Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00141
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: July 17, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00141
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION LA DOCU
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')




BULLETIN


DE


MENTA


PRESS


17 juillcl 1947


MNISTERE
TION FRANQAISE DES AFFAIRES ETRA1GERES
SERVICE D'INFORMATION
SE








QUOTIDIEN



ETRANGERE



Nouvelle Serie No 719


SOMMAIRE


I. PAESSE BRITANNIQUE.
ia) La Conference de Paris (Times, 16/7).
b) L'Allemagne et le plan Marshall (Diail Tele-
graph, 16/7).
II. PRESS AMERICAINE.
La Conference de Paris.
1. New Yo'k- Times (14/7).
2. Washingpjon Plost (14/7).
3. Phi4adeplhid Iniquirer (14/7).
III. PRESSE SOVIETIQUE.
IV. PRESS POLONAISE.
Des deux fonclions du dollar (aRzeczpospJolita, 15/7).
V. PRESS BELGE.
La Conference 'dc Paris (La( Ci(e Nouvelle, 16/7).
VI. PRESS SUISSE.
Aulour de la Conference de Paris.
1. JogiurnIl ide G.eiJnle, (16/7).
2. NaptiH(C < Zpitwng (15/7).


1. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 16 juillet 1947
Tandis que les affaires de Grice et m&me la Conference
de Paris passent au second plan, la plupart des journaux
donnent la vedette aux efforts faits par ie gouvernement bri-
tannique pour obtenir une interpretation nouvelle de cer-
taines clauses de l'emprunt am6ricain.
Sur le plan interieur, l'interet se concentre surtout sur
le discours prononc6 hier par M. Deakin (un des principaux
leaders du movement syndical) et preconisant le retour
aux methods employees pendant la guerre en ce qui con-
cerne la repartition de la main-d'ceuvre.
1. Application des clauses de l'emprunt amdricain
Cinq journaux (Daily Telegraph, Dazly Mail, Daily Express,
Daily Graphic, Daily Worker) annoncent en premiere place
que le gouvernement britannique n6gocie actuellement.avec


le gouvernement am6ricain en vue d'obtenir une interprd-
tation nouvelle de Particle 9 de la convention relative a
l'emprunt. I1 s'agit avant tout, s'il faut en croire notamment
le Daily Telegraph, d'6conomiser les dollars en achetant
dans 1'Empire une plus grande quantit& de denr6es alimen-
taires.
D'apres le correspondent du Daily Express i Washington,
les Etats-Unis seraient disposes a faire quelques concessions.
Bien que la plupart des journaux s'abstiennent de com-
menter la nouvelle, ils laissent percer un optimism mele
de prudence.
Seul le, correspondent diplomatique du Daily Worker
affirme qu.e I'administration am6ricaine est rest6e intrai-
table jusqu'A present.
D'autre part, tous les journaux annoncent que le gouver-
nement americain vient d'accepter de suspendre jusqu'au
15 septembre la clause de 1'emprunt relative A la converti-
bilit6 de la livre en ce qui concern les 14 pays avec lesquels
l'Angleterre n'a pas encore pu signer les accords techniques
indispensables.
D'aprbs une d6pche Reuter (reproduite par le Manchester
Guardian), la ratification de 1'accord franco-anglais de con-
vertibilit6 scrait retard de quelqucs jours.

2. Confdrence de Paris

La plupart des correspondents se felicitent de 1'harmonie
qui a r6gn6 hier A la derniere seance de la Confdrence.
Le Manchester Guardian est le seul journal qui donne
encore la premiere place a la reunion de Paris.
Le correspondent diplomatique du grand journal provin-
cial ecrit qu' h-sa reception la delegation britannique n'a pas
pris au tragique la nouvelle suivant laquelle le Congrbs
americain n'examinerait pas les measures A prendre pour
aider 1'Europe avant le mois de janvier.
Au contraire, le correspondent diplomatique du Daily
Worker assure que la consternation regne dans les milieux
gouvernementaux depuis que la nouvelle a &t6 publide. Le
journal communist donne en second page un article de
Frank Pitcairn tendant a montrer que la reconstitution du
potential industrial de la Ruhr est le but capital du plan.
Marshall. Citant lHumanitd, ee journal assure que les Etats-
Unis s'efforceront d'emp&cher le rdqquipement de 1'industrie
frangaise.
Revenant sur les consequences du refus des puissances
orientales, le New Chronicle, apres avoir etabli les res-
sources et les besoins de l'uTrope oriental, eslime que los
relations dconomiques entire 1'Europe de PEst et l'Europe
de l'Ouest continueront I 6tre conditionndes par des neces-
sitds indluctables.
Dans le Manchester Guardian, Al. Werth 6tudie les reac-
tions de I'opinion sovi6tique au lendemain de l'echec de la
Conference des Trois.


---------------








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGBRE


Entin, le Times; qui n'avait donn6 hier des cxtraits du'
dernier discourse do M. Marshall que dans ses dernieres edi-
tions, en public aujourd'hui I'essentiel.
Le correspondent A Washington de ce journal assure quc
ce discours a produit un effet considerable sur ses auditleim
qui 6taient composes des gouverneurs des Etats de 1'Union.

3. Gr&ce
D'aprcs les derniercs dipdches rescues par les joarnaux
anglais, 1'armie gouvernementale aurait repris le controlec
de la situation dans le nord de la Gr6ce. Les autorites ame-
ricaines auraient ddmcnti la nouvelle suivant laquclle les
ports grecs recevraient prochainement la visit de navires
de guerre americains. An contraire, l'ambassade d Angle-
terre aurait annonce qu'une escadre britanniqcie sdjournerait
dans les eaux grecques au course de sa croisiere d'te-.
La pressed announce quc le Conseil de S6curitd a entrepris
la discussion de la question balkaniquc a la dcmande tes
Etats-Unis.
4. Inde
Des comptes rendus assez dltailles sont consacrds a la
discussion du bill d'indupendance de l'Inde par la Chaminre
des Communes. La plupart des journaux mettent en relief
l'atmosphere amicale qui a r6gnd pendant cette discussion.

5. Allemagne
La plupart des journaux attachment une grande importance
aux nouvelles directives adressers au mare6clal Clay par le
gouvernement amiricain en raison des pouvoirs 6tendus que
ces directives lui conf6rent.
Le correspondent du News Chronicle ai New-Yolk cstimne
qu'elles 6tablissent un lien entire 1'Allemagne c't I plan
Marshall.
D'aprcs le correspondent diplomatique du Daily Worker,
le general Clay disposerait maintenant de pouvoirs dictato-
riaux pour agir contre tout part politique qui ne se confor-
merait pas i la conception am6ricaine de la democratic.
Le correspondent du Times a Berlin announce que l'accord
anglo-americain sur le niveau de 1'industrie allemande qui
'est complete sur tous les points serait connu remain et que
le general Robertson en donnerait connaissance.
Dans le Daily Telegraph parait une serie d'articles de son
correspondent diplomatique qui explique comment il congoit
la premise au travail de l'Allemagne. (Voir 1'article plus loin.)

6. Ndgoeiations anglo-sOvi ~iques
De braves notes dans Ie Times, le Manchester Guardian
et quelques autres journaux font apparaitre I'espoir d'un
accord commercial comme plus vrais'emblable que ces; der-
niers jours.
7. Hongrte
Plusieurs journaux reproduisent des ddpcches relatives A
l'arrestation de personnalitis dirigeantes du parti paysan.

8. France
Le correspondent du Manchestler Guardian h Paris sou-
ligne la victoire remportee par le government dans I'af-
faire de la gr6ve des fonctionnaires. I1 se demand tontefois
s'il est bien constitutionnel pour 1'asscmbl6e de servir d'ar-
bitre entire le government et un organisme don't la Cons-
titution ne parle pas.
Le correspondent aronautique du Times rend complex tdu
vol op6re hier au-dessus de Londres par le < Late 631 >>.
$nfin, le Daily Express et le Daily Herald saluent avec
plus oun moins d'humour la prC6snce de J.-P. Sarire i
Londres.

9. Palestine
Le correspondant du Manchester Gyardian en Pak stine
consacre une longue depeche a la visit du navire Emira
Fauzia.


II rappelle que les auloritis frangaises avaient empeche cc
navire de debarquer sa cargaison a Tunis.

a) LA CONsliRENCE DE PARIS (Tl'les, 16/7) :

< ...Les seize delegu6s i la Conf6rence de Paris ont
cr6e six colmmissions... Ce qui sortira du travail des
diff6rentes commissions ne sera pas un bilan complete
'des besoins et des resources de l'Europe, 6tant donned
que les pays de 1'Est europ6en ont pref6r6 ne pas y
parliciper. Les d61Pgues ont pris soin d'insister sur
ce point et de rappeler aux absents que des places leur
sont r6servees s'ils changent d'avis.
Lors de la cr6alion du comite de coordination, il a
et6 specific que le nonmbre 'de ses nmembres pourra 6tre
augmiente si d'autres pays europeens d6s.irent, en fin
tie compete, se joindre a ceux qui sont deja r6unis pour
preparer la reponse a Marshall.
Lorsque ]a reponse sera definitivement r6dig6e, elle
tiendra compete sans alucun doute, dans une large me-
sure, 'de l'inter6t vital que reprdsente pour plusieurs
des pays participants une intensification de leurs
changes commerciaux avec 1'Europe oriental. De
nlmnle cette response dolt fournir la preuve tangible que
la mefiance exprimec par l'Union Sovi6tique et don't
se font I'Meho les petites nations de l'Europe oriental
est injustifiee et que la participation de ces pays a la
Conference leur aurail 6t6 profitable.
Ces pr6paratifs sont suivis de pres et avec sympathie
par I'opinion publique amdricaine. Aux Etats-Unis
come dans les pays europ6ens, on pense de plus *en
plus qu'un accord economique entire les differents pays
est la condition essentielle du redressement.
Bien des choses out dejih 6t faites. L'aide amiricaine
a evit6 la misere et la famine a de vastes 'portions de
]'Europe et a permis A des peuples 'dans la misere
d'avoir a nouveau foi en l'avenir. Si 1'on dolt demander
encore davantage maintenant aux AmBricains, o'est
dans l'espoir que 1'Europe peut sortir de la mauvaise
passe que traverse actuellement son 6conomie et qu'elle
pent retrouver l'abondance et l'unit6... )

Ib) L'ALLEMAGNE ET LE PLAN MARSHALL (Daily Teleg laph,
16/7) :

< ...II est 6videmnment peu ctquitable que la Grande-
Bretagne et les Etats-Unis supportent tout le poids du
redressenient de l'Allemagne dans leur zone, de facon
que les pays voisins don'tt des pays neutres tr6s riches
come la Suisse et la Suede) puissent plus tarId en
retire des b6nefices sur un pied d'6galit6. La solution
du probl6me allemand ne peut ctre dissoci6e de la
solution du problem 6conomique de toute 1'Europe, et
la cooperation preconis6c par 31. Marshall est le senl
moyen ide la resoudre.
Les importations et les exportations allemandes doi-
vent 6 re calculecs de facon i s'harmoniser avec les
resources et les besoins des autres pays europdens.
Les barriers douanieres doivent Otre abaissCes et les
probl6mes monetaires rdsolus.
Les voisins de l'Allemagne pourraient montrer leur
desir de coopirer en rendant les 25.000 wagons alle-
man'ds qu'ils n'ont pas renvoy6s dans la zone anglo-
americaine. A cet regard, la France, la Russie et 1'Au-
Irithe sonl les principaux coupables.
-En agissant ainsi, J'aide n6cessaire pour reliever 1'Al-
lemagne serait con sidirabllement reduite, le redresse-
inent serait plus rapid et les perspectives d'un avenir
supportable, bien que modest, pourrait dissiper Papa-
thie du people alleman'd le assurer sa veritable coop6-
ration... >
(R. H. C. STEED.)






BULLETIN QUOTIDIEN DE PHESSE ATRANG*RE 3


II. PRESS AIMEIICAINE



Revue de lit press ai cv'ricaine da 15 juitlet 1947

1. Aide ambricaine

Les dep6ches des correspondents de Paris relatives h la
conference des seize nations sont encore rcproduilcs en pre-
miere page, mais la priority, cst donndc an' discours du ggnd-
ral Marshall, a Salt Lake City.
Par ailleurs, la press reprend les nomlbreuses declarations
officielles faites au sujet du plan Marshall. Elle announce que,
d'aipris la Maison Blanche, le senateur Vandnhberg a indi-
qud que Ic Congrfs ne scrait pas convoqu6 en session sp6-
ciale, l'automne prochain, mais que Ic Prisident s'6tait rd-
serve le droit de le convoquer si la situation lui paraissait
motiver une pareille session. E'le announce egalement que
les leaders republicans de la Chambre ont form un comity
special pour 6tudier les problimes soulevss par P'aide amd-
ricaine h 1'Europe. A ce propos, le chef du part r6publicain
de la Chambre, Martin, aurait diclar qu e lc Congrbs avait
hesoin de se faire une opinion de cc problme independam-
ment des informations qu'il peut reccvoir de l'Exfcutif.
AM. Anderson, ministry de l'Agriculture, de retour d'Europe,
a declared a la press qu'il n'envisageait pas d'expdier des
eiriales amnricaines aux nations placCes dans la sphere d'in-
fluence russe, car, ajouta-t-il, la Russie a des quantities de
grains exportables et < nous n'avons pas l'intention d'en-
voyer des grains dans les regions qui sent approvisionnas
par d'autres sources s.
Le discours radiodiffuse de M. Stassen, candidate rdpuhli-
cain t la Presidence, regoit 6galement une large publicity.
M. Stassen a demand que la politique amiricaine puisse
convaincrc le Kremlin : 1 que I'Amfrique nc subira pas de
ddgression 6conomique et, 2, que les cohmmunistes n'ont
aucune chance de s'infiltrer aux U. S. A. M. Stassen a appuysi
chaleureuscment la proposition Marshall d'aide h 1'Europe
et ii a dit notamment qu'il 6tait convaincu que le course des
6v6nements europiens rendrait indispensable une reunion
d'une session spiciale du Congres. Cette declaration a Wet
faite alors que M. Stassen connaissait la declaration Van-
.den'berg signal6e plus haut.
Callender est le seul correspondent h Paris h donner une
reaction A la declaration Vandenberg. I1 6crit que 1'espoir
d'ag'ir rapidcment qui a Wet exprimi it Iaris par M. Bevin et
par d'autres, n'a pas 6td encourage par les declarations du
President Trisman et du s6nateur Vandenberg, indiquant que
le President n'avait pas 1'intention pour le moment de con-
voquer le Congris en session spEciale cet automne. II ajoute
que 1'espoir des dfleguns n'a pas Wte ranimc non plus par
les rapports venus de Washington ct publits a Paris aujour-
d'hui. Callendcr remarquc que la Russie ne manque jamais
d'exploiter au maximum Ics hesitations et les d6lais du
Congris amiricain. Il termine en discutant de la question
de la Ruhr, notant que, curtains experts europiens consi-
dirent que T meilleure solution consisterait i employer les
sperialistes americains dans les mines de la Ruhr; ainsi,
dit-il, ces mines scriient exploities efficacemcnt dans 1'in-
tiret de l'Europe.
Kuh, correspondent de P.. t Paris, crit : Les rdisultats
de la conference 6conomique de Paris, d'aprbs les principaux
,dlteguns. aecroitront cerlainement la tension qui existe entire
PUnion Sovi6tique et I'Ouest >). Mais 1'6ditorialiste de P.M.
estime que la Russie est en train de consolidcr son empire
economique i' P'Est de 1'Europe et il ajoute qu'il est coo-
vaincu que cela serait arrive mi&m si le plan Marshall n'a-
vait jamais Mt6 propose. La proposition Marshall n'a fait
que donner aux Russes 'occasion qu'ils cherchaient. II
estime qu'il serait dangereux de fair de 1'Allemagne la base
de la reconstruction industriclle de 1'Europe, rappelant a
cette occasion que les deux guerres mondiales aUraient dte
vaines si, dans quelques ann6es, l'Allemagne devait redevenir
la puissance mattresse de 1'Europe occidentale. Il admet ce-
pendant la n6eessitd d'augmenter la production allemande
Smats propose que les industries lourdes soient tenues sous
Utn contrble sdv&re et conclut h la ne6essiti de choisir la


Granid-Bre agnie co nile centre ll nlou vcl empire 6conoillique
de I'Europe dc l'Outstl : Leas Britanniques ne deviendront
vraisemblablement pas fascialcs cl nl deviendront vraisclm-
blabhnlcimnl pas coniniunistes v.
Le discourse Marshall est reproduit sous des litres annon-
gant que les U. S. A. doivent se ddcider, s'ils d6sirent main-
tenir la d6mocratie dans le monde Le Times Herald l'an-
nonce sous le titre : < Aidons 1'Europe et bloquons la
lussic >.
Le correspondent du Baltimnre Stiu declare que le discourse
Marshall a 6t, interpir6t commne significant que les 9J. S.A.
.doivent decider maintenant s'ils ddsirent cdder deviant le
d6velolppecmen. de la domination russe en Europe ou bien
prendre position pour prdserver la ddmoc.'atie occidental
it tout prix.
La decision des leaders republicans h Ia Chambre de for-
mer unl conit, special d'enqucte qui fera pratiquement
double emploi avec les comitds des Affaires etrangbres de la
Chambre et du S6nat entraine des commentaires varies.
David Lawrence, journalist proche des milieux republi-
cains, va jusqu'i dire clue le Pr6sident Truman a perdu
i'appui decs deux parties qu'il cscomptait trouver pour soute-
nir le plan Marshall. g'ris ne voudrait pas voter ties milliards pour l'Europe sim-
plement parce que 1'Administration le lui demanderait... La
v6ritc est que M. Truman a mal conduit ses relations avec
le Congrfs bien que les fits de cette situation soient lents
a paraitre >. I1 estime que le p'an Marshall a peu de chances
Wd'tre adopt pour le moment ct que ce nc sera que lorsque
l'Europe fe'a connaitre ses arguments en faveur de l'aide
amiricaine clue le CongrBs pourra sc prononcer. Mais, s'il le
faith, dit-il, ce sera ,c h cause tes fits presents par l'Europe,
mais non i cause e t la confidence que l'on peut avoir dans
les arguments de I'Administration a.
Plusicurs articles et leditoriaux sont encore consacres an-
jourd'hui i la question allemande. Le New York Times con-
sii're loujours que l'Allemagne est < le centre industrial ct
la central de I'energie du continent et clue cecle-ci doit Mtrc
mohilisbe pour redresser 1'fconomie europdennc '. 11 recon-
nait que deux ans d'administration allide en Allemagne et
un an d'administration anglo-amdricaine a 1'Ouest n'ont
alouti qu' i un ichec. II l'atriibue i la politique allemande
de Washington autant qu'au manque de cooperation h l'intf-
ricur du Conseil allied ct il prdconise l'tablissement d'un
gouvernement allemand dans les zones de l'Ouest, le dCsar-
mmeent comp'et de 1'Allemagne ct le relvcment te la pro-
duction allemande.
L'dditorial du Times Herald est intitul : (< La Ruhr est
Ia cle de la situation >. 11 r6clame l'augmcntation de la
production allemande et envisage l'oppo.sition que la France
pourra fair h cette proposition, mais il ajoute que la ner-
vosi! dte la France disparaitra prohbalement quand les
plans d(finitif:t concernant la Ruhr nuront 6t6 fornmuls.

2. Grace

Les nouvelles de Grece annoncent que les troupes gonverne-
mentales ont repous-sC les guerillas sur la frontiere albanaise
et que le gouvernemcnt g.'ec a adrcss, unc leltre au Conseil
de Sdcurite lui demandant dt hiter la ridactl ion (lu rapport
de la Commission d'cnqutte halkanique. Lcs nouvelles de
(r&cc ont provoqud de l'inqui6tude i Washingtoli ct le cor-
responldant dun New YoI'o Heirald Tribune declare cque le gou-
vecinement amfricain n'a aucunement l'intention d'inlervcnir
militairemnent si les forces gouvernementales greequces s'd-
croulent sous la pression des guerillas. Par ailleurs, la pres-:e
signal que le premier ministry albanais est arrive\ hier nans
la capital sov:'tique.

3. Iran

Une ddepche A.P. de Tfhdran rapport les declarations
du minister des Affaires etrangeres iranien indiquant quc
le Parlement iranien rejettera certainement la proposition
de formation d'une compaignie p6troliere russo-iranienne qul
autoriserait les Russes a participcr it l'explorntion de ri-
chesses, p6trolieres de 1'Iran,





4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


4. France

Toute la press reproduit les articles et sotivent les photos
concernant la c6r6monie qui s'est d6roulec I I'ambassaae
de France, hier, et an course de laquelle Mme Roosevelt a
recu la m6daille militaire d6cernec au Pr6sident Roosevelt
par le gouvernement franqais. La presence du President Tru-
man A cette cer6monie est signaled dans tous ces articles et
on le voit sur les photos accompagn6 de Mme Roosevelt et
te M. Bonnet.
Les correspondents de Paris font 6tat des ciscours pro-
nonces t I'occasion du 14 Juillet et rapportent que le danger
de gr6ve des fonctionnaires est d6sormais 6cartt.
Le New York Times consacrc un editorial a ce qu'il appelle
1' a Impasse indochinoise > ; il critique lcs plans du gouver-
nement frangais, distant notamment qu'on tlit qu.' M, Bollacrt
retourne a son poste avec un plan visant a ecicourager les
61lments antivietnamiens en Annam et au Tonliin, 6lements
qui s'opposent an Pr6sident Ho Ghi Minh et a son gouverne-
ment r6publicain. La rumenr rapport qu'un effort est faith
pour ranmener l'ancien empereur d'Annani Bao Dai sur son
tr6ne. Cela semble 6tre l'application du principle de base du
colonialism d6modt : < Diviser pour regner > et cet t dito-
rial reconnait qu'il y a une agitation communist en Indo-
chine, mais il declare qu'il y a beaucoup de personnalit6s
non communists dans le government du Viet-Nam et que
cclui-ci a des < tendances non communists n-ais nationa-
listes et antifrangaises et non antiblanches >. C'est, de I'avis
presque unanime des observateurs neutres, un viritable mou-
vement national appuy6 par des gens qui connaissent plus
le communism qu'ils ne connaissent la d6inocratie. mais qui
ont l'intention d'ohtenir ]eur liberty.

LA CONFERENCE DE PARIS.
1. New Ybrk Times (14/7) :
< La Conf6rence de Paris, pour laquelle e president
Ramadier vient d'6noncer la s6vbre devise suivante :
< L'Europe doit s'organiser ou mourir >, : d6but6 de
facon prometteuse. Liberes de la tactique 'd'obstruction
de la Russie qui a vici6 toutes les conferences inter-
nationales depuis la fin de la guerre, les reprisentants
de 16 nations parlant au nom de 219 millions d'hom-
mes et disposant de la plus grande parties des ressour-
ces europ6ennes, se sont engages avec une hAte d'hom-
me.s d'affaires dans ce quie M. Bevin a appeal t une
reunion d'affaires > pour reliever le d6fi que leur a
lanc6 M. Marshall et pour 6tablir un plan de redresse-
ment qui constitute la condition essentielle pour obtenir
ulltrieurement une aide des Etats-Unis...
Ce n'est pas une conference destined seulement A r6-
partir l'aide am6ricaine; c'est une conference qui mo-
bilise routes les energies europ6ennes et utilise les res-
sources de l'Europe de facon A permettre A ce conti-
nent de s'aider lui-m&me pour que 1'Ambrique prisse
limiter son aide au role e comrlitmentaire > qui con-
siste A coavrir un deficit inevitable et purement tempo-
raire. En d'autres terms, contrairemenf A ce qui s'est
passe antehiecurement, on n'insiste pas sur 1t repartition
ou la destruction, mais sur la construction ct la produc-
lion. 5>
Mais cette conference pent et doit surmonter deux
diffloultes. Elle doit tenir compete de ce qui constituait
et constitute encore la central Alectrique et le coeur in-
dustriel 'de 1'Europe : h savoir l'Allemagne ou la plus
grande partie possible de I'Allemagne. Et elle dolt four-
nir un stimulant efficace h la main-d'oeuvre pour tra-
vailler et aux capitaux pour Ntre investis 1l of ils sont
le plus n6cessaires. >>

2. TWhrhington Post (14/7) :


< La presence de 16 nations
Washington comme beaucoup
1'abstention ae 8 nations de


A Paris est consideree A
plus important que
'Enrope orientale. Les


-pays qui sont repr6sentes ai Paris constiuent Ic ocurW
in'dustriel, politique, spiritual et cultural du continent...
C'est l'Europe don't les idWes de liberty politique .se
sont d6velopp6es ct se soni r6pandues jusqu'au bout
du monde. Si cette Europe veut bien faire passer A
1'arriere-plan certaines de ses rivalit&s nationals, si
elle garde encore un peu de son ancienne force Id'Ame
ct d'esprit, il n'y a pas de raison pour qu'elle ne puisse
se mettre d'accord sur un important programme de re-
construction...
Les Etats-Unis se tiennent h 1'cart de la Conf6rence
de Paris, n'y participent pas et ne lui donnent aucune
'directive a part les conversations du sous-secr6taire
d'Etat, M. Clayton, avec les dirigeants europeens...
A l'heure antuelle, le moment est venu pour l'Europe
de montrer si elle posslde encore l'Nnergie et les res-
sources intellectuelles qui ont fait sa grandeur. Les
Etats-Unis ont lanc6 un d6fi aux dirigeants europ~ens.
La Conference de Paris prouve qu'ils ont accept tie
Ic reliever. >

3. PhiatdetphlAt IniquIrer (14/7) :

< Le group occidental a fait son choix. II cherche
a eviter le chaos qui. si l'on nne prend pas des measures
serait inevitable. C'est entierement la faute de la Russie
si, A I'heure actuelle, deux blocs europ6ens se sont
constitutes.
On doit faire tout ce qui est possible pour m.inimiser
l'aspcct politique de la question. On devrait tenter de
prendre toutes les measures qui, tout en r6pondant aux
besoins essentiels 'des pays participants, pourraient em-
pIcher la guerre 6conomique entire les deux r6gions...
Le plan Marshall si les nations qui sont repr6-
sentees A Paris montrent qu'elles le d6sirent v6ritable-
ment dolt 8tre si bien applique que meme la Russie
puisse s'apereevoir a la longue qu'il est interessant de
cooperer avec le reste du monde pour la prosp6ritA et
la paix. >


III. PRESS SOVIETIQUE



Revlue de la press sovidlique des 14 et 15 jillet 1947
1. La Confirence de Paris
La Pravda d e lundi public dcux t6legrammes du corres-
pondant de I'agence Tass 1 Paris sur la conference propre-
ment dite. Les autres journaux y ajoutent une court d6pdche
de Paris sur Ia stance dn comi'6 de travail. Cette d6pcehe
relive commc n un detail curieux le fait qu'A la conf6-
rence de press du minist6re des Affaires mtrangires, la com-
position des comites alt 6te announce non pas par le repr&-
sentant du service de press des Affaires 6trangbres, mais
par an des correspondents anglais. La. ddpMche ajoute que
dans les milieux journalistiques de Paris on dit ique les
Am6ricains ont demand que I'on accordat a 1'Italie la
place de e troisi6me puissance aux c6tcs de I'Angleterre
et de la France. Cette directive aurait td exdcutene.
Une srrie do t6ligrammes et plusieurs commentaires con-
cernent les probliemcs 6contmiques li6s i ]a Conf6rence dte
Paris. ls ttudient surtout les forms de l'aide amricaine :
nature des premiers envois am6ricains pour 1'aide a la Grbce,
plan d'intervention am6ricaine en GrCce; accords americhno-
tures d'aide A la Turquie; conversations hollando-amdri-
raines pour un emprunt. Les Izvestia publient une note de
Morane intitul6e < Le pisge du dollar t sur les conditions de
1'emprunt amrricain A I'Angleterre interdisant certain achats
on les limitant dans les Dominions. Selon le journal, a si
les philanthropies am6ricains ont trait si rudement leurs
fr6res anglo-saxons, on peut se reprs'enter quelles conse-
quences une aide de cette sorte entratnera pour les autre,
pays europdens. La Pravda, dans.un article de Risakov sur







IBULLEtIN QUOTIDItN DE PRESS ETIANGtRE


c les U.S.A. et les pays scandinaves n, met en garde ces
derniers centre les dangers de la p6nitration americaine.

2. La politique des Etals-Unis
On peut rclever les didpches suivanfes concernant la poli-
tiqu'e intdrieure : declaration de M. La Guardia sur la crda-
tion d'un troisinme pa.ti aux Etats-Unis; la question nigre;
opposition A la loi Taft Hartley.
Dans les Izvestia, deux notes de Morane sont consacries
t la champagne anti-sovidtique aux Etats-Unis.

3. Nouvelles d'Alenmagne

Une sdrie de depeches concern ce sujet. Ce sont : stance
du comitd du bloc des parties anti-fascistes de la zone d'oc-
cupation sovietique de 1'Allemagne; opposition du parti
socialist de Hanovre en zone anglaise h la liberty de la
presse et a l'dchange d'informations entre- les deux zones;
resume d'un article du Neues Deutschland sur les conversa-
tions anglo-ambricaines sur la Ruhr; resumd d'un article du
Vorwarts sur les poursu'ites auxquelles sont en butte les
zones occidentales.

4. La lutte pour la ddimocratie dans le maonde

On relive d'Extreme-Orient : plan de control de 1'Etat
sur I'extraction de la houille au Japon; CongrBs national des
syndicats de production a Tokio; Emeutes du riz en Chine;
Session de I'Assemblie Constituante du Conseil hindou; No-
mination des gouverneurs g6ndraux du Pakistan et de 1'Hin-
doustan; Situation en Indondsic et les mefaits des troupes
hollandaises it Cel6bes.
On signal d'Europe Centrale et Orientale : project de loi
ilectorale en Hongrie; action de bands terrorists A la fron-
ti6re austro-yougoslave; la situation en Grece et I'arres-
tation des communists; la situation en Italic, on Yougo-
slavic et en Bulgarie.



IV. PRESS POLONAISE


DES DEUX FUNCTIONS DU DOLLAR (Rzeczpospolita, coali-
tion gouvernementale, 15/7) :

< Si, par d6mocratie du dollar, on entendait la ten-
dance du gouvernement des U.S.A. a garantir h l'indus-
Irie am6ricaine les meilleures conditions de vente, cette
expression n'aurait pas en Europe une resonnance fi-
cheuse, alors mime qu'elle permcttrait de conslater
que le gouvernement amiricain lutte pour assurer les
chances les plus favorables aux gros capitaux. Mais la
question se complique du faith tque les dirigeants de la
politique americaine refusent aux autres gouvernements
un droit don't ils entendent, quant i eux, faire un usage
illimit6 : -e droit de .difendre les int6erts 6conomiques
et politiques de leur pays. Dans la pratique, les choses
s.e passent de telle maniere rque le gouvernement des
Etats-Unis, s'6tant reconnu comp6teilt pour determiner
quels parties politiques repr6sentent le mieux les intO-
rets de leur pays, accord ou refuse son concours finan-
cier, suivant que les parties en question sont au pouvoir
ou dans l'opposition.
On sait que le Departement d'Etat ne voit pas d'in-
conv6nients A ce que les parties ouvriers soient dans
'opposition. Bien plus, et partout oh il le peut, il cher-
che A les y pousser. Ce n'est done pas un hasard que
tous les 6l6ments anliouvriers considerent aujourd'hui
les Etats-Unis comme leur allied naturel...
En France comme en Italic, oh les parties ouvriers ne
participent plus au pouvoir, leur influence grandit pour-
tant, et cela parce Ique les gens simples voient bien, par
1'exemple de la Gr6ce et de la Chine, od aboutit la fonc-


tion du dollar dans I'application politique qu'en font
ses dispensateurs. II est difficile de ne pas comprendre
que, du moment qu'il revet 1'aspect, non d'une miche
de pain ou d'une machine-outil, mais d'un tank, le dol-
lar perd par cela meme tout son attrait...
D'autre part et pour peu que 'on se ref6re, par exem-
ple, i la declaration de M. Clayton, suivat laquelle la
France doit importer des U.S.A. des denr6es alimen-
laires p!.ut6t que des machines, on s'apergoit [ue i'aide
du dollar agit a la fagon d'une piqfire qui ranimera sur
le moment la vie economique de fa France, mais i la
longue risquera de paralyser ses assises : 'essor de 'in-
dustrie et la mecanisation de l'agriculture.
Les milieux europeens qui considerent avec d6faveur
la diplomatice du dollar, ne pkchent pas par exces de
candeur ni ne veulent persuader aux naifs que les cr6-
dits americains sont inutiles h 1'Europe. Ils sont seu-
lement assez raisonnables pour faire la distinction qkui
s 'impose entire les deux fonetionS du dollar. 3


V. PRESSE BELGE


LA CONFERENCE DE PARIS (La Cild Nou llle, 16/7, catho-
lique de gauche):
a La cooperation Cconomique europeenne est mainte-
nant un faith. Ce soir, la conference de seize nations se
separera. Des demain, Porganisme qu'elle aura fini.de
career ouvrira ses travaux au Grand Palais, oh il siegera.
Quelle sera la tiche de cette organisation ? Dresser
avant le 1'J septembre le bilan des resources et des
plans de 1'Europe, proposer la repartition des disponibi-
Jilts des pays d'Europe, 6valuer le montant de l'aide
qu'il faudra demander a l'Am6rique.
Au lendemain de cette date du e1" septembre, la Con-
ference se rtunira de nouveau pour adopter ce rapport,
le retire au point et le transmettre A Washington.
Comment fonctionnera cet organism ?
Chaque Comit6 technique 6tablira le chapitre du rap-
port qui est de son resort. Le Comit6 Ex6cutif se ruu-
nira tous les jours pour controler et orienter les tra-
vaux des Comilts techniques. Enfin, au cas d'un litige
qu'il ne voudrait ou ne pourrait r6gler de sa propre
autorite, il denianderait au ComitI de Cooperation qui
coiffe 1'organisation toute entire et oil sitgent tous les
participants, de se reunir pour trancher le d6bat. Ce
Comild de Cooperation pourra, s'il le desire, modifier
A tout moment la structure de l'organisation toute en-
titre. De mnme, A tout moment, les pays qui ne siggent
pas dans un Comitl technique pourront 8tre invites par
ce dernier A participer, sur un pied d'6galitt, aux tra-
vaux d'une sous-Commission qu'il creerait. >



VI. PRESS SUISSE


AUTOUR DE LA CONFERENCE DE PARIS.

1. JouirnItl de Genizue (16/7) :
< S'il est lne nation que l'on a p!aisir a voir singer
a I'actuelle Conference de cooperation europeenne a Pa-
ris, c'est bien l'Italie. Rihabiilile, elle fait ainsi sa ren-
trec dans le concert international, et a un moment oft
sa participation n'en prendilue plus d'importance, puis-
que huit nations, outre la Russie, se tiennent p:us ou







6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE


moins volontairement a 1'6cart des efforts tents pour
reconstruire 1Europe.
A vrai dire, on ne saurait imaginer une Europe sans
1'Italie, pas plus qu'on ne la concoit sans 1'Allemagne...
Revigorer 1'6conoimie europ6enne ne saurait consti-
tuer qu'une tape, et c'est A une veritable renaissance
spirituelle de 1'Europe et du monde que doivent tendre
les efforts des hommes d'Etat responsables. Dans ce;
conditions, on ne peut fire abstraction du concourse de
l'Italie, h6ritiere -de la Rome antique et berceat de la
religion chr6tlenne...
L'Italie a sans doute grand besoin de 1'aide ext6-
rieure, mais elle ne se pr6sente pas les mains videos,
uniquement pour qu6mander. Elle peut fire sa part
dans l'oeuvre de reconstruction envisage. Elle d6ltient
un capital pr6cieux, celui de sa main-d'oeuvre, et elle
est prete A l'offrir L ses voisins qui en manquent. Bien
plus, elle l'a d6ja tait, en concluant par example avec
]a France un accord qui pr6v.oit l'envoi de dein' cent
mille travailleurs italiens au delA des Alpes. La Suisse
b6n6ficie 6galement de cet appoint de main-d'oeuvre et
les Italiens, admirables constructeurs, pourront remain
pr&ter leur concours partout oh I'on doit rebatir...
L'Italie, malgr6 ses d6boires et sa d6faite, b6neficie
encore d'une position stratei6ique de premier ordre. Elle
s'enfonce profond6ment en M6diterran6e et constilue un
glacis en face des Balkans et de l'Europe central. L'in-
t6r&t des Anglo-Saxons A I'attirer dans leur jou est evi-
dent, surtout si la separation du nionde en deux blocs
devenait definitive.
Au sortir de la guerre, cette situation g6ogralhiiiqui
6tait A pen pros le seul atout don't disposaienl les diri-
geants italiens. Ils ont su s'en servir. On serait mal
venu de le leur reprocher.
Dans ces conditions, la rentree en scene de 1'Italic
s'inscrivait dans l'6volution logique des 6vCnemenis. Son


retour marque 6galeanent une des premieres applica-
tions de cette grande loi du pardon 6voqu6e il y a
quelques nmois par M. Churchill, et a laquelle il faudra
bien se plier t6t ou tard si l'on veut que 1'Europe
revive. ,

2. National ZelIuny (15/7, edition du martin) :
u Si logique que Ie plan actuel puisse apparaitre,
quelle que soit la disproportion entire les besoins des
diff6rents pays en dollars, en matieres premieres, en
machines, et la contribution qu'ils sont susceptibles
d'apporter au rel6vement du continent, une simple si-
gnature appos6e au has d'un tel plan risque d'avoir
les repercussions les plus s6rieuses sur la position du
gouvernement de Vienne a 1'Ogard des autorit6s occu-
panics sovi6tiques. On trouve mime ici des observa-
teurs qui veulent voir dans les incidents don't la fron-
tibre austro-yougoslave a 6tW le theatre, la premiere
reaction a la participation autrichienne A la Conf6-
rence de Paris : on cr6e au gouvernement de Vienne
des difficulties lI oil on le peut. L'Autriche sert v6rita-
blement de pierre de touche; si les Russes acceptent
qu'elle se << rattache > A l'Ouest, cela signifiera, en d6-
pit de tons les 6v6nements anterieurs, qu'ils veulent 6vi-
ler un conflict s6rieux, car leur intervention eu Autri-
che provoquerait n6cessairement une contre-attaque des
autres puiissances occupants. Le gouvernement de
Vienne sait cierainement que dans tout ce qu'il a fait,
il joue avec le feu. Le grand art de la diplomatic con-
siste a ne pls laisser jaillir la flamme, le thermomrtre
dht-il monster tries haul. A la Conf6rence de Paris, cette
necessity car c'est une n6cessit6 si l'on ne veut pas
s'exposer A dets consequences incalculables jouera un
grand ro!e. >
()u corresilondant a Paris de la Nalional Zei:unjig


S. P. I. Imp.. 27, rue Nicolo, Paris 31.3009 Pnix 6 francs.


& P. I Imp.. 27, rue Nic-olo, Paris 31.3009


Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs