mondiale et permettrait a tous les membres de profiter
continuellement, au course de Fan proohain, des facilities
offertes par l'Assemblke g6nerale... I1 est evident que les,
Americains attachent une plus grande importance A la
second proposition... Si, comme il est probable, la ma-
jorit6 de l'O.N.U. approve celle-ci, 1'Assembl6e g6nerale
aura trouv6e une m dthode pour singer de facon perma-
ncnie c6le ,k cole avec le Conseil de s6curilt. ce no'u-


veau comit6 discutera du m6me genre de p.roblme que
ceux qui out 6t6 examines au Conseil de S6curit6, et il
pourra faire des recommandatioas sans crainte .d'tre
paralys6 par l'obstruction, puisque les decisionss sont
prises simplement a la majority des deux tiers et sans
que personnel puisse exercer un droit de veto. De cette
facon, M. Marshall espire donner beaucoup plus d'im-
portance a l'Assembl6e g6n6rale. L'Assembl6e deviendra
alors le lieu oh s'exprimera opinion du monde et sera
instrument d'une action international, mais qui n'ira
pas cependant jusqu'aux sanctions dconomiques oni mi-
litaires.
Si les nouveaux plans americains sont appliques, la
diplomatic amrricaine iportera une tres lourde respon-
sabilit6. Les Etats-Unis ont toujours compte sur un
grand nombre de pays sud-am6ricains pour les appuyer.
La dependance de 1'Europe occidentale a 1'6gard des
Etats-Unis qui lui apportent une aide .conomique done
6galement aux Etats-Unis une influence extraordinaire
de 1'autre c6te de 1'Atlantique. Dans une organisation
anondiale qui peut prendre -des decisions A une majority
des deux tiers seulement, la puissanc e de l'Amrique se-
rail immense. Le rpeuple am iricain ne doit faire usage
de ce pouvoir qu'avec circonspection et dans une me-
sure limited. >>

2. Times (18/9)

< ...La proposition am6ricaine offre un nouveau
moyen de conciliation par une action commune, mais
en mmem temps elle precise qu'aucun Etat souverain ne
sera forc6 de faire la guerre ou meme de rompre les
relations commercials contre son gre... C'est pace que
le Conseil n'est pas parvenu a mettre en accord sa pro-
c6dure avec le but poursuivi que M. Marshall a propose6
un partage .des responsabilit6s par 1'Assembl6e. En sou-
,mettant son project, M'. Marshall s'est efforc6 de montrer
clairement quo sa proposition 6etait faite en raison des
disaccords survenus entire les Etats-Unis et la Russie,
disaccords sur lesquels 1'Assemblee serait 6galement in-
vit6e A -donner son avis...
L'Assemblke n'est pas un Parlement mondial. Le
monde est encore trop dloignd d'une unit reelle de
pensee ou de politique pour qu'il soit possible d'ins-
tituer un Parlement anondial. Mais ce que 1'Assemblhe
peut faire, et ce qu'en verite elle doit faire si elle veut
que ses deliberations aient un sens, c'est de prendre et
de coordonner les avis de ses membres de fagon A pou-
voir pr6tendre 6tre le reflet de opinion mondiale. C'est
a cet 6gard que la proposition de cr6er un comit6 per-
manent prend vraiment toute sa valeur. On peut s'atten-
dre a ce qu'un comite de 1'Assemblee qui si6gerait de
fagon permanent et don't les membres ne perdraient
jamais le contact entire eux, i6mette des jugements im-
partiaux bass sur une etude approfondie et une appr&-
ciation eclair.e des divergences de vues. Aucune puis-
sance ne pourrait ignorer totalement les conclusions
autoris6es d'un tel organism. Les opinions, bien en-
tendu, n'engagent personne... Aucune puissance ne
changera d'attitude, sur une question qu'elle consider
comme vitale, simiplement parce que les autres 'puis-
sances critiquent son point de vue. En definitivee, la
paix du monde ne peut etre sauvegard6e que par un
accord entire les Etats qui, grace a leur force, peuvent
la renforcer ou la ruiner. C'est cette consideration qui
justifiait a l'origine la regle de l'unanimit6. Tandis que
les modifications dans la procedure du reglement des
conflicts peuvent ameliorer les moyens de conciliation et
permettre une entente plus rapide, seul le desir de par-
venir A un accord ipeut rendre les instruments de con-
ciliation efficaces.








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


II. PRESS AMERICAINE


R.vue de la press amerlcaine du 17 septembre 1947
La stance d'ouverture des Nations Unics et les nouvelles
d'ltalie tiennent aujourd'hui encore la premiere place dans
la press. Les journaux continent neanmoins a commenter
les problbmes de la reconstruction europ6enne et le r61e
joud par la d6elgation frangaise A la Conf6rence des Seize
est particulibrement mis en avant par les correspondents
I.arisiens.
1. Nations Unies

La press accucille avec satisfaction l'6lection de M. Ara-
nha A la prbsidence. Tous les journaux continent A consi-
d6rer que cette session de I'Assembl6e constituera une Ipreu-
ve decisive pour l'avenir des Nations Unies ct demontrera
si cet organisme peut continue A fonctionner malgre l'oppo-
sition et l'obstruction des repr6sentants de I'U.R.S.S. Les
declarations de M. Vichinsky A son arrive h New-York sont
A peine mentionnies. Anne Me Cormick, dans le New York
Times, et Edgar Mowrer, dans le New York Post, soulignent
Ic d6saccord permanent qui depuis San Francisco s'est affir-
m6 entire les U.S.A. et I'U.R.S.S. E. Mowrer note que si cc
desaccord subsiste, la seule alternative permettant de sauver
les Nations Unies est d'en fair une organisation internatio-
nale <. qui sans doute cesserait d'etre universelle ,. Telle
est igalement la conclusion de 1'6ditorial du New York He-
rald Tribune qui indique qu'en cas d'echec des Nations Unies
cet organism devrait btre transform ou un autre orga-
nisme cred qui permette aux pays a non sovietiques >> de
poursuivre en common accord une politique en vue de sauver
la paix dans un esprit conforme a celui qui avait prisid6
a la r6daction de la charter de San Francisco. Ce point de
vuc, 6crit Mowrer, serait partage par John Foster Dulles.
Citant la preface ecrite par ce dernier pour les nouveaux
volumes de la sirie a The Us in world Affairs Mowrer
reprend le passage dans lequel M. Dulles declare que 1'al-
liance entire I'U.R.S.S. et les d6mocraties occidentales a tou-
jours td6 artificielle et il dtait inevitable qu'aprbs la victoire
sur l'cnnemi commun, les differences qui les avaient s6parLes
I:cndant 25 ans apparaissent h nouveau. Nous pouvons main-
tenant d6celcr le capactere inl.61ctable de cette evolution qui
ne nous 6tait pas apparu an moment ois pleins d'espoir
nous nous 6tions rendus h la Conference de San Francisco.
Le Daily Worker, de son eotd, dans un article intitul :
4 Le D6partement d'Etat cherche A dominer l'Assembl4e
gdnerale ,, ecrit que Washington est decidBe a dominer les
Nations Unies ou h causer leur ruine et que tout indique que
les U.S.A. veulent a tout prix mettre cette organisation au
service de la doctrine Truman, .quelles que doivent on dtre
les consequences.
2. Italie

L'incident, qui s'est heureuscnent bien terminc, au course
duquel un d6tachement americain a arr8t6 pendant quelqucs
heurCes la progression de forces yougouslaves cstimies A
2.000 hommes, est longuement relate dans des terms qui
le font apparaitre comme une victoire due an bon sens, au
came et au courage ddu lieutenant americain qui comman-
dnit I& ddtachement.
Le mouvemcnt de graves prend de l'ampleur et quoique la
situation continue ditre considered comme inquidtante par
de nombreux journaux, le New York Times estime dans un
editoriall que la politique suivie par M. Togliatti pourrait
hien finir par soulever une reaction violent centre le com-
munisme chez le people italien qui a fait de grands pro-
gres dans la voice de la reconstruction et don't le probldme
est de se procurer des products alimentaires que los U.S.A.
peuvent et doivent lui fournir.
Les journaux signalent, sans commentaire, que M. Ta-
chiani a rendu hier A M. Lovett. une visit qui est la troi-
sitme en quelques semaines.
3. Confdrence de Paris

Quelques journaux, le .Wall Street Journal, notamment, et
la revue World Report continent A mettre en avant le fait


quoe IlesLpaysi dlEurope ne font pas assez d'efforts pour leur
reconstruction. Le World Report accuse la France et la
Grande-Bretagne d'avoir cherch6 & Paris a gonfler 6goiste-
ment leurs besoins. Cette revue 6crit 6galement que les pays
europdens devraient s'efforcer de mobiliser leurs actifs en
dollars don't le montant global est estim, & 9 millions de
dollars. Mais A exception de ces commentaires le ton de
la press s'est modified depuis deux jours et les ddp&ohes des
correspondents amiericains a Paris qui annoncent I'accord
intervenu hier entire M. Clayton et les reprisentants de la
Conference soulignent que le texte pr6sent6 par M. Alphand
est extr&mement satisfaisant. On pense que le rapport final
de la Conference sera terming lunidi prochain.
Frdidric Kuh, dans P. M. et le Chicago Sun, ecrit que
M. Clayton a indiqud aux d616gubs de la Conference que
i'usage des creditss americains no serait pas limitL A des
achats aux U.S.A.
Le Philadelphia Bulletin et le New York Herald Tribune,
dans leurs Bditoriaux, 6crivent que les exigences ambrioaines
pour la reduction des barribres douanieres en Europe devront
etre accompagnees de 1'abaissement des tarifs.

4. Etats-Unis

Le sdnateur republican Aikcn a declare que les credits
de l'Export-Import Bank devraient etre. si necessaire, affec-
tes a aider la France et l'Italie.

5. Rapport Morses

Le d6partement de la Guerre a public hier le rapport de
M. Robert Moses sur la situation en Allemagne qui avait itd
gard6 secret jusqu'ici. Les points essentiels de ce rapport
sont les suivants :
1" I1 ne convient pas -dans 1'e6tat actuel des choses de
transfIrer du D6partement de la Guerre au DBpartement
d'Etat la responsabilit6 de l'occupation en Allemagne;
2 11 serait imprudent d'affaiblir outre measure les forces
militaires americaines dans la zone d'oocupation;
3 La possibility oue les Allemands cherchent en fin de
compete a rallier le bloc sovitique est un danger trbs reel;
4 La constitution d'une autoritA anglo-amricaine ayant
toute l'autorite necessaire pour exploiter les mines de la
Ruhr est la scule solution qui permettra de produire le
carbon don't 1'Europe a besoin.

6. L'exportation frangaise

Le Journal of Commerce dans une ddp&che de son corres-
pondant parisien Louis Bley rapport les declarations de
M. Roy-Weeks, president de la Chambre de Commerce am6-
ricaine en France et de M. de Commines, secrftaire general
du Centre national frangais du Commerce extLrieur sur la
n6cessit6 d'adopter des measures pour delvelopper les expor-
tations frangaises et, parmi ces measures, la devaluation du
franc.

a) L'ASSEMBLIE GENARALE DE L'O.N.U.

1. New York Herald Tribune (17/9) :

<< ...Le droit de veto est de toute evidence le seul 616-
ment de la Charte que les Soviets trouvent utile; l'abo-
lition du veto si 1'on ipouvait y parvenir 16galement
impliquerait certainement 1'Plimination de la Russie
de 1'O.N.U. et par consequent la fin de cet organisme en
tant qu'organisation mondiale... Ce n'est pas la perfidie
des Russes qui est A la base des difficulths (si les Etats-
Unis 6taient le seul Etat .d6mocratique dans un monde
totalitaire, nous tiendrions probablement au droit de
veto aussi passionn6ment que le fait le Kremlin), mais
le fait que les regimes des deux grandes puissances
mondiales sont incompatibles...
Nous sommes maintenant arrives A un point oit 1'As-
sembl6e dolt decider si elle ose prendre initiative nC-
cessaire. Si elle couvre de son autorit6 morale une ac-
tion entrelprise par les grandes ipuissances non sovi'-
tiques, action qui serait 16galement soumise au veto an


_ I___~


___ _1







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


Conseil de Securit6, elle pent jouer un rl6e important
dans la resolution des problimes courants, tout en sau-
vegardant I'O.N.U. en attendant que 1'on soil parvenu
a mettre un ternic an conflict qui oppose la Russie et
I'Ouest
Mais 1'Assemiblec ne pent jouer un iel rOle que si elle
a un sons de sa responsibility suffisannient grand pour
6viter de se voir accuser d'imprudence ou de ipartialit6
en favour des Etats-Unis. La session qui vienl. de s'ou-
vrir servira A inontrer si une telle evolution est nossi-
ble. >

2. New York Times (1(/9) :
< L'Asseniblc estl la fois 'dbmocrialique el 'puissan!e.
Elle esl d6tnocratiqnue dans sa procedure. Sur certaines
questions delinies dans la Charte commune < importan-
tes >, elle ne peut prendre te decisions qu'hi la majority
des .deux tiers. Sur les autres questions, y coinpris celle
tie d6lermintr ques ston les sujets qui .doivent etre
considlers comnim << inmportants >, la simple majority
suffil. En theorie, unl 2 plite mniorilt des populations
des 55 nations pourrait l'einporter dans n'importe quel
vole...
Les debats seronl d6mocratiques, 6tant donn6 qu'on
ne peut empicher un d6elgu6 d'une nation, si petite
qu'elle soit, de prendre Ia parole, s'il suit les rbgles
etablies... Ce sera encore une sorte de d6mocratie en
raison du fail mnme que 1'Assemble n'a pas qualitA
pour agir...
L'Assembl6e ne ipeut d6placer un seul soldal ni fair
tirer un seul coup de feu. Ce qu'elle peut fare, c'est
r6affirncr le but de la Charte (acceple par routes les
nations membres, y compris la Russie), qui vise < a
proc6der par des moyens paciflques et conformement
aux principles de la justice et du droit international, au
rmglement de -diff6rends internationaux ou i In modifi-
cation de situations internationales qui pourraient en--
trainer une rupture de la ipaix ,,
Des principles semblables, accepts par un noambre
suffisant de peuples, constituent en eux-m6nles une
force. Ils peuvent constitute la plus grande 'orce du
monde... 3

3. Washington Post (16/9) :
< La signification de la deuxibine session regulibre
de i'Assemblee generaie des Nations Unies n'a pas be-
soin d'6tre soulign6e. Le nmonde n'est memen pas encore
parvenu ti vivre < officiellement > en ipaix. La Russie
est en train de saboter 1'tlabiissement de !a paix jus-
qu'h ce que l''volution de la situation entrain, la dis-
solution des gouverneients et la ruine de tout d6sir
de slabilil6. Une nouvcl.e forine d'agression a remnplac6
l'ancienne ce ellle se cache en une demi-douzaine de
lieutx de I'ancien mlonde. L'organisic e ie 'O.N.U. auquel
le monde a donn6 mandal .de faire r6gner la paix el
d'eimpelcher la guerre est paralysC. Nous pensions 6vi-
tdeinenil au Conseil de Securit6 qui a reconnu sa pro-
pre i)mpuissance lorsque la Russic a oppose son veto
aux nesaures envisages pour sauvegarder I'indtpen-
dance grecque, nesures qui avaient el6 recommnianides
par sa proipre commission. C'est vers i'Assemble que
se tourne l'humanit6 avec l'espoir qu'h cette lderniere
tribune des nations le monde pourra montrer uiie unile
morale suffisanle pour repousser les forces du mal. ,

4. Philadelphia Inquirer (1'6/9) :
< Nous avons toules les raisons pour vouloir sauver
1'O.N.U. et assurer son bon fonctionnement. Nous
n'avons anucue raison de permettre qu'une nation .puis-
sanlt s'e'n 'ervir ,i mauvais cs:ient poiur saper notre


propre s6curit6 ou pour transformer des dangers s'-
rieux en dangers tres graves. II faut absolument deter-
miner au course de cctle Assemble6 si on laissera la
Russie narguer l'opinion mondiale ct conspirer conlre
la tranquillity du monde, on si au contraire elle s'orien-
tern vers la cooperation. >
5. Sitrn.!-Ludis Post DIspatch (16/9) :
< Les petites puissances sont en majority a l'Assem-
blee et nous esprons qu'elles profiteront de i'occasion
pour influencer i'opinion mondiale dans le sens tde
I'etablisseinent d'un monde pacifique. L'Assembl6e man-
qu te la force mnaterielle n6cessaire pour imposer ses
vues; mais elle peut avoir une force morale immense,
et en fin tie compete, c'est la force morale qui l'em-
porte. >
b) L'IEVOLUTION DE LA SITUATION EN INDOCHINE (New
York Herald Tribune, 18/9, edition curop6enne):
< ...Certains indices donnent A penser que le gouver-
nemenl francais et le Viet Minh, pour des raisons diff6-
rentes, accneilleraient favorablement la conclusion
d'une paix fondee sur un retour de Bao Dai sur le
tIrne imperial, la remise en liberal de tous les prison-
niers politiques et militaires, et l'octroi *de l'autonomie
administrative aux trois territoires indochinois...
La premiere phase de la lutte pour 1'ind6pendance se
serait lermin6e par un compromise. La paix serait r6ta-
blie. La lutte ne se livrerait plus sur le plan militaire,
mais passerait sur le plan politique. Ayant sous les yeux
l'exemple dte 'Inde britanniq'ue, example qui pent mo-
d6rer leur enthousiasme en faveur du nationalism, les
chefs du parti indochinois de i'iind6pendance peuvent
juger a la fois sage et pratique de conclure la paix.
Si l'on considbre maintenant le caract6re g6ndral de
la declaration de M. Bollaert, on voit qu'elle content
une indication int6ressante sur la politique coloniale
fran'.aise pour les autres territoires de ]'Union Fran-
caise...
II est possible que la declaration de M. Bollaert soit
venue trop lard et ne soit pas suffisante pour avoir
1'effet escompt6.
Mais si les principles contends dans cette declaration
sont appliques imm6diatement en Afrique du Nord, ils
pourront permettre -de parvenir A un rbglement intelli-
gent et g6nereux, qu'il sera plus difficile d'obtenir dans
dix et mime dans cinq ans. La nouvelle politique colo-
niale franchise implique si elle implique quelque
chose une charte pour les deux grands territoires
d'Afrique du Nord, charge fondee sur l'autonomie admi-
nistrative complete, les relations militaires et diploma-
liques scules uitant conduites de Paris. >
(GEonoGE SI.oconMN.)

11. -. PRESSED SOVIETIQUE


Revue d-e at press sovidtique ;d 17 septembre 1947
La press soviitique de ce jour cst consacrce it 'entrCe en
vigueur des traits de paix, a la lutte pour la democratic
anns le monde et h la politique am6ricaine.
Tous les journaux publient des d&piches TUss concer-
nant l'entree en vigueur du traits de paix avec l'Italie. Ces
joutrnaux signalent igalement que la Commission du Con-
tr6le interallide cn Bulgaric a termin,i ses travaux et que
la ville de PPola est passe aux Yongoslaves.
1. L'entrde en vigueor des traits de paix
La Pravda public un article precisant le sens ie l'entrte
en vigueur des traitCs (voir cet article plus loin).






bULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS T RANG*RE 5


2. La lutte pour la ddmocratie dans le monde
,a) Guerre civile en Chine
rous les journaux publient en bonne place le communi
qu, de I'agence o Chansi relatif aux rdsultats de la con-
tre-offensive d4olench6e le 15 aodt par les armies de lib6-
ration nationals chinoises.
b) Les dmrnocatties nouvelles
Les journaux commentent l'ouverture du parlement
hongirois.
c) Europe occidentate
De large extraits du discours de Togliatti a Florence sont
publi6s avec des commentaires sur la situation alimentaire
en Italie.
3. La politique amnricaine
Une s6rie de dep ches soulignent les aspects divers do
l'expansionnisme anglo-am&ricain et mettent particuli6re-
ment l'accent sur les contradictions entire Londres et Was-
hington. Des extraits de press britannique relatifs aux diffi-
cultes de la Conference de Paris sont cites. La press sovie-
tique indique, d'autre part, que la Grande-Bretagne utilise
ses reserves d'or pour payer l'Amirique et que des sinateurs
amiricains reclament le Labrador en pavement des dettes
britanniques.
Les journaux commentent l'ouverture de la session de l'As-
semblee general de 1'O.N.U. et donnent les votes de la pre-
mi6re journde et les declarations de Vychinsky A son arri-
vee A New-York. Le correspondent de Tass relive que toute
la press amrricaine explique sans aucune gene la pr6para-
tion intensive a laquelle vient de se livrer le del6gue am-
ricain h la session de l'AssemblIpe pour utiliser la reunion
de New-York au bendfice de la iMaison Blanche. Les jour-
naux americains, d'apras Tass, remarquent avec regret que
1'an dernier les Etats-Unis n'avaient pas atteint cc but.
Tass indique ensuite la furieuse course aux armements
am6ricains don't le budget de depenses militaires 1947-48
d6passe.de huit fois celui d'avant guerre.
L'ENTREE EN VIGUEUR DES TRAITS DE PAIX (Pra-'Ida,,
1.7/9) :
< C'est un pas tris important vers l'organisation du
monde d'apr6s guerre en Europe et la normalisation des
relations entire les Etats. La liberation du joug hitl6rien
a donn6 une puissante impulsion a la croissance ct a
la cohesion des forces democratiques. Les traits de
paix qui viennent d'etre signs contribuent A confirmer
encore ce ph6nomene. Leur entree en vigueur rappelle
au people des pays interess6s la responsabilit6 qui pise
sur eux. Les difficulties qui se sont presenties au course
de 1'l6aboration des traits out ete la consequence de la
position adoptee par certaines puissances et principa-
lement par les Etats-Unis et l'Angleterre, position en
contradiction avec les principles d6mocratiques de la
cooperation internationale... La lutte contre les agres-
seurs fascists n'avait pas pour but de faire tomber les
Etats sous le joug des trusts strangerss. >>


IV. PRESS POLONAISE


LA POLOGNE ET L'O.N.U.
1. Zycie Wfarszawy independentt, 17/9):
o En introduisant le .droit de veto des grandes puis-
sances dans les questions de principle, les auteurs de la
Charte des Nations Unies s'.taient inspires d'une con-
sideration 16gitime A tous 6gards. Pour que 1'O.N.U. ne
se convertisse pas en une nouvelle et impuissante So-
ciete des Nations, il fallait et il faut encore qu'un
accord s'6tablisse sur les questions fondamentales de la
politique international entire les deux plus grandes


puissances du globe : les Etats-Unis et l'Union Sovi6-
tique. >

2. Polska Zbroja (armee, 17/9) :
<< Depuis la creation de l'O.N.U., la nation polonaise
s'en tient r6solument a la defense de cette institution
qui dolt et qui peut veiller sur la paix. Les interven-
tions de la Pologne ont toujours et6 dict6es par le souci
de consolider cette paix et de donner toute leur valeur
aux resolutions de 1'O.N.U. Nous avons sans cesse com-
battu les tendances des puissances occidentales ou .de
tout autre pays a negliger, voire, le cas ech6ant, A dis-
crediter 1'O.N.U., non pas parce que nous voulions ma-
nifester de cette faaon notre position negative vis-a-vis
de certaines de leurs initiatives, mais parce que ces ini-
tiatives se trouvaient en opposition avec les principles
de la Charte des Nations Unies et avec les interests de
la security international. La Pologne s'efforce de faire
en sorte que les decisions de l'O.N.U. soient justes,
parce qu'elle a foi dans son avenir et qu'elle estime
qu'il peut remplir les tAches qui lui incumbent. La con-
dition indispensable, pour cela, est que les pays anglo-
saxons renoncent A leur politique de division des-puis-
sances, politique qui tend A rabaisser 1'O.N.J. au r6le
d'instrument de leurs visees, A la convertir en une ins-
titiation aussi impuissante que 1'etait la Societe des
Nations. v

3. Rzeezpospolita (coalition gouvernementale, 17/9) :
i Au course de leurs deux ann6es de participation aux
travaux du Conseil de S6curite, les representants de la
Pologne n'ont jamais perdu de vue ce facteur fonda-
mental de la collaboration international : le compro-
mis, dans la measure od il ne contredisait pas les prin-
cipes essentiels. Nous partons de ce point de vue legi-
time, A savoir que les inte6rts disparates divisent, mais
qu'il est un int6ret qui unit tout le monde : le d6sir .de
maintenir et de ,consolider la paix. Tel 6tait le but vers
lequel tendaient toutes nos propositiCns : dans le debat
sur 1'Jndonesie, au sein de la Commission de i'energie
atomique, durant les travaux du Conseil de Securite.
L'initiative de la Pologne au sujet de l'Espagne et la
signification morale de son intervention n'ont e6t mises
en cause par aucun des membres de I'O.N.U. Ii est done
superflu de souligner combien positive dans l'ensemble
est notre position vis-A-vis de I'O.N.U., ce qui nous per-
met d'exiger, par r6ciprocite, une attitude analogue de
la part des autres pays. >



V. PRESS BELGE


L'ASSEMBIaFE GQNERALE DE L'O.N.U. (Le Soir, 18/9) :
< L'Assembl6e des Nations Unies s'est ouverte, mardi,
sous le signed du pessimisme.
D&s avant louverture de la premiere stance, diff6-
rentes delegations, dans les habituelles conversations
de couloir qui precedent toujours les travaux, ne dis-
simulaient pas leur inquietude.
Celle-ci pouvait 6tre attribute A plusieurs causes,
don't la principal est pourtant la tension russo-am6ri-
caine, qui ne cesse d'augmenter et don't l'acuit6 s'est
revl16e avec force...
Il ne fait pas de doute que le droit de veto et le con-
flit qui oppose la Grace A ses trois voisins domineront,
avec la question de la Palestine, les debals de 1'Assem-
bl6e qui s'est ouverte aujourd'hui.






SBULLETIrN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGkiE


Ces trois points risquent, les uns comme les autres,
d'exciter les passions et de provoquer ensuite des dis-
cussions .aussi bien devant l'Assembli6e g6n6rale que de-
vant les diverse Commissions...
(R. HISLAIRE.)


VI. PRESS SUISSE


L'ENTIEE EN VIGUEUR DES TRAITS DE PAIX.

1. Journal de Genbve (18/9) :
< Les traits .de paix conclus avec I'llalie ct les an-
ciens satellites de l'Axe sont entr6s en vigueur e1 15 sep-
tembre...
Pour tous les Elats vaincus, les conditions de paix
out etW s6v6res, moins peut-6tre par les sacrifices terri-
loriaux qu'ils ont diu consentir que par la maniere don't
les reparations en nature ont 6t calculdes. La plupart
d'entre eux auront -de la peine A s'acquitter de leur
dette' dans les delais prescrits, et ils seront ainsi sou-
mis A influence prolonged de la Russie. Leur ind6pen-
dance reste ainsi fort al6aloire.
La nation la plus touch6e est l'Italie. Certes, clle paie
les lourdes erreurs du regime .fasciste et d'une politique
de gloriole mal adapt6e a ses moyens rcels. I1 n'en reste
pas moins que les Allies n'ont guere tenu compete du
retournement qu'elle effectua en 1943 et de l'aide mili-
taire et civil qu'elle leur apporta jusqu'A la fin -des
hostilitis. Elle perd des .contr6es qui ]ui jtaient chores,
comme l'Ist'rie, la Ven6tie Julienne, cc port de Pola d'od
s'est enfuie la majority de la population. Trieste devient
une sorte de territoire ind6pendant plae6 sous le con-
trble de I'O.N.U. et qui sera un nid de futures difficul-
t6s. L'Italie ignore le sort qui sera r6serv6 A ses ancien-
nes colonies africaines, car ce n'est que dans un an
que les Nations tnies le trancheront. Si l'on ajoute A
cela le partage de sa flotle, la reduction de son arm6e
a 200.000 hommes, le poids des reparations don't 1'U. R.
S. S. recevra une grande part, on 'compren.d que mime
chez les Alli6s, on trouve que ce trait est trop dur
dans quelques-unes de ses parties...
L'avenir peut corriger les duretCs du present, et la
Charte de I'O.N.U., reprenant une disposition trop peu
employee du pacte de la S.D.N., a pr6vu la poasibilit6
de reviser les traits qui se r6v6leraient inex6'utables.
Ceux lui viennent d'entrer en vigueur ne constituent
pas la conclusion heureuse d'une guerre menie pour
restaurer dans le nonde Ic droit et les liberals humai-
nes, mais 1'Histoire montre qu'un dlat" de choses arti-


ficiel ou contraire a 1'6quit6 ne peut stre de longue
dure. >>
(RENIi PAYOT.)

2. Tribune de Geneve (17/9) :
q De toutes les clauses que puisse contunir un traits
de paix, les plus dures sont, pour le vaincu, cells qui
entrainent une mutilation territoriale...
L'Italie, i son tour, connail une 6preuve de ce genre.
La perte des bourgs de Tbnde ct de La Brigue, si mi-
nime qu'elle soit, suscite dans la population des regrets
unanimes.
Le temps, cc grand ouvricr, cicatrisera peut-6tre la
plaie, dans la measure oh les relations des < soeurs la-
tines > se front confiantes ct cordiales.
II ne saurait en elre de mrme quant au territoire que
le trait attribue a la Yougoslavie. a Trieste et Pola, au
*revoir I >, 6crit un journal milanais. C'est l'affirmation
d'un nouvel irr6dentisme moins de trente ans apres
le couronnement du a Risorgimento >. < Trente et
Trieste >> fut longtemps le cri de ralliement des pa-
triotes de la Peninsule. Tandis que la V6n6tie Julienne
et l'lstrie, gains de la premiere guerre mondiale ci
4.000 kilom6tres carris passent A l'Etat de Tito,
Trieste devient, par la volont6 des < Quatre Grands >,
un Etat. libre...
Le trait de paix assigned a 1'Italie des forces mili-
taires n'extcdant pas 200.000 homes. C'est beaucoup
*d6jA pour un pays qui, avec des finances d6labrees, est
tenu de verser, a titre de reparations, 100 millions de
dollars h I'U.R.S.S., 125 millions A la Yougoslavie, 100
millions A la Gr6ce, 25 milliofls A l'Abyssinie et 5 mil-
lions a 1'Albanie. Mais les Italiens s'estiment en 6tat de
dangereuse inf6riorit6 vis-A-vis de la Yougoslavie.
Dans un discours prononc6 a l'inauguration de la
fire de Bari, M. Dunn, ambassadeur des Etats-Unis i
Rome, a d6clar6 que son gouvernement espbre fermne-
nient que l'on aecordera A l'Italie la revision des arti-
cles les plus draconiens .du traits, en consideration de
l'aide apport6e par ses forces militaires dans la lutte
centre I'Allemagne et de 1'effort de reconstruction d6-
mocratique don't I'llalie done la preuve.
On salt que ]a question de la revision du trait va
etre portee devant 1'Assembl6e g6n6rale de I'O.N.U. A la
demand de pays sud-am6ricains. Sur quels points
l'Italie obtiendra-t-elle des' adoucissements ? Peut-ctre
d'ahord sur le terrain colonial, sous la forme de l'oclroi
.d'un mandate a.dministratif sur ses anciens territoires
d'outre-mer. Ici comme sur d'autres chapitres, une revi-
sion ne sera possible qu'A la faveur d'une entente entire
les vainqueurs, entente que les vetos de certain grande
puissance onl d'autre part si souvent compromise. >


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


I __


Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs