Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00185
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 13, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00185
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text





SERVICES FRAN(AIS
D'INFORMATION
(MINIST*RE DI LA JBUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTmES)


LA DOCUMENTATION PFRANAISI


MINISTER
DES AFFAIRS ETRANGERES


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*).


B

BULLETIN


DE


PRESS


13 septembre 1947.


QUOT


ETRANG1ERE



Nouvelle Serie No 767


SOMMAAIRE

I. -- PRESS BRITANNIQUE.
a) L'aidc amiricaine it l'Europe (Manchester Guar-
dian, 11/9).
b) AprL les negotiations anglo-aniericaines sur la
Huhr :
1. News Chronicle (12/9) ;
2. Daily Express (12/9).
11. PRESSE AMARICAINE.
L'aide anmricaine Ai I'Europe (New York Herald 'Tri-
bune, 11/9).
III. PRESS SOVIiTIQUE.-
La situation intfricure en France (Izvestia, 12/9).
IV. PRESS BELGE.
a) La situation inlericure en France (La Nation
Belge, 12/9).
b) Le parli socialist frangais h la veille des 6lec-
tions municipales (Le Soir, 12/9).


1. PRESS BRITANNIQUE


Revue de lu press briluMnique du 12 seplembre 1947
La press de ce matin accord la prceniire place aux det-la-
ralions que M. Dalton a faiths sur le rapport de la commis-
sion 6conomique de Paris ct aux resultats de l1'lection par-
lielle de Edge Hill oif les travaillistes out obtenu une majo-
rild de pr6s de 2.000 voix sur les candidates de 1'opposition.
)D nom-breuscs manchettes sont igalement colisacrCes i Pin-
cident qui s'est produit 1i bord d'un paquebot au large de
Belfast.
1. Aide anmdricuirec t 1'Europe
Tuus Its jouriaux aulnonccin que MA. Marshall a viv\emrul
critique Ic rapport ilablli par les nemnbres de la Conf6-
renrc iconuomiquc e e Paris lle les besoins de 1'Europe.
Le correspondant diplomatlique du Manchester Guarditan
cousacre un long article a cette question et souligne notanm-
mient le point de vue de la France tel qu'il, a det expos par


des personalities fran.aises ii savoir quo si la France ne'
rcoit pas une assistance financiBre qui lui permette d'im-
porter des mati6res premieres, unre grande partic de 'indus-
Irie franqaise devra s'arr6ter de travailk-r cet hiver:
, Rober* Waithman, correspondent diplomatique du News
Chronicle, announce que le rapport va 6tre r6digc ct quc Ies
dlemandes d'aide 'scront riduites de maniere a ne pas risquer
une opposition du Gongres et de l'opinion am6ricaine.
)'autre part, plusicurs journailx don't le Times font etat
de la surprise desagreable cause aux Etats-Unis par leI
declarations que M. Bevin. a faites A 1'American Legion au
aujet d'un nouveau pr6t-bail amiericain A 1'Europe.
Le imcontentement de l'opinion aunericaine a I'egard de
M. Bevin risquerait, cstime le correspondent diu Nets Chiro-
isicle i New-York, de rendre encore plus difficile l'adoption
du plan Marshall par le Congr6s.
2. Ruhr
Le correspondent diplomatique du Times annonceque le
government des Pays-4Bas a envoy une note au gouver-
neuient britannique et au gouvernement ainmricain pour
expriier son inquitude au sujet du transfer des mines de
la Ruhr aux mains des Allemands.
De son c6t6, le correspondent parisien du Manchester Guiar-
Jian fait 6tat des declarations d'un porte-parole du Quai
d'Orsay sur les inquietudes francaises devant le plan anglo-
ambricain sur la Ruhr.
3. Iran,
Plusicurs journaux reproduisent, d'aprcs une depeche
d'agence, les propose pritis a l'ambassadeur des Etats-Unis
a T6hiran au sujet de l'attitude du goivernenment dtvant Ic
diffirend russo-iranien sur les p6troles. Cette dpdiche signal
que Washington est pr6t i donner son appui au gouverne-
ment iranien a condition que cclui-ci soil d6ciiL< A ddfendre
sa souveraiuct6.
D'autre part. la mnme dipeche fait ital d'une note envoyde
par le gouvernineent britannique en Iran lui recomanendant
de ne pas former la porte ti des negotiations avec la Russic
au sujet du pitrole, cc qui ferait pcnser i l'opinion ira-
nienne quo la Russic et la Grandc-Bretagne se sont mises
d'accord pour partager -'lran en deux zones d'influenec.
4. France
Plusieurs jou.naux, (Lout.lc Daily Tllcniraph, font etat du
trafl. de dollars qui a ete dCcovecrt par Irs inspecteurs do
la sihrect.
De courts dcpiches annoncent la victoire du R.P.F. aux
elections municipales d'une commune frangaisc.


--- ---------- ------------------------
-- -- ---- --------








BULLETIN 4UOUL'DIEN DE PRISSE ATIIANGERE


5. Iolitique dcotmiiquie britanilique
Lcr imne done des details sur Ic programme de l'Office
National du Charbon pour la reorganisation ct le develop-
pcrenlt de l'industric miniere en Grande-Bretagne. Ce pro-
Sgriammni coinprend une certain quantity, de projects h long
tcrmc. La greve des miners de Grimethorpe, toujours sans
solution, a ccssc, pour l'instant, d'occuper la vedette dans
la press.
Lu Daily ''elegraph donned la premiere place an commlu-
niqu6 public par lc gouvernement dressant la liste des id6duc-
tions prIvues dalis les importations, ces reductions porle-
raient nolaininent sur les lives et les fruits.

6. Hongrie
Le Daily telegraphh public ce martin le troisifine article
tie M. Nagy sur ltc < putsch communist ,.
Le cori'espondant du Manchester Guardian t Budapest di
crit la confusion qui rgne dans Ic parti des petits proprie-
laires et les efforts ddploy6s par le parti socialist pour
retrouver son prestige et son influence.

\ a) L'AIDE AMERICAINE A L'EURIOPE (Maltnclihesle' Gol0tdriia,
11/9, liberal) :

< M. Marshall s' st joint bier A la caimpagne lance
'par Ic gouvernement des Etats-Unis --- et ouverte offi-
cicllement par le secr6taire-adjoint une semaine plus
tot pour persuader le people aniericain qu'il faut
accorder une nouvelle aide A l'Europe pendant et non
pas aprs ,l'hiver. La description r6aliste que M. Marshall
a faite des risques imminents de souffrances intolera-
bles dues A la famine et atn froid aura un effet impor-
lant. D'autre part, et ceci est bien plus important, le
secr6taire a soulign6 que ce secours imm6diat ne cons-
tituait qu'une clape dans la tAche de relevement qui
sera effectu6e dans le cadre de sa proposition original.
Cetlcaide exceptionnelle, pr6sent6e ainsi, aura beau-
coup plus de chances de recueillir I'approbation du
Congr&s..
II est evident que l'Europe ne peut pas s'attendre A
ce que des secours lui parviennent avant le milieu de
l'thiver an plus t6t. II n'y a pas d'autre solution. Ce n'est
que si le probl6me est pos6 dans son ensemble au Con-
gres qu'on peut esp6rer une aide quelconque. Meme
dans ce cas, ce ne sera pas une aum6ne. M. Marshall
a parl6 d'augmenter les envois de vivres et de combus-
tibles < IA of il pourra 6tre d6montr6 que tous les
efforts possibles ont 6t1 faits :. Ce qui se passera cet
hiver depend surtout des efforts d6ploy6s par l'Europe
ellelm6ne; la Grande-Bretagne, don't les besoins sont
imoins pressants que ceux de la plupart des aulres pays,
a le plus grand rble A jouer. ,
b) APRES LES NEGOTIATIONS ANtiLO-AMEHICAINES S'UIt LA
RUHR
RuHn

1. News Chronkicle (12/9, liberal) :
< Le conlt6le des uines de carbon de la Rulhr pas-
sera bient6l A l'organisme de contrble anglo-am6ricain,
Inais les Allemands auront la responsabilite de la pro-
duction des mines. Voilh la premiere consequence, mais
,non pas la dernicre, sans doirte, de l'incapacit6 oh s'est
trouvee la Grande-Bretagne de r6unir les dollars n'ces-
saires A administration de sa zone.
Rbcemmenl, la gestion des mines de la Ruhr par les
Britanniques avait 6te s6verement critique aux Etats-
Unis, mais le rapport d'hicr d6montrait, sans aucun
doute possible, que ces critiques n'etaient pas fond6es.
On peut dire que, loin d'trle inop6rante, I'Administra-
tion britannique a obtenu de tris bons r6sultats si l'on
vent bien considerer les difficulties consid6rables aux-
quelles elle s'est heurt6e...


La contribution de la Grande-Brelagne A la restau-
ralion de l'6conoice allemande a 616 considerable -
bien plus important qcue la contribution am6ricaine,
si l'on tient compete des ressources respective des deux
pays. Dans l'avenir, nimei si elle n'a pas de dollars, nl
Grandc-Brelagne devra d6penser line grande quanltit
de livres sterling. Ainsi, landis que le novel accord
sera bien accucilli de routes parts, puisqu'il 'hatera Ic
,moment oi l'.Allenmagae pourra subvenir elle-mim6e
ses besoins, le control qui s'exercera jusque-la rcste
ct doit rester lune responsabilitb comniLiune. >
2. Daily Eapress (12/9, conservateur) :
< Nous ne devrions ni h6siter ni atlendre pour ac-
cepter le Iransfert aux Almricains du contrl6e et de la
direction de l'Allemagne. On ne devrail permeltre A au-
cuine consideration de prestige ou de fiertc national
d'aller a l'enconlre d'une decision que les 6v6nements
rendent indispensable.
La Grande-Bretagne a mcn6 uine guerre cotiteuse et de
cc faith elle ne possede plus les resources humaines, ni
les resources mat6riclles on financi6res permettant
d'assumer l'administration d'un tiers de la rade alle-
mande... C'est A notre empire que nous devons reser-
ver la compelence et 1'dnergie qui pourront nous rester
apris avoir rdsolu le probl6me de notre existence. C'est,
ep etfet, A l'int6rieur de l'empire, et non pas derriere
les fronti6res du Reich allemand 6croule, que nous
trouverons l'espoir de meilleurs jours et d'une vie plus
large.
En Allemagne, la Grande-Bretagne a d6ja invest -
si l'on peut employer ce mot pour de l'argent gaspill6
- plus de 100 millions, 200 -millions peut--tre, de livres
sterling... On peut dire que nos depenses en Allemagne
sont une consequence de la guerre que nous ne pouvions
6viter. Mais ce sont des d6penses que nous ne pouvons
nous permettre, et que I'on dolt au plus t6t cesser de
faire... >


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press amdricaine du 11 septembre 1947
1. Aide amdricaine d I'Europe
Toutc la press reprend en premiere page et sous des
titles soulignant l'urgence de la crise dconomique do l'Eu-
rope les declarations du g6ndral Marshall faites hier A la
conference de press. Le Secritaire d'Etat a annoned que le
prohleme d'aide Imm6diate .doit permettre A l'Europe de
franchir la crise de l'hiver avant que lo programme A long
term puisse enter en vigueur. Les correspondents poli-
tiques en deduisent que le Secr6taire d'Etat est favorable a
la reunion spdciale du Congrbs dpnt la convocation doit etre
en dernier resort d6cidec par le President Truman. Dans
ses declarations, M. Marshall a dit notamment : t La nature
du probltme h long terme de la reconstruction curop6enne
ct notre attitude h son regard n'ont pas change. Mais le pro-
bl6me A court terme est devenu plus immddiat. De s6vbres
secheresses faisant suite A un hiver exceptionnellement dur,
des deficits accrus dans les rdcoltes- et les measures finan-
cidres restrictive que certain gouvernements europeens out
e6t dejh obliges de prendre out eu de sdrieuses repercussions
et ont accdldrd le besoin chez certain pays europdens. .
Les correspondents de Paris soulignent les critiques adres-
sdes par les ddleguds ainmricains aux membres de la Confe-
rence des Seize. Le nontant de 20 milliards de dollars qui
devrait 0tre couvcrt par 'aide financibro amnricaine au course
des quatre prochaincs anudnes serait encore consid'r6 comime
exagerd par les repr6sentants americains. Des 'critiques au-
raient dgalement te faites par M. Clayton A propos du sys-
tnme tarifaire intereurop6en.







BULLETIN QUOTHDIEN DE PRESSE ATBANGARE
-- ---,-


Callender 6crit notamment au New York Times que les
dclguoes amricains ont exprimC leur profound m6contente-
ment aux membres du Comit exdccutif de la Conference. Ils
e* sont elev\s centre 1'idde d'un deficit de la balance euro-
peenne des paiements apres 1951 qui aurait Ctd 6valude ia
un milliard neuf cent millions de dollars par cc Cqmitd.
Uls auraient en outre insist sur la necessity d'augmentcr
la production europdcnne et de prendre des measures finan-
cikres destinCes a assainir la situation monCtaire int6rieure
de ces pays.
La reaction des 6ditoriaux aux declarations du general
Marshall et aux ddveloppemcnts de la Conference econo-
mique de Paris indique que les journalists americains sont
partag6s entire leur d6sir de venir en aide 1'Europe pour
dviter la domination communist et celui de proteger le
syst&me amdricain d'entreprise privee que les organes de
Wall Street considCrent menace par les experiences socia-
listes en Europe. Le'correspondant du Wall Street Journal At
Washington declare que les fonctionnaires du D6partement
d'Etat etudicnt un plan d'aide qui pcrmettrait aux U.S.A.
de contr6ler plus efficacement les apports qu'ils feraient a
1'6conomie curopcenne. Ils envisageraient un programme de
prft-bail qui couvrirait les expeditions americaines de den-
rdes alimentaires, de charbon, de p6trolc et d'dquipement.
Une administration americaine serait cr-dd sp6cialement
pour surveiller cette aide et la distribuer aux pays qui en
auraient le plus de besoin. L'Cditorial du meme journal'
s'elve contre l'idde d'un prft-bail -en temps de paix parce
que, dit-il, les fonds don't disposcraient les governments
europ6ens et qui ne seraient pas employs pour I'ac.hat de
ces products seraient d6tournis i d'autres fins et, en outre,
ces achats ma'sifs par le gouvernement des U.S.A. sur lI
march intriicur auraient un effect inflationnaire et entral-
neraient 'application de nouveaux contrBles intnrieurs.
L'dditorial du Washington Post se montre satisfait des
declarations du general' Marshall et, citant l'exemple de la
France, il demand qu'une aide soit apportee a l'Europe en
toute hAte, tout en soulignant que 1'Europe el!e-mGme doit
fire des efforts pour sa reconstruction.
L'editorial du Philadelphia Inquirer dit notamment que
les Etats-Unis deiraient dire clairement,h 1'Europe que leur
aide ne peut dtre concedee .que suivant leurs propres terms
ct non suivant les terms des nations qui cherchent pat
des moyens detournds A ddveloppcr leur fortune colonial
ou nationalist aux ddpens des Etats-Unis. Et I'dditorial
ajoute : a La France en est un example. Elle ne refuse cer-
tainement pas notre aide, mais elle a offer l'ind6pcndance
au Viet Nam en Indochine A la condition qu'il demeure i
l'intericur de PUnion frangaise ct qu'il permette aux Fran-
gais de conserve des installations militaires stratdgiques
Quell.e sort d'in'ddpendance est celle-ci ? ,
Le Baltimore Sun s'inquidte,decs repercussions quc vont
avoir l'augmentation dcs prix americains et le deficit des
sicoltes de mais aux U.S.A., sur aide que l'Amerique peut
apporter A l'Europe. I' pense cependant que l'Amlrique dolt
fire l'effort nicessaire et, critiquant 1'6ditor'al recent du
Wal Street Journal qui proposait quo les U.S.A. laisscnt 1'Eu-
rope se ddhbattre seule dans la crises, ii conclat : < Notre
lutte no fait que commencer a.

2. Ruhr

La pressed reprend le communique anglo-americain publiC-
A l'issue de la conference sur la production charbonnibre de
la Ruhr. Elle souligne que le gou\rernement des U.S.A. aura
desormais une participation dans la gestion des min:s de
la Ruhr tandis que les Allemands retrouveront leur respon-
sabilite pour l'exploitation ide ces mines. Une ddpeche A. P.
de Berlin declare que les n6gociationl pour la n6partition
du carbon allemand ont about i la decision d'accroitre
P'envoi de coke allemand A fa France.

3. Inflation americaine
Des depkches de Chicago signalent que les prix des den-
rics alimentaires continent a monster et que certain d'en-
tre eux atteignent des records en particulier le course de la
viande de pore ct le course du mais. Les autres course sui-


vent la m&me tendance et les correspondents 6conomiques
constalcnt que Its sexptdiions anmricaines de I)1 h6 1'6ran
ger diminueront cctte ann6e.

4. Indochine
Le discourse Ie IM. Bollaert a Haidong proposant an Viet-
nam l'autonomie dans lc care de l'union frangaise est re-
produit dans les .depkches de Paris de A. P. et du New Yol'k
Herald Tribune. Le Baltimore Suln y consacre un editorial
oh il dit notamment : Cette offre ne repr6sente pas une
grande concession de la part des Frangais. Elle ne satis-
fera pas probablement les revendicationg di Vietnam. Une
intervention international sera peut-6re nicessaire tot ou
tard comme en- Indon6sic et les Franqais la rechercheront
penl-ktre autann que les gens du Vietnam >.

4. Novelles de France

UJne d6peche Campbell an. New York Times declare que
les usines franqaises seront prohallement obligees de fer-
mcr d'ici deux inois si la France n'obtient pas l'ehnprunt de
250 millions de dollars qu'elle dcmande a la Banque Inter-
nationale. Ce correspondent souliqne 1 caractdre critique
des quatre proehains mois pour 1' economic franqaise.,
Le Christian Science Monilor consacre un editorial nu dis-
cours .du gen.e&ral de Gaulle A Bayonne. 11 admet que l'atti-
tlude des Amdricains a l'C'gard de 1'Allemagne ne tient pas
suffisamment compete des preoccupations frangaises de s6-
curit6 ct 'il se montre particuliCrement sympathique A la
cause de la France concluarft en ces terms : < Le g6enral
de Gaulle n'a pas surestim6 la situation quand il a declare
que tout ce qui concern la r6partition du charbon de la
Rulhr inquikte la France. S'iL existed un moyen certain d'unir
les Frangais centre un plan quelconque, e'est de baser ce
plan sur la renaissance de la puissance industrielle allemande
sans pr6voir les moyens propres I contrehalancer celte me-
nace historique a la s6curit6 frangaise ,.


L'AIDE AMERICAINE A L'EUROPE (New, York Herald Tri-
bune, 11/9) :

...Le Secr6taire Marshall a divis6 le probl6me d'une
session sp6ciale du. Congrbs en deux parties : le pro-
gramme de relAvement de l'Europe dans le cadre du
< plan Marshall >>, et les measures exceplionnelles qu'il
r6clame de prendre d'urgence ( pour carter les menaces
de famine et de froid a qui guettent l'Europe cet hiver
et (ce qu'il a omis d'ajouler) pour 6viler les cons6quen-
ces politiques et sociales que provoquerait celte situa-
tion intol6rable...
La gravity de la crise qui s'annonce pour cet hiver;
I'appel lanc6 par le D6partemenl de Guerre pour de-
inander d'urgence une reunion de la Commission s--
natoriale d'Appropriations afin de r6soudre le probl6me
difficile de I'aide A fournir A la zone brilannique en
Allemagne; le fait que le rapport demanded par M. Mars-
hall a l'Europe (rapport qui sera certainement un do-
cument important, aux consequences graves pour 'Amn6-
rique comme pour 1'Europe) est presque lermin6, cons-
tituent de nombreuses preuves de la pression exercee
par les Cv6nements. Ce sont des problems complexes.
ld6icats et susceptible de provoquer des d6sastres, que
doit r6soudre la nation, des problems qui mettent en
question les bases m6mes de la politique national. II
est urgent d'expliquer ces problems an people, de les
lui faire comprendre, d'exposer les fails en details, de-
les 6tudier, et tout cela-d'une maniere que I'adiministra-
lion a ete lente a trouver. La declaration du secr6taire
Marshall marque one enlr6e salulaire dans c'ette voie.
Mais il nous faut davantage encore. 11 n'est plus permits
au President ou aux dirigeants du Congrbs de rester
indiff6rents. Ce sont les evenements, des 6vbnements
gros de menaces et non pas notre convenance, qui dic-
tent r'emploi du temps.






4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGBRE


III. PRESS SOVIKTIQITE


Revne de Ia press sovrdtiqne dn l1,'septembre 1917
Politique ctrangBre
Lev articles de politique 4trangre sont plus nombreux que
les jours precedents; ils traitent :
11 De la liquidation du fascisme. Lts textes illustres de
photographies commentent le communique de la commis-
sion pour le's atrocit6s faseistes et relatent ]a d.ecouverte
des estes de prisoners de soniers guerre sovidtiques, mascacres
dans ]a region d'Ostrovmazowrecky en Pologne.
Ivanov public un article %tans Trud intitulM : e Qui fait
de la r6clame aux organizations fascistes en Suede ? ,n
2 La politique americaine est comment sous l'angle
du plan Marshall dans tous les journaux. La Praoda met
en vedette les d(,peches de Washington et New-York rela-
tives A Ia declaration commune du DEpartement d'Rtat et
du minister de la Guerre americains traitant des clauses
de 1'accord anglo-amin.ricain sur la bizone.
Tous les journaux donnent egalemcnt de larqes extraits
des commentaires de L'Humanitl et de Liberation sur le
probleme de 1'aide amnricnine et pullient le d6menti d'Henri
Bonnet aux informations concernant la nouvelle demand
d'emprunt de la France.
La chronique international des Izvestia est entierement
consaor6e au plan Marshall. La premiere parties drh cette
chronique intitule Sp6culation sur des difficultls : sou-
ligne le tournant d laI politique amiricaine. Elle declare
notamment que la doctrine Truman avait 6tit enrobIe a
l'usage des peuples d'Europe dans l'enveloppe dor6e ldu plan
Marshall. L'enveloppe dorde a fait son usage. Aujourd'hui,
au lieu des monopoles amiIricains, le moment est apparem-
ment venu ofl I'enveloppe doree peut ktre je.tqe au panier.
En effect, Business Weak, organe des milieux d'affaires amiri-
cain, dit ouvirtement que le plan Marshall est mort ct que
sous le meme qaom c'est un nouveau plan qui le replace.
Ce plan pn6voit la reprise -en mains par l'Amiriqu,- de la
reconstruction europeenne et cc meme journal ecrit que la
raliHsation du nouveau plan exigerait l'cnvoi en Europe de
quatre ou cinq specialistes ambricains.
Lors -de *sa conference de press i du. 3 september, M. Lo-
vett a dZclan~ que puisque la situation iconomique te l'Eu-
rope empirait plus rapidement qu'on ne s'y attendait, il
Rtait possible que les Etats-Unis offrent aux pays europ4cus
une aide prbalable. M. Lovctt n'a pas fixi le montant -de
cette aide ni eclair6 ses conditions mais la press etran-
gbre s'en est chargee.
La second parties de P'article est consacrie an dliscours
de Bayonne du gnedral de Gaulle qui est analysis sons l'an-
gle des interets politiques anmiricains : < Dans son dis-
rours, le general de Gaulle vante les Etats-Unis commune un
contrepoids t l'Union Sovi6tique. Toutefois, de Gaulle con-
sidere que les Etats-fUnis comimettraient une faule s'ils ne
trouvaicht pas dan,s I'Europe dirigee une source de lumiLre
qui les i clairerait :. De Gaulle explique.quc les Etats-Unis
ne trouvent pas cette source de lumibre du fait que les mo-
nopoles amiricair misent sur l'Allemagne occidental. Scion
.de Gaulle, a 1'Europe occidental ne peut etre organis&e
qu'autour d'une France forte ,. Si 1'on se rappelle que cer-
lains hommes politiques frangais et leur press s't Iorcent
Ae d6montrer aux Etat-Unis que la metallurgie franCaise
est pour l'investissement Ide capitaux americains une mcil-
leure place que la Ruhr. Si l'on se rappelle que la propo-
sition amlricaine d'union douaniire europ6enne a 6tt landee
par les repriesentants de la France, alors en se ref6rant aux
dclarations de de .Gaulle A Bayonne, tout cela ne pent avoir
qu'un sens : a La reaction frangaise propose aux mono-
nopoles amiricains d'utiliser la France au lieu de l'Allemagnc
occidentale come 1'emplacemcnt,principal de la transfor-
mation tde l'Euro e occidentale en place d'armes de ]'expan-
sionnisme amCricain ).

Les pais de Dimocratie nonvelle
Une series e dipches dnns tons les journaux relatent les
propositions du parli communisle hongrois conceirhant le
programme gouvernemental. Les journaux publient irn mes-


sage de Dimitrov au people bulgare, in discours de Kostov
I Sofia. L'anniversaire national bulgare fournit 6galement
ii Komorov, dans L'Eftoile Rouge, la malibre dlun article
sur la constitution hulgare.
LA SITUATION INT'ERIEURE EN FRANCE (Izlestia, 12/9).

( Une vague de manifestations et de protestations a
dfferl6 h travers la France en signe de m6contentement
a 1'egard de la politique de M. Ralma'dier...
Les raisons des grv.es et les manifestations sont dues
an fait que le gouvernement a ramenr la ration de pain
a 200 grammes et n'a pas tenu son engagement concer-
nant I'approbation des accords conclus en ,aoit entire la
C. G. T. et le patronat. On sail que ces accords pr6-
voyaient un accroissement des salaires de 11 % el le
maintien des prix en vigueur...
La situation 6conomique de la France est souvent
qualified de calastrophique par la press francaise...
Rien qu'au course des quinze 'derniers mois Ic cofit de la
vie a plus que double. La hausse dtes prix n'est pas en-
core arre~Ie. En aofit les prix ont augment d'environ
13,% par rapport li juillel et cette augmentation a port
en particulier sur les denrees alimenlaircs.
La p6nurie de ravitaillement cause la plus vive in-
qui6tude dans tons les milieux. La France manquera 'de
30 millions de quintaux ie b16 avant la r6colte de 1948.
La situation financi&re elle aussi est desastreuse...
Les 6v6nements ont demontr6 que la voice choisie par
M. Ramadier pour re'dresser la situation i savoir, un
recours aux emprunts, n.e peut en aucune mani6re lIre
profitable h la France et qu'elle pourrail, au contraire,
fort ihien mettre en danger I'independance du pays. >
(IVANOV.)


IV. PRESSE BELGE


() LA SITUATION INT ERIEURE EN FRANCE (La Nabion
Belge, 12/9, Union nationale.

< Maintenu au pouvoir dans des conditions some
toule asse peu reluisanles, r(iinvesti 'te la conflance du
Parlement apr6s un scrutiny de lassitude, M. Paul Rama-
dier ne se laisse pas aller au d6couragement. It entend
visiblement meltre a profit le r6pii qui lui a t61 accord&
te qui, sauf impr6vu, se prolongera jusqu'au 13 novem-
bre, date de la renlr6e pf'rlementaire, pour ,essayer tie
reconqu6rir aupres de l'opinion une parties du prestige
que lui avail value cet bte sa t6nacit& remarquable. 11
est au demeurant condamn6 A agir, car la situation n'est
pas de celles qui autorisent la simple expedition 'des
affairs courantes.
Celte action a commence spectaculairement en ce de-
but de semaine oil les reunions du Gouvernement out
l6i consacrees en premier lieu A la situation financiere.
Le voyage du minislre des Finances, M. Robert Schu-
man, a Londres, est a eel (gard symptomatique. 11
s'agit pour la France de s'assurer jusqu'A la fin de
I'ann6e les disponibilit6s en devises necessaires a 1'achat
des malieres premieres essentielles qui lui font cruelle-
ment d6faut.
Le gouvernement n'ignore pas qu'un redressement fi-
nancier et 6conomique r6alis6 par Les Francais eux-
iemces est la condition' prealable de loul appel i l'aide
exl~rieure.
('est pourquoi le mois de septembre sera place sous
le rigne des economies, des restrictions et de la lulte
contlre i hausse des prix el I'inflation. Pour l'immense
majori,6 des Francais, I'lieure de la penilence, aprbs la









BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGRBE 5


trompeuse euphorie d'insouciantes vacances, vient 'de
sonner. .

(Du correspondent A Paris de la Nloion Belyc.)

LE 'PARTI SOCIALIST FRANgAIS A LA VEILLE DES ELEC-
TIONS MUNICIPALES (Le Soil' 12/9, ind6pendant).

e Les derniers jours de la session' parlementaire et
les hesitations qui out pr6cede Ie vote 'de conflance de
M. Raimadier ont tnis en lumiire le malaise auqucl est
en proie le part socialist. Le congress national de Lyon
avait deja faith apparaitre nettomente les deux tendances
qui s'opposent : cell pour le inaintien, l'autre centre
la participation au pouvoir et la polilique du gouver-
nement... i -
En quoi consist le diff6ren'd ? Ce serait peut-6ire
trop le r6sumer que de dire qu'il s'agit pour le parti
socialist, de savoir quelle est la meilleure fagon de
s'assurer le plus grand nombre de suffrages A la veille
de la consultation le.ctoralc municipal. Ne risque-l-il
pas, avec les responsabilites'du pouvoir, de perdre cette
fois encore du terrain ? Peut-&tre est-ce la pens6e' des
militants. Pour les dirigeants, il semble plus.juste de
parler de conflictt de doctrine... t
Ballot entire les deux ten'dances, le parli socialist
hesite, se cherche obscurement et se demand s'il doit
aller A -la bataille 6lectorale en d6nongant d'abord la
menace gaulliste ou bien le danger communist.


Visiblement, le parti < le plus 6pur >> 'de France
souffre de cette 6puration. 11 est en quLte d'un guide qui
s'iipose. Jaures avant, LUon Blum apris t'autre guerre,
out brillamnment as'sum6 ce r6le de direction et de m6-
dialion, r6unissa'nt les talents d'orateur, 'de tactician, de
journalist. On ne voit pas de successeur a Icur laille.
Pas davanlage comment le diff6rend pourra Utre aplani,
nui meme s'il le sera.
La consultation 6lectorale, dans ces conditions, *ne se
presence pas, pour le parli socialist, sous les auspices
les plus favorables. Cependant, les questions de per-
sonnes jouent 'cette fois un role important.
L'une des faiblesses de la S. F. I. 0. n'est-elle pas,
qu'A la difference du parli communist, tous ses
homines de premier plan soin des inlellectuels, cc qui
amoindrit son credit aupr&s des masses ouvri6res et
paysannes, qui ainent 6tre repr6sent6es par des
hommies issues de leur propre milieu.
Un nouveau recul aux elections municipals ne man-
querail pas d'aggraver les dissensions dans le parti, dis-
sensions qui auraient leur repercussion au sein du gou-
'vernement. L'orienlation de la politique frangaise pour-
rait s'en trouver modifiie. I ftaudrait' le regretter. Le role
du parti socialist est loin, en effel, d'etre termine. II
reste la charnirre des majorities possibles et une des
forces 'd'6quilibre du pays.
(D'u correspondent a Paris du Soir.)
























I,


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo,' Paris 31.3009






















































































































Pri : 6 fr.


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs