Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00159
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: August 7, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00159
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
MINISTERE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANQAISE I


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


BULLETIN


QUOTI


DE


7 aolt 1947.


PRESS SE


ETRANGERE


Nouvelle SBrie N o 737


SOMMAIRE

I. -'PRESSE BRITANNIQUE.
a) La situation economique de la Grande-ijrelagne.
1. Tilmnes (6/8).
2. Daily Expriess (6/8).
3. Daily Telegl 9lph (6/8).
4. News Ch(rollbacile (6/8).
5. Daily Worker (6/8).
b) L'avenir de I'Inde '(Times, 6/8).
II. PRESS AMERICAINE.
La reconstruction de 1'Europe.
1. New Ylork Hieijald 71ribmue (5/8).
2. New York Hteitld Tribune (6/8), edition eu-
ropeenne.
III. PRESS SOVItTIQUE.
IV. PRESS SUISSE.
ia) Le problem de la Ruhr (Tlribaue ide Gen&bve,
5/8).
b) Apres la signature de l'accord entire la Bulgarie
et la Yougoslavie (Giazette de Lausanire, 6/8).


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press brita'nnique du 6 aoeit 1947
Aujourd'hui eneore ce sont les affaires int6ricrues qui
sont au premier plan dans tous les journaux; les journaux
publient le text ou une analyse des projects dc loi depos&s
par le gouvernement et destines a lui donner des pouvoirs
plus ctendus en maticre iconomique afin de fair face h la
crise menagante. Ces projects doivent 6tre discuths avant les
vacances parlementaires, c'est-h-dire cette smnaine ou, an
debut de la semaine prochaine.
De nombreux journaux se prdoccupent de l'attitude des
Etats-Unis en ce qui concern la crise britannique.
Le Daily Mirror croit savoir que le gouvernement anglais
envisagerait l'envoi d'une mission special en Amerique
apr6s re discours qu'i doit etre fait aujourd'hui aux Com-
munes par M. Attlee. De nombrcuses informations sur les
pays strangers on les questions internationales sont publiees
ce matin. Cellos qlhi tiennent le plus de place sontt cells
qui concernent la Palestine, la plainte 6gyptienne i 1'O.N.U.
et l'Autriche.


1. Les Ebals-Unis et la crise brilannique
Plusieurs correspondents soulignent l'attention avec la-
quelle les milieux officials et 1'cpinion am ricaine suivent
Ile duveloppement de la cruise britannique. C'est ainsi que le
correspbndant du Tines h Washilgton croit savoir que de
nombreux fonctionnaires amdricains estiment que la crises
actuelle affected tous les pays de l'Occident ct que les res-
ponsabilit6s, bien loin d'etre 'imities anS government
actuel de 1'Angleterre, sont partagdes par les antres pays,
sans exclure les Etats-Unis, oil P'augmentation des prix a
eu des repercussions defavorables pour leurs clients. Co
correspondent cite de longs extraits d'un editorial du New
York Times favorable h l'assouplisscment des charges an-
glaises en Allemagne.
Le correspondent du Manchister Guardian a New-York
signal la responsabilit6 de la press isolationniste du
Middle West et ajoute en substance : le ton de cette press
contrast nettement avec celui de la majority6 des jo.urnaux.
Faisant. allusion aux critiques qui seront probablement
adressees par certain membres du Congris i la politique
socialist de plusieurs pays europeensi il conclut : II se
peut que de nouveaux prets americains soient accompagnes
de clauses restrictives qui ajourneront pour quelque temps
les programmes de nationalisation de plusieurs pays euro-
peens et specialement ceux qui vi.ent les mines de carbon
de la Ruhr.
Lo correspondent du Daily Telegraph a Washington dcrit
que le DWpartement d'Etat se rend compete pleinement de
la gravity de la situation en Europe occidcntale et particu-
librement en France et en Grande-Bretagne. On s'y attend i
une reduction de 40 % des forces militaires britanniques et
a l'ajournement des projects de nationalisation relatifs a
P'industrie de l'acier ou a des industries qui n'ont pas
encore 6t* nationalis es.
Ce correspondent souligne les critiques tres vives adress6es
an .docteur Dalton par la Washington Post. D'aprBs le cor-
respondant du Daily Express LI Paris, M. Clayton, au course
d'une conference avee M. Jefferson Caffery, M. L. Douglas
et M. Murphy auraient decide que !es Etats-Unis prendraient
en charge la plus grande parties des d6penses en dollars de
la Grande-Bretagne en Allemagne et lui demanderaient de
ne pas rdduire ses troupes d'occupation dans ce pays.
Dans le Daily Worker, Franck Pitcairn 6erit que les
correspondents du Daily Telegraph et du Times a Washing-
ton se sont faits cette semaine les instruments de M. Mars-
hall et du D6partement d'Etat dans leurs efforts pour
mmener le gouvernement travailliste A renoncer A sa poli-
tique socialist. (Voir "'article plus loin.)
2. Palestine
La press public a nouveau des informations relatives aux
attentats terrorists et des measures de repression en Pales-
tine. Elle signal d'autre part de nombreux incidents anti-


-- ---








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSED ATBANGaftI


simites cn Angleterre oh le Comit6 juif, d'apres le News
Chronicle, se preparerait A organiser des commandos de pr-o-
tection.
Plusieurs condemnations ont dtjih t6 prononcees centre
des manifestants coupables de voices de fait. Au course de
ces manifestations, 20.000 ouvriers de Manchester auraieut
protest centre I' << hystdric antiscmite s.
La press analyse enfin !es declarations faites sur la Pales-
tine h la Chambre des Lords par le Premier Lord de I'Ami-
raute ct signal le fait que Lord Hall n'a pas sculement
condamn6 le terrorism, mais aussi les manifestations anti-
s6mites en Grande-Bretagne.

3. Eyypte
Presque tons les journaux rendent compete des clebats qui
se sont engages, A la demand de l'Egypte, devant le Conseil
de s6curitd. Is analysent les discours prononces par Nos-
krachi Pacha et par Sir Alexander Cadogan et s'abstiennent
generalement de tout commentaire.
Le correspondent dip'omatiqne du Times announce (cue le
gouverneur g6enral du Soudan vient d'approuver les propo-
sitions tendant a donner aux Soudanais une part plus
grande dans I'administration du pays et a trailer le Soudan
a comme une entity homogene ,.

4. Antriche
Toute la press public des d8pches relatives A la saisle
par les troupes russes de. la raffincric cde petrole de Nobau
don't les capitaux sont anglais, americains et hollandaise.
D'apres le correspondent du News Chronicle, les milieux
officials britanniques auraient deja exprim6 A ce sujet leur
vif mecontentement et se prdpareraient a demander aux
Russes des explications i la Commission quadripartite qui
6tudie la question des hiens allemands.
D'apres le correspondent du Daily Herald a Viennr, les
616ments britanniques et americains do la Commission de
contr8le allide auraient dCjh e6lev des protestations 6ner-
giques.
5. Rdduc4ion des forces d'occupation brztanniques
La plupart des journaux annoncent que le gouvernemett
britannique a notitid au government grec son intention
de retire ses dernieres troupes de Gr6oe. Le Manchester
Guardian consacre A cette question un de ses 6ditoriaux.
D'apres le correspondent diplomatique du News Chronicle,
il n'y aurait d'ailleurs pas de navires pour evacuer ces
troupes avant une date anterieure A la fin de 'annie.
La press public d'autre part des declarations faites a
Berlin par le porte-parole du gouvernement militaire bri-
tannique pour dmmentir les rumeurs suivant lesquelles les
troupes britanniques seraient retirees de cetto capital.

6. Indonesie
Les d6peches relatives a l'Indon6sie sont ce mati moins
nombreuses et moins longues. Quelques journanx r6sument
1'ordre du jour hollandais qui explique aux troupes ]es ins-
tructions qui leur ont 6td donn6es pour lesser le feu.
Le correspondent du Daily Telegraph a Batavia estime
que les perspectives d'entente sont maintenant plus favo-
rables.
Toutefois, le Manchester Guardian et le Daily Telegraph
signalent que les republicans accusent les Hollandais de
rompre la trove en continuant leurs operations de nettoyage.
7. Ratification des traits par les satellites de l'Allemagne
Plusieurs journaux signalent que Lord Vansittart a
demand au gouvernement de ne pas ratifier les traits de
paix de la Hongrie, de la Bulgarie et de la Roumanie sans
examiner d'abord avec soin les infractions d6jh commises
par ces pays. Ils notent que Lord Packenham a declared que
le gouvernement a exprimn ses preoccupations (notamment
en ce qui concern les elections hongroises) et estime pre-
ferable de ratifier les traits.
D'apres le correspondent diplomatique du Manchester
Guardian, le gouvernement britannique aurait rdpondu a la
derniere note sovi6tique en maintenant le point de vue sui-
vant. Les traits devraient 6tre mis en vigucur le plus tSt
possible sans qu'un &tat ex-ennemi soit en measure d'ajourner
sa mise en vigueur en refusant -a ratification.


8. France et Union FranCaise
Dans le Daily Worker, la correspondante qui vicnt de
passer quinze jours en France exprime, dans un article de,
fond, son admiration pour les femmes frangaises don't la
vie, dit-elle, est bien plus dure que celle des Anglaises.
Le correspondent du Manchester Guardian a Paris rend
compete des incidents sanglants qui viennent de se produire
en Tunisie oi le regime plus liberal instaurd par le riouveau
resident general est mis A rude epreuve des le debut.
II signal les critiques adressdes au projet de statut alg6-
rien discut6 actuellement par la Commission de l'Intdrieur
de l'Assemblee Nationale et la creation d'un grand Consell
de 1'Afrique occidentale et de 1'Afrique dquatoriale.

9. Ndiociations anglo-sooidgtques
La press rend compete des declarations faitcs hier aux
Communes par M. Dalton et M. Wilson sur 1'Cchec des nego-
ciations commercials de Moscou.
Le Daily Worker accuse le gouvernement anglais d'avoir
ddlibrement fait echouer ces ndgociations en envoyant &
sa delegation de nouvelles instructions A la suite du voyage
de M. Clayton a Londres et le refus russe de paiticipcr a
la Conference de Paris.

10. Confereno- de Parts
Le correspondent du Times A Paris et du Daily Telegraph
consacrent deux braves depeches aux travaux de la Confe-
rence qui 6tudie maintenant les :rponses adressies au ques-
tionnaire par la plupart des Etats participants.

11. Ruhr
D'apres le correspondent diplomatique du Daily Telegraph,
les conversations de Washington commenceront mardi pro-
chain. Bien que le programme n'cn soit pas fixed, les Anglais
esprceraient encore un 6largissement de ces conversations.
Le journal conservateur reproduit d'autre part les decla-
rations faites par un porte-parole du Quai d'Orsay pour
affirmer que, contrairement a l'opinion cxprimee par
M. Bevin dans son dernier discours, la politique allemande
de la France n'a pas ct6 modified, notamment en cc qui
concern la Ruhr.
Le correspondent du News Chronicle dans la zone britan-
nique consacre une d6p&che aux nouvelles instructions
donnies par le gouvernement militaire pour lutter centre
la propaganda allemande qui rend les Anglais responsables
des difficulties 6conomiques de l'Allemagne.

a) LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA GRANDE-BRETAGNE.

1. Times (6/8).

< ...Comme Sir Hubert Henderson I'a expliqu6 dans
ce meme journal hier, les difficulties que le gouverne-
ment doit r6soudre en ce moment ont 'deux origins.
L'allure de plus en plus rapide a laquelle s'6puise le
credit am6ricain est due peut-6tre autant aux clauses
de l'accord reglant le pr&t, exigeant la conversion des
livres sterling en dollars et la non-discrimination entire
les products am6ricains et les products ayant une autre
origine, qu'a l'exces important des importatio'ff sur les
exportations...
Si notre pays pouvait fournir plus de products des-
tines A l'exportation, les autres pays seraient moins dis-
poses a convertir leurs livres sterling en dollars pour
.acheter des products amnricains. Notre faiblesse fon-
damentale, c'est le niveau trop bas de notre produc-
tion 'de marchandises d'exportation; c'est sur ce point
que les efforts du gouvernement doivent 6tre concentres
avant tout...
Ce qui est maintenant n6cessaire avant toute autre
chose, c'est une redistribution draconienne des ressour-
ces de la nation. Les exportations pourront etre quel-
que peu augment6es en reduisant certaines des four-
nitures de products de consommation courante et
d'6quipement in'dustriel qui sont actuellement destinies







ALLETIN QOOTIDIEN DR PRESS TTRANG RE 3


au march int6rieur. Mais le succcs dtpendra plulbt
td'unc augmentation de la production que d'une nou-
velle r6partition de la production actuellc...
La lhche 'du gouverneinent est bien continue ct mime
simple. ille consiste A augmenter la production de ma-
t6riaux rares, a limiter rigoureusement leur emploi A
ce qui est absolument n6cessaire et a r6partir la main-
d'oeuvre disponible de telle sorle qu'on en fasse un
meilleur emploi... >
2. Daily Express (6/8), conserva!eur :
< Bien souvent, au course de l'histoire, une situation
du genre de celle qui se pr6sente A nous (le terme tech-
nique est un < boom > d4t A 1'inflation) a 6mu le monde
des affairs. La crise a toujours 616 surmont6e.
Mais, cette fois-ci, le probl6me se pose A un gouver-
nement socialist et dans le cas 'd'une 6conomie diri-
g6e. Aussi la question que l'on pent formuler est-elle
la suivante : les socialists pourront-ils vaincre la crise
grAce A leurs m6thodes 7...
Les ministres socialists sont-ils les seuls A encourir
un blAme pour le fl6au qui s'aThat sur la Grande-Breta-
gne ? II faut r6pondre : non.
Bien des causes de cette crise echappent A leur con-
tr6le. Ils ne sont pas responsables de la politique ame-
ricaine qui, avec de bonnes intentions et de bones
paroles, a inaugur6 une 6re de folie 6conomique.
NEn effet, quel autre nom pourrait-on donner A un
monde 'dans lequel on emp6che la Grande-Bretagne
d'acheter des products dans ses propres colonies parce
qu'elle ne peut offrir des dollars pour se procurer des
products .ambricains semblables ?
Comment pourrait-on d6crire autrement une, situa-
tion dans laquelle, par example, on persuade I'Argentine
et la Su6'de de reduire leurs achats de products britan-
niques parce qu'elles d6sirent r6duire leurs achats en
dollars de products am6Ficains ? )
3. Daily TielegIc4~phl (6/8), conservateur :
< ...Les (c measures senses >> que doit prendre Ic gou-
verment doivent comprendre cells qui contribueront
A la reduction des importations non essentielles, A Yaug-
mentation des exportations, et qui peuvent stimuler la
production du pays. Mais ce serait de la folie que de
pr6tendre que ces measures nous assureront autre chose
qu'une p6riode de r6pit. A la longue, il faudra trouver
une solution pour rem6dier an d6s6quilibre 6conomique
qui existe entire les phys tels que les Etats-Unis et les
pays tels que le nmtre.
Cette solution n'a encore jamais t61 trouv6e; elle ne
sera jamais trouv6e si le gouvernement persiste a se
d6rober A toute decision n6cessaire, A imposer des
theories don't on n'a jamais d6montr6 aussi clairement
la fausset6, et A exclure de administration des hom-
nmes veritablement comp6tents. Nous attendons aujour-
d'hui du Premier Ministre qu'il propose des remedes
senses pour P'avenir imm6diat, mais nous devons 6tre
6galement sur nos gardes centre tous plans qui pour-
raient rendre notre avenir aussi incertain qu'il P'est
en ce moment. >
4. News Chronicle (6/8, liberal) :
< ...Toutes les nations, y compris l'Am6rique, sont
responsables jusqu'A un certain point d'avoir porter un
jugement erron6 sur la situation d'apres guerre et de
s'en 6tre mal'occupees.
L'6tablissement 'de la paix et le relivement economi-
que qui aurait suivi ont 6tW ajourn6s trop longtemps.
En particulier, les clauses p6nates de I'accord de Pots-
dam ont 6t6 pour une bonne part dans le retard ap-
port6 an rel~vement de 1'Europe, et I'Amnrique, 6tant


donn6 qu'eile a sign cet accord, porle, elle aussi, une
certain responsabilit, bien -q'elle ait change compl6-
lenient de point de vue an course des 'derniers mois.
C'est encore l'Amdrique qui est responsible pour une
bonne part d'avoir sous-estim6 les d6lais n6cessaires au
rel6vement du monde apr6s la guerre, et ce sont les
Am6ricains qui ont insist pour imposer trop rapide-
ment A la Grande-Bretagne I'obligation de convertir la
livre sterling en << monnaie solid >.
Enfin, en abandonnant trop t6t tous les contr6les sur
les prix et les restrictions imposecs a la liberty 'd'en-
treprise en ce qui concern leur propre 6conomie, les
Etats-Unis out permis une hausse sur les prix d'expor-
tation de products don't l'Am6rique scule disposait pour
secourir un monde en d6tresse...
Aussi peut-on dire que les Etats-Unis ne sont pas sans
Otre responsables d'avoir hAt6 I'apparition des difficul-
t6s que les resources am6ricaines, esp6re-t-on, contri-
bueront A resoudre. Si l'Am6rique se souvient 'de tout
cela, elle sera d'antant plus A m6me de porter un juge-
mient veritable sur la situation de la Grande-Bretagne. >

5. Daily Wlorker (6/8, communist) :
q L'6v6nement marquant de cette < semaine de
crise > a 6t6 constitu6 par une l6grre modification 6vi-
dente de la tactique am6ricaine... Cette modification
s'est fait sentir tout particuli6rement dans les articles
'des correspondents A Washington du Daily Tielegraph
ct du Times... On a enregistre presque pour la premiere
fois des critiques ouvertes et mime s6vbres centre le
gouvernement travailliste et plus encore contre les ten-
dances socialists de >la politique int6rieure britanni-
que...
Et maintenant, le grand Etat-Major imperial de l'at-
taque 6conomique americaine contre I'Europe, compre-
nant M. Clayton. et les ambassadeurs am6ricains A Lon-
dres et h Paris, se r6unit A Paris.
Le r6sultat de cette nouvelle pression a 6t6 exactement
cc que les 'Am6ricains attendaient.
Les conservateurs se sont sentis fortement encoura-
gCs. Le discourse 'de M. Churchill A Blenheim a 6t6 une
invitation publique aux Am6ricains de n'accorder au-
cune aide a long terme h une Grande-Bretagne socia-
liste. Ceci indique clairement que si 1'on peut precipi-
ter les choses assez loin et assez rapidement vers la
catastrophe, les conservateurs seront pr6ts A agir et d6-
sireux de le faire en tant qu'agents slrs de l'imp6ria-
lisme am6ricain en Grande-Bretagne. Dans ce sens, on
peut dire que les conservateurs ont hiss6 leur 'drapeau
electoral. >
(FRANK PITLAIRN.)

b) L'AVENIR DE L'INDE (Times, 6/8) :
<< ...Au course ties dix derniers jours, lord Mountbat-
ten a convaincu la majority des Etals qu'il est de leur
int6r6t de .s'associer h l'un ou l'autre des nouveaux
Dominions. Cet avis, si excellent qu'il soit, ne r6soud
pas les difficulties de certain Etats don'tt les gpuvernants
sont obliges de traiter leurs sujets hindous et musul-
mans avec un 6gal respect. Le Bhopal se trouve dans
ce cas. Le Nawab a jou6 un rBle pr6pond6rant dans la
renaissance de 1'Islam aux Indes sans perdre pour cela
1'attachement de .ses sujets hindous. L'Hy'derabad se
trouve devant un probl6me semblable, compliqu6 par
son importance unique et les relations sp6ciales qu'il a
avec la Couronne. Seul le tenips pourra guider ces prin-
ces dans leur choix difficile; mais la solution sera faci-
lit6e de beaucoup si la structure administrative des
deux Dominions est d'un genre propre A inspire une
confiance complete dans la politique ct les actes 'de
leurs gouvernements. >






4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGIRE


II. PRESS AMERICAINE


Rerr,'ue de la press m1ncricninc d 53 noroil 1947
1. Questions allemandes
La press announce de Washington que lcs conversations
angloam6ricaines sur la production du carbon de la Ruhr
ne s'ouvriront que 'le 12 aoit. Le correspondent du New York
Times indique que d'ordre du jour de ces conversations n'a
pas encore et& ddfinitivcmcnt ddtermin6 et que les Anglais
insistent toujours pour ajouter A1 la discussion des probl6mes
'purcment techniques la question d;u financcment de la zone
britannique d'occupation. De Londres, lcs correspondants-
rapportent les declarations de M. Bevin aux Communes, indi-
quant qu'il fera un ultisme effort en novembre pour tenter
d'obtenir I'unification &conomique de 1'Allemagne.
Reynolds, correspondent ide P. M. A Washington declare
que les fonctionnaires amnricains sont toujours dicilds a
publier cet det l'accord anglo-amdricain sur los niveaux de
la production allemande, accord don't la publication a t6d
retard:e par la demarche frangaise. II note que les liplo-
mates americains laissent A I'Europe le soin de preparer les
details 'du plan Marshall et il ajoute que quels que soient
les rdsultats de la Conf6rence de Paris, le rel6vement dcono-
mique de la Ruhr doit 6tre o le premier pas du redressement
general de I'Europe >>. II souligne que lcs conseillel's de
M. Marshall deimeurent les partisans du rele6vement de la
production allemande en acier et declare que l'accord anglo-
am6ricain < aurait Rt6 annoned la 'mi-juillet si la France
n'avait pas pr6venu le D6partement d'Etat que si elle n',tait
pas au moins nominalement consulate, le ,gouvernement Ra-
madier serait menace. Dans les semaines qui vont venir,
ajoute-t-il, il y aura ides gestes sy-mboliques A I'dgard de la
France mals cos gusies ne, changeront probablement pas le
plan fon'damental qui co.nsiste a tirer du eharbon et de 'acier
de la Ruhr >.
L'6ditorial des journaux de la chain Scripps-Howard dit
qu'il n'est pas facile d'accepter d:e, bonne foi Ics arguments
polonais, teh&ques et frangais selon lesquels une industries
allemande renaissant -dans la Ruhr menacerait la paix de
l'Europe. De, tclles iddes, ajoute-t-il, paraissent s'inspirer de
la ligne de propaganda de Moscou. Nous ne traitons ,pas
avcc le vieil empire allemanid ni avec 1'Allemagne de Hitler,
mais seulement avee I'Allemagne de I'Ouest, region place
sons le control americain, anglais et frangais. Cet Aditorial
conclut que le succs du plan Marshall depend en grande
parties du relevement industrial de la Ruhr.
Le DWparteanent de la Guerre a annoncd qu'il aiderait 1'in-
dustrie cin6matographique allemande A se reliever, encourage-
rait .'exportation de ses films et que l'introduction de films
strangers dans la zone d'occupation americaine se ferail sur
la base de la rdeiprocit6.

2. Relations U.R.S.S.-U.S.A.
Deux incidents illustrent a'ujourd"'hui l'6tat de ces rela-
tions. De Vienne, la press announce que les troupes sovie-
iiques ont occupy la raffinerie anglo-amdricaine de pitrole
de Lobeau apres que le ge nral Kurasof eut informed le g6ne&
ral amn6ricain Keyes que administration russe considdrait
cette raffinerie coomme un bien allemand.
Une dipdche. de Budapest announce que les fonctionnaires
de la 16gation awmericaine dtans cette ville ont lib6r6 un
citoyen am,'ricain au moment ofi les polieiers hongrois vou-
laient 1'entrainer au quarter gAndral de la police. Ce citoyen
amdricain aurait fait des declarations anticommunistes et mis
en cause M. Rakosy, chef du parti communist hongrois.

3. O.N. U.
La press announce qu'une resolution sovietique reclamant
le retrait des troupes 6trang6res de Grbce a '6t6 rejetee par
le Conseil de SBcurit6, par neuf voix centre deux, I'U.R S.S.
et la Pologne ayant vot6 en favour de la rAsolution.

4. Nowvelles de France
Les correspondances de Paris portent encore aujourd'hui
sur les activities du Comit& de cooperation 6conomique euro-


peonne et sur les conversations qui out eu lieu hier entire les
aibassadeurs americains Douglas, Caffery, Murphy et ]e
sous-secrdtaire d'Etat ,Clayton. Les correspondents estiment
que ces conversations portent en particulier sur la coop6ra-
tion inter-curopdennc et sur les besoins en dollars de la
France et de la Grande-Bretagne don't les situations finan-
cieres sont d6peintes en terms tr&s sombres. A ce sujet, les
correspondants de Londres rapportent l'avertissement donn'
par M. Churchill an gouverrement travailliste et annoncent
un discours tris important de M. Attlec i la Chambre des
(Gn communes.

LA RECONSTRUCTION DE I.'EUROPE

1. New York Herald Tribune (5/8).

< ...La crise europ6ennt n'est plus limited A 1'Europe
occidentale, mais elle s'est etendue f la Grande-Breta-
gne, et c'est sur la force et sur le maintien de la stabi-
lit6 de la Grande-Bretagne que toute notre politique est
has6e...
La crise de 1'Europe occidentale n'est pas due aux
erreurs d'une nation en particulier; aussi, ne peut-on la
combattre que par nne contribution maximum de la
part de toutes les nations. Le New York Herald, Tribune
consid6re qu'on ne pent r6futer le principle qui est
la base du plan Marshall, a savoir que les Etats-Unis
ne peuvent utilement aider que ceux qui font preuve de
la volont6 .de s'aider eux-m6mes et mettent tout en oeu-
vre pour cela.
M. Altlee va bient6t dire ce que la Grande-Bretagne a
l'intention de faire. On s'aitend A ce.que la conference
europ6enne montre ce que les pays du continent peu-
vent faire. Les Etats-Unis ont encore a montrer ce qu'ils
peuvent et ce qu'ils ont I'intenlion de faire en tant que
nation occupante en Europe.
Est-ce tout ? II est vrai que dans F'esprit du plan Mar-
shall nous devons attendre jusqu'A ce que des plans de
reconstruction valid,6s nous soient pr6sent6s. Mais de-
vons-nous simplement rester A l1'cart et attendre pares-
seusement jusqu'au printemps prochain peut-6tre l'occa-
sion de passer enfin a l'action ?
Lorsque l'on a repouss6 l'idbe d'une session extraor-
dinaire du Congres, l'Europe fut .d6favorablement im-
pressionn6e. La conflance dans la realit6 du plan Mar-
shall fut quelque pcu bbranl6e....
Pour bien remplir notre part dans la champagne contre
la crise commune dans l'Europe occidentale, il faudra
faire preuve d'une direction plus 6nergique que celle
qu't montr6e Washington jusqu'ici.

2. New York Herald Tribune (6/8, 6d. europ.).
< Les Europeens, en particulier les Francais et les
Anglais, se sont rendus plus rapidement compete
que la plupart d'entre nous, que la cld de vote du plan
etait manifestement le rel6vement de 1'Allemagne en
tant que principal puissance industrielle du conti-
nent... Les Am6ricains n'ont jamais cach6 leurs inten-
tions, si n6fasles qu'elles puissent paraitre a beaucoup
de gens, de reliever la puissance industrielle de 1'Allema-
gne aussitbt que possible... II n'est aucunement surpre-
nant que la reaction des r6centes victims de l'Allema-
gne en Europe A I'egard des plans am6ricains soit loin
d'etre un d6bordement de joie. Et l'opposition mfani-
fest6e par ces victims A 1'6gard de notre politique pent
encore nous eanmpcher de commettre une erreur 6pou-
vantable, semblable a celle que les Anglais et nous-
mimes avons commise apris la premiere guerre mon-
diale.
Le probl6me de savoir quelle place doit occuper 1'Al-
lemagne dans la reconstruction de I'Europe est sans au-








BULLTIN QUOi-D1JkN DE PRESSE ITRANGaIktIl


cun doute Pun des plus complexes et des plus difficiles
a r6soudre. Mais le fait pour les Etats-Unis d'accorder
la priority au redressement industrial de l'Allemagne,
en le faisant passer avant la reconstruction des nations
qui ont etB ses victims, constitute non seulemnent quel-
que chose d'injuste, mais encore procede d'une poli-
tique dangereuse et borne. Nous aurions tout au moins
pu attendre que les representants des seize nations sie-
geant actuellement a la Conf6rence ,de Paris nations
qui ont fait l'exp6rience douloureuses d'etre les voisi-
nes de l'Alleanagne aient Blabor& leur propre plan
de reconstruction, ainsi que M. Marshall leur a demand
de le faire.
Ces nations savent par une triste experience quelle
est la conduite de l'Allemagne lorsqu'elle constitute la
principal puissance industrielle du continent... Bien
stir, les contribuables ambricains sont fatigues d'avoir
a d6penser un milliard de dollars par an ou davantage
uniquement pour permettre aux Allemands de subsister,
et une renaissance rapide de l'industrie allemande nous
soulagerait de ce fardeau. Mais ce serait 1A une Bcono-
mie qui :ne servirait pas a grand'chose, et qui repr6-
senterait une simple fraction des frais qu'entrainerait
pour nous une autre guerre avec l'Allemagne...
Heureusement, nmalggr la hate manifested par nos au-
toritbs z614es, il est encore temps de resoudre ce pro-
blame a l'heure actuelle... Les nations europeennes sont
beaucoup moins pressees de courir a leur perte que le
ministere des Affaires 6trangeres americains, en restau-
rant une fois de plus la production ct la prosperity de
1'Allemagne. Ceci ne veut pas dire que ces nations se
refusent a voir le potientiel industrial .de l'Allemagne
r6intBgrb peu a pen, du moins pour une bonne part,
dans l'.conomie de l'Europe. C'est une chose qu'elles
acceptent mais a certaines conditions.
L'une de ces (conditions c'est qu'A leurs yeux il faut
commencer par le commencement. Leur 6conomie a 6tW
ruinee par la guerre avec l'Allemagne et l'occupation
allemande. Aussi demandent-elles, A just titre, que leur
economic soit relev6e, autant !que possible, avant celle
de l'Allemagne... Pour cela, les nations europ6ennes -ont
besoin du carbon allemand de la Ruhr. Mais ,ce n'est
pas la manme .chose que de dire, come le font les ,au-
torites amiricaines, qu'elles ont besoin du rel&vement
imm6diat de ,l'industrie allemande dans son ensemble.
II y a la, au contraire, une difference marquee et c'est
un point sur lequel on n'a pas ,suffisamment insisli aux
Etats-Unis... Tel est le premier point envisage.
Le deuxieme point est celui de la s6curit6. Les voi-
sins de l'Allemagne 'rclament un certain nombre de
garanties contre le genre d'utilisation qu'a fait le Reich
de sa puissance industrielle dans le passe. II est vrai
que nous avons propose6 un pacte pour le d6sarmement
et la demilitarisation permanent de l'Allemagne. Tout
celaest tres bien.
Mais les nations qui ont 0t6 envahies r6cemment par
1'Allemagne se rappellent peut-6tre qu'apres la derniere
guerre .il y eut Je traits de Versailles qui lui aussi prd-
voyait le d6sarmement et ]a demilitarisation de 1'Alle-
magne. II y eut le traits de Locarno jet d'autres garan-
ties. Mais tout cela n'a pas dur6 tres longtemps.
1 faut autre chose pour donner, aux voisins de l'Alle-
magne la security qu'ils r6clament. Mais jusqu'ici nous
ne nous sommes pas montr6 disposes a le leur accorder.
II s'agit (de l'internationalisation de la Ruhr, qui a etC
propose par les Frangais. Si notre intention est r.el-
lement .de voir les ,mines et les industries de la Ruhr
servir au bien de 1'Europe (y conpris 1'Alleanagne bien


entendu) tout en .6vitant que l'Allemagne occupe une
position pr6pond6rante sur le plan industrial (et par
consequent sur le plan anililaire), alors ,1'internationa-
lisation de la Ruhr constitute un excellent xhoyen d'at-
teindre ce but...
Si nous desirons sincercment que la production in-
dustrielle .de la Huhr serve au bien de P'Europe et non
pas A une extension de 1'Allemagne, nous pouvons peut-
ktre alors commencer pf reconsid6rer l'oppo'sition que
nous avons manifested A la mIise de la Ruhr sous con-
trOle international. En mime temps nous pourrions re-
venir sur notre attitude en ce qui concern notre dd-
sir de faire revivre l'industrie allemande avant d'avoir
relev6 ses victims. Si cette priority accordee a la re-
naissance de l'industrie allemande constitue la cl6 de
votite du plan Marshall, il est dofiteux en v6rit6 qu'il
soit valuable bien longtemps. >>

(WILLIAM L. SHIREIR.)


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press soviLtique dlu 5 aolt .1947

1. La question indondsiennie
Tous les journaux reproduisent int6gralement ie discours
de M. Gromyko A la stance du Conseil de Sdcuritd du ler aoiut
ainsi que les comimuniquds sur les operations militaires. Ils
font itat du maeontentement en Hollande.
Dans la Pravda, un article de Youkov intituld < Le. vrai
sens ,d'un bon office n est consacre it la mediation amnricaine
dans le conflict hollando-indondsien. g Ceux qui ont intdrdt
au maintien du regime colonial, 4cri-t Youkov, doiven n6ces-
sairement 6viter it tout prix une condemnation ,de la Hol-
lanide et reccherhecr accritcinent i arranger Taffaire >>. II
estime qtu'il n'est pas difficile de voir que initiative du
government des Etats-Unis, soutenue par le gouvernemnnt
britannique, est dictec non pas par une sympathie envcrs
l'idde de liberation des peuples coloniaux coinme a essayd
de eI prouver la press amdricaine, mais par des consilddra-
tions tout a fait opposes.

2. Le plan Marshall

Tous les journaux publient un long tdldgranime de Prague
analysant Particle d'AndrB Simon consacre4 la Gonfdrence
de Paris dans la revue tchque Toorba. Un tdelgramne de
Paris traite du mecontenteoment provoqud par la declaration
de 1M. Kenneth Royall.
Dans Trud, un article .de Semenov &tudic les plans des
U.S.A. dans le nord de 'Europe. L'article ,est eonsacr6 h
1'interprdtation des dernidres conversations americano-
danoises et h la politique arctique dce 1'Amdrrique dans le
Groenland. < L'a,pplication des principles de 1'aide amdricaine
aux diffdrents pays du monde, derit de journalist, montre
que les emprunts et les credits accords par les U. S. A. sont
lids i la violation ide la souverainetd national de ces Etats
don't l' des monopolcs aimnricains. Le cas du Grocn'land confirm
cette deduction. >
Les journaux publient le communique official sur l'accord
commercial sovidto-polonais. L'Union Sovi6tiquc fournira
i la Pologne du colon, du mineral de fer, idu manganese, des
alliages de fer. ties produils pdtrilicrs, des products chimi-
ques. La Pologne fournira h 1'L'nion Sovidtique des tissus
de colon, des metaux non ferreux, du sucre, du coke et
d'autres prodtuils de l'industrie polonaise. II a etd con'venu
au course des pourparlers que, dans un prochain avenir, les
deux parties ouvriront des conversations pour ]a conclusion
d'un accord' sur des li\faisons nutuellecs de marchandises
pour une plus longue duric, Ic pirsent accord n\'thant que
pour un all.









6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGtRE


IV. PRESS SUISSE


a) LE I PNOILEI DE ELA RUHn (La Tribune de Genive,
5/8).
<... Les deux puissances anglo-saxonnes sont toutes
pr6tes A consentir les lourds sacrifices financiers qu'en-
trainent l'intensification de la production du char-
bon et le relivement des indiutries travaillant pour la
paix dans la Ruhr. Mais elles ne peuvent pas supporter
ind6finianent tous les frais de l'operation et ellcs posenu
comme condition que, d'ici deux ans au plus tard, I'Al-
lemagne soit mise en 6tat de payer ses importations de
vivres et de matieres premieres avec le produit de ses
propres exportations. Ain'si se repose une fois de plus,
et dans toute son ampleur, le problbme de I'unit6 eco-
nomique allemande et du stalut special de la Rhur, pro-
blime sur lequel les a Quatre > n'avaient pas pu s'en-
tendre h ]a Conference de Moscou et don't ils doivent re-
prendre l'examen en novembre, a Londres.
De la solution que cc problem recevra dCpend aussi,
en .derniere analyse, ]a r6alisation du plan Marshall,
Pour gagner du temps, le gouvernement des Elats-Unis
a pris sur lui d'inviter le cabinet de Londres i 6tablir
des maintenant un programme d'action pratique, pro-
gramme qui viendrait s'encadrer dans le plan de re-
construction de la ( bi-zone >. Ce sera la tAclie de la
conference d'experts convoqube pour le 11 aofut, a Wa-
shington. Mais cette perspective n'est pas sans inquie-
ter le gouvernement francais qui estime, a bon droit,
avoir lui aussi son mot a dire. M. Marshall lui-meme a
du reste reconnu le bien-fond6 de sa protestation et il
a donn6 l'assurance a M. Bidault que les suggestions de
la conference de Washington feraient ensuit I'objet
d'un change .de vues a trois avec la France.
Mais celle-ci va se trouver de ce fail dans une posi-
sition trds delicate. Pour des raisons de haute diploma-
tie, elle a toujours soutenu la these que I'U.R.S.S. de-
vrait Etre ass.ocie A l'organisation du future contrble in-
ternational de la Ruhr. Or M. Bevin vient encore de db-
clarer aux Communes 'que, dans ce cas, les puissances
occidentales devraient igalemcnt avoir un droit de re-
gard dans administration du bassin industrial et mi-


nier de 1'Allem.agne orientale. Tel est aussi le point de
vue du gouvernement amcricain, qui ne vcut plus de
collaboration a ment peu probable que l'U. R. S. S. se rallied a cctte
conception de reciprocit6 et, dans ces conditions, il
sera bien difficile A la France de pers6evrer dans la po-
litique de neutrality fluctuante grace A laquelle elle a
reussi, jusqu'ici, A tenir la balance plus ou moins gale
entire ses allies de I'Est et de l'Ouest. >
(PAUL DU BOCHET.)


b) APRES LA SIGNATURE DE L'ACCOHD ENTHE LA BULGARIE
ET LA YOUGOSLAVIE (Gazelle de Lauosaunie, 6/8).

< ...La visit qu'a faite en Yougoslavie le president du
Conseil bulgare s'est termniee .dimanche par la signa-
ture d'un trait d'amitW, de collaboration et d'assistance
muluelle entire Ics deux nouvelles r.,publiques slaves des
Balkans. Ces 6v6nements marquent la fin de la premiere
tape de la reorganisation de l'Europe du Sud-Est sous
l'6gide des Sovie:s. Venant apres les visits A Belgrade
du g6n6ral Enver Hodja, chef du gouvernement alba-
nais, et du premier ministry roumain, M. Groza, celle du
Premier bulgare 6tait appel6e a avoir un grand reten-
tissement. Le marechlal Ti.o et Georges Dimitrov sont, en
effet, les deux personnalit6s politiques qui ont le plus
d'envergure en Europe orientale et leur prestige est im-
mense aupris des communisles .du monde entier.
Le pace sign a Bled est de la plus haute importance.
Grace a sa conclusion, le r6seau d'alliances entire les
Etats slaves achieve d'tre treami. Depuis la signature du
pacte polono-tch6coslovaque a la veille de l'ouverture
de la conference de Moscou, le 10 mars dernier, il ne
restait plus, en effel, qu'A include la Bulgarie .dans le
nouveau syst6me d'alliances que patronne I'U.R.S.S...
Selon certaines rumeurs, il fallait s'attendre A ce que
la rencontre Tito-Dimitrov se terimine par la mise sur
pied du fameux project de Fed6ration balkanique don't il
est question depuis 1943 et qui englobe la MacBdoine
6g6enne. Ces nouvelles 6taient pr6matur6es, mais l'ac-
cord de Bled ne ,marque pas moihs un grand pas en
avant dans cette direction. a


Prix : 6 Fr.


'j, V. 1. IMP,. 2 J, L U. iN-C010, P&1'13 41.3;U




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs