Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00146
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: July 23, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00146
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISIBRE DE LA JEUNESSE,
SDES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCHISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


BULLETIN


QUOTID


DE


23 juillet 1947


PRESS


ETRANGERE


Nouvelle Serie No 724


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La France et le plan de rel6vement de l'industrie
allemande (Times, 22/7).
b) Le gouvernement amiricain et Ic plan Marshall
(Daily Herald, 22/7).
c) La situation en Indon6sie:
1. Times (22/7) ;
2. Daily Telegraph (22/7);
3. Daily Worker (22/7).
II. PRESS AMtRICAINE
a) La France et le plan de relevement de 1'industrie
allemande (New York Herald Tribune, 22/7, 6di-
tion europ6enne).
b) Le programme d'aide A 1'Europe (New York He-
irald, Tribune, 22/7, edition europ.eenne).
III. PRESS SOVIfTIQUE.
IV. PRESS BELGE.
Les n6gociations entire la C.G.T. et le patronat (La
Derlriire Heure, 21/7).
V. PRESS SUISSE.
a) Le plan de relevem.ent de l'industrie allemande :
ft 1. Neue Ziircher Zeitung (21/7) ;
2. National Zeitung (21/7).
b) Les 6vBnements de Gr6ce (Gazette de Lausanne,
22/7).


I. PRESS BRITANNIQUE


Reaue de la press britannique du 22 juitlet 1947
Parmii les nombreux sujeos qui se disputein ce matin
l'attention, de la press britanniquie ceux qui tiennent le plus
de place sont lies venie'ments de Java et leas incidents de
Palestine.
1. Indon6sie
Toate La press public en boone place et parfois en pre-
mni&re place (Daily Herald et Daily Worker) les d46pches
relatives aux combats qui se livrent a Java. On signal parti-
cu lirement l'intervention hollandaise 'et les paroles 'adres-
sdes par le Dr. Soekarno au people indondsien ainsi qu'aux
amis de la paix diu monde.


Le correspondent du Manchester Guardian a La Haye ecrit
que la politilquie dau gouvernemnent ne suscite pas d'hostilitd
s'drie'nse aux Pays-Bas, bien .que 1'intervention militaire y ait
dt6 apprise sans enthousiasme.
Le Daily Express et le Daily Worker mettent en 4vidlence
les declarations qui auraient 6 t faites h la radio indon6-
sienne par un colonel britannique. Ce diernier aurait affirm
que les Hollandais se couvrent de ridicule en pretendant
qu'ils intcrviennent pour r6tablir l'ordre, car celui-ci n'dtait
aucunement trouble.
2. Palstine
De nombreux details sont donums sur les troubles de Palleis-
tine et sur le voyage des 4.500 passages du Prdsident War-
field. On announce que les navires qui les, transportent main-
tenant out iet autorises, par le government francais, A fair
scale A VilIefranche, mais que les immigrants sexont envoys
ensuite ei Colombie.
Le correspondent du Times a Paris rappelle qu'au ddbut
de cette annie dies discussipus avaient eu lieu entire les auto-
rites frangaises et anglaises ,sur ile transit des immigrants
juifs par les ports frangais c On ne sait pas comment le
President Warfield a; pu quitter le port de Stte. II semble
que lesa autorit6s frangaises avaient dt6 averties quelque
tempt avant son depart qu'iil essaier@a* probablement
d'emmener un certain nombre d'immigrants juifs. ;
Gette ddp'che 'eat repnroduibe avec ,de le6gres differences
dans le Manchester Guardian.
Le correspondiant diplomiatique de ce journal done quel-
ques pr6cisionis sur le navire et sur son itin,'raire depuisi son
arrive en Europe.
.D',aprs le Daily Telegraph, les conversations continent
entire les autoritbs frangaises et britanniques au sujet de ce
qu'il faut fair des Juifs, quand ils arriveront dans les eaux
frangaiseis a la fin de cette semaine. Les ,autoritds frangaises
sont prcssdes de les autoriser A dibarquer.
Tandis que, d'aprns le Daily Telegraph A Paris, l'ambas-
sade die 'Colombie aurait demand des instructions A Bogota,
le Daily Mail declare que le porte-parole du gouve-rnement
frangais a affirm& que le consul de Colombie a Marseille
aurait dit que son gouvernement 6tait pr&t A donner des
visas aux immigrants.
'Certains correspondents ne se oontentent pas de, dire qu~
leis iinimigrants front escale A Villefranche ; ils. precisemnt
qu'ils y seront dibarqu,6s correspondentt diplomatique du
News Chronicle).
La plupart des jiournaux insistent sur le fait qu'avant
la guerre le reanvoi des immigrants ilildgaux vers leur port
d'embarquement tait une pratique normal.
3. Etats-Unis
Plusieurs grands journaux pr6sentent en bonne place (pre-
miere place dans le Times) le resume du rapport iconomique


I
- -- -- --








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ETRANGERE


semestriel address& au Congras americain par le Pr&sident
Truman. IHs mettent suirtout en evidence le fait que le
Pr6si-dent a souligna d'importance capital, et le coat rela-
tivement faible dies secours envoys par les Etats-Unis aux
pays strangerss. Is reolvent dgalement les allusions an plan
Marshall defini par lc Prdsident come idtant 1,c. lneud
m6imo de sa politique, ,dtrangere.
Plusieurs journaux mentionnenL qu.e le gdndral Marshall
a exposed son plan A la Commission des Affaires etranglre's
de la Chlambre .dies Repr&sentants an co'ur' d'unt seance
secrete.
< Si 1'Europe, dcrit Ie corr.espon'dant diplomatique du
Daily Worker, ne pout 6tre amende A accepter Ile plan Mar-
shall, il se pemti que les exportations americaines connais'sent
une rise grave avant Nodl. ,
a Tel est I'aveu que le Prisident Truman a fail hter dan's
son rapport. >
4. -- Allemagne

Tandis que la plupart des journaux (et pa'ticulibrrement
le Manchester Guthdian) mettent enu dvidlence les violentcs
attaques de l'opposition aux Communes au sujet du scandal
,des devises dans la zone di'ocoupation britannique, une partie
de la press revient sur les changes de vues diplomatiquesw
qui ont lieu actuielement entire les, go,'vernemonts franais,
anglais et amdericain.
Cerotains journaiux antalyseut les declarations faites hier
a la press par M. Harriman.
Le oorrespondant diplomatique du Times, qui mnietionne
les entrevues de M. Bevin avec l'ambassadeur des Etats-Unis
et avec M. Massigli, insisted sur la position difficile ofi so
trouve le ministry des Affaires etrang6res, britanniquiie pilac
entire les propositions americaines ct les inqu1iitudcs fran-
eaises. (Voir plus loin des extraits de cet article.)
C'est pour fair droit aux inquidtudes frangaises expri-
mieesi dans Jeux notes ters nettes a Londres et A Washington,
precise le correspondent diplomatique du~ Manchester Guar-
dian, que les goiuverneanents britannique et amdricain ont
ajorndi la ratification du project d'accord auquel '6taient
arrives les g6ndraux Clay et Robertson.
Ce correspondent, lIi aussi, espdre que I'attitude franiaise
pourrait se modifier ,si le problime o tait envisage dans le
cadre plus vaste de la reconstruction industrieli.e de 1'Eurolpe.
Tandis qu.e le correspondent du Daily, Telegraph a Berlin
insisted sur les raisons psychologiques qui lexclueraient la
diminution de la production charbonnirre dans la Iuhr, ,le
grand journal conservateur signal les dlctarations optimists
faites A Washington par M. Henri Bonnet apr6s sa conver-
sation avec M. Marshall.
Le correspondiant ,dnu Daily Mail a New-York 6carit : < La
Grande-Bretagne et les Etats-Unis out cdde aujourd'hui a'ux
protestations frangaises centre le d.veloppennent imd.mdiat
de i'activitd Boonomique de l'Allemagne occidentaloe .
Le Daily Worker attrihbue a l'augmentation des iinporta-
tionis die grains dans la zone anglo-amdricaine l'ipuisement
des crbits amricains de 1'Angleterre.

5. Biminaie
Plsaieurs journaux reprodu-isent ot resument les diola-
rations faites par IM, Attlee aux Communes sur les inci-
dents de Birmanie. Ils notent que Ile premier ministry a affir-
cm6 que la politique. britannique dans ce pays ne subirait
aucun changement.
-Le Daily Express declare qu'un officer britannique serait
actuelleoment interrog, sur la .d.isparition d'une pFuantit6
important d'armes et de munitions dans les dnp&ts de
'armine.

6. Roumanie
La press announce que le government britannique a pro-
testd aupres du gouvernement roumain contre les arresta-
tionis politiques de ces jours derniers. Le text de la note
britannique est reprodmuit par le Times, le Manchester Guar-
dian, le Daily Telegraph.


7. Grce
Plusieurs 4#pEches sont relatives aux discussions qui unt
cu lieu sur la Grdce au Conseil de Scuriti, ainsi qu't 1'en-
quete de la sous-commission de 'O. N. U. dans la GrBeo du
Nord. D'aprds le correspondent diui Daily, Telegraph ih
Washington, environ, 1.800 members des brigades interna-
tionales de la guerre d'Espagne rej oindraient actuellement
les ga rillas qui opdreot sueI les frontires ,de la Gr&ce.
De nouveles bands aurai'ent passed la frontirer venant
de Yougoslavie, preicisent le News Chronicle, le Daily Herald,
d'apres Ics didpches d'Athdnes.

8. -- Arrivoe de Mime Peront

Presque tous les journaux annoncent que Mme Peron
repartira pour l'Argentine sans avoir visited I'Angleterre.
D'aprds le Daily Express, la femime du President do la
Rdpubiique argentine aurait UtB hude par les ouvriers entro
OrIly et Paris apris avoir tdi accucillic par M. Bidault.

9). -- France
Le corrlepondalnt du Manchester Guardian A Paris resume
les trois points des declarations proononodes i Perpignan! par
M. Ramadier ot assure que, sur oes trois points, M. Ramadlier
a derriere lui uane grande majorityd des Francais.

10. Pologne
Le correspondent di' Times h Paris announce que d'impor-
tantes conversations commercials commmenceront prochaine-
ment i Paris pour regler lies questions commercials et
finaanciires relatives aux rapports commmerciaux entire la
France et la Pologne.
Le correspondent .diplomatique d'u Daily Telegrcaph croit
savoir que M. Bevin commencera aujourd'hui anu Parlement
la terms de la protestation britannique relative l 'arres-
tation des. amembres du parti socialite polionais.

11. Albanie
Le correspondent du Times Lake Success rapport que
la majority des memnbres ,du Conseil de Sdourit6 s'oppose a
l'adamission de l'Albianie parmi I'O.N.U.

12. Turquie
Le Times, le Daily Mail signalent l'arrivie di'unc escadre
britannique da'ns le Bosphore.

a) LA FRANCE ET LE PLAN DE REDRESSEMENT DE L'INDUS-
TRIE ALLEMANDE (Times, 22/7) :

< ...Les Frangais sont inquiets A ddeux points de vue.
D'abord, les rapports sur les propositions amdricaines
en vue de l'dtablissement d'un control anglo-amdricain
sur les mines de la Ruhr les ont .conduit i penser que
leurs propres propositions visant A un contrble perma-
nent des Allies sur cette region, ont Wte ecarties. En-
suite, les rumeurs *d'une prochaine declaration anglo-
am-6ricaine annoncant I'adoption d'un niveau plus l6ev6
pour la production allemande, leur ont fait d6clarer
que les besoins de l'Allemagne passent avant ceux des
pays allids... Le fait d'annoncer un accroissement de la
production allemande avant que la Commission de
cooperation europ6enne ait fait le bilan des resources
et des besoins des seize pays eurbpdens, crderait,
*d'apres eux, une impression trds d6favorable ; ils pen-
sent toujours que le meilleur usage que 1'on puisse fire
du carbon de la Ruhr est d'en envoyer la plus grande
quantity possible aux pays allies plut6t qu'aux usin.es
allemandes. Ils craignent que le plan Monnet ne puisse
etre appliqud s'ils ne regoivent une grande quantity de
carbon allemand.
La r6ponse britannique A ees arguments est 6vidente.
Tout en tenant compete de la these des Fraingais, les







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGIRE '


Britanniques soulignent que les zones occidentales, qui
frisent maintenant le marasme industrial, doivent rece-
voir une quantity de carbon suffisante pour subvenir
A leurs propres besoins ; il faut dire aux Allemands -
si l'on vent les inciter A travailler quel sera le ni-
veau future de leur industries. Toutefois, il semble quc
ce probl6me sera discutd de nouveau avant qu'nne d.-
claration soit faite A son suiet. >
(Du rdacteur diplomatique du Times.)

b) LE GOUVERNEMENT AlMRICAIN ET LE PLAN MARSHALL
(Daily Herald, 22/7. travailliste) :
t Le rapport 6conomique semestriel ,du Pr6sident
Truman .au Congres revet un int6r&t considerable pour
les Europdens.
Sa principal caracteristique est qu'il appuie forte-
ment les propositions de M. Marshall...
La declaration du President montre que le gouverne-
ment am6ricain est decide A preparer l'opinion amnri-
caine A une cooperation 6bco-nomique important avec
les pays europdens frappes par la guerre.
On a tent, de ce c6te de 1'Atlantique, de d6crire le
discours ,de M. Marshall comme le point de vue d'un
id6aliste qui ne saurait engager le gouvernement et en-
core moins le Congres. M. Truman corrige cette im-
pression. Le gouvernement a pris une decision et il
fera tout son possible pour essayer de persuader le
Congres de partager son point de vue...
11 est evident que 1'Pcroulement de i'Aconomie euro-
pAenne aurait rapidement des repercussions en Am6-
rique... En fin de compete, cela s'applique aussi A n'im-
porte quelle nation ou group ,de nations qui
espere se tenir A l'ecart du reste .du monde.
Cela s'applique, A la Russie et aux petits pays situds
le long de sa frontibre occidental. Ils peuvent consti-
tuer un bloc economique, mais en fin de compete, les
benefices d'une telle association s'avAreront illusoires...
Est-il trop tard pour esp&rer que l'on puisse revenir
en arriere, de facon A ce que l'Europe orientale, 1'Eu-
rope occidentale, l'Amerique et I'Asie puissent preparer
ensemble des measures pour le bien-&tre economique du
monde enter ? Cela ne semblait pas impossible lors de
la Conference de San-Francisco. Pourquoi faut-il qu'une
telle perspective semble si 6loign6e aujourd'hui ? >

c) LA SITUATION EN TNDON#SIE.

1. Times (22/7) :

< La reprise -des hostilit6s A Java, entire les forces
nderlandaises et les troupes de la Rppublique indone-
sienne, est une cause de vifs regrets. I1 y a deux semai-
nes encore, on pouvait esperer un compromise sur les
dispositions A prendre pour la mise en application de
Accord conch en mars .dernier A Linggadjati, et on
pouvait penser que seules des questions d'importance
secondaire restaient a r&soudre...
Mais, A Java comme, dans les Pays-Bas, une parties de
1'opinion est oppose A tout compromise elle estime
on'en temporisant elle peut mettre A bout la patience
de '.autre parties. L'influence que In Grande-Bretagne,
les Elats-TUnis ct I'Australie ont exerc6 sur Ies milieux
ultranationalists A Jogiakarta, pour naue les Tndon6-
siens acceptent les demands n6erlandaises compatibles
nvec l'accori doe Liggadjati, s'est riv616c inutile en fin
de compete. Le oouvernement indontsien a refuse de
tenir compete des lines de demarcation entire sa sphEre
.d'influence et celle .du gouvernement nterlandais ; il a
refuse de donner A ses troupes 1'ordre ,de cesser Ic
feu ; il a sanctionn6, ou il s'est r6v66l impuissant, A


empAcher les actes de sabotage aussi nombreux que
monstrueux. Lorsque les autorites n6erlandaises se sent
-rendu compete que le cabinet de Jogjakarta ne tenait
aucun compete de leurs protestations, elles ont decide
de recourir A des measures plus d6cisives, et c'est ce qui
s'est produit dans la nuit de dimanche...
Tout ce qu'on peut dire A l'heure actueole, c'est que
la reprise de ndgociations pacifiques, dans le plus bref
delai, ne pourra que servir les int6rets des deux par-
ties. Si la mediation britannique est susceptible de fa-
ciliter la reprise des n6gociations, on peut etre certain
.qu'elle ne se fera gu6re attendre... 3

2. Daily Telegraph (22/7, conservateur) :
< Peu hombreux seront ceux qui contesteront que le
government nderlandais ne s'est d6cid6. A recourir A
des measures extremes, A Java, qu'avec la plus vive r6-
pugnance et senlemenit sons l'effet des pires provoca-
tions...
II est difficile de voir comment I'attitude adoptee A
I'heure actuelle en IndonBsie peut ,conduire A un accord
entire les deux parties en prisence...
Ce don't 1'IndonAsie a surtout besoin, et ce que d6-
sire ]a grande majority .de ses habitants, c'est de com-
mencer son oeuvre de reconstruction. Ces faits expli-
quent en parties pourquoi les NBerlandais ont perdu pa-
tience. Ce don't le monde a besoin, c'est qu'elle com-
mence cette louvre. Comme l'a d6clare recemment notre
ministry du Ravitaillement : < L'Indonisie possede la
cl-6. de la situation mondiale en ce qui concern le su-
cre, le th6, I'huile et les matibres grasses... 2
D'autre part, quand une reprise des hostilitis en In-
dondsie suit de si pres les assassinats politiques de Bir-
manie, la persistence de la lutte entire les communautes
dana 1'Inde, on a la sinistre impression que la paix est
encore trds 6loign6e en Extreme-Orient... >

3. Daily Worker (22/7, communist) :
< Les Nations Unies interviendront-elles pour empA-
cher les imp6rialistes hollandais de ldetruire les der-
niers vestiges de l'ind6pendance de I'Indon6sie ?...
Le gouvernement britannique a une responsabilif6
aarticuliere dans cette question. On peut dire que si
les forces britanniques n'avaient pas combattu centre
la r6publique en Indonsie, en 1945 et 1946, les Hol-
landais n'auraient aucune position dans cette region
aujourd'hui...
Le people britannique a intirAt a arrAter cette ten-
tative hollandaise minutieusement prepare et destineAc
A detruire toute liberty en Indonesie. L'attitude imp6-
rialiste des Hollandais est cause de la lenteur du re-
dressement de I'Asie sud-orie'tale, lenfeur qui implique
une penurie de ravitaillement et de matirres premieres
pour le reste du monde.
Dans l'int6rAt de la liberty colonial et du relAvement
du monde, on doit forcer les Hollandais A renoncer a
cclte guerre perfide. >


II. PRESS AMERICAINE


Revrue e la press ambrliaine du 21 jurtflet 1947
1. Le traftemest de PlAttemagne
La press dominicale et celle de landi accordint une large
place A Ta question .de la reconstruction oconomique alle-
man.de, bien quoe, les nouvelles die 'attentat de Birmanie et
de la guerre dans les Tndes n6erlandaises constituent les
sujets d'articles dde premiere page sous des titres couvrant







S' BULLETIN QUOTIDIlEN DE PRBSSE ATRANGRE


parfois toute la larger -di journal. La demarche frangaise
auprns du D&partement d'Etat mettant le gouvernement des
U. S. A. en garde centre les consequences que pourrait avoir
la decision anglo-amiricaine de reconstruire 1lindusirie du
Reich provoque des commentaires de la radio et de la press
qui rdvelent en gn bral beaucoup de sympathies pour l1e point
de vue de la France et surtout pour son d6sir de securit,.
Le correspondent du New York Times a Berlin announce que
]es discussion's anglo-amiricaines au sujet diut niveau de la
production allemande out dti interrompues en attendant de
pouvoir intbgrer ces projects! de relevement Cdeonomique de
1'Allemagne dans ceux lqui se prlparent h Paris pour Ila
reconstruction europ6enne en gdnBral. Ce correspondent dI-
clare que toute decision scra remise jusqu'au ler septembre,
date h laquedlle I comitW ide cooperation europecn aura ter-
mine son rapport. c Cette decision finale est venue porter
uns coup inattenduu surtout aux membres du .gouvernemnent
militaire amerjcain. Bien que les autoritds d'ici se rendaient
compte que tles Frangais protesteraient, elles nei s'atteibd'aient
pas i ce, que leur plan industriel... soit remis i plus tard >>.
Le correspondent U. P. die Washington bcrit de son onit que
les personnalitis amiricaines responsiables de la politique
ext6rieurel cherchent la formula pour iviter une scission
parmi les nations occidentales et il note la forte protestation
faite par la France, ajoutant : < On peut dire de source
autorisee que les membres du government des U.S.A.
isont loin d'itre unanitnes an siuaet du relvvement rapid de
l'industric allemande >. I1 siginale que le g$aneral Marrshall
fera des d6olarations 'sur la situation international d'au-
jour.,d'hui devant la Commission dies Affaires 6trangires de
la Chambre rdunie en since secrete. Le correspondent A. P.
indique aussi' qu'il est probable que Washington cidera h la
pression frangaise.
Callender rapport de Paris an New York Times Ia r.(action
de la press francaise aux plans anglo-iamidricains de elive-
hnent industrial allemand' et en particulier ''ar.tice du
Monlde. II estime que les Frangais sont tout .aussi opposes i
l'attitude anglaise h 1i'gard die la Ruhr qua Jla politique
am6ricaine. z Les Franiais, derit-il, coupgonnaient que
Washington et Londres dsiiraient restaurer l'industric alle-
nnande, mais leurs suspicions so portent d6sonrmais directe-
ment sur les U. S. A. qui ont, pensent-ils, les moyens autant
que lei desir de faire cela, disir qu'ils croient motii par
leious relations avec I U.R.S.S. ,. Bit, plus loin, Callender eons-
tate : < La fagon diff6Cinte d'aborder la question, allenanude
est dlue au faith que les Frangais craignent encore l'Aillemagne,
tandis que les U. S. A. discernent une menace future antre
part dians le, monde .-
Dans une autre dpicihe, Callender signal le discours de
M. Ramadier distant notamment : a M. Ramadiier a sunggerd
que le plan Marshall d'aide a l'Europe ne o.nAussirait pas
si on ne peut pas persuader l1'Uni'on Sovietique et ses satel-
lites d'y participer a. Et i' reprend les passages de son dis-
coirs sur I'attitude frangai'se ha 'igad dui relevem.ent 'ndus-
triel de I'Allemagne. 11 note legalement la db laration sur le
rble d'apaisement que la France doit jouer entiree lU.R.S.S.
ct les U.S.A. et termine isur ces mots : < En attendant de
connaltre une definition, plans complete des intentions ame-
riicaines h 1'Pgard die l'Allemagne, les, observateurs bien infor-
asms lestiment que la politique aamBricaine a commis une
grosse erreur : cell d'exclure la France des discussions; pro-
jeties sur la Ruhr 2.
Une ddipeche du correspondent du New York Herald Tri-
bune a Paris rapporte :que le gouvernement franqais est
opposi6 la socialisation des mines ,de la Ruhr. Bien que la
France ait nationailisci un grand nombre de sales enterprises,
elle consid&re, derit-il, que Londres a tort d'insister pour
obtenir cette socialisation de o1a Ruhr et termine en rappe-
lant que les peoples europdens ont hate de voir un rieglrment
economique avant 'd'affronter an nionvel hiver.
Lindley Ibort Idians le Washington' Pdst fque les Francai's
ne font pas dI'obieotbions A 'accroissement do la production
de eharbon de la Ruhr, qu'au contraire, ils veullent davantage
de carbon de la Ruhr pour eux-mAmes, ct il reconnait que
la question urgent est avant tout celle ode. la production
charbonni6re allemande. II conclut : < Comment ila produc-
tion d'acier d'une Europe rtablie sera distribute ? Cela sera
deoidd plus tard. On ne peut pas distribuer de carbon avant


qu'il ne soit extrait et, sans li, il ne pent pas exister din-
dustrie queloonque d'acier en Europe >.
L'ditorial du, Washington Post attire l'attention sur Pin--
capacite ouh se trouvent les Anglais de produire dun carbon
dans leurs mines aussi bien que dans cells de !'lia Ruhr. II
constate qu'en Amirique, quand Lewis commander h ,ses
minerss de travailler, ceux-ci s'executent et qu'il n'en est
pas de meme en Grande-Bretagne oh les mineurs font la
grove perl6e' et ralentissent la production malgri la decision
de leur propre syndicate.
L'6ditorial de Journal of Commerce, oonsacri6 la recons-
truction europdenne, dit notamnment : < Les Frangais out
'droit aux assurances d'naide amiricaine en cas de touted atta-
que future qu'elle qu'en soit l'origine. En retour, ill n'est
que just d'espirer la cooperation frangaise i uin programme
efficace de reconstruction euraop6enne qui avantagera grande-
ment la France .conomiquement et politiquement a.

2. Birmante
L'assanssinat de plusieurs members da cabinet bitrman et
i'arrestation de U Saw font 1'objet de nombreux articles,
mais amcun colm'nientaire n'est encore consacrI A ces notl-
velles.

3; Indes neerlandaises
La decision ,d' gouvernement de HoRllande d'arrtter les
membres d'u gouvernement indron6sien et de pourstivre les
operations militailres centre les rebelles lest rapporti6e sons
de gros titres indiquant que Ila guerre recommence et que des
operations militaires importantes soont entreprises par les
Hollandais. Les cormmentateurs die la radio font remarquer
que les pourparlers cntre Hollandais et IndonAsiens ont
ichoui et que les Hollandlaisi disposent d'unc anmie de 90.000
homes, bien 'armies. Ills rapportent de Londres: que lie goU-
vernemeent de la Grande-Bretagne a offert ses bons offices
pour rdgler ce different, mais ils ne donnenat encore alncne
riaetion ,officiclle americaine.

4. Nonvelles de France

Le discourse de M. Ramadier est rapport par les agencies
amdricaines qui soulignent en g6nira'l les passages se otappo-
taut a 1'Aillemagne at nrotamment celhi-ci : (I Nous avons 1'in-
tention de faire tout ce qui est en note pouvoir pour la
conduire a la place qui jui est rbservie ct eet autre : z II
est ndeessaire de vaincre la m8fiance de la Russie afin
qu'elle accepted 'd'&tre integrie dans l'Europe ,.
Toute la press, qui avait suivi avec beaucoup d'intir&t
les piripitiesi du navire Exode 1947 au large de la Palestine,
announce que les refugils qui se trouviaent A son bord seront
rapatrids en France au ilieu d'tre envoys A Chypre, comme
rela asvait lieu dans le cas d'autres navires amenant des
migrants clandestine en Palestine.
Baldwin, correspondent militaire du New York Times, re-
p]rend une fois de plus I'information d.ldh dimentie depuis
quelquea temps a Paris snr l;a formation d'une brigade inter-
nationale en France pour aller combattre en Grece. Une d'-
pche de Campbell de Paris au New York Times signal que
lcs, difieolt s surn'veues h propose hdt nouveau' statute pour I'Al-
g'rie ne vont pas. permettre aua gouverniement de presenter
cette nouvelle organisation a tl'Assemblie national an coaurs
de cette session. L'opposition nu systime electoral prlvu
pour IAlgerie, serait ah la base de ces difficulties, et Campbell
ajoute : a Lesi FranCais ont tonjours control les actionsns
grace an systime > en vi'uepr a 1'heure actuelle.

a) LA FRANCE ET LE PLAN DE REDRESSEMENT DE L'INDUS-
TRIE ALLEMANDE (New Yi6rk Herald Tribune, 22/7,
edition europ6enne):

<< ...La note franchise a Mt6 la dernilre d'une s.rie
de manoeuvres conduites h Washington, Londres et Pa-
ris, et indiquant toutes quc 'on se rend de plus en
plus compete, dans chacune des trois capitals de 1'Eu-
rope occidoentale 'democratique, que 1'avenir immAdiat








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 5


de l'Allemnagne doit rapidement faire l'objet d'un nou-
vel examen.
La France et la Grande-Bretagne savent inaintenant
parfaitement que les Etats-Unis, en tant que banquiers
du plan Marshall, ont l'intention de coordonner l'indus-
trie allemande avec le project do redressement de 1'Eu-
rope, pour 6pargner I'argent des e.ontribuables ameri-
cains et pour utiliser les resources du continent da-ns
toule la measure du possible.
Ce qui pr6occupe la Grande-Bretagne et la France,
c'est ]a measure dans laquelle les plans ambricains pour
le redressement de l'Allemagne, entreront en conflict avec
leurs politiques int6rieures respectives...
On dit que les Frangais idont le redressement .d-
pend dans une large measure de la production de la
Ruhr sont d'accord avec les Americains pour pen-
ser qu'un nouvel accord, en particulier un accord qui
procurorait davantage de charbo-n allemand A la France,
cst indispensable.
La note frannaise d'hier ietl en relief lc d6sir du Pr6-
sident du Conseil Ramadier de protlger sa politique
.6trang6rc centre toute reaction politique sur le plan
int6rieur. Les demands frangaises sur la Ruhr ont
I'approbation -de tous en France...
Ainsi, le document frannais exprimant I'inquietude
de- la France A i'6gard des intentions des Etats-Unis
d'ilever la production industrielle de 1'Allemagne au-
dessus -du niveau fix6 A Potsdam, semble une manceu-
vre destine A fournir A la France et A la Grande-Bre-
tagne un front politique common centre Washington. >
(WILLIAM J. HUMPHREYS.)



b) LE PROGRAMME D'AIDE A L'EUROPE (New York Herald
Tribune, 22/7, edition europ6enne) :

c II est maintenant evident que le success ou l'.6chec
du plan Marshall d'aide ,'conomique aux nations euro-
phennes, marquera un tournant de la politique ameri-
caine sur le plan international ; il peut 6galement mar-
quer un tournant dans les rapports des pays europeens
entire eux...
Si le plan 6tait couronn6 de success, il est possible que
l'Europe puisse adopter une attitude ind6pendante A
1'6gard de la Russie, d'une' part, et des Etats-Unis, d'au-
tre part. Une Europe ainsi unie constituerait un terrain
d'entente logique pour notre pays et la Russie.
II faut envisager de facon s6rieuse les risques d'un
echec du plan Marshall. Ces risques sont doubles. Si la
Conference de Paris ne reussissait pas cette semaine a
mettre sur. pied un plan 6conomique common, auquel
pourrait se joindre ult6rieurement tous les pays euro-
peens, ou si le people americain ne soutenait pas le
plan Marshall aux Etats-Unis, les .chances de voir 1'Eu-
rope domin6e par les communisies augmenteraient. Et
certainement, cela ne diminuerait pas les risques d'une
nouvelle guerre...
Une Europe divis6e et en proie au chaos .6conomique
et politique peut constituer un terrain favorable pour
uane nouvelle guerre. Une Europe unie. .6conomiquement
pent conduire A une Europe unie politiquement, ce qui
peut avoir pour consequence la creation de puissants
Etats-Unis d'Europe. Cela nous rapprocherait d'un
monde unique et paciflque.
(ELMO ROPER.)


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la p sesse s'ovitiquc des 20 et 21 juillet 1947

1. La Confirence de Paris
La plupairt des nouvellcs ooncernente le-r&ile de l'Aillemague
dans la nouvelle organisation europ6enne. Les! journaux re-
produisent le compete rendui des declarationss. die l'ambassa-
deur de France aux U.S.A. A ila suite de sa conversation
avec M. Lovett. Ils donnent des echos (recueillis dansi le
New York Times) sur la rdpercussion en France de la di~la-
ration de M. Acheson sur le relivement du potential indus-
triel allemand.
On relieve egalementl des extraist die g:'Humanitd, de Franc-
Tiraoui, du Parisian Libdrd :sur les declarations du general
Clay, du Mande sur lds plans aim6ricains en AMlemagne, de
l'Intransigeant, don't la press reproduit eto titre suivant :
< Wall Street vent dinner la priorit6i A 'Aillemagne >.
Deux dip4ches concerent, P'une, lesi pr6nlvements faits
eu zone anglaise et amiricaine sur la production oourante;
il'autre, le project du parti comm tuni'ste de la zone anglaise
sur la r'iforume agraire.
I'lusieurs dipiches out plus, sp6cianle.n-ent trait a da poli-
tique financilre am6ricaine : approbation par la Chambre
des Repr6sentants d'un assignation complimentaire .de 1.600
millions die dollars pour l'aide .aux Etats strangers ; accord
de nouveaux credits A 1'Italie par l'Export-Import Bank;
arrive A Stockholm d'une delegation am6ricaine charge
d'enquiter sur la situation ieconomique de l'Europe. On rce
l1ve en outre -des t6ilgrammes sur 1'organisation doonomique
de I'Europe oriental : declaration de M. Groza stur les rela-
tions roaumnano-bulgares; budget dei 'Albanie et conclusion
d'aun accord albano-yougoslave portant couverture de deux
milliards die dinars A l'A':banie.
La Flotte Roug, public un article sur la situation econo-
imique de l'Angleterre.

2. La question grecque
iDe uombieux tl6gramnmes 6'tudient 1'evolution aotuelle
de la question grecque. On relive : le compete rcndu de la
stance du Conseild de Securit, de la stance du 17, le tcxte du
communique, de l'Agence tel6graphique bulgiare rendant
c'ompte de incident de frontiere diu 13 juillet dernier ;
F'adresse diu CoimitB central de 'E. A. M. aux gouvernements
de I'U.R.S.S., des U.S.A., de la Grande-Bretagne et de la
France, au GConseit de Siocrit6 et la F.S.M. saur les arresta-
tions d'61rments d6mocratiques ; les travaux de la Commis-
sion du Gonseil 'de Sou.rit& en nGrle :; la declarations d'un
membre de 1'Etat-Major ginBral grec d6mentant l'existence
d'une brigade interpationale ; le compete rendnu des opira-
tions, des partisans.

3. Noauv'efs d'Extrdme-Orient

On' relive parnsi eclles-ci : travaux diu comity de la Com-
mission die 1'O.N.U. pour d'Asie et l'Extrime-Orient ; la situa-
tion en Indonasie ; les measures militaires de anobilisation
gineralte en Chine et la resistance des, e6ments dinmocrati-
ques ; le depart du gindral Wedemeyer pour la Chine; la
situation en Birmanie.

4. Nouvelles diverse
Tous les journaux publient un t.lilgramnme de M. Gottwald
a Staline annon> du gouvernement
taohcosl.ovaque sur les r6sultats des conversations de Mosoou
'et remerciant de gouvernement soviftique et Staline.
Les autres. tielgraammes concernent le procs, d'Helsinki,
le voyage de da Commission de la Flderation international
des femmes en Allemagne, la levie 'dle I'immunir t parlemen-
taire de Manitou et de quatre aultlresi diputis roumainis.
L'Etoile Rouge public une note sur a l'hysttrie atomique aux
U.S. A.








0 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE


IV. PRESS BELGE


LES NEOCIATIONS ENTIRE LA C. G. T. ET LE PATRONAT
'(La Derniere Heure, 21/7, liberal) :
La rdussite de la tentative qui a about A des conver-
sations directed centre le patronat et le .syndicalisme
francais a d6montr6 1'urgence d'un reglement general,
efficace et durable, sur le plan social. Elle porte les
hommes politiques A regretter que le gouvernement n'ait
pas tent6 l'exp6rience lui-meme, en raison de sa ne-
cessite.
En effet, si les roJurparlers engagAs par les interess6s
dans une atmosphere de comprehension presentent de
nombreux avantages et offrent des promesses, on peut
,dire que les interlocuteurs ne repr6sentent pas 1'ensem-
ble des int6erts du pays et 1'on peut craindre que leur
accord 6ventuel ne soit fait sur le dos de l'int6ress6
absent : le consommateur. Il est clair, en effet, que la
solution qui sera accept6e par le patronat en vue de
l'augmentation du pouvoir d'achat des travailleurs, si
elle est trop < g6n6reuse >, aura une serieuse r6per-
cussion sur les prix. P
(Du correspondent A Paris de La Dernire Heure.)



V. PRESS SUISSE


,a) LE PLAN DE RELEVEMENT DE L'INDUSTRIE ALLEMANDE.
1. Neue Ziircher Zeitung (21/7) :
( ...Bien que le point de vue britannique et le point
de vue frangais concernant l'avenir .de la Ruhr ne con-
cordent, comme on sait, en aucune facon, il semble
pourtant que, cette fois-ci, la Grande-Bretagne ,oit dis-
pos6e A prendre en consideration les preoccupations
de la France, parce qu'elle se rend visiblement compete
que ce pays ne peut appr6cier le plan de rellvement
de l'i.ndustrie allemande uniquement sous l'angle 6co-
nomique et que la question possdde pour lui un carac-
tere 6minemment politique. Lors de sa demarche au
D6partement d'Etat, M. Bonnet a soulign6 que tous les
Francais, sans distinction de parties, s'accordent sur ce
point. Si l'on envisage la question en function de cri-
teres purement economiques, on peut le regretter, mais
la raison command d'enregistrer cette attitude come
une r6alit6 psychologique et politique. On constate a
Washington que le probl6me present aussi un aspect
int6ressant la situation int6rieure de la France. L'ar-
gument que voici est souvent employ : les commu-
nistes ne pourraient-ils pas exploiter centre le gouver-
nement Ramadier l'hostilit6 g6n6rale et profond6ment
ancrbe dans le people A l'egard du relevement de Fin-
dustrie allemande ? II ne parait done pas si aise d'aller
tout simplement < de l'avant., en Allemagne occiden-
tale, car en dehors mmme des Russes, il existed certain
(acteurs qui exercent une action retardatrice. >
(Du correspondent a Washington de la Neue Ziircher
Zeitung.)


2. Ntaional Zeilung (21/7, 6dit. .du soir) :
< A Paris, on est anxieux de savoir st la Conference
anglo-am6ricaine sur la Ruhr, don't les Anglais ont ob-
tenu l'ajournement, finira par avoir lieu. Tout come
pour la Conf6rence des seize nations, don't le comit6
technique commence aujourd'hui ses travaux, une ques-
lion se pose A propos de la Ruhr : Que veulent les AmB-
ricains ? leurs plans sont-ils d6finitivement etablis ? I1
exisle actuellement un front commun franco-britanni-
que contre le project de M. Marshall tendant a reliever
l'industrie -de la Ruhr le plus rapidement possible et
sous une direction principalement am6ricaine. La r6sis-
tance de Londres est dirig6e plut6t centre la predomi-
nance americaine, celle de Paris contre le relAvement.
On pourrait s'imaginer que tout cela fait sourire M. Mo-
lotov. Mais, 1 il ne sourit jamais, et 2 i doit avoir
sur l'issue de la lutte entire la diplomatic du dollar et
la diplomatic de la security des idles tres precises qui
ne lui donnent pas envie de sourire. )
(Du correspondent A Paris de la National Zeitung.)
b) LES EVIENEMENTS DE GRACE (Gazette de Lausanne,
22/7) :
<< En GrAce, la situation ne s'am6liore pas.
La champagne du printemps n'a pas about aux re-
sultats que le gouvernement esperait. De nombreux
maquisards ont passe entire les mailles, d'ailleurs fort
lAches, du filet qui se resserrait sur eux. Ils continent
leurs operations, elargissent m6me leur rayon d'action.
L'Epire volt aujourd'hui s'opposer, en des combats in-
certains, bandes armies et troupes gouvernementales,
tandis qu'A l'int6rieur le general Napoleon Zervas re-
double de zBle...
Comment faire pour en sortir ?
Il rest bien un recours a 1'ONU, qui d'ailleurs est
intervene et a expi6di6 sur les lieux cette commission
d'enquete don't on a tant parl6. Mais chacun sait bien
que les del6gu6s n'ont pu voir qu# ce que les interesses
ont bien voulu leur montrer. De part et d'autre, on a
proc6d6, avant I'arriv6e des representants des Nations
Unies, A une savante mise en scene. De tell facon que,
si bien redige qu'il soit, le rapport de la commission
ne fournit que des informations tres approximatives.
Les d1eegu6s, cependant, 6taient des gens de bon sens.
Ils ont vu de quoi il retournait et proposent aujourd'hui
i'6tablissement d'une commission permanent de con-
tr6le des frontieres septenttionales de la GrBce. Ce serait
un excellent moyen de localiser le conflict et par-la
m6me de faciliter sa solution. Mais les repr6sentants
des nations balkaniques ne veulent pas entendre parler
*de 1'affaire. Ils sont certain d'avoir l'appui de 1'Union
sovi6tique. Pourquoi ? Il est inutile de chercher bien
loin la reponse.
Alors ? La crise grecque va continue. Le guerre civil
prendra de plus en plus le caractere d'une guerre 6tran-
gere. L'antagonisme des deux parties s'aggravera. Les
grandes puissances soutiendront de plus en plus ener-
giquement leurs proteges.
C'est ainsi que l'on travaille A 1'Atablissement de la
paix en Pan de grAce 1947. Tout cela, decid6ment, est
trop b6te.
(JACQUES FREYMONjD.)


S. P. L m,2,re iIP I 8130 as rns


& P. L Imp,. 27, re Nieolo, Parls $1.3009


Prix : 6 francs.


--




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs