Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00144
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: July 21, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00144
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTiRE DE LA JEUNBSSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


BULLETIN


DE PRESS



21 juillet 1947


QUOTID



ETRAN


SOMMAIRE


1. PRESS BRITANNIQUE.
a) L'Allemagne et le plan Marshall (Daily Herlid,
19/7).
b) Apres la Conference de Paris (Daily Worker,
19/7).
Ic) Le problrme palestinien (Times, 19/7).
II. PRESS AMiSEICAINE.
Les nouvelles directives transmises aux autorites
d'occupation amnricaines en Allemagne.
1. Philadelphia Inquirer (18/7).
2. Saint Jouis Post Dispatch (18/7).
3. New York Sun (18/7).
III. PRESS SOVIOTIQUE.
Apres la Conf6rence de Paris (Izvest,a, 18/7).
IV. PRESS POLONAISE.
.Aprbs la Conf6rence de Paris.
1. Zyaie War(szawy (18/7).
2. Glos Ludu (18/7).
V. PRESS BELGE.
Apr6s le d6bat sur les fonctionnaires i l'Assemblke
National (La Nalion Beige, 19/7).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 19 juillet 1947
Bien que certaines questions d'ordre interieur tiennent
encore la vedette dans le Times, le Daily Express et le Daily
Mirror, les affaires palestiniennes passent an premier plan
dans le Manchester Guardian, le News Chronicle, le Daily
Graphic avee I'arriv6e I Haiffa d'un nouveau vaisseau charge
d'im'migrants illegaux. Le probl6me allemand et le probl6me
grec, 1'emprunt anglo-amdricain occupent aussi une place
assez important dans les journaux de. ce matin.
1. Palestine
Tous les journaux rendent compete des incidents sanglants
qui ont precede l'arriv6e a Haiffa d'un navire charge de
plus de 4.000 emigrants illegaux. La plupart des journaux


rappellent qu'il s'agit d'un bateau am6ricain qui avait rdussi
i quitter le port de Sdte sous pr6texte de se rendre en Co-
lombie. Ils donnent des details circonstancids sur le oarac-
trre du bitiment et sur la fagon don't il avait 6t6 acquis
par la soci6te qui l'exploite actuellement.
Le Daily Worker announce une action prochaine centre l'or-
ganisation qui ,a mis sur pied le transport d'immigrants
illegaux.
Quelques journaux annoncent, d'autre part, que les auto-
rit6s britanniques ont remis un memorandum relatif A I'6vo-
lution de la situation politique en Palestine depuis le ddbut
du mandate. Ce memorandum a et6 remis A la Commission
d'enquIte.
2. -- Allemagne
Une parties de la press se demand A nouveau si des con-
versations anglo-am6ricaines sur la Ruhr auront lieu et quel
sera, dans l'affirmative, le programme de ces conversations.
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardian
ecrit a ce sujet que dans les discussions qui ont eu lieu en
Allemagne entire les g6ndraux Clay et Robertson, on s'etait
mis d'accord en principle sur le fait que les Allemands
devaient avoir une part dans administration, mais non la
propridt6 des mines, et que l'organisation du contrfle du
carbon dans 1'Allemagne du Nord devait avoir un personnel
allemand. I1 est difficile, d'autre part, de voir comment on
pourrait discuter isoldment la question du charbon... Ravi-
taillement, main-d'euvre, finances et logement, toutes ces
questions sont lies itroitement t celle du carbon.
Une parties de la press mentionne la demarche faite par
M. Henri Bonnet an D6partement d'Etat pour attirer 'atten-
tion du gouvernement amdricain sur le point de vue frangais
en ce qui concern la reconstruction de l'industrie allemande.
M. Bonnet aurait insist sur les consequences graves que
pourrait avoir, pour la Conf6rence de Paris, la decision
anglo-americaine prdsentee aux autres pays comme un fait
accompli.
Le correspondent du Daily Telegraph a Washington re-
sume en cinq points les divergences de vues anglo-amdri-
caines :
10 M. Bevin aurait retarded la publication du plan anglo-
americain visant i reliever le niveau de I'industrie allemande
par crainte d'une vive reaction de la France.
2 Les Am6ricains, accusant d'incomp6tence l'administra-
tion britannique des mines de la Ruhr, d6sireraient parti-
ciper d'une fagon peut-6tre prepond6rante au contr6le de la
production charbonnidre.
3 Les Anglais et les AmBricains ne seraient pas d'accord
sur la nationalisation (i laquelle s'opposerait d'ailleurs les
Frangais pour des raisons diff6rentes de cells des Amdri-
cains).
4 Les Anglais ddsireraient voir rdduire leur part dans les
depenses en dollars de la bi-zone.








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGORE


5 Les conceptions 6conomiques rigides dt' general Clay
1'emp4cheraient d'.envisager le probl6me allemand dans ses
rapports avec la reconstruction de l'Europe occidental d'ans
son ensemble.
Le Manchester Guardian analyse les declarations faites a
Berlin par le directeur du ravitaillement et de I'agriculture
du Gouvernement militaire. americain sur le programme de
restauration agricole 6tabli pour la zone anglo-am6ricaine.

3. Gr&ce
Plusieurs journaux signalent : 10 qu'un rapport parlemen-
taire adress6 A la sous-commission d'enquete de l'O.N.U. A
S'aloniqu.e affirmed qu'il n'y a pas de preuve qu'une brigade
international ait pris part A l'attaque de Konitza; toutefois,
il y aurait eu violation de la fronti6re grecque; 2* que le
gouvernement bulgare accuse .les troupes grecques d'avoir
viol6 dimanche dernier la frontiere bulgare; 30 que !e Con-
seil de security a terming la discussion gcnerale qui s'6tait
ouverte sur la situation en Grece.
Le correspondent militaire du Daily Telegraph signal que
deux journaux grees ont accuse la mission militaire britan-
nique de n'avoir pas donnd A I'arm~e grecque de f.icilitis
en matiere d'armement. Ce correspondent entreprend de r'-
futer cette accusation.
Enfin, une parties de la press mentionne la declaration
faite par le President a la Chambre des Reprdsentants A
Washington sur les dangers de guerre qui resulteraient pour
les Etats-Unis des evdnements de Grace.

4. Emprunt amiiricain
Une parties de la press announce que la Grande-Bretagne
vient de prelever une nouvelle some de 150 millions de
dollars sur ses credits americains. Pour la premiere fois, les
autoritls anglaises auraient admis que ces credits pourraient
6tre 6puis6s avant la fin de I'annie. L'accord sur la convcr-
tibilitd de la livre serait en parties responsible de c t ev6-
nement.
A la Chambre des Communes, M. Marguand au'rait refuse
de se prononcer sur I'eventualit6 d'une revision de la
clause 9 de 1'emprunt.

5. EtIats-Unis
La plupart des journaux annoncent : 1 que malgre l'oppo-
sition de la Chambre des Repr6sentants et le veto da pre-
sident Truman, le project de reduction de' l'imp6t .ur le
revenue a et6 approuv6 par le Senat; 2 que la Commission
de la Chambre des Representants a preconis6 la reduction
des credits pr6vus pour les secours destines a certain pays
d'Europe.
6. France
Quclques journaux annoncent qu'e la ddelgation des fede-
ralistes britanniques pr6sid6e par Lord Layton a R6t reque
ce matin par M. Herriot. Le correspond-ant du 'News Chroni-
cde Paris cAble I son journal des extraits des discours
prononces a cette occasion par Lord Layton et le Pr6sident
de l'Assembl6e Nationale.
Le Times, le Daily Telegraph, le News Chronicle anno.ncent
6galement la creation, sous la presidency honoraire de
M. Herriot, d'un Comit6 franaais pour l'Europe unie.
Le Daily Worker rend compete des rejouissances organisees
par le part communist franais pour les d6l1gues britan-
niques qui ont participi aux fetes du 14 juillet.

7. Espagne
Quelques braves depeches mentionnent les declarations
faites par le general Franco sur les r6sultats du referendum
et I'amnistie decide par le Cabinet espagnol.

8. Conference de Paris
Seuls de brefs comptes rendus dans le Daily Telegraph et
un editorial dans le Daily Worker (voir cet article plus loin)
font encore allusion aux travaux de la Conference.


9. Pologue
Le correspondent du Times a Varsovie tu'die les measures
prises par le gouvernement polonais pour mettre fin a la
champagne de fausses rumeurs mende dans les pays par ses
adversaires.
Le correspondent du Manchester Guardian, apr6s avoir
signaled l'arrestation d'un certain nombre de personalities
du part socialist, fait prevoir une intervention du gouver-
nement polonait aupres du gouvernement frangais pour
entraver I'activit6 des 61lments socialists polonais dans ce
pays.

10. Inde
Quelques journaux annoncent que le bill de 1'Inde a requ
l'approbation royale.
Le correspondent du Manchesler Guardian A New-Delhi
fait allusion aux craintes que les revendications des Sikhs
,ont fait naltre dans les milieux musu'lmans.

11. Afrique dia Nord
Le correspondent du Times A Paris rend compete des d6cla-
rations optimists faites hier soir par le general Juin sur
la situation au Maroc.
Le correspondent du Dally Telegraph fait allusion a la
protestation de 21 conscillers g6neraux du d6partemeflt
d'Alger contre le project de statut de I'Algerie.

a) L'ALLEMAGNE ET LE PLAN MARSHALL (laily Herald,
19/7, travaidiste).
< L'avenir de la production industrielle de l'Allema-
gne occidentale qui dolt etre pris en consideration dans
I'61aboration du plan Marshall, est A la base de toute
une serie de discussions complexes. Quatre sujets dif-
f6rents se rattachent a ce problem : le niveau de la
production industrielle, le carbon de la Ruhr, la si-
tuation alimentaire et financi6re, le commerce ext6-
rieur.
La Grande-Bretagne et les Etats-Unis avaient nette-
ment faith comprendre A la Conference de Moscou que
le niveau de la production autoris6e sur lequel les
allies s'6taient mis d'accord en mars 1946, devrait 6tre
revise. Une telle revision affected le problmme des r6pa-
rations et celui des demolitions, car seul 1'6quipement
industrial qui ne servira pas A la production autori-
see sera dmoli ou pris A titre de reparations. Les
experts britanniques et amnricains out maintenant 6ta-
bli i un nouveau niveau de production industrielle >
pour les deux zones, niveau, qui a 6t6 accept par les
chefs des commissions de contr6le, mais qui n'a pas
encore 6t6 approuv6 par les deux gouvernements.
Les n6gociations anglo-am6ricaines en vue d'augmen-
ter la production de carbon de la Ruhr sont suspen-
dues. La Grande-Bretagne pense qu'il serait preferable
qu'elles aient lieu A Berlin, afin que les experts puis-
sent visitor la Ruhr. Les Am6ricains pr6ferent Was-
hington.
La Grande-Bretagne souhaite de nouvelles discussions
sur le ravitaillement des deux zones. L'accord de fu-
sion des deux zones pr6voyait que tout deficit serait
6galement r6parti entire la Grande-Bretagne et les Etats-
Unis. Etant donn6 que les resources en dollars de la
Grande-Bretagne ont diminu plus rapidement qu'on
ne s'y attendait, celle-ci aimerait que 1'on envisage la
revision de cette parties de 1'accord. Mais jusqu'A pr6-
sent le gouvernement am6ricain ne s'est gubre montr6
favorable A une telle revision.
La restauration du commerce de l'Allemagne va pro-
bablement 6tre envisage dans un avenir prochain par
la commission de cooperationn A Paris o.

/ (W. N. EWER).






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE a


b) ApaSs LA CONfiRENCE DE PARIS (Daily Worker,
19/7, communiste.
...La Conf6rence n'a pas 6t6 autoris6e A discuter
la situation 6conomique de 1'Europe. Toutes les ques-
tions ont 6tb transmises A des commissions, mais le
pouvoir veritable est concentr6 entire les mains d'une
commission executive compose de cinq membres sous
1'rgide de la Grande-Bretagne et de la France.
II n'est pas 'tonnant que 'opinion soviftique con-
sidrre l'organisation qui est sortie de la Conf6rence
de Paris comme 1'Mtablissement par M. Bevin des or-
ganismes provisoires du bloc occidental.
Le ministry des Affaires 6trang6res britannique ne
cesse de r6p6ter au monde que la Conference de Paris
ne s'occupe que de questions 6conomiques. Mais son
desir de cacher les implications politiques de la di-
vision bconomique de l'Europe est loin d'etre con-
vaincant.
M. Dean Acheson, ancien sous-secr6taire d'Etat ami-
ricain, a declare que la renaissance de la production
allemande est a la base du plan Marshall. Et ceux qui,
en. Grande-Bretagne sont suffisamment nalifs pour
penser que celte declaration n'a pas de sens politique,
devraient demander aux Francais ce qu'ils en pensent.
M6me M. Bidault s'inquite de propositions 'qui pri-
veraient la France du-charbon allemand et qui con-
duirait A la renaissance de l'industrie lourde alleman-
de qui, dans le pass, a servi de base a la politique
d'agression de l'Allemagnc.
Le people britannique ferait preuve de pen de sa-
gesse s'il fondait des espoirs sur le rbsultat de la Con-
f6rence de Paris. En mettant les choses .au mieux elle
se terminera par un 6chec. En mettant les choses au
pire elle formulera un project pour diviser 1'Europe e.n
deux et s6parer la Grande-Bretagne de certain de ses
meilleurs amis : 'Union SoviBtique et les nouvelles dB-
niocraties de 1'Europe oriental.

c) LE PROBLEM PALESTINIEN (Times, 19/7) :
SLa promesse faite par M. Bevin en f6vrier dernier
a 6t6 tenue, lorsqu'un document a .6t remis hier an
nom du gouvernement britannique au president de la
Commission spdciale des Nations Unies pour la Pa-
lestine...
I1 n'est pas douteux qu'il impressionnera fortement
les membres de la commission. J1 expose avec clart6 et
impartialitI les difficultJs qui ont emp&ch6 Ia puissance
mandataire *de s'acquitter de ses obligations a l'6gard
des Juifs et des Arabes, ce qui devenait de plus en
plus difficile A measure que le temps passait
...Les hommes d'Etat et les administrateurs britan-
niques *ont fait de leur mieux pour essayer de trou-
ver un moyen afin de concilier les demands d'auto-
nomie des Arabes avec 1'6tablissement d'un foyer na-
tional juif. Tous les expedients ont Wte tents. Le fait
qui resort de chaque page de ce document historique,
c'est le d6sir profound du people britannique de s'ac-
quitter de ses -obligations a 1'6gard de la Palestine. De
nombreuses fautes ont b6t commises; mais la Grande-
Bretagne a toujours fait preuve d'honnatet6 et elle n'a
jamais essay de sacrifier les int6r6ts du part le plus
faible :ni d'exploiter les difficulties de la Palestine a son
profit. Ce document historique sera violemment criti-
qu6 par les Juifs et les Arabes 6tant donn, qu'il ex-
pose sous leur jour veritable des revbndications qui
ont maintenant acquis l'invulnerabilite d'un article de
foi d'aprbs l'avis de ceux qui les ont proposes. Mais
la Grafide-Bretagne n'a aucune raison d'avoir honte
de ce document ,.


II. PRESSE AMERICAINE


Reaue de la presse amdricaine du 18 juittet 1947

1. Reoonstduction de Pindustrie ateemande
Le problime de la reconstruction allemande est soulevi
dans ses divers aspects par les correspondents amdricains de
'Paris, de Londres, de Berlin et de Washington.
De Paris, l'intervention de M. Alphand A la Confkrence eco-
nomique en reponse A la proposition de M. Hirshcfeld, dd-
16gue hollandaise, qui demandait que l'Allemagne produise an
maximum pour la reconstruction europ6enne, est longuement
rapportee dans les d6pb&hes de Humphreys dans le New
York Herald Tribune, de Warren dans le New York Times,
dans une ddp8che A.P. et dans celle de Kuh, correspondent
de P. M. et du Chicago Sun. Ce dernier announce que MM. Bon-
net sera charge de faire une demarche auprbs, du gouverne-
ment des U. S. A. pour signaler a le danger d'une recons-
truction trop important de l'industrie allemande ,, et Kuh
ajoute que, dans les milieux officials frangais, on declare
quae la communication Bonnet a pour hut de mettre en garde
les U. S. A., premi6rement, contre 1'id6e de remettre les mines
de la Ruhr, l'industrie sid6rurgique et toutes autres indus-
tries entire les mains d'es Allemands sans que les sauve-
gardes les plus efficaces garantissent qu'ils n'en abuseront
pas pour se rearmer ; et, deuxiemement, de faire connattre
le d6sir qu'a la France et sans doute aussi 1'U. R.S.S. de
participer au contrle' anglo-amdricain de la Ruhr. Tou-
jours selon Kuh, la declaration Bonnet viserait A souligner
1'effet ddsastreux qu'aurait sur l'opinion publique frangaise
une dhcisioniamericaine qui placerait la rehabilitation indus-
tri-ele allemande avant celle de la France. Kuh note que le
parti communist frangais exploit dans son journal le plan
americain de reconstruction allemande pour fustiger le cabi-
net Ramadier et l'accuser de pangermanisme.
De Londres, les correspondents reprennent les declarations
d'un fonctionnaire du Foreign Office indiquant que la
Grande-Bretaigne n'a pas accept encore d participer A la
conference sur la production du carbon de la Ruhr sugg6-
ree par Washington, et cela contrairement aux declarations
d'un porte-parole du Departement d'Etat.
IDe Washington, les correspondents signalent la r6plique
d'uxi porte-parole du Departement d'Etat disant qu'une sug-
gestion anglaise de reunir cette conference a Berlin au lieu
de Washington a et6 repoussee et que, d'autre part, P'ordre
du jour propose pour cette conference a te6 maintenu. La
press note que les Britanniques ddsiraient ajouter A cet
ordre du jour purement technique la discussion du finance-
ment de 1'entretien de la zone anglaise d'occupation en
Allemagne.
L'idee d'une reconstruction industrielle du Reich soulev6e
en particulier par la dernibre directive americaine au gen6-
ral Clay est encore discut6e dans la press de ce matin.
L'dditorjal du Saint Louis Post Dispatch appuie cette direc-
tive. (Voir article plus loin.)
L'editorial du New York Tmnes, sur le- mgme sujet, con-
sidare que l'attitude americaine A Potsdam etait non seule-
ment contraire aux clauses les plus rdalistes, mais aussi aux
clauses les plus iddalistes de la Charte de 1'Atlantique qui
promettait un traitement economique ngal aux vainqueurs
et aux vaincus. Elle privait le monde des capacitds de pro-
duction de pays aussi hautement industrialists que 1'Alle-
magne et le Japon. Elle cr6ait des vides economiques et
politiques qui devaient forcement 6tre remplis par toute la
puissance dynamique se trouvant A proximity. Et l'editorial
conclut que la directive va dans la bonne voie, mais qu'il
sera nacessaire d'aller encore plus loin pour obtenir des
resultats.
Crafton, dans Je New York Post, s'inquibte de la tendance
americaine A refaire l'Allemagne forte pour s'en servir centre
la Russie. < La pire des idees du vingti6me sicle, l'idMe qu'une
Allemagne forte peut nous prot6ger contre le risque commu-
niste revient une fois de plus sur le tapis. Le faith, dcrit-il, que
cette thdorie d6suate a Mte d6ji essayde une fois sons la
direction vigoureuse 4'vAm rvnm A Hitler, qu'elle n'a pas






I BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS IkTRANGEAR


r6ussi et qu'elle a entrain6 presque toute l'Europe dans son
.cdhec ne dicourage pas certaines gens. Une fois de plus, on
entend des gens vous presenter ce plan avec les yeux rounds
comme s'ils avaient decouvert quelque chose de nouveau et
de merveilleux >. Ce journaliste conclut h la n6cessit c de
fire renaitre la Grande-Bretagne, la France et l'lltalie ',
disant : c Nouis devons sauver la culture occidentale et non
refaire l'Allemagne et ceder a son chantage s.
Les correspondents de. Francfort rapportent les declara-
tions du general Clay ind'iquant que la nouvelle directive lui
permettra d'ins6rer l'economie allemande dans le plan Mar-
shall et d'ntiliser la production allemande, sans toute-fois
reconstruire une Allemagne militariste ou c industrially mi-
litant >.
Une dep&che A.P. ajoute que le general Clay sera trbs
inthress6 de recevoir les propositions que pourront lui sou-
mettre les representants des grosses affaires anglaises et
amdricaines pour < contre-assurer le redressement industrial
de 1'Allemagne de l'Oucst >. Le generall Clay a confirm qu'il
etait tombn d'accord avec son collogue anglais sur le nou-
veau niveau de production d'acier en Allemagne, mais s'est
refuse a dire ce qu'il 4tait. Une d6peche A.P. precise que cc
niveau est compris entire 10 et 12; millions de tonnes par an.
Une, dep&ehe de Raymond adressde de Berlin au New York
Times signal que les Russes seraient prets h participer a la
revision des niveaux de la production allemande s'ils rece-
vaient des garantics que. certaines usines leur seraient re-
mises A titre de reparation. Les Russes auraient d6signe,
pour 6tre dimaftelles, sept 6normes usines de la zone britan-
nique d'une, capacity de production de 10.354.000 tonnes
d'acier par an. Cette ddp&che signal que la publication du
niveau revise de la production d'acier alleman4 a etd remise
en raison de l'attitude manifested par les Francais, a La
reaction diplomatique frangaise a uine augmentation du po-
tentiel industrial allemand a, dit-on, une influence gran-
dissante >, et Raymond rapporte la reflexion d'un officer
americain qui indique que ce plan de reconstruction indus-
trielle de l'Allemagne est continuellement revise et que, d'un
jour a 1'autre, on ne sait pas ce qu'il content.

2. Congres
Le Congris ayant finalement accept de voter 1.475 mil-
lions d'aide pour la Grdce, la Turquie, la Chine et l'Europe,
la press, en g6enral, reconnait que le general Marshall a eu
une forte- influence sur cette decision et 1'ditorial du New
Yo' k Herald Tribune regrette que ces questions de politique
etrangbre se trouvent mel6es & des controversies de politique
intrrieure.
3. Conseit allied def Berlin
Une d6p&che de Berlin au New York Times signal, que les
Russes ont accept de laisser pendtrer dans leur zone les
reprbsentants de I'agriculture et du ravitaillement des quatre
administrations militaires.

4. Conseil de Scnurite
La press announce avec de grands titres et en premiere
page que, le d:elegu6 russe a prevenu le Conseil de StcuritU
que PIU.R.S.S. ne pouvait pas accepter la proposition ame-
ricaine 6tablissant une commission semi-permanente de
l'O.N.IU. pour les Balkans. Cette intervention russe a Wte
appuydee par la Pologne et la Yougoslavie.

LES NOUVELLES DIRECTIVES TRANSMISES AUX AUTORITES
D'OCCUPATIONI AMERICAINES EN ALLEMAGNE.

1) Philadelphia Inquirer (18/7) :
< L'une des conditions essenttelles du rel6vement
de 1'Europe et de la stability *du monde est que ]'Alle-
Smagne, tout en demeurant, 6troitement surveillee de
facon A empecher une renaissance du Imilitarisme,
Spuisse redevenir capable de subvenir A ses propres
besoins et soit en measure d'apporter la plus large con-
tribution possible au relvement du continent.


C'est pour cela que les nouvelles directives trans-
mises au gouvernement militaire am6ricain en Alle-
amagne et lui enjoignant de prendre des measures afl/f
de reliever 1'6conomie allehiande sont de la plus gran-
de importance pour chacun de nous... Cette nouvelle
politique ,n'implique d'ailleurs nullement que 1'on aban-
donnera la d6nazification, ou que les criminals de
guerre allemands qui n'ont pas encore t6B jug6s ne se-
ront pas chhtits. II est stipul6 que ces tAihes seront
poursuivies avec vigueur. Mais cette nouvelle politi-
que implique que I'on devra aider les Allemands a
mettre sur pied un gouvernement de leur choix, un
gouvernement bien organism, et qu'on les aidera a for-
ger leur propre destin 6conomique >.

2) Saulnt Louis F ost Dispatch (18/7) :
(( Ce sont deux annies de relations avec les Alle-
mands et deux ann6es d'essais de cooperation avec les
Russes qui forment la base des nauvelles directives,
fruit des travaux du DWpartement d'Etat, du ministlre
de la Guerre et du -ministbre de la Marine...
De Potsdam nous sommes all6s A Paris et de Paris
a Moscou, et ce fut toujours la mnme histoire; il a Wte
impossible de p-arvenir A un accord g6n6ral sur l'atti-,
tude A adopter a 1'6gard. de 1'Allemagne. Les nouvelles
'directives tiennent compete de tout cela. Ce qu'elles di-
sent, en faith, c'est que < faute de grives, on mange
-des merles >. En consequence, les zones anglaise, et
americaine forment maintenant la base d'un effort com-
mun, la porte restant toutefois ouverte A la Russie et A
la France dans le cas oft elles voudraient se joindre
plus tard A cet effort...
11 faut f6liciter ceux qui ont l6aborB *ces directives
-d'avoir pergu si clairement qu'en fin de compete, le peu-
pile allemand doit se sauver lui-.m'me. Si les Allemands
doivent avoir un regime d6mocratique, il faudra que
ce regimee soit purement allemand. Nous .ne pouvons
esp6rer transplanter en Allemagne notre experience et
nos coutumes et nous ne devons pas essayer de le
faire. Nous nous opposons A l'Ftablisseinent du com-
munisme en Allemagne; nous devons done 6viter de
'donner Pimpression de vouloir imposer de force notre
propre systeme aux Allemands. >

3. New Y}Ork St4n (18/7) :
< II faut reliever 1'Allemagne ecroulBe et l'on pourra
y parvenir en grande p.artie en ayant recours .A ses
propres resources afin de la remettre sur pied. Mais
il faut que l'on Iprocede A ce relbvement avec suffi-
samanent de precautions pour que l'Allemagne, qui
d'eux fois- d6ej a plong6 le monde dans la guerre, n'ait
que la puissance n6cessaire pour vivre en paix... On
n'arrive'ra A 1'6quilibre 'd6licat qu'exige la rbussite de
cette nouvelle politique que par une combinaison Td'une
vigilante comprehension de la part des Alliks de FOuest
et d'un sincere d6sir de b6n6ficier d'une nouvelle
chance de jouer un rble convenable dans le monde, 'de
]a part des masses allemandes. >


III. PRESS SOVIETIQUE


APRAS LA CONFERENCE DE PARIS (IzueStia, 18/7) :
E Etant donned que beaucoup d'Etats europ6ens ont
refuse de participer A cefte conference, cette derniere
ne doit pas etre qualified d'europ6enne.







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGEBR 5


Les repr6sentants 'de la press 6trangbre qui se trou-
vaient A Paris ont pu constater que les organisateurs
de la Conf6rence' et ses membres n'Wtaient pas tres A
leur aise, aussii 1'optimisme que certain journaux bri-
tanniques et francais ont manifesto semblait assez fac-
tice...
Le secret de cette conference ultra-rapide est assez
,simple. MM. Bevin' et Bidault ont dict6 aux d61lgu6s
des pays europ6ens la volont6 des organisateurs de
ladite conference. Ces organisateurs joulat assez bien
le r6le de < tuteu.rs 'de 1'Europe >. Ils n'ont mnme pas
permis aux membres de la conference d'examiner dtans
quell but ils 6taient invites a Paris...
Une vitesse record de la conference 6tait n6cessaire
A MM. Bevin et Bidault pour ne pas laisser le temps
aux < membires 6gaux en droits > de se ressaisir et
pour leur imposer plus facilement un plan elabor6 a
1'Avanoe.
La conference de Paris est terminde, .mais ceux qui
y ont iparticip6 ne savent toujours pas ce quest le plan
Marshall. On sait que les organisateurs 'de la conf6-
rence soulignaient a tout propos que le plan Marshall
6tait purement 6conomique et ne contenait aucune con-
dition politique...
On a constat6 que seuls les repr6sentants des pays
comme la Grece ont imnanifesIt un respect absolu pour,
l'oncle Sam et ont fait preuve d'une soumission sans
reserve aux Am6ricains.
Heureusement que de puissantes forces d6mocrati-
ques ont surgi dans de nombreux pays europ6ens' et
qu'elles sont capable de d6fendre non par 'des paroles,
maais par des ale.s Ieur ind6pend:ance politique et 6co-
nomique.




IV. PRESS POLONAISE


APRBS LA CONFERENCE DE PARIS.
1. Zycl~e Wlarszawy, independent (18/7) :
< On ne peut parler d'un programme 6conoinique
europ6en de la conference, parce que la conception sur
laqueLe elle repose rend impossiDle la .participation
aux d6baLs de 9 pays europeens qui englobent 80 % de
la superficie de fEurope et 60 % de sa population.
En faisant, 'd'autre part, de, I'Alle.magne le point cul-
minant .du programme, on tend dans une certain me-
sure A crier utie Europe mo'dele 1919. Un tel plan ne
trouvera de partisans fanatiques qu'en Allemagne, oa
l'on ne dissimule p.as sa joie de la tournure qu'a prise
Ia conference de Paris. Dans les pays, par coeitre, qui
.ont e6t d6truits par les Allemands, on n'est pas du
tout convaincu que ceux-1h agissenit sagement qui, en
change de l'aiue americaine, irenoncent a la concep-
tion politique europ6enne et aux fruits d'une expe-
rience historique cnerement payee...
Enfin, bien que les initiateurs 'de la conference aient
dojna l'.assurance .solennelle que le future Comite de
cooperation n'interviendrait en aucune facon dans les'
afaaires int6rieures des pays europeens, une resolution
a 6te adoptee, en. vertu 'de laquelle le Comit6 en ques-.
tion n'exercerait pas seulement son influence sur les
accords commerciaux actueilement en vigueur, ce qui
signifie qu'il pourra contra-ner les participants A la
conference, en ce qui concern la conclusion des ac-
cords fluturs. )


2. GIos Lidu, ouvrier (18/7) :
e Tout semble indiquer qu'au centre des pr6occupa-
tions des inspirateurs du plan Marshall il y a l'Alle-
magne. Le financement de la renaissance economique
de l'Allemagne, voila l'objectif fundamental.
'Et de quelle Aliemagne s'agit-il ? De 1'Allemagne des
gros capitalistes, comme 1'illustre ne ft-ce que 1'6ner-
gique stoppage sur place. par les Am6ricains de toutes
les tenla-tives timi'des du gouvernement britannique en
vue de r6duire l'influence des barons de la grosse in-
dustrie allemande sur les mines de la Ruhr. Ainsi, dans
la competition entire les capitalistes anglais et ceux
d'Am6rique, ce sont ces derniers qui 1'emportent.
L'arr6t 'des pseudo-nationalisations dans le bassin de
la Ruhr ne signifie pas seulement que le gouvernement
travailliste renonoe jusqu'aux apparences d'une poli-
tique anticapitaliste dans le Reich; il marque aussi une
nouvelle tape du transfer des mains des gros capita-
listes anglais dans celles des gros capitalistes ame-
ricains de l'influence decisive sur les destinies 'des
industries de la Ruhr.
La troisieme caracteristique de la conference de
Paris est l'entiere subordination des partenaires secon-
daires 'du bloc envisage aux Trois Grands >. A c6t6
du < diktat s des Etats-Unis, une autre hi6rarchie ap-
parait dans la composition du commit de cooperation.
Si F'on tient compete, en effet, de ce que le gouverne-
ment italien est tout simplement le porte-parole de
1'ambassade ,am6ricaine A Rome, il semble vi'dent que
les U.S.A., en accord avec l'Angleterre et la France,
disposent de la majority au sein du comit6 et peuvent
imposer toutes les conditions qu'il leur plai-ra aux au-
tres participants.
La quatrieme caract6ristique est le faith qu'ayant at-
teint le but qu'ils cherchaient, les Amerioains no se
montrent nullement presses d'aborder la discussion
concrete et 'de parler dollars.
On comprend les inquietudes et la deception de la
press anglaise depuis l'ajournement du d6bat relatif
au prkt am6ricain. 11 apparait que 1'Angleterre aura
pay6 en especes un cheque sans 6ch6ance. La lenteur
du president Truman trahit son intention de saigner
le partenaire, de tirer sur lui tout ce qui peut Mtre
tire.
II s'agit avant tout, semble-t-il, 'd'une pression sur
la politique interioure des pays europeens. Bevin a
beau faire, les magnats de la Boulrse new-yo.rkaise pr6-
ferent Churchill. Par rapport i la Grande-Bretagne, la
question revet 6galement l'aspec' d'une concurrence
6conomique. Les credits americains combines avec les
exigences politiques, qu'est-ce sinon l'exportation du
ch6mage am6ricain ?
En ce sens, industriese anglaise et avant tout la classes
ouvriere se trouvent devant la menace d'avoir A sup-
porter pr6cis6ment le poids de cette exportation .am6-
*ricain%. ,



V. PRESS BELGE


APRtS LE DEBAT SUR LES FONCTIONNAIRES A L'ASSEMBLEE
NATIONALE (L (I N~aUioll' Belge, 19/7, Union natio-
nale) :
Le vote unanime 'de 'Assembl6e national met fin,
sur le plan parlementaire, au probl6me des fonction-
naires e, rend, de ce faith, bien difficile une manifesta-
tion de mauvaise humeur des employs de 1'Etat. Qui








6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERF


comp'rendrait, en effet, que les Services publics se d6-
,clarassent partisans de la greve en opposition avec la
Chambre souveraine ?
Certes, la parties fut rude et 1'on 6prouva l'impres-
sion, au course 'd'une stance qui se prolongea fort avant
dans la nuit, que M. Ramadier allait 6tre emport6. Et
par qui ? Par ses propires troupes d6cidees a obteni-r
davantage pour les fonctionnaires que le proposait le
president du Conseil.
C'est que, pour le parti socialist frangais, le pro-
bl6me est des plus s6rieux sur le plan electoral et il
ne faut pas oublier que, *d6s octobre, va se d6rouler,
h l'1chelon municipal, une important consultation po-
pulailre.. GrignotU par les communists, il perd 'de plus


en plus la confiance des masses ouvribres. Son recru-
tement *ne s'exerce pour ainsi dire plus que parmi les
fonctionnaires. Laisser aux seuls communists le soin
de souvenir ces derniers pajaissait A la S. F. I. 0. une
tAche au-dessus de se.s forces. D'autre part, renverser
\e cabinet Ramadier pouvait turner au drame. On
voit A quel -d6bat de conscience le parti socialis-te a df
se livrer tout au long d'une nuit fertile en incidents.
Force, finalement, est restke au gouvernement. Ce qui
permet de penser que dans les deux ou itroils maois a
venir les milieux politiques frangais pourront connaltre
enfin quelque repos.
(Du correspondent A Paris 'de La Nation Belgle.)


S. i'. 1. Imp., 21, rue NiCOJO, Paris 81.3009 Prix 6 francs.


& P. 1. Imp, 27, rue Nicolo, ParUs 31.3009


Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs