Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00177
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 4, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00177
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Docuamentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").


LA DOCUMENTATION FRANQAIS_
LAU DOUMENTATION FRANWASH


MINISTERt
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESSe


BULLETIN


DE


4 septembre 1947


PRESS


QUOTIDI



I TRAN(


SOMMAIRE

I. PRESS BRITA4NIQUE
a) La Conf6rence economique de Paris (Times,
3 septembre).
b) Le discours du president Truman a Rio (Daily
Telegraph, 3 septembre).
c) La crise greeque (News Chronicle, 3 septembre).
d) Apres les elections en Hongrie (Times, 3 sep-
tembre).
e) La Conference de Canberra et Ic Japon (Times,
3 septembre).
II. PRESS AMERICAINE
a) L'O.N.U. et le probl6me palestinien (New York
Herald Trilbune, 2 septembre).
b Lcs Etats-Unis et 1'Italic (New York Herald Tri-
bune, 3 seplembre, edition europ6enne).
III. PRESS SUISSE.
Apres les elections en Hongrie.
1. Gazette ide Lausanne (3 septembre);
2. Tribune de Geneve (2 septembre).


I. -- PRESS BRITANNIQUE

Reou'e de la press britannique du 3 septeimbre 1947
C'est d'une part, a la gr6ve des miners et d'autre part
aux d6bats mouvementes de la Conference des Trade Unions
que la press de ce matin consacre ses manchettes et ses
articles de fonds.
.Tous les journaux annoncent que la situation dans le
Yorkshire du Sud. s'aggrave rapidement en raison de.l'ex-
tension .des groves qui affectent 29 pitss et int6ressent 22.000
Imineurs. 1s annoncept, d'autre part, que le Congris des
fI'ra Unions a critique la politiquei gouvernementale
accuse d'etre" trop' audacieuse et de demander A la classes
ouvribre un effort plus grand qu'au patronat.
La chronique ext6rieurc est trbs pcu fournic, m6me inexis-
'tante dans certain journaux.


1. Aide amiricaine a l'Europe
Plusieurs correspondents don't celui du Times font etat
des declarations du President Truman i P6tropolis, d'apres
lesquelles le nouveau monde devrait apporter toute l'aide
economique possible A 1'Europe. Ces declarations ne sont
accompagn6es d'aucun comimentaire.

2. France
Le Times, le Manchester Guardian et le Daily Telegraph
reservent de courts articles h la situation politique et dco-
nomique de la France.
Le correspondent du Times a Paris fait 6tat des groves qui
ont 4clat6 dans plusieurs villes pour protester oontre la
diminution de la ration de pain et centre le rejet par le
gouvernement de l'accord intervenu le 1" aofit entire patrons
ct syndicats sur la question des salaires. Ce correspondent
estime que les discours de M. Ramadier ont plit6t' aggrav6
la situation du fait qu'il a reproch6 A chacun ises dcfail-
lances sans donner beauooup d'encouragements i 1'action.
De m&me, le correspondent du Manchester Guardian 6crit
que M. Ra-madier a faith un discours qui aurait du Wtie un
appel an travail adress6 au pays, mais qu'il n'cn a rien 6t6
Cc correspondent estime, d'autre part, que la port6e de ce
discours a Wte diminude du fait que le gouvernement a re-
cemment beaucoup perdu de son prestige.

3. Ruhr
Plusieurs journaux don't le Times annonceit tqae le Depar-
tement d'Etat ambricain a, dans une note remise au charge
d'affaires 'sovietique, rejete laI protestation' russo relative
nux. conversations sur le nivead de 1'ifiddstrie allemande.
4. Hongrie
Le correspondent special du Manchester Guardian A Buda-
pest rend compete d'une interview qu'il a eue avec le chef du
parti d6mocrate populaire qui lui a expose le programme
de son parti.
D'autre part, ce correspondent affirme que les manceuvres
et les fraudes out vraiment deformn les resultats.des'blec-
tions.
5. Inde
Plusieurs journaux annoncent que Gandhi a commence A
fair la grave de la faim pour protester centre les troubles
qui s6vissent dans tout le pays. IIs rendent compete par


Nouvelle S6rie No 7~9
Nouvelle Serie N 759






2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRtSSE ETRANGARE


ailleurs des incidents qui ont mis aux prises la population
de Calcutta avec la police qui a dfL tirer sur la foule.

6. Confirence impiriale
Le Times announce qu'une conference va reunir prochai-
nement les repr6sentants des diff6rents pays du CGjimmon-
wealth dans le but de fixer un plan commun pour faire
face i la crises du dollar.

a) LA CoNFIARENCE ECONOMIQUE DE PARIS (Times, 3/9) :
z Si 1'estimation total des besoins qui doit ctre pre-
sentee aux Etats-Unis par la Conterence ties Seize sem-
ble d6passer de bea'ueoup ce qu'll paraiL just ou ral-
sonnable de demander, on doit se souvenir que, non
seulement les engagements internationaux A long terme
qui ont incombe aux pays europeens depuis la guerre,
mais aussi les tentatives loyales d'appiiquer des arran-
gements commerciaux plus liberaux, ae lacon prematu-
r6e, ont entraind des depenses beaucoup plus grandes
que cells qui 6taient prevues. On dolt proliger la con-
valescence de 1'Europe jusqu'au moment on eile sera
apte a reprendre sa place dans le monde sur un pied
d'Wgalite, et pendant ce temps-la ii est necessairc de lui
permettre d'acheter et de vendre A des conditions qui
lui soient favorables meme s'il faut faire une distinc-
tion par rapport aux autres pays et de lui donner
des facilities de redressement qu'on refuse en temps nor-
mal. II est n6cessaire avant tout que les EuropBens tra-
vaillent avec plus d'acharnement et que des relations
plus 6troites s'etablissent entire les pays don't les 6co
nomies sont concurrentes plut6t que compl6mentaires,
'mais ce n'est pas encore suffisant. Le relevement de
l'Europe depend tout d'abord d'une entraide recipro-
Sque, mais it depend egalement. d'autres facteurs exte-
rieurs comme de l'acquisition de dollars qui permet-
trait d'acheter le materiel, les denries alimentaires et
les autres products n6cessaires dans les pays qui exigent
d'etre pays en dollar, ou encore de 1'Blibination dans
la plus large measure possible des barri'res douanieres
qui existent entire 1'Est et l'Ouest de l'Europe... Il est
necessaire maintenant que les trois series de n6gocia-
tions qui portent sur le plan Marshall, le probl6me alle-
mand et la suppression des barrieres douanieres, soient
coordonn6es pour aboutir en fin de comppte au rel6-
vement de 1'Europe. Les prochains mois montreront
jusqu'a quel point cette amelioration est maintenant pos-
sible. Peut-6tre la plus grande contribution A un telle
amelioration serait-elle une d~eision de la part des So-
viets pour laisser 'passer les denrees alimentaires de la
zone orientale de l'Allemagne vers les zones occidentales
ou elles seraient consommes. >

b) LE DISCOURS DU PRESIDENT TRUMAN A LA CONFERENCE
UE Rio (Daily Telegraph, 3/9, conservateur) :
< Le discours prononc6 hier par le president Tru-
-man A Petropolis est I'un des exposes les plus clairs
qui aient 6t6 faits sur la situation international ac-
tuelle. Partout, sauf A Moscou, le desappointement amer
manifesto par le president sur la situation mondiale
d'apres guerre sera chaleureusement approuv6, et A Mos-
cou m6me on ne pourra pas se tromper sur le sens des
avertissements qui ont 6t6 adress6s...
.c Les obstacles 'qui barrent actuellement la route du
progres ne sont pas seulement politiques. Le president
STruman a fait allusion aux difficultes Bconomiques qui
assaillent presque toutes les parties dt monde, diffi-
cult6s qui viennent non pas seulement des d6vastations
causes par la guerre, mais aussi de 1'6tat d'esprit... Le
president a affirmed A nouveau ce qui avail d6jA 6t
fait par M. Marshall -- que l'aide am6ricaiic strait


offered dans la measure ou elle pourrait 6tre efficace...
Cette aide, pour 6tre efficace, dolt elre basee sur l'en-
traide r6ciproque des puissances qui en b6neficieront,
mais cet aspect de la question a, jusqu'a present, ete
mis beaucoup moins en relief que les besoins. L'entraide
reciproque signific en premier lieu une r6organisation
de la structure Bconomique de l'Europe de facon a assu-
rer une expansion profitable des eclanges commerciaux.
Le rapport de la commission financier de la Confe-
rence montre que quelques progres ont ete accomplish
dans ce sens, mais on est encore loin de la solution
du probleme. En second lieu, chaque nation prise A
part doit mettre de l',ordre chez elle... D'un autre cold,
nous avons peut-etre aussi le droit de demander si la
politique financiere de I'Amerique est vraiment appro-
priqe pour permettre .de surmonter la crise du dollar.
En parliculier, on peut se demander si l'Amerique esi
prete A se voir rembourscr par des importations les ex-
portations importantes qu'elle est si d6sireuse de four-
nir. Les attaques lances par l'Amerique centre le sys-
temne de la preference imp6riale sont-elles 6galement
destinies A nous aider A nous releverl En resume, co
n'est pas seulement d'un seul cotl que l'on peut poser
des questions, et on attend encore de voir donner des
reponses satisfaisantes de part et d'autre. z

c) LA CRISE GRECQIUE (News' Glitonicle, 3/), liberal)
a Notre r6dacteur diplomatique rapportait hier que
les AmBricains avaient demand au gouvernement bri-
tannique d'ajourner sine die la mise en application de
son plan d'evacuation de la Gr6ce...
It est possible que le gouvernement soit decide
A ne pas nvpondre A la demand des Etats-Unis tant que
la decision de 1'O.N.U. ne sera pas connue.
a Si tel est le cas, le gouvernement devrait le dire
franchement. En ne disant rien, il donne impression
d'h6siter alors qu'il devrait faire preuve de fermet6.
Quoi que pumssent dire les Americains maintenant,
le gouvernement britannique devrait declarer imnm6dia-
tement que sa politique demeure inchang6e et que les
troupes britanniques quitteront la Grace.

d) APRES LES ELECTIONS EN HONGRIE (Times,, 3/9)
c ...Ces elections pourraient 6tre consid6rees comm.,
la preuve surprenante de la rapidity et de l'efficacit6
avec lesquelles on peut apprendre et appliques les pro-
cedes d6mocrafiqus dans un pays qui vient a peine
.d'Achapper A une oppression semi-feodale, mais il faut
computer avec l'activit6 des communists qui ont fausse
les r6sultats, en permettant et meme parfois en encou-
rageant les fraudes Blectorales.
< A de nombreux 6gards, la situation politique est
maintenant beaucoup plus claire qu'elle ne 1'6tait il y a
deux ans. Les quatre parties de la < coalition national >
qui resteront probablement unis (malgr6 la admission
donnee par les ministres sociaux-d6mocrates pour pro-
tester contre ce qu'ils appellent la'deloyaut6 des com-
,munistes), obtiennent un peu plus de 60 % des suf-
frages. Etant donnA la d6sagr6gation du parti des petits
propri6taires, don't la majority des partisans sont entries
maintenant dans les parties d'opposition, la coalition
sera plus forte et plus coh6rente. Au sein de la coali-
tion, les communists, grAce en parties aux fraudes
Blectorales, mais surtout A leur forte discipline et A
1'6nergie qu'ils ont consacr6e a l'ceuvre de reconstruc-
tion, sont passes en t6te au detriment des sociaux-d6-
mocrates et des petits propri6taires, avec plus d'un mil-
lion de voix, soit environ le cinquieme des suffrages
cxprimns... Bien que l'on puisse normalement s'attendre
A cc que le parti de I'indi6poedance fasse preuve d'une







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGEBE


opposition irreductible A 1'6gard du nouveau regime, il
est fort possible cependant que M. Barankowitch et ses
partisans refl6tant en cela les nouvelles tendances
de la pens6e catholique -- ddcident de parvenir A un
compromise avec le gouvernement de coalition. Ce qui
semble certain, c'est que les parts de gauche et\surtout
les communists qui, plus que jamais. dominant la scene
politique, interprtteront le r6sultat de electionss come
un mandate favorable a 1'Cgard de leur politique de r6-
formes agraires et de socialisations, et qu'ils front tout
pour hiter la mise en application de ce programme. s

c) LA CONFERENCE DE CANBERRA ET LE JAPON (Times,
3/9) :
C Les commentaires japonais sur la Conf6rence de
Canberra prouvent que les Japonais ne se montrent
pas disposes A sous-estimer l'importance de l'influence
exerc~e par la Grande-Bretagne et les pays du Common-
wealth dans le Pacifique. Les Japonais se sont demands
avec inqui6tude si cette influence entrainerait l'imposi-
lion d'une paix dure ou << douce >... Les del6gues
du Commonwealth ne se sont pas montres einclins A im-
poser des clauses s6veres inspires par un desir de vpn-
geance, ni A refuser aux Japonais l'aide don't ils peu-
vent avoir besoin pour un rel&vement 6conomique paci-
fique, ni a soumettre le nouveau gouvernement japonais
i des contrles superflus qui ne contribuerarent qu'A.
miner son autorite. Les conclusions auxquelles on est
parvenu a Canberra rappellent beaucoup en fai le traits
de paix d6finitif qu'ont dejA esquisse le g6enral Mac Ar-
thur et d'autres personnalitds am6ricaines. Etant donnA
que la conference dii Commonwealth comprenait les de-
leguis de trois pays orienta.ux, 1'Inde, le Pakiston et la
Birmanie, ceci donned A penser que l'Orient et I'Occident
sont d'accord sur le traitemeni que l'on doit infliger
au Japon... On noutrira g6neralement cet espoir exprim
a Canberra que les relations russo-japonaises pourraient
reprendre sur une base aimicale et que la Russie appor-
lera une cqop6ration entire a la conclusion du trait
definitif. s



II. PRESS AMERICAINE



Revue de la' press acmCricaine du 2 septembre 1947
1. Hongrie
Toute la press announce en premiere, page que le part
communist est sorti vainqueur des elections hongroises
ayant obtenu 21,6 % des votes. La plupart des correspon-
dants soulignent que le parti des petits propri6taires a perdu
sa place de grand parti hongrois, n'ayant obtenu que .15 %
des votes. Les d6peches diagences soulignent la d6mission de
certain ministries du parti social-d6mocrate en i'aison de la
favon don't se sont derouldes les elections. Elles rapportent
que les porte-parole du gouvernement ont eclar6 qu'elleo
ont ete 'honnetes et qu'au maximum 20.000 votes ont 6td
falsiffies. Cette derniere nouvelle provoque un titre ironique
dans le. Times Herald : a Les fonctionnaires admettent qu'ibl
n'v eut que 20.000 votes truques ,. Dans I'ensemble, la press
n'est pas convaincue que les rssultats des elections repre-
sentent la vWritable situation politique en Hongrie. Seul, le
Daily Worker, dans l'article de son correspondent A Buda-
pest, fait ressortir que les elections se sont.pass6es dans le
came et qu'il n'y a pas eu de fraudes e6lectorales.
L'editorial dtr New York Times comment les election..;
hongroises en ecrivant que Rakosy et ses amis aiment pent-
6tre la' Hongrie et que, cependant, ils I'ont trahie an b6nd-
flee d'une puissance 6trang6re en jetant un defi A La volonte
6vidente de la grande maj.oritd des Hongrois. I1 ajoute


qu'entre le 6 mars et le 17 aoft, le DEpartement d'Etat a
protest au moins quatre fois centre ees agissements. male
qu'une autre protestation est maintenant n6cessaire car la
Hongrie. a, evidemment, violet le Trait6 qu'elle ayait sign le
27 juin.
2. Ruhr
Le correspondent du New York Herald Tribune h Was-
hington announce que les conversations anglo-americaines sur
la Ruhr vont bient6t se terminer par un accord qui etablira
un contrble anglo-amrricain sur les mines de la Ruhr.
L'agence < North German Coal Control t, qui dirigeait, jus-
qu'h present, P'exploitation de ces mines serait remplacde
par cette nouvelle autorite conjointe. Suivant cc plan. leo
Allemands prendraient une part plus grande, A la gestion
des mines et les mineurs seraient encourages h produire des
quantities sup6rieures de carbon grAce h des rations suppld-
mLntaires de nourriture et d'habillement, 1'equipement des
mines serait am6liord en mime temps que les techniques
d'exploitation.

3.- La Confdrence dconomiquie de Paris
Les correspondents de Paris annoncent que le Comit6 exo-
cufif de la Conference de Paris a approuv6 les grades lignes
de la reponse, que les seize nations europ6ennes enverront
i M. Marshall. Ce rapport prevoit que les gouvernements
europeens ehercheront a Cqnilibrer leur budget le plus rapi-
dement possible et que, des qu'ils recevront une aide ame-
ricaine, ils s'engageront par des accords techniques i ,rendre
les changes commerciaux et financiers plus libres et s'ef-
forceront d'obtenir aussi vite que possible la convertibility
de leurs devises. Ces correspondents. notent, toutefois, qu'en
1951 la plupart des gouvernements europeeqs auront encore
une situation' diflcitaiie et que l'aide amdricaine, en 1948
,era indispensable pour 6viter l'&roulement economique de
l'Europe occidentale. Tons notent que l'id6ee d'une union
douani6re n'est pas applicable immidiatement, mais que
1'Ctude de cette question continue a occuper les experts
euroneens.
4. La Conference de Rin
Toute la press announce en premiere page que le PrAsi-
dent Truman a et6 1'objet d'une reception enthousiaste &
Hio oh ii dolt prononcer aujourd'hui un discours a P'occa-
sion de la clfture de la Conference.

5. Syrie
Une dip&che de Jdrusaleip an New York Times signals
qu'un accord a &t6 sign aujourd'hui entire le Premier Mi-
nistre de Syrie et le representant amn ricain de la a Transa-
rabian Pipeline Company > qui permettra a cette compagnie
d'6tablir un pipe-line unissant 1'Arabie Snoudite i la cte
mediterrandenne du Liban.

6. Nouvelles de France
Une depiche adress6e an New York Times de Paris signal
que les communists s'appr6tent a attaquer le.programme
fiscal de M. Ramadier. Elle cite les dEclarations faites a ce
sujet par M. Duclos.
Une ddp6che Reuter de Paris announce que le gouverne-
_ment a suspend l'allocation d'essence. Ell rapport egale-
ment que des demonstrations populaires en faveur d'une-
ration suppldmentaire de pain out eu lieu dans plusieurs
villes de France

a) L'O. N. U. ET LIE PROBIAME PALESTINIEN (New York
Herald Tribiue, 2/9).

a ...Le problnme palestinien, qui se traduit entire
autres choses par un conflict violent entire la 16galit. des
droits et la force 'des convictions ,met les puissances- au
defi de trouver une solution parfaite ou meme << just >.
Depuis la nomination de la Commission d'enqu6te, il
6tait inconceivable que cet organism puisse pr6coniser


____.__


, ~-







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGBRE


soit une restitution de la Palestine aux Arabes, comme
le demandent ,les 6tats arabes, ou une cession de la Pa-
lestine aux Juifs; 6tant donn6 que la Commission devait
s'occuper de fails historiques extremement complexes,
ii 6tait evident que sa tAche 6tait de recomniander
1'adoption d'un compromise, et c'est ce que la commis-
sion a faith. II va sans dire qua c'est un mauvais compro-
mis. Les Arabes ne sont pas contents et les sionistes ne
sont pas convaincus. Mais on a de bonnes raisons de
croire que c'est lA le meil'eur compromise que puissent
laborer imaginationn et les institutions humaines.
Si le plan preconise par la Commission d'enquete est
accept "par l'Assemb!le, on plourra esperer un iipaise-
ment des passions, il y aura quelque chance pour que
le pian soit loyalemeni ex4cut6 par les Arabes aussi
bien que par le.s Juifs, et en consequence s'avere viable.
*Dans le cas contraire, la responsabilit6 incombera a
toutes les puissances et non pas seulement A la Grainde-
Bretagne. La Commission rest dans Je vague sur ce qui
pourrait arriver au cas .oi les Arabes de Palestine refu-
seraient de constituer leur Etat ou de conclure le pacte
6conomiquc qui a 6et propose; mats elle laisse entendre
tout au moins que les Nations Unies devralent consti-
tuer 1'Etat juif de toute fa.on; e.n outre, elle fait plus
que 'de laisser en:endre que les Etats-Unis devraient ai-
der les Anglais pendant la p6riode transitoire de deux
ans. Nous arrivons A ce moment dl6icat oh le inonde
devra se d6sint6resser complement 'de la question si
les parties inliress6es repoussent la imeilleure offre que
puissent faire des gens raisonnables, a moins que ceux
qui possedent la force ne s'en servent pour imposer u.ne
solution acceptable. Ce n'est plus un probl6me qui con-
cerne ,seulement les Arabes, les Juifs et les Anglais ;
c'est un problhme qui int6resse maintenant les Nations
Unies, et les membres les plus puissants de I'O. N. U.
devront prendre leur part de responsabilit1 commune. >

1b) LES ETATS-UNIS ET L'TALIE (New York Herald Trf-
bane, 3/9, .'d. europ.).
...J'ai souvent reproch6 aux Etats-Unis de ne pas
offrir A l'Italie le secours mal6riel et moral qu'il 6tait
necessaire de lui accorder, si l'on voulait .6viler dqe voir
r6gner le 'd6sordre social et Bconomique et de voir une
dictature communist renverser le gouvernement d6mo-
cratique qui s'appuie sur la najorit6 du people italien.
Enfin, les Etats-Unis se sont maintenant d6cid6s A ac-
corder une aide important et intelligence. Cette aide a
6te aussi ibien materielle que morale. On a aussi de
bonnes raisons d'esp6rer qu'elle n'est pas venue trop
tard.
Noire assistance, aussi 6clair6e que gdn6reuse, permnet
maintenant au people italien lui-m&me 'de se rendre
couple exactement des problmes qui se posent el d'agir
de facon appropriate.
Les Italiens cormprennent que sans celte assislince ils
n'auraient aucune chance de se reliever dans Ies cir-
constances mondiales actuelles...
Sous la direction brillante du comte Sforza, ministre
'des Affaires 6trangeres, 1'Italie, sans s'occuper de Pop-
position de la Russie, devient rapidement un facteur
important dans les conseils de l"Europe occideniale. Le
come Sforza a vu clairement, bien .avant la fin .de la
guerre, que si l'aide atm6ricaine 6tait essentielle au re-,
16vement 'de l'Europe, cette aide n'aurait de valeur en
definitive que si les nations europ6ennes avaient le dd-
sir de mettre leurs resources en commun et de travail-
ler A la r6alisation d'une f6d6ration 6conomique.
L'offre d'union Bconomilue r6cenmment faite par 1'Ita-
lie la France et le r81e predominant que ]e come


Sfoiza a lui-meme jou6 dans la mise au point 'du plan
Marshall sont une preuve du rode constructif psue l'Italie
peut jouer dans la reconstruction du monde si. on lui
donne loyalement sa chance.
II n'y a pas en Europe- occidental de people plus
acharn6 au travail que les jtaliens... On leur 'donne en-
fin une chance, grace a 1'aide des Etats-Unis, de faire
de leur pays une d6mocratie lib6rale et progressiste,
capable d'occuper la place qui doit .normalement reve-
nir A 1'Italie dans une Europe renaissainte.
(SUMNER WELLES.)




II. PRESS SUISSE


a) LES ELECTIONS. HONGROISES :
1. Gazette de Lausaiane (3/9).
e ...Si quelque chose 6tonne ce n'est pas que les com-
munistes soient devenus le plus fort part, c'est plut6t
que leur succ6s n'ait pas 6t6 plus grand, vu l'ampleur
des imoyens qu'ils utilisaient.pour arriver A leurs fins.
Alors que les elections du 4 novembre 1945 leur avaient
donn6 800 000 voix, ils ne semblent guere devoir en re-
colter aujourd'hui beaucoup plus d'un million. Qu'au-
raient-ils 'done fait sans les 280.000 6lecteurs volants ?
Les Hongrois ne sont d.cidment -pas slavophiles, en
d6pit de occupant. Is ne peuvent le devenir d'un jour
a l'autre.
Le succes des communists est dion 'dans les rapports
entire parts plultt que dans les effectifs. I1 est dans la
dispersion de leurs adversaires, et d'abord dians l'effon-
drement -de ces petits propri6taires qui, alors qu'ils
6taient le premier parti, et de loin, en 1945, avec
2.690.000 voix, soit 56 % du total 'des suffrages, arrivent
aujourd'hui au troi.sibme rang des parties. Its n'ont gubre
recueilli plus de 15 % des suffrages; et pourtant, les
observateurs les plus pessimistes leur en donnaient en-
core 30 % D6cimis par les 6purations exig6es par 1'ex-'
trame-'gauche, desservis par la trahison 'de certain de
leurs chefs influents, les petits paysans parti d'ail-
leurs trop h6terogne trouvent dans leur d6faite le
prix de leurs hesitations et de-leur pusillanimitA. Leur
Acraseiment est une lecon pour ceux qui croient trouver
le saint dans les concessions ou la simple veulerie.
La surprise de la journ6e est le succs remport6 par
M. Pfeiffer. Bien que la foundation de son parti ne re-
monte qu'au d6but de la rdcente champagne electoral,
que cet avocat soit un adversaire declar' du marxisme.
un d6fenseur des 6coles chr6tieniles et d'une facon g6nd-
rale de la d6mocratie < occidentale )), bref ,qu'il di-
rige r6solument le seul groupement v6ritablement d'op-
position, M. Pfeiffer arrive en cinquibme rang, serrant
de pres les socialisles. M. Pfeiffer, on s'cn souvient,
avait 6t1 rou6 de coups au course d'unc assemble Alec-
'orale. C'est peut-6tre un des 616ments de son succs. Un
'danger toPtefois guette cc groupement : l'infiltratiion
d'616ments ( r6actionnaire.s > qui serait le pr6texte a
une Apuration...
La Hongrie *en d6pit des fraudes electorales, est loin
d'avoir vot6 comme la Pologne, la Rounmanie ou la Bul-
garie. Les Hongrois ,ont m6me montr6 une mentality
passablement < occidenla!e > dans leur ind6pendance
'd'esprit, la diversity de leurs opinions, pour tout dire
leur courage civique... >







BtJLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ]TRANGBRE


2. La Tribune de Gend6e (2/9),
4 En 1945, le parli communist avail obtenu aux elec-
tions parlementaires hongroises 17 % des voix. Aujour-
d'hui, il en obtient, selon Radio Moscou, 21,8 %. La ano-
'dicit* de ce gain peut paraitre surprenante. En effet,
les communists 6taient places dans les conditions les
plus favorable pour reporter un succes Bclatant...
Que l'avance communist ne soit pas plus conside-
rable, et que les parties d'opposition, pour la plupart
nouveaux venus au scrutin, rassemblent pres des deux
cinquimmes -des voix herit6es surtout du parti des
petits propri6taires voilh qui montre bien la repu-
gnance du people hongrois a suivre les mots 'd'ordre de
I'extr6me-gauche. De toutes les nations englobbes au-
jourd'hui dans la sphere d'influenoe sovi6tique, la Hon-
grie apparait done comme la plus r6fraclaire A l'aligne-
ment.
On aurait tort cependant d'inf6rer de cette constata-
ition que Budapest est en measure 'de suivre une autre
politique que celle que Moscou t.olre. Bien que imino-
ritaire, le parti communist constitute l'616ment dirigeant
de la coalition gouvernementale qui group A ses c8t6s,


comme on .Ie salt, les petils propri6taires rescap6s de la
purge de juin, les sociaux-d6mocrates et le parti natio-
nal paysan, ce dernier n'6tant qu'une doublure Blecto-
rale du part communist. Alors mnme qu'il n'assure
pas la pr6si'dence du gouvernement, d6volue depuis le
31 mai A M. Lajos Dinnyes, du parti des petits proprie-
taires, le chef comimuniste Rakosi, en est I'Ame. Toute la
politilque du cabinet is'inspire de la doctrine stalinienne,
et ce ,n'est qu'A oe prix que se maintient encore la fic-
tion d'une coalition des partii (a d6mocratiques >. Quant
au Parlement, on a pu constater lors de l'affaire Nagy
comibien ses pouvoirs 6taient illusoires.
Le r6sultat 'des elections de dimanche ne change rien
A cette situation. Tout au plus celle-ci deviendra-t-elle
un peu plus franche par l'accession d'un communicate au
poste de premier Iministre.
Sur le plan international, la position de la Hongrie ne
sera pas modified non plus. Les puissances occiden-
tales, qui ont conserve des amities dans le pays, ne se
font cepen'dant pas d'illusions sur influence r6elle
qu'elles peuvent exercer, A Budapest... :
(JEAN-JACQUES CHOUET.)


S. P. I. Imp., 27, rue Nioolo, Paris 31.3009















































































Poste : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs