Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00154
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: August 1, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00154
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text

SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DzS ARTS ET DES LEmTRBS)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRAN;AISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESSED


BULLETIN



DE PRESS


1J aost 1947.


QUOTI



ETRA


Nouvelle


SOMMAIRE

I. PRESSE BRITANNIQUE.
a) L'Inde et la situation en Indon6sie (Times, 31/7).
b) Le problime palestinien (News Chronilcle, 31/7).
c) Apres la conference du group parlementaire tra-
vailliste :
1. Daily Mail (31/7) ;
2. Daily Express (31/7) ;
3. Daily Worker (31/7).
II. PRESS AMERICAINE.
a) La s6curite francaise et la Ruhr (New York He-
rald Tribune, 31/7, edition europ6enne).
b) Le veto sovi6tique sur la creation d'une Commis-
sion de frontiere dans les Balkans (New York
Herald Tribune, 30/7).
III. PRESS SOVIETIQUE.
La situation en Roumanic '(Izvestia, 30/7).
IV. PRESS BELGE.
La situation i.nterieure en France (La Nation Belge,
31/7).
V. PRESS SUISSE.
Le veto sovietique sur la creation d'une Commission
de frontiere dans les Balkans (Tribune de Geneve,
30/7).


1. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press bRitanlnique du 31 juillet 1947
La chronique extierieure est i nouveau au second plan
dans la press de ice matin. Toas les journaux annoncent
en premiere place, que M. Attlee fera connaitre prochainement
a la iChambrel des Comimunes los mesuves que le gouverne-
ment se propose de prendre pour remnd'ier A la menace qui
se precise de plus en plus d'une crise .6eonomique grave.
On fait gdniralement pidvoif une reduction de certain's
importations (denr6es alimentaires, films, essence), ainsi
qu'une redistribu"'on plus rationnelle de la main-d'oeuvre
combine aveec une aoc6l6ration ide la di6mobilisation. On
signal 6galernent que M. Attlee a fait appel aux miners
pour leur demander de travailler ine denmi-heure de plus
par jour.
Tous les journaux souligient le fait que 1'expos4 du pre-
mier ministry devant le group parlementaire du parti tra-


vailliste a produit sur ses auditeurs une impression pro-
fonde et particuli6rement favorable.
Le oorrespondant parlementaire du Times 6crit notamment
a ce sujet : < Apr6s la reunion d'hier, l'autorit, de MA. Attlee
dans le parti semble 6tablie plus solidement que jamais. >>
Sur le plan ext6rieur, ce sont encore les e1dnements do
Palestine et 1'incident diu Prdsident Warfield qui donnent
lieu aux d6p&ches et aux commentaires les plus nombreux.

1. Palestine
La press signal que l'Irgoun a communique, la press
hdbraique un message d'apris lequel deux sous-officiers bri-
'tanniques enleves rdeemment auraient 'lte excoiutds aprds
jugement. Toutefois,.les automitds britanniqucs de J6rusalem
d6anentiraient que 'ou ait retrouv6 les cadavres de ces sous-
officiers. Les navires transportant les anciens passages du
Prdsident-Warfield sont toujours devant Port-dc-Bouc et
certain correspondents britanniques continent .h se plaindre
du langa,ge de la press frangaise.
Le correspondent du Times signal notamiment que les
jo-urnaux frannai.s parent de bateaux-cages, de cruaut6,
d'inhumanitd sans rappeler -dans quolles conditions le Prdsi-
dent-Warfield avait quitti la France.
Le oorrespondant du Manchester Guardian i Paris accuse
a nouveau d'hyst6ric une parties de la press frapnaiise, mais
signal l'objectivit& de Libdration, du Parisien Libdrd et du
Populaire. I1 .6crit, drautre part, qu'il resort clairement de
la lecture de. la press parisienne de ce imatin que le renvoi
dans de grands ports francalis des transports juifs a dtd une
crreur politique grave, si fortes qu'aient pu dtre les raisons
JIgales oau mdme morales *qui les justifient. Et ii ajoute que.
les trois navires ont present ai leur entrde A Port-de-Bouc
un spectacle extremement ddfavorable A la xrputation de la
Grande-Bretagne.
Ill note enfin l'effet ddsastreux produit par les barbelds
qui garnissent les navires oet par l'absence, t l'intrnieur, de
la moindre couchette, alors que le President-Warfield avait
des couchettes provisoires. I1 compare la cruise provoquie par
cette affaire dans les rapports franco-britanniques, A tout
le moins sur le plan sentimental, avec celle qui se produisit
en juin 1945 au moment doe la second cruise syrienne.
La plupart des correspondents estiment pen probable qu'un
nombre appreciable d'&migrants acceptent de ddbarquer.
Plusieurs journaux se demandent quelle decision va pren-
dre le cabinet britannique ; le correspondent du Times
estime que le gouvernement anglais, qui regretterait le man-
que de cooperation des autorites frangaises, ne renverrait en.
tout cas les migrants ni a Chypre ni en Palestine. I1 serait
question de les ripartir entire des destinations diff6rentes.
Des declarations analogues sont donndes par le correspon-
idant diplomatique du Manchester, Guardian et du Daify
Telegraph.
Quant au correspondent du News Chronicle, il precise qu'il
se peut qu'on fasse un nouvel effort pour d6cider les Fran-
gais h adopter uno attitude r'moins passive. I1 so pent que


_ __






2 BULLETIN QUOTIDIEN DIE PRESSED TTRANGARE


les Juifs soient envoys quelque part ailleurs et a'on laisse
entendre qu'ils seraient dirig6s sure Hambourg, le Kenya,
'lle Maurice et 1 Angleterre elle-m6me.
2. Indondsie
Le gouvernement holland'ais a fait transimettre an Conseil
de Skcuritd un message du Pandit Nehr lui demandant de
prendre en mains I'affaire d'Indondsie. Le gouvernement
australien a fait donner A son repr&sentant des instructions
analogues. Telles sont les nouvelles que la press met en
evidence passant A peu pras sous silence les operations mili-
taires.
Plusieurs journaux signalent d'autre part la reponse faite
hier A des questions de parlementaires par M. Bevin.
Le gouvernement britannique a suspend l'envoi de tout
materiel de guerre a destination des Indes nderlandaises.

3. Allemagne
Une parties de la press announce que le gouvernemcnt bri-
tannique a envoy aux Etats-Unis, a la France et A la Russie
des invitations en vue de rdunir a Londres, le 12 octobre,
une conference des supplants. Le government sovidtique
a ddjh aceeptd cette invitation.
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardian
indiq;ue que la France et les Elats-Unis, qui n'ont pas encore
rdpondu, seraient favorables a cetle reunion.
AprBs avoir rappelt les trois points du programme pro-
posd par le Foreign Office, le correspondent de'it que les
ministries des grades puissances savent que ces trois sujets
ne pourront gurre occuper les supplants pendant un miois,
mais qu'il n'y a naturellement pas de raison pour que les
supplants ne discutent pas un autre sujet. II precise que
ce sujet pourrait Itre I'effectif does forces d'occupation.
D'apr&s le correspondent diplomatique du Daily Telegraph,
le gouvernement amdricain aurait ddja fait connailre son
acceptation, et la France aurait accept en principle I'invita-
tion du Foreign Office. Plusieurs journaux annoncent, d'autre
part, que l'armie britannique a du prendre, dans le Hanovre,
des measures de protection speciales A la suite d'une vague
d'attentats don't les auteurs seraient des Alleniands gindrale-
ment masquds.
Le correspondent du Daily Telegraph a Washington donne
quelques precisions sur le contenu du rapport de M. Robert
Dusseldorf analyse les demands qui viennent d'otre faites
Moses qui critique vivement administration britannique
dans la Ruhr. Le correspondent du Manchester Guardian A
par les membres socialists de l'Assemblde du LAnder Lihdno-
Westphaliea en cc qui concern les mines de la Ruhr.

4. 0. N. U.
Plusieurs journaux meutionnent opposition du id6ligu6
sovietique a 1'admission de 1'Irlande, du Portugal, de la
Transjordianie parmi les Nations Unies. D'autres reviennent
sur le veto de M. Gromyko an Conseil de Securite, ce qui,
d'aprds le correspondent du Daily Telegraph a Ath6nts << ne
manquera pas d'encourager les rebelles ,grees .

5. Birmtanie
Plusieurs journaux rendent compete des ddolarations rd-
centes faites aux Communes par M. Attlee.

6. Ratification du trait italien
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardian,
apres avoir resumd la reponse sovietique d'apras laquelle
la Russie attendait pour ratifier les traits de paix que les
puissances ex-ennemies les aient ratifids elles-memes, dcrit :
a Bien que M. Bevin estime, lui aussi, que les Etats ex-enne-
mis devraient etre les premiers a ratifier, la principal prd-
occupation est de mettre les traits en vigueur. p
D'apres le correspondant diplomatique du News Chronicle,
la riponse sovidtique aurait surprise les trois autres grande
puisaances.
7. Protestation amdricaine i Moscou
La plupart des journaux signalent la protestation 61ev6e
A Moro'u par l'aasbassadeur des Etats-Unis contre le trans-


fert par les Soviets des biens allemands et italiens se trou-
vant en Hongrie, en Bulgarie, et en Rouinanie.

8. France
Qnelques d6dpehes relatives A la catastrophe de Brest sont
encore pubhies par certain journaux qui mentionnent la
prohibiLlon, par le gouvernemnent frangais, des importations
de nitrates d ammoniaque par voie *de mer.
Le Daily T'eaeg aph announce les cd6rmonies commdmora-
tives du raid de Saint-Nazaire qui doivent avoir lieu la
semaine prochaine dans ce port.

a) L'INDE ET LA SITUATION EN INDONESIE (Times, 31/7) :
g ...Les dvenements d'Indon6sie ont beaucoup retenu
l'altention de I'opinion indienne ces derniers temps, et
ii est asscz signiicatif que les chefs polhtques de I'lnde
et du Pakisian aient reagi exactement de la mime fa-
con... Le succ6s qui a couronni ies effects des Indiens
dans leur recherche de la satisfaction complete de leurs
!aspirations nationales, a encourage les dirigeants in-
diens A se considered comme ies champions naturels des
aspirations similaires des autres pays de I'Asie du Sud-
Est... Aussi, inevitabiement, les deux nouveaux domi-
nions se preparent A epouser la cause de la R1publiquc
indonesienne...
Dans I'eoprit des chefs de l'Inde et du Pakistan, ce
qui est en jeu maintenant, c'est la bonne foi de toutes
les puissances europ6ennes (y comprise celle de la
Grande-Bretagne), qui pr6tendent appliquer dans leurs
rapports avec les nationalists asiatiques les principles
de la Charte de I'AtLantique et de la Charte des Nations
Unies...
La Grande-Bretagne ne peut rester indiff6rente aux
points de vues actueliement exprim6s par les deux nou-
veaux dominions. Le gouvernement australien s'est asso-
cie aux representations faites par les repr6sentants in-
diens au Conseil de SecuritB, en vue d'arrAter les com-
bats en Indonesie, mais il taut longtemps aux Nations
Unies pour se mettre en action. 11 taut plultt esperer
que le gouvernement n6erlandais s'apercevra qu'il a in-
terelt accepted l'offre britannique de mediation et met-
tre ainsi fin a une entreprise qui menace deja de com-
promettre I'avenir de l'lndondsie elle-meme. >

b) LE PROBLEME PALESTINIEN (News Chronicle, 31/7, li-
beral) :

< ...La Palestine est devenue, dans les affaires anon-
diales, un desert of l'intelligence et la raison-n'o:nt plus
course. Les bonnes intentions et les desseins honnAtes
demeeurent a l'arriere-plan et ne sont pius que de pales
fant6mes que l'on n6glige. Ils ne sont plus les arbitres
*de la conduite quotidienne. La sagesse n'existe plus et
chaque jour la violence prend de plus en plus sa place.
Dans cette situation insensde, les espoirs britanniques
et les roves juifs sont r6duits A n6ant.
Du point de vue britannique, nous ne pouvons penser
qu'avec effroi aux transports britanniques faisant le
tour des ports europdens avec leur chargement de
nmaheureux. A un moment ot notre 6conomme manque
de main-d'oeuvre, nous ne pouvons regarder sans exas-
peration l'exil inutile de 100.000 hommes derriere des
fils de fer barbells .en Palestine...
Pour les Juifs, le present est d6sesperant. Apres des
siecles de persecution et de repression, ils avaient con-
serv6 une dignitA national et une cohesion qui, au
xx" siecle, leur valait la compassion du monde entier.
C'est grAce A cela qu'ils sont en Palestine aujourd'hui.
Maintenant, perdant toute retenue, de nombreux Juifs
- et des meilleurs pentrent de plus en plus vtrs







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGAREB '


1'emploi de la violence, cette violence que les Juifs ont
connu plus que tous les autres peuples an mo:nde et qui,
ils le savent bien, ne mene A rien...
La question est place maintenant sur le plan inter-
national, ainsi qu'il convenait, mais notre responsabilit6
n'est pas encore d6gag6e. Etant donn.6 notre experience,
nous aurions dO mettre une politique au point. Nous
devrions dire maintenant A I'O.N.U. que la Palestine
doit etre divise ; que, pendant la p6riode oi ils scront
mis en tutelle, I'O.N.U. devrait surveiller les nouveaux
Etats ; que, par-dessus tout, la Grande-Bretagne ne pent
continue A agir seule. De tclles recommendations ne
constitueraient pas des concessions au terrorism. Elles
constitueraient le moyen le plus stir de mettre u.n terme
au rigne de la violence. a

c) APRES LA CONFERENCE DU GROPE PARLEMENTAIRE TRA-
VAILLISTE.

1. Daily Mail (31/7, conservateur) :

< Ii y a une crise politique sous la crise Aconomique,
et elle aurait pu 6clater hier. I1 n'en a pas 6t6 ainsi
parce que M. Attlee s'est vu accorder la confiance total
de so:n propre parti, en rajson des measures qu'il pro-
pose pour resoudre la crise financirre de la Grande-
Bretagne...
La crise economique est beaucoup plus important
que la crise politique, et pour resoudre notre mot d'or-
dre dolt 6tre : la Grande-Bretagne d'abord, les parties
ensuite...
Si la Grande-Bretagne ne doit pas avoir un gouver-
nement de coalition, elle doit avoir une unit d'action,
c'est-A-dire une unit6 semblable A celle qui nous a per-
mis de gagner la guerre...
II faudra consentir de vkritables sacrifices pour sur-
monter la crise. Ces sacrifices seront supports ayec cou-
rage et determination, si les ministres font confiance au
people et lui disent la v6rit6. S'ils proposent une poli-
tique sense qui fasse passer la nation avant le parti,
le pays les soutiendra... ,

2. IDaily Express (31/7, conservateur) :

< Une fois de plus, M. Attlee a eu raison de ses cri-
tiques. Mais le Premier Ministre et son gouvernement
n'ont pas eu raison de la crise economique. Elle conti-
nue. Et elle continuera pendant longtemps.
Certains milieux proposent la formation d'un gouver-
nement de coalition pour r6soudre cette crise, mais une
telle id6e est tout A fait en dehors du domaine de la
r6alite. En tout cas, si une coalition Rtait former, on
n'envisagerait aucun changement de la politique natio-
n-ale. Le seul but de cette coalition serait de rAduire les
critiques au silence. Les socialists ont essay de faire
taire les critiques de tout temps et par tous les moyens ;
la creation d'un gouvernement de coalition serait le
moyen le plus efficace d'y parvenir... >>

3. Daily Worker (31/7, communist) :

< II n'y a p'as eu de rvolte hier, lors de la reunion
du group parlementaire du parti travailliste. Personnel
n'a propose le depart de M. Attlee, ni son replacement
par M. Bevin ou q quque ce soit. Les membres du parti
ont 6tN apais6s par les assurances du Premier Ministre,
selon lesquelles le gouvernement annoncerait une nou-
velle politique lors du d6bat sur l'6conomie, qui dolt
avoir lieu la semaine prochaine.
Esperons que cette politique sera courageuse el re-
pondra aux neessites de la situation...


II. PRESS AMERICAINE


Revue de Ip press amdricaine du 30 juiflet 1947
1. Ruhr.
La press consacre de longs articles aux questions alle-
mandes mais el!e concentre particulirecment son attentionn
sur celle de la production de carbon de la Ruhr. Alors que
la semaine dernibre elle s'intCressait surtout a 1'616vation
des niveaux de la production industrielle allemande, elle
insisted maintenant sur la nicessite de produire avant tout
du, carbon et reserve pour plus tard les decisions qui pour-
ront etre prises sur son utilisation. Le porte-parole du D6par-
tement d'Etat a annonc6 que les conversations anglo-ameri-
caines sur la Ruhr commeciceront la semaine prochaine. Les
correspondents diplomatiques notent 'qu'aucuia ordre du jour
Lien determine n'a 6t6 Tix6 pour ces conversations.
Le New York Herald Tribune public en exclusivity d~l
longs extraits du rapport Moses sur les conditions d'exploi-
tation de la Ruhr. II estime notamment que la clef du redres-
sement dconomique est la Ruhr. Le rapport souligne ensuite
les difficulties que rencontrcnt les Am6ricains du fait que
les mines sont places sons l'aLuorit6 britannique et qu'il
existed un conflict d'autoritd entire les ex6cutants allemands et
les representants britanniques. Moses sugg6re qu'une autorit6
unique dirige la production de la Ruhr. II cite les deux
plans envisages : un comite de tutelle du carbon pour
cinq ans sous le directoire anglo-americain avec un seul
Allemand. responsible de tons les directeurs d'entreprises
locales, et inspection et distribution laissees au Conseil eco-
nomique allemand, ou une sorte d'autorit6 publique avec
la mimo structure administrative mais avec une base finan-
cire totalement different. Le but A atteindre serait de
porter A 400.000 tonnes In production quotidienne de char-
bon de la Runhr.
Kuh, dans P.M., critique h nouveau la politique americaine
h l'dgard de 1'Allemagne, d6clarant qu'elle a de nombreux
points commons avec celle qjui a permits a 1'Allemagne, apres
la premiere guerse, de reconstruire son potential de guerre.
II note en passant que les Franqais ne comprennent pas
pourquoi la Ruhr doit etre obligatoirement le centre de pro-
duction indispensable h la reconstruction europ6enne, mon-
trant qu'ils civisagent de d6velopper leur propre production
sid6rurgique s'ils roeoivent du carbon allemand.
Une caricature de Bill Mauldin montre le cheval de guerre
al'eiand en train d'6tre reharnachd par un Allemand d6guis6
en chevalier teutonique. Le sous-titre de cette caricature est
une allusion au plan Morgenthau, envisageant de faire de
I'Allemagne un pays entibrement agricole.
De Paris, Callender est le seul h dire que Ic gouvernement
frangais a inform Londres et Washington qu'il accepterait
d'envisager un niveau plus elev6 de la production siderur-
gique allemande si les Allids acceplaient d'internationaliser
les mines et les industries de la Ruhr. Ii indique comme ses
collbgues de Paris, qu'e la conf6renie 6conomique a envoy
aux reprssentants militaires allies en Allemagne un ques-
tionnaire adress6 ia toutes les puissances. Ainsi la confe-
rence recevra des indications sur le niveau de la produo-
lion allemande. Callender ajoute que Moscou et Paris ont
acccptd de se faire repr6sentcr i la conference des supplants
des ministries des Affaires 6trangsres convoqu6s par les An-
g'ais pour le e1" octobre.

2. Confdrence dconomique de Paris
Les declarations faites a l'Assembl]e national par MM. Cot,
Reynaud et Bidault paraissant indiquer que la France h6site
h recevoir l'aide amdricaine ou quelle estime que 1'accepta-
lion de cette aide est la condition n6cessaire au maintien de
Ia prospirit6 amdricaine font l'objet de commentaires cri-
tiques dans les iditoriaux du New York Times et du
Wah::ington Post.
Le premier s'attaque principalement aux declarations de
M. Cot et dit notamment : M. Cot ct les gens qui pensent
comme lui sont naifs s'ils ne croient pas que de faire de
grosses d6penses sur le march amdricain serait plus popu-
laire aupr6s du congress que de faire des d6penses en Eu-
rope.







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGCPRE


L'4ditorial du Washington Post dit notamment : Nous
avons ddjA relev6 la fausse note des commentaires offlciels
anglais qui ont etb repris par M. Bidault h la Chambre des
D6putes sur les avantages que trouverait notre commerce
d'exportation dans le financement americain de 1'Europe
occidentale. Des homes effrayds, victims plut6t que res-
ponsables de la grande crise qui a saisi 1'Europe ne seront
Jamais les maitres de la situation.

3. Les Nations Unies.
Le veto oppose par le d66lgud russe i la decision du
Conseil de security de crder une commission semi-perma-
nente d'observateurs sur la frontiire grecque est annonc6
sous de gros titres d6clarant que les Soviets ont emphch6
1'O.N.U. de fonctionner dans les Balkans. La critique faite
par le ddlegud amdricain qui a qualified le veto russe d'abusif
est dgalement mise en valour par la presse am&ricaine.
Les dditoriaux du New York Herald Tribune, du Baltimore
Sun constatent qu'une fois de plus la Russie s'oppo,e A une
decision acceptde par la majority des Nations Unies. Celui du
Baltimore Sun note que les Amdricains partisans d'un re-
cours I I'O.N.U. dans le cas de !a Grice voient ainsi dispa-
raltre leur principal argument, attaque dvidentc contrae
M. Wallace.
Par aillqurs, la press rapporte 'intervention de AM. Boils,
d6l6gub franqais an conseil dconorique et social, qui aurait
soulev6 indirectement la question du plan Marshall au course
d' la ;Bunion d'hier de ce comit6. Le d6lgu6 russe aurait
immn diatement rdpliqu6 que lc plan Marshall avait idt
rejeto par M. Molotov qu'il n',taiit pas du domain de ce
conseil de discuter ce plan. Cette declaration de M./Boris
est interpr6tee par les correspondents politiques de Lake
Success comme une manoeuvre franqaise destined i renoui
veler 1'invitation dijh faite i 1I'U.R S.S. de participer aux
travaux europeens relatifs au plan Marshall. La riponse
sovidtiqu'e a conflrmn dans 1'esprit des correspondanis l'atti-
tude irrevocable de M. Molotov.

4. Traitd franco-argentin.
Une depcihe A.P. de Washington indique que le D)partc-,
ment d'Etat Rtudic le text de !'accord franco-argentin en:
vue de determiner s'il y a lieu de prendre des measures. Cette
ddepche rappelle quo la France, malgr6 ;es objections amec-
ricaines a sign avec l'Aclentine un traits donnant 1'exclu-
sivit6 aux batcaux francais et argentins dant le commerce
entire la France et 1'Argentine.

5. Rounmanie
La press rapport de Bucarest que le gouvernement rou-
main communist a dissous le parti paysan, 6liminant ainsi
un de ses adversaires les plus important. Elle signa:le que
les chefs de ce parti sont maintenant i l'abri des rachots
roiumnains.
6. Situation dconomique amdricaine.
Toute la press announce que lbs principals compagnics de
fabrication d'acier ont augmcntd d'cnviron 5 dollars h1 tonne
le prix d leurs aciers it !a suite d'un contract accordant nine
augmentation de salaires it leurs employed .

7. France.
I,cs correspondanis du New York Times ct du New Herald
Tribune ainsi que les principals agenccs signalent que
'administration frangaise a fait tout son possible pour aider
les. migrants juifs actuellelnent t Lord des navires anglais
an large de Port-de-Bouc, mais que ccux-ci se sont reftises
it d6barquer.
La controvcrse cnure de Gaulle et le part communiunste
frangais attire l'attention des Cditorialistes de la press
americaine. C'est ainsi que 1'Evening Star derit que l:t fran-
chise de de Gaulle, si pen habituelle dans l'arnne politiquc,
a fait de lui < ce que les Francais appellent un enfant
terrible a>. Pen d gn de e iront que son dernier di scours
n'est pas J'expos6 equitable du r61e des conmmanistis non
seorlement en France mais aussi dans !e monde cntier. Le
fait significatif est quo de Gaulle a parld sans dquivoque
non seulement centre le parti communiste franqais mais
aussi centre Moscou qui en tire les ficelles n.


Et il estime que l'appel par 'equel de Gaulle a termind
ajoute a la situation politique confuse et turbulent par
laquelle la France passe i I'heure actuelle.
Sos le titre R61e de la France >, 1% St-Louis Post Dispatch
public un editorial qui exprime son mecontentement de la
position prise par la France dans les grandes questions in-
ternationales.
< Sous la menace de sabotage du plan Marshall, M. Rama-
dier et M. Bidault ont ob' g les U.S.A. A suspendre les nou-
vslles directives concernant l'industrie allemande dans la
Ruhr. Evidenument, la France a le droit d'insister pour obte-
nir des garanties centre la renaissance de la puissance
militaire allemande... Mais an lieu d'accerpter le pacte de
40 ans... la France s'en tient I une attitude defensive de
nationalisme... II y a une g6ndration, Briand et Herriot
dtaient les champions eloquents des Etats-Unis d'Europe.
Aujourd'huni, MM. Ramadier et bidault ne vcient pas plus
loin que le Rhin et le provincialisme est roi. II estime
que toute l'histoire de la France moderne dcvrait nous ame-
ner h nous aligner avec les forces qui r6sistent ha 'expan-
sion du communism, a mnais M. Ramadier est chaud un
jour pour Washington, un jour pour Moscou. MM. Ramadier
et Bidault sont prisonniers de oeurs craintes des commua
nistes en France et cependant leur scule chance de mainte-
nir leur position est de se hausser au-dessus de ces craintes
ct de placer leur pays it la tete des nations libres de 1'Eu-
rope ,. Cet editorial fait contrast avec les 6ditoritux an-
trrieu rs g4ndralemrent sympathiques it la cause frangaise.


a) LA slCURvlTA FRANgAISE ET LA RUHR (New York He-
rald Tribune, 31/7, edition europ6enne) :

...La politique amnricaine it 'igard de l'Allemagne
entire 1919 et 1933, et les prets consentis par les ban-
ques et l'industrie amiricaine au Reich, out largement
contribute rendre possible la deuximme guerre mon-
diale.
Les influences responsables d'une telle politique se
font de nouveau sentir h Washington. Les industries
qui pensaient < il est possible de faire des affaires avec
Hitler >, et cela jusqu'A Pearl Harbour, voient une fois
de plus la possibility de r6aliser de nouveaux b6n6fices
dans une Allemagne forte et tres industrialis6e. Les
r6actionnaires qui ne voyaient aucun danger dans le
nazisme, rBclament A nouveau une Allemagne pufissante
et centralise, pour servir de bouclier contre le com-
munisme...
Si ces influences jouent un rl1e predominant dans
I'orientation de notre politique, nous sacriflerons notre
objectif fundamental, tIui consiste A crier un ordre
mondial qui nous permette de vivre en sicurit6.
La France est le centre de la reconstruction euro-
pienne. L'Histoire a prouv6 que la France avait raison
en 1919 lorsqu'elle reclamnit des garantics adEquates
confre une resurrection de la puissance, allemande, et
que les puissances de langue anglaise n'ont pas vu oft
se trouvait leur intb6rt lorsqu'elles ont refuse de lui
accorder de tells garanties.
Si nous adoptons une fois de plus une politique alle-
mande qui mette en danger la s6curiti franailse, nous
perdrons une 'nouvelle fois la possibility de reconstruire
l'Europe et d'ktablir une paix durable.
Comme l'ont soulign6 les ricentes directives envoy6es
aux autorites d'occupation en Allemagne, 'Allemagne
dolt devenir un Etat < stable et productif >. Les res-
sources de 1'Allemagne occidentale doive'nt fair int6-
gralement parties de 1'6conomie europ6enne. Mais le seul
moyen de parvenir h cela est d'etablir un contr6!e in-
ternational permanent sur la Ruhr, et de subordonner
]a reconstruction de 1'Allemagne aux besoins de toute
1'Europe occidental.
I1 est h peine croyable que les directives donnoes an
general Clay lui aient t16 envoydes s-ans un accord pr6a-






MLLETMIN QUOTIDIEN DE PRESSE ATRANGARE 5


lable avec la France et avant que le gouvern-ement am&-
ricain ait eu connaissance des besoins de 1'Europe occi-
dentale. II n'est pas encore trop tard pour que les Etats-
Unis se mettent d'accord avec la France sur une poli-
tique allemande a longue chancee et en particulier sur
un niveau de production de l'industrie allemande qui
donnerait toutes garanties aux Francais quant A leur
sicuirit6 future. ,
(SUMNER WELLES.)

b) LE VETO SOVtETIQUE SUR LA CRtATION D'tUNE COMMIS-
SION DE FRONTIERE DANS LES BALKANS (New York
Herald Tribune, 30/7) :

< ...Le Kremlin a prouv6 une fois de plus qu'il lui est
impossible de cooperer avec un systeme occidental .qu'il
sent profond6ment hostile A sa propre structure poli-
tique. Ce n'est pas seulement parce qu'il ne peut accep-
ter les propositions des nations occidentales ; il ne peut
meme pas trou.ver une voie pouvant conduire a un
accord.
Etant donn6 I'attitude adoptee par I'U.R.S.S., le d16-
gue am6ricain au Conseil de S6curit6 declare que les
Etats-Unis vont ihsister pour que l'on entreprenne, dans
les Balkans, toute action encore possible. Mais il est
probable qu'il ne s'agira pas d'une action internatio-
nale. Quelle que soit la forme sous laquelle se pr6sen-
tera cette action, l'avenir des Balkahs ne sera pas dB-
termin6 par une solution adopt6e en commun, mais par
la puissance politique, economique et morale que les
Etats-Unis et l'Union Sovi6tique pourront d6ployer
dans cette region.


III. PRESS SOVIETIQUE


Reaue de la press sov'ietique du 30 juillet 1947
La ruhrique de politique 6trang6re est tris rdduite. Elle net
'iipase pas une page et elle comporte peu de commentaires.
Les t6l4grammes qui en traitent se groupent autour des
quatre questions suivantes : la guerre en Indon6sie, la si-
tuation en Chine, la question greoque, la politique des Etats-
Unis.
1. La guerre en Indonisie
Les t616grammes se rapportant a la guerre en Indionisie
sont iuirnis en deux on trois colonnes sons des titres en
vedettes : communiques sur les operations, declaration de
M. Nehru pr6cisant que l'Inde posera la question devant
I'O.N.U., les operations amnricaines, les protestations syn-
dicales frangaises et anglaises, l'appel du parti communistsQ
anglais, l'adresse des organizations analaises a MM. Attlee,
Marshall et Trigvle-Lie.
La KomnsOmolskaja Pravda publie un reportage de Mme
Olga Tehetchetkina, intitul6 : < Ce que nous avons vu en
Indondsie :.
2. La situation en Chine
Toute la press public les declarations de Tehang' Kai
Chek aux journalists amiricains relatives au bombardment
par les avions du Kuomintang des digues du Houalg Ho. La
plupart des journaux reproduisent de longs ti6lgrammes de
Prague rendant compete de la declaration du, chef de la d616-
gation chinoise au Festival de la jeunesse qui vient d'avoir
lieu dans la capital tchecoslovaque.

3. Question grecque
Les journaux publient deux dipiches, l'une, donnant un
bref risumm6 des discussions qui se sont poursuivies au Con-
seil de S6curitd sur la creation d'une commission a la fron-
titre ,greceque ; 'autre, rssumant les interpellations & la
Chaimbre des Communes sur la situation en Grice.


4. La politique des Etats-Unis
Deux tilegrammes sont imis en vedette : 1'n, se rappor-
tant h la canaidature de M. Henry Wallace i la Prfaidence
des Etats-Unis, candidature presentee par les syndicate am6-
ricains ; 1 autre, rapportant la critique par lecommentateur
americain a la radio, M. Howard Smith, de la politique des
Etats-AJnis i I'6gard de la Yougoslavie et en g6enral de la
politique de soutien des r6actionnaires en Europe poursuivie
par le DIpartement d'Etat.
Les journaux publient en outre une court dp6pbehe annon-
gant le ,dCpart pour l'Allemagne du ministry de la Guerre.

5. Nouoelles diverse

On trove en outre dans les journaux sovi6tiques diverse
informations relatives au scandal du march noir au Japon,
A la demand, de dissolution d.u parti de Maniu en Roumanie,
A la resolution du synuicat des ouvriers de la construction
du Workchester centre la politique ext6rieure ide M. Bevin.
Les Izuestia publient un article de Linersly sur le redresse-
ment economique de la ioumanie que l'auteur 6tudie en
function du retus de la Roumanie de participer A la Conf6-
rence de Paris (voir I'arLicle plus loin), ainsi qu un coimpte
rendu de la seance de la Commission du Conseil de Securit6
consacrie a examenn des aemandes d'arbitrage presenties
par 'Albanie, la Mongolie et la Transjordanie.
Une sirie de braves d6epches ayant trait au meeting a
Tirana hi I'oocasion du voyage de la d6l6egation albanaise
en U. R.S.S., t I'arrivie en Albanie dune delegation du
syndicat sovi'tique, it la visit de Sverdlovsk par une d6l6ga-
tion de depkatLs bulgares, au retour d'une a6laegation syndi-
caie sovielique qui sAtait rendue en Angleterre.
L'Etoile Rouge public une lettre adresaee an ridacteur du
journal de Teche'an, Et l'elaat, par quatre olficiers des trou-
pes sovictiques qui se trouvaient en Iran. Ceux-ci protestent
centre les accusations portees par ce journal centre les
troupes soviediques accuees d avoir ditruit ou endommag&
les !ocaux qtu'ei.cs occupaient avant de partir.


LA SITUATION EN ROUMANIE (Izvestia, 30/7) :

< Le redressement 6conomique de la Rouma'nie est
dirige coniormement aux besoins de 1'Etat, et non aux
internt des monopolies 6trangers...
C'est precisement pour poursuivre son r6tablissement
Bconomique par des voies nationals, que la Roumanie
a relus6 de participer A la cont6rence de Paris convo-
qu6e par la Grande-Bretagne et la France apres le dis-
cours de M. Marshall. Les milieux d6mocratiques ont
entrevu les menaces centre l'ind6pendance economique
et politique de la Roumanie que repr6sentait cette
nouvede tentative du capital stranger pour p6netrer de
fagon d6tourn6e dans un pays qui s'est liber6 de l'in-
fluence et de la domination des monopoles internatio-
naux.
Seuls les parties de l'opposition, don't les chefs avaient
des rapports 6troits avec ies firm.es et les banques 6tran-
gires, desirent le retour d'un tel 6tat de choses. La r6ac-
tion roumaine souhaite la restauration de l'antien r6-
gime... Les r6actionnaires roumains vouctraient que la
Roou.manie s'engage dans la mime voie que la Grice, afin
d'an6antir les conquites d6mocratiques du people et
e.s r6formes progressistes accomplies dans !e domaine
economique.
Le complot anti mocratique r6cemment d6couvert
en Roumanie, a la suite de la tentative d'6vasion A
1'.6tranger d'un group de partisans de Maniu, confirm
que les parties r6actionnaires pr6paraient, de concert
avec la reaction 6trangBre, le renversement du regime
d6mocratique dans le pays. La reaction romaine op-
pose une resistance acharn6e a routes les mesurfs d6-






a BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE


mocratiques prises par le gouvernemen
lutte, elle a recours aux mbthodes les plu
se sert des leviers de command econor
d6tient encore, pour exercer une pression
nomique du pays. La t6nacit6 de sa r6si
le redressement bconomique du pays.
Les m6rites de la d6mocratie roumaine
vrer une bataille decisive A la reaction et 1
les pri'nipaux secteurs, n'en sont que plh
succes de la democratic roumaine sont dfi
L'unification progressive des forces d6m
Roumanie est un stir garant des nouveaux
remportera dans le domaine Bconomique.






IV. PRESS BELGE



LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE (La
31/7, Union nationaie) :

< 11 semble, seion de nombreux observe
prolongation des travaux parlementaires n
seulement L un orare dcu jour des plus c
des causes poaliques plus protondes.
Depuis quelque temps, 1'atmosphere s'es
redoute, dans ies milieux officials, des
d'ordre international...
Ce probl&me n'est pas le seul A retenir
en est un autre qui vent de faire couler 1
cre. II a trait aux intentions que l'on priti
du Conseil de remanier son Cabinet. L'op
terait A ru'nir dans tune meme main les
res de la Guerre, de l'Air et de la Marine
I'Intbrieur a la presidence du gouverntm
un grand minister du Commerce auquel
1'Economie Nationale, l'Agriculture et le
II suflit de rappeler que le parti social
le mois prochain a Lyon d'importantes
imagine que M. Ramadier ne risqunera I
poser en supprimant des postes comme
nomie ou de l'Agriculture, occup6s par de
soutient pr6cism.ent la minority& de ce pi
President du Conseil.
Pour l'instant done, aucun changement
rizon. Mais ne perdons pas de vue que les
chef du gouvernement n'ont pas varii, e
tree d'octobre nous pourrons assisted a
remaniement du Cabinet frangais. >
(Du correspondent A Paris de La


t. Dans cette
Is violentes et
niques qu'elle
sur la vie 6co-
stance ralentit


V. PIESSE SUISSE


LE VETO SOVIETIQUE SUR LA CITATION D'UNE COMMISSION
DE FRONTIER DANS LES BALKANS (La tribune de
Gleneue, 30/7) :


, qui a su li- << Pour la neuvilme, fois depuis la creation de 1'O.
a gagner dans N. U., i lIussie vient d'opposer son veto A une propo-
is grands. Les ,ition qu.i avait rencontre 1'approbation presque una-
s a son unit. none des autres Etats repr6sentes au sein du Conseil do
ocratiques en Securit6. II s'agissalt du project de resolution depose par
succ&s qu'elle le ctelegu6 des Etals-Unis et Lendant a instituer une
, Commission permanent charge de veiller au maintien
do la paix dans les Balkans... -
(LINETZKY.) Pariant en son propre nom et en celui de ses satel-
lites, ie reprisentant de 1'U.R.S.S., auquel se joignit na-
turellement celui de la Poiogne, d6clara, i I'app'ui de
son relus, qu'elie portait atteinte a la souverainete et a
la dignity des Etats...
L'attitude negative adoptee par la Russie dans une
affaire comme celie-ci, o4i n y va incontestablement de
la sauvegarde de la paix dans une region considered dc
tout temps comme la poudriire de l'Europe, est de na-
Natiol Belge, lure i inspire les plus graves inquietudes concernant
le bon fouctionnement de la procedure institute par la
Charte de I'O.N.U. en vue de couper court aux menaces
tateurs, que la do guerre. Toute cetie procedure est tond6e, en effect,
ie soit yas due sur ies pouvoirs exceptionnels don't est invest le Con-
;large, nmals a seil de Securit6. A la suite des experiences decevantes
failes par la S.D.N., celui-ci devait mme disposer d'une
t alourdie. On armee A lui, capable d'intervenir imm6diatement sur
complications Lous les points du globe. Mais ia quoi servirait cet im-
ca posant apparel militaire si, d'un seul froncement de
sourcil, I'une ou 1'autre des grandes puissances peut le
attention. II fire rentrer sous terre, et s'il n'est meme plus possible
beaucoup d'en- d'envoyer sur place des gendarmes et des juges charges
e au President de faire la lumiire ? Comme le proclamait M. Litvinov
ration consis- en personnel, une < organisation, sup6rieure de la paix >
trois ministe- suppose tout d'abord 1'6tablissement de r6gles rigou-
; dc rattacher reuses perviettant de d6masquer i'agresseur dventuel,
ent ; de career a'importe quand et n'importe oh...
on adjoindrail En presence des divergences qui se sont 61ev6es entire
Ravitaiiement. les grandes puissances, on essayait de se console A
l'idde que 1'O.N.U. a'urait au moins cela de bon qu'elle
lisle d.it tenir pourrait empbcher les petites nations d'en venir aux
assists, pour mains. Ce qui se passe actuellement dans les Balkans
eas de I'indis- prouve que ces modestes esperanccs ntaient &galement
ceux d. I'Eco- pr6maturdes. Par son veto, le gouvernement sovi6tique
s homnmes que donne en outre a entendre que les dispositions de la
arti, hostile au Charte de San-Francisco ne sauraient s'appliquer aux
Etats qu'il a englobds dans son < espaQe vjtal Mais
notable i 1'ho- que deviennent, des lors, les belles d clarations de prin-
s intentions du cipe concernant 1'6galit ,des droits et des devoirs ou
t qu'a la ren- i'indivisibilit6 de la paix ? Et si 1'on ne parvient mnme
un important pas a se mettre d'accord sur une simple question de
police de frontieres, comment parviendra-t-on jamais a
fire admettre un syst6me de contr6le efficace en vue
Nation Belge.) de la < mise hors la loi > de la bombe atomique ?... ?
(PAUL DU BOCHET.)


b, 2.1. Liap, 27, rue ?IICOIO~ k'ans 81.JUOU Prix 6 francs.


6,P. L. iing, 27, rut Wealo, Parisp 3 l.60UU~


Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs