Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00181
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 9, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00181
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SERVICES FRANCAIS
IDINFOIMATION
(MINISTARE DX LA 51JBUSSE,
DES ARTS IT DBS LBTTRBS)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*).


LA DOCUMENTATION FRAKCAIS I


XWNISTERE
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFOfMUTION
ET DE PRESSED


BULLETIN


PRESS


QUOTIDIEIVW



EiTRANG fR E


Nouvelle S6rie N0 763


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La situation politique en France :
1. Observer (7/9) ;
2. Sunday Times (7/9).
b) La reconstruction de 1'Europe (Times, 7/9).
c) La conference .6conomique de Paris (Observer,
7/9).
d) Apr6s le discours de M. Bevin au Congres des
Trade Unions (Sunday Times, 7/9).
II. PRESS AMERICAINE.
Aprbs la conference panamericaine de Rio (New
Yark Herald Tribune, 6/9).
III. PRESS SOVIATIQUE.
Le Congr6s de Southport (Pravda, 7/9).
[V. PRESS BELGE.
La situation politique en Fran.ce:
1. Le Sai,. (7/9) ;
2. Le Peuple 1(7/9) ;
3. Le Drapeanu Rouge (6-7/9).
V. PRESS SUISSE.
a) La situation .interieure en France (La Tribune de
Genvve, 6-7/9).
b) Les Etats-Unis et, 'Europe (Basler Nachrichten,
6-7/9).

I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 7 septernbre 1947
La press dominicale partage son attention entire la ques-
tion de la gr6vec dans les mines du Yorkshire du Sud, le
retour des migrants de l'Exodus a HamFourg ct l'aide am6-
ricaine i 1'Europe.
La France, pour sa part, fournit matiere A un long article
de Frank Macdermot dans -le Sunday Times et A un bref
article de l'Observer, qui public 4galement une biographic
de M. Ramadier (voir ces articles plus loin).
1. Grbve des mineurs
La plupart des journaux laissent entendre que la gr6ve de
Grintethorpe pourra etre r6glee aujourd'hui apr6s la deci-


sion des trois arbitres nommes par eI government. Les
jounaux conservateurs accusent les mineurs ('avoir choisi
le moment le plus propice pour fair cette grbve, c'est-a-dire
celui oi la production de carbon est un facteur indispen-
sable tie la restauration du pays et aussi celui oh leur
.alnire est le plus dlevd. Ils laissent entendre aussi que cette
grevc pourrait avoir pour effect de rebutcr l'opinion ameri-
caine et de diminucr tous les espoirs qu'avait soulev6s le
plan Marshall. Les journaux travaillistes, de Icur c8te, ten-
tent de justifier cette greve et publient notamment des
lettres de mincurs expliquant leur propre point dc vue.
2. << Exodus n
De nombreux journaux donnent une, large publicity A la
question des migrants juifs de l'Exodtts, ils annoncent que
ceux-ci ont menace de fair la grLve de ]a faim pour pro-
te:ter contre leiir retour i Hambourg. D'nutres journaux
signalent que les migrants auraient promise de debarquer
tranquillcmcnt en Allemagne i condition que leur d6bar-
quement se fassc sans aucune publicity. Enfin, plusieurs
organs annoncent que lks autoritds britanniques ont requ
l'ordre d'agir avec calme a l'dgard des emigrants et que,
d'autre purt, les terrorists de Palestine auraicnt laissi pr6,
voir de nombreux attentats pour protester contre le sort de
leurs correligionnaires.
3. Aide amdricaine i l'Europe
L'Observer fait 4tat de I'opinion qui rigne au Ddpartement
d'Etat amdricain, d'apres laquelle celui-ci envisagerait d'ac-
el6recr le programme d'aide americaine a l'Europe avant
qu'il ne soil trop tard. Le News of the World announce, de
sun c6td, que 'ambassadeur des Etats-Unis doit se rendre
prochainement A W1ashington pour mettre le gouvernemcnt
au courant de la situation toujours plus grave de 1'Europe.
Revue de la press britannique du 8 seplembre 1947
La greve des mineurs de Grimethorpe et la dicouverte d'un
complot de terrorists juifs visant A effectuer des raids
airiens sur Londres constituent ce matin les deux centres
d'intdrdt principaux de la press.
La rubrique exterieure est peu fournic. La France fait
l'objet de deux articles dans le Manchester Guardian; et le
Times, le Daily Telegraph et le News Chronicle donnent
des extraits du discours du gdndral de Gaulle.
1. GrBve des mineurs de Grimethorpe
Toute la press announce qu'un certain nombre de mineurs
out ddcidd de rcprendre le travail ce martin, mais que ceux
de Grimethorpe ont une fois de plus rejetd l'arbitrage pro
pose par le gouvernement. La press souligne encore le
graves effects de cette greve sur l'industric, La production dt


DE


9 septembre 1947.


--







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ATRANGARE


l'acier aurait baiss6 de 15.000 tonnes, certaines industries
textiles du Yorkshire seraient sur le point de former et 3.000
ateliers seraient affects par les coupures de gaz.
2. Terrarismle jaif

'Toute la press announce sous des manchettes quelquefois
sensationnelles que la police frangaise a d6couvert un con-
plot de terrorists juifs rdsidant en France et qu'elle a
arrWti les principaux organisateurs. Plusieurs journaux re-
produisent le fac-simile des tracts qui devaient etre jets
sur Londres pour avertir la population que des homes
allaient etre lances.
D'autre part, la press announce que les migrants de
I'Exodus ont dit rester sur le bateau ia cause du brouillard.

3. France

i'apri's le correspondent du Manchester Gularlian, l'on
assisterait en France h une acoalmie et l'on se demanderait.
utans quelle measure les recentes manifestations n'ont pas
et, inspirees, avant tout par des motifs politiques. Les com-
munistes seraient 6dsireux de renverser M. Iamadier avani
que le plan Marshall ne vienne A execution.
Les dCclarations du general de Gaulle sont reproduites en
parties par certain journaux qui ne les accompagnent d'au-
cun commentaire.
4. Aide amdricaine it l'Europe

Ie correspondent n Malanchester Guardian pense que le
congrbs sera convoqu6 en session spiciale au course de! cct
automne pour discuter de la crise europdenne. Plusieurs
journaux reproduisent, d'autre part, une d6pi~che d'agence
faisant etat des declarations de M. Paul Lipz, d'apris laquelle
une aide A I'Europe serait urgente ct nicessaire pour ler
Etats-Unis eux-m'emes.
D'autre part, le Daily Telegraph fait 6tat d'un rapport
confidential pr6pard par le D6partement d'Etat amcricain
avertissant les Etats-Unis que quinze nations d'Europe au
moins doivent reccvoir leut aide pour resister' la menace
communist.
Le Daily Worker fait surtout rcssortir le passage- de wc
rapport selon lequel la Grande-Bretagne ne pourrait plus
jouer qu'un role secondaire dans les affairs internationals.

5. Gr&ce

Le correspondent du Times h Athines announce la consti-
tution du gouvernement Sophoulis bas4 sur tine coalition
des populists et des lib6raux. D'apris ce correspondent,
toute la press, sauf les journaux communistLs, aurait
nccueilli avec faveur cette coalition. 11 estime que 1'arbi-
trage des Am6ricains a largement aide i surmonter les obsta-
cles, don't le plus important etait le refus des populistes
d'entrer dans un gouvernement avec les liberafix. Le nnu.
veau gouvernement annoncerait prochainement son intention
de lutter contre l'infiltration slave, de proclamer l'amnistic
et d'intensifier la lutte contre les rebelles au cas oft ccux-ci
ne profiteraient pas de l'amnistie pour d6poser les armes.

6. Presse sovibtique

Le correspondent diplomatique du Times remarque que
la press et la radio sovi6tiques annoncent l'echec de la
Conference economique de Paris et ne parviennent guere i
cacher leur espoir de voir dchouer le plan Marshall.

7. Inde
Le Times consacre un long article aux troubles qui sevis-
sent h Delhi. Selon ce journal, on ne peut gu&re esperer pou-
vour retablir l'ordre dans les diverse zones on regions des
Indes si l'on ne parvient pas a le fair dans la capital de
l'Inde.
8. Indonesie
Le correspondent du Daily Telegraph h Batavia announce
que la terreur continue A rigner en Indonesie. La guerr


serait men6c par des bandes armies mercenaires et leIrs
principles victims scraient les indigDnes eux-mnimes. CP
correspondent conclut que la situation exige une solution
urgente.

a) LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE.

1. Observer (7/9, conservateur) :

< ...M. Paul Ramadier reussit encore, bien quc diffi-
cilement, A se maintenir au pouvoir, inais ceci 6tait dCja
trop pour l'habilet6 de personnalites aussi diverse que
le g6nbral de Gaulle et M. LUoi Blumn. Ce faith est d'au-
lant plus surprenant que lorsque M. Ianiadier a pris le
pouvoir, en janvier dernier, rares ltaient les Francais
qui avaient entendu parler de lui...
Les chances d'un success definilil pour M. Ranmadier
dCpendent de )ien des 'acteurs don't Ie contrOle lui
echappe, par exemple les etrets d'une rkcolte disas-
Ireuse en France, et la grande < inconnue >> de touted la
politique curopbenne, c'est-a-dire Ic caract6re et la por-
t6e exacts du plan Marshall. 11 se pout que M. Rama-
dier 6choue et tombe. Mais les critiques qui avancent
qu'il doit echouer et bomber Font djhi r6pWt. dcpuis
pros d'un an, et jusqu'A present ils se sont tromp6s. >

2. Sunday Times (7/9, conscrvaleur) :

e ...Le Pr6sident du Conseil n'est pas un doctrinaire.
S'il en .*tait un, it aurait moins de ,difflcultts avec
M. Mollet et l'aile gauche du parti socialist. Pendant
les deux mois des vacancies parlementaires, il sera,
espere-t-on, un peu plus libre de s'attaquer aux probl6-
nes pratiques avec cc degree d'opportunisme que de-
mande la situation, mais aussi avec une plus grande
autorit6 et une possibility accrue ,de faire suivre ses
decisions d'effet.
Mais ma'lgr6 les vacances parlementaires, les exigen-
ces du parti demeurent. II est vraiment douloureux de
constater a quel point les ministries doivent sacrifier
I'energie don'tt ils ont tellement besoin pour assurer leur
lAche, A apaiser et h rassurer des partisans peureux et
nearidtres.
Les problnmes du ravitaillement et de Ia nonnaic
sont les facteurs ,dtlerminants de in situation. Les gr&-
ve.s et les diverse demonstrations qui arretent la pro-
duction et ruinent la confiance, ne lont qu'aggraver les
difflcult6s. Les elections municipals d'octobre aurofit
certainemcnt line repercussion isur I'avenir du gouver-
nement, d'une facon ou de I'autre. Le sort du gouver-
nement dUpendra 6galement ,d'autres elections qui au-
ront lieu pendant ce mIme mois d'octobre et don'tt on
parole beaucoup moins. I s'agit du vote qui devra per-
mettre P'application des clauses de la Constitution rela-
tives A l'organisation de l'Union franchise ou Empire
frangais. 11 y aura une Assemnble ,de l'Union frangaise
A Versailles, ainsi que ,deux grands Conseils en A.O.F.
et A.E.F., ainsi que de nouveaux organisms munici-
paux nombreux dans *les territoires d'outre-mer.
Les Francais senses accuei'lleraient ces innovations
avec moins de soupcons et d'inquietude, si les incerti-
tudes et les rancaeurs de la politique interieure por-
taient moins de tort au prestige de la France. ,

c) LA CONFERENCE tCONOMIQUE DE PARIS (Observer, 7/9,
conservateur) :

< Au moment on la Conf6rence de Paris centre dans
sa phase finale, Ic Comit6 charge de r6diger le rapport
se trouve soumis A deux influences opposes. Les sta-
tistiques 6tablies par les sous-comit6s montrent quelle







BULLETIN QUOTIDIEN DR PBESSI ATBANatRn 3


sera la gravity de la catastrophe qui s'abattra sur l'Eu-
rope occidentale si 1'Am6rique ne lui vient pas en aide
cetlc ann.e. La cause fondamentale de la crise r6side
dans un .ds6quilibre du commerce mondial, d6s6qui-
libre qui est une consequence de la guerre ; 1'Europe no
peut surmonter la crise en fa.isant appel A ses scules
resources. Mais les experts amnricains cherchent A
altenuer le coup qui sera port an Congrbs, en .cher-
chant a reduire l'importance des demands .de dollars.
II faut esp6rer que le rapport pr6senti a la suite de la
Conference ne dissimulera pas le ,caractbre veritable .de
la situation. Ce ne serait pas faire preuve de bont6 en-
vers les Am6ricains que de demander une aide moindre
que celle qui est necessaire pour rem6dier aux maux
actuels ; un tel geste no ferait que dissimuler la gravity
tie la crise pendant un an ou A peu pres. >

Id) APRAS LE DISCOURS DE M. BEVIN AU CONGRkS DES
TRADE UNIONS (Suiiday Times, 7/9, conservateur) :

< ...M. Bevin a parl6 d'une c simultaneit >> d'une
union douaniere europdenne et d'une union ,douaniere
du Commonwealth. Si aucune des deux n'est ra'lisable,
nous ne pouvons prendre le discours de M. Bevin a la
lettre. Mais si nous ,cherchons ce que M. Bevin a voulu
dire, .en interpr6tant ses paroles au sens plus large, si
nous comprenons qu'il a voulu insisted sur le fait qu'un
effort serieux en vue de r6aliser une cooperation plus
etr.oite avec les Dominions n'exclut pas necessairement
un effort semblable pour realiser une cooperation plus
t6roite avec ]'Europe occidentale, inais au contraire
s'associe fort bien avcc lui, nous pouvons -dire que
M. Bevin a assurkment raison. C'cst dans cette direc-
tion que notre politique doit s'exercer. II serait presque
impossible A la Grande-Bretagne d'appartenir simulta-
nement a .deux unions douanieres, au sens large du
mot. Mais la Grande-Bretagne pourrait ltrs bien parti-
ciper A deux alliances economiques diff6rentes. On peut
nime penser qu'elle no pourrait se permettre d'agir
autrement.
Quiconque a tludi6 notre bilan commercial pendant
un certain nombre d'annies ne pent manquer de remar-
quer le role sans cesse croissant que les Dominions et
les territqires d6pendant de la Couronne ont jou6, pour
permettre A *l'Angleterre d'6quilibrer son budget et de
nourrir son people. II serait stupid de ne pas s'en r6-
jouir, m6me s'il n'existaitpas -et il en existe en fait -
d'autre facteur que le facteur 6conomique. Mais nous
sommes obliges .d'admettre, en minme temps, que sur le
plan geographique la Grande-Bretagne appartient A
l'Europe. Et nous devons toujours nous efforcer de rE-
duire et non pas d'augmenter l'importance des
s6paralious qui ,de temps A autre peuvent s'elever entire
nous-mImes et nos voisins de I'Europe occidentaile.
Former un b'oc economique europ6en, puis rester A
I'6cart de cc bloc serait une politique de suicide, d'au-
tant plus que le carbon hritannique et le carbon de
la Ruhr sous contr6le britannique devraient etre les
deux facteurs essentiels ct paralf6lcs du succes de ce
bloc. >

b) LA RECONSTRUCTION DE L'EUROPE (Timaes, 8/9).

< ...Quelle sera l'attiltude du Congres en ce qui con-
cerne la demand d'une aide lemporaire pour remndier
a la crise, en attendant l'application du plan Marshall ?
On dolt avouer que les delib6rations de Paris .n'ont pas
soulev6 un grand enthousiasmc en Amlnrique. Le voyage
leI M. Kennan A Paris a 616 motive par l'impression d6-
sagr6able que 1'on avait que 'estimation total des be-


soins et les calculs qui avaient conduit A leur 6tablisse-
ment auraient du mal A influence les congressistes dif-
ficiles A convaincre... Mais c.'est un presage favorable
de voir qu'aucun politician americain eminent ne s'est
rang6 ouvertement dans l'opposition. MWine le s6nateur
Taft, dans un discours qu'il a pronoanc6 recenanent,
a donn6 l'assurance que le Congres n'interviendrait pas
dans la politique 'du Pr6sident visant A octroyer des
pr6ts raisonnables pour augmenter Ja production A
1'etranger. Mais ce qui peut 6tre consid6r6 comme rai-
sonnable par le s6nateur Taft depend en parties .de la
politique financiere interieure... Les estimations les plus
r6centes indiquent un excedent de recettes de 4 mil-
liards 700.000.000' de dollars pour l'ann6e fiscal en
course; c'est la un chiffre qui peut etre au-dessous de la
v6rit6, mais une parties de cet exc&dent servira certaine-
ment A amortir une diminution ult6rieure des imp6ts et
on demand instamiment de comnmencer par une r6duc-
tion de la dette national. Au course d'une annie d'elec-
tions pr6sidentielles, les politicians sont beaucoup plus
portes A Bcouter les revendications des contribuables
americains que la voix des peuples affames A l'6tran-
ger... Meme si Y'on doit laborer et accepter un pro-
grammie d'aide exceptionnelle a l'Europe selon les
grandes lignes sages et constructive de la politique 'de
M. Marshall, il rest encore vrai que I'argument le plus
dicisif pour obtenir I'acceptation du Congres sera de
donner A celui-ci la preuve que 1'Angleterre et les autres
pays d'Europe .sont fermement resolus A prendre des
measures desti.nbes A accel6rer leur propre redressement
- en comptant au besoin sur eux seuls. L'acuit6 avec
laquelle un journal aussi bien dispose A notre 6gard que
le New York Times a rappel6 a M. Bevin que le carbon
de ;la Grande-Bretagne 6tait encore plus pr6cieux que
,'or pour le rel6vement de 1'Europe, est un avertissc-
iment : Pavertissement que l'Amerique attend encore
d'6tre sire que la Grande-Brefagne et 1'Europe font tout
ce qui est en leur p-ouvoir pour assurer Ieur salut. >


II. PRESS AMERICAINE


Prelsd amarictine du 7 septembre 1947
1. Plan Marshall.
Les declarations faites hier par le s6nateur Vandenberg
au course de sa conference de press regoivent une large
publicitW dans toute la press. Le Pr6sident 'de la Commis-
sion ,des Affaires 6tran.g6res et du S6nat a indiqua qf'il ap-
partcnait au Pr6sident Truman de dicider de l'opportunit6
d'une session special du CongrBs. En tout 6tat de cause, a-
t-il idit, la Commission des Affaires ktrangbres pourrait dif-
ficilement se ir6unir avant le 15 octobre en raison de l'ab-
sencc de la plupart de ses membres.
Le s6nateur .du Michigan a marque avec force que le Con-
grbs tout en ne cdherclant nullement a se ,digager de ses
responsabilitcs ne pourrait agir attilement qu'apris une misc
nu po'nt d'un programme prIcis des hbesoins europ6ens et des
plans de administration pour 1'aide i l'Europe. II est ega-
lement indispensable, et ii a insist h plusieurs reprises sur
cc point, que des informations tris completes soient ras-
semblecs en ce qui concern les resources don't les U.S.A.
peuvent disposer sans danger ou inconvenient pour cux-m6-
mes. Tous ces renseignemnts, a dit Ic s6nateur, ne pourront
sans doute pas 6tre g'roup6s a-vant octobre : e Nous n'agi-
rons pas dans l'obscurit6, a-t-il d6clar6, et nous ne signerons
pas de cheque en blanc *.
C'est sur ces paroles, cities in fine, que certain journaux
Lels .que le Journal of Commerce et le Philadelphia Inquirer
.mcttent I'accent dans leurs tires. Le second dans son edi-
torial, tout en marquant qu'il est certain que les Etats-







4 BULLETIN QUOTIDIEN DR PRESSE ATRANGARR


Un's doivent aider 1'Europe pour cmpicher ine catastrophe
qui s'aclihverait dans une mnarie montante dti commlunisme,
souligne qu'ils n'en doivent pas moins agir sans perdre de
vue leur propre equilibre .conomique et insisted pour que les
pays d'Europe n'cpargnent aucnn effort pour contribute A
l'tuvre de reconstruction. Ce dernier point est soulign dtans
plusicurs articles et commentaires. Constantin Brown kerit
que ni la France. ni l'Angleterre n'ont reagi come on pou-
,vair I'espirer apres l'aide financibre qui leur a etdc apportie
depuis la liberation et en touve la raison dans le manque
d'energie au travail te la classes ouvriere et la politique de
nationalisation.
Une d'pche < A. P. > publide par le Saint-Lonis Post Dis-
patch declare que les milieux officials de Washington sont
pessimistes sur 1'avenir du plan Marshall en raison de I'at-
titude < difaitiste >> et du manque de dynamisme qui a
domino les travaux de la Confirence de Paris.
Saville Davis, correspondent londonien du C(hristiln Scien-
ce MonitOr ca'tle que les declarations de M. Bevimn en faveur
d'une union douaniire imptriale menacent l'avenir du plan
Marshall.
Lawrence, dans son commentaire quotidien declare que
l'Europe n'a pas jusqu'ici fait le nIcessaire pour ob!cnir
I'aide amiricaine et .qu'en France come en Grande-Breta-
gne les politicians entretiennent dans la population I'illusion
qu'elle peut obtenir plus en travaillant moins. Quant au New
York Journal, il demand pourquoi les pays europ6ens ne
commnencent pas par mobiliser les actifs ditenus aux Etatl-
Unis par leurs ressortissants don't il estime le montant A
20 milliards.
SLa press announce que M. Kennan rentrant h Waslhng-
ton a itt requ par MMA. Lovett et Marshall.
Le Washington Post revenant sur les chiffres qui ont deti
rnis en avant Acrit que les besoin's de 1'Europe pour fair
la soudure jusqu'au plan 'Marshall ont 6t1 cstimnis entree un
et deux milliards et demi de dollars. Cc sont surtout la
Frauce et 1'Italic qui se trouvent dans une position critique.
Dans le mnmne journal, Kuhn cerit que les milieux diri-
geants de l'industrie lourde americaine, a la suite d'un en-
tretien avec la Commission Harriman ont fail connaitre an
Gouvernement qu'ils 6taient disposes A cooper, pleinement
h la mise en mctuvri' du plan Marshall aussiltt que cclui-ci
aurait .'ti mis au point et cqu le Congris aurait vote les
citdits necessaires a son application.
Dans uu discourse ratliodiffuse prnoonce t U'lbuqturke,
M. Anderson, Seccettaire d'Etat i I'Ag;,iculturc, a ticlare cju'en
d1cpit d'une recolte record, les resources des .Etals-Unis en
c6realcs au course de 1'ann e h venir scraient inflricures i
cclles de l'annee icoulic. La diminution atteindrait, dit-it,
un montant sup'rieu' aux exportations de l'annde derniilre
qui ont ite de 563 millions de boisseaux. Les Etats-Un:s, a
d('clart le Secrttaire d'Etat h 1'Agriculture. ont l'intention
de fire un effort maximum pour fournir des cirdales aux
pays qui en iont besoin mais il est evident qu'il ne sera
pas possible d'exporter autant cette annaie que I'annde der-
iiire >. II a exhort les pays strangers A utiliser leurs res-
sourcOc propres avec plus d'efficacit6 que dansd le pass. Mais.
imIlce si elles y v.ussissent, les populations de ces pays de-
vront fair face dans les annics A ventir a une diminution des
quantity s de c6triales don't elles pourront disposer.
L'augmentation de la production charbonniere de la Ruhr,
a-t-il ajout6, est due pour une large part aux expeditions
de blt amiricain au printemps dernier. II a cit6 ensuite les
paroles < d'un relprisentant official .d'un pays ani >>. Ce-
lui-ci ldi aura't dt qu si le bli amiricain n'etait pas airiv:,
en temps voulu, le government de son pays aurait 1te
renvers6 ct il est iv'dent, a declare M. Anderson, que dans
cette tvenltuialit un goniu cim-ncnlt d'une tendance infiniment
miins favoralile aux Etas-Unis aurait pris lc pouvoir ,.

2. La Confr'ence die Pa'ris

Sclon Callender du N ew York Times, 1; CtonfTrence a rd-
duit ses estimations tds besoins te l'Europe en nmatiei'cs
premiires pour les quatre p. ochaines a nnies de 21 mnilliards
it 21 inmllards 500 millions dc dollars. L'opiration a -it '
efl'eclutce en rivisait les estinations ldes coirs de ccertaines
naltieres prcmibfes, les c'relales niotamiuent pour lesquclles


une Iaisse est escomptee d'ici 1951. On cspire que .cette
baisse interviendra en 1948-1949 considi'ries come des an-
nfes critiques pour la reconstruction de l'Europe. Le corres-
pondant ajoute que la France prepare un project d'union
douani&re avcc l'Italie.
Hlrnimphreys reproduilt dans une d6ipche les declarations
tic M. O'Connell sur les besoins de .'Europe cn products
agricoles. Celui-ci a explique que mOmec si la production de
l'Europc itait itablic aux nivcaux de 1934-1938 les habi-
tants de ce continent seraient moins bien alimentes en rai-
son de l'augmentation de !a population de l'Europe occiden-
tale qui est passe de 249 millions a 260 millions et atteindr.i
en 1951 278 millions.

3. Situation poliiique franiaisc.
Les journaux rapportent le resultat du vote de I'Assem-
lk:,e. A. P. et Sydney iKeller dans le New York Herald Tlibulne
indiquent qu le Ie Prsident du Gouvernement 'd6courag6 par
cc vote n'aurait renoncr a dminissionner que sur les insis-
tances de M. Auriol.

4. Pakistan.

La press qui depuis plusieurs jours donne de I'importance
a la violence accrue tie la lutte intestine aux Indes public
en premiere page des tdipechcs d'agence signalant que des
ressortissants amtrricains resident dans Ic Pakistan out ct6
l'objet de minnaces personnelles de la part de la population
nusulmanc et que plusieurs d'entre eix s'appretent a quit-
ter Ic pays.

APRIS LA CONFERENCE PANAMIL ICAINE DE RIO (NeIU York
Herald Tr:bulne, 6/9).
< Les rapporls 'du .secretaire d'Etat Marshall et (du
sena'cur Vandenberg sur la Conference panaiiericaine
iilustrent de facon inltressante et encourageante la ma-
niere amnricaine d'aborder les probl6mes mondiaux...
MM. Marshall et Vandenberg ont surlout insist str l'es-
pri t eles nmthodes do travail de la Conf6rence de Rio
et 1'ont cit6 en exenmp'e au rest, 'du mnonde un
exeinple de cooperation, de discussi-cn feconde, d'en-
ten:e entire des nations qui d6sirent sincrement sau-
vegarder la paix et la fire regner partout... Ces re-
marques sont 6vi'demmnint dirigkes contre la Russie.
En opposant les 'discussions de la Confrcence te Rio
et les miethodcs appliques par les Russes dans les autres
conferences internalictvales, en exposant pour ainsi dire
(Ie facon exp6rimentalc les im6thodes anmiricaines q(ui
peuvent servir d'exenple, MM. Marshall et Vandenberg
ont mis e-n avant le mei:leur argument conlre la po!iti-
quc du Kremlin. Un bon example n'est pas suflisant en
lui-mine a rendre la pi)litiliqe des Etats-lnis efficace
ou pour la fair accepter. L'exemple 'de Rio peut !re
suivi avec profit lorsque le plan Marshall et les disposi-
lions annexes seront mis en application.
La method de collaboration biparlite, dont M. Mar-
shall et Il senateur Vandenberg nouns fournissent un
exemp.le si conclua'nt, offre un enseigncment profitable
an people ties Etats-Unis. Le besoin le plus urgent est de
determincr quels sont les buts pratiques que doiven!
rechlercher I poli'ique aimnricaine et une collabora-
tion inlernationale. L'.evolulion rapide dles evenemenls.
Ic dtvelol)pcnient des crises econonmiques outre-iner ont
app;aremment rendus inutiles les premiers plans 6tablis
cl mis dans I'embarras leurs au'eurs. Le public ani6ri-
enin cet le )public (!ranger ont 61C dinmorali.s s par une
amnos)phire d'improvisation. Le retour de M. Marsh ill
est done bien accueilli, non sculemenit a cause dles sue-
ces (iCqu celuii-ci a reminortls sur le plan Tle l'hlminisphire
, accidental, iais a cause de la n6cessile (de rtssoudre
d'urigence les grands probliimes Imondiaux. >>








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS BTRANGERE 5


III. PRESS SOVIETIQUE


LE CONGRESS DE SOUTHPORT (Pravda, 7/9).
( Les violentes critiques auxquelles s'6tait heurt6e la
politique ext6rieure du gouvernenent travailliste britan-
nique de da part 'des d6lgues -du Congres des Trade
Unions de Southport n'ont pas trouv, leur expression
dans les resolutions finales qui out 0te adoptees A 1'issue
du Congris.
On se demand vraiment quelled est la nature des nou-
velles suggestions fornul6es par M. Bevin et quelles es-
p6rances il a apport6es a la classes ouvriere.
Quelles south done les nouvelles propositions de M. Be-
vin ? Ce.li-ci s'est content de 'declarer qu'il fallait
abaisser le standard de vie de la population anglaise, r6-
duire les importations et il a ajouti qou'au cas oh les
exportations ne seraient pas auginent6es, le deficit de la
balance des comptes atteindrait 1 milliard 800 millions
'de livres sterling.
I1 a pass sous silence la question de la nationalisa-
tion de I'industri.e. Une fois de plus, il n'a pas voulu
s'attaquer aux int6rits des imonopoles capilalistes.
M. Bevin s'est content d'exposer la nacessit6 pour la
classes ouvriere de consentir de nouveaux sacrifices. Au-
trement dit, il a soulign6 que dans l'avenir la classes ou-
vrirre serait exploit6e encore davantage.
M. Bevin a faith ressortir qu'il 6tait indispensable d'ac-
centuer I'exploitation des colonies et de cr6er une union
douaniere ilmp6riale. Seuls des observateurs prudents ex-
priment quelqu'es doutes au sujet de la possibility pour
les dominions qui ont d6jh des relations commer-
ciales 6troites avec les Etats-Unis de conclude avec la
Gran'de-Bretagne une telle union douani6re inperiale.
M. Bevin n'a pas fait connaitre le moyen d'echapper aux
difficulties 6conomiques ,actuelles.
En ce qui concern la politique 6trang6re, M. Bevin a
montr6 que Je g ouvernement travailliste actuel se pro-
pose toujours de suivre la politique qui est debja l'ori-
gine du partage de 1'Allemagne et qui a, en fait, subor-
donne la politique extirieure tie la Grande-BreIagne La
celle des Etats-Unis.
GrAce aux efforts d6ploy6s au Congrbs 'de Southport,
la seule resolution adoptee fut celle qui opprpuvalt
completement la politique du ministry des Affaires
6trang6res britannique.
M. Bevin pense r6soudre les difficult &conomiques
de la Grande-Bretagne en defendant les int6rets des ca-
pitalistes =et en portant atteinte aux int6rkts de la
classes ouvribre... I1 ne faith pas 'de doute que la nouvelle
victoire remport6e par lui au Congris de Southport
n'apportera .aucun reimede A I'aggravation de la cruise
que traverse la Grande-Bretagne. >>
(VIKTOROV.)


IV. PRESS BELGE


LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE
1. Le Soir (7/9) :
c ...La journee d'hier n'a pas, cependant, clarifi6,
come on pouvait l'esp6rer, la situation politique. Tous
lesiproblemes, qui rendent si angoissant i'avenir du pays
et font si lourde 1'atmosphere actuelle, restent pos6s,
notamment celui de l'unit6 du parti socialist avec les
incidences qu'il risque de comporter pour la stability
gouvernementale.


Mais deux probl6nmes d'une importance vitale requi6-
rent aussi et surtout attention du gouvernement. Si
une solution pent leur Atre apport6e, l'horizon politique
s'6claircira d'un coup parce que la voie sera ouverte
au r6tablissement francais. II s'agit de l'amelioration du
ravitaillement de la population, don't nous avons maintes
fois parle, et des n6gociations actuellement en course
avec les Etats-Unis.
Sur ce dernier point, la personnalitU de M. Ramadier
ct le gouvernement q.u'il preside constituent une caution
non negligeable. L'aide mat6rielle amerieaihe b16 et
dollars principalement puet, scule, arrcter le glisse-
nent vers la faillile et la misere. Les pourparlers enga-
g6s avec Washington ne peuvent 6ire mieux conduits
qCle par les actnels repr6sentants de la France. On se
felicitera, en pariiculier, que MM. Schuman et Bidault
puissent continue a les mener a bien...
Les cln6menis encourageanis noe innquen[ pas main-
Ienanit an gouvernement de M. lRamadier. Le Parlement
6tant en vacancies jusqu'au 13 novembre, il a devant lui
deux mois pour travailler tout A I'aise au redressement
de la situation 6Cconomique et mon6taire.

2. Le Peuple (7-8/9), socialisle :
<< ...Alors quc le president du Conseil avait demand
une < confiance pleinement accordde et sans reserve,
non la confiance des abstentions on de 1'indifference >>,
il ne dut son salute qu'h 1'abstention du group P.R.L.
II est logique de penser que si le chef du gouverne-
nient avait eu I'intention de se retire, ii n'aurait pas
laiss6 A M. Edouard Herriot le soin d'annoncer ce soir,
a ses collbgues du Palais Bourbon, qu'ils 6taient en va-
cances jusqu'au 13 novembre.
La situation peut done se resumer conmme suit : La
crise minist6rielle a 6t6. 6vitee. La crise politique con-
tinue.
Quant A la crise social, les ev6nements nous diront si
les importantes manifestations de protestation et de m6-
contentement ayant pour pritexte la diminution de la
ration de paih et qui ont eu lieu vendredi au Champ
de Mars et dans divers centres de province, n'en mar-
quent pas le redoublement.
Plus que jamnais, la tfiche de Paul Ramadier s'alour-
dit. .

3. Le Dripeal Riounge (6-7/9), communist :

< ...Celle semaine, M. Raniadier a expliqu6 que la
hausse vertigineuse des prix des products alimentaires
6tait due aux < facteurs psychologiques ). Auparavant,
dans son discours A Limoges, il annonca qu'il n'avait
pas, en matirre gouvernementalc, de doctrine et de prin-
cipes preconcus. Chacun, en France, s'en doute un peu.
Qu'un tel gouvernement arrive, A chaque crise minis-
terielle, A refaire sa majority, cela s'explique par le fait
qu'il a tout de mmne une ( doctrine >, celle qui consiste
A tenir les communists A l'6cart des conseils du gou-
vernement. Cette < doctrine > d'inspiration ktrangrre
est le mal qui ronge la France.
Les r6sultals sont lI. Les travailleurs ne savent plus
nouer les deux bouts ; groves et protestations se multi-
plient.
On peut se demander comment, en l'absence de la dB-
mocratie 6conomique, que la presence des communists
au gouvernement et l'unit6 ouvri6re permettraient seules
d'atteindre, la France pourrait r6aliser son plan d'aug-
mnentation de la production, inclus dans celui du commit
des < Seize 3... >
(J. LONCIN.)








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS kTRANGERE


V. PRESSE SUISSE



a) LA SITUATION INIERIEUIIE DE LA FRANCE.

La Tribune ide Genite (6-7/9) :
< ...Le cabinet Ramadier demeure au pouvoir. Saul
6v6nenient extraordinaire, sa vie est assure pour deux
mois au nioins, puisque l'Assembl6e s'est ajournCe au
13 novembre. Pendanl ce d6lai auront lieu les elections
municipales,,fixbes aux 19 et 26 octobre. Mais it faut
bici conslateir que ]e malaise n'est pas enlibremeni dis-
sip6. II a apparu derechef c l'Assembl6e lorsque le pre-
sident dlu Conseil, d6sircux de ramener A lui les voix
socialists dissidents et de fournir pour cela des apai-
scinents an clan de M. Guy Mollet, a laiss6 entrevoir une
accentuation du dirigisme. Ses paroles ont effectivement
calne les < molletistes >>, mais elles ont accru l'inquie-
lude des groups qui ne voudraient pas voir, au con-
Iraire, se resserrer I'6tau de l'economie 6tatiste.
La situation du` parli socialist ne sera clairement
definie que lorsque si&gera le Conseil national extra-
ordinaire appel6 A arbitrer les diff6rend entire le co-
mite directeur ct les parlementaires. M. Guy Mollet et
ses amis voudraient mjme r6unir un congres devant
lequel ils auraient cerlainement plus de chances de fai-
re Iriompher leur th6se. II est cependant probable qu'on
s'en tiendra A I'idee du Conseil national ; et lI, M. Ra-
mrladier, soutenu par le group parlementaire et par
nombre de secretaires f6edraux, I'emporterait plus fa-
cilement.
(Du correspondent a Paris de la Trbibune ice Genbue.)

i**

x ...Les vacancies devraient permettre A M. Ramadier,
sinon de respirer en paix, du moins de travailler en
silence cl a l'abri des embfiches parlementaires. Mais
ses amis lui permettront-ils de poursuivre soon oeuvre
tranquillement ? Si l'on en juge par l'obstination qu'ap-
porte M. Guy Mollet A vouloir coite que cofite, iinpo-
scr ses vues, on est en droit d'en douter.
Que pourrait faire M. Ramadier dans ces conditions ?
La presence permanent d'un censeur, double d'un
surveillant obstin6, tatillon et intransigeant, n'est pas
pour faciliter l'oeuvre d'un minist6re de coalition, ofi
la conciliation et le compromise sont de rigueur. La po-
litique de M. Guy Mollet apparait assez clairement. Son
but est de lasser, sinon d'exasp6rer M. Ramadier pour
1'amener finalement A se demettre, ce qui donnerait au
parti socialist l'opportunit6 de passer A I'opposition,
si possible avant les Alections. Celui-ci n'eprnuverait
alors aucune gene pour rejeter sur autrui les responsa-


bililis de la grave situation of se d6bat la France A
J'heure pr6sente et pour s'en laver les mains.
Sans 6tre intransigeant, M. Ramadier est lui aussi obs-
lin&. Soutenu par la majority parlementaire, il n'aurait
pas A se pr6occuper des d6sirs on des sommations du
comit6 directeur de la S.F.I.O.. mais il est socialist et
militant. De ce fait il a des competes A rendre A ses
partisans. Qu'adviendrai-t-il ? La S.F.I.O. est soumise
actuellement A des tiraillemenls int6rieurs qui tot ou
tard, aboutiront h une scission. L'attitude du group
parlementaire est significative A ce sujet. Mais le jour
of le parti sera coup en deuxY it risque de disparaitre.
L'aile gauche serait absorbee par le communism, qui
r6aliserait A son profit la pr6tendue unit ouvribre. L'ai-
Ie droite se diluerait dans les autres formations, apres
avoir tent& de reconstituer une S.F.I.O. amoindrie dans
ses effectifs et dans son influence. Mais en attendant
que celte scission se r6alise, M. Ramadier aura bien
des obstacles A renverser sur sa route s'il veut durer
jusqu'aux elections municipales. Sa l[che n'est ni aisee
ni enviable... >

b) LES ETATS-UNIS ET L'EUROPE (Busler Nochiwhtlen,
6/7/9) :
T1 est comprehensible qu'A la Maison Blanche et au
D6partement d'Etaon s'efforce pour le cas of l'atmos-
phtre au Congres ne serait pas favorable, de prendre
*d'autres dispositions..: de IA le project d'aidc provisoire
que le sous-secrktaire d'Etat Lovett a soumis A 1'opinion
publique. M. Lovett considtre que le danger de crise en
Europe pendant I'hiver qui s'approche est si aigu que
l'on doit recourir A des measures d'urgence, peut-6tre
avec le concours de la Banque Mondiale qui n'a nulle-
ment 6t6 creke A cette fin, et qui, par suite, ne peut
fournir son appui dans un d6lai trts bref, Mais une
aide improvise et de ce faith n'obtissant pas a des rtgles
d6termindes vaudrait encore mieux pour 1'Europe que
point d'aide du tout. On verra croire ou diminuer les
chances du project selon que les populations appelees A
en b6neficier au premier chef se montreront plus on
nloins raisonnables et disciplinese. Ah les absurdes
graves !
En attendant, il ne faut pas oublieor que malgr6 tous
'les faux pas et toutes les contradictions don't le monde
anglo-saxon nous offre le spectacle sur le plan 6conomi-
que, it existe toujours que!que chose come une
< haute politique > commune des Etats-Unis et de la
Grande-Bretagne qui ne cesse de donner des signes de
vie indiscutables en face de I'U.R.S.S. et .de ses satel-
lites. Au mois de novembre, lorsque les ministres des
Affaires 6trangres des Quatre Grands se r.uniront de
nouveau, -la politique en question devra affronter
d'aider A resoudre le probl6me de l'assistance 6conomi-
que A l'Europe si l'on peut computer pour cela sur de
vWritables homes d'E;tat. On verra bien.


S._ P.I m. 7 u io ars-3.99Pi rns


Prix 6 francs.


S. P. 1. Imp., 27, rue Mfoolo, Paris 31-3W99




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs