Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00184
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 12, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00184
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANGAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE IA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTERS)


LA DOCUMENTATION PRANCAISE


MNISTEME
DES AFF"AIES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DR PRRS5X


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").





BULLETIN


DE


PRESS


12 septembre 1947.


QUOTIDIE N:"



STRANGE RE


Nouvelle S6rie NO 766


SOMMIAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) Les Etats-Unis et 1'aide a 1'Eluropc :
1. Daily Teleygriph (11/9);
2. News Chronicle (11/9);
3. Daily Worker (11/9).
b) L'accord anglo-ambricain sur la Ruhr .(Times,
11/9).
c) Vers une evolution de la situation en Indo'chine
(Times, 11/9).
II. PRESS AMERICAINE.
L'AmBrique et 1'O.N.U. (New York Herald Tribune,
11/9, edition enropeenne).
III. PRESS SOVIATIQUE.
IV. PRESS POLONAISF.
La Pologne et la position de la France A l',gard de
I'Allemagne :
1. Zycie Wanrszauy (10/9) ;
2. Rzecczpospolita (10/9).
V. PRESS BELGE.
Les Etats-Unis et 1'aide a 1'Europe
1. La Nation Belge (11/9) ;
2. Lie Soir 1(11/9).
VI. PRESS SUISSE.-
Avant I'assembl6e g6nrrale de I'O.N.U. (Neue Ziir-
icher Zeitung, 10/9).

I. PRESS BRITANNIQUE

Re vue de la press britannique du 11 septembre 1947
La press de ce matin donne la vedette A l'accord anglo-
am6ricain sur la Ruhr et aux declarations de-M. Marshall sur
le programme d'aide americaine a 1'Europe. La grvve des
nineurs du Yorshire passe au second plan.
La politique .extdrieure continue a faire I'objet de quel-
ques articles; l'un, du Times, porte sur les declarations de
M. Bollaert; un article dans le Daily Telegraph est consacr6
aux conflicts sociaux en France et, dans le mdme journal,
un deuxieme article de M. Nagy porte sur le < putsch
communist en Hongrie.


1. Accord anglo-amnricain sur la Ruhr
La plupart des journaux ainoncent que des experts bri-
tanniques et am6ricains out signed, hier un rapport common
sur le problime de la Ruhr et sur la solution qu'ils propo-
sent A la suite des entretiens qu'ils out eus A Washington
depuis le 12 aoft.
Le Times et le Manchester Guardian donnent une analyse
ditaillec de ce rapport et soulignent qu'il priconise la cria-
tion d'un office allemand du carbon charge d'assumer la
responsabilite de administration des mines et responsible
devant la commission de contr6le anglo-am6ricaine. Ce rap-
port envisagerait d'autre part l'amlioration du ravitaille-
ment pour la population miniere et une augmentation de
la production d'acier, le d6veloppement des transports par
route et par voie fluviale, l'octroi d'une aide financiere pour
1'equipement des mines.
Certains journaux font remarquer que la question de la
nationalisation des. mines est rest6e en suspiens. D'apres le
correspondent du Daily Telegraph a Washington, l'accord
qui vient d'ftre sign n'impliquerait aucune modification du.
point de vue britannique a cet egard. Il insisted egalement
sur le.fait que le rapport des experts constitute une reponse
aux reproches adress6s par 1'opinion americaine L 1'admi-
nistration britannique en Allemagne mais reconna.it, au con-
traire, les r6sultats obtenus par elle en d6pit de difficulties
quasi insurmontables.
Pour W.N. Ewer, du Daily Herald, les measures propbsdes
par le rapport constituent la suite logique de la fusion des
zones britannique et americaine.
De son c6td, E.N. Mac Coll, du Daily Express, announce que
les Etats-Unis exigeront le contr61e 6conomique total, et la
direction des affaires de 1'Allemagne occidentale en change
de l'allegement des frais d'occupation de la Grande-Bre-
tagne.
Le Daily Wlorker voit lui aussi dans cc project le premier
pas vers l1'viction de la 'Grande-Bretagne et le retour des
magnats pro-hitliriens de l'industrie allemande.
2. Aide amdricaine i l'Europe.
La plupart des journaux font une large place aux d -cla-
rations de M. 'Marshall d'apr6s lesquelles 1'Europe ne pour-
rait pas attendre la mise a execution du plan global d'assis-
tance mais qu'il lui faut recevoir immediatement une aide
provisoire pour faire face i la menace de 1'hiver.
Le News Chronikle fait 6tat de certaines opposition qui se
manifestent dans le Congrts, notamment de la part de M. Ta-
ber, qui s'el6ve avec force centre la politique du DI)parte-
ment d'Etat.
Plusieurs journaux signalent aussi que M. Dalton a de-
mand hA,M. Snyder de liberer les cinq millions de lives
qui restaient de 1'emprunt afin de permettre h la Grande-
Bretagne 6tait intacte. I1 aurait dcclar 6igalement qu'une


- ~- -- --. II -~-P-- I I .---
II --- -=







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGEBE


Enfin plusieurs journaux m,ettent en vedette les d(cla-
rations que M. Bevin a faites hier devant I'American Legion.
selon lesquelles la volontd de redressement de la Grande-
Bretagn etait intacte. II aurait declared 6galemcnt qu'une
/cooperation aanglooamdricaine ttait aussi ndeessaire mainte-
nant que pendant la guerre.
3. Indochine.
Le Times et le Manchester Guardian donnent de longs
extraits du discourse prononed par 2I. Bollaert 1 Hadong et
des declarations de I\l. Moutet.
4. France.
Le correspondent odu Daily Telegraiph ha Paris announce
que la prefecture de la Seine a rejiet6 les propositions de la
C.G.T. pour faire face A la crise alimentaire. Ce correspon-
dant signal d'autre part que des manifestations se sont pro-
duites dails touted la France pour protester centre la hausse
des prix.
5. Egyple.
Plusieurs journaux annoncent que le-premier sec.r6taire de
l'ambassade de Grande-Bretagne au Caire a regu une lettre
annonvant que 1'ambassade sauterait si le Conseil de Secu-
rite prenait une decision contraire aux in.tdrtts 6gyptiens.
Ils annoncent aussi qu'une pareille menace a .td adress'ee
i l'ambassade de Chine parce que les d6dlgues chinois an
Conseil de SecuritM avaient prdconisd, la reprise des ntgoeia-
tions idirectes entire la Grande Bretagne et i'Egypte.

6. Indes.
Le correspondent' du Daily Telegraph h New-)ellli fait
6tat de la situation alimentaire critique dans cetth viUle. 'En
revanche, il y aurait une certain detente dans la situation
gdnarale.

a) LES ETATS-UNIS ET L'AIDE A L'EUROPE.
1. Daily Telegraph (11/9, conservateur):
< ...Les plans a longue ech6ance pour le redressement
de I'Europe qui ont iet discutds A Paris, peuvent dtre
theoriquement appliques en parties .dans un mois ou
.deux, grAce A une action -commune des pays europecns,
mais ils dbpendront surtout de J'action enterprise par
1'Amdrique et il faudra attendre pour cela le printemps
.et peut-etre davantage. En faith, le degr6 d'aide rdcipro-
que que pouvaient s'accorder imnhndiatement les pays
eu'rop6ens a diminu6 depuis le d6but des entretiens de
Paris, non pas par manque de bonne volontd, mais
parce que la sdcheresse, la mauvaise recolte rt la d&-
Sorganisation des finances don'tt la livre sterling a 6t&
la premiere victime, oirt rendu moins favorable lcs
conditions d'une cooperation 6conomique intereuro-
peenne...
Cette situation, qu'ont pu 6tudier des personnalitds
officielles du DRpartement d'Etat, 'et don't la gravity
sera sans aucup doute confirni6e par la Commission du
CongrBs qui visit actuellemenl I'E:urope, est A l'origine
de l'avertissement r6aliste lance par M. Marshall, et se-
lon lequel les Etats-Unis devront prendre des measures
avant l'hiver, pour fournir A i'Europe des denrees ali-
mentaires et du,combustible < li oh il sera prouve que
tous les efforts possibles ont Wtd faits pour faire face
aux difficult de la situation >. (Le sens de cette phrase
n'est pas obscure ; c'est un moyen poll de dire : tra-
vaillez si vous voulez obtenir quelque chose >.) La po-
litique economique a longue echbance des Elats-Unis
A 1'jgard de 1'ancien continent peut faire l'objel de plu-
sieurs mois de dbbats au Congres, el si ]'on ne prend
pas des muesures appropriees en attendant, une rapid
d6sint6gration politique et economique peut sQ produire
dans plusieurs pays. Ceci est particulidrement vrai pour


i'Allemagne, oi l'incertilude, toujours deplorablee, est
aggravee du fait que l'on sait que la Grande-Bretague
ne peut continue a payer la moiti6 des frais pour je
maintien d&la bizone. L'accord pour la fusion des deux
zones dolt etre automatiquement revise en d6cembre,
mais on est heureux de savoir que les clauses:fininci&-
res de cet accord seront examiness A Washington au
debut du mois prochain... >

2. News Chronicle (11/9, liberal)

< On pense en general que M. Harold Stassen, candi-
dat 'la P.rsidence des Etats-Unis, est en g6ndral favo-
rable au plan Marshall. II est par consequent d'autant
plus malheureux qu'il ait pris la parole pour dire que
i'Alii.rique ne pourra apporter aucune aide A ''Europe
si l'on n'abandonne pas les plans de nationalisation -
et en particulier pour avertir la Grande-Bretagne qu'elle
ne recevra aucune aide'si elle tient absolument a na-
tionaliser l'industrie de l'acier.
C'est lh une action dangereuse et qtli est contraire i
la politique du D6partement d'Etat amnricain qui, agis-
sant conformement a la politique avou6e de M. Mar-
shall, essaie d'6viter -de subordonner l'offre d'aide ame-
ricaine a des conditions politiques.
C'est la seule base sur laquelle 1'Europe puisse accep-
ter une aide am6ri.cainc. Nous reconnaissons ,que si
nous empruntons de l'argent, nous devons garantir qu'il
ne sera pas gaspil'l, mais cela n'implique pas que nos
cr6diteurs doivent decider de notre politique int6rieure.
VraisemblablenTnt, la majority du people britannique
est contre la nationalisation de l'acier, mais il est cer-
tain que nous sommes tous d'accord pour penser que
cette question doit etre tranchee par nous-memes.
Les Am.ricains doivent chercher leurs garanties dans
la bonne foi et le bon sens general du people britan-
nique. S'ils ne peuvent les trouver Ji, alors nous de-
vons, et ils doivent, faire.face aux consequences que
cela implique. >

3. IDaily Worker (11/9, communist) :
< On fait un novel effort pour materialiser ce que
l'on appelle assez inexactement le plan Marshall.
M. Marshall announce maintenant que les pt'ojets relatifs
ai une aide provisoire pour 1'Europe seront prdts fin
octobre...
Plus M. Marshall parlera d'envoyer des vivres en Eu-
rope, et phis 'les prix monleront. On peut alors se de-
mander' ce que devra payer l'Europe pour obtenir le
ravitaillement aminricain promise.
Naturellement, il n'est pas impossible que M. 'Mar-
shall r'ussisse i brandir 1'epouvantail rouge avec une
efficacit telle qu'il puisse 6ter tout poids aux objec-,
tions de la majority rdpublicaine du Congres. On salt
fort bien que la grave penurie de ravitaillement et la
cruise po'litique et 6conomique qui existent en France et
en Italie, causent beaucoup de soucis aux politicians
americains ; ils craignent un renforceinent du mouve-
ment communist.
De toute facon, les dollars ne permettront pas da-
vantage de resoudre la crise dans ces pays, qu'ils ne
l'ont permis pour 1'Allemagne occidental.
La France et I'Italie ne peuvent sortir de leurs diffi-
cultes qu'en adoptant des measures sociales radicales
qui placeraipnt l'industrie et les banques soUs le con-
trhle du people, elimnineraient le march noir, augmen-
teraientle miontant des redevances dues par les riches,
dounant ainsi une nouvelle energie au people.
Mais' c'est pr6cisement ce que les millionaires am6-
ricaiis ne leur permettront pas de faire.. Depuis le de-






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGE"E 3


but de la Con[lreme de Paris, en juin, la situation dans
cc ays s a s6rilus"emucn empire, pricismenieit ):rce ique
l'inlluence amenricaine s'est excrce conilrc I'adoption
de tells nmesures sociales, el conire l'unit& dle'criali-
que du peuplc... >>

b) L'ACCORD ANGLO-AMIARICAIN SUR LA HUHI (Tilles,
11/9) :

e Le rapport final sur les enlreliens anglo-ainiricains
rclalifs Ina production charbonniere de la Hiitir a et6
siIgn hier A Washington... Le principal chaigement en-
visage porte sur la direction central de l'industrie.
L'organisme de control pour le cilarbon de I'Allemagne
du Nord, organisme qui ciail d'abord compose e mem-
bres britanniques, mais auxquels les Aimricains se sont
associ6s depuis le debut de cette ann6e, dolt itre sup-
prim6, mais seulement lorsque les negocialions actuel-
lement en course avec les gouvernements francais, belge
et hollandais seront terminees. A la place de cet orga-
nisme, qui jusqu'a present a determine la politique a
suivre et contr6l6 son application, sera institute un of-
fice allemand du carbon, assist d'une section du char-
bon au Conseil 6conomique allemand A Francfort. Cet
organism sera responsible devant une commission de
contr6le angio-am6ricaine pour le carbon, don't I'auto-
rite souveraine est soulignee par le nom qui lui est
donn6. Cependant, ce changement est moins complete
que ne le laisseraient supposed les terms dans lesquels
il est recommand6. En effet, au course des dix-huit der-
niers mois, les Allemands ont 6te de plus en plus 6troi-
tement associes aux operations du contr6le alliL. Le
syndicate des mincurs a et6 reconstitu6 et ri6guli6rement
consult sur les questions de la main-d'oeuvre; en oulre,
il a envoy des representants aux Comit6s de produc-
tion. La direction v6rilable de chaque mine a toujours
6te entire les mains des Allemands. Ce'pendant, tant que
la denazification se poursuivait, la situation des direc-
teurs et des technicians etait instable et la discipline
(dans les mines s'en ressentait. Mtais 'eipuration est Icr-
min6e .depuis pres d'in an et ce simple delai a permis
un contact de plus en plus etroit centre les conlroleurs
strangers et les directeurs allenands...

c) VERS UNE 1VOLUTION,DE LA SITUATION EN INDOCHITNE
(Tilmes, 11/9) :

< La d6claralion imrportante failed hier A Hadong par
M1. Bollaert, Haut-Comimissaire de France en Indochine,
est le resultat de longues deliberations i. Paris et de
difficiles negotiations menCes en Indochine...
Cette nouvelle inise au point sur la place que l'Indo-
chine dolt occuper au sein tde l1'nion francaise ne sa-
tisfera pas la fraction du parli du Viet-Min.h dirigec
par M. Ho Chi Minh, qui lutte encore pour un Vietnam
indipendant et qui soit sur un pied d'6galit6 avec les
autres pays .dans la conduit des affaires internatio-
nales. D'autre part, il est evident que cc group, coisi-
d6r6 par les Francais come intransigeant, perd de sa
popularity parnmi ceux qui sont fatigues de cette longue
lutte de guerilla; il est evident qu'il existed maintenant
une aulre fraction du Viet-Minh qui est prOte a s'en-
tendre avec la France. Les politicians qui sont pr6ts
A trailer ont depuis quelque temps envisage la possi-
bilit6 de se rallier autour de Bao Dai, l'ancien empereur
d'Annam. Bao Da[i a consent A revenir d'exilet A assu-
mer le pouvoir dans ses anciens territoires. Cette d6ci-
sion est habile. II n'y a gu6re que deux ans que Bao Dali
a abdiqu6 et les traditions monarchistes sont encore
tr6s fortes en Annam. Son retour serait un encourage-
ment pour tous ceux qui n'aiment pas les affiliations
communists du Dr Ho Chi Minh et qui sont jaloux


de la prepomndralnce exercce acluellement par le Ton-
kin Ilans la polilique el les Conscils du. parti du Viel-
Minh. La politique exacle ie Bao Dai ne -sera determi-
nee que par des consultations avec les autoritPs fran-
caises qui auroni lieu apres son retour; mais etant don-
n6 qu'il s'est ldeji engage A parvenir it un accord avec
elles au sujet dii Tonkin, de la Cochinchine, aussi bien
que de 1'Annanm, il semble probable que son autoril6
s'tendra dul moins .dans la measuree ofi les Franvais
peuvent la garanlir-- sur les trois 'provinces. L'6preuve
de force qui opposera Bao Da'i et le Dr Ho Chi Minh
aura lieu plus tard, mais le pays est las de la lutte de
guerilla et si Bao Dari recoit I'appui *que l'on altend, les
elements intransigeants perdroni rapidement leur 'puis-
sance. 11 est beaucoup moins .sfr que ces arrangements
salisfassent longtemps en pratique les aspirations natio-
nalistes du people indochinois. >>


II. PRESS AMERICAINE


..Reume de la press amaricaine du 10 Septembre 19-7
La victoire du candidate r6publicain aux elections tenues
en Pennsylvanie pour un sibge it la Chambre des ReprC-
sentants et I'annonce e ade convocation cn dance extraor-
dinaire de la commission des credits du Sdnat i la suite
d'une communication du gousernement britannique li Was-
hington dremandant 'I cc qur les Amiericains supportent une
plus large part des frais d'occupation en Allemagne sont
le nouvelles auxquclles la press done ce matin la plus
grande importance.
C'cst par une declaration common du Ddpartement d'Etat
ct du DI)partement de la (Gurre qu'a 6td annoncCe l'ouverture
en octolre de ndgociations anglo-amnricaines au suj.t des
clauses financidres de 1'accord du 2 decembre 1946 sur rli
fusion eronomique des deux zones.
Les An lais auraient indiqu ii p]lusieurs reprises, au course
des cintretiens qu'a cus Sir Wilfred Eady, qu'il tait indis-
p1enlable qule l.eur participation aux frais d'occupation soit
roduite.
Les correspondents rappcllcnt quc les frais annuels pour la
bizone ont 616 estimis en d6cembre 1946 h 500 millions d.i
dollars. Du faith doe la hausse g`nirale dies prix, ce monlant
se serait accru. D'autre part, le programme d'augmentation
de production cliarbominiere de la Ruhr ndccssiterait l'enga-
gemcent te d(lpenses nouvelles. A l'issue de ces conversations
ivec Ics Anglais. le government amcricain envisagerait de
supporter une part accrue de ces frais ties l'issurv des nigo-
ciations annonedes. Des credits supilimentair.es scraient de-
niandtsi au Congrbs on janvier. L'op6ration nCcessit ndan.
rmoins I'accord des reiprsentants du Congrbs et c'cst l cette
fin que le sCnateur Bridges aurait convoqu or pour le 20 scp-
tembre ses colliguecs te la commission des credits du Sdnat.
Cectains correspondents prv6oient que lks Anglais s'effor-
ccront d'flargir le cadre des discussions pour y fair enter
la question dc la modification dre 'accord sur I'enmprunt de
: miliards 375 millions de dollars. Tous ls journaux repro-
iouient t parfois iattachlent h la question des frais d'occu-
pation les declarations dc M. Robert (Garn er, vice-prdsidit';t
de la Banque Internationale. An course d'une conf6icnce de
press, cclui-ci a precise que les rOglements de la Banque lui
interdisaient d'accorder des prets qui In soient pas destinds
aux besoins ld'quipemcnt ;nu A faciliter la production ct
que la Banqu e ne pouvait pas Iinancer des achats de pro
duits alimentaires, de vetcments ou de combustibles qui
s:ont precisdment des d.enries don't I'Europe a en cc moment
le plus besoin. De plus, a dit M. Garner, la Banque ne peut
conscntir que des prets don't elle ait 'assurance qu'ils seront
remboursCs.

1. Progra'mme d'aide deonoiniqne t l'Elirope
JUnc partic des jou'naux continuait cc martin i consacrer
des articles .la gravitA de la situation en Europe et a la
ndcessite d'une aide urgent. Des dCpeches Ide Rome rap-






4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGARE


portent les declarations de M. Gasperie a cetl gard et it
l'extension du movement de greve en Italie. Anne Me Cor-
mick, dans le New York Times, ecrit que l'dvolution des evi-
nements dans la Peninsule et notamment le discours de
tM. Toigliatti & Mod6ne ind'quent qu'on approche d'une
6preuve de force decisive.
Arthur ,Krock, idans le m&me journal, estime qu'une reu-
nion anticipee du CongrBs est probable mais que la niu-
nion de cette Assemblee risque de laisser se d6velopper les
critiques a 1'6gard du plan Marshall avant que I'Adminis-
tration ne dispose Ide toutes les donn6es et de tous les
chiffres necessaires pour appuyer ce project.
Le Washington Post dans son editorial critiquant les ddcla-
rations faites hier par le snateur Taft, Bcrit que les com-
missions des Affaires ktrangAres du Congrbs devraient Atre
r6unies dbs le 15 octohre, ce qui permettrait de convoquer
1'Assemblee le 1" novembre. Un certain nombre de jour-
naux ont public une dep&che A. P. donnant des indications
sur le rapport qui aurait etd prepare par ]e Departement
d'Etat. Cc rapport indique qu'en pregnant pour base 1'ac-
croissement des exportations, on peut considirer que la
restauration 6conomique a fait plus de progres en Europe
occidentale qu'en Europe orientale. L'estimation des besoins
de 1'Europe continue Ah tre dispute.
Quelques journaux, notamment le Journal of Commerce et
le Philadelphia Inquirer dans son Aditorial, mettent une fois
de plug eh avant le point de vue que I'Europe doit com-
mencer par s'aider elle-mime si elle vent obtenir le sou-
tien amaricain.
Les correspondents parisiens consacrent A nouveau leur
depeche aux estimations du comit6 de cooperation econo-
mique europeenne. Callender ecrit que le chiffre definitif est
ae 20 milliards 200 millions de dollars pour les quatre an-
n6es a venir avec un deficit dans la balance des paiements
de 1 milliard 500 millions par an apres 1951. Ces chiffres
snnt encore trop eleves, indique le correspondent. Le mime
point .de rue est affirmin par Kuh qui cAble que M. Clayton
va rencontrer les dirigeants de la conference pour leur de-
mander de r6viser A nouveau leurs estimations.
Callender fait ressortir que le deficit de la balance des
paiemcnts anglais pour les quatre annoes A venir a kt esti-
me 8" milliards 100 millions de dollars soit plus d'un tiers
du chiffre total. Pour la France, le deficit de quatrl ann6es
a ete estim6 h 3 milliards 923 millions et aprls 1951 la
balance des paiements franqais se soldera par un exc6dent
annuel de 12 millions de dollars. Selon le correspondent.
ce sont les Anglais qui ont insisted pour que le rapport
fasse 6tat du deficit global curopden plut6t que de presenter
les chiffres pays par pays. La raison en serait que le deficit
britannique est largement supFrieur a celui des autres pays
pris individuellement.

2. Allemagne

Dans un article consacr6 i l'avenir de 1'Allemagne, Alsop
kcrit que les dirigeants franqais ont indiqud officieusement
mais clairement aux Am6ricains que si la Conf6rence des
Ministres de novembre s'achive sans r6sultats come les
pri6cdentes, la France sera d'accord pour renliser la fusion
de la zone d'occupation avec la bizone. Entre temps,
M. Marshall renouvellera sans aucun doute les offres de son
pr6dieesseur pour un pacte centre toute aggression allemande,
un pacte A trois cette fois an lieu *d'un pacte a quatre, les
Russes ayant refuse les propositions Byrnes.
Alsop 6crit que les Frangais demanderont une garantie
pour que l'occupation de I'Allemagne occidentale continue
aussi longtemps que les Soviets occuperont leur zone. Dans
leur propre intdrkt, les Anglais et les Americains seront
sans doute d'accord sur cette .demande. Alsop prvvoit que,
A moins d'une modification miraculeuse i de I'attitude
sovi6tique en novembre, I'Allemagne se trouvera divisde en
deux pour trbs longtemps.
IM. Stassen, sur le point de partir idans les Etats sur les traces de M. Taft, a confirinmk la press qu'il serait
candidate A la prdsidence aux proch'aines elections. II a de-
clare, d'autre part, ce que g P. M. b souligne particulibrement,
qu'il 6tait d'avis que les Am4ricains devraient refuser d'ac-
corder h la Grande-Bretagne une aide supplAmentaire si le
Gouvernement travailliste ne prenait pas l'engagement de no
pas nationaliser J'industrie siddrurgique.


3. Affairas jliors
Les journaux continent i publier en preminie page les
details sur les debarquements d'Hambourg auxquels Ie New
York Post, P. M., Washington Post consacrent des edito-
riaux attaquant la Grande-Bretagne.
L'affaire du rabbi Korff donne *galement lieu A de nom-
breuses informations. L'4ditorial du New York Herald Tri-
bune ecrit que les sionnistes doivent avoir ressenti un im-
mense soulagement que les projects du,rabbin qui ne pou-
vaient que nuire i leur cause n'aient pu 6tre mis en exe-
cution.
4. France
Les correspondents rapportent les decisions du gouverne-
ment pour combattre l'inflation. De Paris, Friendly cable
au Washington Post que si le plan Marshall reussit, il pour-
ra marquer e l'arr&t historique > des progrbs du commu-
nisme en France. Son echec en revanche aurait un effet dia
metralement oppose.

L'AMIIRIQUE ET L'O.N.U. (New York Hersld Tribude,
11/9, 6dit. europ.) :

<< Le trait interam6ricain d'assistance riciproque
marque une date dans 1'histoire de P'h6misphbre occi-
deital.
En effet, ce trait enforce l'autoritf du Conseil de
SAcurit6. II donne du poids A une organisation inter-
nationale qui jusqu'A maintenant ne .dispose d'aucune
force de police.
Si ce trait avait exist en 1945, l'Union sovi6tique
aurait compris avec plus de r6alisme les dangers qu'il
y avait A s'engager dans la voie d'une expansion agres-
sive et les bn&ufices qu'elle aurait pu tirer d'une Orga-
nisation *des Nations Unies vraiment efficace...
Lorsque le nouveau trait sera ratifi6, le c systAme
interamricain a ne sera plus une simple aspiration.
II sera en passe de devenir une r6alit6.
Mais, bien que le trait en lui-m&me constitute une
grande r6alisation, I'effet qu'il aura en stimulant l'or-
ganisation international est encore plus important. A
un moment oft les peuples du monde entier commencent
une fois de plus A ne plus croire A la possibility de
jamais parvenir A un ordre mondia! d6mocratique et
pacifique, voilA un example concretet de la possibility
montr6e par 21 pays de renforcer les Nations Unies en
se mettaqt d'accord sur une forme pratique de security
collective. Les peuples libres .de 1'Am6rique se sont en-
gag6s sur la seule route qui conduise A une paix du-
rable. >
(SUMNER WELLES.)


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovudtique di 10 septembre 1947

Toute la press du 10 septembre reproduit le texte du
message que le mar6chal Staline a adressd i la ville de Mos-
cou h l'occasion de son 800" anniversaire et dans lequel
il fait l'Alog'e de la capital sovi6tique : fondement de I'uni-
fication de la Russie, porte-drapeau de 1'&re sovietique nou-
velle, porte-parole du movement Pd liberation de I'humanite
travailleuse et module pour toutes les capitals du monae.


IV. PRESS POLONAISE


LA POLOGNE ET LA POSITION DE LA FRANCE A L'EGARD DE
L'ALLEMAGNE
1. Zyjcie Warszawy (10/9, ind6pendant) :
Au moment of l'on tente sans 6quivoque de sup-
primer par une decision unilat6rale les accords de
Potsdam, les intentions r6elles du gouvernement fraln-






BULLETIN QUOTIDIEN D)E PIESSE ETRANGAHE


Tais ne peuvent nous 2tre indifferentes et cela d'autant
moins que ce gouvernement pursuit avec le n6tre des
pourparlers au sujet du renouvellement du pace d'as-
sistance mutuelle, dirig6 centre l'Allemagne imperia-
liste. Aujourd'hui plus que jamais nous d6sirons savoir
si le gouvernemeft francais inaintientsa position quant
au contrlbe commun ,de l'Allemagne par les Quatre
Grands et A la reduction de l'industrie allemande,a des
proportions raisonrnables en valeur. et ,en quantity, on
si, an contraire, il serait dispose A donner son accord
a la separation d'une parties de 1'Allemihagne qui serait
convertie en puissance 6conomique et in-dustrielle, ce
qui' ne manquerait pas, bien entendu, de menacer la
s6curitW non seulement de la France, mais de toute l'Eu-
.rope. r
La deinarche de M. Putrament, notre ambassadeur a
Paris, est la premiere des interventions, annoncees par,
le porte-parole du minister des Affaires ktrangeres, que
le gouvernement polonais se propose d'effectuer, en
correlation avec.la 'decision anglo-ambricaine de reliever
le niveau de l'industrie allemande. >>
2. Rzeczpospol ta (10/9, coalition gouvernement.) :
< L'application du programme anglo-saxon concer-
nant la production industrielle allemande aboutirait a
la reconstruction de I'Allemagne avant celle des pays
qu'elle a d6truits et A la limitation, voire A la suppres-
sion en fait des reparations.
L'opinion publique polonaise considere que l'int.6rkt
que la France et la Pologrie portent au probl6me alle-
mand r6sulte d'une m6me certifude, A savoir que la
nouvelle Allemagne doit subir une profonde transfor-
mation de structure, au point de vue aussi bien poli-
tique qu'6conomique, si l'on vent 6pargner aux futures
generations de Frangais et de Polonais une r6p6tition
des an'nes 1939-1945. Cette conviction est A la base de?
'conversations qui se poursuivent actuellement au sujet
Adu renouvellement du lrait6 d'alliance entire les deux
pays, qui dolt 6tre adapt aux conditions nouvelles.
C'est done avec un 6tonnement d'autant plus grand
que l'opinion polonaise a accueilli la nouvelle de a1'
participation de la France A une conference don't I'uni-
que resultat ne saurait &tre que le maintien et le dive-
loppement du potential 6conomique et militaire .de 1'Al-
lemagne, quel que soit le nom sous lequel on le d6signera
dans le language diplomatique. It est difficile de croire
que la France, alors m6me qu'elle serait l'objet d'une
pression, puisse donner son accord A pareil programme
qui con:tribuerait plutAt A la reconstruction, non pas de
son economie, mais de l'ii'dustrie lourde allemande. >

V. PRESS BELGE


a) LEs E'iATs-UNIS ET L'AIDE A L'EUROPE (La Natlioln
Belge, 11/9, union nationale.
< II est certain que les Etats-Unis vont chercher A'
obtenir des delegues a la Conference des Seize qu'ils
abaissent leurs pretentions.
Quoi qu'il en soit, it est certain que le chiffre auquel
on pourra s'arrkter n'approchera pas des dix mailliards
de. dollars que les Americains avaient pr6vus. La ques-
lion de < rent.abiit6 'de 1'Europe > reste done entire.
Selon'nous, ( l'affaire Europe > ne sera pas rentable.
avant un grand nombre d'ann6es en ce sens que d'ici lt
les Amnricains no pourront pas esperer un rem-bourse-
ment de leurs prkts et 1'6closion d'un volume d'echanges
internationaux interessant pour les Etats-Unis. Mais la
question de rentabilit6 ne doit pas, logiquemnent,. ,tre
envisagee sous cet angle.
Qu'arriverait-il si l'on n'appliquait pas le plan Mar-
shall ? En Europe, il est certain que, 1'on s'6tablirait


dans un regime 'de nationalisme debilitant, amorc6 de-
puis plusieurs annees; on ctablirait, A titre d6finitif, le
( temps de la penitence >. Depuis la liberation, en effet,
la plupart des pays d'Europe cherchent courageusement
a redresser leur 6conomie en important principalement
des imatieres premieres et en cherchant a exporter ex-
clusivement des pro'duits finis.
II va de soi qu'une telle politique ne peut Wtre pra-
tiquee par un pays que si les autres ne cherchent pas a
l'appliquer 6galement. Or, c'est la que nous en sommes :
presque tous les pays 'd'Europe cherchent 4 importer des
matieres premieres et A exporter des products finis. Si
cette politique est pratiquie rigoureusement, toute npos-
sibilit6 d'6changes entire eux est, d&s lors, exclude; les
barrieres douanieres resent elev6es. Le nationalism
economique s'installe en r6ginme permanent et d.ter-
mine la dislocation de la structure economique de 1'Eu-
rope.
Or, plus que jamais, les Americains doivent trouver
un large march~ en Europe. Leur puissance de proiduc-
lion s'est accrue dans des proportions formidable du-
rant la guerre. Elle depasse largement la capacity6 de
consommation interieure. Et les industries des Etats-
Unis savent parfaitement que si 1'industrie europ6enne
ne se re'dresse pas, les inarches d'Euro:pe, indispensable
A l'equilibre americain, seront perdus pour eux...
.Sans 1"Europe, les Etals-Unis vont vers une depression
opnomique qui pourrait etre la plus forte que 1'histoire
du pays ait jamais enregistrCe.
Vraiment, la seule solution, et pour I'Europe, et pour
les Etats-Unis, est la mise en oauvre du plan Marshall. Si
les representants des seize nations interessees ainettent
des pr6tentions raisonnables, il est probable que M. Mar-
shall arrivera a faire voter son plan par le Congres oil,
comme on sail, l'industrie americaine exerce une grosse
influence.
La grande difficult A la mise en oeuvre du plan Mar-
shall ne vien'dra sans double pas du volume .considerable
des crAdits demands par l'Europe, mais d'une diver-
gence de vues sur les conditions du relevement de I'in-
'dustrie allemande...
(JEAN COLAllU.)

2. Le Soir (11/9, ind6pendant).
a Cc n'est pas devoiler un secret de dire quc Washing-
ton a fait savoir A Londres et a Paris que 1'effort d.e
redressement accompli de ce c6te de 1'Atlantique est
insuffisant et ne constitute pas un gage assez serieux
pour les emprunts sollicil~s.
Les Etats-Unis reprochent A la France et A 1'Angle-
terre 'de generaliser progressivement la semaine de cinq
jours, tandis que l'ouvrier et l'e.mploy6 americains tra-
vaillent six jours.
Les experts americains out pose quelques conditions
au concours financier des Etats-Unis : le gouvernement
francais doit mettre rapidement sur pied un plan ten-
dant a 1'arrWte de l'inflation, A 1'equilibre du budget, A
la stabilisation 'de la monnaie, des prix et des salaires. .

VI. PRESS SUISSE


AVANT L'ASSEMBII E GN .OERALE DE L'O. N. U. (Neue Ziir-
cher Zeiliang, 10/9).
< ...Un point important selon la conception ameri-
caine, c'est que lout donne lieu de croire que la pro-
cliaine assemnAlee, generale de l'O. N. U. sera mise an
service de la politique tendant a endiguer la poussCe
russe. On voilt se multiplier les symptOmes indiquani







6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS )kTRANGARE


que le forum de Flushing Meadow doit 'de\enir une
sort de tribunal mondial oil une anajorite mondiale li-
vrera une minoril6 mondiale au jugement de l'opinion
mondiale. C'est exactement aiusi que M. John Foster
Dulles caracterise le r61e 'de 1'O. N. U., et il a expos
cette idee dans son recent discours de Buffal.. A Wa-
shington, on consaste la mmne tendance, et iorsque les
personnalites responsables de la capital parent d'un
c<, enforcement > de 1'O.N.U. come ce fut i diverse re-
prises, ces 'dernieres semaines, le cas ici minme et A Riu
de Janeiro, ils entendent par h la nmobilisation de 1'opi-
nion publique universelle. En ce sens, la prochaine
assembled des Nations Unies sera d'un interkt conside-
rable, au sujet de la question macedonienne dans la
measure toutefois ofi la solution qui vient 'de mettre fin
a la crise gouvernementale d'Athenes ne lui fait pas
perdre de son importance puis au sujet de la ,ques-
tion coreenne qui vient surgir et de la question 'dejA
posse de l'emploi du veto en general.
Dans diff6rents milieux, on parole de cette assemble
come 'd'un << tournant >, et aucune information de
Washington n'est de nature a faire douter de la justesse
d'un tel point de vue. Si la session se deroulait ainsi, it
n'en r6sulterait sans doute aucun changenment dans la
forme et ext6rieurement, le stait quo pourrait parfaite-


ment 6tre maintenu. Mais sur le plan de la psychologie
politique, 1'6v6nement possederait une grande impor-
tance. Ce serait le d6but d'une evolution de l'O. N. U.
vers quelque chose de tout different de ce qu'elle aurait
di bire d'aprbs.la conception primitive et que Ics cir-
constances 'ont emp&ch6 de 'devenir. Au course 'de ces
derniers mois, les Nations U.nies ont suscit6 des criti-
ques toujours plus nombreuses dans opinion ameri-
caine, et quelquefois mmoe l'indiff6rence a son t'gard
s'cst installed dans les esprits. Aussi un tel changement
ne serait-il que souhaitable pour les-Etats-Unis. D'ail-
leurs, la Conf6rence panam6ricaine a laiss6 ici l'itmpres-
sion que la collaboration international peut etre orga-
nis6e de fa.on fructueuse si des conditions d6termin6es
sont remplies. Les rapports du secr6taire d'Etat Mar-
shall et du s6nateur Vandenberg sur les travaux de Rio
de Janeiro ont nettement exprim6 cette id6e. Par conse-
quent, on ne 'doil pas attendre la reunion de I'O. N. U.
dans des dispositici.s exclusivement pessimistes. Le pis
qui puisse se produire lors de cette assemble, c'est la
destruction d'une illusion chcz ceux qui se faisaient en-
core des illusions.

(Du correspondent A Washington
'de la Neue Ziircher Zeditni.)


S. P'. I. Imp., U7. mre Nieoan, Paris 31.30Px9


Prix : 6 f r.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs