Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00172
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: August 29, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00172
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTkRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction~ de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8").


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESSED


BULLETIN


DE


PRESS


29 aofit 1947


Q U 0 N41I EG



ETRANG1
Y^^ ,c


SOMMAIRE

I. PRESSE BRITANNIQU:E.
a) Les nouvelles measures econonmique.s prise, par
la Grande-Bretagne.
1. Daily Herald (28/8).
2. News Chronicle (28/8).
3. Daily Worker (28/8).
b) La Conlfrence de Londres sur le niveau de 'in-
dustrie allemande (Manichester Guardian, 28/8).
c) La Conf6rence impiriale de Canberra (Daily Te-
legraph, 28/8).
d) La situation en Cihine (Mancthester Guardianc"
27/8).
II. -- PRESS AMERICAINE.
L'opportuniie de l'action du R. P. F. (New York
Herald Triibutne, 27/8).
Ill. -- PRESS SOVIITIQUE.
Autour de la Conf6rence 'panamericaine de Rio
(Nouce VIremna, 27/8).
IV. -- PlRSSE BELGEi.
a) La crises 6conomique britannique (Le Soir, 28/8).
b) La situation interieure en Tchkcoslovaquie (La
Nation Belye, 28/8).
V. -- PRESS SUISSE.
.u) La Confirence de Londres str le niveau de I'in-
dustrie allemande (La Tribune de Gej;idve, 27/8).
b) Vefs un remaniement du cabinet britannique?
(Neuae Ziircher Zeitung, 27/8).



I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 28 aodl 1947
'Toute la presse done la vedette aux diffrentes measures de
restriction announces hier dans un communique du gouver-
nement britanniquii.
Les questions ext6ricures sur lesquelles se concentre ce
martin l'intiret de la press sont : la Conf6rence de Londres
sur la Ruhr, les prochaines elections hongroises, les d6bats
a 1'O.N.U. sur le veto et ]a situation politique en Grbce.


1. Polilique dconomique de ta Grande-Bretagne
Toutes les manchettes et les premieres pages des journaux
sont consacrtes aux nouvelles restrictions annqnc6es hier par
io government pour reduire lr, importations et 6viter la
snrtie des devises.
Les journaux font ressortir que la Grande-Bretagne revient
nu regime qui 6tait en vigueur pendant la guerre, t. le
Daily Mail announce qu'il faut s'attendre A de nouvelles res-
trictions.
2. Emprunt britannique
Plusieurs journaux mecttent en relief less dclarations de
M. Snydcr, d'apr&s lesquelles Ic Gouvernemcnt amnricain
n'aurait pas encore accept officiellement d'annulcr la clause
de non-discrimination. Le correspondent du Times estime
que la Grande-Bretagne sera amenee, par la force des choses.
h acheter davantage dans les autres pays du monde, 6tant
donned, comme le souligne le Daily Mail, que I'on assisted
a une hausse des prix continue aux Etats-Unis.
3. Ruhr.
Le Times. le Manchesler Guardian et le Daily Telegraph
re.vrvent cc matin d'asscz longs articles a la Conf6renee
de Londrcs sur la Ruhr. Ils font Ilat tons trois des diclara-
tions pessimistes de M. Bourdan et des milieux officials
francais qui n'ont pas cachd leur deception devant les rCsul-
tats de la Conference.
D'apris tl correspondent diplomatique du Manchester (Gar-
dian, les delegui6s frangais voulaient 6videmmcnt obtenir an
accord ferme sur les explorations de charbon et surtout le
coke en France, ainsi que des garanties certaines de sEcurit6.
An point de vle politique proprement dit, cc journal voit
mal comment le Gouvernement frangais pourra repondre aux
critiques de la gauche 1'accusant d'etre passe dans le cam-n
occidental sans avoir obtenu auparavant les garantics va-
lables. e. Aprls ce que l'on consid6re comme l'cheec de la
Conference de Londres, ecrit ce journal, on n'a gubre coni-
ilanne dans les milieux offiiciels que les conversations de
Berlin aideront a dissiper les doutes qu'a la France et A Ia
persuader que la reconstruction allemande n'aura pas priority
sur cell de France ct des autres allis d'Europe ,.
Dans sa correspondence de Londres, lc meme journal fail
6lat de l'itat dc'l'a'tmosphere pessimists qui a 6td confirm
par I'entourage du Gouvernement francais.
Le Daily Telegraph announce 1'echee de la Confdrence en
premiere page et ce journal aussi estime que les Francais ne
peuvent pas encore Ctre strs que la restauration de leur in-
dustric aura le pas sur celui de l'industrie allemandr.

4. France.
De briefs articles dans le Times, le Manchester Guardian
et le Daily Telegraph annoncent la reduction de la ration dV
pain, le vote de l'Assemblee sur le statut de I'Algdrie, le pro-


E


Nouvelle Serie Nb 754


--








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS tTRANG~RE


chain appel qui sera lancd par M. Bollacrt a la population
indochinoise et l'ouverture prochaine de n6gociatioa:l cnt:'e
les Gouvernements indien et francais sur le s'atut (. I'Inde
francaise.
S'ur le statute de 1'Algric, le correspondent du Tmnw da-
clare c< qu'il p.'dsnte tous lks indices d une tentative mala-
droite pour concilier les divers intdr6ts en presence ,.
La plupart des journaux rendcnt compete du voyage du
Mar:chal Montgomery i Paris et de l'accucil chaleureux
qui lui a etd rCdsrv6 par la population parisienne et les Tpr-
sonnalitCs fran.aises.
La press announce 6galement que le Gocvernement fran-
gais a r6pondu a is requate britannique concernant Ics
6mig.'ant3 i.hraeli'es de L'Exodus '. Elle donine l'c'scnt:el
de cette rcponse sans i'aeconpagner d'aucun commentairc.

5. O. N. U.
Le Ti.menc et le Daily Herald accordent une c-rtainc Imlpor-
tance an dibat qui a lieu actuel:ement an Conseil (e Sdcu-
rite *,Alr e droit de veto. C..s deux journaux souligannt Ies
divergences de vue qui existent entree le delIgud amnricain
et le d6legud sovi6tique.

6. Hongrie,
Le Times consacre un de ses articles h la situation politlque
en Hongrie a la veille des lec.'ions. L fait stat de Ii p;opa-
gandl intense fate par e Gouve:nement et de l'iimpui'.sanc.
de opposition, il signal i galemcnt de graves dis'inLsio-s
entire communists el socialistes hongro:s, les-prcmiers accu-
sant les seconds de vouloir s'attircr la faveur des milieux
bourgeois.
7. Inde.
Plusieurs journaux don't ie Daily Telegraph insistent cc
matin sur la gravit.i des troubles qui mettent aux prises
Musulmans et Hindous dans Ic Punjab ct dans d'autrc re-
gions de 1 Inde. D'apris le Daily Telegraph, le nomtre des
rdfugids qui se tLouveraicnt entire l)elh et Lahore st-rait de
500.000, et oeui des morts strait, d'apres une d6epche publi6e
par le Daily Mail, de 200.000 en dix jours.

8. Grece.
D'aprBs le correspondent du Times a Athlnes, il fauara
s'attendre a ce que M. Tsaldaris constituc un cabinet a pcu
pros identique au priecdent.

a) LES NOUVELLES MEASURES ECONOMIQUES PRISES PAR LA
GRANDI)E-BRETAGNE.

1. Daily Herald (28/8), travail:iste :

S...La principal justification des restrictions et
la nation le comprend bien c'est qu'elles sont ind-
vitab.es. Ces restrictions doivent etre appliques iparce
que nous n'avons pas encore eu le temps de reliever
notre production jusqu'A un niveau suffisant pour main-
tenir notre situation economique dans le monde et
pour acheler tout ce don't nous avons besoin et qu'il
nous faut importer des autres pays...
Ces nouvelles d6sagreables devraient constitutr une
invitation & nous livrer A un travail acharn6 et a faire
preuve de ipatriotisme dans tous les domaines de notre
vie national. Cet appel, nous le savons bien, a deja
6te lanc6 auparavant. On y a dbja repondu avec un
grand empressement; malgr6 les sombres predictions
,r6pandues dans la press conservatrice, c'est un fil que
la communaul6 britannique dans son ensemble produit
davantage que jamais auparavant. b

2. News Chronicld (28/8), liberal :
c II est difficile de voir comment de nouvelles res-
frictions alimentaires pourraient 6tre appliquees sans
gener serieusement la capacity de travail du p:muple.


Et cependant on nous a laisse entendre que nous de-
vions nous atlendre A de nouvelles restrictions.
Avant d'envisagcr de telles measures, le gouvernement
devrait rechercher si I'on ne pourrait pas &conomiser
plus des 20 millions annonces en reduisant nos d6penses
militaires A l'etranger, sans pour cela limi.er les enga-
g-ments vilaux que nous avons pris sur le p:an strat6-
giquc...
Le gouvernement dolt surtout donner at people des
66lmests sur lesquels il puisse se baser pour l'avenir.
On doing lui indiquer le but tangible vers lequel il puisse
diriger se. effor.s. C'cst pour ctcte raison que ,e pays
a be _on d on p.an d'avenir faci:ement comprehensible
el precisant le niveau de production a ateindre pour
routes les industries.
Le puupie est las de marcher dans la nuit. Si l'on
veut qu'ii soit ,prct A endurer des sacrifices de bon
coeur ei en connaissance de cause, il faut lui faire mi-
roiter une prom-sse d'ame.ioration.

3. Daily WcU'ker (28/8), communist :

<< ...Tout scmble indiquer que le gouvernement consi-
diere les nouvelies restrictions non pas come parlie
intig, ant d'une nouveile ipolitique pius avis@e, mais
come des inesures destinees i combler le deficit jus-
qu 'a cc que es E.a,s-Unis renouvellent leur aide, direc-
ttement ou indirectement, dans le cadre d'un plan gc-
nrai pour la restauraion du capitalism dans l'Eu-
rope o cidentale.
Les forces armnees n'ont pas (el suffisamnient redui-
tes. Aussi le spcctac.e extraordinaire qui s'offre a nous
est-il celui d'un pays sombrant dans les dilficultes Bco-
nomiques et incapab.e de maintenir les rations alimen-
taires d un peupie qui en est .sa derniere extr6mite,
alors que l'on entretient toujours des forces armees exa-
g6rnment importantes...
JLe people britannique supporterait volontiers des
sacrifices qui serviraient ses interkts; mais une ipolitique
d'exp6dienis destine a maintenir la situation jusqu'h
l'octroi d'une nouvelle aide americaine avec toutes
les obligations qu'el,e comporie ne peut encourage
personnel.
Telle est l'origine de la veulerie du government. 11
ne peut se resoudre A prendre des measures d6cisives
parce qu'il ne peut pas abandonner sa poAilique d6sas-
treuse de d6pendance A l'6gard de I'Amerique.
Pour cet.e raison, aucun recours aux expedients, au-
cun remp cement de ministry ne pourront tlre de quel-
que seceours tant que les principles fondamentaux de la
,polilique gouvernementale demeureront aussi lamenta-
bies. ,

b) LA CONIPIRENCE DE LONDRES SUR LE NIVEAU DE L'IN-
DUSTRIE ALLEMANDE (Manchester Guardian, 28/8, li-
beral) :

< ...On esl en droit de se demander quelles sont les
raisons' qui ont amen6 les Americains ct les Britanni-
ques i convoquer une reunion de fonctionnaires pour
fixer le niveau future de l'industrie allemande, en sachant
d'avance quel;es seraient les objections francaises. Per-
sonne ne pouvait ignorer, en effet, que la France r6cla-
merait des garanties qu'une conference de fonction-
naires n'elait pas habilitee A accorder. C'est d'ailleurs
ce qui s'est produit.
On est en droit de se demander, en outre, dans quelle
situation se trouvera place le Comitl de cooperation
6conomique europ6enne si la France maintient ses ob-
jections en face de garanties insufflsanies et d'une r6-
ponse Irop vague des Britanniques et des Americains.








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSED ATRANGARE


A moins que le r6le future de I'Allemagne occidentale
-ne soit d6fini plus clairement que :par les accords de
Po'sdam, le Comit6 si6geant A Paris ne sera pas en me-
sure d'61aborer un plan efficace de reconstruction de
'Europe dans le cadre de la proposition Marshall. Or
il s'agit du sort de l'Euroope. >

c) LA CONjFARENCE IMPARIALE DE CANBERRA (I)aily Te'le-
graph, 28/8), conservateur
< ...Le Japon place les Allies dans un dileinme qui
resemble fortement A celui oil les place l'Allemagne. En
gros, on doit decider a la Conference de la paix A quel-
les conditions on rendra sa place au Japon dans le con-
cert des nations. II n'existe aucune question de fron-
tibre A trancher, car, de l'avis g6n6ral, on doit res-
treindre 1'6tendue de I'emipire japonais aux miles japonai-
ses proprement dites. II reste a determiner jusqu'A qucl
niveau on peut permettre A sa puissance industrielle de
s'e reliever sans laisser au Japon la possibility de re-
trouver sa puissance d'agression. Selon le general Mac
Arthur, le Japon ne pourrait pas r6armer pour s'enga-
ger dans une guerre moderne avant un si6cle. Ceux
qui se rappellent 1'histoire de expansion jalponaise con-
sid6reront cette opinion avec, pour le moins, un cer-
tain scepticisme. Apr6s l'avertissement lance A Can-
berra par le general Robertson, et selon lequel il ne
faudrait pas surestimer la sincerit6 du Japon en ce
qui concern son retour A des m6ihodes pacifiques, on
insistera probablement pour que le contrble allied soi.t
exerc6 aussi longtemps qu'il sera n6cessaire.
Cependant, on ne peut envisager que le Japon, qui
peut contribuer au redressement 6 'onomique de touto
I'Extr6me-Orient, rest le fardeau qu'il constitute main-
tenant pour les Alli6s et particulibrement pour les Etats-
Unis. On doit permettre au Japon de se reliever. Le
moyen d'y parvenir est precis6ment le point sur sequel
on cherche une formule d'accbrd a Canberra. II esl
excellent que les nouveaux Dominions de I'Inde et du
Pakistan soient tous deux represents A la Conf6rence,
car le point de vue oriental pourrait bien diffrrer du
point de vue des puissances occidentales. La conci-
liaiion de ces divers points de vue devrait permettre
aux puissances de l'Empire de faire entendre une voix
unanime A la Conf6rence de la Paix et de mettre au
point itn plan pratique. >

dl) LA SITUATION EN CHINE (JMdachester Girardiffl, 27/8,
liberal) :
< ...Le Kuomintang, malgre I'aide qui lui a etC fournie
ant6rieurement ,par l'Am6rique, s'est monatr6, au course
de campagnes r6p6t6es, impuissant A vaincre les com-
munistes par la force des armes. Les cominunistes, de
leur c6te, en ayant recours Ah une stratigie A longue
6chBance, peuvent a peine esp6rer s'emparer du pou-
voir... Ainsi, la guerre civil ne peut amener aucune de-
cision... Le g6n6ral Wedemeyer semnble avoir confirm
les recent rapports selon lesquels 1'elat de I'adminis-
trafion s'aggravait dans les secteurs sitiins sous le con-
tr6le du Kuomintang...
Concurremment avec ce declin politique, la situation
6conomique empire. Meme si la Chine est rest6e assez
longtemps dans un marasme 6conomique don't on a
cess6 de s'inqui6ter, les tendances qui se font jour ac-
tuellement peuvent difficilement se inanifester sans en-
gendrer de nouveaux d6sordres plus graves... Une tell
disagr6gation politique et une telle eparalysic 6conomi-
que ont, bien entendu, exist fr6quemment dans le course
de l'histoire chinoise et parfois minme se sont perp6-
tubes pendant des dizaines dWannbes. La civilisation chi-


noise et l'unit6 profonde du pays sont beaucoup trop
slides pour 0tre en definitive mises en p&ril. Mais la
confiance que l'on peut avoir dans l'avenir n'offre
qu'une consolation partielle aux difficull6s actuelles...
La perspective de voir 'un aussi grand pays que la
Chine demeurer constammnent un i Etat ma.ade est
certa'inement pen encourageante pour le monde. >



II. PRESS AMERICAINE


Renrve de la pressie (taniicaine dir 27 jlzin 1947

1. Rapporls russo- amdricainv

Le dvelo.ppement de P'affaire Petkov, en Bulgarie, les
attaques don't sont victims les adversaires du gouvernement
hongrois et les pratres yougoslaves maintiennent en premiere
page ides journaux les questions relatives aux rapports russo-
americains. L'entrevue que M. Taylor, envoy personnel du
President Truman, a cu hier avec le Pape est 6galement lide
a cos rapports, Ia press annonqant que devant les menaces
que constituent la Hussie et le communism, les Cchanges
de vues centre VWashington et le Vatican se poursuivront
(ans le mo's i vceir.
Les journaux reproduisent les texts des notes changes
entire les gouve;nements de Moscou et dde Washington an
sujet de I affaire Petkov. Chacun des gouvernements y main-
tient sa position prc~dente : le premier considbre qu'une
intervention auprIs du gouvernement bulgare en faveur de
Petkov sernit contraire i la souverainet6 hulgare, tandis que
eI second, ne reconnaissant pas colte souverainete, s'en tient
it l'accord de Yalta qui autorise les gcuvernements ame-
ricain, russe et anglais a s'assurer que les libertis dlmocra-
tiques seront respectics en dBulgarie. Les correspondents de
Washington en dcduisent clue I'on est arrive iA une impasse,
mais ils ajoutent que le D6partement d'Etat n'a pas I inten-
tion d'ahandonner la lutte qu'il mcne pour Ic respect des
engagements pris aussi bi)n par la ius'ie que par la Bulgarie.
Sous on gros titre, en premiere page, lc Newl York Times
announce : < La populace rouge de Hongr;e attaque deux
adversaires a des reunions politiques >>. L'article signal que
AM. Pfeiffer, chef du parti de I'Independance hongroise, a 6tC
frapp. i la t&te par les conimunistes. Le porte-parole de
1'ambassade amiricaine 3 Budapest a dcdlar< que son gou-
vernement observait ]es i vincments hongri)is < aver inquiii-
tude >.
De Yougoslavie, la press signal que les autoriti.* ont
ouvert une enquete et ont arrt6 dejh ui: certain nembre
de personnel dans la region oil s'est produite lattaque contre
les pritres catholiques d'Istrie.

2. Grace
La press et la radio continent ii suivre avec beaucoup
d'interet les developpements de la crise grecque. Les inter-
ventions de i'anbassadeur am6ricain i Athbnes aupris de
MM. Tsaldaris et Sophoulis n'auraient pas permis de former
Ie nouveau cabinet green. Une de6pche A.P. d'Athenes rap-
porte que M. Tsaldaris se scrait d6clar6 prdt ,h fire tout
cc que ]e gouvernement des Etats-Unis desire >. Une depeche
du New York Times announce que M. Tsaldaris former un
.go-uvernement avec son piopre parti, puisqu il n'a pu arriver
a un compromise avec M. Sophoulis, leader li'bral.

3. Confdrence de Rio

La press announce en premiere page que les nations pan-
americaines ont adopted une resolution sur cc que constitute
a la region de s6curit6 a de l'hUmisphbre americain et sont
tombs ,d'accord pour repousser toute aggression commise A
i'interieur de cette zone qui s'ttend de 1'Arctique h I'Antarc-
tique








4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGRE ,


4. O.N.U.

De Lake Success, les correspondents annoncent que dix
membres du Conseil de Securit6 ont adopt un< resolution
demandant que les hostilitis cessent en Indondsie. Le Conseil
a repousse une proposition beige de laisser la Cour Supreme
de La Haye decider si le Conseil a bien jurisdiction sur le
conflict indonesien.
Les `porte-parole indondsiens sc manifestent par des confi-
rences de press I Washington et. des lettres ouvertes aux
journaux, dans lesquelles ils proatestent centre l'attitude du
gouvernement hollandais.
La question du veto est une fois de plus i' ordre du
jour et de nombreux articles des correspondents po-litiqucs
sont consacres a cette question. Anne Mc Cormick, dans le
New York Times 6crit : Le veto est un symlbole de crainte.
Nous avons insisted pour le maintenir, parce que nous avions
peur de I'O. N. U. Nous ne voulions pas limiter notre propre
puissance ou notre souverainete par un contrl6e quelconque.
L'experience ,des deux dernieres ann6es nous a montrd que
c'est une arme h double tranchant.


5. -- Conference economique de Paris


Le depart de M.. Kennan, membre influent du Dilpartement
d'Etat, pour Paris est announce par les correspondents de
Washington qui consi.dsrent qu'il est indispensable que I'atti-
tude amiricaine soit prec!see 'Paris et que le mntant des
besoins europeens soit reduit au minimum, si l'on esp6re
obtenir I'appui dn Congres.
Le correspondent du Washington Post &crit notlamment :
< La visit de M. Kennan h Paris pourra aider A persuader
'M. Clayton que les reductions tarifaires et le commerce mul-
tilateral sont des buts h longuc porte qui ne p,.'rmettro.nt
ipas A 1'Europe de subvenir at ses hesoins disespir.s et imnin-
diats... 2
,De Paris, Kuh derit ia P.M. que les seize nations se sont
pronounces fermement contre le principle du diveloppement
de P'economie allemande aux d(pencs des nations enropecnnes.
La Su&de, l'Irlande, la Suisse, le Danemark auraicut fait
certaines reserves a ce sujet. 11 en conclut : & C'e.t, en fait,
le rejet de la politique anglo-amdi'icaine qui consist A don-
ner la priority numdro un i ]a reconstruction allemnnde 7.
Callender, dans le New York Times, dit que les experts
env.sagent de rdduire les standards de vie qui ont 6td fix6s
po-ur 1951, bien que ceux-ci soient dejh bien au-dessous des
standards normaux d'avant guerre. II note que certain
observateurs, notamment des observateurs frangais. ont et6
surprise par les informations indiquant que les U. S.A. se
reserveraient le droit de veto sur' tous les projects intrrieurs
qui seraient finances par les fonds du plan Marshall. Its
declarent qu'aucun gouvernement frangais ne pourrait accep-
ter un tel contr6le 4tranger de ses actes, car cela prrattrait
donner une substance aux arguments communists selon les-
Squels le but du plan Marshall est d'dtaiblir la domination
des Etats-Unis sur l'Europe ,.
Dans le New York Herald Tribune, les freres Alsop re-
grettent one ni Londres. ni Washington n'aient cu le courage
de discuter franchement la situation financi6re anglaise de-
puis la conclusion de l'emprunt am6ricnin. Ils concluent que
les Etats-Unis doivent prendre la direction des affairs dans
le monde. La puissance reside h Washington, risent-ils.
Notre pays est le seul pays qui puisse prendre la tite.


6. France

Le New York Herald Tribune consacre un editorial inti-
tul6 c Opportunitl et Technique i I'annonce faite par le
general de Gaulle que le It. P. F. pr6sentera des candidates
aux elections municipales d'octobre. (Vo.ir cet editorial plus
loin.)


L'OPPORTUNITE DE L'ACTION DU R. P. F. (New York
Herald Tribune, 27/8).

a ...Les seuls problemes que le, movement gaulliste
soulve dans 1'esprit des A.mCricains sont ceux de sa
technique et 'du choix du moment.
Mais ce sont lh des questions assez graves. C'est une
chose de r6diger pour la France une constitution dans
laquelle un gouvernement centralis6, un gouver-
nement presidential corime celui qui existe en
Amirique, est issu du libre choix 'd'un grand
nombre de parties. Mais c'est une autre chose que de
voir un movement unifi6, au-dessus 'des parties, et di-
rig6 par une personality aussi marquante que le g6n&-
ral de Gaulle, prendre l'initiative d'un changement
constilutionnel dans ce sens. C'est exactement comme
si George Washington, au lieu de rester le membre le
plus respect d'un group qui comprenait la plupart des
grandes figures politiques des Elats-Unis, avait cherchi
de sa propre initiative et pour 'des raisons de prestige
personnel i imposer l'acceptation de 'la constitution
ammricaine a des representants de l'opposition tels que
Madison et Jefferson. Les risques graves entraines par
une telle situation sont 6vidents.
En outre, en ce qui concern la menace communist,
on peut se demander tres s6rieusement si le retour ac-
tuel du g6ndral de Gaulle dans l'ar6ne politique ne
pourrait pas renforcer cette menace au lieu 'de l'affai-
blir. Le gouvernement frangais actuel n'a pas declen-
ch6 une guerre ouverte centre les communists, mais il'
les a icartes du gouvernement; il s'est joint aux autres
,nations occidentales dans un effort constructif pour
rebitir 1'6conomie europeenne, malgri opposition
communist. En d'autres terms, le gouvernement a
pris une position don't la force morale est considerable.
Si le general de Gaulle attaque cette position h droite,
tandis que les coimmunistes cherclhent h ]a ruiner A gau-
che, la consequence de cet 6tat 'de choses pourrait Utre
I'ouverture d'une crise politique qui offrirait a M..Tho-
rez ct aux conmunistes leur meilleure chance. II serait
vraiment tragique de voir un veritable h6ro,s de la
France, un home qui s'est consacre uniquement et
avec un tel sueccs a la tiche de libErer et de recons-
truire son pays, contribuer A provoquer un tel d6sas-
tre pour la France c ie monde occidental. >



III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press soaitiqne du 27 taoft 1947

Les informations sovidtiques concernant les questions
etrangeres sont trbs rdduites.
En dchors d'une nouvelle de politique int&iieure relative
a la celebration de l'anniversaire de la condemnation de
Sacco et Vanzetti, les rares tdlegrammes de la press mosco-
vite se referent i la politique exterieure des Etats-Unis.
Sous le Litre < Intervention americaine dans les affaires
intdlriures de 1'Europe occidental ,, les Izuestia publient un
t6legrainime de Lonares reproduisant les demands qui au-
raicut Cte fornuldes par le gouvernement americain au chef
de la ddlegalion anglaise loL,. .des conversations de Washing-
ton. Un second tCldgramme expose, d'apr6s le Daily Mail, les
conditions que les ELats-Unis auraient pr6sentees ofiicieuse-
ment aux Seize pour application du plan Marshall.

1. Indondsie

La vedette est donn6e au Conseil de Sdcurit6 don't on re-
marque, dans le compete rendu du 25, que c les deux reso-








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ETRANGRBE 5


lutions adopted reflatent clalremeut les tentatives persis-
tantes de certain membre du Conseil pour eviter de prendre
des measures pdur mettre un term a l'agression hollandaise
contre la Ripublique indonesienne ;.
On relive des extraits d'un article pu'bli6 dans Waarheit
sur l'histoire de la preparation ,de la guerre par la Hollande
centre la Republique indondsienne.

2. -- Nouvelles diverses

On relive des extraits du discours de M. Jacques Duclos
aux Sables-d Olonne, des- nouvelles relatant la crise grec-
que, des manifestations fascistes dans le Iecteur amCricain
de Berlin, organizations fascists polonaises en Suede.

AUTOUR DE LA CONFERENCE PANAMERICAINE DE RIO (No-
voe Vremia, 27/8).

...Le plan de la defense 'de l'hemisphere occidental
ne pursuit d'autre but que celui d'asservir tout le
continent americain aux Etats-Unis. En s'assurant un
contr6le militaire sur les vastes regions de I'Am&rique
Latine, les Etats-Unis auront touLe facility de mettre
Ja main sul-la direction des affaires politiques et 6co-
nomiques des pays latins d'Amrrique. Les resources
prodigieuses 'de ces regions ne peuvent Wtre ignores
des monopolistes americains. La question des malires
premieres interesse l.s Etats-Unis plus que n'importe
quel plan militaire.
La standardisation des armes de tous les pays ame-
ricains exclura toute livraison d'armement par les pays
n'apparienant pas A ce continent. Places sous la domi-
nation du dollar, les pays 'de l'Amerique latine seront
forces de soutenir la po:itique americaine qui tend ac-
tuellement A discr6diter l'O. N. U. Afin de detourner
attention de l'opinion publique des buts reels pour-
suivis par les Etals-Unis, les politicians -de ce pays\
s'abritent 'derriere une politique anti-communiste, une
attitude commune A tous les fauteurs de guerre et A
tous les rdactionnaires... Le plan de standardisation des
armements des pays de l'Amnrique latine et le plan
Marshall pour I'Europe constituent (( les deux faces
d'une m&me unsdaille >. Les 'deux plans sont diriges
contre la .souverainete des petites nations... On ne peut
pas effacer d'un seul trait de plume les frontieres des
nations libres. Des peuples de l'Amerique latine sont
attachess a l'idaal de liberty, et il n'est pas douteux que
les expansionnistes americains n'arriveront pas A mai-
triser une telle force de la nature.
(GorL \xToov.)


IV. PRESS BELGE


a) LA CRUISE ECONOMIQUE BRITANNIQUE (Le Soir, 28/8).
...Des plans ont Wte traces. Un appel a dte adresse
aux travailleurs. La r6ponse est venue, loyale et vail-
lante. Les mincurs ont renonc6 jusqu'a novel ordre a
leur r6cente conqutte des cinq jours. Ils vont t avaiiler
un jour de plus pour procurer des devises au gouver-
nement. Le Trade Union Congress a reporhi it des
temps meilleurs sa revendication des 40 hleures. Les
restrictions annonc6es sont accueillies sans murmure.
Les Dominions emboitent le pas A l'Angleterre dans la
defense de la livre.
Ce n'est pas lA l'image d'une crise. C'est celle du rai-
dissement energique d'un people discipline, et bien
gouvern6. qui intend venir a bout kle la difflculte nou-
velle...


11 n'est pas impossible, d'autre part, que les seize
gouvernements qu'avait seduils de prime abord le plan
Marshall ne se mettent a regarder de plus pres ce qu'on
leur offre. Peut-6tre meme deccuvriront-il.s un jour que
1'entrai'de des pays 6prouv6s par la guerre serait aussi
une voie de salut.
Tout cela ne manque pas d'rtre inqui6tant du point
de vue americain. Car les Am6ricains ont beau se croire
< on the top of the world > its out aussi leur problbme.
leur tris gros problbme, qui est d'exporter rapidcment,
massivement et profitablcment, sous peine d'aboutir t16
on tard a une effroyable crise de ch6magc.
Si l'administralion 'de Roosevelt 6tait encore au pou-
voir, elle arriverait, sans doute, ne fut-ce qu'en appli-
quant au temps de paix ses techniques du temps de
guerre, A 4 siphoner > les marches ext6rieurs de ma-

ni6re que la production am6ricaine puisse s'6couler
dans les autres pays, non pas en les endettant et les por-
tugalisant, mais au contraire en collaborant en toute
loyautl h l'aceroissement de leur productivity, A l'inlen-
sification de leur production et a la consolidation du-
rable de leur prosp6rit6.
Mais voi'!, les affairistes qui entourent M. Truman
comprendront-ils cette v6rit6 6lmentaire ? >
(MAX BUSET.)

b) LA SITUATION INTPHIEURE EN TCHECOSLOVAQUIE (Idl
Nation Bielge, 28/8, Union nationale.
K ...Jusqu'ici, tons les parties de la niajorit ont ap-
prouve, avec plus ou moins d'enthousias.me, le planisme
economique, Ic gonflement de l'etatisme, la politique
de nationalisalion et les reformcs agraires, uiais la deci-
sion si inevitable put-elle etre, du gouvernement tchi-
coslovacque de s6parer des puissances occidcen!ales,
lors de la Conf6rence de Paris, a fait r6aliser brutale-
ment par beaucoup de Tch&ques et de Slovaques le ter-
rain parcouru par leur pays depuis deux ans. Ce n'est
pas sans apprehensions qu'ils se rendent compete que,
malgr6 les declarations 16nifiantes de Icurs dirigeants,
que ]e fosse centre cux et les democraties occidentales
s'approfondit.
Pourront-ils enrayer le mouve.mnent qui entraine la
republique lentement, mais sfirement, vers le planisme
integral et la dictature de 'Etal ? Et au cas oui une
reaction se produirait, le parli communist ne jetterait-il
pas le masque democratique pour a'dopter les m6thodes
qui semblent lui avoir r6ussi en Hongrie ? On pout se
Ic demander. >
(G. MASSON DE FERNIG.)



V. PRESS SUISSE


C) LA CONFERENCE DE LONDRES SUR LE NIVEAU DE I/IN-
DUSTRIE ALLEMANDE (La Tribune de Genve 27/8).
< L'une des premieres conditions auxquelles le gou-
vernement americain subordonne l'ex6cution du < plan
Marshall > est le rel6vement de l'6conomie allemande.
II estiome en effet, cc qui est l'evi'dence mnme, que I'Al-
lemagne est appelee a jouer un r6le important dans la
reconstruction de 1'Europe et qu'il n'y aura pas de paix
veritable tant que subsistera I'im'mense fosse beante
creusee au centre du continent par l'effondrement de
la puissance germanique. En outre, il est entibrement
d'accord avec le gouvernement britannique lorsqu'il
declare que ce n'est pas aux vainqueurs A faire vivre
;es vailnus, inais que. sous reserve du contrile in'dis-







6 BULLETIN QTOTIDIEN DE PREST ETRAXNGRE


pensable, ccux-ci douient ~tre mis dans la possibility
de gagner honnitement leur pain...
...L'accord de principle intervenu h la Conference tri-
partite .qui s'est tenue ces jours-ci dans la capital a'n-
glaise marque une iouvellc elape dans la voie infliqude
par M. Marshall.
Aux tenmes de cet accord, la France recoit I'assu-
rance que le < niveau future de l'industrie allemande
sera 6tabli de facon que la restauratin induslrielle ide
la Ruhr ne porte pas prejudice a ses plans de recons-
truction 6conoinique >. Tout en restant seuls juges des
measures qu'exige le re!6vement 'de la bizone, les Anglo-
Amnricains ne prendront done aucune initiative impor-
tante sans avoir d'abord consulted Paris. En revanche, la
France s'est < ,d6clarie d'accord avec une forte .aug-
mentalion de niveau industrial de la zone en question et
consi'dLre que 'c'est lh un pas necessaire vers la restau-
ration de I'economie europecnne >.
AprLs les interminables controversies auxquelles
donna lieu le sort de la Ruhr, ces assurances r,'ipro-
ques, si platoniques soient-elles, constituent enfin une
base de depart slide pour une collaboration construc-
tive. Lorsqu'ils se retrouveront face a face avec MI. Mo-
lotov, au mois dle novembre prochain, a Londrcs, les
repr6sentants des trois gran'des d6mocraties oceiden-
tales n'arriveront done pas les mains vides et, pour
la premiere fois, les discussions relatives au rajuste-
ment des accords de Potsdam concernant le r6tablisse-
iment de l'unit6 6conomique 'de l'Allenagne et la fixa-
tion du niveau general de la production induslrielle
prendront ainsi un tour posilif et pratique. Or, depuis
1'6chec de la Conf6rence de Moscou, c'est preciscment
'dans la conclusion de conventions techniques, laissant
soigneusement dans i'ombre les vieilles divergences
d'ordre politique et ideologique, que reside la suprtin e
-chance de reconciliation.
(PAUL I)U BOCHET.)

b) VERS UN REMANIEMENT DU CABINET BITITANNIQUE ?
(Neue Ziicher Zeillng, 27/8) :

< Ce qui permet de mesurer a quel point le preslige
de M. Attlee a 'dimninue, c'est que les bruits relaifs 1i
son depart trouvent aussi facieiment des oreilles conm-
plaisanles. Toutefois, les facteurs qui 1'ont anene h
Downing Street conlinuent d'excrcer leur action. Que!-
qu'un exprimait r6cemment ce fait en disant que
MI. Attlee est < la resultanle d'un parall6:ogramme tie
forces forces qui existent encore a 1l'heure actuelle,


dte sorte qu'en definitive cet homnme d'Etat serait assure
de rester A Downing Street a.
Ceci est peut-eire encore vrai pour le moment. A la
:ongue pourtant, un premier ministry britannique ne
peut s'en remettre exclusivemeit a 1'equilibre des forces
ntlagonisles dans son propre group parlementaire. II
a besoin de jouir dans l'ensemble du people d'une
confiance independante des fronlieres de part. D'apres
la Constitution, il suffit de poss'der I'appui de la majo-
riti au Parlement, c'est-A-dire en I'occurrence du
group travaillisle. Mais au point de vue politique
ineane un parti majoritaire ne pcut se desinteresser pu-
re.ment et simplement de l'etat d'esprit regnant dans
le pays, surlout dans les temps de crise, ot l'on exige
beaucoup de beaucoup 'de gens.
II est ,donc a propos de se demander si M. Attlee
jouit encore de la confiance de son group et de la
confiance du pays. On doit differer la rCponse jusqu'A
ce que le nouveau mo'de d'existence d6termind par Ic
programme de d6tresse soit entree en vigueur. Cet
ajournement du jugement d6finitif constitute dbja un,
succ6s pour le premier ministry. Celui-ci a comprise au
dernier moment qu'il ,devait agir. II a encore dans son
jeu la carte mai.tresse d'un remainiement gouvernemen-
tal et allonge maintenant les doigts vers cette carte.
El, ce qui, pius que tout le restO, l'a ,servi, c'est qu'avec
son discourse radiodiffus6, AM. Cmiurchill a caus6 une
aussi profcnde d6ception, et que depuis lors on ne
parole plus d'une < deuxfime coalition >.
Aiasi, le pari travailListe est de nouveau seul maitre
du champ de bataille, et la question de savoir qui doit
figure a la tIte du gouvernement est redevenue de la
competence exclusive du group travaillisle. Etant
donned que M. Alt:ee demeure president du parti, que
M. B.vin coimp:e de nombreux et solides adversaires
dans le group parlementaire, et que M. Morrison n'est
rcvenu au premier plan que ces tout derniers temps,
il sem'ble que, pour le moment, on s'en tiendra au static
quoa. Et sur.out la rLpugnance 'du parti travailliste a
.'egard dte changements dramatiques n'a pas disparu
dans Ia pIriode de s.,n omnipotence. Le parti hesite
lmujours A Irl)p s'appuyer sur de fortes personnalits ;
le choc que Rani~ay Mac Donald et Phiiips Snowden
ont ;:-sin6 au proletariat organism product toujours ses
effects ; le peit bourgeois et I'ouvrier britanniques
opulent iorijcurs pour Aristide et contre Themistocle,
comn.me en leur temnps les citoyens d'Athenes apr&s leur
victoire sur le; Perses...
(Du icorrespwolcrint d Lionares
de la Neue Ziircher Zeitung.)


S. P. 1, mr.pL, 27, me Nwieoo, Paris 31.300U Prix (5 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs