Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00170
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: August 27, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00170
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTIBE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*).


ILA DOCUMENTATION FRANCAIS


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESSED


BULLETIN



DE PRESS


27 aoft 1947


QUOTI 0Ti



ETRA t-_Q


Nouvelle S6rie N 0 752


SOMMAIRE


I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La Conference international de GenBve sur le
'ravitaillement :
1. News Chronicle (26/8).
2. Daily Herald (26/8).
b) La situation en Grace (News Chronicle, 26/8).
c) La Conf6rence imp6riale de Canberra (Times,
26/8).
II. PRESS AMERICAINE :
a) La crise, bconomique en Grande-Bretagne :
1. New York Times (25/8).
2. Washington Post (25/8).
3. Chicago Sun (25/8).
4. Chicago Daily News (25/8).
b) Les Etats-Unis et la Greoe (New York Herald
Tribune (25/8).
ic) Les Etats-Unis et la Pologne (New YoJrk Herald
Tribune, 26/8, Ed. europ.).
III. PRESS SOVTiTIQUE.
La politique europeenne des Etats-Unis (Praidda,
25/8).
IV. PRESS BELGE.
Le probl6me allemand (Drapeau Rouge, 25/8).
V. PRESS SUISSE.
La question grecque :
1. Tribune de Genvte (25/8).
2. Gazette de Lausanne (26/8).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 26 aodt 1947
Pooureauoup de journaux, la nouvelle la plus impor-
tante est celle de I'augmentation du prix du carbon ai
partir d'u lr octobre, en raison de la semaine de cinq jours,
d'indemnites aux mineurs, des d6penses pour l'aminagement
et la modernisation des mines, et de 'augmentation des
tariffs de chemin 'de fer.
a * .


D'autre part, la press announce que M. Attled fera A la fin
de la semaine une important declaration sur les measures
d'austerit6 envisages par le gouvernement. D'apris le Daily
Telegraph, le nouveau plan serait exceptionnellement severe
et d apres le Daily Herald ii demontrera la volont6 du gou-
vernement de remettre la Grande-Bretagne debout.
Une parties de la press rend compete des conversations de
Sir Wilfrid Eady avec M. Snyder. Elle expose 6galement les
conditions mises par le gouvernement amnricain A une nou-
velle aide financiere en faveur de la Grande-Bretagne.
La chronique extdrieure tporte sur des sujets divers : Ques-
tions franqaises, Conference a Trois sur la Ruhr, Grace, You-
goslavie, Hongrie et Inde.

1. France
Le correspondent du Times announce que 90.000 prison-
niers de guerre allemands ont deji accept de devenir tra-
vailleurs libres. II remarque que ces prisonniers se sont tres
facilement assimilds et qu'un certain nombre d'entre eux
veulent obtenir la nationality frangaise.
Le Times, le Manchester Guardian, le Daily Telegraph et
le Daily Herald font etat des declarations idu g6ndral de
Gaulle annongant l'entrie du RTP.F. sur la scene politique.
D'apres le correspondent du Times, les r4sultats obtenus
par le R.P.F. aux elections municipals donneront une idle
assez exacte ide la faveur don't jouit ce mo.uvement aupres
de l'opinion publique.
Le correspondent du Manchester Guardian fait 6tat de
son c6te des critiques c d'une vigueur sans precedente i
adressdes par le M.R.P. an movement gaulliste. Ronald
Matthews estime que seule une crise gouvernementale pro-
longde pourrait amener le retour d'u gdndral de Gaulle au
Ipouvoir et que personnel ne vent courir le risque d'une telle
crise.
Le Daily Telegraph public un long article de l'Observa-
teur Frangais sur les positions de la France A IP'gard d'une
feddration de l'Europe Occidentale oh il expose notamment
les craintes de la France au sujet d'un retour de la puis-
sance allemande et demandant notamment que l'on applique
le principle essential, suivant lequel c le carbon de la Ruhr
doit aller a la Lorraine et non pas le fer de la Lorraine an
carbon de la Ruhr. ,
Le Daily Telegraph announce la prochaine visit du mard-
chal Montgomery en France.
2. Inde
La plupart des journaux annoncent que la situation dans
le Punjab reste extrdmement tendue. Le correspondent du
Times craint que le flot de rdfugies musulmans ne finisse
par provoquer des reprdsailles centre les Hindous. D'aprBs
'le correspondent du Manchester Guardian, la fureur popu-
laire prendrait une forme excentrique. Norman Clutz, du
News Chronicle, announce que 40.000 r6fugi:s so t aTrrtvs







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGERE


A Delhi et que le couvre-feu a dd 6tre impose par measure
de precaution.
3. Ruihr
Le correspondent diplomatique du Times s'attend a la
publication d'un communique de la Conf6rence des Trois
cet apres-midi. II pense que la d416gation frangaise accep-
terait une revision du niveau de lindustre allemande en
changee de certaines garanties concernant les livraisons de
carbon et surtout le coke de la Ruhr.
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardian
remarque que le secret des n6gociations a et6 admirablement
garden. Ii pense que celles-ci dureront jusqu' la fin ,de la
semaine en raison de l'ampleur meme du problerne. II sup-
pose que les n6gociateurs de Londres attendent de connaitre
le r6sultat de la Conference de Washington sur le contr61e
et la direction des mines de la Ruhr.
4. 0. N. U.
Huit journaux don't le Times,' le Manchester Guardian et
le Daily Telegraph annoncent que la France a opposed son
veto h la resolution sovistique pour la creation d'une com-
mission international iharg6e d'enqueter en Indonssie sur
les raisons de la continuation du conflict. Tous font remar-
quer que c'est la premiere fois qu'un pays autre que
1'U.R.S.S. fait usage de son veto et le Daily Mirror re-
marque ironiquement que les Soviets se font battle avec
leur propre baton *.
5. Allemagne
Le Daily Worker announce une renaissance du militarisme
allemand. II signal que des d6files d'anciens S.A. ont eu
lieu dans le secteur americain de Berlin et que, A Sarre-
bourg, des Allemands nazis ont fait irruption dans un mee-
ting politique pour protester centre l'in'clusion d'une parties
de Sarrebourg dans la Sarre.
6. Grace
Le Manchester Guardian, le Daily Herald et le News Chro-
nicle font 6tat des difficulties rencontrdes par M. Tsaldaris
pour former un gouvernement. 11 signal que M. Sophoulis
a pos comme conditions au gouvernement Tsaldaris I'octroi
de l'amnnistie pour tons les rebelles grecs.
7. Yougaslavie
Le Manchester Guardian signal la presence d'organisa-
tions clandestines en Yougoslavie avec ramifications en Au-
triche, en Allemagne et en Italie. Leur activitU se serait
limited pour 1'instant aux secteurs dans lesquels l'arm6e du
marechal Tito ne comptait pas pendant la guerre sur de
nombreux partisans.
8. Hongrie
Le correspondent du Daily Telegraph & Budapest fait Rtat
des methodes employdes par les communists pour s'assurer,
dit-il, le contrl6e des elections.

a) LA CONFERENCE INTERNATIONAL DE GENEVE SUR LE
RAVITAILLEMENT.

1. News Chronicle (26/8, liberal) :

Les d6elgues de cinquante nations participant A l'Or-
ganisation du Ravitaillement et de l'Agriculture se ren-
contrent aujourd'hui a GenBve... La tfche qu'ils abor-
dent est beaucoup plus important que la simple re-
cherche de measures temporaireA destinies a remkdier a
la crise actuelle. La situation actuelle du monde est
une legon concrete que les nations ne peuvent ignorer
qu'a leurs depens. Mais cette situation ne doit pas leur
faire oublier le paradoxe plus' g6n.ral sur sequel sir
John Boyd Orr a souvent insist : que des millions d'in-
dividus manquent de nourriture, tandis que des fer-
miers redoutent la ruine parce qu'ils out pruduit en
trdp grande abondance.


Telle est la situation aujourd'hui. Le manque de ce-
reales (de bl pour 1'Europe, et de riz pour l'Asie) est
aussi s6rieux qu'il 1'6tait l'annde derniere. II est vrai
que la Russie et ses satellites semblent en avoir bien
prus qu'il ne leur en faut simplement pour eux-memes.
Mais I'Amirique possede pour l'exportation des dispo-
nibilites qui pense-ton, d6passant de 30 i 40 % le niveau
d'avant-guerre. Et comme le reste du monde d6perit,
non seulement a cause du manque de vivres, mais aussi
de dollars, cet immense surplus exportable d-eviendra
invendable... Pour surmonler cette crise du dollars, le
F.A.O. a abandonn6 ses plans ant6rieurs, et une Com-
mission dirig6e par le vicomte Bruce a 6tabli un plan
de cooperation pour la r6partition des stocksde & sur-
plus >. L'idbe du F.A.O. c'est que chaque nation de-
vrait constituer peu a peu ses propres reserves. Et en
cas de mauvaise recolte ce qui pourrait faire monter
les prix, le F.A.O. ordonnerait que ces stocks soient
mis en circulation. Ainsi, on pourrait maintenir une
certain stability des prix et le march continnerait a
fonctionner normalement et librement... Sir John Boyd
Orr a averti le monde que l'avenir de 1'O.N.U. peut
aussi bien etre determined GenBve qu'h Lake Success.
Si l'on aboutit a une impasse sur la bombe atomique
il ne s'ensuivra pas nbeessairement que la bombe sera
utiltsCe. Mais si l'on aboutit A une impasse dans les con-
versations sur le ravitai;lement, le resultat sera indvita-
blement la faim et mmme la famine >.

2. Daily Herald (26/8, travailliste) :

q Dans toule 1'Europe et de 'autre c6t6 de 1'Atlan-
tique, les politicians se penchent sur la crise du dol-
lar... Mais il serait plus sage d'exposer A 1'Anglais
moyen le probl6me qui se pose A nous et qui se pose
en meme temps A des multitudes de peuples dans toute
1'Europe et dans toute 1'Asie, sous la forme d'une crise
alimentaire...
La Grande-Bretagne, qui sait que son propre redres-
sement Bconomique est inextricablement li6 au rel6ve-
ment Bconomique de 1'Europe, a fait des efforts h6roi-
ques pour aider ceux don't la position 6tait encore bien
plus mauvaise que la n6tre. Pour les aider, nous avons
depens6 notre 6nergie et nos resources jusqu'A un point
qui 6tait, comme les 6vdnements l'ont prouve, au deli
de nos forces. Mais si nous avions cess6 d'apporter no-
tre aide, on peut deviner quelles 6pidemies et quelle
famine se seraient abattues sur le monde occidental,
nous entrainant en meme temps...
Au milieu de ces difficulties, l'Organisation de P'Agri-
culture et du Ravitaillement se r6unit pour la troisieme
fois A GenBve. Elle va chercier les meilleurs moyens de
venir en aide aux pays d6vast6s, par la guerre et de
faire un succs de la moisson de 1948...
Si les gouvernements du monde avaient Wt6 d6cides
a suivre les avis de sir John Boyd Orr et a agir avec
plus d'audace, certaines de nos .preuves imm6diates au-
raient pu etre adoucies. Ceux qui jeterent les bases de
cette Organisation pendant la guerre ont pr6vu ce que
seraient les probl6mes du ravitaillement dans la p6riode
d'apr6s-guerre et que le nouveau monde devrait aider
I'ancien Continent. Mais ils ont sous-estim6 les dangers
qui suivraient une reaffirmation -des droits de souverai-
net6 national. Ce qu'il faut maintenant, ce n'est pas
que ces pionniers abandonment leur travail, mais qu'ils
le rendent plus efficace, plus fructueux et ilargissent sa
portee.
Nous devons done soahaiter bonne chance i sir John
Boyd Orr et A ses collaborateurs eclairs et 6nergiques,







BULLETIN QUOTIDIEN DR PRESS tTRANGARE 3


Ils font un travail splendid pour nous tous. La Grande-
Bretagne sera sans doute gravement affected par son
propre problime urgent du ravitaillement. Mais p'us
que jamais il est I):-ouv6 que le destin .de toutes les
nations est commun. La guerre, centre la faim ne con-
nait pas de fronti6res. >

b) LA SITUATION EN GRACE (News Chronicle, 26/8, libe-
ral) :
Ce serait un grand malheur malheur tout A fait
6vitable d'ainleurs que le remaniement aciuel du
gouvernement grec se termine pair un enforcement de
la reaction....
En definitive, les puissances occidentales ne peuvent
demander moins qu'un gouvernement d6mocra:ique qui
agisse de fagon id6mocratique. Un simple gouvernement'
de facade, tout just bon h satisfaire l'opinion publique
amiricaine, nle suffit pas. Jusqu'a present, c'est lout ce
qui a el6 demand, mais il devrait 6tre evident, main-
tenant, qu'une telle politique est sterile et porte en elle-
meme son principle de destruction. E:le ne pourrait pas
tirer la Grece de l'abime of ce pays est tomb6, et, au fur
et A measure que sa futility deviendra plus' 6vidente, on
la jugera de plus ,en plus intolerable en Grande-Breta-
gne et en Amerique. Nous sommes en Grace pour encoa-
rager la realisation des id6aux auxquels nous croyons.
Si nous choisissons de combattre pour la liber:e en ai-
dant l'oppression, nous aurons perdu la bataille, et
I'oppression I'emportera d'une favon ou d'une autre. Le
regime d6mocratique doit etrWe employ A sa propre de-
fense. Rien d'autre ne sera efficace.

C) LA CONFERENCE IMPERIAL DE CANBERRA (Times,
26/8) :
...Les conversations qui s'ouvrent maintenant permet-
tront sans doute A tous les membres du Commonweath
de mieux comprendre les probl6mes du Pacifique. Pour
la premiere fois dans l'histoire de cc genre de confe-
rences les courants nationalists du sud-est asiatique
sent effectivement represents par les nouveaux domi-
nions de l'1nde et du Pakistan, et par la Birmanie. La
contribution des partenaires orientaux du Common-
wealth a la discussion des clauses du trait de Ipaix
japonais sera Avidemment de la plus grande importance.
Elle permettra de garantir que le point de vue adopt
au course de la conference est international, au sens le
plhs heureux du terme, et ne sera pas exclusivement
l'expression de la pens6e occidentale...
On se demand vraiment dans le Commonwealth jus-.
qu'A quel point le general MacArthur a pu amener les
Japonais A penser de fagon d6mocratiqui, pendant cette
pe iode de son heureuse administration. Quoique l'im-
pression gen6rale rapport6e par le docleur Evatt de sa
r6cente visit semble favorable, les membres du Com-
monwealth se montreront peu disposes A admettre trop
rapidement qu'un changemeent radical et durable ait
bouleverse la conception de vie et encore moins le ca-
ractrre du peoplee japonais en general. Aussi complete
que soit le d6sarmement japonais en ce moment, un cer-
tain contrble international sera n6cessaire pour le main-
tenir apr6s la fin de l'occupatibn militaire a'li6e, ne
serait-ce qu'A cause de la difficult, de dissocier le d6-
veloppement ,d'une industries moderne tel qu'on. doit
le permettre au Japon pour parvenir A une stability
6conomique des facilities qu'il offre pour un r6arme-
ment 6ventuel. Plus t6t on aura conclu d6finitivement
la paix avec 1Ie Japon et mieux cela vaudra pour tout le
monde, car la reprise des relations commercials inter-
nationales avec le Japon, selon certaines conditions


diclees par la sscuritW, apporterait une serieuse contri-
bulion au rfdressement 6conomique de toute la region
,du Pacifique.
On a routes raisons d'esp6rer que' les discussions *de
Canberra raciliteront une coop-ration efficace entire les
nations du Commonwealth britannique et les Etats-
Unis en hAtant la conclusion d'une paix qui jeltera les
bases de la prosperity aussi bien que de la security dans
I'Extr&me-Orient.



II. PIESSE AMIEIICAINE


Revue de la press amdricaine 41 25 aotdt 1947
1. Grace
La admission du cabinet d'Athenes replace au premier
plan des co-mmentaires politiques la situation grecque d'au-
tant plus que le Dipartement d'Etat vient de publier les
rnsultats d'une enqu&te de la Sous-Commission de I'O.N.U.
dans ies Balkans, don't les conclusions accusent les gouver-
ncments d'Albanie de Bulgarie, de Yougoslavie d'actes hos-
tiles envers la Grece. D'autre part, la press reprend les
declarations faites A la radio americaine par M. Henderson,
chef de la section du Moyen-Orient au Departement d'Etat,
indiquant qu'il serait n6cessaire d'avoir recours A t des
actes impitoyables si la situation empirait en Grece.
Tons les journaux de lundi annoncent sous de gros titres
que le President americain de la Legion ddclara que les
Etats-Unis devraient envoyer des troupes americaines en
GrAce, le cas echeant, pour empecher I'expansion du com-
munisme et l'influence russe dans le monde.
Les co.rrespondants politiques rapportent ces faits et ces
declarations sans ajouter de commentaires. Cependant. les
dditoriaux du New York Herald Tribune et du Washington
Post accueillent la admission du cabinet grec avec une cer-
taine satisfaction. Ils out I'espoir qu'clle conduira a la for-
mation d'un gouvernement de coalition de tous les parties
anti-communistes, qui, a leur avis, devrait permettre une
reconciliation interieure et I'arrft d'ho.stilit&.
2. Roumanie
La press rapporte que 1'Assembl6e roumaine a ratifi6 le
traits de paix.
3. Bulgarfe
De Washington, les correspondents annoncent qu'une note
am.ricaine a Wte adressee h Moscou pour protester centre
la condemnation h mort ddu ohef de l'opposition bulgare,
Petkof. la suspension de ce jugement ayant Wte rejet6e par
le repr6sentant russe A la Commission de contrble i Sofia.
Cette note'd6clare que le gouvernement des Etats-Unis ne
peut pas accepter I'argument russe disant que cette condam-
nation relive implement de la jurisdiction bulgare.
4. Corde
La press announce que trois soldats amdricains arrAits
par les Russes i la frontiere coreenne le 12 aofit dernier
furent rendus aux autoritis amdricaines sans qu'aucune ex-
plication ait et6 fournie pour Ic retard apportd h cette libd-
ration. De Moscou, la press reprend la r6ponse de Molotov
Sla derniere note ide M. Marshall sur les activities de la
Commission americano-sovi6tique en Conre. Le correspon-
dant du New York Herald Tribune considrre que cette r6-
ponse laisse la porte ouverte A une entente sur le fouction-
nement de cette Commission.
Une ddepche U.P. de Seoul reprend los declarations du
general americain Hodges, accusant la delegation russe h
cette Commission d'avoir encourage certain politicians A
recourir a des manoeuvres graves, visant i la destruction du
gouvernement constitute d:ns la zone americaine. Ces decla-
rations auraient 6t6 faites en r6ponse aux allegations du
d6legud sovi6tique pr6tendant que les autorit6s americaines
etaient responsables des pogroms en Coree du, Sud.







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


5. Chine
La grande press reprend integralement la declarationn
faite par le ge6nral americain Wedemeyer qui vient d'ac-
complir une mission d'information en Chine A la demand
du Dipartement ,d'Etat. On relive les passages suivants :
o Le Gouvernement central actuel peut gagner ct retenir
l'apipui enthousiaste et unified de la masse idu people chinois
en renvoyant les gens incompetents, ou corrompus, occupant
actuellement de nombreuses po-sitions d'autorit6 dans le
government, non seulement dans l'organisation national,
mais plus encore .dans les cadres provinciaux municipaux...
Pour regagner et maintenir la confiance du people le Gou-
vernement central devra avoir recours imm6diatement aux
r-formes politiques et iconomiques impitoyables .1 longuc
portee. .
6. Questions allemandes-
De nombreux articles venus de Londres sont .consacrds aux
conversations tripartites sur I'Allemagne, mais n'ajoutent
rien de nouveau aux d6pchhes antdrieures sur ce mimne sujet,
la plupart ides correspondents se contentant de rCpeter ce
quest la position frangaise dans cette affaire.
Une d6peche an New York Times de Berlin declare que la
France proposera que la r6partition de carbon allcmand se
fasse sur la base des exportations allemandes dde 1936, 69 %
du carbon product resterait done en AiTemagne. Le' corres-
pondant ajoute que I'attitude frangaise parait &tre que si
cette part 6tait suffisante Ipour Hitler, lorsqu'il commenga
la fabrication des munitions sur une i6chelle gigantesque,
elle est plus que suffisante pour les besoins pacifiques de
I'Allemagne >.
Une autre dipeche de Berlin nu New York Times indique
que le g6ndral Clay a ordonn6 aux membres du gouverne-
ment militaire en Allemagne de se montrcr plus discrets a
]'avenir dans leurs conversations avec les journalists. II
estimerait que I'intervention duf government frangnis n'an-
rait pas lieu si la faite ne s'"tait pas pro-duite.
Un article des frbres Alsop r6dvle aujourd'hui que la Dd-
legation britanniquc A la Confirence financibre anglo-am6-
ricaine qui se deroula la semaine derniire h Washington,
menaga le gouvernement des Etats-Unis de retire les troupes
britanniques d'Allemagne, ainsi que administration an-
glaise, si I'aide financitre n'dtait pas donnie A l'Angleterre
qui ne pouvait pas continue ;prendre en charge de tels
frais d'occupation. Les auteurs de cet article constatent que
le gouvernement de Londres n'avait pas d'autre choix, mais
Sque cette mise en demeure bi'itannique surprit le I)Dparte-
nent d'Etat et amena le Secretaire ndu Trdsor americain A
prendre une attitude plus confriliante i l'Igard des Britan-
niques.
La correspondante du New York Herald Tribune hi Berlin
signal les protestations angro-amiricaines centre la pro-
duction d'aluminiu'm dans la zone frangaise d'occupation en
Allemagne contrairement aux engagements quadripartites.
Les Frangais auraient promise de faire cesser cette produc-
tion. qui aurait etC utilisec comme reparations par la France

7. Confirence economique de Paris
Le correspondent de P. M. A Paris, indique que cettl conf6-
rence prepare son rapport final, que l'aide am6ricaine ne
serait donnee qu'aux nations qui s'engageraient A accomplir
des r6formes economiques et financibres. Chacune d'entre
elles serait appelde A soumettre ses plans de rnfornme aux
Etats-Unis. La conference proposerait que sur 29 milliards
200 millions de dollars, d'aide amtricaine, 84 %, soit 25 mil-
liards de dollars soient r6serv6s aux achats de produils agri-
coles et alimentaires. Le correspondent ajoute < c'est cet
appetit vorace, que la Conference de Paris devra r6duire,
*d'un tiers environ, avant de presenter son rapport final aux
Etats-Unis. 11 ajoute qu'un fonds americain de quatre mil-
liards de dollars devrait etre constitute pour faciliter les echan-
ges centre les pays europiens ainsi que la conversion libre
des devises.
8. Nonuelles de France
Sonia Tomara, est l'auteur d'un long article an Nel, York
Herald Tribune, sur la situation conomique industrielle de


la France, of elle montre qu'un redressement s'est dUja po-
duit depuis la liberation mais qu'un desdquilibre continue
A exister entire les prix et salaires.
Un article de warren, dans le New York Times de diman-
che, fait craindre, qu'ne crise financirre .vienne mettre en
peril le Gouvernement Ramadier. Une depeche U.P. repro-
duite en premiere page du New York Times sous le titre
a de Gaulle engage la bataille politique announce que le
General de Gaulle et le R.P.F. prssenteront des listes de can
didats aux elections municipales d'octobre.

a) LA CRUISE tCONOMIQUE EN GRANDE-BRETAGNE.

1. New York Times (25/8) :
e ...On avait esp6r6 que la decision prise par la
Grande-Bretagne, en juillet, de revenir A la libre con-
verlibilit6 renforcerait le prestige *de la livre sterling et
qu'en meme temps on pourrait persuader les autres na-
tions de garder le benefice des transactions sous forme
de livres sterling. Mais en raison de la demand g6n6-
rale et sans precedent de dollars, cette measure s'est
av6r6e 6tre un geste plus courlois que prudent... La
Grande-Bretagne a adopt la seule attitude logique et,
en fait, la seule possible... Ce qui attend la Grande-Bre-
tagne, c'est une p6riode of l'aust6rit6 tiendra la 'pre-
mibre place, au moins jusqu'a ce que le plan Marshall
soit formula de facon concrete. En attendant, la Grande-
Bretagne et le monde auront quand mime retire un en-
seignement de cetle experience malheureuse, si elle
prouve du meme coup que les pr6ts internationaux ne
constituent rien de plus que des expedients temporai-
res... >>

2. Washington Post (25/8) :
< La fuite rapide des dollars que les Anglais nous
avaient emprunt6s est due tout d'abord A une balance
6conomique d6ficitaire... Le seul moyen pour I'Angle-
terre de reliever son 6conomie, c'est d'augmenter les
exportations et de r6duire les importations jusqu'a ce
que le deficit soit combed. C'est lA une operation de cr6-
dit formidable en elle-mime, et mime les sacrifices les
plus grands n'auraient pu permettre de la r6aliser pen-
dant le peu de temps qui s'est could depuis la conclu-
sion de l'accord anglo-am6ricain...
Cependant, ce d6clin rapide des reserves britanniques
en dollars ne pent s'expliquer uniquement par une ba-
lance commercial d6ficitaire... Depuis l'application de
la clause de la convertibility libre, on a assist A une
ruee vers les reserves britanniques en dollars, et, si
cette ru6e n'est pas arr6t6e, elle ipuisera bientit les
derniers fonds pr6t6s par les Etats-Unis et le Canada,
lout comme les dernieres reserves d'or de la Grande-
Bretagne. Une suspension temporaire de cette clause
emp6chera cet abandon de la livre sterling... L'appli-
cation de la clause de libre convertibility, qui devait
amener une r6ouverture des voies commercials, s'est
rev61le ipr6matur6e. >


3. Chicago SIan (25/8) :

(( Les nouvelles restrictions portant sur la libre con-
vertibilit6 fourniront sans aucun doute des arguments
aux Am6ricains qui pr6tendent que l'Angleterre et l'Eu-
rope devraient etre reconstruites A l'image economique
precise de la concentration capitalist des Etafs-Unis.
La nouvelle crise du dollar subie par la Grande-Breta-
gne est d'une grande signification pour les Etats-Unis
et toute la structure Bconomique du monde occidental.
Mais elle ne signifie pas... que les experiences du gou-
vernement travailliste en matibre de nationalisations se
terminent par un 6chec lamentable. a








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 5


4. Chicayo Daily News (25/8) :

< Le probl6me crucial qui se pose A la Grande-Bre-
tagne, c'est qu'elle ne produit pas assez pour l'exporta-
tion et qu'e.le ne peut acheter les produins indispen-
sables A son existence... Le nouveau programme < d'aus-
t6rit6 > est destine a remedier a cette difficult6.-Mais
on a 1'impressiqn, aux Etats-Unis, que la determination
prise par la Grande-Bretagne d'affronter les dures r6a-
lites et de s'acharner au travail a 6ti longue A venir...
Les Etats-Unis veulent bien aider la Grande-Bretagne
dans des limits raisonnables, et dans leur propre in'e-
r&t, aussi bien que par pure amilie. Mais ceci dit, nous
n'avons pas envie de travailler six jours par semaine
pour aider un peup:e qui ne travaille que cinq.

b) LES ETATS-UNIS ET LA GRtCE (New York Hencald Tri-
bune, 25/8):

c ...L'annonce de l'application du plan Truman n'a
gubre servi selon une th6orie chbre a ses d6tracteurs
- qu'A soutenir les 616ments r6actionnaires du gou-
vernement grec et A rendre encore plus difficile la pour-
suite de l'objectif souhait6, c'est-A-dire l'6tablissement
d'une d6mocratie grecque forte et unifi6e. Quoi qu'il
en soit, il est evident que les tentatives de repression
amorc6es par le gouvernement n'ont pas r6ussi a mettre
fin la guerre civi:e. Trois ministries lib6raux ont pre-
cipit la crise en demandant la revocation du minisire
r6actionnaire de l'Ordre public, Zervas, et une plus
grande participation au gouvernement des forces lib&-
rales; devant le refus qui leur a 6t6 oppose, ils ont d6-
missionn6. Bon nombre d'observateurs pensent avec eux
que M. Sophoulis est la seule personna:it6 qui puisse
r6aliser l'unit6 de la Grbce sur une base solide, mais le
parti de M. Sophoulis n'a que 48 sibges au Parlement
sur 354 et l'on ne peut confier A M. Sophoulis la pr6-
sidence du Conseil sans violer la procedure constitu-
tionnelle.
En consequence, M. Tsaldaris a entrepris de former
un nouveau gouvernement sur une base populaire plus
large. On est sincerement tenit d'esp6rer que c'est vrai-
ment 1l son intention et que cette fois il y parviendra.
II n'existe, en effet, aucune chance de voir r6ussir la
politique americaine en Grece. S'il n'existe pas un gou-
vernement grec solidement 6tabli et soutenu par le peu-
ple. Officiellement, la position am6ricaine a Wte de se
tenir A 1'6cart de la facon la plus correct; on a ce-
pendant quelque mal a croire qu'au course des longs
entretiens qui ont r6uni les d6l6gu6s ambricains et les
autorites grecques, l'influence des Etats-Unis ne se soit
pas exerc6e pour demander instamment la formation
d'un gouvernement vraiment repr6sentatif et progres-
siste, dans la measure ofi c'est possible en GrBce. C'est
la un problem aussi important pour nous que pour
le peoplee grec; ce n'est pas un problem facile a re-
soudre et trop de consequences dependent de la solu-
tion qu'on lui donnera pour qu'on puisse se permetfre
de le consid6rer sans inquietude. >


c) LES ETATS-UNIS ET LA POLOGNE (New York Herald
tribune, 26/8), edition europ6enne :

< Le seul fait qui soit vraiment net en ce qui concern
la Po'ogne d'aujourd'hui, c'est qu'on reconstruit ce
pays avec une 6nergie et un enthousiasme sans 6quiva-
lents dans 1'Europe d'apres guerre; c'est aussi qu'un
gouvernement a direction communist a toute la respon-
sabilit6 de cet effort giganfesque; c'est enfin que le peu-
ple, qui n'est ni terrorism ni opprim6, coopere ,troite-


ment avec le regime actuel, bien que la plupart des
citoyens le critiquent...
Meme aujourd'hui, les Am6ricains qui arrivent de
Russie en Pologne disent qu'on respire en Pologne un
peu d' < air frais >. Il est certain que la police secrete
constitute plus une g6ne qu'une source de terreur pour
les Polonais, don't le caractere n'est pas precisement de
se montrer dociles. Mais sur ce point important qu'est
le contr6le de la press, les proc6d6s polonais sont ma-
nifeslement calques sur ceux de la Russie. Voilh qui
est vraiment dommage du point de vue americain, parce
que la press supprime ainsi le seul moyen par lequel
on pouvait entretenir l'affecion chaleureuse que 90 %
des Polonais temoignent aux Etats-Unis. L'argument
invoqu6, c'est que la po:itique 6trangBre americaine est
pro-al emande... C'est 1A un argument habile parce que
les dirigeants communists de la press ont pu insisted
sur cerlains faits : le refus americain de reconnaitre
a la Pologne la possession des territoires enlev6s a
1'Allemagne; le rapport Harrison, qui signifiait en r6a-
lite que les Polonais avaient tant et si bien travail:6 que
l'aide amdricaine devrait aller A l'Al'emagne et h d'au-
tres nations p'us n6cessiteuses plut6t qu'A la Pologne ;
enfin, la decision anglo-am6ricai-ne de relever- l'6cono-
mie a'lemande en tant que parties integrante du plan
general du redressement europ6en.
Or, le sentiment que nourrissent les Polonais a l'6gard
de l'Allemagne est si amer que beaucoup des Polonais
qui ont des sympathies pour l'Ouest affirment qu'ils ne
regrettent p'us de n'avoir pas particip6 A la Conf6rence
de Paris sur le plan Marshall... Le p'us ennuyeux, c'est
que ce sentiment bien comprehensible sans oublier
la fagon don't il est exploit par une press controlee -
fail perdre aux U. S. A. des amis en Pologne. Or, pour
autant qu'une politique de puissance depend en grande
parties du nombre de gens qu'on a de son c6te, l'hos-
tilit6 manifested mnme par'quelques Polonais seulement
devrait inquieter les Etats-Unis...
La seule poLitique A suivre semblerait alors de priver
les communists d'arguments pour leur propaganda.
Ceci signifie que le Departement d'Etat devrait s'abste-
nir : 1" de donner par ses 'paroles ou par ses actes
I'impression que la politique am6ricaine est pro-alle-
mande; 2 de faire quoi que ce soit qui puisse amener
les Polonais a penser que l'Am6rique s'occupe de leurs
affaires int6rieures. En meme temps, on devrait faire
com:prendre aux 616ments polonais vraiment d6mocra-
tiques, non communists, et qui ne sont pas non plus
les exiles de l'armbe Anders ou les paysans de Miko-
lajczyk, que 1'Am6rique ne les consid&re pas comme
des fantoches a. !a solde du Krem'in pour la seule raison
qu'ils cooperent avec le gouvernement dans son pro-
gramme de reconstruction. Cette attitude, p'us que toute
autre chose, encouragerait les socialists et les libhraux
A s'opposer vraiment a une sovietisation plus grande
de leur pays.
On s'imagine de moins'en moins qu'une guerre puisse
cclater entire les Etats-Unis et la Russie A measure que
l'on rest,e plus longtemps derriere le soi disant rideau
de fer. Neanmoins, la politique de puissance reste en-
core A la mode dans le monde et, ne serait-ce que pour
cette seule raison, tout effort pour garder l'amiti6 des
dirigeants non communists de 25 millions de Polonais
prend tout son sens. En cas de rup!ure entire' la d6mo-
cratie et 'e communism, le soutien de ces dirigeants
constiluerait une contribution important h la cause
de la liberty.
(WILLIAM ATTWOOD.)








6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGBRE


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovidtiqu.e des 24 et 25 aott 1947 ,
Les telegrammes et les com.mentaires relatifs aux questions
etrang6res dans la press du 24 et la Pravda du 25 sont domi-
nes par les nouvelles concernant la crise economique britan-
nique, les conversations de Washington et de Londres et les
prochaines elections en Hongrie.

1. La crise britannique
Tous lcs journaux reproduisent les declarations de M. Sny-
der et de M. Morrison. Ils donnent des compte-rendus des
diverse revues et quotidiens angio-saxons sur les diff6rents
aspects de la crise economique. Les chroniques internationa-
les de la Ko'msomolskaja Pravda et du Moikovsky Boichevik
consacrent une parties de leurs commentaires h cette question.
La Pravda estime que les difficuites que traverse I'Angleterre
par suite de la penurie de dollars, peuvent servir d'exemple
pour ceux qui comptaient plus sur l'aide am6ricaine que sur
leurs propres forces et sur une veritable collaboration inter-
nationale.
2. La politique des Etats-Unis
On relive dans la press de vives protestations centre les
Etats-Unis, aussi bien en ce qui concern la conference de
Iio-de-Janeiro qu'a l'6gard du Japon. L'analyse de la politi-
que amdricaine en Europe i la lumisre des recentes reunions
internationales de Paris, de WLash.ngton ct ide Londres fair
l'objet d'un article dans la chronique international de la
Pravda du 25. sous la signature de Marinine (voir cet article
plus loin).
3. La tutte pour la ddmocratie
La Pravda du 25 public les declarations du ministry hon-
grois des Affaires etrangrres en r6ponse i la note amnricaine.
Dans la Komsomolskaja Pravda, Kalouguine analyse rapide-
ment les transformations d6mocratiques de l'Angleterre. Des
commentaires sont consacres aux deux aspects diff6rents de
I'anti-sovidtisme. Dans 1'Etoile Rouge, un court article de
Petchov souligne la champagne de calomnies antisovi6tiques
menees en Allemagne par les journaux anglo-am6ricains. -
Dans la Pravda du 24, Vladimirov signal les intrigues des
milieux reactionnaires iraniens i propos de la rupture de
I'accord p6trolier irano-sovi6tique.

4. France
La politiqu'e intirieure -flanaise fait l'objet d'an t6lgram-
me dans la Pravda du 25, intitule : a La press dlmasque
les desseins de de Gaulle n et donne des extraits de l'Aurore,
de Liberation, de I'Humianit, A propos de la creation du
group de la lutte pour une vraie d6mocratie.
Marinine consacre utne parties de la chronique internal ionale
au bilan du Congres du parti socialist frangais. II estime
que dans Ta politique exterieure, les leaders du parti socialist
jouent le role d'agents europdens a du Plan Marshal!, d'or-
ganisateurs du bloc occidental dbnt la pointe est dirigee con-
tre 1'Union sovietique et ses satellites. < Le 39e Congres du
Parti socialist frangais, dit-il, a rv6le6 l'immense foss6 qui
continue A se creuser entire la masse des travailleurs ct les
simples membres du part qui reclament la fin de la division
et 1'6tablissement d'une unit solid de la classes oqvriere.
Le parti sociaiste frangais dolt choisir entire la poursuite de
la direction actuelle qui le conduit a la catastrophe ou la
renonciatihr it cette politique qui transform la France en
un serviteur des hommmes d'affaires .americains >.

LA POLITIQUE EUROPEENNE DES ETATS-UNIS (PrIladot,
25/8) :
< IL est clair que la Conf6rence de Paris, au lieu de
travailler au r6tablissement 6conomique de 1'Europe oc-
cidentale d6truite par la guerre, s'efforce plutBt de r6a-
,liser la subordination de 1'6conomie europeenne a
l'Am6rique... Les hommes politiques italiens agissent,
d'ailleurs, a cette Conf6rence comme les porte-parole


des pen.ses et des esp6rances de la diplomatic d'outre-
Atlantique. 0
Ainsi qu'il resort de nombreuses declarations italien-
nes, les Etats-Unis ont mis maintenant a l'ordre du
jour : 1 la creation en Europe occidentale du s bloc
du dollar >, c'est-h-dire l'l6imination de la livre ster-
ling; -2 l'organisation en Europe de consortium inter-
nationaux, autrement dit de filiales de consortium
amBricains dans les domaines de la production de
i'energie 6lectrique, de la m6tallurgie et de l'industrie
chimique; 3" la creation d'une union doua'niere des
pays d'Europe, c'est-A-dire la domination de ce march
par les monopoles am6ricains. La quatrieme rubrique
que les Italiens n'ont pas mention'n6e, c'est l'effort ame-
ri-cain en vue d'accaparer la Ruhr. Selon les vues de
M. Marshall, les r6sultats des conversations entire les
experts anglais et am6ricains sur la Ruhr auront une
importance plus decisive que ceux de la Conf6rence de
Cooperation Economique Europ6enne.
La iprochaine tape est celle qui a commence le
22 aofit : celle des conversations tripartites anglo-franco-
americaines de Londres. A Washington, les Am6ricains
ont < mis les Anglais dans leur poche ,. A Londres, en
faisant front common avec Bevin, ils agiront de meme
avec les Frangais. Les conversations de Londres sont
consacr6es, officiellement, au rel6vement du niveau de la
production industrie'le al'emande, mais il est clair pour
tout le monde que cette question d6passe la compktente
d'une conference tripartite et ne peut 6tre r6solue que
par le Conseil des ministries des Affaires 6trangBreS.
La diplomatic du dollar, avec l'aide de ses clients an-
glais et francais qui lui font suile, a mis a l'ordre du
jour non plus une revision partie'le, mais la suppres-
sion totale des decisions historiques de Potsdam et,
par consequent, le replacement de la politique de col-
laboration international qui est a la base de ces d6ci-
sions par celle de 'a domination de Wall Street. Etabli
maintenant il est que l'une des raisons des crises 6co-
nomiques britannique et frangaise est l'orientation de
la politique ext6rieure de ces pays. Comme 1'6crit le
News lOhontcle, < le veritable espoir de sa'ut et de
liberty 6conomique pour l'Angleterre est en Europe a.
Cette conclusion est encore plus valuable pour la
France. .
(MARININE.)



IV. PRESS BELGE


LE PROBLAME ALLEMAND (Le Dralpeau Rouge, 25/8, com-
muniste).
< Les gouvernements anglais et americain le pre-
mier ne refusant encore rien au second veulent pla-
cer le Conseil des < 4 >, qui se r6unira en novembre,
devant le fait accompli d'une decision prise pour re-
lever l'industrie lourde de 1'Allemagne et son arsenal de
guerre, la Ruhr...
Aucun doute ne peut subsister sur l'objectif pour-
suivi en zone anglo-am6ricaine si l'on ne Iperd pas de
vue les 6v6nements des derniers mois, les declarations
et les actes precis des Am6ricains : relevement de
l'Allemagne occidentale par priority, remise en se:la des
magnats de la Ruhr, tel Hugenberg, qui hiss&rent Hitler
au pouvoir pour le malheur du monde, pour le malheur
de notre pays.
Jusqu'h la conference de Moscou, la France lenait
bon. Elle exigeait le contr6le international de la Ruhr
par toutes les grandes puissances. E:le faisait valoir que
son int6r&t, comme celui des autres pays, 6tait qu'on
nefabrique pas en Allemagne de l'acier avec le mine-








BULLETIN BI-MENSUEL D INFORMATIONS TOURISTIQUES


rai frangais, mais qu'on produise cet acier en. France
avec le carbon allemand. Elle r6clamait fermement les
reparations.
Mais, depuis, beaucoup d'eau a passe sous les points
de la Seine et le gouvernement francais serait devenu.
parait-il, moins exigeant sur cette question.
& Les inqui6tudes des Etats-Unis en ce qui concern
la demand francaise de contr6le international de la
Ruhr impliquant n6cessairement & l'ing6rience 2 sovi6-
tique se sont trouv6es dissip6es du fait de la recente
attitude de la France A 1'6gard des problimes 6cono-
miques de 1'Europe occidental >, note le redacteur di-
plomatique de l'agence Reuter.
La position de I'U.R.S.S. n'a pas change. Elle con-
tinue, dans I'essentiel, A coincider avec celle de la Fran-
ce, tell qu'elle a Wt6 formulae il n'y a pas encore long-
temps.
Il est done evident qu'A la Conference de Londres,
I'on veut consacrer la division de I'Allemagne et, par
le fait fait-m&me, celle des grandes puissances.
(J. LONCIN)


V. PRESS SUISSE


LA QUESTION GRECQUE.
1) La T7buuie de Geneue (25/8) :
e ...Le roi Paul s'est refourn6 vers M. Tsaldaris, le
chef du parti monarchiste, auquel le feu roi Georges
avait d6jA fait appel A son retour d'exil et qui occupait


dans le cabinet d6missionnaire le poste de ministry des
Affaires 6trangBres. AprBs le long sejour qu'il vient de
faire a Lake-Success, of il plaida la cause de sa patrie
devant le Conseil de Securit6, M. Tsaldaris connait
6videmment mieux que personnel les dessous de la situa-
tion international. Reste a savoir, cependant, s'il est
bien l'homme indiqu6 pour r6veiller cette volont6
d'union sacr6e qui animait la nation hell6nique aux
temps h6roiques de la guerre. En tout cas il n'aura pas
la tAche facile et sa responsabilit6 est grande. Car la
moindre erreur ou la moindre d6faillance de sa part
sera implacablement exploit6e par le gouvernement fan-
t6me du general Markos qui, de sa retraite montagnarde,
des confins septentrionaux, inonde deja le pays de ses
emissaires. ,
(PAUL DU BOCHET.)

2) Gazette de Lausarnne (26/8).
< ...L'U.R.S.S. ne veut pas d'une intervention de I'O.
N.U. dans I'affaire grecque. Au moment ou les incidents
de frontieres se multiplient, au moment m6me od MM.
Tito et Dimitrov d6cident A Bled de se concerter sur
l'attitude commune A adopter devant les provocations
repites -des mionfarcho-fascistes grecs, le representant
du gouvernement sovietique A Lake Success oppose son
veto A toute tentative de mettre en vigueur le systeme de
security collective p6niblement 6tabli a la fin de la
guerre.
C'est reconnaitre A la face du monde qu'on entend
garder pour soi et pour ses allies pleine liberty d'ac-
tion dans les Balkans. L'Union sovi6tique assume par
lL une lourde responsabilit.. ;
(JACQUES FREYMOND.)


S . imp.. 27, rue Nicolo, Paris S1.8009















































































Prix : 6 frs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs