Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00167
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: August 20, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00167
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text

SERVES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINIST*RE DB LA JEUNESSE,
DIS ARTS ET DES LETTIrS)

Direction de la Dqcumentatlon
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DB P RSSI


BULLETIN



DE PRESS


20 aofit 1947.


QUI


ET


N


tRE


Nouvelle Sbrie No 746


SOMMAIRE



I. PRESS BRITANNIQUE.
ia) Le CongrBs national 'du parti socialist francais
(Times, 19/8).
b) Le probl6me allemand (Manchester Guardian,
18/8).
c) Les pourparlers financiers anglo-ambricains (Ti-
mes, 19/8).
,d) Le problame grec et I'O. N. U. (Times, 19/8).
II. PRESS AMiRICAINE.
a) L'avenir de l'Inde (New York Herald Tribune,
19/8, Ed. europ.).
b) Le probl6me indon6sien et l'offre am6ricaine de
mediation (New York Herald Tribune, 18/8).
III. PRESS SOVI-TIQUE.
IV. PRESS BELGE.
Le CongrBs national du parti socialist frangais (Le
Soir, 19/8).
V. PRESS SUISSE.
Le Iprojet d'Union 'douaniere europeenne (Tribune
de Geneve, 18/8).

I. PRESS BRITANNIQUE


Hevue de la press britannique du 18 aolt 1947
1. Conversations iconomniques de Washington
La press de ce matin accord la premiere place au Con-
.seil des ministres qui s'est r6uni d'urgence hier pour dis-
cuter de la situation Bconomique A la veille des nouvelles
conversations de Washington relatives a l'aide economique
des Etats-Unis a la Grande-Bretagne.
Le Daily Telegraph fait remarquer a ce sujet que c'est
la premiere fois depuis la guerre que le cabinet se r6unit
'en p6riode des vacances et le journal insisted sur le caract6re
particuli6rement 'secret de ces deliberations. -I1 donne 6ga-


element une place de choix aux declarations de certain
membres de la d6elgation financi6re britannique A Washing-
ton d'apr6s lesquelles il ne serait pas question d'un nou-
veau pret des U.S.A. A ce sujet, le correspondent du Times
A Washington fait remarquer que cette ddligation sera
accueillie aux Etats-Unis avec sympathie, mais aussi avec
< apprehension ,.
L'opinion amdricaine comprend les difficulties de la
Grande-Bretagne et se demand si elles pourront etre sur-
montees.
2. Inde
La question indienne (figure toujours au premier plan des
preoccupations de la press; celle-ci donne ce matin des
informations sur les dmeutes qui ont clat4 dans les regions
discu'tees du Punjab. Elle expose en outre les decisions des
commissions charges de partager le Bengale et le Punjab
entire les deux nouveaux dominions.
3. Balkans
Les prochaines elections hongroises, la condemnation A
mort par le tribunal de Belgrade de M. Petkov et la pro-
clamation de la Rdpublique par le general Markos attirent
de nouveau attention de la press sur les Balkans. A ce
sujet, le Times donne le texte integral d'un communique
public hier par le Foreign Office et contenant le texte de la
loi electorale hongroise et les measures d6mocratiques prises
par le gouvernement pour etouffer I'opposition.
4. France
Le Times, le Manchester Guardian, le Daily Telegraph et
le Daily Worker consacrent de brefs articles au CongrBs
socialist de Lyon et laissent pr6voir de nouvelles diffi-
cult6s pour M. Ramaaier qui, d6sormais, devra tenir compete
davantage des opinions exposes par l'aile gauche de son
parti.
Le Daily Telegraph estime que la tAche du Pr6sident du
Conseil sera particulirement difficile en ce qui concern le
nouveau statute de l'Algdrie.
Le Daily Worker dcrit que la col6re des socialists 'de
gauche a 6te une fois de plus 6touffde; il met d'autre part
en vedette le fait que M. Ramadier ne consid6re pas le
movement gaulliste comme une menace. Le journal com-
muniste public un long article A la mdmoire du professor
Langevin.

Revue de la press britannique du 19 aofit 1947
La press donne ce matin la premiere place a l'ouverture
des conversations anglo-amdricaines de Washington sur une
revision essentielle des conditions de 1'emprunt britannique.
Plusieurs sujets de politique exterieure se, partagenq'Aga-





2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGE~RE


element P'attention des journalists : Ruhr, Bulgarie, p6trole
d'Iran.
Les questions frangaises fournissent egalement matiere a
de longs articles dants le Times et le Manchester Guardian.
Ce dernier journal public aussi un article d'A.J.P. Taylor
sur l'ouvrage de M. Paul Reynaud g La France a trouve
l'Europe a.
D'autre part, le Daily Telegraph reproduit i'article de
l'Observateur en faveur du' programme politique du general
de Gaulle. Enfin, le Times consacre un de ses dditoriaux an
CongrBs socialist : g France et position de M. Ramadier >.
(Voir cet article plus loin.)
Ces trois journaux reservent aussi de courts articles a la
politique frangaise en Indochine et laissent pr6voir us r6gle-
ment prochain du conflict.
1. Conversations financiers anglo-amdricaines
Toute la press announce sous des manchettes importantes
1'ouverture des conversations anglo-amiricaines en vue d'une
revision des conditions de 1'emprunt britannique. Le corres-
pondant du Times i Washington mentionne les deux cou-
rants d'opinions qui semblent pr6valoir dans les milieux
americains; d'apres le premier, il faudra trouver le moyen
d'empecher qu'une crise britannique ne se produise avant
la mise i. execution du Plan Marshall; d'apris le second, il
faudra s en tenir aux conditions actuelles de I'emprunt,
quelles qu'en soient les consequences. (Voir cet article plus
loin.)
Le correspondent du Manchester Guardian pense que les
conditions de pr6t pourront etre modifides sans une consul-
tation prialable du Congres, et que i'on modifiera notam-
ment les clauses relatives A la convertibility du sterling et
i la non-discrimination des products am6ricains.
Ce correspondent estime, d'autre part, que la politique
de nationalisation britannique est considered A tort aux
Etats-Unis come l'une des raisons de la crise, mais, d'au-
tre part, que le gouvernement americain a besoin de tous
les alii6s qu'il pourra trouver pour contrecarrer l'expansion
sovi6tique.
Les autres journaux remarquent surtout que le gouver-
nement americain n'est pas satisfait des efforts deploys
par la Grande-Bretagne pour restaurer son dconomie; il
condamne notamment la politique 6conomique du gouver-
nement et il demand au people britannique de travailler
davantage. Cette attitude am6ricaine donne au Daily Worker
1'occasion d'accuser le gouvernement americain de vouloir
s'immiscer dans la politique interieure de la Grande-Bre-
tagne.
2. France
Le correspondent du Times considbre que le vote du Con-
gr6s socialist marque une victoire des a doctrinaires a et
augment considdrablement les difficulties de M. Ramadier.
II signal 1'effort anticommuniste des resolutions du CongrBs
de Lyon.
Le correspondent du! Manchester Guardian volt une con-
tradiction dans le fait que M. Ramadier, 1lu par l'Assem-
blie, soit contraint de se plier aux voloutns de 1'aile gauche
-de son parti. Le correspondent du Manchester Guardian
tcrit que si des negociations franco-italiennes sur l'aboli-
tiro d la frontire douanire entire les deux pays devaient
aboutir, F'un des principaux obstacles de 1'u ite economique
de 'lEurope occidentale aura ett icartk.
3. Indochine
Le correspondent da Times & Paris fait ttat de l'entrevue
que M. Bollaert a eu avec M. Ramadier et il tient pour cer-
tain que les aulorites frangaises d'Indochine sont entrees
en contact avec Bao Dai qui pou'rra servir d'intermidiaire
entire elles et le gouvernement vietnamien. Selon ce corres-
pondant, l'on consid6re en France que I'heure d'un r6gle-
ment paciflque avec l'Indochine a sonne.
Cependant, d'apris le correspondent du Manchester Guar-
dian i Paris, le gouvernement frangais n'aurait pas encore
d6cide s'il devait entrcr en contact et ncgocier avec le Pre-
sident Ho Chi Minh.
Le correspondent du Daily Telegraph volt daiis le dssac-
cord actuel du cabinet sur dette question le rdsultat tant
de la victoire de 1'aile gauche socialist et il s'attend k une
crises minilstAielle d'un moment A l'autae.


4. Bulgarie
PIusieurs journaux don't le Times signalent que les dli6-
gues americains de la Commission du contr61e alli6 de
Sofia ont demanded aux ddltgues russes d'intervenir aupres
du gouvernement bulgare pour que la condemnation i mort
de M. Petkov soit suspendue jusqu'a ce que I'affaire ait et6
examine par la Commission. Le correspondent diploma-
tique du Times ajoute que les autorit6s britanniques A Sofia
ont 6t6 charges de la m6me demarche.
5. L'U.R.S.S. et les pltroles de l'lran
Le correspondent diplomatique du Times announce que le
gouvernement sovietique vient de demander A nouveau au
gouvernement iranien de lui remettre les concessions p6tro-
liftres qu'il lui a promise dans la Perse du Nord. II volt
mal comment Teheran pourra faire droit A cette demand
sans la sanction du Parlement iranien don't les tendances
actuelles sont pen favorables aux Soviets. Ce correspondent
remarque, d'autre part, que cette demand a &t6 prdcedtc
d'une champagne de la press et de la radio sovietique d6non-
gant a les r6actionnaires de la Perse et les outrages de la
compagnie petrolif6re anglo-iranienne z.
6. Ruhr
Le Times fait itat des progres realis6s par la conference
de Washington sur la Ruhr, mais il remarque que le c6te
politique de la question n'a pas encore ett abord6.
7. Inde
Le correspondent du Times A Delhi signal le mtconten-
tement cau'sd par les decisions de la commission charge
de delimiter les frontieres entire l'Inde et le Pakistan et il
parole de l'dventualite d'une revision de ces decisions.
8. 0. N. U.
La press signal que le Conseil de security a accept ai
I'unanimit6 la candidature du Pakistan et du Yemen aux
Nations Unies, mais a rejet6 celle de l'Albanie, de 1'Irlande
et de la Mongolie exterieure.


a) LE CONGRtS NATIONAL DU PARTI SOCIALIST FBANgAIS
(Times, 19/8) :

4 ...Tandis que la tate du parti, guide par une rB-
pugnance croissante A coop6rer avec les communists,
a peut-6tre essays de se rapprocher de la droite, la
majority des membres est demeuree fiddle aux tradi-
tions de gauche 'de Guesde et de Jaures. Une longue
alliance avec le M. R. P. centre les communists a
caus6 un certain malaise chez certain socialists, ma-
laise exprim6 dans la resolution propose par le secr&-
taire g6enral du parti, M. Guy Mollet, et adoptee par
la majority. Ceux qui voltrent pour la resolution sont,
pomme M. Mollet lui-meme, aussi serieusement opposes
A une alliance avec les communists que M. Ramadier
et les autres membres socialists du Cabinet; une autre
resolution demandant l'etablissement d'un programme
common avec les communists n'a obtenu que quelques
voix. Mais M. Mollet et ses partisans sont convaincus
que leur parti doit s'efforcer maintenant de representer
une fois de plus en politique l'opinion de la classes labo-
rieuse. Ils sont particulibrement sensibles au fait que
les communists les ont accuses c Ud'avoir g!iss6 vers
la droite ,. Leur resolution 6tait destine i effacer cette
impression sans entrainer le danger d'un changement
de gouvernement.
Les &venements des jours prochains montreront si un
compromise entire les membres de la coalition gouver-
nementale reste possible plus longtemps. Les pronos.
tics sont nettement en faveur de M. Ramadier... Beau-
coup d'indices donnent i penser que chacun des parties
du centre consid6re encore que son interet est de main-
tenir une coalition qui ne comprend ni les commu-
nistes ni I'extreme-droite du Parlement.









BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSED PTRANC*RE 3


b) LE PROBLEME ALLEMAND (Manchester Guardilan, 18/8,
liberal) :
< ...La plus grande utiliI6 de la Conf6rence de Wash-
ington sera ue adelnir les poilns sur tlsque.s Ies Irois
grandes puissaices occiuentaies pourront se meLre
d accord et qui lcur permutLroni, 'd'une part, de n'&tre
pas comp-_,emen desumes lorsque,.es iencontreront
les Russes en novembre ei, d auire part, d'appaiqutr en
atten'aant un progiamme restreint d'aae econumque
immediate. On ne put meme pas garantir un success
aussi modest.
Dans une question comme celle du niveau que 1'on
permettra d'atteindre a I'industrie allemanue, i, ne
sert A rien de sous-esiimer la larger du foss6 qui
spare .e point de vue iran~ais des points de vue bri-
tannique et americain. Jusqu'A present, la poii.ique
frangaise a 6te d'essayer 'de ramener definitivement la
production .d acier allemand A un niveau qui, non seu-
lement empecherait i'Alemagie d'exporter du fer et
de I'acier, mais encore 1obligerait a en importer. La
these francaise est de supplier au d6fici, en deveiop-
pant I'industrie francaise de I'acier. Les Francais ont
vu lI jusqu'A present une condition indispensable a
leur s6curit6. Il en resulterait que le marasme de l'ico-
nomie alemande se prolongerait indefiniment, que la
p6nurie de carbon en Europe se continuerait, sans
parier de l'abandon de tout espoir de relevement Bco-
nomique de ,'Europe, don't depend le sort 'de la France
comme celui des autres pays europ6ens. VoilA qui dolt
8tre clairement expliqu6 aux Fraanais, et il faut trou-
ver d'autres garanties de security qui menacent moins
la vie de 1'Europe. )

c) LES POURPARLERS FINANCIERS ANGLO-AMERICAINS (Ti-
mes, 19/8) :
< ...On ne croit pas que le pret et les moyens d'en
rendre ies conditions moins dures puissent 6Lre 'dis-
cut6s sans que les conversations n'embrassent tout le
prob eme de la situation 6conomique de la Grande-Bre-
tagne...
Tout sujet susceptible d'inleresser les D6partements
d'Etat et du Commerce sera discute, si cela doit facili-
ter l'application du plan Marshall. II a 6t6 dit que l'on
demanderait aux Britanniques quels sont leurs plans
pour augmenter la production de carbon et de tex-
tiles; ce sont 1l des questions qui s'6cartent beaucoup
des conditions du pret, mais qui sont importantes pour
les plans europeens. Mais en ce moment, I'aide ame-
ricaine doit etre restreinte A un domaine dans lequel
les decisionss de l'executif puissent &tre appliquees im-
mndiatement, A la suite d'une simple interpretation
nouvelle 'de 'accord financier anglo-ambricain... ,
(Du correspondent du Times a Washington.)

d) LE PROBLAME GREC ET L'O. N. U. (Times, 19/8) :

< ...La raison actuelle du d6saccord, c'est de savoir
si oui ou non le Conseil de s6curit6 devrait agir selon
les recomman'dations de la Commission d'enqutte... Der-
ribre P'eccusation d'intervention, et le dGmenti oppose A
celle-ci, se cachent des problems bien plus important.
S2con le point de vue americain,. entierement adopt
par le gouvernement britannique, le gouvernemant so-
viciiquc a covert de son prestige une tentative des
dirigeants communists' de Belgrade, Sofia et Tirana,
pour aider les communists grecs A renvcrser le regime
grec actuel. Si le gouvernement grec, lu se'on les mi-
thodes d6mocratiques, 6tait renvers6, il serait A crain-
'dre que la Grbce ne soit fermre A 1'influence occiden-
tale... I


Les deux parties semb'ent parvenues si pres du point
of elies ne pourront p.us reculer qu'un nouvel exercise
du droit de veto par la Russie sovietique aurait des
consequences exiremement graves. D'un ot6, le Conseil
de s6curilt dolt aglr ou perdre la p us grande parties
de son prcs ige ei de son influence. D'un au.re c616, en
raison de l'impasse que les Soviets ont fait naltre par
leur attitude pendant les d6bats du Consei. lui-meme,
il semb:e bien (quel que soil le soin avec Icquel on exa-
mine les possibi ites offertes par la Charle) qu'une nou-
velle action entreprise par lcs members du Conseil
d&ns e sens des propositions faites par le deligu6 des
Elats-Unis ne puisse etre men6e qu'en ri'quant de dB-
truire 'ecfficacitM future de tout le systlme de conci-
liation qua l'on 6tablit en ce momen; A Lake Success...
Le mecanisme de conciliation ne servira ulilement
que lorsque les deux parties auront vraiment l'intention
de parvenir a cet e conciliation. C'est le faith brutal qui
justifia a l'origine le veto. Quand ce consentement est
absent et l'Union sovietique a fait clairement com-
prendre que dins ce cas on ne devra pas s'attendre i
ce qu'elle donne le sien il devient impossible d'ame-
ner une con-i'ialion par une action collective, et seule
l'action d'Etats isoles ou de groups d'Etats reste A
envi'ager, avec tous les dangers qu'elle comporte ma-
nifestement... >


II. PRESS AMERICAINE



Revue de la press" ambricaine du 16 aodf 1947

1. Japon
La press announce que, passant outre aux objections des
Russes. le gouvernement am'6ricain d6cida, d'accord avec dix
autres nations membres de la Commission du Pacifique, de
rdun'r une conference ,pour preparer un trait de paix avec
le Japon. Elle public a cet 6gard une note adressee par le
general Marshall a M. Molotov lui demandant, apr6s l'ac-
ceptation des autres pays, de bien vouloir reconsiddrer sa
position. Certains commentaires de press et d'e radio lais-
sent ddjh entendre qu'il serait sage pour les Etats-Unis de
poursu'vre la preparation du trait avec te Japon, meme
sans I'U.R.S.S., si celle-ci umaintenait son refus de participer
a la conference projethe.
2. Rounnafe
Le D6partement d'Etat declara aux journalists que le
gouvernement rnumain employait des m6thodes .de contrainte
allant jusqu'A la torture pour amener ses prisonniers poli-
tiqucs a avouer leur opposition. Suivant les rapports regus
au D6partement d'Etat, deux mille prisonniers politiques,
don't le chef du parti paysan, M. Maniu. auralent 4tB l'objet
de traitements inhumains. Ils auraient ete battus, privds de
nourriture et sera'ent menaces d'extermination. Le D6parte-
ment d'Etat rappela que de pareilles m6thodes avaient 0te
employees 4galement en Hongrie.
La press reprend diverse notes de protestation ddjh en-
voy6es par Washington a Bucarest, reclamant que le trait
de pa'x soit respect et que les elections se fassent dans des
conditions demo'cratiques normales. Les correspondents de
Washington s'gnalent que M. Nagy. ancien premier ministry
hongrois, qui reside maintenant dans la capital americaine,
s'adressa i ses compatriots au course d'emissions de t La
Vdix de I'Am&C-ique pour leur demander .de boycotter les
prochaines elections, truquees d'avance par les communists.
3. Hollande
,Les correspon'daits de Lake Success rapportent que le ddl6-
gue hollandais s'opposa A ce que le Conseil de Securite inter-
vienne dans l'affaire indonesienne pour imposer son arbi-
trage. II aurait propose qu'une enquite fut faite par un








4 BULLETN QUOTIDIAN DB PRESS ATRANGARE


representant d'un pays neutre A designer par deux personnel,
l'une etant choisie par le gotvernement hollandais et 1'autre
par les Indonesiens, et que ce pays neutre offrit alors ses
b'ons offices. Cela dans le cas ot les bons offices du gou-
vernement americain n'auraient pas donni de resultat.
Par ailleurs, une depeche od'un co.rrespondant de I'A. P.
de I'ile de Java declare que les Hollandais et les Indondsiens
continent A se battre malgrd l'ordre de cesser le feu, que
les premiers reoccupent certain tervitoires et que les seconds
intensifient leurs attaques par petits groups.
4. Confdrence de Rio
La press consacre un certain nombre d'articles h l'ouver-
ture de la conference de Rio et elle reprend le texte de la
proposition amnricaine soumise par M. Marshall en vue de
faciliter une action collective en cas d'attaque contre l'hi-
misph6re.
5. Vatican
La press announce que le President Truman, malgr6 i'oppo-
sition des protestants, renvoya M. Myron Taylor A Rome, oth,
an titre de repr6sentant personnel du Prssident, il entre-
prendra des conversations avec le Pape dans le but d'Xtablir
une paix < d'ordre moral > dans le monde. M. Taylor serait
Ogalement charge de s'entrctenir avec d'autres personnalitis
curopeennes au course de son voyage.



Revue de la preste amidricaine du 17 el ( d 18' afit 1947

Les preoccupations de la press dominicale et de cell de
lundi portent, dans le domaine ext6rieur, sur les affairs de
Gr6ce, d'Indcndsic, d'Allemagne et de la Grande-Bretagne.
Dans le domain int6rieur, elles portent sur l'inflation des
prix et sur les accusations de < monopolee > lances par le
Bureau Fi6,dralr du Commerce centre les comnpagnies sid6rur-
giques am6ricaines.
1. Grhce
La formation du go.uvernement rebelle dans le Nord de lai
Grece A laquelle les journalists s'attendaient depuis plu-
sieurs semaines est annoncee sous de gros titres, dans les
journaux de, dimanche, qui ne se font aucune illusion sur
le caractdre << 'd.'mocratique du nouveau gouvernement.
2. IndondsiE
La press de dimanche pubh e la note adress6e a la IRpu-
blique indonesienne. Elle demand que les propositions de
bons 'offices, faites par Washington, soicnt accept6es sans
conditions, sinon le goouvernement amanmricain retirera cette
offre.
La press de lundi public la rdponse indondsienne, indi-
quant que la jeune Republique accepted cette proposition < en
attendant la decision du Gonseil de Sdcurit >>. Cette formula,
sd'aprbs une de6pche U.P. de Washington, serait consid6rde
unacceptable dans les milieux diplomatiques amcricains, qui
indiquent que I'offre de bons offices sera retiree.
3. -- Allemagne
Ce sont encore les probl6mes de la production allemande
qui retiennent attention de la press. Elle signal que les
pourparlers sur .le carbon de la Rihr progressent de faqon
satisfaisante..Les journaux reprcn tent aC cet effect le disco'drs
radiodiffuse de M. Thorp, scrdtaire d'Etat adjoint.
La depeche du correspondent du New York Times de Ber-
lin relive une fois de plus les critiques adressies A la France
par les porte-parole militaires americains. Ce correspondent
ajoute que les fonctionnaires amcricains considmrent que la
conference tripartite n'aboutira t rien, si les Fran.ais re-
fusent d'integrer leur zone a la bi-zone. Selon lui, les fone-
tionnaires ambricains pensent que la France invo-que les
tendances historiques et agressilves de l'Allemagne pour mas-
quer ses efforts tendant h supplanter 1'Allemagne come
centre economique de 1'Europe. Un fonctionnaire americain
aurait ddclar6 h ce correspondent que, de tous les points
de vue, la France constituait le plus grand obstacle a dans
les affaires allemandes.


Un article d'Alsop paralt dans le New York Herald Tribune
sous cc titre : ( La France a choisi >. Alsop declare notam-
ment que les auteurs de la politique frangaise c ne cher-
chent plus i jouer un role de midiateurs dans le conflict
mondial entire les systems sovietique et occidental. Au lieu
de cela, la France choisit avec courage l'Occident >. Alsop
ajoute que les auteurs *de cette politique anticipent un nou-
vcl 6Cchcc i la Gonfirence des ministres des Affaires etran-
geres en novecmbre et que, dans ce cas, la zone frangaise scra
intdgr6e f la bizone. < La France trouvera ainsi, dit-il, sa
place dans le consortium international .A trois qui contrOlera
les resources allemandes et en particulier la Ruhr.
4. Angleterre
L'ouverture de la conference anglo-amiricaine, qui doit
6tudier les problmes financiers soulevds par l'emprunt ame-
ricain i .la Grande-Bretagne, est l'occasion de nombreux ar-
ticles qui soulignont g6ndralement que les milieux de la
Trrsorcrie amdricaine veulent 8tre inform'is du programme
de redressement economique de l'Angleterre., La plupart
posent la question de savoir si 1'Angleterre pourra retrouver
I'6quilibr de dsa balance de paiements. IUs estiment que cot
qluilibre pour'ait encouragcr los Etats-Unis t apporter une
aide financier nouvelle.

5. Les relations entire les Etats-Unis et I'U.R.S.S.
La press public la note dec protestation am6ricaine adres-
see au government hoigrois contre les methods de coer-
cition employees a la veille des elections, en violation du
trait de paix. De Sofia, la press announce que M. Petkov,
chef de l'opposition agraire, fut condamnud mort pour cons-
piration contre le government de front national.
Une d'6ipche A. P. de Washington signal que les conrver-
saticns aminricano-sovidliques en vue dN'un accord du regle-
ment pr6t-bail, qui ont ddja dure trois mois, progressent
lentement.
Une ddpSche A.P. de Th6iran declare que l'on s'attend A
ce que I'U.R.S.S. fasse p.-ession sur Ie government iranien
on vue d'obtenir la ratification du pact garantissant la par-
licipation sovietique t l'cxiploilation du pitrole dans le Nord
de l'Jran. Trois mille homes des troupes sovi6tiques se-
raicnt concentrds dans le Sud du Caucase, suivant les ddcla-
rations d'un officer amdricain.

6. Inflation amdricaine
La Commission Fdderale dun Commerce accuse les princi-
pales companies d'acier americaines de violer les lois sur
les monopolies, parce qu'cllcs annoncerent sim'ultandment une
augmentation du prix de I'acier.
iLa question de 1'augmentation des prix entraine des con-
traoverses de politique int6rieure dans la press et les revues.
Des organs de tendance rdpublicaine accusent I'administra-
tion d'avoir provoquo cette hausse de prix par I'augmenta-
tion des salaires, tandis ique les organs d6mocratiques pro-
testent contre ]a suppression du contr6le des prix, vote par
les r6publicaThs, et accusent ces derniers d'etre rcsponsables
de I'inflation, qui fait quo le coat cde la vic est actuellement
de 157 % de eclui de 1938. Le pouvoir d'achat du dollar a.
par contre, haissd et il est 6valu6 i 63 % par In revue
U. S. News, compared A celui d'avant guerre.

7. XouvelTe's de France
Congrds socialist. Une d6peche de Warren, au New
York Times, est scule t signaler que le Congrds socialist sc
prononqa contre la politique fioderde de M. Ramadier et de
M. Blum et que 1'aile gauche de cc part obtint vingt sides
sur trente et un dans le nouveau comitC directeur.

f) L'AVENIR DE L'INDE (New York Herald Tribune, 19/8,
,edition euro'penne) :

< ...Les deux Etats indiens, qui ne professent pas un
amour exag6r6 pour leurs anciens maitres, demeure-
ront-ils au sein du Commonwealth britannique, qui
jusqu'A present a 6to une union de populations de race
blanche ? on bien profiteront-ils du droit que poss6de







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS tTRANGARE 5


tout dominion de se retire ? Le nouvel Etat hindou de
l'Inde supplantera-t-il rapidement la Chine en tant que
puissance pr&pond6rante en Asie ? L'In'de est beaucoup
plus largement industrialisee, et c'est 1a la consequence
du lien unissant 1'Inde a l'Angleterre, ainsi que de l'es-
prit d'entreprise des industries indiens. Les dirigeants
hindous sont pour l'instant beaucoup plus 6c:air6s que
les dirigeants de la Chine 'de Chiang-Kal-Shek. Le prin-
cipal part politique de l'Inde, c'est-A-dire celui du Con-
gres national indien, est plus actif, plus d6mocratique
et moins corrompu que le Kuomintang en Chine.
Ou bien, au contraire, l'Inde, deja en proie a l'apre
lutie qui oppose 200 millions d'Hindous et 100 millions
de Musulmans, suivra-t-elle le meme chemin que la
Chine et se trouvera-t-elle 'd6chir6e dans une guerre ci-
vile d6vastatrice ? Deux Etats don't l'existence est base
sur des principles religieux et communautaires peuvent-
ils vivre longlemps dans le .monde moderne ?
Qu'arrivera-t-i! enfin aux princes indiens, qui regnent
de fagon autocratique sur presque 100 millions de gens?
Enfin, quel sera le r6sultat de la lutte entire les parties
de gauche et de droite 'dans l'Inde ? Ces courants divi-
seront-ils 1'Inde, comme ils semblent devoir diviser le
reste du monde ?
Voi'A certaines questions fondamentales que l'on peut
se poser au moment of l'on rend la liberty politique a
un people ancien et cultiv6, mais arriere, au sens occi-
dental du mot. Personne n est 6vi'demment assez avis6
pour pouvoir r.6pondre des maintenant a toutes ces
questions de fagon complete.
A mon avis, meme les Tories a Londres doutent que
les deux Etats indiens demeurent longlemps au sein
du Commonwealh... La duree de leur participation, qui
bien enten'du peut 6tre plus longue que beaucoup de
gens ne le supposent, d6pendra pour une bonne parties
des b6n6fices que retireront les Indiens au sein du Com-
monwealth. Dans l'avenir immndiat, les Indiens auront
besoin d'importer des machines de l'Oecident et de
faire appel a ses technicians. Les homme, et le materiel
seront pour la majeure parties de provenance britan-
nique, 'd'une part parce que les deux Etats indiens es-
perent 6!re ainsi rembours6s en marchandises de la
plus grande parties des cinq milliards de dollars que
leur doit l'Angleterre a la suite de la guerre, et d'autre
part parce que les technicians britanniques se trouvent
deja sur les lieux.
Mais les liens qui unissent le Canada ou I'Australie,
par example, a la m6tropole et leur font accepter
volontiers de rester membres du Commonwea.th, exis-
tent a peine pour les Indiens: II est probable que dans
un avenir qui n'est pas tres lointain surout si une
autre guerre se d6clenche a l'ouest les Indiens rom-
pront avec l'ensemble du Commonwealth. On se mon-
tre assez partisan dans le nouvel Etat de I'Inde d'une
Republique indienne, d6gag6e du sta ut du dominion.
Toutes les predictions que l'on pourrait faire a pro-
pos d'une guerre civile dans l'Inde seraient en v6rite
bien hasardeuses. La plupart des Indiens admetlent
qu'il faut s'attendre a beaucoup de difficulties entire les
Hindous et les Musulmans pendant 10 ans au mooins,
en d6pit du fait que chaque communaul~ aura sa pro-
pre nation (l'Elat de l'Inde cependant comprendra une
minoritA 'd'au moins 20 mil ionis de Musulmans)... Ce-
pendant, je doute personnellement qu'A la longue, les
deux nations indiennes restent s6parees a cause de
leurs differences religieuses et communautaires. Le
Pandit Nehru, avait I'habi.ude de r6p6ter qu'une fois
que la nation serait libre, les divergences se situeraient
de moins en moins sur le plan religieux ei devien-
draient de plus en plus sem.blables a celles que l'on
constate chez les puissances occidentales entire les


riches et les pauvres, les industries et les ouvriers, les
propri6taires fon-ciers et leurs locataires, les citadins
et les paysans....
Maiheureusement pour le Pakistan, le Docteur Jinnah
a plus de 70 ans, c'est un homme malade et us6 par les
luttes politiques des dernieres ann6es. Commne plu-
sieurs autres dirigeants, il n'a pas cherch6 a former
d'hommes forts qui puissent le remplacer. Si la mort
devait le faire disparailre bient6t de la scene politi-
que, le Pakistan se trouverait dans une position dif-
ficile. L'Inde, sous la direction du Pandit Nehru, qui
est un homme relativement jeune, se trouverail en bien
meilleure posture. Gandhi, qui dirigeait la politique du
Congres, a fail preuve de plus d'intelligence que Jin-
nah en choisissant pour lui succeder des jeunes de
talent.
Certains alaranistes, mal informs, ont d6clare que
le novel Etat de l'Inde tout au moins, pourrait glisser
vers la gauche. Cet Etat sera probab.ement progressiste
dans les efforts qu'il devra d6ployer pour donner rapi-
dement une place importa'nie a un territoire agricole
arriere dans le monde industrial du XX" siecle. Et
bien que le Pandit Nehru soit un adepte des theories
socialists, le Congres qui va diriger l'Inde est plutbt
conservateur et les industries d6terminent une grande
parties de sa politique... Les communistes onl enregis-
tr6 quelques gains recemment et sont parvenus en
particulier a exercer leur conlrble sur le Congres
ouvrier pan-hindou. Mais ils n'ont pas beaucoup plus
d'lmportance dans 1'Inde qu'ils n'en ont aux Etats-
Unis. Le socialisme dans l'Inde conslitue sur out un
courant intellectual, et il exerce une grande influence
dans le parti du Congr6s.
Quant aux princes chWris de l'empereur brilannique,
la plupart d'enlre eux gouvernent de fagon despotique
dans une splendeur moyennAgeuse sur pros de 100
millions d'Indiens mis6rables, et il semble bien qu'ils
n'auront pas de chance. Les plus avises d'entre eux
se joignent soit A l'Inde, soit au Pakistan, et s'ils for-
ment des gouvernements d6mocratiques, comme quel-
ques-uns l'ont dejA fait, ils pourront se maintenir en-
core quelques annees. Mais dans la socit61 d6mo-crali-
que du xx' siecle, maintenant que le soulien du roi-
empereur n'existe plus, il est evident que les jours des
Maharadjas, Radjais, Nawabs, et autres petits poten-
tats orientaux couverts de bijoux, son compt6s.
(WILLIAM L. SHIRER).

b) LE PROBLEM INDON-iSIE. ET L'OFFRE AMERICAINE DE
MEDIATION. (New YOrk Herald, 18/8) :
< La r6ponse de la RBpublique indon6sienne, concue
en des terms aussi etranges, A ce qui semble 1'offre fina-
le de mediation ambricaine, a et6 interpr&.,e diff6-
remment comme une acceptation et un refus. q En
attendant la decision du Conseil de S6curit&, le gou-
vernement r6publicain desire exprimer a nouveau sa
confiance que dans la puissance du gouvernement des
Etats-Unis reside encore la possibility de trouver une
solution d6finiiive au diff6rend hollando-indon6sien >.
Quelle que soit la signification de ce texte, il semble
rnanifestement confirmer ce qui 4tait deja evident,
c'est-A-dire qu'il n'exisle aucune paix ni aucun d6sir
veritable d'arbitrage et de reglement dans les Indes
Neerlandaises.
II y a deux semaines, le Conseil de SecuritB aide-
mand6 de cess-er imm6diatement les hostilit6s et de
soumeltre le diff6ren'd a un arbitrage pacifque, tandis
que les Etats-Unis proposaient leurs bons offices pour








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGBRE


parvenir A une mediation. Les promotes declarations
faites par les deux parties, aux terms desquelles elles
accep:aien l'ordre de cesser le feu ont faith naitre l'es-
poir que ce conflict inutile, gros de consequences caias-
trophiquas, pourrait etre arrWte par une action inter-
nationale. Jusqu'A present ces espoirs se sont r6v616s
illusoires, pour une raison qui a bien souvent ruin6
dans le pass de nobles tentatives de mediation ou
d'arbitrage. Aucune des deux parties n'a le d6sir de
recourir A l'arbitrage, mais chacune esp6rait se servir
des offres qui talent faites comme d'un instrument
pour faire valoir sa propre cause....
Comme I'indique la derniere r6ponse indon6sienne,
I'offre americalne intbressait les Indoneiens non pas
parce que la Republiqu.e indon6sienne a le d6sir de
n6gocier, mais parce qu'elle pouvait lui ouvrir le che-
min de la victoire grace i I'aide americaine. Les Indo-
n6siens sont persuades, disent-ils, que les Etats-Unis
peuvent r6soudre le litige, selon les d6sirs indon6siens
bien entendu. Celte confiance est mal place, les Etats-
Unis ne peuvent pas (pas plus que le Conseil de S6cu-
rite en cetle matiere) r6soudre tous les problemes com-
plexes d'un monde trouble en perp6tuelle transforma-
tion ; et si les Etals-Unis essayaient cependant d'agir
dans ce sens, il se pourrait bien que le monde n'assiste
pas i cette experience avec beaucoup d'enthousiasme.
D'un autre c6t&, le department d'Etat et le Conseil de
S6-urit6 ont peut-etre montr6 aussi trop de conflance
dans 1'efflcacit6 des ordres de cesser le feu et dans des
offres de mediation qui ont WtC faites sans examiner
de pres les questions de puissance ainsi impliquees.
L'enseignement t tirer de cette situation semble clair.
Une action international ne peut decharger les Hol-
landais ou les Indonesiens de la responsabili exlreme
de r6soudre leur probleme sur le terrain. Le seul int6-
r&t d'une action international est d'aider A definir
exactement le problem et d'user de toute I'influence
possible pour demander un r6glement piciflque et rai-
sonnable. Mais cette action international ne peut met-
tre en jeu une puissance executive don't on ne dispose
pas. II est probable qu'elle aggraverait la situation plu-
t6t qu'elle ne l'ameliorerait en faisant naitre chez les
adversaires des espoirs qui ne peuvent etre realis6s a.


III. PRESS SOVIETIQUE



Revtue de la press sovietique des 17 et 18 aotit 1947
La ipolitiqiec 'des Etats-Unis est, une fois de .plus, au centre
des preoccupations de la press moscovite du 17 aott et de la
Pravda du 18. Au premier plan se trouvent des extraits de
la press amdricaine sui l'interpritation des declarations de
M. Johnson Z"p'-opos de la Grace et les travaux de la Com-
mission de verification du loyalisme des fonctionnaires ame-
ricains. On remarque des extrails d'un article public dans
les journaux yougoslaves sous le titre de x Pourquoi les
autorites ambricaincs interdisent-elles a leurs concitoyens de
visiter la Yougoslavie ? ,. relev6s dans Trud, sous le titre :
< Le rideau de fer americain en action >>.
La press reproduit 6galement le memorandum de 1'Union
des etu.diants de la Chine du Nord h M. Wedemeyer et des
extraits d'un journal de Hong Kong sur les plans de I'imp&-
rialisme amrricain a Fo-mose. Au second plan, les nouvelles
plus braves sont consacrees an sajour du general Wedemeyer
en Chine, ina p6nitration am7-rcaine en Arabie, A la decla-
rati4n du D6partement d'Etat en reponse aux accusations
porties par Tito ct la m'se sdus control d'un spdcialiste
americain des chemins de fer turcs.
On releve des tdllgrammes relatifs a la reaction en Corde
du Sud, a Ia riforme mon6taire en Roumanie, au texte de


la lettre du Comit6 central du part communist frangais au
congrbs socialist, ainsi qu'une information consacrde a la
protection don't jouissent les fascistes en Suede. Les autres
nouvelles se rapportent a la condemnation A mort de Petkov
approuvee par le people bulgare. h I'ouverture, I Nuremberg,
du proces de Krupp et des directeurs de 1'I. G. Fanbenindus-
trie, a la su:te du process 'd'Helsinki, au nombre de person-
nes qui n'auront pas le droit .de participer aux elections en
Hongrie d'apres le Dppartement d'Etat americain et d'apres
les sources hongroises.
1. Palestine
Dans la Pravda de dimanche. on relive un article inlttulh
a Menteurs et Calomniateurs a sous la signature de Viktory,
h pro'pos des declarations 'd'un d6pute conservateur anglais
sur le fait que les terrorists palestiniens etaient entraines
en Union Sovi6tique et sur les pogro-mes en Angleterre.
2. Conference de Rio
On relive de brefs t.1egrammes sur le d6but de la confe-
rence. L'Etoile Rouge public un article de Charin sur la nou-
velle politique des Etats-Unis dans 1'hemisphcre occidental.
a A la base d I'id6e de la domination politique militaire des Etats-JInis
sur tout le continent occidental. 2
3. Chine
Gaidar, dans les Izvestia, consacre un article au deuxieme
anniversaire de la liberation de la Coree dans lequel l'auteur
oppose la Coree du Nord a la Coree du Sud oh les Aimdri-
cains c ont conserve presque en entier le vieux systmme du
gouvernement general japonais en l'adaptant tout simple-
ment aux intderts de leur administration militaire :.
Dans la chronique international du Moskowsky Bolcheeik,
on relve que a la mission de Wedemeyer. ohargee d'etablir
des fats. n'est qu'un paravent dans le but d'obtenir le con-
sentement du gouvernement du Kuomintang aux conditions
asservissantes de l'aidde militaire et ceonomiaue nue les Etats-
Unis imnoscnt a la Chine. 11 a apporte en Chine une deci-
sion d iA pr:se sur l'intention des Etats-Unis de renforcer
et de hitter la r6alisation du programme contenu dans la
doctrine Truman. II s'est hat6 de venir a l'aide de la reaction
du Kuomintang qui se trouvait face A la faillite militaire,
politique et bconomique >.
4. Plan Marsahall et reparations
Dans la Pravda du 18 aoCft, Joukov, sous le titre : < Aide
au rmtablissement de 1'Europe ou sabotage du retablissement
de l'Eu-ope a. insisted surtout sur le fait que toutes les con-
versations recentes oui portent sur la place qui serait faite
a 1'Allemagne dans l'economie europeenne ont a la base une
politique 4de suppression des reparations. Et il conclut mru'en
pregnant sous leur tutelle les magnats industries de la Ruhr,
les politicianss de Wall Street content transformer 1'Alle-
magne occidentale en une base de la reaction qui pourra
etre utilis6c pour la lutle contre les forces d6mocratiques
et progressistes et 1'Europe.



IV. PRESS BELGE


LE CONGRESS NATIONAL DU PARTI SOCIALIST FRANCAIS.
(Le Soir, 19/8) :
< ...On ne reprochera pas cette fois-ci au CongrBs
socialis:e. qui vient de se tenir A Lyon, d'avoir voulu,
coite que ocoite, aboutir A la conciliation des contra-
dictoires. La decision qu'il a prise est certes nuance.
Elle n'en est pas moins precise et, ce qui est plus inti-
ressant, elle dolt entrainer un retirement dans la poli-
tique gouvernementale...
Le programme d6fini par le CongrBs est courageux
et il est socialist, mais sera-t-il accept par les autres







UlULETIN BI-MENSUEL D'INV0RMATIONS TOURISTIOIES 7


parties qui partagent avec les S.F.I.O. les responsabi-
lites du gouvernement
Rien n'est moins certain surtout du c6t6 du Rassem-
blement des gauches encore plus hostile que le M.R.P.
A un enforcement du dirigisme. D'od le di:emme de-
vant lequel risque de se trouver M. Ramadier d'ici
quelques jours : renoncer au programme socialist ou
provoquer une crise minist6rielle. D&cid6ment, en d&
pit de ses qualities de manoeuvrier il doit regretter que
1'Assembl6e national ne se soit pas mise en vacancies
la semaine passe e.
(du correspondent A Paris du Soir).


V. PRESS SUISSE


LE PROJECT D'UNION DOUANIARE EUROPEENNE. (La Tri-
bune de Gendue, 18/8) :
< L'id6e est en march et il est probable que le Co-
anit,6 des 16 sera appel6 A voter une resolution de prin-
cipe pr6conisant 1'Btab:issement d'un vaste plan d'en-
semble en vue de l'unification progressive de l'6cono-
mie europeenne et portant, en premier lieu, sur la sup-
pression des entraves doua.nires. Au lieu d'aller faire
la queue devant les guichets du Tresor ambricain et de
se tirer mutue:lement dans les jambes, les gouvernements
de' 1'Ancien-Monde se presenteront done a Washington
avec un programme d'action collective prouvant qu'ils
entendent travailler la main dans la main. La mise en
application du plan Marshall s'en trouvera grandement
facilities. En m&me temps, on verrait se reconstituer,
A cheval entire l'Eurasie sovi6tique et 1' < h6misph6re


ocidental >, une entity Bconomique distinct, don't
l'existence serait une pr6cieuse garantie d'equilibre et
de paix. Une Europe occidentae unie, et bien rbsolue
A ne pas se laisser infeoder A un a bloc quelconque,
pourrait jouer en effet un role de liaison tres utile en-
tre les deux tres grandes puissances qui se disputent
la supr6matie universelle. Elle representerait enfin un
g potential : vital, avec lequel celles-ci seraient neces-
saiement obliges de computer.
Pourtant, il ne taut pas non plus se faire trop d'illu-
sions. La r6alisation d'une union douaniere est diffl-
cilement concevable tant que les Etats appeals A en faire
parties n'ont pas retrouv6 leur stability interieure et sont
constamment acculds A la faillite. D'autre part, le gou-
vernement sovi6tique persiste dans son attitude de vio-
lente hostility A l'6gard de tout ce qui porte l'6tiquette
occidentale et de toute initiative tendant a associer
l'Amerique A la reconstruction de l'Europe. De plus,
tous ces beaux projects resteront lettre morte tant que
les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ne se
seront pas entendus sur les conditions dans lesquelles
l'Allemagne serait appel6e A prendre sa part de l'effort
commun.
Pour la premiere fois depuis la guerre, on assisted
neanmoins A une tentative de restauration de l'unit6
europ6enne, qui n'6tait plus jusqu'ici qu'un vain mot.
Le fait que celte tentative a lieu sous le patronage de
la France et de l'Ang'eterre et qu'elle rencontre la cha-
leureuse approbation du gouvernement de Washington
autorise en outre de s6rieux espoirs. Et, pour la premiere
fois aussi depuis la cessation des hostilities, 1'Europe
elle-mmme voit ainsi se dessiner A l'horizon la possibility
d'un d6veloppement harmonieux, entire les deux colosses
dans I'ombre desquels elle est condamnee A vivre >.
Paul du BOCHET,


S, P. I. Imp., 27, me Nicolo, Paris 81.3009














































































Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs