Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00179
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 6, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00179
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
MINISTERR DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LEMTRES)'


LA DOCUMENTATION PRANCAIS


MI1NSTER1
DES AFFAIRS ETRANGERES
SERVICE D'INFOMALTION
BT DR PRESSe


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").





BULLETIN


DE


PRESS


6 septembre 1947.


QUOTIPI&p



ETRANGERE




Nouvelle Serie -r- N 761


SOMMIAIRE


I. PRESS BRITANNIQUE.
a) Les rapports franco britanniques
Gaardlan, 4/9).
b) Les Etats-Unis et la reconstruction
(Manchester Guardian, 4/9).
c) L'avenir de l'Inde (Titmes, 5/9).


(Mancheslter

de l'Europe


II. r- PRESS AMERICAINE.
Le niveau de la production allemande:
1. New York Times (3/9);
2. Washington Post (3/9) ;
3. San Francisco Chronicle (3/9).
III. PRESSE SOVIETIQUE.
IV. PRESS SE SUISSE.
a) La situation en France (Journal de Geneve, 5/9).
b) Apres le discourse du Pr6siddnt Truman a Rio
(Tribune de Geneve, 4/9).


I. PRESS BRITANNIQUE

Reue 'de la presse britannique' du 5 septembre 1947
L'ensemble de la press done ]a vedette ce matin aux
graves des miners. du Yorshire du Sud, au Congres des
T''ade Unions et h la question de 1'aide americaine A 1'Eu-
rope.
Plusieurs journaux prtvoient un rbglement du conflict entire
le National Coal Board et les chefs du syndicat des miners.
En attendant la fin d:e la grvve, ils soulignent les r6percus-
sions importantes que celle-ci a id6jit cues sur l'industrie du
pays. Ainsi le Daily Herald announce que 50.000 ouvriers des
usines de West Riding vont 6tre obliges de rdnaire leurs
heures de travail et que d'autres usines out dA fermner plu-
sieurs ateliers on entamer leur reserve de carbon.
Les journaux attachent 4galement une grande importance
au ddbat qui a eu lieu bier au Congrds Ides Trade Unions
sur la r6prqssion des actiyit6s'facisstes An Grande-Bretagne.
La chronique extdricure porte principalement sur la Fran-
ce, la Hongrie ct l'Allemagne. Encore ces sujets ne donnent-


ils matiire qu'i des articles de pure information. Le Times,
ppur sa part, done la vedette i la question des Indes.
1. Aide amdricaine & l'Europe.
Le correspondent du Tites a Washington estime que les
I dolarations que M. Lovett a faites avant-hier au sujet d'une
aco&elration .ventuelle de 1'aide ambricaine a l'Europe pour-
raient marq'uer un tournant pour ja politique amsricaine.
Les Etats-Unis reconnaltraient que le plan 'Marshall ne pent
pas 6tre pr6t A temps pour saunver la situation. II pense que
'un des moyens pour les Etats-Unis de venir immddiate-
ment en aide ia 'Europe p serait de convoquer le Congr6s
dms que les measures envisages anraient Rte mises au point
et de lui deman'der de les ratifier le plus rapidement pos-
isiblc. L'aide immndia'e pourrait prendre la forme d'un pr6t
de 1 ou 2 milliards de dollars. Malheareusement, le discourse
de M. Bevin au Congr&s- de Southport aurait fait trAs mau-
vaise impression sur 'opinion publique amdricaine et le
News, Chronicle, par example (quil ne croit pas i une aide
i l'Europe avant le mois de mars) 6crit que la press am&-
ricaine accuse M. Bevin de vouloir accaparer i'or ameri-
cain. Or, l'1opinion prevaudrait aux Etats-Unis que ce don't
la Grande-Bretagne a besoin c'est beaucoup plus de charhon
que d'or.
Le correspondent du Daily Telegraph i Washington pense
que le Departement d'Etat envisage d'accorder 100 millions
de livres it l'Europe avant la fin de l'annde par 1'interm6-
diaire de la Banque Mondiale. Mais celle-ci ne serait gure
empressee d'accorder son aide'dans le cadre du plan Mars-
hall. D'aprds ce correspondent, 'opinion amnricaine s'alar-
merait de la situation dconomique de 1'europe et la plupart
des membres did Congris .seraient d'accord pour envisager
une legislation d'exception.
Le correspondent du Manchester Guardian remarque lui
aussi que les declarations de lM. Lovett out fait comprendre
a opinion americaine la .g.rav ti de la situation en Europe,
et d'aprds de Daily Herald celle-ci estimerait que son aide
ne pent pas se faire attended.
La plupart des journaux annoncent que M. Truman va
abrdger son s4jour A Rio et rentrerait h Washington pour
disaster im.mddiatement du plan avec les experts du TrIsor.
2. France
Le correspondent du Daily Telegraph h Paris announce que
le danger d'une cruise ministerielle a .et6d vitd grace a la
decision prise par le group parlementaire sooialiste de
soutenir la politique gouvernementale. II faith :tat par ail-
leurs des nombreuses graves qui out eclat6 dans plusicurs


- -- --







P BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ATRANGtRE


villes de France pour protester centre la situation du ravi-
taillement.
Le correspondent du Manchester Guardian fait lui aussi
Rtat du mdeontentement gdndral, du caract re confus de la
situation politique et du manque de cohesion du parti socia-
liste don't les chances electotales ne cessent de diminuer.
Ce correspondent prevoit un remaniement ministrriel, no-
tamment la d6mission de MM. Philipp et Tanguy-Prigent
que, selon lui, M. Ramadier souhaiterait ne plus avoir dans
son minist&re parce que ce seraient eux que opinion pu-
blique rend responsables des difficulties actuelles.
La decision du group parlementaire Isocialiste permeitra
d'6viter, estime Ronald Matthew dans le Daily Herald, unri
rise politique qui cut' tl la plus important depuis nl
Liberation.
Le Times consacre un bref article a la c6rcmonie qui a e.u
lieu a Dinan pour commimorer le jour oh Lord Kitchener
s'est engage dans l'armde francaise en 1870.

3. Ruhr-
D'aprBs le correspondent parisien du Manchester Guar-
dian, les commentaires de la press britannique sur la Con-
ference de la Ruhr ont etW favorablement accueillis par la
press frangaise qui. eu a reproduit de longs extraits.

4. Allemagne
D'aprBs le correspondent du Daily Telegrapn A Leipzig,
la Russie aurait cr66 dans sa zone un circuit d'h6tels et de
restaurants oh les tourists devraient acquitter le prix de
lcur pension ou de leur h6tel uniquement en dollars,' en
couronnes suddoises on en francs suisses. Ce correspondent
oppose cet expedient destine f procurer des devises a
I'U.R.S.S., i la politique anglo-amricaine qui utilise des
dollars obtenus dans la bizone pour payer les Importations
allemandes.

5. Hongrie
D'apr6s G.E.R. Jedye, correspondent -idu Daily Herald A
Budapest, une rupture de la coalition gouvernemcntale pour-
rait se produire prochainement et les communi,tes pour-
ront etre amends a certaincs concessions pour fairer oublier
les fraudes qu'ils auraient commises aux Blections.

a) LES RAPPORTS FRANCO BRITANNIQUES Manchester
Guaildian, 4/9,-lib6ral) .

< ...Partout les communistes- attaquent les socialists
ayant des vues liberales, utilisant l oil ils possedent le
conlr6le, come dans les Etats/satellitcs de la Russie,
toutes les methodes qui Icur ont permis d'eliminer tous
leurs rivaux socialists en Russie. La Grande-Bretagne
est particulierement intieressee\A cette lutte. El lorsque
nous. examinons la situation en Europe, nous voyons A
quel point le danger est grave pour la social-d6mo-
cratie...
Dans chaque pays, ii y a un parti communist pret
a appliquer les plans russes avec 1'appui de la Russie.
En m&me temps, il y a 1'Allemagne, qui constitute une
inconnue. Une .seule chose est certain. Un people tra-
vailleur et habile, habitant au coeur dde I'Europe, n'est
pas incapable (si lcs hommes d'Etat ne font pas preuve
de plus de sagesse qu'ils n'en out montree au course des
deux dernibres annees) de retrouver une puissance plus
grande qu'il n'est bon pour ses voisins, Dans ces condi-
tions, il aurait semble evident que le ministry des Affai-
res 6trang6res 'britanniques aurait consider les rela-
tions .de la Grande-Brefagne avec ]a France comme
ayant un caractbre' extr6mement important...
Nos relations avec la France ont Wt6 tris mal con-
duites. Les Francais pensent que l'on doit prendre au
serieux la menace d'une renaissance possible de la puis-
sance de I'Allemagne et de sa force d'agression. Ils
yoyaient plus clair que nous a cet 4gard, apr6s la der-


niere paix. Cependant, nous agissons come si nous
n'avions pas besoin de tenir compete ides craintes des
Frangais A ce sujet... On aurait pu penser qu'un gou-
vernement travailliste se serait int6ress6 aux difficulties
que rencontre un president du Conseil socialist en
France. Nous traitons ce gouvernement comme si son
.sort nous etait indifferent. Tout le monde peut se ren-
dre compete qu'il est important que les Soviets ne r6us-
sissent pas dans leurs desseins A I'6gard de La rGrece et
de la Turquie. I1 est certainement aussi important que
la tactique de dBsintAgration communist ne soit pas
favorisee par une telle 6troitesse de vue. M. Bevin a
admirablement compris la n6cessit6 de s'opposer avec
fermet A expansion russe, car il s'est apergu que
c'6tait le seul moyen qui puisse nous permettre d'espe-
rer amener la Russie A coop6rer. Un ministry plus fai-
ble aurait pu ftre tent6 de s'engager sur le terrain dan-
gereux de la politique d'apaisement. Dans ce domaine,
M. Bevin a montre qu'il voyait just, qu'il Wtait capable
de reconnaitre des faits d6sagr~ables et d'agir en con-
s6quence, malgr6 les pressions exerc6es sur lui au sein
de son propre part. Malheureusement, il n'a pas tou-
jours fait preuve de ces qualit6s de pr6voyance et d'ima-
gination. La fagon don't il a trait le p'robl6me pales-
tinien 'nous a discr6dit6 en Europe, et la mani6re don't
il a conduit nos relations avec la France a fort dimi-
nu6 la force morale ,de la cause de la d6mocratie. S'il
continue A faire preuve de ce manque de pr6voyance,
les perspectives ne sont pas trbs brillantes pour Ie plan
Marshall qui, seul, offre a I'Europe 1'espoir d'etre, en
fin de compete, ind6pendante A 1'6gard de la finance
am6ricaine et de l'imp6rialisme sovi6tique. >

b) LES ETATS-UNIS ET LA RECONSTRUCTION DE L'EUROPE
(Ma4chesfer Guardian, 4/9, liberal) :

c ...La situation dconomique de l'Europe empire
beaucoup plus rapidement que les Americains ne s'y
attendaient. I1 est possible, et meme probable, qu'A la
fin de I'hiver l'Europe sera tomb6e trop has pour pou-
voir ou vouloir faire le genre d'effort qu'escomptait
M. Marshall. Le choix se posera alors au CongrBs, ou
bien d'accorder une & aumhne inutile >, ou bien de ne
rien faire. Le gouvernement cherche un moyen d'6viter
cette -situation. Le moyen ivvident serait naturellement
de meltre plus rapidement en application le plan Mar-
shall ct cela avant la fin de l'annee. Mais les con-
seillers de M. Truman pensent que le CongrBs et le peu-
ple amrricain ne sont pas encore mfirs pour cela... Cer-
tains membres du gouvernement recherchcnt par con-
sequent ce que M. Lovett a appel6 << une m6thode
transitoire pour fournir des fonds >... Fourinir de l'or
ou des dollars pour soutenir les monnaies europ6ennes,
come I'a sugg6r6 M. Lovett, reviendrait A consentir un
pr6t sous un autre nom et on ne pourrait le faire dans
une measure suffisante sans convoquer le Congr6s. La
question de savoir si cette aide pourra etre donnee au
moment opportun, depend du temps que mettront les
Amiricains A comprendre ce qui est en jeu. Malheureu-
sement, les efforts du gouvernemejpt americain pour. Ic
leur faire comprendre ne seront certainement pas faci-
lit6s par les paroles prononc6es par M. Bevin au sujet
d'une union douanire imp.riale. Le reste du monde
en conclura que la Grande-Bretagne n'a aucune con-
fiance dans une action europeenne.

c) L'AVENIR DE L'INDE (Times, 5/9)

< Des dep6ches de nos correspondents de 1'Inde et du
Pakistan nous permettent d'esp6rer que les pires excis
sont pass6s... II semble que l'horrible < surcnchere aux







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 3


repr6sailles > diminue depuis que les gouvernements
des deux Dominions ont fait connaltre leur ,dttermina-
tion de ne pas la tol6rer. I1 y a une semaine A peine,
on craignait que des sentiments partisans ne poussent
les deux, gouvernements a un antagonisme qui aurait
BtB fatal a tous les espoirs que P'on fondait sur l'octroi
recent de I'independance A ces deux Dominions...
Les r6fugies (plus d'un million maintenant) pr6sen-
tent un .srieux probl6me aux deux gouvernements. Le
soul6vement sikh; qui avail 6th soigneusement organism,
ct meno avec une f6rocit6 extreme, a provoqu6 l'arri-
v6e d'un flot pitoyable .de fugitifs musulmans dans le
Punjab occidental. La population hindoue et sikh de
cette province, craignant des repr6sailles, se rend en
masse dans le Punjab oriental... En plus des pertes ma-
tirielles et des souffrances p6nibles qui accompagnent
ces soudaines migrations presque incontr6lables, les
consequences Bconomiques des desordres recents seront
graves. Des deux c65tis de ]a frontibre, des milliers de
citoyens, parmi les plus paisibles et les plus travail-
leurs, ont abandonn6 ce qui leur permettait de vivre,
laissant leurs Champs en friche, leur travail non fait
et ne tenant aucun compete de leurs responsabilit$s pu-
bliques ou priv6es. L'effet sera considerable, et i fau-
dra longtemps pour rembdier h cette situation. Le coup
port au commerce, A I'industrie et a agriculture par
1'arrMt complete des transports ferroviaires entire les
deux Dominions, par suite des attaques systematiques
contre les trains, et par le blocage des routes par les
masses de r6fugibs, est presque aussi grave. L'Inde et
le Pakistan ont de nombreuses raisons de se repentir
de leur intolerance ; tons les deux doivent comprendre
que de telles tragedies ne peuvent etre evit6es que par
la cooperation la plus etroite. >




II. PRESS AMERICAINE



Revue de la press amdricaine du 4 septembre 1947
1. Problime Econoimique europdern

Le probl6me economique europden tient la premiere place
dans la press qui reproduit la suggestion de M. Bevin pour
la redistribution des stocks d'or amiricain et les d6clara-
tions Lovett h sa conference de press.
Les propositions du ministre brltannique sont fraichement
accueillies. Au D6partement du Tr6sor, elles sent qualifiees
d'irrealisables.
M. Snyder a declare en s'emharquant sur le Queen Elisa-
beth.que la question des stocks d'or Rtait une affaire stric-
tement amiricaine et que les propositions de M. Bevin ne
seraient inscrites en aucun cas sur l'agenda de la reunion
de Londres.
Plusicurs commentateurs experiment leur 6tonncment: 1, I1
s'agit d'un cliche bien connu dcerit en editorial le Journal
of Commerce, qui explique quo le montant des stocks d'or
accumulds aux U.S.A., aussi important qu'il soit, n'est quo le
sympt6me et non la cause de la penurie de dollars a
1'6tranger.
Dans son editorial intitul < Or et carbon ,, lc New York
Times comment stvtrement les paroles de M. Bevin et
deplore que celui-ci n'ait pas limits son discours A la pre-
miere parties oft il exhortait A just titre les mineurs britan-
niques I redoubler d'efforts pour augmenter la production
de carbon.
M. Bevin et le gouvernement britannique, conclut l'tdi-
torial, feraient bien d'oublier l'or enterre au Fort Knox et
de se concentrer sur le carbon qui est enfoui h l'intirieur
des frontirres de leur propre pays et qui, pour le moment,


du point de vue de la reconstruction europ6enne, est infini-
ment plus prcieux que le metal jaune.
Dans l'article de son correspondent t Washington, le Wall
Street Journal ecrit que Sir Wilfred Eady a demand au
course de recentes conversations : -1 l'octroi d'un nouveau
credit d'un milliard de dollars par les U.S.A.; 20 un credit
de 750 millions de dollars pour le Canada; 3 une partici-
pation plus important des AmBricains aux frais d'adminis-
tration de la zone anglo-americaine; 4 la modification des
clauses de l'accord anglo-americain interdisant des measures
discriminatoires h l'gard des achats de products ambricaini
dans les pays du bloc sterling; 5* la convocation rapide du
Congrbs en session special pour approuver ces diverse
measures.
Selon le mime article, le Dcparlement d'Etat s'appr&terait
a soumettre au President Truman le programnhe d'action
suivant ': 1 la reunion prochaine des Commission! des
Affairs 6trang6res de la Chambre et du S6nat pour preparer
le terrain en vue d'une session special du Congr6s qui serait
convoqud en novembre pour approuver le programme d'aide
provisoire a 1'Europe, en attendant que le plan Marshall
puisse etre mis en application; 20 1'utilisation A cet effet
des resources de l'Export-Import Bank qui se montent '
800 millions de dollars; 3 une proposition du gouverne-
ment des Etats-Unis que la Banque Internationale affected
immediatement un milliard et demi de dollars a la recons-
truction europienne; 40 le Co~ngres serait en outre invite i
autoriser l'affectation immediate d'une some de un mil-
liard de dollars a I'aide europ6enne. Ce montant pourrait
Otre fourni par la a Reconstrucion Finance Corporation .:
Aucune des precisions donn6es par Wall Street Journal
n'a ti d6none&e par M. Lovett, mais Ie sous-secr6taire d'Etat,
press de questions par les correspondents, a laiss6 entendre
que la crise 6conomique europe6nne se d6veloppait beaucoup
plus rapidement qu'on ne pouvait s'y attendre et qu'une
action ambricaine serait indispensable avant la fin de I'an-
ne. Cette action prendra la forme de measures provisoires
avant que le plan Marshall n'entre en application. II a
ajout4 qu'il y avait probablement une possibility d'obtenir
a cet 6gard une,participation des capitaux privds am6ricains,
soit directement, soit par I'interm6diaire de 1'Export-Import
Bank ou de la Banque Internationale.
M. Lovett, toutefois, s'est refuse A faire des pronostics
concernant la convocation du CongrBs en session extraor-
dinaire.
Les declarations de M. Lovett sont largement reproduites
et comment6es par la press qui marque l'urgence et la gra-
vite du probl6me dans les 6ditoriaux ainsi titres : a Le
danger s'approche s; a Le signal de la tempete ,.
Simms, dans une depeche de Paris que le World Telegramr
public en premiere page, fait ressortir que la situation fran-
qaise est aussi critique que la situation britannique, bien
que cette dernibre nit 6t6 aux U.S.A. l'objet d'une publicity
plus grande. Ce journalist declare qu'il est indispensable
que les U.S.A. arrivent a un accord avec la France en tenant
compete des craintes de ce pays 1i'dgard d'une reconstruc-
tion de la puissance allemande et ii ajoute que celle-ei ne
dolt pas 8tre faite aux d6pens de la France. II souligne
l'appojnt qu'une telle politique apporterait aux commu-
nistes.
Callender note que les declarations de M. Lovett ont en-
courage considerablement les participants de la Conference
de Paris et apportent au gouvernement Ramadier, confront
avec les difficulties que lui causent le probl6me dn pain et
la pdnurie de dollars, la premiere lueur d'espoir qui lui
soit venue depuis des mois. It rapport que |es resources
frangaises en dollars seront entierement 6puis6es fin d6cem-
bre et que la France aura besoin d'un milliard de dollars
pour 1948. Le correspondent cite ensuite, in extenso, le
preambule du rapport de la Confdrence don't la redaction
sera achev6e dans quelques jours.
Une depeche de Sydney Keller, au New York Herald Tri-
bupe, reproduite 6galement dans d'autres journaux, cite
longuement les declarations de M. Serreules et les chiffres
qu'il a donn6s sur les besoins de 1'Europe en carbon, 61ec-
triciti et petrole.
Dans une depeche de San Francisco, le Wall Street Jour-
nal rapporte que le banquier Giannini, de retour d'Europe,
s'est prononed en faveur du plan Marshall.







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGkRE


2. Ruhr
Dans une de6pche de Washington au Chicago Sun ct a
P. V., Reynolds announce que les Etats-Unis et la Grande-
Bretagne se sont mis d'accord sur un programme d'exploi-
tation .du carbon de la Ruhr donnant aux Amiricains le
r6le principal dans l'organisme commun qui sera cri6 a
cet effet. Ce programme fixe comme objectif une production
quotidicnne de 350.000 tonnes.
3. Energie atomiqtue
Le President Truman a annonci, dans un ti-legrainme
adress6 au President du Congris International pour les
recherches sur le cancer actuellement rduni a Saint-Louis,
,que les U.S.A. mettraient A la disposition des Institutions
S'cientiiques trangBres, un certain nombre d'isotopes radio-
actifs. La listed de ces produits, au nombre de 90, (st donnce
par un rapport de la Commission d'Energie Atoinique qui
determine en m6me temps les conditions auxqu.ells les gou-
vernements strangers pourront demander a bnncficicr de
cette measure.

4. --- Exodus
P. M. announce dans une d6pEche de son correspondent
parisien Kuhn que les bateaux transportant les rfugies de
l'Exodus seront dirig6s. sur le Havre. A 1a suite d'une dii-
marech faite par l'ambassadeur de Grande-Bretag'n h Paris,
le gouvernement franqais aurait indiqui qu'il tail d'accord
pour autoriser les refugios a diharquer en France i con-
dition que ceux-ci quittent les navires de leur propre volont&.

5. Palestine
La press announce que le Comiti exocutif sionisle riuni a
Zurich a decide, par 50 voix contre 16. d'accepter 'c rapport
majoritaire de la commission d'cnqunte comme ]),ae de dis-
cussion du problem palestinien*

LE NIVEAU DE LA PRODUCTION ALLEMANDE.

1. New York Times (3/9) :

a L'Allemagne occidental a 6t6 couple de ses sour-
ces orientales de ravitaillement en denrees alimentaires.
Dans les conditions actuelles, elle ne pett ni se ravi-
tailler ni exporter des marchandises en quanlit6s sul'-
fisantes-pbur acheter A 1l'tranger les vivres don't elle a
besoin. Si'nous pouvions consfd6rer la mis6re allemande
uniquenient comme une punition du nazismc et des cri-
mes de guerre, nous pourrions envisager la situation
actuelle avec s6renit6. Mais la misbre de I'Alemagne
occidental n'est pas une punition pour les seuls Alle-
mands. Elle est une punition pour la Grande-Bretagne
ct les Etats-Unis qui se trouvent dans I'obligation de
fournir des vivres et autres denr6es tie premiere nces-,
.sil6 a leurs propres frais. Elle est une punition poured
I'Europe qui a un pressant besoin de tous les articles
possibles en matiere d'6quipement influstriel. Nous dt-
vons consider i'Allemagne, ou les zones anglaise et
amiricaine en Allemagne, -comme une ipartie de 1'Eu-
rope ct non pas seulement comme line sorte de cani p
de concentration Le nouveau plan propose qu'on iuli-
lise 1'energie d'un people qui est doue d'une grand!,
vitalitI et don't le sol est riche en resources naturelles
don't il a autrefois fait bon usage dans ses moments de
lucidity. Un tel plan pourrait m6me aider a lni rendre
et a lui faire conserver cette lucidity
Personnel ne) met en doufe que la renaissance d'une
parties considerable de la production industrielle de
l'Allemagne ne doive etre dirig6e ,de facon A 6viter une
renaissance du militarisme allemahd Nous avons les
moyens d'emp6cher une telle renaissance. Actuellemeait,
l'Allemagne est impuissante au point de vue militaire.
Nous pouvons faire en sorte *qu'elle le demeure. En


outre, comme l'indique le communique de Londres sur
les entretie ls tripartites, nous avons donn4 certaines
garanties A la France. La Grande-Bretagne et les Etats-
Unis reconnaissent que le relbvement de l'Allemagne ne
devra pas avoir priority sur celui dcs nations dembocra-
tiques de l'Europe. La Grasde-Bretagne et Its Etats-Unis
reconnaissent que les garanties relatives au desarme-
ment, A la d6militarisation et A la democratisation de-
vront etre mainlenues. II est evident que ces deux puis-
sances ne se proposefir pas de reliever I'Allemagie, ou
une parties quelconque de l'Allemagine, aux d6pens de
la France ou de tout autre pays d6mocratique. Le pro--
gramme qui a 6te expos devraft etre profitable pour
toute 1'Europe. >

2. Yashington Post (3/9)
<< L'Europe occidentale a desesperdment besoin de
carbon, et la Ruhr eu est la principal source main-
tenant que la Grande-Bretagne n'est plus en measure
d'exporter du carbon vers le continent. L'Allemagne,
elle aussi, doit disposer d'une plus grande quantity de
c.harbon pour son propre usage si l'on veut qu'elle fa-
brique des produils manufactures destines A l'expor-
tation et qu'elle apporte une contribution important au
relivement lde l'ensemble de l'Europe. Le nouveau plan
ne tend qu'a liberer I'Allemagne des restrictions qui
pbsent sur sa production restrictions qui ont reduit
le people allemand h la misere, impose un lourd tribute
au :puissances occupants en les obilgeant a fournir des
secours, ct gene le relevement 6conomique des autres
pays europ6ens qui tiraient autrefois profit de leur com-
merce avec 1'Allcmagne .

3 Sun Francisco Chronicle (3/9)
( Les Francais sont les premiers; et ils ont toutes les
raisons de 1'etre, a craindre une renaissance du mili-
tarisme allemand qui serait base sur l'acier. Mais cette
crainte peut etre apais6e A la luminre de deux fails im-
portants : 1 une production annuelle de 11 millions de
tonnes d'acier dans la Ruhr repr6sente un niveau bien-
loin d'6tre dangereux. En 1936, Hitler obtenait 23 mil-
lions de tonnes et A l',poque oft sa guerre tail d6ji
commence, il obtenait 28 millions de tonnes. Une pro-
duction gale h la moitic de celle-Ih ne va tout de nime
pas repr6senlcr une menace directe; 2 il n'y aura pas
de menace de renaissance du mllitarisme allemand. quel
que puisse i8re le niveau de la production d'acier qu'au-
toriseront les Allies, si ces derniers ont le bon esprit
d'interdire compl6tement la reconstitution de toule or-
ganisation militaire allemande. Les Allies ont commis
la faute de ne pas y veiller apres la derniere guerre,
mais il n'y anucune raison qu'ils la coinmettent noi-
veau. >


I11. PRESS SOVIETIQUE


Heiie die la press soviClique du 4 sepiembre 1947
Les rubriques de politique 6trangere sont trbs riduites On
y troupe, nu premier plan, des informations relatives a la
politique alli&e en Allemagne ct aux 6vdencments de politique
intrieure en Grande-lretagne et en France : ou deuximne
plan, des informations concernant la politique des Etats-
Unis.
Tous les journaux publient trois group',s de tAlIgramrnes.
Les premiers relatifs i la declaration du iMarechal Sokolovsky
an Conseil de ContrSle a Berlin ; les seconds donnent le
compete rendu des seances du CongzSs des Trade-Unions et
un resume des incidents et des interventions qui ont ep lieu
au course de la stance du 2 septembre ; les troisiimes en pro-







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGitE


venance de Paris donnent le compete rendu de la stance du
2 septembre a 1'Assembl6e Nationale FranCaise, des resumes
des ddbats, enfin des extraits des discours de MM. Ramadier
et Duclos.
1. La politique amdrieaine
Les journaux publient un resume en vingt lignes du dis-
cours prononc6 A Pdtropolis par le President Truman et des
extraits du journal brdsilien Tribuna Populas sur la conf6-
rence interam6rioaine, Ia critique par un journal 6gyptien
de la politiqije des Etats-Unis a 1'dgard de I'Egypte, deux
t616grammes d'Anikara donnant des details sur l'aide amri.-
caine A la Turquie, enfln lei texte d'un accord de. concessions
p6trolilres faites aux companies amdricaines dans le Yemen.
2. Nouelles diverse
Les journaux soviftiques publient 6galcment des extraits
du communique public par les Presidents ies itepubliques
syrienne et libanaise, le compete rendu d'un article du jour-
naliste am6ricain Howard Smith sur la situation economique
des pays europens, des todMgrammes de Budapest sur la situa-
tion en Hongrie an lendemain des elections et de Belgrade
sur le congr6s du Parti communist du territoire libre de
Trieste.
L'Etotle Rouge public un court article du Lieutenant-Colt-
nel Khrisanfov sur la guerre en Indondsie. Dans la Pravda
parait un article de Markov celebrant la victoire de la d6meo-
cratie en Hongrie. c Le people hongrois, ecrit le journalists,
a decide de son sort en donnant ses voix aux parties demo-
cratiques >.
L'EtOile Rouge puble .un court article de Koustov sur les
importations faites aux Etats-Unis pour le compete de I'Alle-
magne.


IV. PRESS SUISSE


a) LA SITUATION EN FpANCE (Journal de Geneve, 5/9) :.

c En France, la situation Bconomique s'aggrave Le
pays a mange ses avoirs a 1'6tranger et ne trouve main-
tenant plus de nourriture suffisante au sens propre -
A l'int6rieur de ses frontirres. Son gouvernement est
Acras6 sous les teaches qui l'accablent, chaque jour eno
apportant de nouvelles tandis qu'aucune ne lui est en-
levAe.
Pourtant il serait urgent 'tue la France retrouve la
sant6. Elle n'est pas tout en Europe, mais elle est
au centre g6ographique du monde puisque Paris est le


pble d'un hemisphere qui comprend les 87 % des terres
6merg6es, les 95 ;%. de la population et les 98 %o du po-
tentiel industrial du globe. Son role peut &tre 6norme, pla-
cee qu'elle est entire 1'Orient et l'Occident. Mais elle doit
6tre forte, sans quoi elle court le risque de devenir un
champ de bataille, tout au moins economique... >

b) APIkS LE DISCOURS DU PRESIDENT TRUMAN A RIo.
(La Tribune de Genhe, 4/9) :

Si certain des h6tes de Petropolis pouvaient 6tre
tents de croire au mirage de l'isolement am6ricain, con-
fortable, pacifique et prospere, le president Truman
s'est charge de leur rappeler qu'ils avaient, A 1'6gard des
autres nations, et singulirrement de 1'Europe, des enga-
gements et des devoirs, et que la lutte que le Vieux
Monde civilis6 mene pour son existence a une gravity
tout autre que les probl6mes qui agitent l'Am6rique'la-
tine.
Venant quelquQs jours apres que la Conf6rence de Pe-
tropolis cut << annex ) d'une maniere assez cavaliere
A l'h6misphere occidental le Groenland danois, susci--
tant ainsi la saine et vigbureuse reaction, des Scandi-
naves, la declaration du president n'6tait pas inutile.
II s'agit, en effect, de savoir si les deux Am6riques et
-les Etats-Unis a leur t&te considerent 1'Europe et ses
d6pendances comme de simples bastions avanc6s que
l'on occupe ou que l'on abandonne selon 1'int6r&t du
moment, ou si, s'inspirant d'une conception plus l6ev6e
de leurs responsabilitbs de nations privil6gi6es, elles
sauront se comporter en consequence.
L'intervention de M. Truman montre que la premiere
de ces theses est fort r6pandue, puisque Ph6te de la
Maison Blanche est venu se faire personnellement le
champion de la second; elle prouve aussi, comee le
prouvait deja la proposition Marshall, que le gouverne-
ment de Washington, qui est g6nralement en advance
d'une idae sur 'opinion ipublique am6ricaine, comprend
que la restauration de l'Europe est aujourd'hui le pro-
blima primordial. Le jour .oi cette conviction sera g6-
n6rale outre-Atlantique, et oi l'on y aura reconnu aussi
que le'sauvetage de l'Europe ne peut pas etre assimil6
a une operation commercial don't on attend un-rapport
direct et palpable, l'av6nement de la paix et de la liberty
auquel le president invitait les payWs de l'h6misphere
occidental A travailler, sera plus proche iqifil ne l'est
aujourd'lfli.. .
(JEAN-JACQUES CHOUET.)


S. P. I. Imp., 27, re Nicolo, Paris 31.3009


- I-I- "
















































































Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs