Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00182
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 10, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00182
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTeRB DX LA JEUNESSB,
Bas ARTS RT DB6 LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*).


LA DOCUMENTATION FRANCAIS I


NEINISTERE
DES AFFAIRS ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
HT DR PREESB


BULLETIN



DE PRESS


10 septembre 1947.


QUOTIDI f,



ETRA NRf



Nouvelle S6rie NO 764


SOMMAIRE


I. PRESS BRITANNIQUB
a) Les Etats-Unis et 1'Europe (News Chronicle,
9/9).
b) Le niveau de l'industrie allemande (Manchester
Guaidian, 9/9).
c) La situation en Indonesie (Vews Clwonicle, 9/9)
d) Les Alli6s et la Cor6e (Timaes, 9/9).
II. PRESS AMERICAINE.
La crise grecque (New York- Herald Tribune, 8/9).
III. PRESS SOVIETIQUE.
IV. PRESS SUISSE.
a) La situation interieure en France (Tribulne de
Genve, 8/9).
b) Les Etats-Unis et l'Europe (Newr Ziircher Zei-
tung, 8/9).


I. PRESSE BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 9 septembre 1947
La press de ce matin accord la premiere place a la greve
des mineurs du Yorkshire et au ddbarquement des emigrants
de I'Exodus.
Tous.les iournaux annoncent que la grave de Grimethorpe,
actuellement dans sa cinqqibme semaine. s'est 6tendue, an
Yorkshire de l'Ouest oi 2.000 miAeurs ont cess6 le travail. Ils
accordent une grande importance aux declarations de
M. Horner, secrtaire communist du syndicate des mineurs.
d'aprbs lesquelles cette gr6ve, non sculement 6tait c reac-
ti, nnaire et inutile n, mais encore risquait de remettre en
question la semaine de cinq jours et les autres avantages
que les mineurs avaient obtenus. Les journaux font igale-
ment ressortir que la production de charbon a Rtd gravement
affected par cette gr6ve .et qu'elle contraint de nombreux
ouvriers au ch6mage.
La chronique ext rieure est toute enliere dominee par la
situation aux Indes. La France, pour sa part, fait l'obj.et de
deux articles dans le Manchester Guardian et Ic Daily Tele-
graph, et la ratification du trait de Dunkerque fournit ma-
tire A deux courts articles dans le Times et le Manchester
Guardian.


1. < Exodus
De nombreux journaux publient en premiere page des pho-
tographies et de longs reportages sur le ddbarquemient des
emigrants de 1'ExOdus. Ils font 6tat de quelques incidents
qui se sont products entire la police et les enmigrants.

2. Inde
Le Daily Express public en manchette la nouvelle scion
laquelle 600.000 personnel seraient engages danr les com-
bats de rues t Delhi, et ajoutant que le nombre des victims
s'616verait h 10.000.
Le Times, le Daily Telegraph et le News Chronicle pu-
blient igalement de longs reportages sur ces troubles
3. Aide amiricaine a l'Europe
La press announce l'arriv6e de M. Snyder h Londres.
DIapr6s le correspondent du Times A Washington, la situa-
tion 6conomique de l'Europe inquioterait de plus en plus les
milieux officials americains et la gr6ve des mineurs du
Yorkshire serait considlrce aux Etats-Unis c come le sym-
bole de la disorganisation de 1'industrie miniene britan-
nique a.
Le correspondent du Daily Telegraph a Washington pense
que l'Italie est le premier sujet d'inqui6tude pour I'Am6-
rique; une aide amsricaine s'imposerait d'une facon urgent
si 1'on veut 6viter que I'Italic ne devienne une nouvelle
Grece. Quant A la France, le rctour de M. Bonnet h Was-
hington causerait de graves inquietudes aux milieux offi-
ciels americains car, dans deux ou trois mois, la France
n'aura plus de dollars, ce qui entrainera une diminution de
la ration de pain et un ralentissement de l'industrie. Et il
ajoute : a En plus du probl6me present qui consist A main.
tenir debout la France, l'Italie et la Grande-Bretagne, on
estimerait que la situation g6enrale de 1'Europe nlcessiterait
Sne execution immediate du plan Marshall afin de restmaurr
sa structure dconomique bient6t croulante v.
4. France
Une d6p&che Reuter reproduite par le Manchester Guar-
dian signal de nouvelles graves dans Pest, dans I'ouest ct
dans le sud de la France ainsi que dans les regions minieres
du Massif Central.
Le correspondent du Daily Telegraph fait 6galemcnt etat
d'incidents qui se sont products dans differences villes de
province pour protester contre la chert6 de la vie.
5. La ratification du trailed de Dunkerque
Le Tilnes et 1e Manchester Guardians annoncent que le
trait6 de Dunkerque a 6t& ratifl6 hicr par M. Bevin et par








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGARE


M. Massigli. Le Times reproduit les declarations de M. Bevin
relatives i l'esprit et an but de ce traird ainsi que la Dcew
sit4 d'une collaboration etroite des deux pays.
6. Grbce

Le correspondent du Times a Athenes s'aLtend a ce que
1'Assemblee grecque accord A l'unanimit6 sa confiance at
cabinet Sophoulis. Toutefois, le correspondent du Manchester
Guardian croit que la coalition actuelle est tres fragile et
qu'il faudra beaucoup d: bonne volont6 de part et d'autre
pour la maintenir.
7. Le complot des terrorists juifs
La press, faisant 6tat de l'opinion de la police franuaise
sur le complot juif decouvert a Paris, s'attache a montrer
qu'll s'agit avant tout i d'un bluff destine a alarmer la
population britannique et a impressionner opinion mou-
diale ,.
8. Tchdcoslovaquie
Le Manchester Guardian public one interview que son
correspondent a Prague a obtenue du ministry du Commerce
tchbque et dans laquelle celui-ci souligne que la Tchdcoslo-
vaquie effectue la majeure parties de son commerce avec
l'Ouest. M. Ribka a 6galement exprim6 le voeu que la Grande-
Bretagne oesse de se turner uniquement vers les Etats-Unis
et qu'elle entreprenne s6rieusement de faire des affaires avec
1'Europe orientale.

a) LES ETATS-UNIS ET L'EUROPE (News Chronicle, 9/9,
liberal) :
< ...L'Europe a desesp6erment besoin d'aide mainte-
nant, mais les propositions A long terme de M. Marshall,
sous leur forme premiere, ne peuvent entrer en appli-
cation avant le mois de mars ou d'avril de l'ann6e pro-
chaine.
La declaration faite mercredi ,dernier par M. Lovett,
secr6taire d'Etat adjoint, a montr6 du moins que Wash-
ington prend maintenant conscience du danger. II sem-
ble maintenant possible qu'une session special du Con-.
gres soit blent6t convoqu6e pour approuver des mesu-
res exceptionnelles de secours pour l'Europe.
La reaction du Congres et du people ambricain de.
vant la nouvelle tournure que prennent les evenements
fait I'objet de nombreuses speculations...
Si l'on fait encore preuve de scepticisme sur la pos-
sibilite pour l'Europe de s'attaquer au probl6me de la
reconstruction, nous devons esp6rer que la Commission
du Congres qui visit actuellement l'Europe t6moignera
de la gravity de la situation de 1'Europe. Etant donn6
qu'il semble que l'Amerique est pr6te maintenant a oc-
troyer une aide plus important a l'Allemagne, les mem-
bres ddu Congres souligneront peut-6tre le paradoxe que
constitue- le faith de voir les Eiats-Unis se porter au se-
cours de leurs ennemis avant .d'aider leurs Allies.
De plus, I'Europe sait que I'int6r&t que porte 1'Am6-
rique a son bien-ilre, sur le plan politique aussi bien
qu'6conomique, est loin d'8tre d6sinteress6. La stability
de l'Europe occidentale est essentielle A la s6curit6 et
au bien-6tre des Etats-Unis. L'Europe a done quelque
chose A :donner en change de ce qu'elle peut rece-
voir. ,

b) LE NIVEAU DE L'INDUSTRIE ALLEMANDE (MOnlVhiester
Guauifian, 8/9, liberal) :
< ...Les industries de l'Allemagne sont dans le ma-
rasme. Pour les remettre en march, il faudra du char-
bon qui est encore sous terre et des dollars qui se trou-
vent de l'autre c6t6 de l'Atlantique...
Le temps n'est plus oft l'Angleterre pouvait fournir
des dollars pour le rel6vement de l'industrie allemande.
On s'attend A ce que le gouvernement americain ac-


cepte d'assumer les depenses en dollars dues A l'occu-
pation de la bizone. Le fait que l'on envisage ceci au
moment oi le plan Marshall pour le reste de l'Europe
n'est encore qu'a 1'6tat de project cause du ressentiment
et -de l'appr6hension chez ceux qui doivent attendre
leur tour. De tels sentiments sont naturels, mais sont-ils
realistes ? Avant la guerre, le Danemark achetait 24 %
de ses products d'imporlation A 1'Allemagne, la Hol-
lande 21 %, la Belgique el le Luxembourg 11 %, la
Suisse 23 %, la Suede 23 o/, l'Italie 23 %, etc... La pre-
mibre question que devraient se poser les adversaires
du nouveau plan relatif au niveau de l'industrie est
la suivante : qui peut leur offrir maintenant les faci-
lites nkcessaires au redressement de leur pays, sinon
l'Allemagne ? Et voici la second question : les adver-
saires du plan se preoccupent-ils actuellement d'un re-
dressement trop rapide de 1'Allemagne ? Est-ce qu'lls
ne craignent pas plut6t de voir le plan revise concer-
nant le niveau de l'industrie se solder par un echec ?
Le nouveau plan aura une signification si l'on en fait
la base d'une action constructive et uniquement I cette
condition. II repr6sente l'abandon avou6 ,des principles
de-restriction et de destruction de Potsdam. Mais, bien
que cela c.nstitue un progres, les puissances qui occu-
pent l'Allemagne occidentale, doivent encore prouver
qu'elles ont l'intention de faire quelque chose de po-
sitif...
Les Am6ricains et'les Britanniques n'ont pas besoin
de s'excuser de leur nouveau plan... Ils doivent prou-
ver qu'ils d6siraient l'6tablissement d'un syst6me indus-
triel... qui joue son r6le dans un plan de reconstruction
du monde que 1'Allemagne a tant contribute A ravager. a

c) LA SITUATION EN INDONESIE (News Ch;nwlnicle, 9/9, li-
beral) :
a En Indon6sie, la guerre ouverle a peut-6tre cesse,
nmais la paix n'a certainement pas suivi...
II devient evident, en faith, que les measures adoptees
par le Conseil de Securit6 fin aoft s'av6rent ina.dquates
pour r6soudre le probl6me indon6sien.
Malheureusement, ceci 6tait A pr6voir, car le Conseil
de s6curit6 a toujours sembl& aussi d6sireux d'6viter
une controverse au sujet de sa jurisdiction que de rB-
soudre la crise indon6sienne...
Une fois de plus, il a e6t prouv6 que l'O.N.U. ne
pourra pas fonctionner de facon satisfaisante tant que
les diverses nations ne d6sireront pas que cet organisme
agisse promptement et efficacement. &

d) LES ALLItS ET LA CORnE (Tines, 9/9)
a La note de M. Molotov, publi6e a Moscou dimanche,
rejette la proposition de M. Marshall relative A la con-
vocation d'une conference A quatre sur la Cor6e, ren-
dant ainsi manifesto 1'6chec du plan dlabor6 A Yalta.
Toutes les tentatives failes par les Ambricains. pour
crder la Commission mixte se sont heurt6s au refus in-
transigeant des autorites sovi6tiques, qui ne veulent con-
sid6rer comme & d6mocratiques > aucun .des parties
coreens en dehors du parti communist. En conse-
quence, les consultations projetees entire les Am.6ricains
et les Russes d'une part, et les parties politiques cor6ens
d'autre part, et qui sont indispensables pour la creation
d'un gouvernement coreen provisoire, ne pourront avoir
lieu. Le pays .demeure divis6 en zones am6ricaine et
russe separ6es par le 38 parallele...
Il est probable que les deux parties vont maintenant
sounmettre le conflict qui les oppose a l'assembl6e g6n6-
ra.le de IO.N.U., et que chacune accusera l'autre d'une
longue liste de m6faits. Les Russes d6sirent de toute
evidence dtablir en Coree un gouvernement communist








BULLETIN QUOTIDIEN DE PHESSE T'RANGERR 3


amin)al i leur regard, et cela sans tenir compte des v6ri-
tab'es sentiments des 16lements palriotiques de la na-
tion. Le gouvernement americain d6sire de son cit6
61ablir *un gouvernentent d6mocralique qui soit capable
d'administrer lui-mmie le pays et de refuser ettre un
jouet entire les mains de Moscou. Entre ces deux butL
divergents, il ne peut y avoir d-' compromise satisfai-
sant. II est temps que l'on prile la plus grande atten-
tion aux d6sirs du people corten. TI est evident que
l'oc"upation est impopulaire. II est 6galement evidentt
que Ic people co.r6en a besoin d'Oire guid6 pendant un
certain temps, avant d'etre en measure d'administrer
Iui-mime son pays. Tel est le dilemme que 1'Assembl6e
genirale devra examiner. >



II. PRESS AMERICAINE



Revue de la press ameiicrnine' duo 8 Septembre 1947

La press dominicale continue it accorder une large place
an problem de l'aide 6conomique it l'Europe, mais ni les
nouvelles, ni les commentaires publi6s a ce sujet n'appor-
lent d'elPments tres nouveaux.
Les journaux font ressortir que la rarefaction des dollars
A l'6tranger a dejA affect les exportations amiricaines.
Dans le Nenw York Times, Krock c.rit qur la convocation
du Congress est probable en raison de l'ivolution accellree
des tvenements d'Europe, mais il souligne que c'est au Pre-
sident Truman qu'il appartiendra de prendre cette decision.
Callender, dans un cAble A Paris, marque hi nouveau comn-
nien .es declarations de M. Lovett ont encourage les milieux
de la Conference de Paris et ajoute qu'enifin on a mis les
choses en ordre. Washington a maintenant acceptC de faire
face en premier lieu au probl6mc exceptionnel du prochain
hiver et d'aborder ensuite la question d'un programme de
reconstruction echelonn6 sur quatre annoes.
Callender estime les besoins de la France i un milliard
de dollars pendant les prochains douze mois. Apris avoir
expos les difficulties rencontr6es par les experts pour 6va-
luer exactement les besoins europeens, Callender dcrit quP
les estimations auxquelles ils sont arrives oat le mtrite
l'etre branches et que Ies dirigeants de la Conference s.c
sont efforces de faire des estimations exactes plut6t que de
presenter des chiffre's de nature i plaire au Congras.
Le Newi Ydrk Times announce l'arrivee en France de la
sous-commission dirigee par M. Wolverton, representant de
I'Etat de New Jersey. Ce dernier a dtclart que, pendant son
sdjour qui durera jusqu'au 14 novembre, son group s'ef-
forccra de rencontrcr le plus grand nombre possible de Fran-
gais : experts dconomiques, fonctionnaires, hommes d'af-
faires, journalistse, hommes politiques, de toute- tendances.
Une dtptche A.P. de Paris ayant annoned que le gouvet-
nement frangais a chargt.M. Bonnet de solliciter un emprunt
de 500 millions de dollars a l'Export Import Bank ,, les
representants de cette banquet ont d6clar6 aussitBt qu'un tel
emptunt n'6tait pas possible, 1'Export Import Bank ne dis-
posant plus que de 800 millions de dollars et ses r6glements
interieurs lui interdisant de eonsentir des advances destinies
i finance des importations. La plupart des journaux pu-
blient ces deux informations dues t une dipeche erronde
de A.P. Une mise au point a 61t faite par M. Bonnet A son
passage a Shannon, inais cette dernimre information est par-
venue trop tard pour itre mise en vedette dans les journaux
de lundi martin.
Dans la press da 8 septembre, une correspondence de
Joseph Alsop date de Rome expose la gravity de. la, situa-
tion de i'Italie.
Dcs indications sojt donnces sur Ic rapport de la Con-
firence de Paris don't la publication est imminent.
Callendtr confirm que les estimations pour les besoins
de 1'Europe ont 6td ramenees a 20 milliards de dollars jus-
qu'en 1951 et deux milliards de dollars annuellement pour


les autres annkes i vcnir. Il announce qu'un Comit6 spd-
cial, peut-ltre Ic Comite executif de la ConfDrence, viendra
i Washington pour dtfendre et expliquer le rapport et qu'il
est possible qu'un accord intervienne pour le maistien d'un
organism permanent dans lequel seize Nations scraient re-
pi6'sentees et don't le role serait de supervisor la mise en
application du plan Marshall., La Norvege et la Suede se-
raient scules A s'opposer a ce project et it souhaiter que cc
role soit drvolu t la Commission Economique Europtcnne
ainsi que les Soviets I'ont proposed Paris en juillet.dernier.
Kuh cable que la Conf6rence s'est mise d'accord pour re-
commander un system permettant d'instauircr la libre con-
version des monnaies europCennes entire clles de meme que
Icur libre conversion en dollars ou en or. Les experts finan-
ci s des Seize se rtuniraient i Londres Ic 22 septembre
pour definir les modalites d'application pratique de cette
recommendation. Leur succis dpendrait, selon Kuh, de la
creation d'un fonds en dollars de quatre milliards de dol-
lars fourni par les Etats-Unis. Cette some serait prise
sur le total des 20 milliards de dollars demands pour le
plan Marshall.
< P. M. < public un editoriall de Padower dans lequel ce-
lui-ci. apres avoir expos les difficult de la Grande-Bre-
tIgae, exprinme son apprehension que le Gouvernement des
Elats-Unis ne decide de reconstruire l'Europe autour d'une
Allemagne forte dans laquelle subsisterait le regime capt
laliste an lieu de donner son assistance i la Grande-Bre-
tagne socialist. Dans son article distribun par 1' a A. P a.
Bowen .6crit que bien que tous les pays d'Europe aient une
contribution i apporter it la reconstruction europ.eenne, c'est
l'Allemagne qui constitute la clef de la r6ussite du plan
Marshall.
De Paris, < 1'A. P. > rapport des declarations ide
MM. Wursell et Cox, membres de la Chambre -des Repre-
sentants actuellemnent en France, le premier ayant dit que ce
don't la France avail besoin pour sa reconstruction c'ttait
a d'un nouvel espoir appuye sur la determination d'accom-
plir un plus grand effort, de travailler plus .t de prodiire
davantage >, le second a diclar6 qu'il itait parfaitement
clair qu'il ne pouvait pas y avoir de reconstruction vri-
table de I'Europe en l'absence d'une renaissance de l'Alle-
magne ). II a ajoute a les Allemands sont le scul people an
monde qui soit capable de reconstruire 1'Allemagne et si
Imtu pays leur est rendu ils le recconstruiront >.
La d6ptche ajoute que tous les memb-res de la Sous-Com-
mission sont descendus an Crillon et ont 6te impressionnes
par 1'excellente iiourriture ct le nombre de domestiques. L'un
d'eux, faisant allusion aux consommateurs assis au soleil
i la terrasse des caf.s. a d6clar- que c'dtait une inani&re
agr6able de vivre mais qu'elle montrait peu la determina-
tion de travailler pour la reconstruction.

1. LIe rapport secret d(t D'partrenennt d'Ell

Ie New York Hera&i Tribune pu'blie en premiere page une
information suiant laquelle le D6partement d'Etat, dans ua
rapport secret a la Commission des Affaires 6trang6res de
la Chambre des Reprnsentants, aurait indiqut qu'au moins
quatorze pays europ6ens out un besoin urgent d'une aide
iconomique exterieure pour surmonter les difflcultis qui
sont la consequence de la guerre et combattre les menaces
de la domination communist.
En cc qui concern la France, le rapport d6clarcrait i qu"
fe puissant part coinmuniste pro-russe >> attend une chance
de reaffirmer son autorit., I1 compete, pour cela, sur 1'echee
du plan de reconstruction europienne et sur ses consequen-
ces qai seront la disparition du prestige amniricain en Fran-
ce. L'Europe de I'Ouest et son centre intellectual et econo-
mique, la France, sont t la croiste des chemins >.
Les representants officials du Dipartement d'Etat interro-
g's 'par la Ipresse an sujet de ce rapport se sont bornts A
d6clarer qu'ils ne pouvaient se livrer a ce sujet A aucun
commentaire.
La press de lundi reproduit en bone place le discourse
du Mar6chal Staline et du Pape. L'affaire du rabbin Korff
et les detailss d'u d6barquement de < 1'Exodus a sont publies
en premiere page sous de gros titres. Le project public par Ie







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


D6partement d'Etat pour un accord international sur la li-
bertd des nouvelles retient dgalement attention.
De nombreux cAbles 'dcrivent les disordres dans l'Inde qui
prdoccupept de plus en plus l'opinion americaine.

2. Allemagne.
Dans le New York Times, Delbert Clark souligie les dis-
sensions qui paralysent le travail'de la Commission de Con-
rr6le allied. Toutefois, indiquc ce journalist, m&me si IL
Conference de Londres en novembre devait s'achever par un
echec, on ne pense pas que les Amiricains, les Anglais ou
les Frangais prendraient l'initiative de se retire de la capi-
tale allenande consacrant ainsi la scission entire 1'Est et
l'Ouest. '11 declare ensuite que de' toute maniere ces dis-
sensions entire allies ont eu un effet ddsastreux sur 1'Alle-
magne don't la renaissance &conomique a det retarOde et don't
la population est de plus en plus convaincue que ses con-
qu6rants sont profondement divisds et que dmoocratie )
est synonyme de faim et de froid.
Raymond cAble de Berlin que le igouvernement militaire
americain en Allemagne a et6 l'objet d'une pression de la
part de Washington oi l'on craint que les estimations du
general Clay pour les besoins alimentaires de l'Allemagne
soient exagrdes et que le CongrBs se refuse a autoriser de
nouvelles expeditions de ses products en Allemagne.
Le meme correspondent In'dique, dans une autre dpdeche,
que les conversations -de Berlin pour les allocations de char-
bon se derouleront dans une atmosphere difficile pour les
demands franqaises. D'une part, les experts anglais et
amiricains se trouvent encore A Washington of ils discu-
tent de la question de la production charbonnirre 'de la
Ruhr bien que M. Forrester, chef de division du gouverne-
mnent militaire am rricain pour le carbon, soit attend A
Berlin avant le 10 septembre. D'autre part, les conversations
porteraient plut6t str les details techniques que sur l'en-
semble des problAmes politiques soulev6s par les Frangais
5 Londres. 11 sera tres difficile pour la France d'obtenir une
augmentation de la quantity de carbon de la Ruhr qui lui
est alloude mals elle peut espirrer en revanche une modi-
fication de son pourcentage 'de coke dans le cadre des allo-
cations actuclles de carbon. Si l'iugmentation des allocations
de coke a la France devait entrainer une trop ,grande pro-
duction de gaz impossible utiliser, cette anlgmentation
pourrait ne pas Atre decide. En effet, le besoin 'de charbol'
est trop grand pour qu'on puisse en tray:former une pi-ie
en coke sans assurer au prealable l'utilsa'ion des sous-pro-
duits.

3. Le gndrral de Gaulle.

Le discours du g'dnral de Gaulle A Bayonne est bien re-
produit dans les d6p&ches A. P. : et cells des correspon-
-dants du New York Times et du New York Herald Tribune.
Des titres soulignent la parties du discours dans laquelle
le gdn6ral critique la politique des Etats-Unis qui fait pas-
ser la reconstruction de l'Allemagne avant celle Ide la France.

LA ClISE GRECQUE (New York IHeald Tribune, 8/9) :
< ...Si I'on veut 6viter le d6sordre et un coup d'Etat
communist, seul un cabinet capable de regarder la si-
tuation bien en face, d'obtenir un large appui .du peu-
ple et de ne pas avoir recours A des mcsures extremes,
pourra y parvenir. De toute evidence, M. Sophoulis est
le seul homme qui puisse parvenir A s6parcr ceux qui
se r6voltent contre un regime policies, de ceux .qui
che-rchent seulement A remplacer par un regime poli-
cier de gauche un regime policies de .droite. Par con-
s6quent, il repr6sente le meilleur espoir pour la GrBce
en ces jours d'Apreuves.
Le rl6e official des Etats-Unis pendant les tmnnteuvres
politiques de ces dernieres semaines A Athenes n'est
naturellement pas tres clair. Mais il fait peu de doute
que le dourant d'opinion cre6 par l'octrol de credits
ambricains, en vertu de la 'doctrine Truman, ont Wti
(en d6pit des craintes exprim6es par les nombreux ad-


versaires de cette doctrine) favorable a une solution
lib6.rale de la crise grecque. Cette solution semble avoir
et6 en parties deliberdment prdconisbe par les ,repr6sen-
tants ambricains A Athenes, don't l'influence 6tait natu-
rellement considdrable... Si la GrAce sombrait dans une
dictature de la droite ou de ia gauche, ou dans l'anar-
chie, la responsabilit amniricaine serait tres lourde, et
les Etats-Unis sont stirs de se voir attribuer toutes les
erreurs qui seront commises par leurs repr6sentants ou
par les personnalit6s officielles grecques. Ceci est la
consequence inevitable de 1'exercice du pouvoir. Les
Etats-Unis l'ont accept lIorsqu'ils ont decide, dans leur
propre int6rdt et dans celui ,du people grec, d'accorder
leur aide au gouvernement green. 11 est r6confortant de
vOir qu'on ne cherche pas A 6luder cette responsabilit6
0t que l'ifluence amnricaine en Grece s'exerce dans
des buts si dignes d'l6oges. >



III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sooidtiqne dit 8 septembre 1947
Seule la Pradva parait aujourd'hui. La rubrique etrangrre,
d'une page environ, est uniquement informative. Les d4pe-
ches peuvent atre classes en trois groups
10 La commemoration des 800 ans de Moscou A l'tran-
ger; une sdrie de til6grammes 'de I'agence c Tass de Bel-
grade, Budapest, Paris, Sofia, Stockholm, Helsinki, Gopen-
hague, Santiago-du-Chili. Une place important est reserve
aux extraits de l'article de Courtade dans l'Himmanite.
2 La politique amiricaine; en vedette une d6p&che de
New-York sur la diminution des exportations amiricaines;
des nouvelles de Paris et de Copenhague sous le titre com-
mun a des membres du Congres inspectent l'Europe de
l'Ouest ,;
Des nouvelles diverse se rifdrant aux mAmes themes : les
dibats h J'O.N.U. sur la question des territoires dipendants;
nouveaux extracts de la press grecque relevant I'interven-
tion amiricaine dans la formation du government; les
explorations p6trolieres americaines dans le Proche-Orlent;
les poursuites contre le parti Icommuniste allemand en zone
amricaine, etc...
3o La politique britannique; large compete rendu Ide la cl6-
ture du Congres des Trade Unions; important extraits des
declarations de John Mac h Bucarest, concernant la itua-
,tion en Europe du Sud.



IV. PRESS SUISSE


a) LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE (La tribune de
Genbve, 8/9) :

< ...C'est un fait acquis d6sormais qu'il y a deux po-
litiques socialists : celle de M. Ramadier et celle de
M. Guy Mollet, et que, entire les deux, la conciliation
est illusoire. Rien ne permit de supposed que cette large
fissure puisse 8tre combl6e od'ici le mois de novembre.
Le disSentiment est profqnd et touche aux problems
essentiels de la vie national.
Ce qu'a fait M. Ramadier, aucun autre socialist ne
pourrait le faire mieux que lui. La difficult ne reside
pas dans le choix .de la personnel, mais dans al6quilibre
des forces parlementaires, qui est essentiellement ins-
table. Une revision constitutionnelle, d'autre part, 'n'est
qu'un leurre. Elle provoquerait derechef de stariles -dis-
cussions, doetrinales, auxquelles on a d6jA consacr6
deux ans. La France n'6prouve nullement le besoin de







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE *TRANOARE 5


modifier la structure de ses institutions. II s'agit de tout
autre chose :.de la defense de la monnaie, de la restau-
ration de l'conomie, d'un retour progressif, mai.s ra-
pide, A la liberty des changes, d'un pouvoir qui ait la
faculty d'agir sans &tre soumis a la tyrannie des parties.
Le fait que ces derniers jours influence du Comitk
directeur du parti socialist contrebalangait et meme
surpassait l'autorit6 de l'Assembl~e est, A cet 6gard, am-
plement r.velateur. La periode de relative accalmie qui
s'ouvre permettra peut-6tre un certain tassement, apres
sequel on y verra plus clair. Les elections municipales
*d'octobre fourniront vraisemblablement quelques indi-
cations utiles, bien que leur port6e soil tres diff6rente
de celle des Elections nationals. >
(Du correspondent a Paris de Lt Tribune
de Genkve.)

b) Les ETATS-UNIS ET L'EUROPE (Neue Zircher Zeitung,
8/9) :
a ...Il y a un an, lorsqu'il s'agissait de faire admettre
A Opinion publique am6ricaine la n6cessit de prater
des milliards de dollars A la Grande-Bretagne, on lisait
dans les journaux et l'on entendait proclamer par tous
ies hauts-parleurs que .ce sacrifice apporterait la a sta-
bilit6 ,, aiderait A l'affermissement de la paix, et crke-
rait des d6bouch6s pour la production des Etats-Unis,
qui, au course de la guerre, s'6tait accrue .dans des pro-
portions Inormes. Est-ce un miracle si la situation
actuelle, si les clameurs qui s'6elvent partout au delay de
1'Atlantique pour annoncer la crise, non seulement font
refl6chir les gens, mais encore suscitent une visible hos-
tilit6 A 1'6gard de tout nouveau project de d6verser des
dollars sur 1'Europe ? Of est la stability, of est la paix,
o 'sont les marches pour 1'exportation ? Les informa-
tions ne parlent-elles pas toujours davantage de 4 rise >
et de danger ? Ne .dit-on pas qu'on songe A l'envoi .ven-
tuel de troupes en. Grce ? Et les exportations ambri-
caines ne diminuent-elles pas constamment depuis le
mois de juin ?
Pourquoi les gens, par example A Des Moines (Iowa),
,ne se d6sinteresseraient-i:ls pas finalement des soueis du


resale du monde, pour se turner vers leur pittoresque
foire d'automne, ofi s'offrent A eux les riches products
de la terre am6ricaine et maints autres agrements ?...
La premiere page de leur journal announce que la con-
ference de Paris a constat6 que 1'Europe a besoin .de
40 millions de tonnes de carbon en provenance des
Etats-Unis A 20 .dollars la tonne -, et ce sont les
Etats-Unis qui devraient mettre l'argent a la disposi-
tion des acheteurs. En deuxieme page, on leur parole
de la gr6ve des mineurs de Grande-Bretagne ; et 1'.di-
torial indique que le ministry des Affaires 6trang6res
Bevin reclame le partage de 1'or ambricain de Fort
Knox. E;st-il si .difficile de comprend'e que les signs
d'isolationnisme se multiplient ?...
Un argument de politique commercial semble agir
toujours plus efficacement en faveur des tendances iso-
lationnistes : tout irait mieux, nos prix seraient plus
has, se .dit-on, sans la forte demand europ6enne qui
favorite inflation. On entendra sans doute quelques
considerations de ce genre dans quelques jours, lorsque
le sknateur Taft entreparendra sa tournbe .de sondages
politiques dans l'extreme-Ouest, ofi il dira ce qu'il
pense de la situation. Ses declarations influeront vrai-
semblablement aussi sur la decision du President, con-
cernant la convocation du Congrbs en session sp6ciale;
car si les discours de M. Taft 6taient particulibrement
.agressifs, cette session pourrait aboutir pour M. Tru-
man A une manifestation d'ostracisme, qu'il voudrait,
si possible, 6viter un an avant l';lection pr6sidentielle. >
(Du correspondent A Washington de la Neue
Ziircher Zeitung.)



ERRATA

au Bldletin quotidief ide Presse ,trangtre, n 763 :
- P. 1, col. 1, 1. 6, lire : Timls (8/9);
- P. 6, col. 2, 1. 51, lire : & ...la politique en question
devra affronter 1'6preuve definitive. Cette perspective
est susceptible d'aider A r6soudre... >


S. P. I. Imp.. 27, rue Nioolo, Paris 81.8000
















































































Prix 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs