Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00145
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: July 22, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00145
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANQAIS
D'INFORMATION
(MINISTtRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINTSTERE
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


BULLETIN



DE PRESS


22 juillet 1947..


QUOTII



ETRAN


SOMMAIRE

I. -- PRESS BRITANNIQUE.
a) La France et ]e niveau de la production alle-
mande (Sunday Times, 20/7).
b) L'I.alie et Ie trait de paix (Times, 21/7).
c) La situation en Birmanie:
1. Times (21/7) ;
2. P ai y Telegraph (21/7);
3. News Chronicle (21/7).
II. -- PRESS AMERICAINE.
a) La situation interieure en France (New York
Herald Tiribue, 20/7, edition europrenne).
.b) La nouvelle politique ambricaine en Allemagne
(New York Herald Tribune, 19/7).
III. PRESS SOVIETIQUE.
Le probl6me grec (Komsomoidskaia Pravda, 19/7).
IV. PRESS SUISSE.
Le stalut de 1'Alg6rie (Gazette de Lausanne, 20/7).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du. 21 juillet 1947
Ce sont les affairs de Palestine, de Birmanie et d'Indo-
n6sie qui se placent, ce matin, au premier rang des. prioccu-
pations de la pressed h-itannique. La politique intrTieure
n'oceupe l.a premiere place que dans le Daily Mail et le Daily,
Worker.
1. Indond0sie
L'intervention des forces hollandaises contre le gouverne-
ment r6publicain de Batavia fournit matibre h de longuoes
depbche;s. Tous les journaux reproduisent ou resument les
declarations faites t la press par le Dr. Van Mook et l'allo-
cution prononcee h la radio par ke premier ministry hollan-
dais.
Ils annoncent, d'autre part, que le gouvernement britan-
nique a offert sa mediation.
Le correspondent diplomatique du Daily Worker, qui
accuse le gouvernement neerlandais d'agir h 1'instigation
de puissants interts am,6ricains, estime que le conflit qui
vient d'6clater h nouveau constitute une menace grave pour
le ravitaillement de la Grande-Bretagne, car il risque de


durer longtemps dans une region qui eontribue le plus A
I'alimentation du monde.
2. Birmanie
Toute la press announce en bonne place les arrestations
qui ont suivi 1'assassinat de sept. membres du Conseil ex&-
cutif de Birmanie et reproduit ou resume les messages de
sympathie adress6s it a Birmanie par Ie roi d'Angleterre et
le gouvernement britannique.
Les correspondents du Times et du Mancheister Guardian
a New Delhi signalent que M. Nehru a rendu hommage i
U Aung San .et declarent que les dvenements de Birmanie
constituent une legon pour l'Inde.
D'autre part, le corre-spondant militaire du Daily Telegraph
estime qu'il faudra des forces importantes pour rtdablir
1'ordre et que certaines troupes po.u'raient Otre transporties
de 1'Inde ou de la Malaisie en Birmanie. Un des, correspon-
dants diplomatiques du journal conservateur assure que le
nouveau Conseil ex4outif recevra da gouvernement britan-
nique toute I'aide don't 11 pourrait avoir besoin.
Le correspondent politique du News Chronicle announce
pour aujourd'hui des declarations gouvernementales i la
Chambre des Communes et i la Chambre deis, Lords.
3. Palestine
Tons les journaux annoncent de nouveaux incidents san-
g!ants en Palestine et signalent que les passagers du navire
President Warfield ont UtA envoys, vers la France ,et non
h Chypre. Le correspondent du Times i Jdrusalem ecrit que
oette decision, prise probablement avec 1'accord de la France,
a pour but final et evident de montrer combien il est inutile
de retire des camps europ6ens ces etres humans au prix
de grande dipensels, et de souffrances, ainsi que de certain
risques i travers toute la Mdditerran&e pour les amener
simplement dans un autre, camp a Chypre.
D'apr&s le correspondent du Daily Telegraph it Jrusalem,
la decision, prise i Londres, de changer la destination des
derniers immigrants ill6gaux serait susceptible d'aggraver
la tension en Palestine et le gouvernement local auIait
oessayd de la faire modifier.
Un cAble recu de Paris par le Daily Express fait allusion
A 1'dmotion du gouvernement frangais et attribue it un
fonctionnaire frangais la declaration suivante : : Si le
gouvernement britannique a l'intention de renvoyer tous les
Juifs qui doivent entrer en Palestine, il faut que nous rdali-
sions une surveillance plus strict des ports et que nous
prenions aussi des measures *. II s'agirait, d'apres ce cAble,
de restrictions .sur les visa de transit.
Le correspondent diploomatique du meme journal assure
que le gouvernement Ibritahnique aurait demand it la France
de reprendre les 4.500 emigrants et que d'autres gouverne-
ments en feraient autant si on leur adressait des requetes
analogues.


Nouvelle S6rie No 723


-








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


De son c6te, le correspondent du Daily Mail A Paris ecrit
qu'll n'est pas exclu que la France refuse sa cooperation.
Toutefois, plusieurs journaux dmettent des doutes sur les
destinations rdelles des immigrants en mentionnant les me-
sures prises A Chypre pour les. reoevair.
Le correspondent diplomatique du Dair'y Mirror se content
d'6crire : a On croit savoir que la Gvande-Bretagne avait
averti le gouvernement frangais avant le ddpart du navire
que les Juifs seraient renvoyds en France n.
4. Allemagne
Le correspondent diplomatique du Times, qui announce
pour aujoura lhu une eulnevuae enCre M. Bev.n et 2'ambassa-
neur des E;tats-tUni, eLrit notammenc qu i s'agit en rcalit4
de rendre pius etteccive la fusion deonomique des zones
occiaentaies et de repartir d'une fagon plus equitable la
charge de leur entrenen.
Le correspondent du Manchester Guardian a Paris souligne
la satisfacuon qte le disoours de M. Bevin A Mortetl a
cause A Paris. Des extracts de ce discours sont reproauits
sans commencaire dans plusmeurs journaux de ce martin.
Chest a i'energique procestation irangaise taste h ia lois
Wasningion et a Lonures que le correspondent du Daily
Teegrapa A Washington attribue la decision au gouverne-
ment americain ae retarder au moins jusqu'A sepuembre
1 ievation du niveau. de l industries de l'Allemagne occiden-
tale.
1. ajoute toutefois que des fonctionnaires du D4partement
d'Etat experiment cependant A tire priv6 un granl scepti-
cisme sur la possibility de cet ajournement. II fait remar-
quer que le plan Marshall vise la reconstruction de 1'eco-
nomie allemande, y comprise l industries lourde, comane un
des delments essent.e-s ae l'Europe occidentale.
II conclut en disant que, si les Frangais, pour des raisons
de security, persistent dans leur opposition a f'evolution du
niveau actuel de la production de acier, le plan Marshall,
te. qu'il dtait compris par ses auteurs, s'dcroul.e.
Le Daily Worker et le Daily Mirror font dcho aux decla-
rations du gdndral Clay qui, d'aples le correspondent diplo-
matique du journal communist, aurait vivement attaque
Administration britannique dans la RRuhr A l'occasion, de
son dernier rapport.
Enfin, on trouve ici et 1A diverse ddp&ches relatives aux
sujets suivants : a Inauguration d'un musee de martyro.ogie
au camp d'Auschwitz ) (Manchester Guardian) ; c Sabotage
et attentat centre les troupes d'occupation en zone britan-
nique o (Daily Express) ; a Envoi par les Russes de 30.000
Allemands dans les mines d'uranium de Saxe > (Daily He-
rald), d'apres le journal Der Telegraph.

5. France

Une parties de la pres.se cite des extraits d'u discours pro-
nonce hier A Perpignan par M. Ramadier. On relive en ge-
nural 'appel adre-ss6d la Russie par Le chef du gouverne-
ment franaai:, afin qu'elle prenne part A la reconstruction de
1'Europe et la phrase dans laquelle i1 revendique la priority
pour les victims de l'Al-emagne dans oette reconstruction.
D'aprBs le Daily Worker, qui cite Franc-Tireur et le Popu-
laire, le discours de M. Ramadier strait le signed de l'inquit-
tude et de la colere qui s'est r6pandue dans l'opinion fran-
gaise A measure que ceLe-ci prenait conscience des v6ritables
buts auxquels viserait le plan Marshall.
Le correspondent du Times consacre plusieurs dpdeches
aux discussions qui ont lieu entire la C. G. T. et la Confdd-,
ration du Patronat pour les salaires et les prix, discussions
don't ii sou.igne I'importance.

6. Confdrence de Paris

Le Times, le Manchester Guardian, le Daily Telegraph ana-
lysent bri6vement le -programme de travail adopted samedi
soir par le Comit6 de cooperation eoonomique europdenne.
7. Ndgociations anglo-sovidtiques
'Un grand nombre de journaux donnent de braves dep6ches
et laissent prdvoir la conclusion tr6s prochaine d'Xn accord
commercial.


8. Grce
Le correspondent *special du Times dtudie le travail de
la sous-commission d'enqube de I'O.N. U. et estime que ce
travail est sahot6 par la tactique dilatoire des d6elgations
polonaise et sovi6tique et par le refus des gouvernements.
albanais, yougoslave et bulgare d'acoepter une enquite sur
leur territoire.
Une depeche de ce correspondent est publioe 4galement
dans le Manchester Guardian. Ge journal reproduit, d'autre
part, une ddpeche Reuter signalant les declarations faites a
ALhenes par le chef de la mission amdricaine sur les buts
que pursuit cette mission.
Le Daily Worker signage l'appel fait au Consell de Securiti
par ke Comit6 central de P'E.A.M.

9. Maroc

Les journaux reproduisent une dep8che Bup qui announce
qu'Abd el Krim aurait l'intention de se rendre a Londres et
A Washington pour leur demander 'ind.6pendance de l'Afi-
que du Nord.
Le Dai.y Worker se plaint que cette personnalit6 se soit
laissee embrigader par les adversaires du communisme, alors
quen 1925 le parti communist frangais avait 6t6 le seul
A soutenir la demand des Riffains.

10. Cypenaique
Le Daily Telegraph public un article d'un correspondent
special qui vient de visitor la colonies italienne et qui montre
en Cyrenaique. les Arabes reprenant possession des terrains
don't les colons italiens les avaient depossedes.

a) LA FRANCE ET LE NIVEAU DE LA PRODUCTION ALLE-
MANDE (Sunday Times, 20/7, conservateur) :
c ...Parmi les pays reprdsent6s a la Conference -de
Paris, aucun n'est assez 6.oign6 de l'Allemagne pour
prendre A la lIdgre la question d'une aggression alle-
mande. Sept pays, parmi les seize repr6sent6s A Paris,
ont subi 'invasion et 1'occupation allemande au course
de la deuxieme guerre mond-ale. Aucun d'eux, quel que
soit son desir de reconstruire l'Europe et queis que
soient les besoins de son economie, n'oserait envisager
une restauralion de l'indus:trie allemande et en parti-
culler de l'industrie sid6rurgique, qui 1'exposerait de
nouveau au meme danger.
...Dans la measure otf il existed une divergence d'opi-
nion, ce n'est pas une divergence entire voisins de 1'Al-
lemagne et pays plus 6.oign6s, mais p!ut6t une diver-
gence entire la France et tous les autres pays partici-
pants A la Conf6rence.
Les Francais manilestent beaucoup plus de nervosite
que les autres A l'ggard .de l'Allemagne. Pour eux, il est/
contraire A la logique de vouloir seulement .examiner
les possibilities industriel:es de l'Allemagne et le role
qu'elle pourrait jouer dans la reconstruction de l'Eu-
rope... >
(FRANK MAC DERMOT.)

b) L'ITALIE ET LE TRAIT DE PAIX (Times, 21/7) :

e Depuis le dernier remaniement du cabinet italien,
M. de Gasperi n'a jamais obtenu devant l'Assembl6e
une majority absolue. II reste en place parce que ses
adversaires se d6testent .davantage, r6ciproquement,
qu'ils ne le d6tes:ent. II y a cependant une question sur
laquelle ses antagonists pourraient s'.entendre. Toutes
les sections de l'opinionddsapprouvent le trait de paix
que la press italienne qualified r6gulirrement de & Dik-
tat >. Devant une telle situation, le gouvernement h6site
quelque peu A soumettre le trait a la ratification de
1'Assembl6e. La Commission parlementaire des traits a
quelque peu facility sa tAche, en recommandant qu'il
ne soil pas -demand& A 1'Assembl&e d'accepter le trait,






sULLTIr QUtOTirDIIE De PRESlSE ATANGORE a


mais seulement d'autoriser sa ratification par le gou-
vernement...
Parmi les partisans d'un d6bat immediat se trouve le
comte Sforza, ministry des Affaires 6trangeres, don't
l'opinion a plus de poids en raison de ses recentes con-
versations avec les hommes d'Etat rangers, pendant
la Conference de Paris.
On fait remarquer que si elle en avait terming avec
le trait de paix, la position .de l'Italie se trouverait ren-
force darns les discussions 6conomiques en course, et
que cela faciliterait son admission A I'O.N.U.
Lea principal avocat de l'ajournement est M. Nenni,
ancient ministre des Affaires 6'trang6res, don't l'argu-
ment essential est que le trait ne peut entrer en vi-
gueur avant d'etre ratifl6 par les Ouatre Grands, et que
la Rusie reserve encore sa ratification.
Entre ces deux. points de vue, la p'us grande parties
de ]'opinion italienne se souvient des vieilles traditions
de la politique etrangere i'alienne, avant le fasc;sme. et
pense que la situation actuelle donne In possibility d'un
marchandnge din'omatique particulibrement cher A
Iesnrit italien... Dans le pans6, les marchandasos dinlo-
matiques n'ont fait aucun bien a lI'Ialie, et aujourd'hui
ils ne feraient que diminuer la sympathie de ses amis
6trangers...

c) LA SITUATION EN BIRMANIE.
1) TVmes (21/7).
< Toutes les victims 6taient des personnalitbs qui
s'ataienT acquises le respect de la Grande-Bretagne
aussi bien que I'estime de leurs compatriotes, par leur
d6vuiemeent indomitable et courageux A la cause de
I'induDendiance birmane...
II est prnbab'e que le succcs mAme d'U. Aung San
soil a I'origine du complot qui entraina son assassinate.
U. Aung San laisse all navs qu'il a si bien servi une
politiaue nettement d6inie et une organisation satis-
faivante Dour poursuivre sa tAche. Dans le passe, I'as-
sassinat des diriapants d'un gouvernrment birman ame-
nait naturellement porl6es au pouvoir les factions riva-
les, et A un chaneement de noliticue. C'est impossible
auiourd'hui ; la Ligq'e anti-fasciste pour la liberty udu
people est trop bien 6tablie... Personnel ne peut prendre
la place qu'occuDait U. Aung San dans le coeur des
jeunes nntionalistes ; mais un homme capable et exi-
ment*. Tha'kin Nu. aui a courageusement accept sans
l'ombre d'une hesitation 'invitation ,de Sir Hubert
Rance de former le nouveau aouvernement, a dAjh
donnA des preuves nde ses qualit6s d'homme d'Etat.
2) Paily Telegv iph (21/7, conservateur).
c ...AprBs la tragdie de Rangoon le- gouvernement
britannique -doit se demander s'il n'a pas agi avec trop
de precipitation dans sa hAte A se debarrasser *ae ses
responsabilites en Orient. Les espoirs en l'avenir de la
Birmanie qui avaient 6tA exprimds apres la conference
,de Londres, en janvier dernier, semblent reduits a peu
de chose aprs ,ce qui vient de se produire. MWme si
les Birmans reclamaient avec insistence leur liberty,
Ie fait *de transmettre A des hommes d'6tat inexperi-
mentes le gouvernement .d'un pays ravag6 par la guerre
constituait un acte de foi que les ,v6nements n'ont pas
justifif...
Les assassins de Rangoon ont d6truit les espoirs que
l'on entretenaient de voir la Birmianie parvenir'A la
liberty dans I'ordre et dans Ie came. ,
3) News Chronicle (21/7, liberal).
c ...L'assassinat d'U Aung San et de six autres mem-
bres du Conseil laisse la Birmanie sans aucun diri-
geant...


A I'heure actuellela situation n'est pat inqui6tante.
Mais peu nombreux sont ceux qui ,douteront que cela
ne'soit dft en grande parties au main'ien d'un gouver-
neur g.enral britannique et A son administration. Le
people birman montrera quel est son caractrre par sa
reaction aau course des prochains jours.
L'Apreuve pour la Birmanie est venue beaucoup plus
t6t qu'on ne s'y attendait. Si les h6ritiers d'Aung San
d6sirent justifier les demands qu'il a faites en leur
nom, ils doivent prouver main'enant qu'ils pouvent ef-
fectuer des changements sans recourir a la violence. 3



IL PRESS AMERICAINE


Revue de la pretee amdrfcaine du 19 juialet 1947
1. La demarche de M. Bonnet
La ddmarche fate le 18 Juillet par M. Bonnet aupr6s dn
Sous-Secrdtaire d'E'at Lovett regoit une publicity tris eten-
due en premiere page des grands journaux et fait l'objet des
principal commentaires de la radio. Les titres donnds aux
articles et l'interprdtation des declarations que 1'Ambassa-
deur de France a fait A la press soulignent que le Gouverne-
ment frangais a demand que l'on suspended toutes les deci-
sions concernant I'Allemagne qui pourraient nuire au success
des travaux des Comit6s de Paris. Ils rappellent que la France
s'oppose A une augmentation de la production industrielle
allemande.
Sous le titre c La France protest aupres du gouverne-
ment amdricain centre toute 6l6vation du niveau de la pro-
duction' allemande ,, le New York Times, sous La signature
de son correspondent h Washington, .met surtout en valeur
cette declaration de M. Bonnet h savoir que : a Si la France
dtait mise en face de decisions rqu'elle ne peut pas approuver,
les ndgociations de Paris pourraient en etre grandement com-
promises v. Ce correspondent precise que le Gouvernement
francais n'est pas opposed & l'augmentation de la production
charbonnidre de la Ruhr tant que ce carbon ne sert pas a
accroltre la production d'acier allemand et il indique que
dans l'accord americain sur I'accroissement du niveau de la
production allemande, on a prdvu a des sauvegardes contre
une renaissance dui militarisme alleanand ,.
Sous le titre a La France a averti les U.S.A. de ne pas
aider au relvvemnent allemand. M. Bonnet declare que I'ac-
croissement du niveau de la production indusurielle mettrait
en peril le plan Marshall a le New York Herald Tribune
fait un compete rendu de la demarche Bonnet, mais ajoute
que le potential allemand de production industrielle est a
la base du plan Marshall. Sans lui. les fonctionnaires ame-
ricains croient rue le rel6vement de l'Europe est impossible ,.
Le New York Hetrald Tribune admet cependant que la posi-
tion frangaise ddcrite par M. Bonnet n'est pas nouvelle et
qu'elle repr4sente la politique constamment suivie par Le
Gouvernement frangais et qui a reau l'appli du people fran-
aais.
Kuhn, correspondent du Washinfgon Post, ecrit que c la
visit de l'Ambassadeur jette la lumisre suT la controversy
courante au sujet de la conference anglo-americaine sugg6-
ree par Washington pour augmenter la production charbon-
nibre de la Ruhr. Elle sert aussi h expliquer pourquoi les
gouvernements amdricain et anglais n'ont pas announce cette
semaine leur accord relatif t une augmentation du niveau
de la production industrielle allemande et il ajoute : < Le
Gouvernemennt declare qu'il veut laisser les Europeens prA-
Barer leur prograirpme de reconstruction. C'est pourquoi il
s'oppose au desir britannique d'dlargir l'ordre du joir de la
Conference sur le carbon de la Ruhr. I1 espdrait iviter jus-
tement le genre d'alarme qul a amend M. Bonnet au' Dpar-
tement d'Etat. Les U.S.A. sont parfaitement d'accord pour
discuter de probl6mes industries et financiers allemands
plus large .quand les seize nations rAunies h Paris auront pa
montrer le plan qu'elles ont prepare a. Kuhn consid6re que
le gdenral Clay a qui devient le roi en Allemagne comme






* BULLETIN QUOTTDIBN DR PRESS S TRANGftE


Mac Arthur au Japon est responsible de la controversy avec
les Britanniques au suj.et de la conference sur le carbon de
la Ruhr parce qu'il n'a pas voulu venir & Washington oji il
a dle6gu6 le general Draper. Les Anglais consideraient inutile
de discuter avec le g6enral Draper pour ensuite 6tre contrbs
par le general Clay.
Les correspondents de Paris du New York Herald Tribune
et du New York Times font ressortir que le Gouvernement
Ramadier est place dans une position difficile par la suite dq
l'atti'ude amdricaine h 1'egard de l'Allen).gno et en particu-
lier de la Ruhr. Humphreys dit que c le dernier pilier de la
politiquie etrangbre frangaise est menace en m.me temps
que le plan frangais d'internationalisation de la Ruhr. 11
souligne que la situation personnelle de M. Bidault est en
jeu. II rappelle que sur cette question de la Ruhr, les com-
munistes ont adopted une attitude semblable au M.R.P. et
termine en notant que M. Duclos a interpell6 le ministry des
Affairs etrangeres au sujet de la zone d'occupation frangaise
en Allemagne.
Callender rapport que la d6marche Bonnet avait et6 ac-
compagnee d'une protestation verbal de M. Bidault auprts
des ambassadeurs anglais et am6ricain a Paris et il ajoute :
a Ces deux protestations etaient basees sur la presomption
que les U.S.A. et la Grande-Bretagne envisageraicnt un ac-
croissement de la production d'acier allemand at leur conf6-
rence au sujet du carbon de la Ruhr. Ainsi l'aide americaine
a l Europe qui avait donned un nouvel espoir a seize nations
representees aux conversations economiques, ici, a pris aux
yeu'x des personnalites franqaises un aspect dangereux. Elles
craignent que cette aide soit destinee -vant tout a la recons-
truc'ion du potential industrial allemand G,. Ce journalis'e
rappelle que M. Acheson avait lui-meme declare que cette
production allemande devait etre la pierre angulaire de la
reconstruction europ6enne et il note la reaction < am6re a
provoqu'e chez les Frangais par la certitude de l'aide ame-
ricaine a l'Allemagne et l'apparente incertitude de l'aide
americaine aux nations qui ont t&6 devastees par l'Allemagne.
I1 termine comme son collbgue du New York Herald Tribune
sur intervention de M. Duclbs.
Queolques 6ditoriaux sont encore consacres a la reconstruc-
tion allemande. Le leitmotiv que l'industrie allemande est
c la source principal de la reconstruction europ6enne a se
retrouve dans tous les journaux, m&me chez ceux qui, comme
le New York Herald Tribune admettent que les Frangais sont
logiques quand ils reclament leur s6curite. C'est ainsi que
dans son editorial ce journal ecrit, aprss avoir reconnu' que
la politique amdricain-e a 1'dgard de l'Allemagne en mainte-
nant l'industrie de ce pays -a un faible niveau donnait ai24,
aulomatiquement ]a security a ses voisins : a L'erreur de
base dtait qu'une tell procedure d6truisait aussi la source
principal de rehabilitation de 1'Europe et de son future
standard de vie 2 et il ajoute c maintenant, apres un delai
qui paralt retrospectiveament inexcusable, nos chefs ont admis
en fait leur erreur et la renaissance rapide de la Ru'hr et de
la Rhenanie apparait comme devant atre un aspect essential
du plan Marshall, mais, comme les Frangais toujours logiques
le font remarquer, le probl6me de security de ee fait repa-
rait une fois de plus. Notre pays a tout autant a s'inquidter
de ce probl6me que les autres nations europeennes ,. Get
editorial consid&re qu'il est possible de donner satisfaction
aux nations europdennes de 1'Ouest en les faisant participer
au contrble de la Ruhr.
Le New York Post considbre que la nouvelle directive
americaine a Clay ne signifle nullement que I'on cherche a
rebAtir 1'Allemagne au d6pens de ses voisins, mais, dit-il, elle
vise a a mettre Cn au deluge de dollars, de lives et de
francs a que l'on donne a& 'Allemagne pour des fins non
productive.
Mowrer dans le Philadelphia Inquirer protest contre la
nouvelle politique americaine qui, si elle fait entrher l'Alle-
magne dans le plan Marshall a aussi l'inconvenient de lier le
developpement de L'Europe a celui de 1'Allemagne qui a Ut6
ddjh reponsable de e la mise en esclavage de 1'Europe ,. On
envisage dejh comme possible une nouvelle alliance germano-
russe. I1 conclut quae les Frangais ont la solution id6ale du
probl6me allemand dans leur proposition d'nternationalisa-
tion de la Ruhr.
Un editorial de t'Evening Star de Washington estime trbs
c comprehensible > l'attitude du gouvernement frangais h
1egard d'un rel6vement du potential industrial allemand. Il


note que les propositions ambricaines visantfa assurer la sd-
curit6 de l'Europe : le project d'alliance de 40 ans, etc., n'ont
pas rbussi par suite de l'attitude de Moscou et qu'ainsi l'im-
portant probl6me de la security franqaise rest enter. II
estime qu'il n'est pas surprenant que la France soit pr6te a
discuter Aprement pour obtenir des limitations precises a
1'4tendue de la reconstruction economique de 1'Allemagne.
Les resources de la Ruhr doivent btre exploities si la pro-
position Marshall dolt reussir mais on ne saurait ignorer
le facteur que constituent les craintes frangaises.
Le Washington Post qui critique depuis longtemps le
plan Morgenthau pour. l'Allemagne est satisfait de la nou-
velle directive am6ricaine. II considbre que la nouvelle pro-
duction allemande doit servir h l'agrandissement europeen,
mais, reconnaissant la validity des revendications frangaises
de security, il ne voit qu'une solution, c'est de r tpartlr les
usines de la Ruhr entire les voisins de l'Allemagne, et 'il
conclut : a I1 imported peu de quelle fagon cette rdpartition
'era faite pourvu que la Ruhr soit integree dans l'Pconomnie
europ6enne don't le developpement est retard ,.

2. Aide amrricaine

Toute la press announce que la Chambre a vote finalement
1.353 millions dea dollars Iiour venir en aide aux puissances
qui ne beneficieront plus de I'U.N.R.R.A. et pour les besolns
civil dans les zones d'occupation am6ricaines en Allemagne
et au Japon. Selon lea New York Times, en voFei Ia reparf-
tion : 400 millions pour la Grece et la Turquie, 332 millions
pour L'Autriche, 'a Grace et L'Italie, la Chine et Trieste. La
IPologne et la Hongrie ne grecevront pas. les 18 millions pre-
vus pour eMlles deux. 725 millions pour les hesoina civil
du Dpartement de Guerre dans ses zones d'occupation. Le
Senat n'a pas vote encore ces dons, mais on s'attend a ce
qu'il le fasse. La press, reprenant le discourse de M. Keefe,
reprdsentant republican au comite bud.gtaire de la p Cham-
bre, indique que c'est grAce i intervention personnelle du
general Marshall et de M. Lovett que la Chambre a autorise
finalement ces depcnises.

3. Conores

La Chambre a repousse et le Sqnat a confirm le eveto
presidential oppose A la loi presented par les republicans
qui auralit autorise la reduction des implt.s sur le revenue
a partir du ler janvier prochain. Les correspondents politi-
ques .soulignemt que cette question sera une des principles
de la champagne electoTale prochaine. Le President, dans son
;message accompagnant son veto, a montr6 l'injustice que
reprosenterait cette loi pour les petites gens et a declare
que le moment n'etait pas venul de degarnir les caisses de
1'Etat.

4. GrAcew

LDe Lake Success, la press annonee qu'un comity d'enqubte
de I'O.N.U., qui *s'est rendu sur le front de Grace, n'a trouve
que tresa peu de psreuves d'existence de la brigade internatio-
nale. Le New York Times titre son article m On doute de
1'existence, de la br-igade international ien Grece >.

5. Nauvelles de Franme
Le correspondent de P.M. a Paris anvoie a -son journal un
long article sur la proehaine visit de Mme Peron, qui con-
clut sur ces mots:: c Quoi que pensent les Frangais de la
dictature Peron et qu'ils disent ce qu'il' pensent, ils depen-
dent en grande parties de la production argentine. L'accord
commercial assurera a la France des importations de viandes,
graisses, de mais et de lin. I1 encouragera aussi les exporta-

tions frangaises en Argentine. Tel est le prix a-lquel on accep-
tera de recevoir la Senora 2. La couverture de P. M. present
c6te a cbte les photos de Mme Peron et un quarter de bmuf
sous la rubrique e Un Frangais peut-il faire la distinction
entire un moroeau de bceuf et Mme Peron e.
Campbell, corresp-ondqnt du New York Times, signale Par-
rihvee a Paris du general Juin et announce une conference
prochaine des residents et gouverneurs de Tunisie, d'Al-
g6rie at du Maroc pour c discuter de l'attitude quo le








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 5


gouvernement prendra en automne prochain quand, de toute
probability, la politique franiaise en Afrique du Nord sera
souiev6e devant es Nations Unies 3. I1 note que la France ne
pent pas admettre que les affairs algeriennes soient traitkes
s I'O.N.U., puisque 1Alg6r.e est compos.ee de trois dieparte-
ments frangais, ct il declare que le g6enral Juin a.annonoc
que les syndicaLs ouvriers pourront se former au Maroc oh
11 n'en existe aucun, et oi, selon Campbe-1, m&me une as.so-
ciation come celle des Scouts est interdite par crainte des.
menbes nationalists marocaines.

a) LA SITUATION INT]RIEURE EN FRANCE (New York He-
Moad Tribinie, 20/7, 6dit. europ.) :
a Lorsque le President du Conseil, Paul Ramadier,
a decid e e ne pius s occuper de l'6pineux problbme,
'des salaires et des prix et de laisser ies syndicats et
les empoyeurs negouier directement entire eux, ii a 4Wt
le preiner a s'6carter de la politique du diigisme, ou
con-tr6le par l'Etat, poitique qui avait ete appiiqu6e en
France depuis 1940...
Depuis la LibBration, tous les presidents du Conseil
onl essay d utiliser dans un cadre 'democratique les
pouvoirs que s'e&ait arrog6s Petain dans un system au-
tocratique. Et tous les presidents du Conseil qui se
sont succ6de' depuis la Liberation oat fini par d6cou-
vrir que le dir-rgisme ne pouvait fonctionner, en
France du moins, en l'absence d'une autoriiL arbi-
traire et tyrannique-..
Le lib6rallisme 6conomique ne repr6sente que la pre-
miere tape dune nouvene evolution philosophique
qui n'est pas limitee au prob6ime de la production, des
saiaires et des prix. La rebellion contre le socialisme
et le dirigisme de I'Etat a m&me commence, ce qui est
assez paradoxal. dans les rangs socialists. L'6volution
totalitaire des economies marxistes 'de 1'Europe orien-
tale a pouss6 de nombreux esprits progressistes en
France A envisager le progres sous un aspect nouveau.
Uls commencent A penser au sociaiisme non pas, en.
term d'egalit&, mais en terms de libert6...
I1 n'y a pas encore, en France, de parti liberal offi-
cielement constitu6, mais la sauvegarde de la liberty,
de I'individu et !de la nation constitute la base de la
philosophies politique du Frangais moyen. Jamais, dans
l'histoire de France, les parties n'ont eu, A la fois, une
importance aussi grande et aussi minime. A l'Assem-
blee national, au gouvern.ement, le.s parties sont sou-
verains. Mais en dehors de ces organismes exception
faite du parti communist les parties sont pratique-
ment inexistants. Une impulsion majestueuse et g6ne-
raAsee est n6cessaire en France pour animer un nou-
veau movement politique; cette impulsion ne peut pro-
venir, que tde la reconnaissance par la nation de son
d6sir de justice et de liberte...
(GEORGE SLOCOMBE.)

b) LA NOUVELLE POLITIQUE AMERICAINE EN ALLEMAGNE
(New Yolrk Heqild Tribuine, 19/7) :
< Les Am6ricains, en abordant primitivement le pro-
blbme de la Ruhr et de la Rhenanie, se sont contents'
d'assurer la security en abaissant la production indus-
trieie de ces regions A un niveau tel qu'll devienne im-
possible A I'ALemagne de liver une guerre moderne.
L'erreur 'fondameduale commise par les Americains
6tait que ce system r6duisait a n6ant la principal
source de la reconstruction europeenne.
Maintenant, apr6s un d6iai qui, retrospectivement,
sembie inexcusable, nos dirigeants ont en faith admis
leur erreur, et la renaissance rapide de la Ruhr et de


la Rh6nanie semble devoir devenir l'un des points es-
sentiels du plan Marshall. Mais comme les Francais, qui
sont logiques, se sont empresses de le souiigner, le pro-
bieme de ia s6curt6 eest une fois de plus remis en ques-
tion. Les Etats-Unis s'int6ressent A ce problem pres-
que autant que les pays europaens. La solution n'en,
est pas facile, etant donned que de simple inspections
des armements ne se sont jamais av6eres capable d'em-
p&cher un pays qui desirait livrer une guerre de la
fair.
Mais, heureusement, le plan Marshall ouvre de nou
vehes perspectives. Si les Naions de I'Europe occiden-
tale peuvent raiser leur unite et se niettre d'accord
sur leurs besoins multiples, il devrait etre facile de
mettre ssur pied une commission de contrdle mixte
pour la Ruhr et la Rh6nanme, commission qui serait
chargee de repartir la production l ou elle est le pius
n6cessaire. Naturellement, une proportion equitable de
oette production irait i 1'Allemagne. Une telle commis-
sion aevrait 6Lre torte et avo r des pouvoirs sufisants
pour lui permettre d'imposer ses decisions. ELe sieg.
'rait obligatoirement pci'iant ine tongue p6riode. La
production allemande contr6i6e de cete agcon pourrait
fournir les products dans l'Europe occidental (y com-
pris I'Allemagne) a un besoin si pressant. La fabrica-
tion des armes serait arretee h sa source. v



1m. PIESSE SUVIETIQUE



Revue de la press savtiitique da 19 juillet 1947

II. La question grecque
IDans tous les journaux, doeux tdlegramm.es de New-York
resument les debates au Conseil de Securitd du 18 juillet
Sur la question grecque.
SOn. releve ensuite les dipi&,hes suivantes : refas, de
MIM. Tsaicaris et Papaa'ndreou ae rentr'e immidiatenent en
Grece; telegramme ae New-York intituide Le vrai sens des
provocations grecques ,, affirmant d'apres des sources ame-
ricaines que le seu, but des declarations sur la brigade inter-
nationate etat ainfiuer sur la decision que doit prendre le
Conseil ae S6curite .sur la question greoque et aus-si de
pousser le Congres des U.S.A. a assigned des fonds compl6-
mentaires au puogramme greco-ture de Truman; extrails des
journaux tures sur un appel a rIaide de la Girce et de la
'lurquie; .suvol au territusre albanais par des avions grecs.
Poisa dans la chronique intoernationale de la Komsomols-
kaia Pravda, consacre la plus grande. parties de ses commen-
taires aux tvenements de Grece. (Voir I'article plus loin.)

2. La Conflrence de Paris
Tous les journaux, soUs, le. titrne Echo en Hollande du
plan Marshall ,, publient une d6peche de. La Haye donnant
des extraits du journal Frenedeland et dui Waarheit. Ils
donnent 6galement un risumd de la conference de press de
M. Truman du 18 et insistent sur son refus de rdpondre a
la question de savoir si Plaide amiricaine A l'Europe, saeion
le plan Marshall, 6tait possible avant le printemps prochain.
Un t61igramme de Paris reproduit les critiques formulbes A
I'gard de la poitique aconomique du government par
Liberation.
Dans sa chronique international le Molskouski Bolchevik
ecrit : i I1 n'y a plus autour du plan anglo-frangais de r6ta-
blissement iconomique une atmosphere de b6atitude gned-
rale. On emet des doutes sur l'efficacitk du plan Ma'shall.
On ne salt toujours pas cee qu'il est. On craint que les
tiches incombant a la Conf.rence de Paris ne d6passent les
cadres .de ralisations purement iconomiquis. ,








6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERi


3. Nouvwelles dlverses
Des tdelgrammes de New-York, Paris et Londres sont con-
sacris aux .chos de la press .6trang6re sur la po-itque, des
U. S. A. en Allemagne. Ils sont publi6s dans Trud sous le
titre : c Les U.S. A. font de l'Allemagne une succursale du
bloc occidental >. Cette mdme question fait l'objet des com-
mentaires, de Linetsky .dans sa note de la chronique inter-
nationale du Molkovski Boldh.aoik intitul.de : < Offensive du
dollar contre la Ruhr ,.
On relyve, un communique de l'agenoe Tass sur l'arrivde
a Moscou d'une dCl1gation des, ddput6ds de l'Assemblde bul-
gare. Une court ddepche de Paris announce la signature d'un
trait'd commercial entire la France, et la Pologne.

LE PROBIAME GREC (KIo lmjolnlsktacfla PrWaluvda 19/7) :
< La tournure des ev6nements de Grece soul6ve 1'.dmo-
tion g6n.6rale de toute la press anglaise. A quoi est
due aette motion qui ne s'est pas emparee seulement,
soit dit en passant, de la seule press anglaise ? Selon
le Daily Heviald, le gouvernement grec a entin commence
l'dpreuve de force avec le soutien de tous ses partisans,
tant A I'interieur du pays qu'en dehors de ses frontie-
res. Ainsi le joyeux .moi du Daiy. Herald est caus6 par
la nouvelle camplagne 'des dirigeants grecs centre les
democraties entreprise avec l'appui de l'6tranger. Le
ministry des Affaires 6trangdres Tsaldaris s'est expri.mB
clairement ce sujet dans une interview en distant que
le sort des partisans serait r6gl6 en deux mois et au
plus tard avant la fin de l'annee, grace A l'importance
'de l'aide americaine >, qui est incontestable et sans
laquelle il est impossible de faire quoi que ce soit ,.
Au debut de juillet, a t&6 publihe la proposition de
1'E. A. M. sur la solution pacifique de la crise d'inte-
rieur. Comment les autoritds grecques ont-elles r6pondu
A cette proposition 7 Le gouvernement green a regu l'or-
dre d'arriter les dirigeants extra-parlementaires et :de
proc6der A de vastes arrestations dans les mi'lieux de-


mocratiques avant I'arriv6e a AthBnes du chef de la
mission am6ricaine en GrBce afin que ces measures ne
jettent pas une ombre sur sa mission. La champagne
reactionnaire du gouvernement grec coincinda avec la
signature, le 8 juilet, a AthBnes, de l'accord sur 1'aide
amdricaine A la GrBce.
L'ambassadeur am6ricain en Grece a fait une d6cla-
ration aux journalists strangers sur le fait que le Pre-
mier Ministre lui avait annonce une semaine a 1'avance
ces arrestations. L'ambassadeur jugea opportun d'in-
terroger a son sujet son gouvernement et il recut la
response que < lout ce qui se faisait 6tait pour le
mieux.
(PoLSKI.)



IV. PRESS SUISSE


LE STATUT DE L'ALGERIE (Gazeltte de L (&n5zanie, 20/7) :
Les r6formes proposes suffiront-elles A satisfaire
les 16gitimes aspirations de:s musu.mans a la liberty et
a la 'direction de leurs affaires, et a 6mousser la pointe
des attaques des partisans de Ferhat Abbas, de ces
(a volubs a ,sortis des 6coles frangaises, qui sont i l'ori-
gine, en grande parties, de la fermentation politique en
A'lgrie, tout en exergant urne certain influence sur
le minisk're de l'Intdrieur ? C'est difficile A dire dans
un pays ofi la fermetl est tax6e par certain d'imp6ria-
lisme, et les concessions interpr.6tes comme des aveux
de faiblesse. Il faudra surtout que le gouvernement
francais ne montre ni incertitude, ni hesitation dans
sa just politique << volutionniste >. II faudra aussi que
la metropole e'lle-m6me ne donne pas 1'exemple de
1'anarchie. Sinon la France risque de perdre un de
ses plus beaux territoires d'oulre-mer. >>


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs