Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00175
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: September 2, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00175
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTIRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTERS)


LA DOCUMENTATION RANCAIS I


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
Tr Di PRESSED


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").


BULLETIN


PRESS


SE


QUOTI



ETRA


2 septembre 1947.


Nouvelle


Serie -No 757


SOMMAI RE


1. PRESSE BRITANNIQUE.
a) La coniirence dconomique de Paris:
1. Observer (31/8) ;
2. Daily Wo:ker (1/9).
b) AprBs la conference tripartite de Londres (Ti
mes, 1/9).
c) Apres le vote du stalut de 1'Alg6rie (Times, 1/9).
d) Les elections en Hongrie (Daily Telegraph, 1/9).
II. PRESS AMERICAINE.
Apris la conference tripartite d'e Londres (New York
Herald Tribune, 30/8).
III. PRESS SOVIETIQUE.
Apres la ratification des traits de paix par 1'U. R.
S. S.:
1. Pravda (30/8);
2. Izvestia (30J81


I. PRESSE BRITANNIQUE

evu e de la presse britannique du 30 Aoilt 1947
1. L'industrie allemande
De nombreux journaux exposent en detail le nouveau
plan anglo-ambricain pour le re;evement de 1'industrie
allemande dans la bizone.
Le correspondent dci Times a Berlin souligne que ce plan
est destine non pas h retablir !a puissance allemande mais
A 6liminer un centre de mi:.6re qui ne pourra jamais 6tre
une source de skcuritd. Ce correspondent reproduit les pa-
roles de Sir Sholto Douglas qui precisent notamment que
le plan anglo-americain est destine h intensifier 't h uni-
fier les relations commercials entire les differences zones.
Le correspondent particulier de ce m&me journal fait
4tat des objections de la France qui attendraient pour se
manifester d'une maniere definitive les r6sultats des con-
versations de Berlin sur le carbon et le coke de la Ruhr.
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardian


estime de son cbtd que la France ne devrait pas faire
d'objection i ce plan si l'on pout satisfaire scs demands
relatives au contr6.e de l'industrie allemande ; de plus ce
correc.pondant e~Lime quil sera plus facile dordnavant de
preiever les reparations.
Le corresponaant du Daily Telegraph A Berlin attend
de son c6led de vives objections de la part de la Russie
et en revanche A un accueil favorable (malgrd la perspec-
tive des reparations) de la part de la population allemande.
11 relive le passage des declarations de Sir Sholto Douglas
d'apres lequel les conversations de Londres qui viennent
de se cerminer n'ont rien change au plan anglo-arinricain
mais que les vues frangaises sur le coke ct le carbon de
la Ruhr seront accueillies tres. favorablement.
Le Daily Worker volt dans cc plan une rupture evidence
'et cynikue d'engagements internationaux solennellement
pris. Quant aux Frangais ecrit le correspondent dip.oma-
tique du journal communist, ils seront appelds it partici-
per a de nouvclles discussions quand tout sera regld. II
estine que ce plan est destine a creer un dtat industrial
et r6actionnaire au centre de 1'Europe.
2. Palestine
Le correspondent du Times a Genive annonce que le
rapport de la commission des Nations Unies sur la Pales-
Line comportera trois parties principles l'une cxposant les
conclusions auxquelles s'est rallide 'aunanimite des enqu&-
teurs, la :econde exposant les arguments de ceux qui sont
favorables A un partage et la troisieme de ceux qui prC-
conisent un compromise.
Tous les membres de la Commission sont d'accord pour
cue le mandate britannique prenne fin le plus 16t possible
et que les Nations Unies deviennent responsables de P'au-
ministration du pays pendant la pdriode de transition. La
plupait des membres favoriseraient la creation de deux
6tats s6pards membres des Nations Unies. Certains autres
conseilleraicnt ia creation d un Etat souverain inddpendant
gouvern6 et reprdsentd par un nombre 6gal de Juifs et
d'Arabes.
Le correspondent du Times h Lake Success rend compete
des ddbats qui ont cu lieu hier au Conseil de Sdcurit6 et
a- course de:,quels une intervention du d6dlgud de Coloih-
bie a torpill6 des semaines de travail au moment oil l'on
paraissait arriver a des rdsultats positifs.
3. Commerce franaais
Le Daily Telegraph et le Manchester Guardian annoncent
que la France va se trouver contrainte de suspendre les


DE


-
-- --







2 BULLETIN QUO]IDIEN DE PRLSSE JTntMifi1AE


relations commercials avec la zone dollar en raison dr
la suspension dv la conver:ibilite du Sterling.
D aut.e part, le corre pondant du Manchester Guardian
pote wur les greves qui viennent d'6clater en France le
jugement suivant : dans ;a meu,-e oil les graves sont cau-
sees par It mecon'entment du ravitailement elles ne sri-
pas i l'avantage de l'intel.igence du griviste ni dr 1uon
augure. On r,-aise mal en France que la pinuorie alimcn-
taire Cet gcndCale dans le monde entier ct on I'attriLue
trop Louvcnt a I'incompitcnce gouvernementale. Le corrc..-
pondant estim. que la propaganda cpmmuniste ne :.ert qu'h
dga.er les: csprits a par la gro~sibrett et la mauvaise foi de
'cs arguments ,.

Revu- de la press britannique du 31 Aoift 1947.
(Dominicalc)

1. France.
Le c.or'e pondant parisien du Sunday Times erit que la
c.,se'du dJ.lar as- mb:it 'li.,rizon en France ol I on Cjt
en out e inucontent des resultats de la Conference tripartite
d: Loindres.
I,. j urnaliste bri'annique fait ressortir que toute la dex-
ts'ilid de Ramrader ne saurait upper:r A l'impossibili:e ou
-e t.'ouve ia trance de maintonir ses importat.ons d'Amd-
ciqu. au ni\caa p.imiicement prdvu et que la rbalisation
deI Plan lo.nr.e sc ti:uve, de cc fait, g.avcmtcnt promise.
Le Su.uiay T,'mcs conciut qre l'opin..on fiiniqaise e we on-
tre p9.'occup-c de mete un tcrme aux incertitudes actu-
elics et souihaiLe que Ic:. autcurs du Plan Marshall fassent
connaitre lIurs intentions avee plus de precision.
L Obever nrubie, sur le gdndral de Gaulle. un article
de Tievoi' Roper, I'autiur du livre sur o Les derniers jours
de Hitler >. Apres avoir rappehl la definition qae ico general
a lui-me6m Jonnee du Rlissemblement du IPuple lianeai..
Trevor Roper s'cfforce de degager les lois fondamentales
aux(cue.les lui r.arait obeir la vie politique en Fraice. Se-
lou lui, malgre 1'emietlement des parties, la France a tou-
jours '.d partagee entire c le part de l'ordre : et le x part
du muuvement en dipit de certaines apparences le o part
de I ordre a exerce e pouvoir ju-iqu'r a iguerre rt ii est
respon:.able de la baalqueroute de la Troisieme R6llublique
ainsi que des faults commise:, sous l'occupation al emantide
C'e-t cc qui expliquc la disparition de 1'ancienne droite et
le developpement des pa:ti:, de gauche. Mais ii r6 ulte ie
oct Btat de cho;e que d'anciens parties de gauche percent ou
paraissent optier dans le sens du gli.:stment i droite et
subissent de ce faith les attaques des communists qui on:
rependant leur part de responeabilite dans le deroulement
des vvenemcnts. Qui peut otre le chef d'un nouveau < Paitide
I'ordre *. ? se demand Trevor Roper. La vuix du comtre de
Paris est trop faible et clle cst coverr: par celle p us puiz-
sante au glnd'lai de Gaulle don't I'lu;turitt o's ite contcstde
par personnel pendant les annes de guerre. qui a. ete ie
premier home d'fitat franFais a doncer aux commnunistcj
une participation an pouvoir, qui posEcde un esprit clair
et logique et qui conserve aune popular' bien assise. C'est,
en outre, un bon tactician : il sail attendre et il sait choi-
sir le moment d agir.
Apres avoir expliqu la composition politique du R.P.F.,
Trevor Roper indique les grades ligncs du programme
du gindral de Gaulle. Selon le journali:.te britalrique, it
general est inattaquable quand it faith le process des count
munistes, mais les solutions qu'il propose ne paraisacnt
pas de c!uar. a enair noat des difiicultos actuclles ou i
resoudre les problmecs qui se posent s la France. Le suc-
ces du general e:,t di an fait qu'il vient occupcr ane place
vacan'e. C'esi ceile de chef du Parti de l'ordre ,. Trevor
Roper estime que i'on comment une erreur en comparant le
gdnbral de Gaulle au Prince Louis Napoleon, cependant,
conclut-il, le general pcurrait come Ic Prince-P.Isident
repond.'e quand on lui demand de dflinir son programme :
a Mo:i nom est ,non programme a. c'est la m6me rbponse
avec ce qu'elle implique ac de. mystique personnelle et d'n-
suffisance politique a,.

2. Grande-Bretagne el Empire britannique
La press sou:igne la gravity des consequences des graves
qui ont eclati ou qui menacent dans les mines de carbon.
L'Observer faith ressortir que ces graves compromettent les


approvisionnements pour I'hiver prochain car, si les rC-
sultat:, des six premiers mois de 1947 ont &td satisfaisants,
la marge de s6curitL est cxtrdmement faible et le temps
perdu en ce moment emprchera que soient a'teints eis chif-
fres de production fix6:, par le Gouvernement. Selon le
St.ndtu s mies les principles measures cnvi:.agees par le
Gouveiiiiment pour combattre la cruise sont :
1) une large rnadaptation de l'industrie aux circonstan-
ces actuclos et la concentration de ccrtaines industries
sclon Ics programmes ,tablis pour la guerre.
2) de nIouvelles restrictions qui s'etendront sur une pB-
riode indetcrinnce en ce qui cancerne les textiles, les mcu-
bles et divers produits pour lesque.s il existe de large mar-
ches d exportation.
3) la dicc:ion de la main-d'oeuvre qui aura lieu sur une
plus grande dchcile qu il n'avait Ite tout d'abord prdiu.
hS.on .e Sunday Eminpire News, le Gcavernement britanni.
que a l'intention de crer un organism charge de contrOler
les dCplacements de, anglais A strangerer et de s'assurer que
s'ils ddciarent etre les invi'.s de ieurs amis personnel .u
cours de leur voyage, ils ne sont pas en train d'opdrer une
compensation privie. On attache une grande importance
.u;O conve.":.ations (.ui vont bient6t s'auvrir A Londres centre
le Gouvernement bi:annique et es tepresentants des Do-
minions auxquels il seraient demand de participer a la
lutte contre la crise financi6re ct d'acceptcr pour leurs pays
un niveau de vie plus austere. Selon le una'iduyg E.press,
cette confd.'cnce eudticrait la mise ,.ur pied d'uai p.an des-
tin6e organiser I',migra'ion des Anglais vers routes ies
parties tie 'Empire.
Cc plan serait dO I l'initiative de l'Australie.

3, --- Politique gidnrale
La politique internationa'e tient peu de place dans les
journaux de ce martin. Le Sunday limes souligne que Ie
plan relatif i. la Ruhr pourra permeltre h la Grande-Bre-.
tagne d'iconomi:.er 80 millions de livres par an.
Le m6me journal rapporte que les Amiricains surveillent
avec soin la situation en Grice et que les Etats-Unis sont
prbts a envoyer sans dblai des troupes dans la Pdninsule
hcllenique. Scion I'Obserzer, les communists hongrois es-
pbrcnt que iuar situation sera rendue plus facile par la
ratification drs traits de paix par I'U.R.S.S. En outre, la
Hassie qui va devoir Cvacuer la Bulgarie ne manquera
pas d exercer sa propaganda contre le maintien en Grb6e
des troupes brilanniques et centre I'arrivee dans les Ba.-
kans de troupes ambricaines.

ReLoue de la press britannique du 1-r seplembre 1947

Plusieurs journaux annoncent sous des tires important
que la Grande-Bretagne va suspend.c les importations de
toutes les denrers alimentaires des Etats-Unis. Ils signalent
igalement qu'une conference impiriale va s'ouvrir prochai-
nement pour discuter du developpement des relations com-
merciales entire les membres du Commenwcalth. Enfin, le
Daily Express announce que le government envisage d'ins-
taureo dans l'industrie la ,emaine de quatre jours et la
journey de onze heurcs dans le but d'6conomiser I'electricite.

1. Palestine
La plupart des journaux annoncent que le rapport de la
commission de I'O.N.U. sur la Palestine a Bti envoy hier
au Secrbla:re gindral de I'O.N.U. Le Times en donne un
compete rendu dltaillt.
Le Daily. Mail et le Daily Herald font 6tat des reactions
'difavom'ables des Arabes a l'6gard de ce rappCrt que ceux-ci
accuselaient d avoir etb inspired par la propaganda sionniste
et ambricaine.
2. -. Ruhr
Plusieurs journaux, don't le Times et le Manchester Guar-
dian font 6iat des protestations de ]'J.R.S.S. centre le plan
anglo-ambricain de relhvement industrial de 1'Allemagne. Le
correspondent du Times a Berlin *e demand Is la protes-
tation sovidlique dolt faire presager un changetnent de la
politique russe dans na zone orcentale. Ces journaux, signa-
lent egalement que la press sovi6tique mene canipagne
contre la politique anglo-americaine en Allemagne. Toute-







RBULJ'IN QUOTIDIEN V)E PRESSE ATRANG*Rr 3


fois, d'apres le Times, le plan anglo-americain aurait Rtd en
general favorablement accueilli (voir 1'article plus loin).
Le correspondent du Daily Telegraph a Washington crolt
savoir que les Allies auraient offert A la France de prendre
place dans l'organisme de contl61e de 1'industrie allemande
A condition qu'elle fusionne sa zone s'occupation avec la
leur.
3. Hongrie.
Le Daily Telegraph, le Daily Mail, le News Chronicle et
le Daily Graphic ren-dent compete des elections hongroises et
affirment que de nombreuses fraudes se sont produites, qui
mettent en question ia validity meme de ces elections.
Le Daily Herald ecrit de son c6t6 que les procidds utilisas
dans ces elections ont soulev6 la plus grande indignation.
Seul le Daily Worker ddelare qu'elles ont eu lieu d'une
maniLre irrdprochable.
4. France
L'article de fond du Times port e martin sur la situa-
tion polit'.que en France et sur la position du gouvernement
Ramadier. Cq correspondent fait 6tat de 1'equilibre ipr6caire
au sein de la coalition gouvernementale, de la tendance dis-
sidente d'une parties des so-cialistes et de I'influence crois-
sante du general de Gaulle.
Le correspondent du Manchester Guardian a Paris estime
que le problem de 1'intervention gouvernementale dans le
ravitaillement pourrait fort bien provoquer une scission au
sein du cabinet. Ce com.mentateur compare la question du
ravitaillement en France A celle de la production du char-
bon en Angleterre et les considrde toutes deux come les
facteurs essentiels de la force des deux pays. Selon lui, la
fagon dont le gouvernement ipense resoudre le probl6me du
rav.taillement ferait mauvaise impression tant a I'interieur
qu'a ]'exterieur du pays.
Plusieurs journaux laissent pr6v.oir une nouvelle dimi-
nution de la ration de pain et le Daily Worker signal qu'une
nouvcile vague de groves se dess'ne.
Le Manchester Guartdian reproduit sans co.mmentaire de
large passages d'un waticre de M. LUon Blum sur la ques-
tion de 1'Cm gration juive en Palestine.
5. Greae.
Le correspondent du. Times h Athenes announce que le
nouveau cabinet Tsaldaris a etd mal accueilli par l'opinion
publique grecque.
D'apres une ddepehe, reproduite dans plusicurs journaux,
le nouveau ministL.e aurait ddcrit6 la censure militaire,
I'6puration des services publics et la repression des graves.

a) LA CONFERENCE fCONOMIQUE DE PARIS.

I. Observer (31/8, conservaleur) :
A Alors que la conference de Paris entire dans sa
phase finale., on constate un changement de direction
embarrassant. Les Britanniques, qui ont pris l'initiative
de reunir la con 6rence, n'ont mime pas rdussi A se(
maintenir au niveatu de leurs coli6gues europ6ens. Pour
commeacer, 1,es b2soins et les ressources de 1'Europe
out iet values et on s'est trcuve en presence d'u"
enorme deficit. La premiere so ution consistait A fair
Aigurer au chap:tre des resources utilisables cells de
ia zone fusionn6e d'Allemagne, afin d'6qui:ibrer les
comptcs, mais cette solution n'elait possible que sur lie
papi-r, 6tant donn.6 que pour colistituer un advantage
I'Allemagae doit d'abord 6tre re evie. La deuxibme so-
Ju ion consistait A se conecnler de presenter aux Etats-
Unis une lite commune des besoins de chaque pays.
C'est pour empacher cet'e erreur falalc, que des per-
6onnalit6s o;ficielles americaines se sont hAt6cs d'arri-
cer A Paris. A coiitrecceur, Its Am6ricains sont oolig6s
de prendre l'initiative que nous avons perdue. Ils se-
ront contraints de crier dans les oreil es -de sourds que
si les pays europ6ens, y compris la Grande-Bregagne,
n'6Aaborent pas un plan de rcdressement concert, ils
ae doivent plus s'attendre & aueune aide de la part des
Etats.Unis. *


2. Daily Worker (1/9, communist) :
c ...Parce que les observat'eurs amtricains n'aimalent
pas le tour que prenaient les 6venements A Paris, une
equipe de fonciuonnaires du D6partement d'Etat, rea.
force par M. William C ayton, a Rt6 ,envoyCe a Paris
pour exposer au Comit6 ex6cutif de la conference le
genre de plan que les Etats-Unis desirent voir sortir
des delib6rations...
Dbs qu'il est devenu evident quie le plan qui s'l6abo-
rait A Paris n'6tail pas conforme aux d6sirs de Wall
Street, une 6quipe d'6missaires a Rt6 envoy6Ce Paris
pour dire aux representants des diverse puissances eu-
rop6ennes que si 1'Europe desirait des dollars, elle re-
rait mieux de preparer un plan diff6rent...
La nature du plan Marshall d'evient claire pour tous...
i''aide am6ricaine A l'Europe occidental est sans au-
cun double destinCe A carter la menace d'une crise 6co-
nomique aux Etats-Unis. Ce n'est lA cep'endant qu'une
demi-v6rit6, car elle est principalement destine A res-
taurer le capita'isme en Europe et A donner aux Etats-
Unis le contr8le de i'economie de I'Europe occiden-
tale... -

b) APRAS LA CONFERENCE TRIPARTITE DE LONDRES (TI-
mes, 1/9) :
< La decision prise par les gouvernements angiais et
americain de reliever le niveau autoris6 ide industriese
allemande dans la zone fusionn6e d'occupation, est une
contribution A la solution du probl6me qui consiste- A
reliever l'Allenragne pour lui permeitre de subvenir A
ses besoins... Une measure de ce genre doit n6cessaire-
mont 6tre accueillie par des reactions diverses... Les
objections francaises el sovitiqu'es semblent porter da-
vantage sur la facon don't cette modification a 6t& effec-
tu6e, que sur cetle modification e!le-meme. II 6tait diej
cntendu entre Ies quatre puissances que le niveau de
I'industrie allemande devrait etre relevi, mais en l'oc-
currence cette decision se heurte A l'opposiiion de deux
d'entre elles. On a .de fortes raisons de penser qae des
concessions anglaises et ambricaines sur d'aulres points
de la politique suivie A l'egard de 1'Allemagne auraient
permis d'ecarler celte opposition, mais probablement la
valeur de ces concessions A:ait-.elle jugee A Londres et
A Washington comme trop important.
11 reste a voir s'il a 6t6 sage da s'attirer un refus ae
la part de la France et .de la Russie a propos d',une
measure sur laquelle on aurait pu raisonnablement se
me tre d'accord. En ce qui concern l'objection formu-
1Ice par la Russie, il a toujours 6tA evidentt qu'une d6ci-
sion anglo-am6ricaine pour reliever le niveau de l'indus-
trie dans !es zones occidentales largement industnali-
s6es rendrait la lAche des ministre des iAffaires ctran-
gbres beaucoup p us difficile lors de la prochaine ru-
nion de novembre. Peut-6tre cela n'a-t-il pas beaucoup
d'impprtance. De toule facon, on a p-'u d'e:poir de voir
!a reunion de novwmbre 6tablir l'uni.6 economique de
I'Al!emagne et encore moins laborer un trait de paix.
Mais A la suite de cct 6chcc, on peut s'alten.dre A ce que
.es puissances occid2ntales s'occup2nt de I'unificanon
de 1'Alleniagne de I'Ouest et fasscnt de ce ierritoire une
entire inrternationale. Pour prendre ces mesures, tout
autant que pour as urcr la reussil'e du p'an Marsha'l -
a laquelie ia nation d'une A lemigne occidenta e forte
esl 6trmi:emenl associ6e il faudralt oblenir la coope-
rat:on p!eine et entierie des Frant'ais. Ce n'est que dans
ces conditions qu'un plan intelligent peut Atre 6'abore
el (ainsi quc le aoul:ige Ia presence a Paris de hautes
personmalitbs du D6partcm'ent d'EtaN), c'est avant tout
un plan intelligent que reclame l'opinion americamne.







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGERE


Tout comme .on ne peut garantir en definitive 1'6tablis-
sement de la paix en Europe, sans un r6g'ement d'e Ia
question allemande qui soit acceplb6 par les quatre gran-
des puissances, il est certain que le succcs immediate du
plan Marshall 'en Europe occidentale depend mainte-
nant de la confiance qu'auront les Francais dans la
bonne volont6 et la comprehension de Londres et de
Washington. Les deux questions sembleraient exiger un
ultime effort de la part de tous les interess6s pour ela-
borer une politique commune A l'r.gard -de l'Allemagne.

() APRES LE VOTE DU STATUT DE L'ALGERIE (TimeTI, 1/9):

e Le statut de l'lgerie, qui a 6te approuv6, par 1'As-
s'embl6e Nationale jeudi dernier, a 6te maintenant vote
par le Conseil de la R6publique. Voila qui constitue
une measure pr6sentant un double inlerEt du point de
vue constitutionnel. Elle substitute le principle de l'asso-
ciation a celui de l'assimilation en tant que principle
directeur de la politique frangaise en Algirie et sup-
prime la pratique, courante sous la IIe Republique, de
laisser laborer les details de la loi par la Commission
a laquelle les propositions gouvernementales ont Wt6
soumises. Le statut de l'Alg6rie transfer en substance
A une assemble locale les pouvoirs pr6c6demment exer-
c6s par le gouverneur .g6enral...
M. Ramadier, en tant que chef d'un gouvernement de
coalition, se tourne vers le Cabinet et non pas vers le
parti socialist, pour savoi? quelle politique il doit sui-
vre, et, ainsi qu'il l'a montrb plus d'unejois, il est prbt
A poser la question de confiance A propos de touted ques-
tion sur laquelle les divers 6Alments de son gouvernwe-
ment sont arrives A une entente. En adopting cette
attitude, il compete sur la position nouvelle et particu-
libre que confbre au President du Conseil la Constitu-
tion de la IV" R6publique. Le Prbsident du Con.eil est
choisi par 1'Assembl6e come 6tant 'liomme le plus
compi ent pour former le gouvernement, et par consb-
quent il prend le pouvoir en tant que representant 4de
la Chambre et non pas en tant que (1,d'1gu6 d'un des
parties qui y sibgent. Ce changement ,de procedure est
favorable 6 !a stabiiitW des gouvernements. L'Asscmbl6e
hbsite naturellement A revenir sur le choix qu'elle a faith
pub'iquement, tanidis que 1'ancienne Chambre d-s Dt
puts n'h6sitait nullement A se dbbarrasser d'une coali-
tion formbe secrbtcment par les dirigeants des parties. a

d) LES ELECTIONS EN HONGRIE (Daily Telegraph, 1/9,
conservateur) :

< Quels que soient les r6sultats des elections d'hier,
elles n'entraineront sans doute aucun changenent ,dans
la possession du pouvoir politique rcel. d6tenu en ce
moment par les communistes...
I1 n'est 6videmment pas question d'un cliangement de
gouvernement, mais seulement d'un deplacement de
l'equilibre des forces au sein du gouvernement .de coa-
lition. Voici les problbmes qui se posent tout d'abord,
les derniers 6elments du parti des petits propri-taires
auront-ils suffisamment perdu de leur force pour se
voir priv6s par les socialists et les communists de ]a
direction .du Cabinet, ou meme de tout poste minist&-
riel ? En second lieu, les socialists demeureront-ils
assez forts pour pouvoir resister A la pression envelop-
pante des communists, soucieux de parvenir a une
fusion des deux parties ? De toute fagon, l'experience
que nous avons dbj& d',lections faites A l'ombre de la
puissance sovi6tique nous fait douter que le risultat .des,
elections puisse amener en definitive un changement
dans le course des Av6nements ,


II. PRESS AMERICAINE



Revue de la press aminr'iodine des 30 ef 31 aort1 1947

1. Questions allemandes
Toute la press reprencd le texte du communique public a
Berlin sur le niveau de la production dans la bi-zone et elle
co.nsac'e un certain nombre d'editoriaux aux riesltats de la
con-fPrence tripartite de Londres. La plupart d'entre eux
sent satisfaits de cette decision anglo-am6ricaine. Ils men-,
tionnent tois los objections frangaises qu'ils traitent avoc
plus on m)ins de symnpathic suivant la tendance g6n6rale du
j.urnal. C'est ainsi que Ic New York Times erit que les
Etats-Unis et la Girandc-Bretagne ne purent wpas so mettre
d'accord complbtemcnt avec la France au sujet de l'avenir
conom'que de I Allemigne ni arriver a un accord quel-
conque avec la IPussie Sovieiique, et qu'ils vont en consi-
quence procider au d6veloppement 4cono.mique de leur
propre zone en Allrmagne. Le New York Herald Tribune es-
time ccpendant qu'il existe ( des elements troublants dans
:e plan > (voir l'article plus loin).
Sous le titre I Remettre 1'Allemagne sur pied mais pas
pour la guerre >, le Philadelphia Inquirer estime que le
plan anglo-am6ricain "va perm.ettre A l'Allemagne de retrou-
ver son 6quilibre 6conomique et en est satisfait car, dit-il,
< un pays d6prim& est un terrain fertile pour les grains
nu communism >. II n'en preconise pas moins que les
Etats-Unis donnent leur pr4firence c aux victims de 1'Alle-
magne >,'
Barnct Nover, dans le Washington Post minimise le disac-
cord franco-ambricain et considbre que c'est sur la riparti-
tion du carbon et le coke de la Ruhr que doit intervenir
un accord centre Washington et Paris.
Dans P. 31., Blatnik, reprisentant demo.crale du Minnesota,
61vee une voix solitaire contre I'accroissement de production
allemande. 11 estime que les autoritis americaincs furent in-
fluencdes par les repr.sentants du Cartel allemand du char-
bhon qui n'ont, dit-il, pour but, que d'cmpdchcr le divelop-
pement industr'el du rested de 'e 'Euope >.
Les correspondents de Paris au New York Times et a
Wall Street Journal relvent le mecontentemcnt provoqud
dans les milieux frangais par le plan anglo-anmricain et
par 1'6chec de la conference tripartite de Londres. Wall
Street Journal estime quc cc plan qui va rdduire encore les
reparations allemandes dues aux Frangais et aux Russes
n'est pas calculd pour faire plaisir aux Allies du temps
de guerre >. Il note que 1'Union Soviitique le qulifia djia
de violation de Potsdam et ajoute < plus vocals et plus
effective furent les protestations franqaiscs qui rdussirent
a emp&cher la publication du plan pendant prbs de deux
mois )).

2. Ratification rde traitPs de pair par I'U.R.S.S.
Toute la press announce en premi-re page et sous de gros
litres que I'U.R.S.S. ratifia finalement tous les trait's de paix
avec les pays balkaniques, Hongrie ct Finlande. Les ddpeches
reprennent I'nemssion de Radio-Moscou h ce sujet et men-
tionnent toutes que d'apres les trait-s les troupes russes de-
vront se retire des zones sl'occupation 90 jours apres le
depBt de la ratification. Aucun commentaire ou editorial
n'est encore publi-, cette nouvelle ayant et6 apprise tard
dans la soir6e d'hier.

3. Grece
La press, en premiere page, announce la formation d'un
nouveau cabinet Tsaldaris en GTrce, sans ajouter de com-
mentaires. Une d6epche de Washington au New York Times
declare que le dUpartement d'Etat ne s'attend pas h an re-
trait massif des troupes britanniques en Gr6ce avant le mois
de ddcembre. Une depeche de Londres au m.ime journal dit,
au contraire, r resistant a la forte pression fate par le
dipartement d'Etat le gouvernement britannique se refusa
jusqu'A present A changer sa decision de retire toutes ses
troupes de GrAce dans un avenir prochain 3.
Le d6partement de la Guerre fait savoir que le president
Truman nomma le g6enral Draper secrdtaire d'Etat A la







BULLETIN QUOTIDIEI DE PIAESSE 'I.RANGiti; 5


Guerre. Draper Rtait jusqu'A presentt le conseiller 6conomique
du g6enral Clay.
4. Corde.
La press reprend la note am6ricaine a Moscou invitant
l'U.R.S.S., la Grandc-Bretagne et la Chine aux conversations
de Washing'on, le 8 septembre prochain,. pour discuter le
probl6me cor6en.

5. Situation fran Les corrspondants de Paris qui soulignent tous que la
F.ance d6cida de suspendre une partie de ses importations
cn provenance de la zone du -dollar et que cette decision aura
pour re-ultat d'imposer de nouvelles restrictions int&ricures
qui aggraveront le regime d aust6ritd. Ces dlpeches annon-
cent egalement que Ic gouvernement autoriseca une augmen-
tation de 5 % ies prix. Le correspondent de WIill Street
Journal 6crit notamment qu'en d autres terms on dit aux
Francais de travail.er plus dur et de vivre plus frugalemnnt.
Quelle sera la reaction? Il ne faith aucun coute que la r6cente
rc'uction de la ration de pain entrainera le deloilt populaire
ct m6me de la colCre. Le pa:n ne comprend deja q(u'une moi-
Li6 de farine de ib1d. Cela frappe durement chaque famille
et, itant donned quc l'annonce de cette decision est accom-
pagn6e d'informatio.ns am6ricaunes indiquant que la ration
accordde aux Allemands sera deux for's celic des Francais;
les communists ont une occasion excellent de souligner que
pour la France c'cst une folle de computer sur les Anglais
et les Amnricains pour la sortir de la situation difficile
dans laquelle elle se trouve. Les communists exploitent Cga-
lement i fond la ddoision anglo-am6rica:ne d'accroitre la
production d'acier allemand malgr6 les objections du gou-
vernement frangais. Le meme correspondent constate quo
M. Ramadler ne se laissera pas d6courager mais ajoute que
cette fois les nuages sont plus 6pais et plus noirs que ja-
mais et le recent congress du parti ,ocialiste r6v6la une extreme
inqui6tude provoqu6e par ce que ses ennemis appellent son
inclination pour la droite... Tous les parties ont les yeux
tournds vers les 6lectioas municipales d'octobre et personnel
n'ose se mettre a dos les travailleurs ou les paysans don't
les votes sont d'ecisifs. On constate, finalement, que les prix
int6rieurs francais sont ddja au-dessus des ,prix mondiauk
ct handicapent les exportations francaises.

APRES LA CONIRRENCE TRIPARTITE DE LONDRES (NeV!W
York Herald Tribune, 30/8).
D'un point de vue purement 6conomique, l'accor'd
ang o-a'mericain relalif a l'6.evation du niveau de I'in-
dustrie allemande dans les zones d'occupation anglaise
et americaine offre une note r6a.iste encourageante.
Cepen'dant, ce plan, ou p:us exactement son caracltre
limitalif, est de nature a causer une certain inqui&-
lude. Bien entendu, les Russes s'l66vent centre toute-la
maniauvre... Mais etant donned que le ressentiment dcs
Russes 6tait pr6vu, et que leur opposition A loute 1'61a-
boration d'une politique constructive a propos de l'Al-
lemagne ful la cause premiere de action bilat6rale en-
treprise par la Grande-Breiagne et les Etats-Unis, on
peut passer sur la reaction du Kremlin en la consid6-
rant simplement come sur une nouvelle manifesla-
tion 'de la dangereuse division du monde d'aujourd hui.
Par centre, ce qui imporie davantage du point de vuc
am6ricain, c'est la repugnance 6videnle montr6e par la
France pour approuver ce plan...
Toute l'attitude francaise a l'&gard du probl6me al'e-
mahd a 6'* adoptee inevitablerment en tenant compete du
danger qu'une resurreciion 'de l'Al.emagne presenterait
pour :a France. Les Francais ont constamment cherch6
A s'opposer A un tel relevement tant que la s6curit6 de
leur pays ne serait pas garantie dans une certain me-
sure, car i's craignent qu'une fois le rodressement de
1'Allemagne accomp!i, la Grande-Bretagne et les E:als-
Unis puissent laisser distraire leur attention par au!r,
chose comme apres la premiere guerre nondiale


en laissant la France toute seule en presence de son
dangereux voisin.
11 se peut que ce point de vue ne tienne pas suffisam-
ment comple de la rea it6; il se peut ,qu'il ne tienne pas
comp'e des changemens appor.6s par la deuxicme
guerre .mondiale dans la position stratlgique de i'Alle-
magne et dans les perspectives de l'Amerique et de la
Grande-Bretagne. Mais c'est i; une r6aclion parfaite-
ment naturelle de la part de la France quand on songe
A son pass historique et au renversemeni des a liances
au course de l'Histoire. Cette reaction ne peul 6tre mo-
difiee par la simple decision d'un gouvernement, et vou-
loir passer ou.re amnnerait pro'bab ement un change-
ment de Cabinet.
Les commu'nistes francais out d6ej exploit & I'affaire et
le plan qui vient d'etre rv616l leur d nnera 'de nouveaux
arguments. II est incessaire que les Eiats Unis et la
Grande-Bretagne se preparent a fire des concessions
po:itiques a la France, en ce qui concern l'Al emagne,
afin de compenser l]s concessions 6conomiques qui lui
ont 6:6, dans une large measure, msposees. 11 n'est aucu-
nenent impossible de concilicr 'es idbes des nations
occidenlales sur la question al:emande et il est urgent
que cette conciliation s'it complee et r6alisee 'de bon
coeur. D


III. PRESS SOVIE'IQUE



APR~S LA RATIFICATION DES TRAITS DE PAIX PAR
L'U.R.SS.
1. Pravda (30/8).
< Les traits de paix avec l'Ialie, la Roumanie, la
Bu'garie, la Hongrie et la Finlande, peuvent jouer un
r6le positif et important dans la vie de ces pays. uls
voient s'cuvrir devant eux la perspective d'une 6volu-
tion d6mocralique et d'un effort cr6aleur. Ils ont la pos-
sibilile d'entrer dans I'Organisalion 'des Nations Unies.
Un large champ d'action s'offrc A eux dans le cadre
d'une paix international et d'une collaboration fruc-
tueuse avec d'autres pays. Le reste depend maintenant
des pays eux-m&mes avec lesquels ces traits ont Wte
conclus, et de leur desir de rompre avec !es meihodes
du pass. Ils tiennent entire leurs mains leur propre des-
tinge.
II est evident que tout n'est pas parfait dans les trai-
1is ratifies. II existe des points dans ces traits qu'il
serait desirable et mime indispensable de modifier.
L'Union Sovi6tique a d6ploy6 beaucoup d'efforls pour
remedier a ces d6fauts, ct de grands resultats ont deja
et6 obtenus, mais tous les d6fauts n'ont pu itre suppri-
mes. Cependanl, mime dans leur 6tat actuel, ces traits
constituent une contribution important A l'organisa-
lion 'de 'Europe d'apr6s-guerre et a l'etablissement de
Ja paix et de la securi'6 urfiverselles.
L'6laboration des traits de paix avec les anciens
allies de 1'A:lemagne hit!lrienne peut servir d'exeample
de resolution d'un problbme po itique complex d'apr6s
guerre. Ce problime n'a pu etre rCso'u que par des m6-
thodes de collaboration internalionale. Pen'dant la Con-
ference de Paris, certaines forces ont essay de diri-
ger la march des pourparlers dans une au're direction,
en essayant de ne pas s'arr6ter a des solutions approu-
vees par tous, et en cherchant a dieter leur volonis...
Les principles 'd'une collaboration international, les
principles qui sont a 'a base de la Conf6renc de Yalta
et de la Conference de Potsdam ont triomphC une fois







3 BULLETIN QUOTIDIEN DJ PIIESSE I'RANL(SRE


de plus. II faut Ie souligner surtout aujourd'hui alors
que les Etats-Unis, aides par la Grande-Bretagne,
essaient de ressusciter au moment de I'Flaboration 'des
traits de paix avec l'Allemagne, l'Autriche et le Japon,
les m6,hodes vicieuses du e diktat > condamnees par ia
vie elle-mnm.e. Les experiences tires d'un passe recent
prouvent que de telles tentatives sont vou6es a un &ciec
complete et inevitable. o

2. Izveslia (30/8).
(( A Ja difference des traits 'le paix signs apres la
premiere guerre mondiale, les traits de paix actuels
sont d6pouil.6s de tout sentiment de haine a 1'6gard des
pays vaincus et ne portent aucune atleinte A leur hor-
neur national. Tout en reconnaissant la responsabilite
des anciens satellites de l'Axe en ce qui concern leur
participation A l'agression fascisle, en reclamant une
just in'demnisation des domimages causes aux peoples
pacifiques, les traii6s de paix en question tiennent ce-
pendant compie en mimie temps du fait .qu'un grand
noiubre de ces pays ont apport6 leur contribution h
l'6craseiment de l'Allemagne en agissant aux c6t6s des
Nations Unies...
Les milieux r6aclionnaircs ont tent6 de saboter les
traits de paix en essayant d'exercer sur les pays vain-
cus une influence politique et 6conomique. Le but ainsi
poursuivi 6tait de cr6er 'dans 1'Europe d'apres guerre
une situation semblable A ce:le qui 6:ait n6e apres la
premiere guerre mondiale et qui *etait caract6ris6e par
le fait que les pesits Etats servaient de monnaie
d'6chatnge a aux grandes puissances qui se livraient en-
tre elles une concurrence effr6nee. Les repr6sentants de
I'U. R. S. S. et d'autres pays defenseurs d'une paix d6-
mocratique et stable ont 'dUjou6 toutes ces tentatives.
L'Union Sovi6tique, en 6laborant les trai!es de paix
avec les cinq satellites de I'Allemagne, s'inspirait de la


nkcessitd de ne pas laisser impunis les actes d'agres-
sion commis par ces Etats dans le passe. L'Union Sovid-
tique defendait son droit ainsi que les droits des autres
peuples, victims 'de la guerre, A I'indemnisation des
dommages causes, a la punition des criminals de guerre,
et A l'extirpalion des derni6res racines du fascisme.
L'Union Sovietique entendait assurer le triomphe de la
dbmocratisation des ex-satellites de l'Allemagne. Elle
6tait d6cid6e A prendre des measures qui emp&cheraient
le retour future d'une telle aggression. D'un autre c6B6,
I'Union Sovi6tique s'opposait A toutes les tentatives
faites pour imposer aux pays vaincus des exigences in-
compatibles avec leur honneur et leurs intarets natio-
naux...
L'Union Sovi6tique parfait 6galement du point de
vue que cette faoon de proc6der permettrait de d6fen-
dre au mieux les int6rCts des puissances victorieuses.
Jusqu'ici toutes les tentatives amorc6es par les milieux
reactionnaires pour imposer leur volont6 aux anciens
satellites de l'Allemagne et s'assurer 'de ce faith une si-
tuation privil6gi6e dans le monde ont 6choub, come
el'es avaient echoue dans le passe et cdmme elles
echoueront dans l'avenir. Les peuples pacifiques des
pays d6mocratiques out r6alis6 ces dernieres annees de
grands progrbs en matibres d'exp6rience politique. Ils
ont appris A reconnaitre leurs vrais amis et A les idis-
tinguer de leurs faux amis ou de leurs ennemis. Ils ont
appris A reconnaitre leurs v6ritables int6r6ts et les sen-
tilmen's d'amiti6 reciproques.
La ratification des traits de paix par 1'Union Sovie-
tique represente une nouve'le tape dans la lulte pour
!e enforcement de la cooperation international, le
resscrre'ment des liens amicaux et paciflques e.ntre les
peuples, et le enforcement de la conflance mutuelle.
Elle est une nouvel'e contribution A l'Ftablissement de la
paix et de la securitW 'du monde.


S. P. I. Imp., 27, rue Nicoo, Paris 31.3009 Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs