Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00152
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: July 30, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00152
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAISM
D'INFORMATION
(MINISTIRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCHISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DR PRESSED


BULLETIN



DE PRESS


30 )uillet 1947


QU01



ETR


*Nouvelle Serie No 730


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) Apris 1'ochec des n6gociations commercials
anglo-sovi6tiques (Daily Telegraph, 29/7).
,b) La Grande.Bretagne et l'immigration ill6gale en
Palestine (News Chyonicle, 29/7).
II. PRESS AMERICAINE.
a) Les Allies occidentaux et le problem allemand
(New York Tinmes,. 28/7).
b) La 'reconstruction de 1'Europe (New York He-
riaUd Trllbunre, 29/7), 6dit. europ.
c) Le traits 'de paix avec le Japon.
1. New York Times (26/7).
2. Phila~deiphlla Al qkiier (26/7).
3. Washdingliot Post (26/7).
III. PRESS SOVIETIQUE.
Les Allies occidentaux et la Rulr (Praoda, 27/7).
IV. PRESS SUISSE.
Le, discours du g6n6ral de Gaulle a Rennes (Tri-
l;nie de Gen B e. 28/7).


1. PIESSE BRITANNIQUE


Revue de la prese britannique du 29 julillet 1947
Ce sont encore Iles questions intdrieuires qui sont en pre-
niAre place danes la plus grande partie de la press britan-
nique. Cependant, le Tines dloine la vedette aux d4clara-
tions de Sir Stafford Cripps sur les ingociations de hMoscou
et I'ex.plosion de Brest occupe la premiere plaice dans le News
Chronicle, le Daily Mirror et le Daily Graphic.

1. Echec des negotiations angilo-souidtiques
La press reproduit o rn6suI e les declarations faites aux
Commununes par Sir Stafford Cripps et souligne gOndralement
le fait que les negociationis n'ont pas 6choud par suite d'un
dis'aecord sur le prix du bli, mais qu'on ne s'est pas entenda~
sur le remboulrsenrent des oridits de 1941.
Le correspondanit diplomatique du Times insisted isur les
concessions, faites aux Russes paur la d "16gation britannique :
< M. H. Wilson. eorit-il, avait vraiment atteint la limnite. >
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardian
souligne, lui aussi, les concessions britanniques, mais se
plaint cependant que les declarations de Sir Stafford Cripps


n'aisent etd ni autrmcent claires, ni conmpl6tes. III estime que
I'ensemble d.es neigociations a about h cause d'un d6saccord
sur un point qui lui parait mettre en. jeom une some rela-
tivement faiblle. It lui parait pen pi-obable que 1'accord sur
Ie bl soit encore valablc, bien qu'il ait &td sign.
Dans le Daily Herald, W. N. Ewer in;siste sur le fait que
les niegociation's peuvent 6tre reprises' i tout moment choisi
par lie 'gouvernement sovi6tique et estime que les chances
d'une tellle reprise sont faihles si l'on tient compete des com-
mentaires de la pressed sovi6tique.
Le News Chronicle declare que lest Soviets sont d6s-ireux
dWctablir le domaine de leurs relations com'me'rciales au deli
du cercle de leur, voisins imm ditats.
De son c&6ti, le correspondent du Daily. Worker a Moscou
estime que Ic gouvernemennt britannique semble avoir tout
fait pour entourer les n4gociati'ons d'une atmosphere qui tes
condamnaient it 'ichec.
2. France
La plupart des journaux pu.blient en bonne place et mmme
i la premiere place .Jl dip&ches relatives t la catastrophe
(ie Brest. Ils s'intresasen.t particulierement au fait que le
capitaine diu navire don't 1'incendie a cause cette catastrophe
itai't un Anglais et siganalent que cetite explosion, a pu fair
cooire A un tremblement de terre dans le seud de 1'Angleterre.
Le correspondent diu Manchester Giuardiian A Paris com-
mente le discourse pronono6 a Rennes par le g6neraL de Gaulle
et Berit notamment : < De Gaulle a parl6 en tant qu'ancien
chef du premier gouvernelmenlt frangaisi qui a accepted parani
ses membres ,des ministries comimun istes v.

3. Palestine
Trois terrorists juifs seraient ex6cut4s ce matin et l'on
oraint do nouvelles reprlsailles. Les, passagers des deux na-
vires qui viennent d'arriver i Haiffa charges d'dmigrants
iligaux ont etdl transports sur d'autres naviires, i destina-
tion de Chypre. Les 4.500 J'uifs ilni avaieft quittd la France
a bord du Prdsident Warfield sont attends ce martin i Port-
de-Bouc.
Telles' sont les principles nouvelles que la press dbnne
ce anatin en ce qui concern la question de l'dmigration juive
en Palestine.
Le correspondent 'du Manchester Guardian t Paris announce
que l'ambassade d'Angleterre a demand au' Quai dlOrsay de
prendre des mesunes pour emphcher que la press franjaise
continue A deformer systematiquement les motifs qui justi-
fient 1'acti'on des autoritds britanniques.
Le correspondent comment avec indignation la fagon
diont les journaux d'hier ont prisent6 toute I'affaire. II 6crit
notamment que rien, idans ces journaux. ne ferait soupgonner
que le gouvernemnent franqais, dans le oas du President War-
field, a rempli ses engagements ht 1'6gard de la Grande-
Bretagne ou lst devoirs d'un gouvernement oivilisd en ce qui
conoerne un navire qui sort die ses ports. La presise idsigne
les navires britanniques qui rambnent lies emigrants en







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ]tTRANGAIE


France sons le nom de bateaux-cages, expression qui 4tait
consacr6e aux bateaux qui transportaient les bagnards a Pile
du Diable.
Le correspondent du Daily Telegraph A Paris mentionne
lui aussi la demarche faite par M. Duff Cooper et ]e rep r-
sen-tant du Daily Mail souligne les changess de vues qui ont
en lieu A Marseille entire les autoritis frangaises et des offi-
ciers de marine britanniques animnis, precise, la ma:nchette,
de l1'esprit de Nelson :.
Tandis que la pllupart des jourmaux font allusion aux
feuilles lidnprim4es en frangais et cn hibreu que la police
fran.gaise se propose de distribuer aux manigrants, le corres-
pondant du Daily Herald 6crit : a L'attitude die Ja popula-
tion est d'aider les, migrantsi par tous les anoyens ,.
Dans le Daily Mail, un ancien aum&nier juif de L'aTrme
britanniique rpond aux critiques adressees < aux enfers
flottants 3 ,sons la mancheatte Enfers flottants ? Non,
vaisseaux d'espiranoe >.

4. Indonisie

La press announce que le gouvernement de 1'Indon&ie va
saisir I'OjN.U. de 1'affaire d'Indlo6sie. Gette demarche aurait
4t& annonene par le Pandit Nehru au, course d'une conference
de press.
Le correspondent dliplomatique du. Daily Herald ecrit qu'en
ce qui concern la demarche eventuelle auprs.s du Con-seil
de S&uritI, les gouvernements de la Grande-iBretagne et de
ITolani-te ont e~- en contact 6troit pendant la seanaine qui
vient de .si4couler. II ajoute que la difficult 4vidente consist
dans le fait que le gouvernement hollandaise pent agluer, et
cet argument est juridiquement fort, que les incidents d'Indo-
nIsie sont une affaire essentiellement domestique pour 1'Inde
nmerlandaise et que, par consequent, la Charte intcrdlit an
Conseill d'intervenir.
De son c64, le Daily Worker met en evidence la capitu-
lation de 763 Hollandais dans la parties oceidentale de Java.

5. Balkans

Une parties de la prease announce que les, g'udrillais grecques
auraient enlev4 deux soldhats britanniquets dans la rigiion de
Domokos.
D'aprBs lie Daily Worker, l'ambassade de Gr&ce a Londres
aurait refuse de donner a la dildgation comprenant des d6pu-
t6s travaillistes, 'des renseignements ,sur le sort de 15.000 d&-
maocrates arrdtbs, ddportds et parfois ex&cut~s en Greoe au
course des trois dernieres semaines.

6. Allemagne
Le Times, le Daily Telegraph annoncent loiuvrture pro-
chaine de conversations) A Washington sur la Ruhlir. Pour
la fin de cette selmaine (Tilmes), ou pour le debut de la
semaine prochaine (Daily Telegraph).
Le correspondent du Daily Teleglraph a Washington ecrit
que le D-6partement id'Etat espere fermemnent que la Grande-
Bretagne acceptera d'ajourner A plus tard Ja nationalisation
des mines de la Ruhr.
Le correspondent ajoute que le Deipartement d'Etat ne
rtablit pas la confiance des Francais dans l'dventualitd de
discussions tripartites. On n'y va pas au dielh de dire que
toute decision prise en common par la Grande-Bretagne et
Miles Etats-Unis sera transmise aux Frangais et que leurs coan-
mentaires seront examrines avec soin. Si les Frangai.s parti-
cipaient A la fusion des zones, ils participeraient A toulte dis-
cussion ,sur la politique qu'on y suivra et au contr61e de la
production charbonniare de la Ruhr. On estime, en ce qui
concerne les, conversations de Paris que, si elles abolutissent,
le governmentt frangais se sentira assez fort, malgr 1l'atti-
tude dlesi commiunisles, pour rlaliser la fusion de la zone
franailse avec la zone aimdricaine et que des assurances
privies ont dt4 donnees sur ce point a M. Marshall.
Le Mancthester Guardian] pubie : 10 un article relatif h
1'e.ducation des adults dans la zone d'occupation britanni-
que; 2 une longue dA6p6he de .son correspondent A Berlin
Tlative au demat6liement des 'usines alleanandes.


7. Itali

Dans le Times, tn article de fond 6itudie les progres de la
reconstruction en Italie.
Le coriespondiant du Manchester Guardian A Rome con-
tinue a rendre compete ddes dbats qui se poursuivent sur la
ratification du trait& de paix.

8. Japon
Le News Chronicle pouisuit la publication des articles de
Vernon Bartlett swr l'Extr6me-Orient.
Ce mnatin, l'article consana- an Japon paraissait sous la
manchette : t L'honorable occupation >.

a) APRIS L'ECHEC DES NEGOCIATIONS COMMERCIALS AN-
GLO-SOVIETIQUES (Dpouly Telegraph, 29/7, conserva-
teur)

< ...La Russie nous demandait de payer une sorte de
commission en r&duisant le taux de l'int6r&t sur les
credits civiis de 1941, et en prolongeant la p6riode de
remboursement.
Nous avons deja rkduit la dette russe de 140 millions
A 100 millions de livres steering, et le taux d'inter6t
de 3 % a 2 %. Le nouveau sacrifice qui nous etait
demanded nous aurait coft6 plus de 10 millions de li-
vres. Et nous ach6terions le b.6 russe payable en li-
vres sterling convertibles en dollars, aiors que nous
pouvons esp6rer acheter le million de tonnes qui nous
manque i aussi bon compete en Amerique du Nord, et
cela sans auoune commission.
II n'est pas 6tonnant que les propagandistes sovi6-
tiques d6sirent que le detail de leurs demands de-
meure inconnu et essaient 'de faire croire que le gou-
vernement britannique, qui n'a ,pas encore complele-
ment nationalist l'conomie anglaise, a W6t incapable
de s'engager A fournir des marchandises qui n'avaient
pas encore 6tc commandoes aux producteurs britanni-
ques. On se demand pourquoi Sir Stafford Cripps n'a
pas Wet plus explicite.

b) LA GRANDE-BRETAGNE ET L'IMMIGRATION ILILGALE EN
PALESTINE (News Chrpaicle, 29/7, liberal) :

i Si jamais gouvernement s'est plac6 dans une situa-
tion difficile, c'est bien le n6tre lorsqu'il a 0t6 d6ci'd&
de ramener de Palestine en France les immigrants ill6-
gaux...
Nous avons attis6 les passions en Palestine. Nous
avons perdu l'app des Juifs mod6ers -non seu ement
en Palestine, mais dans le monde entier. Nous avons
plac6 la France, notre Allice, dans une situation tres
embarrassante.
Qu'est-ce que nous a rapport cette decision sou-
dIaine ? Nous ne sommes mEme pas logiques, car main-
tenant les immigrants sont envoys A Chypre. Qu'est-
ce que nous esperions done gagner ? I est grand temps
que quelqu'un nous le dise. ,


11. PRESSE AIMEUICAINE



Revue de la press amrticaine du 28 juillet 1947

Malgri l'abondance des nouvelles interieures, la mort de
la mbre dru Prlsident Truman, l'ajournement ,du CongrBs,
la press domninicale et celle de lundi consacrent encore de
I'Jngs articles et 6ditoriaux a la controversy sou.lev6e par les
projects americains de redressement 6oonomique et industrial
de l'Allemagne.






tJLLSttN QUOTIDIEN DE PfESSE ATTRANGARE


1. Ajournement du Congres

Les correspond-ants politiques de Washington annoacent
qu avant de partir en vacancies le CongrBs a vot& toute un.e
srie de measures d'ordre financier et une loi autorisant 1'uni-
fication idle' la direction gpn:drale des forces armees amndri-
caines. Prdsiendde par I'administration, oette loi place es
forces' armies sous I'a'utoritd d'un secretaire de la D&fense
national. M. Forrestal, miniistre ,de la Marine, a Rtd d6signi
par M. Truman pour remplir co post.

2. La controversy allemande
La press donminicale announce gdndralement en premiere
page et sons les titres indiquant que ,M. Bidault a remport-
La e victoirel c'esit-h-dire le vote unaniime idle I'Assemablde
national en faveur de la politique exterieure du gouverne-
melnt frangais.
Gertains tires soulignaent en outre que la France a mon-tr6
par ce vote qu'elle avait confiance dans Ie plan Marshall. Les
interventions de M'M. Bidault, DucLos et Leco-urt sont gdand-
ralement cities dans les ddpbchas d'agiences venues Ide Paris.
Callenidler, dans le, New York Times, note principalement
que les co.mmunistes franCais n'ont fait d'objections qu'a un
paragraph de la motion die confiance et aprsi avoir repriisi
la declaration de M. Bidault sur l'dtat .actuel des .reserves
d'or de la Banque dde France obligee ide rdduire oons diirablement ses importations si elle
ne neVoit pas 'de nouveaux cr6dibts. Callender ajoute que, pour
.a premiere fois, M. Bidault a laisse entendre c que la France
pourrait acepter 'un niveau. plus dlevd de l'industrie alle-
mande blien quo Paris ait protest- contre oella ,.
Une d4epche A. P. de Paris rapportant le vote ide 1'Aissem-
blie nattionale ajoute qu'uzn. reprd'sentant du gouvernement
a d&-lare c quoe le programme Marshall e le refus russoe de
participer an plan econonmique europ6ein lont ,sap& la force et
le prestige des conmmuni.stes en France, mnais que leis comamu-
nistes ont retroruv 'lenur vigueur A la suite d'informations
indiquant que les U. S. A. etaient favorable au redressement
industrial rapidly d 1'Allemagne ,.
Une d6pdche i. N. S. de Paris note que < I'attitude des com-
munistes francais est diffdrnente de celle prise par la Rusisie
qui a attaque avec vdhdmence le iprogramnme de rehabilitation
de 1'Burope pr'6sentd par le secretaire d'Etat anmbricain a.
Dans un .autre article au New York Times, public sous le
titre a La France Idelmande : I'aide aanmricaine est-elle pour
l'Allemagne ou pour da France v, Gallender passe en revue
les vd6onemenits de la semaine qui ont illustr& la controversy
franco-amniricaineo a propos die I'Allemagne. I1 souligne en
particulier lesi craintes qu'ont les Fransais de voir i'Allle-
magie redevenlir ine puissance industrielle forte. (Voir I'ar-
tiole plus loin.)
De Berlin, lies correspondents rapportent les nouvelles de-
clarations du general Glay insistent pour que le releveoment
de ATleanagne soit decided rapidement. Le correspondent du
New York Times rapporte que le general a dit que le plan
Marshall, qui a lt& promuluiud apres que la decision d'ac-
croitre la capacity industrielle allemande fut rise, augmen-
tait les possibilities, d'une unification Boonomique dies trois
zones. Dans ces circonstancels, a-t-il dit, les U. S. A. seraient
pr&ts A accepted la zone frangaise sans la Sarre qui est dejA
int'6grde o&onomiquement a la France. Le glndral aurait
adlimis que, si l'on discutait .de la question de propriidet dies
mines et industries de Ia. Ruhr, die grosses, difficulties surgi-
raient.
Le correspondent du New York Herald Tribune dit que
lie g6enral a reveled que les U. S. A. ont propose que les indus-
tries de la Ruhr ne isoient plus places soust la, tutelle bri-
tannique, mais sous une ,commission allemiandle
Par ailleuirs, les correspondantsi de Berlin font etat des
nouvedles measuress desitin.es a amrliorer les conditions de
vie des imineurs de Ia Ruhr et prdvoyant une prime alimen-
taire A ces mineuns en function de leur production.
Un article idle Shirer, reproduit dans plusiieurs journaux,
attire attention de ses lecteurs sur les dangers de la recons-
truction illiitt6e du poteuntiel industrial allemand et isur
ceux qui pourraieot r6sulter d'une priority de reconstruction
4. l'Aliemagne. 11 rappelled que les nations qui oat te si


recem.ment envahieis par les Allemands se soviennent quft.-
pr6sl la dernidre guerre il y eat le tratt6 de Versailles qui
prdvoyait le desarmement et la diden'litarisation de 'Alle-
magne. < I1 y eut 'le trait de, Locarno et d'autres garanties.
Elles n'onit pasc durd bien longltelmips Et il conclut que .l
scule assurance qui pourrait fire confianoe aux Frangais
serait l'internationalisation de la Ruhr.
frew Fearson, dans son article d'aujourd'hui, done la
version de ce qu'aurait dit le g6ndral Marshall A la stance
secrete de la Commission dies Affaires dtrangbres de la
Ghambnre, cette isermaine. Seloni ci journalist, M. Marshall
aurait indiqu6 que le < cancer > allemand risquerait de
s'tendare aux atutres nations europeennes si on no venaiit
pas en aide a l'Allemagne. 11 aurait dedlard franchement que
o le redresssement Beonomique de I'Burope depend do I'attA-
tude des Frangais envers l'Allemagne dans la measuree oA 1)
France craint tout programme qui pourrait Id6velopper 6-
potentiel dde guerre allemand, et Pearson ajoute que .de
g6n'eral Marshall a bien fait ressortir qu'il appartenait alx
nations europeennes qui doivent vivre avec I'Allemnagne de
decider si elles peuvent s'accorder avec elle deconomiquement
on si elles pr~ irent le risque d'une restauratiion de la pro-
duuction allemanide sons le contrl6e et l'occupationi allis. 11 a
soulign6 quei l'Europe devrait preparer elle-m&me son salut
,6conomique et adopter un programme qui ne devra pas
s'dcrouler si Il'aide amdricaine est interroinpue.
Le New York Times, le New Daily et Well Street Journal
consuacrent encore des 6ditoriaux A la question allemande
oifh on relive le ddsir unanime de procedler au redressement
indiustriel de la Ruhr pour venir en aide A 1'Europe.

3. Discours de de Gaulle
Le discouns prononoe aI Rennes est annonoc en 'premiere
page des grands quotidiens sous les titres soulignant que le
general a blame I'U. R. S. S. pour 1'6tat d'imis6curit6 du
mnonde actuel. Frelidin, dans le New YoIk Herald Tribune;
Warren, .dans le New York Times, les Idepiches A. P. et Reuter
citent largement le discours du gd6nral don't la these est
deja un des themes favors des journalists et des hormnes
politique animricains.

4. Nouielles de France
Une dlIpiche U. P. de Marseille rapport le communiqu.6 du
pr6fet annongant 1'arrivde prochaine de navires anglais por-
teurs de 4.500 emigrds juifs de l'Exoidus 1947.
Une ddpbche A.P. diu Caiire signal lesi activitis des mnou-
vements pour l'independance idle 'Afrique dU 'Ndrd, Elle note
que la presence d'Abd el Krims en Eigypte a encourage oes
mouvemelnts et announce l'ouverture de centres de propa-
gande a New-York pour faire pression sur les Nations Unies
ot sur les milieu amniri.cains on g6ndral. Elle d.onne ensuite
une declaration diu secirtaire general du Parti du people
algerien, AlmikiL indiquant que son mouveimenit n'a jamais
,t& si fort qu'aujouid'hui ett se terminant par oette phrase :
t Nous qui avons donnI notre .sang pour la liberation de la
France et des autres nations, nous n'hdsiterons pas A donner
notre sang pour la liberation de notre pays. C est peout-tre
la seule politique que lies Frangais comprennent.

a) LES ALLIES OCCIDENTAUX ET LE PROBLEM ALLEMAND
(New York Tiles, 28/7) :

< Les FranCais ddsirent par-dessus tout la paix as-
suree et pour eux cela n'est pas concevable tant que PAl-
lemagne a une chance de retrouver son unit politique
ou son potential industrial. Ils commencent aussi &
craindre l'Union Sovittique, mais leurs apprehensions
immediate se concentrent autour de la tension ameri-
cano-sovietiique.
Un Francais trts au courant de la politique exte-
rieure 'disait cette semaine que I'on ferait peut-8tre tom-
ber les cartes sur table en novembre, quand les quatre
ministries des Affaires 6trang6res se rduniront A Lon-
dres pour d6cider l'avenir de 1'Allemagne. II dtclarait
que si une scission se produisait, la France serait alora






* itrIWrIN QUOTIDAtN DE 1iESSB ArRANWIARI


oblige de prendre parti. II ajoutait qu'il pensait que
ce choix serait d6termin6 en grande parties par l'em-
pressement que mettront les puissances oceidentales a
donner a la France des assurances satisfaisantes en ce
qui concern I'Allemagne. Ces assurances devraient
comprendre I'internationalisation des mines et des in-
dustries 'de la Ruhr.
Les Frangais veulent d6placer le centre europeen de
l'industrie lourde de la Ruhr vers la France, la Bel-
gique et le Luxembourg en d6veloppant l'industrie sid6-
rurgique frangaise aux d6pens 'de l'industrie de la Ruhr
qu'ils voudraient limiter. Cela souleve la question de
savoir si les puissances occidcntales pr6f6reront une
Allemagne forte ou une France forte. Les Francais ne
pensent pas qu'elles puissent avoir les deux. i
(CALLENDER.)

S...Les perspectives d'une elimination des obstacles
qui menaaaient le plan Marshall sont plus brillantes en
raison du vote de I'Assemblee national francaise. L'As-
semblee a vot: une confirmation eclatante de l'accepta-
tion frangaise de ce plan, bien que les Russes 1'aient
rejet6 et elle a soulign6 cette confirmation en ren'dant
hommage aux U. S. A. pour l'initiative qu'ils out prise
dans le programme du redressement europ6en.
Cette decision intervint apres que Al. bidault eut re-
veie la gravuie ade la position financiere de ia France
et qu'll cut sur cette base non seuiement plaid pour la
cooperation europeenne et mmem pour l'union doua-
niere entire les nations de I'ouest europeen, mais aussi
ouvert la voie a I'accord sur la production industrielle
alemande qui est la cle de voftle de tout le plan Mars-
hall.
Cet 6vnnement peut etre accept non seulement
come le symbol de t'orientaLion occidental de la
France, qui est devenue plus prononc6e apres 1'6chec de
la derniere Conference de Moscou, mais aussi comme
le signed que la France emerge 'de sa psychose de peur
et qu'elle commence a parler come la puissance euro-
peenne principal qu'eile devrait 6tre. Cela est aussi le
resultat du plan Marshall qui a bris6 l'enmptise commu-
niste sur le people francais et ainsi a 1.aiss& libre le
gouvernement de poursuivre une politique conform
aux v6ritables interests de la France plut6t que ceux de
Moscou.
Jusqu'A present, la politique frangaise a Wte h6sitante
et elle a retarded le travail de la Conference economique
de Paris en refusant d'accepter I'accord anglo-ameri-
cain sur la production allemande... 3

b) LA RECONSTRUCTION DE L'EUROPE (New Yor~k Heie3ld
Tribune, 29/7, edition europ6enne) :

< ...Nul ne peut encore pr6voir quelles seroni ie.
consequences de la division de 1'Europe en deux tiv.
sions qui a ete cause par ie relus du bioc sovieiquc
de s'associer a la premiere tentative serieuse des na-
tions europeennes en vue d'int6grer leur economic.
En mettant les choses au pire, cela pourrait nous
mener h. la guerre. En mettant les choses au inieux,
le refus du bloc sovietique genera dans une certain
measure la reconstruction de 1'Europe.
M6me si nous ne parvenons pas a nous en convain-
cre, les Europeens comprennent parfaitement que,
quelle que soit l'importance 'de notre aide, il ne pourra
jamais y avoir d'Europe prospere tant qu'elle sera par-
tagee par une ligne allant de Stettin a Trieste, et tant
qu'il n'y aura pas d'accord sur 1'Allemagne...
(WILLIAM L. SHIRER.)


C) LE TRAIT DE PAIX AVEC LE JAPON.
1.New York Times (26/7) :
< La declaration du Caire ne comprenait pas la
Russie parmi ses signataires, les decisions prises a
Yaila ne parlaient nullement de la participation .de
'la Russie aux negociations du trait de paix avec le
Jalpon et enfin on ne trouve rien, 'dans la declaration
de Potsdam, iqui lasse allusion a une participation
quelconque de la Russie au trait de paix avec le Ja-
pon.
Ce qui revient a dire qu'en d6pit' des objections
soulevees par les Russes, les Etats-Unis sont
absolument dans leur droit lorsqu'ils convoiquent une
conference preliminaire charge de preparer le trait
'de paix avec le Japon. II faut esperer que tous les pays
invites se joindront a nous pour retablir la paix en
Extreme-Orient et pour mettre un term a une situation
qui nous cofite des centaines de millions de dollars,
alors que cet argent pourrait servir au rel6vement de
I'Europe corilme A celui de 1'Extrmme-Orient.

2. Phikfdelph4fa Inquireer (26/7)
< Nous ne devrions pas permettre que le refus op-
pose par les Husses a la proposition americaine vienne
retarder le debut 'des travaux sur le trait de paix
avec le Japon. II faut ique les Etats-Unis ailment de
I'avant el insufflent une vie nouvelle au monde en de-
pit de I'obstruction communist. .

3. WCahiAkd on Pptst (26/7) :
< Nous avons toujours pens6 qu'un refus de la part
des Russes ne devrait pas nous empfcher de preparer
ce traits de paix, et c'est pourquoi nous sommes sa-
tisfaits 'de noter que l'on est determine a engager ces
n6gociations et A les poursuivre, avec ou sans la parti-
cipation des Russes. On a tellement perdu de temps
et on,.a tenement tard6 & border cette question qui
repr6sente un des 6elments essentiels du r6tablissement
de la paix dans le monde, qu'il serait criminal 'de tar-
der davantage. >



111. PRESS SUVIETIQUE


Revue de la presse sovidtique des 27 et 28 juillet 1947

1. Id Iplan Marshall
Une serie die tblegranmimes a trait h I'application du plan
Marshall a I'Allemagne. On relieve parmli ceux-ci la d.cla-
ration diu secirtaire du Parti socialiiste unifi, allemand et
des extrai'ts de l'article de Lasky dans la Pravda diffuse par
Overseas News.
La premiere partic de la chronique international de Leon-
tiev est intitule : : Le p'obleme de la iR'uhr .et les diver-
gences anglo-franco-amiricaines .. (Voir il'article plus Join.)
Une seirie die t61lgramines de deuxieme plan traite des, inci-
edenceis du plan Marshall et des divers aspects Idle la politiqua
amenicaine : assignation par le Senait de 1.530 millions de
dollars pour diverse's measures de politique extbrieure; situa-
tion ~conomique de I'Angleterre; eventualit& difu'e aide ame-
ricaine ih l'Egypte; aide A la Turquie; nmendees des coimpagnies
petroliires en Turquiie.
L'aspect anticommuniste did plan Marshall est souligni
dans' ane dp6pch e de New-York d'aprs, '1'Associated Press.
C'est aussi le sens de la note de Le'ontiev dans sal chronique
international de la Prauda consacrde aux discours fascists
du chandelier Figil. Selon ce dernier, (( isi l'Amerique refuse
son soutien aUx Eltats de 1'Etrope, la dernire digue qui







ISULLETLN QUOTIDIAN DE PRESSE ArRANGfthL


retient les vagues qui s'ld1vent de l'Orient dlisparaitra. L'Au-
triche, comme on le sait, a etB sauvie par la puissante atta-
que de l'armde sovidtique. Mais les Figl ont voulu prouver
que 1'Autriche avait apporti elle-andme sa contribution A la
cause de la liberation. Cela prove comibien il y a encore
d'hitl6riens en Auiriche ,.

2. La utte mondiale pour la democrat
On peuf rattacher a ce thi ce .ls communiquis suivants :
Communiquds sovi6to-albanais annongant I'arriv6e a Mos-
cou dia Pr6sIdent du iConseil et du ministry dies Affaires
etrangeres d'Alhanie. Dans les conversations qui ont eu lieu,
iesr lesrTons de relations edonomiques et culturelles entire
I'Unlon Sovietiquei et l'Albanie ont dtd examines. En raison
aes ruines Inportantes et des pertes causes a 1'Albanie par
la guerre, l"Union Soviftique foumnira f la domande dil
gouvemnemenit albanais de P'iquipoment d'industrie legere et
aes machines agricoles.
ciaux anglo-sovidtiques.
On relive egalem.ent des nouvelles .sur la guerre d'Indlo-
iresie : comanuniquis millitaires, protestations hollandlaises
et anglaises ; les discussions du 25 juilet an. Conseil de
Securit&; la declaration du chef de la delegation bulgare; la
creation a Paris ,d'uni comit de la defense dies libcert&s d.u
pupqlle grec; le rsunire des interventions a l'Asseinmlee na-
tiomnale i Paris de MM. 'Pierre Cot, Chambrun, Madeleine
Braun sur 1'attitude du paarti communist.

LES ALLIES OCCIDENTAUX ET L'ALLEMAGNE (Pt~uidt,
27/7) :
: En ce qui concern la Ruhr, les points de vue
anglais et ambricain sont diam6tralement opposes,
tant donn6 que l'Angleterre, maitresse de cette region,
dolt la c6'der au capitalism priv6 americain. La pau-
vret6 de la Grande-Bretagne ne lui laisse aucune chance
de renforcer ses positions dans la Ruhr. Le Times lui-
meme ne voit plus aucun moyen de s'opposer A la
pression amIricaine dans une region oi il est neces-
saire qu'une porte soit ouverte aux capitaux priv6s
amIricains...
La France pour laquelle le programme americain
d'augmentation du niveau de la production allemande
marque A la fois la fin de tout espoir de recevoir du
carbon de la Ruhr et le danger de voir renaitre la
puissance militaire de 1'Allemagne, r6colte maintenant
les fruits 'de sa malheureuse politique exterieure. Le
gouvernement Ramadier a capitul6 devant les Anglo-
Am6ricains, tout en essayant de sauver les apparences.
Un representant du minist6re des Affaires 6trang6res


declarait A Paris, le 24 juillet, que d6sormais le gou-
vernement francais n'avait plus d'objection A faire sur
les conversations anglo-amnricaines concernant la
Ruhr... :
(LtONTIEV.)



IV. PRESSE SUISSE


LE DISCOURS DU GENERAL DE (AULLE A RENNES (La Tn-
banw ide Geunavie, 28/7) :
On disait hier soir que les discours prononcis par le
general 'de Gaulle en Bretagne et notamment celui de
Rennes, plus precis et plus incisif que celui de Saint-
Marcel, sur le probl6me politique, font de I'ancien
chef du gouvernement provisoire le chef de 1'opposi-
tion. Mais en reality, il 1'6tait dejA. Depuis qu'il a quitt6
le pouvoir, le general de Gaulle a coimbattu ses succes-
seurs. II a pris position centre les deux projects de
Constitution, don't le premier a kchou6 en parties sous
son influence et don't le second a passe de justesse,
malgre son hostility declaree. Par la suite, de Gaulie
n'a cess& de critiquer les actes du gouvernement et de
preconiser la revision de la Constitution en vue de
renforcer I'autorit6 de 1'ex6cutif. La foundation du Ras-
semblement 'du people francais a mis encore en relief
son altitude d'adversaire des institutions actuelles et
des hommes qui les incarnent. On peut bien dire que
le discours de Rennes 'donne encore plus de mordant
a ses critiques ;, mais on ne saurait affirmer qu'il cons-
titue un faith absolument nouveau...
II y a pen 'de probabilit6s pour que le people fran-
cais manifeste le d6sir'de modifier brusquement ses
institutions, et m&me si, A la fin de l'ete, le minist6re
Ramadier venait A 6tre mis en minority, ce qui ne cor-
respond pour le moment A aucune vue realiste des
choses, le president de la RWpublique n'aurait aucune
inclination a appeler le g6enral de Gaulle A la direc-
tion du gouvernement; on peut assurer qu'il epuiserait
toutes les combinaisons avant de s'arreter A celle-IA.
Aucune rh6torique ne peut faire oublier que la France
a maintenant des institutions stables et 16gales sane-
tionn6es par le people et qui ne pourraient 6tre d6mo-
lies que par une revolution.
(Du correspondent A Paris de La Triblane doe Ge-
niee.)


& F..L Imp. 27, rue NicoL. Paris uiJOoq













































































Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs