Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00171
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: August 28, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00171
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*).


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MTNISTERE
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESSED


BULLETIN



DE PRESS


28 aofit 1947


QUOTIDIEN, I)
ETRA G%




Nouvelle Srie N 753

Nouvelle Serie No 753


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE
a) Vers la formation d'une union douaniere eu-
rop6enne (Daily Telegraph, 27/8).
b) Les 6venements du Penjab et l'avenir de l'Inde
i(Tmrs, 27/8).
c) La conference imp6riale de 'Canberra (Man-
chestler Guiardian, 26/8).
II. PRESS AMARICAINE.
a') Le Canada et la Idefense de l'hemisphere occi-
dental (New York Herald Tribune, 26/8).
b) Les Elats-Unis et la GrBce :
1. New York Timnes (26/8).
2. Washington Post (26/8).
c) AprBs la declaration du g6ndral Wedemeyer
sur la situation en Chine :
1. New York Times 1(26/8).
2. New York Herald Tribune (26/81
3. Washington Post (26/8).
III. PRESS SOVIATIQUE.
Les bases Bconomiques du plan Marshall (Izvues-
tia, 26/8).
IV. PRESS BELGE.
Le R. P. F. et les prochaines elections munic'-
pales (Le Sotr, 27/8).
V. PRESS SUISSE.
Le R. P. F. et les prochaines elections munici-
pales :
1. Trbure Ide Geniue (26/8).
2. Gazeolte de Lauzanne (27/8).


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la presse britanniquie du 27 aodt 1947
Dans I'attente du discours de M. Attlee qui exposera an
people britannique les nouvelles measures prises par le gou-
vernement pour faire face A la crise actuelle, la press de
ce matin porte son inter&t sur des suj.ets tr6s varies : con-
ference impdriale de Canberra sur les traits de paix avec


le Japon, expansion des troubles aux Indes, penuri.e alimen-
taire mondiale, reprise probable des conversations commer-
ciales anglo-sovi6tiques, programme de modernisation des
mines britanniques.
1. Confdrence de Canberra
C'est a cotte conference que le Times accord la premiere
place pour souligner que les d6l1gu6s du Commonwealth se
sont mis d'accord sur trois points essentials : nDcessit6 d une
ratification prochaine du trait japonais, elimination du
veto sur le vote du trait, convocation d'une conference pre-
liminaire le mois prochain en Amirique ai lauele parti-
ciperont les onze membres de la Commission d'Extreme,
Orient.
D'apr6s le correspondent du Daily Telegraph, les d6elgu6s
ont voulh avant tout dviter de faire croire a la formation
d'un bloc avant quoe la conference n'ait lieu.
2. Inde
Le Daily Mail consacre la majeure partle de sa premiere
page aux massacres de l'Inde. Le correspondent a New-Delhi,
Ralph Izzard, ddcrit en detail les nombrcux incidents qui
ont mis aux prises Hindous et Musulmans et il announce quo
des millions de rffugi6s se dirigent vers 1'Inde a au milieu
de scenes de massacres et de destruction rarement dgaldes
dans l'histoire de ce pays ,.
Le correspondent du Times h Lahore fait 6tat du mecon-
tenteament de la population sikh devant les decisions de la
commission chargee de delimiter les frontiries. Mais il sou-
ligne aussi que pr6s d'un million et demi de Sikhs viennent
de se livrer & la haine des Musulmans.
3. Conftrence du FA.O. d Genuve
Plusieurs journaux don't le Times accordent une place
important aux declarations de M. Boyd-Orr devant la Con-
firence de GenBve sur la p6nurie alimentaire dans le monde
et sur la ndcessitd impdrieuse d organiser le ravitaillement
mondial. Ii soudgne que M. J. Boyd-Orr a laiss6 pr6voir que
I'hiver prochain sera le plus penible pour de nombreux pays
d'Europe et d'Asie.
4. Prochaines conversations commercials
anglo-sovidtiques
Trevor ct Evans, du Daily Express, annoncent que le gou-
vernement britannique a l'intention de reprendre les con-
versations commercials avec I'U.R.S., D'apres ces informa-
teurs, les industrials britanniques auraient Wt6 charges par
le gouvernement de constituer un pool de marchandises des-
tinees A la Russie. Les Soviets seraient eux-m6mes ddsireux
de reprendre ces n6gociations.
5, Ruhr
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardian
croit savoir que les delegues frangais A la conference sur la
Ruhr ont expose en detail la position de la France sur Il


-- --
r --







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGBRE


problem du niveau industrial allemand. Cette conference
qui, d'apr6s le Daily Telegraph, n'aura pas de resultats spec-
taculaires.
6. France
Le correspondent du Daily Telegraph t Paris resume les
differents prohl6mes qui seront studies au Conseil des mi-
nistres. It p6nse que le gouvernement obtiendra la majority
sur le statut de I'Alg6rie, lors de la scission de 1'Assemblle
Plusieurs journaux don't le Times annoncent la reouver-
ture prochaine de la frontiire franco-espagnole aux ressor-
tissants des deux pays. Le Daily Worker volt dans oette
measure le r6sultat des intrigues de M. Prieto qui, d'apre
ce journal, se serait assure la faveur des E'ats-Unis en
s'opposant aux communists et en se promettant de les
exclure d'un gouvernement dventuel de l'Espagne.
Le Manchester Guardian erit que la decision du general
de Gaulle de presenter des candidates aur elections munici-
pales d'octobre a cau'sd de vives alarmes a chez ceux qui
ont essay d'amener des lecteurs non marxistes a former
un front uni pour dviter de donner des sieges aux so.ia-
listcs et aux communistes ,. II cite A ce sujet deux extracts
du Monde et du Figaro.
Le Times fait dtat dans une court depeche de la nomi-
nation even!uelle d'un cominissaire de la Republique dans
l'Inde frangaise.
7. Grice
De nonbreux journaux annoncent que les effort; de
M. Tsaldaris pour former un nouveau gouvernement alargi
ont echou6 malgr6 l'intervention am6ricaine
D'apr6s le correspondent du Daily Telegraph. il faudrait
s'attendre bient6t i une grosse attaque des rebelles grecs.
8. Iran
Le correspondent du Daily Telegraph a Tehdran men-
tionne les a menaces adressdes par l'ambassadeur sovittique
au gouvernement de Teheran an eas oi celui-ci refuserai:
d'acc6der aux demanded !usses sur le parole .

a) VERS LA FORMATION D'UNE UNION DOUANIARE EURO-
FAENNE (Daily Tejegraph, 27/8, conservateur).

a I1 faut esp6rer que l'on acceptera bient6t la pro-
position soumise par la Grande-Brelagne a la Conf6-
rence economique de Paris et qui demande la constitu-
tion d'un Comit6 charge d'examiner les possibilities de
creation d'une Union douaniere de 1'Europe occiden-
tale. Celle proposition est un r6sultat bien modest, en
comparison des buts que s'6tait fixes la Conf6rence
lorsqu'elle avait commence ses dblib6rations en juillet;
et cependant, el'e est la consequence na:urelle 'de debats
sur lesquels a plane l'ombre de la crise 6conomique ou
certaines nations A court de dollars se trouvent plon-
g6es...
Si une union, du genre de celle qu'on envisage en ce
moment, s'avere r6a:isable apr6s un examen attentif et
.ncessaire du project, il est de l'interet de la Grande-Bre-
tagne d'y adherer et de guider ses progres. La creation
d'une union douani6re sous la forme of on l'envisage,
doit en:rainer obligatoirement de la part de tous ses
membres certain sacrifices en anati6re de souverainete
national. II sera probablement bien plus facile de rb-
soudre les questions de tarifs douaniers en g6n6ral,
que les questions 'de taxes sp.ciales. On doit parvenir
a un certain 6quilibre des standards de vie parmi les
diff&rents participants d'une telle union. Ces obstacles
peuvent etre surmont6s.
La recherche d'un nouveau plan ne demand pas A
etre justified quand la seule solution qui se present au-
trement est de laisser tous les pays de l'Europe travail-
ler s6par6ment 'derriere les c'oisons Vtanches du natio-
nalisme 6conomique, et de laisser leurs possibilities de
rel6vement decline lentement. On doit parvenir au
plus t6t a une decision A Paris, autant a cause de la
crise qui affected routes les nations europ6ennes, qu'&


cause de la certitude que l'on a de voir l'Am6rique se
montrer peu dispose A aider une Europe qui n'aurait
pas cherch6 d'elle-imnme A se tirer 'daffaire. v

b) LES EVFNEMENTS DU PUNJAB ET L'AVENIR DE L'INDR
(Times, 27/8).
c ...L'insurrection des Sikhs montre la haine farou-
che que nuurrit centre les Musulmans une communaut6
don't I'his.oire, avant l'arriv6e des Britanniques dans
'Inde, n'est qu une tongue suite de persecutions impu-
tables i I'lslam. Mainlenant que la domination britanni-
que, qui les a si longtemps prot6ges, a cess6 d 6tre, les
Sikhs sont r6solus a montrer qu'lls sonm encore i
craindre...
En dehors des difficultiess consid6rab'es qu',prouveni
les deux dominions pour faire regner I'ordre intirieur,
ils doivent mainienant s'efforcer de anaintenir leur
propre int6grite en tant qu'E.ats. L'insurrection Sikh
pourrait fort bien aboutir apr6s le r6tablissement de
1'ordre A un movement s6paratiste avec lequel le gou-
vernement de ilnae devra computer. S'il en esi ainsi,
1'Inde se trouvera 'devant un prorDeme analogue A celui
que pose le Mouvement s6paratiste du Pathan, et qui
pr6occupe deji le gouvernement 'du Pakistan. Dans
les deux cas, la cominunaute interess6e est irop petite
et ses resources trup .maigres pour jusifier une exis-
tence poliiique ind6pendante;'mais, dans les deux cas,
le patriotisme local et 1 orgueil communautaire sont
exasp6res au point. que ces communaut6s sont incapa-
bles de s'arr6ter a de lelies considerations et qu'il fau-
'dra un tact infini pour r6s.uare le prob.eme...
Alors que le movement du Pathan semble jusqu'ici
la seule menace dirigee centre l'uni 6 du Pakistan, le
gouvernement de l'Inde se trouve devant la tAche la
p us difficile, car, pour des raisons g6ograph:ques, il lui
faut unir les noimbreuses entiL6s politiques s6par6es
connues sous le nom d'E:ats indiens. Grace i la clair-
voyance de Lord Mountbatten, e. a la sagesse 'de Sardar
Patel, les progr6s r6alis6s A cet 6gard sont immense.
Chaque Etat a d6ji sign un accord assurant le main-
tien des communications, et des autres services indis-
pensables A l'uni.6 economique. D'au.re part la plupart
des Etats ont d6ja aocept6 de s'unir A ce Dominion pour
ce qui est des trois questions essentielles de la defense
des relations extirieures ei des communications...
Si le gouvernement du Dominion de 1'Inde continue
i faire preu -f de la m6nme sagesse et de la m6me ano-
d6ration, les liens qui l'unissent aux 6tats participants
seront un facteur de puissance pour les deux parties
et pourront fort bien 6carler i iout jamais le danger
d'une ( balkanisation > qui, il y a quelque temps, pa-
raissait imminent ,.

c) LA CONFERENCE IMP RIALE DE CANBERRA. (Manchesler
Guardian, 26/8) ,:
a ...Ce n'est pas sur les exigences 'de la s6curiti qu'il
y aura probablement le plus de discussions A Canberra.
Tous les d616gues A la conference se sont d6ji entendus
sur les questions de s6curilt, et il est probable 6gale-
ment qu'ils accepteront la th6se que toute initiative dans
ce domaine dolt venir de l'Amerique plut6t que du Com-
monwealth. La politique 6conomique fera l'objet de
d6bats plus important.
Un pays comme la Gran'de-Bretagne, don't le salut
6conomique depend de son commerce d'exportation,
ne peut se rejouir de penser qu'un concurrent va re-
paraitre qui, dans le passe, a nui A son commerce dans
de vastes parties du monde, souvent en ayant recours
A des m6thodes telles que le dumping, l'octroi de bas







BULLETIN QUOTIDIAN DR PRESS B*TRANGBR 3


salaires aux ouvriers et l'emploi des enfants dans les
usines...
La politique la plus sage semble 6tre d'une part de
ne rechercher d'autres contr6les sp6ciaux sur 1'econo-
mie du Japon que ceux qui sont n6cessaires pour em-
pkcher son r6armement et, d'autre part d'insisler dans
le trait de paix lui-mime sur l'observance 'des conven-
tions internationales du commerce par le Japon. II
semble, selon une r6cente declaration faite par .Sir Staf-
ford Cripps a la Chambre des Communes, que cette
po'itique soit conforme aux intentions du gouverne-
ment.
Cependant, c'est 1'Australie qui a pris l'initative de
r6unir la Conference actuelle, et le point de vue austra-
lien sur 1'etablissement 'de la paix est bien p'us comn-
plexe que celui de la Grande-Bretagne... L'Australie se
souvient des crimes de guerre commis par le Japon
avec bien plus de rancune que la Grande-Bretagne, qui
a une p'us grande habitude des m6faits des nations.
Les industries australiens qui 6tendent leur champ
Id'activit6 bien plus rapidement qu'on ne le pense en
Angleterre, ont de plus nombreuses raisons que la Gran-
de-Bretagne de craindre la rivalit6 japonaise, d'autant
plus que leur industries pr6'dominante, I'industrie <( 16-
gore ,, est une concurrente directede de I'industrie japo-
naise. Ils se rendent compete que les measures preventives
prises centre I'induslrie de guerre japonaise auront
pour r6sultat une transformation de l'industrie lourde
en industries ( e1gere :.
Un fort courant qui influence grandeanent I'opinion
publique australienne, c'est celui 'de l'aile gauche de
certain groups travaillistes. On ne peut pr6voir quel-
les repercussions il aura sur les discussions actuelles.
La politique australienne n'est pas facile a pr6voir dans
ces conditions. II existe cependant un indice. L'int6rht
primordial de l'Australie, qui eclipse les autres, reside
dans 1'exportation de la laine. Si 1'Australie veut vendre
autant de laine qu'auparavant au Japon, il fau'dra per-
mettre A ce pays de reconstruire son industries et de
reprendre ses exportations. L'Austra!ie a 6t6 oblige
r6cemment de se souvenir que le march am6ricain de
, replacement > 6lait plus que precaire, et cette con-
sideration pourra avoir une certain influence. En ou-
tre, tout espoir d'obtenir des reparations depend 'd'un
rel6vement economique du Japon. Pour tou!es ces rai-
sons, le point 'de vue australien ne diff6rera probable-
ment pas beaucoup du point de vue britannique ,.



II. PRESS AMERICAINE



Revue de la press americcda e du 26 aodt 1947
1. Les rapports russo-am.dricairs
En face de la d6dtrioration croissante des rapports russo-
americains, quelques voix se font entendre dans la press
en faveur de la moderation. C'est ainsi que Sumner Welles,
ancien sous-secretaire d'Etat, consacre son article d'aujo.ur-
d'hui a 1l'tude d'un certain nomibre de solutions qui, A son
avis, pourraient etre fort cofteuses pour les inteirts amnri-
cains. II s'46lve, en particulier, centre 1'idle d'un trait de
paix avec le Japon sans la Russie et centre la tendance
amdricaine & laisser aux Allemands de plus en plus de res-
ponsabilites pour leur administration. II 6crit notamment
que les Etats-Unis et l'Union Sovi6tique approchent rapide-
ment d'un conflict. < Cela ne signifie pas que la guerre soit
imminente ou indvitable... Notre programme imm.*diat vise
B mettre un frein A l'imp6ritlisme sovi6tique... Mais nous
serious dangereusement myopes si neus n'admettions pas la
possibility que la dictature sovi6tique persistera h suivre


la voice dans laquelle elle s'est engage et continuera & reje-
ter toute occasion just et raisonnable de cooperer a 1l'ta-
blissement d'un ordre mondial libre et pacifique. .
11 estime que si les Etats-Unis abandonnaient leur occu-
pation au Japon par suite d'un traitd de paix, l'influence
russe pourrait se donner libre jeu en Extreme-Orient et,
passant ensuite A la strat6gie russe en Europe, il 6crit no-
tamment : a En Europe occidentale, le Kremlin escompte
que notre aide sera trop faible et trop tardive pour empe-
cher la d6sint6gration 6conomique et politique 3.
Sumner Welles propose que, dans leurs rapports avec les
Soviets, les Etats-Unis laissent la porte ouverte i la coope-
ration russe et ne prennent aucune measure qui puisse per-
mettre A 1'Union So.vietique de trouver au Japon, ou en Alle-
magne, de nouveaux allies. Enfin, il preconise l'aide am&-
ricaine efficace au relevement europeen.
Padover, dans un Mditorial de P. A., s'en prend h la psy-
chose dangereuse, qu'il constate chez ses compatriotes. I1
6crit notamment : c Pour beaucoup d'Americains, la Russie
et le communism sont melanges de lepre, de cholera, d'ante-
christ... Si la phase actuelle de la guerre ipsychologique ne
dolt pas se'terminer par une guerre tout court, nous devrions
cesser d'etre hyst6riques et de considered le probl6me com-
muniste et russe avec un certain bon sens et un 4quilibre
qui nous font 6videmment d6faut ,.
Les 6vdnements int4rieurs en Hongrie et en Yougoslavie
continent a ne pas faciliter la comprehension americaine.
C'est ainsi qu'une depdche U.P. de Budapest signal que
M. Sulyok, chef du parti de la Liberte, qui vient d'etre
disso.ut, fut pride de quitter le pays avant les Blections de
dimanche prochain. Ainsi, constate la depeche, c les gauches,
dominds par les communists, demeurent lijbres de conduire
les elections en dehors de la presence d'un des plus impor-
tants chefs de l'opposition :.
Une depeche de Trieste, reproduite en premiere page des
journaux, signal qu'un prdtre catholique fut decapite par
la foule et que Monseigneur Ukmar fut bless dans la m&me
bagarre, qui se produisit A la fin d'une ceremonie de confir-
mation A laquelle assis'aient 250 enfants.

2. Conflit indondsien
Le veto oppose par la France A la motion russe aux d&-
bats sur I'Indonesie, au Conseil de Securite, est le sujet d'ar-
ticles de premiere page et de gros titres. Seul, P'article de
P. M. critique le veto et declare que la France est c une des
pires, sinon la pire des puissances coloniales ,. En g6ndral,
les correspondents spdciaux de Lake Success estime que
M. Parodi a voulu empechier la creation d'un pric6dent pou-
vant nuire aux intdrdts frangais dans l'affaire d'Indochine.

3. Conference dconomique de Paris
Callender et Reston consacrent leurs articles d'aujourd'hui
dans le New York Times au rapport que prepare la Confe-
rence des Seize. Callender raipporte que, l'on cherche I rd-
duire le montant total des besoins europeens A une some
ne .d6passant pas vingt milliards de dollars. Reston estime
que la liaison n'est pas assez etroite entire M. Clayton et
M. Harriman, ce qui amine les rigociateurs europeens & se
demander qUelle est exactement la position americaine, et
s'ils peuvent presenter des demands qu'ils consid6rent
come indispensables au redressement de l'Europe, mais qui
risquent d'entrainer une reaction defavorable, soit de Pad-
ministration americaine, soit du Congr6s.
Edgar Mowrer, dans un article au Philadelphia Inquirer,
regrette l'attitude francophobe du general Clay, qui risque,
dit-il, de torpiller la Conf6rence 6conomique de Paris. II
relive qu'apr6s avoir reclame la fusion de la zone frangaise
avec la zone anglo-ambricaine, au moment oh cette fusion
.devient possible, le general Clay change d'idde et declare
que ce serait donner une voix gale aux Frangais dans le
Conseil de contrble all.. v C'est quelque chose que le gdenral
Clay ne peut pas approuver ,.

4. Questions allemandes
Le co-respo.ndant du New York Times A Washington si-
gnale que les conversations anglo-americaines sur la Ruhr
se poursuivent et que, vendredi, les ndgociateurs entendront







4 1ULLMtIN QUOTIDrRN DR PRESSE *TRANXgflB


les prinicipaux directeurs des mines americaines de carbon
faire leurs suggestions sur I'exploitation technique des mines
de la Ruhr. De Berlin, le New York Times announce que la
production de carbon de la Ruhr a atteint le chiffre record
de 242.644 tonnes par jour, qui est, cependant, encore assez
loin des 450.000 tonnes d'avant la guerre.
Le correspondent du New York Times h Londres donne
une note assez optimiste sur l'.volution des pourparlers tri-
partites sur le niveau de la production en Aelemagne. II
estime que cette reunion va t preparer le chemin a l'adh6-
sion frangaise a la fusion avec les zones americaine et bri-
tannique . II ajoute : a Pour des raisons evidentes cepen-
dant, cette decision n'apparaltra pas avant la reunion du
Conseil des ministres des Affaires 4trangres. Les conversa-
tions furent secretes, parce que les Francais voulaient 4viter
d'avoir des ennuis avec leurs communists et parce que les
trois participants voulaient etre en measure de dire que leur
reunion Rtait une affaire purement preliminaire qui ne
devait pas prejuger des r6sultats de la reunion de novembre .

5. Confdrence de Rio
Toute la press announce que, par un vote de seize centre
un, la Coimanission de id6fense panam6ricaine s'est oppose
A la proposition de l'Argentine, qui voulait que 1'action col-
lective des nations americaines soit possible qu'apres le vote
unanime. Cctte decision sera d&sormais possible par une
majority des deux tiers.

6. Le general de Gaulle et les Blections municipales
Le New York Times consacre un editorial a a decision
du g6ndral de Gaulle de presenter des candidates R. P. F. aux
elections municipales en octobre. II declare notamment :
a Beaucoup de gens en France pensent co-mme le g6enral ,de
Gaulle qu'il n'y a plus de terrain moyen sur lequel les
communists peuvent btre accepts et que le salut de la
France est nettement aux c6tes des dimocraties occidentales,
mais un grand nombre de glns se mefient du general de
Gaulle, craignant qu'il n'impose sa dictature ,. Et 1'6ditorial
conclut que les elections d'octdbre front apparaltre la force
de son movement.

a) iLE ICANADA ET LA DEFENSE DE L'HAMISPHiRE OCCIDEN-
TAL (New York H~emald Tribune, 26/8) :
< Si les repr6sentants des nations americaines, r6unis
A Petropolis, peuvent trouver une formule qui permct:.e
au Canada d'apporter officiellement sa contribution a
la solidarity interambricaine, cet acte sera presque
aussi important que la conclusion d'un traits de defense
par les membres actuels de I'union panam6ricaine. La
plupart des bases d'une telle participation ont d1ji 6tt
jet&es ; la r6alisation 'du project constituerait cependant
une tape marquante de 1',volution politique d'un h6-
misphere. II fut un temps oh 1'union des r6publiques
actuellement repr6sent6es a Petropolis, d'une part, et
'Empire britannique, on Commonwealth, d'autre part,
6taient consid6r6s A juste titre comme deux entitis aux-
quelles on ne pouvait participer en m6me temps.... Mais
avec la lente modification de 1'6quilibre des forces dans
le monde, les Etats-Unis se sont ren'dus de plus en plus
compete de l'importance militaire que repr6sentait le
Canada pour l'Amirique et la menace hitl6rienne a faith
naitre entire les Etats-Unis et le Canada une 6troite
cooperation qui s'est 6panouie en une association com-
pl6te. Cette association n'a pas pris fin avec la guerre.
Elle n'implique aucun abandon d'ind6pendance de la
part de 1'un ou I'autre pays, elle n'est qu'une simple
reconnaissance des r6alit6s g6ographiques et 'de 1',volu-
tion de la politique mondiale. Ces .memes facteurs sem-
blent manifestement preparer une entree 6ventuelle du
Canada dans la coalition am6ricaine.
Cette participation n'entrainerait pour le Canada,
aucune renonciation aux obligations prises envers le
Commonwealth ; elle n'impliquerait pas davantage que


les autres Etats americains se laissent entrainer du m8-
me coup a la suite du Commonwealth. Il est inimagina-
ble, 'dans les circonstances actuelles, de consid6rer que
la Grande-Bretagne et ses associs puissent constituer
une menace pour 1'Amerique, et, de m6me, on ne peut
penser qu'une lutte engageant le 'Commonwealth entrai-
nerait n6cessairement une intervention americaine sauf
si elle comportait une menace directed centre le Cana-
da... 11 est evident d'apres les rapports qui nous par-
viennent de Petropolis, que le Canada sera invite A
adherer A l'Union panamnricaine. C'est une autre ques-
tion -de savoir si le Canada d6cidera alors que les rela-
tions qu'il entretient actuellement avec cette Union
constituent un lien assez 'troit. Mais le -Canada peut
etre siir qu'il sera chaleureusement accueilli par ses
voisins de 1'bhmisphere occidental et tout particuliure-
,ment par les Etats-Unis >.

b) LEs ETATS-UNIS ET LA GRtCE
1. New York Ttilmes (26/8) :
e Quel que soit, en definitive, le nouveau regime, il
aura n6cessairement des repercussions sur notre pro-
pre politique en Gr&ce. L'espoir de M. Dwight Griswold,
chef de la mission americaine en Grece, 6tait de voir
la formation d'un gouvernement plus repr6sentatif,
jouissant d'une plus grande confiance et d'un plus
grand soutien, un gouvernement capable de realiser
I'unite de la nation centre les guerillas A direction com-
muniste, d'offrir une amnistie sincere A ceux qui d6si-
rent retourner dans leurs foyers et de mettre fin aux
exces des partisans de droite. Ce sont 1A des measures
indispensables A la reconstruction Bconomique du pays,
reconstruction que nous sommes pr6ts h entreprendre.
II reste a voir si la Gr6ce Ipeut maintenant s'engager
dans cette voie. Elle en a !a possibility. s

2. Wcashington Popt (26/8) :
< La politique americaine en GrBce n'a jamais cher-
ch6 A soutenir le regime ultra-conservateur du pr6si-
dent du Conseil Maximos et du ministry des Affaires
6trang6res Tsaldaris... En v6rit6, une modification pro-
fonde de ce regime etait implicitement continue dans
le programme d'aide americaine depuis le debut, car
I'ind6pendance de la Grece ne peut Wtre sauvegardee
que par le r6tablissement de I'ordre et de la paix, con-
curremment avec la reconstruction qui doit rendre les
conditions de vie supportables pour le people grec ;
or ces changements ne peuvent etre realises que par
un gouvernement qui ait la conflance de la grande ma-
jorite du people. La plupart des observateurs les plus
avis6s qui se trouvent en Grace pensent qu'on peut
mettre fin rapidement a la guerre civil en garantissant
aux rebelles 'amnistie politique, en r6tablissant le libre
exercise des droits civils et en liberant les dirigeants
republicans qui ont etB emprisonnis ou exiles unique-
ment pour des raisons politiques. >

c) APRES LA DECLARATION DU GENfRAL WEDEMEYER SUR
LA SITUATION EN CHINE.
1. New York Tiems (26/8) :
e Le course des evenements en Extr6me-Orient semble
amener rapidement un 6claircissement de la situation...
En mettant les choses au mieux, cette evolution pour-
rait conduire a une solution quelconque pour mettre
fin au chaos qui r6gne actuellement en Chine, en Mand-
chourie et en Coree, ou tout au moins A une mise au
point precise de la politique suivie par l'Ambriqite et
la Russie dans une region trouble qui est une menace
pour la paix du monde. La declaration du general We-







BULLETIN QUOTIDIEN DE PIESSE ATRANGERE


demeyer... est en r6a:itR un ultimatum d6guis6 adress6
au gouvernement de Tchang-Kai-Chek, significant qu'ii
ne pent computer sur l'aide americaine pour venir A
bout de la rebellion communiste tant qu'il n'aura pas
proc6d6 a des r6formes radicales et & nedtoy6 un peu
de lui-meme sa propre maison >. Le sembiant de r6-
formes que Tchang-Kai-C.hek a deja accomp.ies est con-
sid6rb comme insuffisant. 3
2. New York Heirald Tribune (26/8) :
c La declaration du g6enral Wedemeyer imp:ique
deux choses en particu.ler : 1 que le gouvernement
actuel n'a pas la confiance du people parce qu'il est
corrompu et incapable, et de ce faith extremement fai-
bie; 2* que les communisies pourraient gagner la parties
en Chine A moins de trouver en face d'eux un gouver-
nement honnete et compelent qui manifesto un reel
int*r&t pour le bien-6tre des Chinois. La reaction du
general Wedemeyer et d'autres Americains en face de
ces constations a Wte tout natureilement d'insister au-
pres du g6enral Tchang-Kai-Chek et de ses associes
pour les amener a remanier leur gouvernement et -en
faire un gouvernement fort, qui merite l'aide ameri-
caine et qui puisse gagner la parties en Chine dans la
lutte centre les communists. Mais voii deja bien des
fois qu'on insisted aupr6s du gen6ralissime pour qu'il
accomplisse les r6formes prL-onisees par ie general
Wedemeyer, el toutes ces recommandalions sont restees
lettre morte.
3. Washlngton Post (26/8) :
e II est malheureusement a craindre que les paroles
du general Uecaemcye, ne soient pas 6coutees. Les nom-
mes de Nankin se soutiennent pour se garan:ir. Suppo-
ser que les critiques du g6enral Wedemeyer pourront
entrainer I'adoption de r6formes apres l check des ef-
forts tents par le g6n6ra; Marshall pour y parvenir,
c'est trop demander A noire cr6dulite. La principal
consequence du rapport du general Wedemeyer au pr6-
sident Truman sera, par consequent, de confirmer la
sagesse de la poiitique americaine de non-intervention.
On a exerc6 sur le gouvernement american, au course
des derniers mois, une pression de plus en plus grande
pour i'amener a modifier sa politique A 1'6gard de la
Chine, dans le sens de I'augmentation de l'aide A Nan-
kin. La declaration du general Wedemeyer ne done
aucune garantie qui puisse permettre un tel change-
ment. Au contraire, elle souligne la n6cessii6 d'attendre
que les Chinois aient mis un peu d'ordre chez eux. En
outre, cete n6cessAt est souiign6e A un moment oi les
ob igations que nous avons assumes en Gr6ce et en
Europe occidentale donnent encore plus de poids a la
declaration. >


III. PRESS SOVIETIQUE


Retue de la press sovidtique du 26 aoilt 1947
1. Note sOvidtique aux gouvernements
anglais et amnrcains
Tous les journaux publient en deuxieme on en troisstme
page un communique Tass reproduisant le texte de la note
sovietique aux gouvernements des U.S.A. et de la Grande-
Bretagne pro'estant contre la reunion d'une conference tri-
partite pour augmenter le n.iveau de la production indus-
trielle de l'Allemagne.
2. La politique des Etats-Unis
Dans les Izvestia, un grand article de Vronsky etudle
les bases 4conomiques du plan Marshall ). (Voir oet article
plus loin.)


3. Nouvelles diverse
La press reproduit des depeches concernant la ratifiettion
par la Yougoslavie des traits de paix avec la Bulgarie, la
Hongrie et l'Italie et le r6.umb du discours de Simon Geor-
giev au Parlement bulgare pour la ratification du trait de
paix avec Les Allies.

LES BASES fCONOMIQUES DU PLAN MARSHALL (lZVestla,
26/8) :
c L'isolationnisme qui, entire les deux guerres, a ca-
racteris6 la politique exterieure des Etats-Unis a fait
place a une politique expansionniste. Les raisons de
cette profonde modification doivent 6tre recherchBes
dans les changements survenus dans la vie economique
du pays.
La doctrine Truman et le plan Marshall mettent en
evidence les v6ritables buts poursuivis par les Etats-
Unis. Ceux-ci consistent A conquerir de nouveaux d6-
bouches pour les marchandises et aux capitaux am6ri-
cains. La conquite de nouveaux marches est destined
A carter, dans la vie 6conomique du pays, la menace
d'une nouvelle crise...
Les divers efforts tenths par les dirigeants -des Etats-
Unis pour carter A tout jamais une menace de crise
economique n'ont about A aucun r6sultat pratique. Les
tentatives amorc6es pour faire baisser les prix ont com-
p. tement 6chouB. Aussi les monopoles americains cher-
chent-ils A combattre les difficulties 6conomiques en de-
veloppant sur une grande echelle les moyens d'expor-
taiion. Le < boom qui caracterisait jusqu'ici le com-
merce d'exportation ambricain qui maintenait l'Bcono-
mie de ce pays A son niveau elev6 actuel, touche main-
tenant A sa fin. Ainsi tous les principles sur lesquels se
base la soi-disant < aide > americaine ne sont profita-
bles qu'aux intr&ts des trusts et des monopoles, en
permettant A ceux-ci 1'acces des marches extkrieurs... 3
(VRONSKI.)


IV. PRESS BELGE


LE R.P.F. ET LES PROCHAINES ELECTIONS MUNICIPALS
(Le Soir, 27/8) :
c Une declaration du general de Gaulle a precise que
le R. P. F. presenterait des candidates aux elections
municipa.es d'octobre. De ce fait, celles-ci vont pr6-
senter un beaucoup plus vif interet qu'on 'n'aurait pu
l'imaginer et it n'est pas exclu qu'elles aient une in-
fluence politique sur le plan national.
Neanmoins, le general de Gaulle se defend toujours
de vouloir constituer un parti de plus, et pour donner
quelque couleur de vraisemblance A cette affirmation,
qu'il devient difficile de prendre au serieux, il precise
que tout conseiller municipal sortant quelle que soit
son etiquette pourra obtenir le patronage du R.P.F.
A condition de s'y inscrire.
C'est pr6cis6ment une des caract6ristiques des parties
d'accepter les recrues sans se montrer difficiles quant
A leur origine, du moment qu'elles presentent un in*-
r6t Blec:o;al (ce qui est le cas des *lus sortants). On ne
peut pas s'empecher de trouver quelque nalvet- dans
cette tentative de d6bauchage. Les politicians avertis
et exp&rimentes la pratiquent, bien entendu, couram-,
ment, mais ils ont bien soin de ne pas le crier sur les
toits; on parole plut6t des honorables scrupules de
conscience qui ont pouss6 tel mandataire A changer de
liste.
En realite, il semble qu'il s'agisse moins d'une can-







6 BULLtTIN QUOTIDIRN DR PEUSSE *TILLN"GRE


-deur militaire que de l'influence d'une vieille illusion.
Pendant longtemps, le g6enral de Gaulle a esp6r6 cr6er
un rassemblement qui se superposerait aux formations
dejA existantes. Chaque pas qu'il fait 1'eloigne forc&-
ment de ce beau reve pour le longer dans la dure r6a-
lit6. Mais on ne renonce pas si facilement A un ideal
et celui-ci fait, en l'occurrence, une r6apparition con-
damn6e A l'insucc6s, il va sans dire, car il n'y a pas
de probl6me de la double alppartenance, come on P'a
bien vu dans les pays of les catholiques n'ont pas cons-
titu6 un parti sp6cifique. Quel que soit leur attachment
A 1'Eglise, leur organisation s'est toujours montr6e seule
capable de les r6unir en formations efficaces. Apres
tout, la politique est une forme att6nu6e de la guerre
et il n'y a pas d'arm6e qui ob6isse simultan6ment aux
ordres de deux 6tats-majors.
(MARCEL DEFOSSE.)



V. PRESS SUISSE



LE R.P.F. ET LES PROCHAINIES ELECTIONS MUNICIPALES

1. TrIibune de Gen&Bi (26/8) :
< Le fait politique important, en ce debut de se-
maine, est sans contest la declaration du g6n6ral de
Gaulle, qui a proclam6 hier l'intention du R. P. F. (Ras-
semblement du people frangais), de presenter dans
toute la France des candidates aux prochaines elections
municipales.
L'essentiel de la declaration du general de Gaulle
reside dans le passage o& l'ex-chef du gouvernement
provisoire precise que le Rassemblement n'est pas un
parti politique et que les listes qu'il presentera com-
prendront des homes et des femmes de tendances
diverse c devenus des compagnons pour la tache du
salut public >.
Celte invitation est de nature A entrainer vers le
R. P. F. et les listes nouvelles un grand nombre d'indi-
vidualit6s qui, jusqu'ici, avaient appartenu aux parties
politiques traditionnels, souvent faute de mieux, et qui
jugeront en leurs Ame et conscience, devoir r6pondre
A l'appel du premier resistant de France.
It va de soi que ces defections affecteront exclusive-
ment le M. R. P., les radicaux, les socialists et le P.R.L.,
mais qu'en revanche, l'appel du g6enral de Gaulle ne
pr6vaudra pas contre les consignes et contre la disci-
pline du parti communist. L'initiative du g6enral ris-
que done, en affaiblissant tous les parties, sauf le parti
communist, de renforcer ce dernier et meme de lui
manager des succis inesp6ers.
I1 est vrai que la declaration du general de Gaulle
n'apporte pas de precisions sur un point important,
qui est celui de savoir si au second tour de scrutiny les


listes du R. P. F. battues au premier tour seront invi-
tees par le chef du Rassemblement A se d6sister en
faveur des listes anticommunistes ou, simplement, re-
publicaines. De la r6ponse A cette question depend
1'issue de la prochaine consultation Blectorale. Dans
I'affirmative, le recul communist pourrait 6tre impor-
tant; dans la negative, Pentree du R.P.F. dans l'arene
Blectorale ferait le jeu du parti de M. Thorez... .
(Du correspondent d Paris
de la Tribune de Gen6ve.)

2. Gazette de LaUalame (27/8) :
i ...II ne faut pas negliger le fait que le R. P. F. aura
centre lui les trois grands parties, qui, longtemps, cons-
tituerent la majority gouvernementale A 1'apog6e du
tripartisme.
Des trois 6tats-majors, celui du M. R. P. a le premier
ouvert le feu au course de la journ6e de dimanche.
M. Maurice Schumann et le president du group parle-
mentaire, M. Robert Lecourt, ont, en effet, 'un A Car-
cassonne, l'autre A Saint-Michel-de-Greve, en Bretagne,
attaqu6 avec une virulence surprenante le Rassemble-
ment du general de Gaulle, en agitant le spectre de la
division des forces republicaines. Seront-ils ecoutes par
leurs troupes ?
Le probl6me est pose, la solution reste hypoth6tique.
D'une part, on ne peut affirmer p6remptoirement que
le mecontentement.qui regne actuellement se nianifes-
tera par une forte pouss6e A I'extreme gauche on. au
contraire, par une approbation categorique de 1'action
menee par l'homme du 18 juin depuis sa rentree sur
la scene politique. D'autre part, ne se retrouvera-t-on
pas en presence d'un statu ,quo qui, 6videmment, rejoui-
rait et les parties au pouvoir et l'opposition commu-
niste ? Cette derniere hypothsse est assez peu vraisem-
blable, et la plupart des commentateurs les p.us avertis
ne cachent pas 1'eventualit6, .voire la n6cessit6, de
grands changements, sans cependant tenir compete des
considerations superficielles qui laisseraient entrevoir
un gros recul communist.
Une seule chose est pour l'instant certain, c'est
1'Apreth de la lutte qui s'ouvre. II est vrai que les en-
jeux en sont important.
Pour les communists, un succs marqu6 les rendrait
plus ardents A r6clamer le pouvoir. Un recul de la
S.F.I.O. signifierait 6videmment la disapprobation tres
nette de la politique de ses repr6sentants au Parlement
en mati6re d'bconomie. Quant au M.R.P., il entreprend
une lutte A mort. S'il la perd, le glas ne manquera pas
de sonner la fin de son court triomphe.
Enfin, pour le general de Gaulle, le r6sultat de la
consultation dira s'il a bien fait de descendre de son
pi6destal oA les Frangais 'avaient plac6 pour se ml'er
A opposition et faire triompher ses conceptions per-
sonnelles. >
(Du corresTpoiinant i Paris
ide la Gazette de Lausanne.)


S.P .ip.-7 u ioo Prs-3.09Pi rns


S. P. 1. Amp. 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs