Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00180
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 8, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00180
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSB,
DES ARTS ET DES LETTRES)


LA DOCUMENTATION FRANCAIS


NMa STERE
DES AFFAIRES ETRANGERES
S&VICWc D'INPORM&TION
BT DZ PiwasS


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").


BULLETIN


DE


PRESS


8 septembre 1947.


QUOTI



ETRA


SOMMAIRE


I. PRESS BRITANNIQUE
a) La situation politique en France (Times, 6/9).
b) Apres le discours de M. Bevin au Congrbs des
Trades Union (Mtanc'hester Guardfin, 5/9).
c) La reorgainisation des transports europ6ens
(Marchiesteie Guardilan, 5/9).
II. PRESS AM1~RICAINE.
b) Apres le discours !de M. Bevin au Congrbs des
Trade Unions (Manlchester Guardian, 5/9).
III. PRESS SOVIETIQUE.
L'O. N. U. et les probl6mes .du travail (Tioud,
6/9).
IV. PRESS BELGE.
Apres la ratification des traits de paix par la
Russie (Le Soir, 6/9).


I. PRESS BRITANNIQUE


RHeue de la press britannique du 6 septembre 1947
La ptesse de ce'matin accord la premiere place a la gr6ve
des mineurs de Grimethorpe. Elle met en vedette l'offre qui
a dt6 faite par M. Shinwell aux mineurs de faire examiner
leur cas par une commission d'enqubte conmpos6e do trois
mineurs A condition que le travail soit repris immediate-
ment dans les mines. La pilupart des journaux laissent
entendre que cette proposition ne satisfait pas les gr6viste;
ct certain journaux conservateurs soulignent que c'est la
premiere fois qu'un gouvernement accepted de fSire des
concessions avant le retour des gr6vistes au travail.
En attendant, la press souligne les graves effects de la
greve sur l'industrie. Chaque jour celle-ci entralnerait une
perte de 50.000 tonnes de carbon et si elle continuait encore
qIuelque temps, elle risquerait do paralyser les industries de
Sheffield, les manufactures de coton du Lancashire et les
usines a gaz de West-Riding, contraignant ainsi 500.000 ou-
vriers au ch6mage.
La rubrique exterieure est peu fournie. La situation poli-


tique en France fait l'objet de quatre articles dans le Times,
le Daily Telegraph, le News Chronicle et le Daily Worker.

1. France
Ces quatre journaux annoncent que l'Assemblde a accord
par une faible majority sa confiance i M. Ramadier. Le cor-
respondant du Times h Paris y voit une difaite pour le gou-
vernement (Voir cet article plus loin.)
Le Daily Telegraph souligne que o'est la majority la plus
faible qu'ait obtenue jusqu'ici le gouvernement et il announce
en manchette que des a manifestations de la faim ont eu
lieu i Paris, entrainant la cessation du travail dans les
Services publics.
Le correspondent du News Chronicle donne quelques dB-
tails sur les manifestations du Champ de Mars, mais ne
comment pas la situation politique.
Le Daily Worker insisted sur le fait que les manifestants
ont demand la d6mission de M. Ramadier et que, A I'assem-
t4oe, M. Ramadier a eu centre lui les communists et un
grand nombre de membres de son propre parti.
Le Times et le News Chronicle annoncent l'ouverture des
n6gociations entro Rome et Paris pour la creation d'une
union douaniere franco-italienne.
2. Aide amdricaine a l'Europe
Le correspondent du Daily Telegraph h Washington ne
pense pas que M. Vandenberg convoquera le congres en ses-
rion speciale avant que des propositions concr6tes d'aide k
I'Europe pulssent y 4tre prisentees.
3. Ruzhr
Les correspondents diplomatiques du Times et du Daily Te-
legraph annoncent que le gouvernement britannique a rdpondu
a la lettre de protestation sovidtique relative i la conference
anglo-franco-amfricaTne de la Ruhr. La r6ponse britannique
insisterait sur le fait que cette conference n'6tait destinde
qu'i 6tudicr certain .aspects spdciaux de I'administration
anglo-amdricaine dans la bizone .et que ceux intdressant l'en-
semble de I'Allemagne beraient dircutds i la conference de
novembre.
-. Inde
Les troubles de l'Inde font l'objet d'un article dans le
Times, la repercussion des troubles s'dtendrait jusque dans
la province de Delhi.

a) LA SITUATION POLITIQUE EN FRANCE (Tinles, 6/9).
< ...C'est la cinquieme fois que M. Ramadier a pos6 la
question de conflance A 1'Assembl6e, et c'est cette fois-ci
que la conifance lui a &et6 vote A la plus faible inajo-


Nouvelle Serie No 762








' BULLETIN QUOTIDIEN DE PRBSSE *TRANGARE


ril[. En fait, ce vote de confiance a kt6 en un certain
sens un.e d6faite pour le president du 'Conseil, car 'on
doit considerer que les absentionnistes se sont ranges
dans l'opposition, le nombre total des abstentionnisies
et des opposants Idepasserait celui des partisans du gou-
vernement. Le vote de conflance precedent, qui remote
au 2 juillet, a un moment oil les coimmunistes 6taient
d6jA, comme aujourd'hui, contre le gouverneinent, s'6tai!
traduit par 331 suffrages en faveur de M. IRamadier ei
247 contre lui avec 17 abstentions seulement. L'augmen-
latibn des abstentions pourrait sembler,, premiere vue,
repr6senter presque exactement dans quelle measure la
politique gouvernementale s'est de6preci6e > au course
tes deux derniers mois.
Cependant, la perle reelle subie par le gouvernement
est encore plus grande. Les imembres du part socia-
liste sont profoniidement divises et la minori;i intransl-
geante qui se group sous la direction de M. Guy Mollet
ne s'est inclinee devant la ,discipline du part qu'avec
la plus grande repugnaance... L'imminence 'di nouvelles
difficulties n'explique pas la demand gouvernementale
d'un vote tde confiance, qui devait simplement servir a
faire adopter l'octroi de la subvention pour le carbon,
mais elle explique l'importance que M. Ramadier don-
nait A tine franche decisionn, et sa deception lorsqu'il a
connu le resultat .du vote. >>
(Du correspondent du Tiinmes i Paris.)
*

q ...L'incertitu'de, et la menace ,d'une crise qui planet
toujours sur le gouvernenent de coalition en France
n'ont pas ete dissipees par le succes recent reported
par M. Ramadier. Aucun President du Conseil depuis la
Liberation n'a 'di faire face plus fr6quemment que
M. Ramadier a la menace de voir les parties s'ecarter de
sa politique, et personnel n'a montr6, pour pallier a cette
menace, une plus grande tenacit6 et une plus grande
conviction dans la force de sa propre position que le
president 'du Conseil actuel. En tant que chef d'un gou-
vernement qui s'appuie sur une majority -de parties du
centre, M. Rama'dier don'tt la d6mission significrait pour
ces parties le risque de voir se reformer une coalition
avec les communists, ce qui leur deplairait i tous), a
pu tout d'abord se maintenir au pouvoir aIalgr6 la de-
mission. des ministres communists et, depuis lors, com-
battre les defections au sein de chaque parti -- y com-
pris le parti socialist qui lui done son appui.
L'un aprbs l'autre, malgre une bonne volont6 qui fle-
chit de plus en plus et une impatience gran'dissante, les
dirigeants .du M.R.P., du part radical-socaliste et du
parti socialist ont df renoncer A leurs convictions et A
leur programme pour se rendre aux exigences de leur
position de parties du centre. Les concessions qui out
6t6 faites hier 6taient les plus 'delicates a obternr en ce
sens que M. Ramadier les demandait A son propre part.
La faible majority obtenue par le Pr6sident du Conseil
(fait qui prend encore plus de sens avec l'absention
d'u'ne bonne parties des membres du Rassemblement des
Gauches qui appuie offlciellement le gouvernement), les
difficulties toujours plus nnomreuses que le president
rencontre pour gouverner, soulignCes par P'avertisse-
ment qu'il vient de lancer et au terme duquel il pourrait
efre n6cessaire de rappeler le Parlement avant la fin
des vacances constituent autant de facteurs qui donnent
a penser que l'6quilibre soigneusement 6tabli entire la
gauche et la droite sera plus difficile que jamais A main-
tenir au course des prochains mois..
Il se peut que M. Ramadier ait eu le dsir 'de s'assu-
rer un vote de conflance tres net avant les vaacnces par-


lementaires, car il y aura encore des ours difficiles A
traverser; .devant la faible majority ohtenue, on peut
excuser le President du 'Conseil d'h6siter A rester au
pouvoir. II doit, de toute facon, .semble-t-il, demanderr
de nouvelles garanties d'appui A ses colloguess. Ni les
appeals A la discipline national, ni les efforts ing6nieux
du gouvernement n'ont r6ussi a arreter la hausse -des
prit,.. Beaucoup de gens en France pr6tendent que seul
un gouvernement jouissant du large appui des travail-
leurs et 'de la classes moyenne peut combattre effective-
ment les dangers ,de I'inflation, et c'est pr6cis6ment ces
*616ment, que M. Ramadier dans sa coalition actuelle,
ne peut associer. L'application coh6rente dans le .do-
maine Bconomique, de measures energiques et qui don-
nent confiance, pour inciter les ouvriers A renouveler
leurs efforts en vue d'accroitre la production, et pour
convaincre les paysans de sacrifier un gain, imm&'diat A
un interest sup6rieur oi ils trouveraient aussi bien leur
compete que la nation dans son ensemble, se heurte fata-
lement aux manoeuvres serrces des parties qui s'opposent
au sein de 1'Assemblee. Le choix n'est pas facile pour
les parties qui forment la coalition. Ils doivent s'einten-
dre pour aller de l'avant en ne comptant que sur leurs
pr4res possibilities et s'attendre A etre accuses aux
prochaines elections municipales a. d'avoir jou6 de la
cithare pendant kue Rome brilait > -- ou bien changer
la base de leur politique en s'associant avec la
droite ou la gauche, en tendant la main au general de
Gaulle et A ses partisans, ou aux cominunistes. Tout
1'avenir d6pen'dra de ce choix, qu'il soit fait mainte-
nont ou un peu tard, s'il devient inevitable. >

b) APRaS LE DISCOURS DE M. BEVIN AU CONGRESS DES TRA-
DES UNION (Manjhester Guardian, 5/9, liberal) :
< Malgr6 toute sa force et toute son Cloquence, M. Be-
vin fait des discours qui manquent de solidity. II lance
un flot d'id6es et ne se preoccupe pas de les relier. Ce
serait par example etre injuste pour lui que d'inter-
preter son allusion A une a second etude a, celle de
I'Empire -, comme une alternative A 1'etude que l'on
fait a Paris des problems europeens, et comme la
preuve que la Grande-Bretagne a cesse de s'int6resser
a ces travaux. On ne sait pas jusqu'g quel point il 6tait
dans son intention de froisser l'opinion americaine. 11
devrait savoir, aussi bien que tout autre, que les senti-
ments des AmBricainwsur 1'economie de 1'Empire britan-
nique 'demandent h etre r6formes: il date du xvnin sie-
cle! .. En .tenant compete de ce seul point de vue, la faoon
don't M. Bevin s'est exprime etait peu indiquee sur le
plan politique. II 6tait certain qu'elle serait mal com-
prise, et qu'elle serait la cause de la'kpire accusation
que l'on puisse porter contre une important declaration
politique, l'accusation d'etre inconsistante et inintelli-
gible malgre une apparence de raison. Au moment
meme oh le gouvernement americain semble comprendre
qu'il lui reste peu de temps pour agir en vue d'adoucir
les effects d'une crise cet hiver, M. Bevin n'avait aucun
motif de brouiller les cartes. II ferait bien mieux de
laisser de tels discours d'ordre economique A Sir Staf-
ford Cripps et A M. Dalton qui ont des vues relativement
nettes en la matiere. >

c) LA REORGANISATION DES TRANSPORTS EUROPIENS. (Man-
chester Guardian, 5/9, liberal) :
t Le besoin d'une action international ne s'est ja-
mais fait sentir avec une telle force, ni impose avec une
telle evidence qu'A la fin de la guerre, lorsqu'il s'est
agi de remetire en service les moyens de communication
en Europe... L'ordre ne pouvait etre r6tabli que par
une organisation central ,pour le continent, travaillant








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGIRE


avec Ia colllaboralion hieuveillante des divers gouver-
nenents Cetle n6cessild avail L6t prevue et l'organi-
sation avail et6 crede. Les r6sultats de ses travaux ont
clt tres grands, mais elle n'a pas 6t6 appuyee pleine-
men. par toules les nations qui avaient pr6sid6 A son
etablissement. Elles 6taient trop presses de recevoir
des reparations allemandes, et refusaient de se dessaisir
de ]a moindre parlie du materiel roulant qui se trouvait
en leur possession, s'o'pposaient A le voir utiliser pour
le traffic international-et insistaient en mnime temps
pour qu'on clur rende leurs propres wagons qui se
Trouvaient dans les autres pays. Le r6sultat, c'est que la
reprise de la vie 6conomique en Europe a ite bien plus
lente qu'elle aurait dh l'dtre.
Sans nul doute, ,l'chec est df aux Russes. Ce sont
eux, et les pays sur lesqueil s'exerce leur influence,
qui n'ont pais consent A meltre leurs resources dans
on pool common. C'est le gouvernement russe qui n'a
pas encore pay6 sa part des modestes depenses de For-
ganisation (80 000 livess, obligeant celle-ci A r6duire
6on travailpar 1'absence de fonds. Les functions d6vo-
Iues A celte organisation seront assumes a partir du
rnois prochain par la Commission 6conomique des Na-
tions Unies pour 1'Europe. Celle-ci ne pourra mieux
raire tant que les dirigeants russes -- on peut-tre cer-
tains fonctionnaires subalternes de Moscou ne pour-
ront surmonter leurs soupcons absurdes d'ing6rence
daris les affairs int6rieures des pays.




II. PRESS AMERICAINE




Revue de la press amdricainre du 5 seplembre 1947

1. DiscOurs Marshall
A son retour de Rio, le general Marsiall a fait Ic point h
la radio sur la Confdrenc e qui vient de s'achever. II a de-
clare que le trait& de Rio a et6 mis an point sans ddlai. sans
proptgande destinde a crier la confusion on des difficult
Bien que le seerdtailr d'Etat n'ait pas nommn I'U.R.S.S.,
toute la press ecrit que par ces paroles il a fait allusion
Saux tactiques d'obstruction de Moscou.
Le sdnateur Vandenberg, qui a pris 'a parole apris le Sc-
cretaire d'Etat a exprimd un point de vue similaire. Aussit6t
rentrd, hM. Marshall a abord6 I'dtude des problmes pos6s pat
la situation dconomique de l'P~rope. C'est cetto question qu.i
avec les reactions causes par le discoqur de M. Bevin, fient
aujourd'hui encore la vedette dans la pressed
Selon la majority des journaux, le Ddpartmcent d'Etat pre-
pare un dossier pour le retour du President Truman la
semaine prochalne et 'on pease generalenwnt que cc dossier
conclura A la ndcessit6 de convoquer le Congres en session
extraordinaire avant le 1" janvier prochain.
M. Kennan, attend h Paris domain, apportera au Secre
taire d'Etat des renseignements de premiere main qui, selon
le Washington Post, 6taieront les indications donndes dani
les cAbles adressds par Clayton.
Les journaux citent des faits montrant la gravlt6 de la
cruise' enropeenne, notamment l'ordre de grRVe lance par la
C.G.T., 1'extension Je la gr6ve dans les charbonnages anglais
L'A.P. announce, d'autre part, que la semaine derniere
I'ambassadeur d'ltalie a Washington aurait exprimde
M. Lovett le besoin urgent de l'Italie de recevoir une aide
amdricaine lui permettant d&acheter des products allmen-
taires et du carbon, indispensables a son economic au course
des prochains mois.
Enfin le Wall Street Journal ragporte que M. Ramadier
aurait declare A Paris que le gouvernement frangais esp6rait
obtenir un novel emprunt de 250 millions de la Banque
International, le premier 6tant presque entirrement 6puis6.
Dans leurs 6ditoriaux, le Washington Post et le New York


Times soulignent que le temps press dangereusrmen t t qe
la n6cessit6 de convoquer le Congres avant l'annse prochaine
est svidente.
La publicity donnse par les milieux officials et la press
aux questions ci-dcssus commence t provoquer une reaction
de la part de curtains mcmbres du CongrBs, principalement
republieains, qui, dans des d6clarat;ons reprodultes par leo
journaux, experiment 1'opinion que t 'administration, parti-
culierement to Pr6sident Truman, dramatisent la situation
afin d'amiliorer leur position politique aux U.S.A. Le Wall
Street Journal exprime dans son editorial un point de vtte
semblable; ii ecrit que la Conference des Seize n a pas sa-
donner une rdponse satisfaisante h I'offre que constituait le
p'lan Marshall et que celui-ci peut etre considered comma
mort-nd.
Dans un editorial vigoureux, Stone, dans P.M. declare
cue le Presilent T-uman devrait exposer clairement au pays
< la vidrit6 sur la crises europSenne >. II estime que l'assainis-
sement de la situation europenne devrait stre consider
comme une operation faisant normalement suite A la guerre.
Celle-ci ayant coftt aux U.S.A. 350 milliards de dollars, il
serait parfaitement normal pour eviter le retour d'un nou-
veau conflict d'affecter a la reconstruction curop6enne une
some supplmentaire de 30 h 40 billiards de dollars. Les
U.S.A. devraien' se prdparer aux memes sacrifices et employer
1 mmess meth des que le pays avait acceptdcs pendant
la periode des hostility,

2. Propositions -de M. Benin
Tandis que les correspondents de Londres rapporterit que
M. Bevin s'est entretenu de ses propositions concernant la
redistribution de l'or armricain avec les membres du Con-
grbs qui se trouvent actuellement en Grande-Bretagne, la
quasi-totalit6 des journaux consacrent aux suggestions de
M. Bevis, des editoriaux uniform.ment defavorables qui ne
difftrent'qne par la plus ou moins grande violence de ton.
La plupart soulignent que c. don't 1'Europe a le p'us besoin,
ce n'est pas de For mais des matirres premieres dont elde
peut trouver une parties sur son sol et d'nne plus grande
volonte de travail pour exploiter au maximum ses res-
sources.
tL Boston Globe, toutefois, demand cdans son editorial
que les Amdricains jugent la situation britannique sans
passion, in'erpretant les declarations de M. Bevin comme
itul;cation que la Grande-Bretagne se propose de demander
nux U.S.A. une aide supplCmentaire. Cc journal declare
Squ'on ne peut pas manquer id'&tre frappl, par le courage
don't le people britannique fait preuve dans la piriode d'ad-
versite.
3. Conflrence des Seize
Callender done quclques indications sur le contenu du
second chapitre du rapport final de la conference. I1 signage,
d'aurre part, qu'h la veille de l'ouverture des conversations
tripartites de Beilin pour la repartition du coke, les Fran-
cals accusent Ic Gouvernement militaire amnricain de vou-
loir faire de l'Allemagne Occidentale une unit 6sconomique
ind6pendante. Une tell ani'ed conomique est en contra-
diction avec, le but recherci&e par la Conference d'integrer
I Allemagne dans I'Europp- reconstruite sur la base d'une
plus grande cooperation et d'une plus grande liberty de
commerce entire les divers pays, objectif qui officiellement,
est 6galement celui des Etats-Unis ct du plan Marshall.
Humphreys consacre une dbepdlhe aux declarations de M.
Percy Rogers sur ia parties du rapport de la Confdrence qui
traitcra de la reconstruct on de ta Marine marchande des
pays europdens.
4. Haurse dles pro
Les journaux experiment de I'inqui4 ude devant la hausse
des prix qui, scion des statistiques -enant d'8tre publiees
par le Departement du Travail, atteignent un niveau sup6-
riCur au maximum enregistne en mars dernier. Cette hausse
affected particulierement les products al'mentaires et 1' q In-
terstate Commerce Commission vient, d'autre part, d'au-
,toriser le relsvenent des tariffs ferroviaires pour les Wagons-'
Lits allant de 1 A 50 %.
Alsop announce que la Commission des Conseillers icono-
nmiques du President Truman publiera, le 1J octobre, un
rapport qui fera contrast avec ceux qui out it6 rndigds







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGBtRE
--i


prdc&deInment et don't les provisions' pessimistes indique-
ront qu'une crise iconomique ide premiere grandeur frap-
pera les Etats-Unis d'ici un a quatre ans. Le rapport sug-
g6rerait la necessit6 de rtimposer le contrble des prix dans
certain secteurs de 1'6conomie.
5. Nouvelle de France
Les journaux du martin, publics' avant qu'ait itE connu
le resultat du vote de 1'Assembl4e, annoncent dans tdes dE-
pbehes Ide Paris 'oirdre de gr&ve lance par la C.G.T. Keller,
dans le New York Heraldl Tribune ecrit que le programme
aes restrictions de IM. Ramadier a etA mal accueilli par
l'opinion.
Le Washington Times Herald done en premIere page de
son edition du soir le r6sultat du vo+e Ide confiance sons
le titre suivant : M. iRamadier bat les R.ouges ..
Vision, dans un article consacr8 an General tde Gaulle
indique que le Gteneral escompte que le developpement de
]a crise &conomique amenera pendant l'automne M. Auriol
a 1'appeler pour la formation d'un nouveau gouvernement
et a accepter ses conditions qui scront la revision de la
Constitution en vue de renforcer les pouroirs du President
du gouvernement sur le module americain > et la rdforme
profonde dnu statute des syndicate.
Apr6s avoir indiqu6 que le R.P F. n'est pas un movement
de idroite et que les principaux chefs (Malraux, Soustelle,
Paleswski) ne peuvent pas 6tre consid6ris comme des hom-
mes de droite, Vissior explique qu'il n'en est pas moins
vrai que la fraction de l'opinion que le General a com-
battu pendant la guerre se rallie aujourd'hui derriere lui.
II estime que la majority du people frangais craint encore
que le succks du GAn6ral ne se transform << centre sa pro-
pre volontt en venture d'extr6me-droite > tant pour lui que
pour le pays.
6. Noauelles diverse
Les journaux suivent avec a'tention la situation en Hon-
grie et interpretent le resultat des elections come une
r&volte centre la domination communist.
La nouvelle donnee hier par P. M. concernant le sort des
r6fugi.s de o I'Exodus > n'est pas confirmee et la press
announce que les bateaux transportant les rffugfis font defl-
nitivemeni route sur Hambourg.
A la suite de la decision du Prisident Truman de mettre
u certain nombre d'Isotopes Radioactifs A la disposition des
institutions scientifiques etrangnres, un certain nombre de
journaux, notamment la press Hearst expriment leur
apprehension que cette measure ne facility les recherches
des autres pays dans le domaine Ide lPneagie atomique appli-
qude aux armements.

APRrBS LE DISCOURS DE M. BEVIN AU CONGRESS DES TRADES
UNION (New York Herald Tribune, 5/9) :

M. Bevin 'a fait presque tout le mal qu'il pouvait en
prononaant un discours qui est en lui-m6me absolument
d6nu6 de toute signification... II se peut que M. Bevin
ait cherch6 uniquement A apaiser l'assistance des con-
gressistes, pour faire mieux accepter la demand d'une
augmentation de production qui constituait le th6me
central de son discours II se peut aussi que M. Bevin
alt eu autre chose de plus important et de plus pr6cis
dans 'esprit. II voulait peut-8tre dire que les Etats-
Unis devraient employer leur or A l'achat des products
de l'industrie europ6enne, et aider par la A rdtablir
I'6quilibre d'une balance commercial d6ficitaire pour
I'Europe, le dds6quilibre actuel 6tant 1'un des principaux
facteurs de nos maux .conomiques. Il n'a certainement
pas voulu dire que les Etats-Unis devraient gaspiller
leur or uniquement pour le voir revenir A nouveau
aans quelques mois au TrBsor am6ricain sans qu'aucuhe
r6alisation n'ait Wtd accomplie. Cependant, c'est IA l'in-
ierprdtation qui, au xEtats-Unis, a suivi immidiatement
et Indvitablement ses remarques d6.nu6es de tact. et ceci
a cause un gros emoi en AmBrique
Mais le discours de M. Bevin a eu'des effects plus per-


nicieux encore. II a completement eclipse la declaration
remarquable faite par le secr6taire d'Etat adjoint Lo-
vett au course de sa conference de press : M. Lovett
soulignait que la cruise europeenne avait dejA atteint un
tel degrb de gravity que 1'ap'plication du plan Marshall
viendrait trop tard et qu'il fallait convoquer une seeslon
extraordinaire du Congrbs pour prendre les measures
crurgence destinies A rem6dier A la crise en attendant...
Les propos intempestlrs de M. Bevin ont accapare toute
attention au detriment d'une declaration qui, autre-
ment aurait fourni matibre a d'rnormes manchettcs; et
ce qui nous y est dit est cependant d'une grande impor-
tance car toute l'affaire a agd6ner6 en une strie ae
disputes insens6es sur la question de savoir sila Grart-
de-Bretagne cherchait A nous d6pouiller de notre or.
VoilA, semble-t-il, les consequences de l'incapacitW
nontree par des hommes d'Etat mondiaux. A examiner
ies probl6mes internationaux d'un point de vue suffi-
aarnment general et A donner les 616ments d'informatloh
ct les directives ni-cessaires aux peupies pour leur per-
ineitre de comprendre les aspects complexes de la poli-
tique mondiale et d'assurer par reur appui ]e succs adi
la politique suivie. Quel que soit l'effet produit en
Grande-Bretagne par le discours de M. Bevin, ce dis-
cours est consider aux Etats-Unis comme d'une mala-
dresse insigne. Quel que soit l'effet qu'ait A 1'6tranger
la conference de press de M Lovett, celle-ci ne ralt
qu'ajouter A la confusion aux Etats-Unis, quand on 1'etu-
die en function de I'opinion ambricaine et de action
du president. L'avis de ce journal, qui n'a pas change
depuis ]e d6but de la crise mondiale, c'est qu'il faut
tout mettre en oeuvre pour remedier A cette crise, que
ce soit par la convocation d'une session extraordinaire
du Congris, par l'octroi die -nouveaux prets, ou par
l'adoption de nouvelles politiques commercial, doua-
nitre ou mondtaire. Mais on .n'aboutira A aucun rbsul-
tat tant que tous les homes d'Etat ne front pas de
declarations nettes et ne donneront pas d'explications
completes en limitant, autant que possible, la part des
incons6quences. >



III. PRESS SOVIETIQUE


L'O.N.U. ET LES PROBLEMS DU TRAVAIL (Tjloud, 6/9) :

< Le Conseil Bconomique et social de 1'O N.U. a exa-
mine a sa session de juille t eaofit, plusieurs questions
qui ne manqueront pas d'int6resser les travailleurs du
moncle entier. Les decisions prises par ce Conseil sont
loin de satisfaire en tout point les milieux d6mocratiques
monidiaux
La press progressiste souligne en particulier que ;e
Conseil a porter un tort s'rieux aux interets du Mouve-
mcnt ouvrier international en refusant de porter devant
I'O.N.U. la motion de la Federation syndicaliste mon-
diale, demandant que cet organisme prenne des measure'
en vue d'empecher les poursuites exercees contre les
syndicats dans plusieurs pays...
A la session d'aoit du Conseil 6conomique et soctat,
I'Union sovi6tique a 6t6 la seule A soutenir la propo-
sition de la F.S.M. Les repr6sentants des autres pays
oni approuv6 la resolution commune de l'Angleterrc,
des Etats-Unis et de la Hollande et qui proposait d'adop-
ter le point de vue du B I.T sur cette question. Dans
son rapport, le B.I.T. se propose d'entreprendre au course
de 1948 une nouvelle'*tud e de la question des droits
des syndicats. Ainsi, les measures concr6tes qui auraient
pu empecher lqs persecutions don't les syndicats sont








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGkRB


victims, sont ajourn6es pour longtemps, et la F.S.M. ne
/ pourra m6me pas participer au rgglement d'une ques-
tion qu'elle avait soulev6e
La proposition adoptee par le Conseil 6conomique et
social ne peut manquer de provoquer le m6contente-
mnent 16gitime des milliers de travailleurs de tous les
pays. On salt en effet que le B I.T., qui est une institu-
tion cr&6e sous 1'gide,de la S.D.N., ne peut en aucune
fayon ipr6tendre au r6le de repr6sentant competent de
la classes ouvrifre. Cette organisation agit sans cesse
dans les int6rets des entrepreneurs et des gouverne-
nienils qui poursuivent les syndicate.
Le refus du Conseil 6conomique et social souligne une
fois de plus le caractere peu satisfaisant des rapports
entire I'O.N.U et la F.S.M. Cette derniere se heurte conti-
nucliement a l'opposition obstinde des milieux interna-
Uouaux influents hostiles h la classes ouvriere. La F.S.M.
qui group dans ses rangs plus de 70 millions d'ouvriers
ct d'employes appartenant A plus de 75 pays, devrait
avoir le droit de se faire entendre lors du reglement a
I'O.N U. des questions qui touchent les int6r&ts vitaux
des masses laborieuses du monde entier. >


IV. PRESS BELGE



APRES LA RATIFICATION DES TRAITS DE PAIX PAR LA RUS-
SIE (Le Soir, 6/9) :
La brusque decision de la Russie a product A New-
York une veritable surprise et n'a pas provoqu6 la sa-


tisfaction qu'elle aurait provoquee quinze jours aupa-
rarant, soit au moment oii le Conseil de s6curit6 voyait
M Gromyko opposer le veto russe A l'admission de I'Ita-
lie sous pr6texte que, faute de ratification, ce pay., e-
vait toujours Wtre considered comme urfpays ennemi.
Dans un certain sens, on considere cependant la ratifi-
cation russe come une chose heureuse, car elle ramene
l'dtft de paix official dans une parties de l'Europe et
peut rapprocher le moment of les traits avec I'Autriche
et l'Allemagne finiront 'par etre Blabor6s.
Mais cependant, on ne cherche Das h dissimurer a
Washington l'impression que la ratification ne dimi-
nuera d'aucune maniere la tension existant entire la
hussie sovi6tique et les puissances occidentales et qu'elle
prouve d'autre part que la Russie considire que les Bal-
kans sont maintenant suffisamment sous sa coupe pour
qa'elle puisse leur donner un semblant d'ind6pendance...
D'autre part, si la ratification du trait de paix iatie l
va ipermettre la mise en vigueur des articles cr6ant le
territoire libre de Trieste et obliger le Conseil de s6cu-
rit6 de nommer son gouverneur dans un delai rappro-
ch6, elle aura pour r6sultat le depart d'Italie des trou
pes ambricaines et anglaises, ainsi que l'obligation pour
l'Italie de payer a la Russie les reparations pr6vue. par
le trait, reparations centre lesquelles l'opinlon am6ri-
caine s'est 61ev6e avec vigueur.
Tout cela montre pourquoi la press americaine mani-
feste pen d'enthousiasme et se demand si P'eitr6e -n
vigueur des traits avec les anciens satellites de Hitler
ne sera pas, dans 1'ensemble, une bonne affaire pour Ies
Soviets, et pour eux seuls... i
(Du correspondent du Soir
A New-York.)


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


--

















































































Prix 6 francs.
p




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs