Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00140
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: July 16, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00140
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRAN;AIS
D'INFORMATION
MINISTERE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRAN-AISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INPmF w
ET D S RESIR .


BULLETIN


DE


PRESS


16 juillet 1947.


QUOTID


ETRANGEtRE


Nouvelle Serie No 718


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La Conf6rence de Paris:
1. Su &lay Times (13/7) ,
2. Daily Telegraph (14/7);
3. News Chronicle (14/7).
b) Les rapports franco-britanniques :
1. Daily Herald (15/7) ;
2. News Chronicle (15/7) ;
3. Daily Telegraph (15/7).
II. PRESS AMbRICAINE.
La Conference de Paris :
1. New York Herald Tribune (12/7);
2. New York Herald Tribuuie (14/7).
III. PRESSE SOVIETIQUE.
IV. PRESS POLONAISE.
j) La Podogne et La Conference de Paris.
1. Zycie Warzawy (13/7) ;
2. Glos Lndu (13/7).
b) Les rapports franco-polonais (Rzecspospolita,
14/7).
V. PRESS BELGE.
La Conference de Paris (La Libre Belgique, 14/7).
VI. PRESS SUISSE.
La Conference de Paris:
1. Neuie Ziiricher Zeitung (13/7);
2. Busier Nachrichten (14/7).
VII. ANNEXE.
Autour de la Conference de Paris:
1. D6peche du correspondent de 1'Agence Tass
i Paris.
2. Communique officiei sovi6to-tch6coslovaque.

I. PRESS BRITANNIQUE

Reoue de la press britannique du 15 juillet 1947
L'int6ret de la press se partage h nouveau ce matin A pen
pres egalement entire les affaires de Grece d'une part et la
Conference de Paris et l'aide amerlcaine h 1'Europe d'autre
part. Sur le plan inftrieur, ce sont surtout les modifications
dans le rationnement (en particulier la reduction de la
ration de the annonc6e hier par M. Strachey) qui retiennent
I'attention des journaux, londoniens.


1. Confirence de PFiris et aide americaine i l'Europe
Toute la press announce que le Comit6 de travail a ddsigne
les membres de quatre Comites techniques et que oette d6si-
gnation doit 4tre approuvde aujourd'hui en seance pl6nibre.
L'optimisme continue a dominer dans les competes rendus
des correspondents qui se felicitent de la rapiditM avec
laquelle ces decisions ont 6t6 prises.
Toutefois, la plupart des journaux reproduisent les cri-
tiques violeintcs adressdes a la Conference dans une d6cla-
ration faite hier par l'attach6 de press de l'ambassade polo-
naise h Londres. D'apr6s ce fonctionnaire, cette conference
ne serait qu'une duperie car elle aurait pour but de faire
passer la reconstruction de l'Allemagne avant celle de ses
victims.
D'autre part, certain journaux mettent particuliBrement
en evidence, et parfois en premiere place (Daily Express,
Daily Herald), les nouvelles de Washington suivant les-
quelles le Congr6s americain ne se r6unirait pas en session
special avant la fin de l'annee pour voter la legislation rela-
tive A l'aide h I'Europe. Cette decision aurait e6t prise hier
par le president Truman et par les dirigeants du' Congr6s.
S'il faut en croire Guy Eden (Daily Express), elle n'aurait
cause aucune surprise i Lordires oi l'on espererait que oette
legislation pourrait dtre votee en quelques semaines au debut
de 1948, ce qui permettrait d'Bviter, .en Angleterre, de nou-
velles restrictions.
Au contraire, le correspondent diplomatique du Daily
Herald insisted sur l'indecision provoquie par le retard qu'en-
trainerait la decision du President. II 6crit notamment qu'un
de ses effects immediats est d'accroitre la parties du travail
du Comite europeen de cooperation qui toucherait au project
d'assistance mutuelle" plut6t qu'aux demands d'une aide
americaine. Ce correspondent insisle d'autre part sur la ra-
piditE avec laquelle la Russie s'efforce de rendre I'Europe de
1'Est economiquement independante de l'Ouest par une serie
d'accords bilateraux,
2. Grace

Tous les journaux publient & nouveau des depches rela-
tives aux combats qui se livrent dans la region de Konitze,
oi les rebelles auraient 6t6 repoussis vers la fronti6re alba-
naise. On parlerait moins maintenant A Ath'bnes d'une bri-
gade international et l'on se contenterait d'affirmcr que les
Albanais auraient et6 captures parmi les guerillas.
Tandis que le correspondent du Daily Telegraph h Ath6ncs
announce 1.600 nouvelles arrestations de communists a
AthBnes et au Pir6e, le grand journal conservateur met les
nouvelles de Grece en rapport avec le depart du premier
ministry albanais pour Moscou.
La plupart des journaux signalent que la Grice a demand
au Conseil de Securite de I'O.N.U. d'agir rapidemcnt en rai-
son de l'aggravation de la situation.
Celle-ci, s'il faut en oroire le correspondalft du Daily
Herald h AthBnes, pourrait difficilement etre plus sdrieuse.
D'apr6s le correspondent special du Daily Worker, la ter-







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGARE


reur rignerait a Athines et au Pirde ct le total des arres-
tations s'd61verait A1 6.000 pour les cinq dern\.rcs journeys.
Le correspondent du Times h Paris revient sur ]a ques-
tion de la brigade international qui aurait 61t recrutee en
Europe occidentale pour intervenir dans les Balkans. Solon
c, correspondent, il semble que le quarter g6niral dt la
, Brigade balkanique n est situ6 dans I region de Toulouse.
Une parties des volontaires seraient espagnols, inais la majo-
ri!i serait d'origine grecque, mais < on deconscille aux Fran-
cais de s'enrOler,'probablement parce'qu'on peu't les utiliser
en France d'une facon plus profitable... > Les effectifs recrutis
seraient assez faibles, do sorte cque la Brigade est surtout
un symbode dc l'unit6 prol6tarienne en Europe ct dans le
monde.
Le mi mne journal signal enfin des reunions au course des-
quelles des souscriptions sont organisees en France ca faveur
des partisans grrcs.
3. Inde

La plupart des journaux font une place importlnte aux
discussions qui se poursuivent a la Chambre des Communes
sur Ie bill d'ind6pendance de 1'Inde. Ils soulignent genera-
lement la rapidity avec laquelle oette discussion est menee.
Ils publient d'autre part des de6pchcs relatives h 1'ouver-
ture de la 4'' session de la Constituante a New-Delhi.
Le Manchester Guardian so demand si 1'Inde ne quitter
pas le Commonwealth avant la 1n de l'ann6e.

4. Allocution de M. Bevin

Un grand nomlbre de journaux reproduiscnt I'ess(ntiel de
I'allocution adrssc au people francais par M. Bevin i P1'oc-
casion du 14 juillet. Le Daily Teldgraph, le News Chronicle.
le Daily Herald profitent de cette occasion pour consacrer
des 6ditoriaux a la France ct aux iclations franco-britan-
niqucs. (Voir ces articles plus loin.)

5. France

Dans plusicurs journaux, des depeches rondent compete
bricvement des rdjouissances qui ont marqu' e c 11 juillct
et signalent que le Congres des fonctionnaircs a; dcid6
d'ajourner la grive.
Le correspondent du Times A Paris estime que les fonc-
tionnaires se soumettront probablement au verdict de 1'As-
semblic. Il conclut que l'attitude patient ct ferme du gou-
vernement ne manquera pas de renforcer l'autorit6 ct le
prestige de M. Ramadier.
De son cbte, Ic correspondent du Manchester Guardian
6crit que le gouvernement a agi avec beaucoup d'hallilete en
d6posant un project de loi devant le Parlement. I1 souligne
l'importance du discours prononcde Arras par M. Vincent
Auriol.
6. Tchicoslovaquie
La plupart des journaux attachment une certain impor-
tance aux declarations du ministry de 1'Agriculture d.:s Etats-
Unis suivant lesquelles la Tchecoslovaquie ne recovra plus
de denrdes alimentaires des Etats-Unis.
Cette declaration fournit les manchettes du Daillj Mirror
et du Daily Worker qui parent de chantage amiricain s.
7. Voyage de Mmne Peron
De braves notes sont consacrdes A l'dventualitd du voyage
de Mme Peron I Londres. L'impression gdinrale eCt qu'on
pcut encore envisager cc voyage avant la fin du mois, imais
les milieux officials ont dementi qu'une invitation lui ait
6tdi adrcss1e par la reine d'Anglcterrcr.
8. Conference de GenEve
Quelques journaux fonft mention des travaux do cette
conference et r6sumxent briAvement les declarations faites a
la press hier par Sir Stafford Cripps A Gen6ve.
9. Allemagne
Tandis que le correspondent special du News Chronicle
consacre une longue d6piche a I'dtat general en Allemagne
qu'il estime mauvais ct presque dangereux, le correspondent


particulier du Daily Telegraph etudic, dans un article de
fond, la situation de la zone britannique et particulircTncnt
la menace d'une d6sorganisation du system des transports.

10. Roumianie
Le correspondent du Daily Telegraph a Bucarest signal
que la police vient de lancer une vast operation centre Ics
chefs du parti paysan.
11. Converlibilitl de la livre
Quelques journaux annoncent que deux accords vicnncnt
d'etre conc lus A ce sujet avec la S'uede et l'Uruguay.

12. Egyple
Le Times public un article de fond et un editorial sur la
ddmarche de 1'Egypte h I'O.N.U.

,c) LA CONFERENCE DE PARIS.

1. Stundy Times (13/7, conservatetr)

< ...Probablement, la plus grande difficult A laquelle
la Conference devra faire face, c'est le fait que la Rus-
sie, non content de refuser d'y participer, fait de son
Imieux pour la faire 6chouer. En plus de la forte pres-
sion qu'elle a exerc6e sur ses huit satellites pour les
empbcher d'assister A la Conf6rence, elle a pr6venu
d'autres pays qu'ils couraient le risque de lui d6plaire
en acceptant d'examinor un plan qui a 6t,6 dnonc.6 par
ses porte-parole officiels...
En attendant, il est probable qu'on attachera une im-
portance presque gale A celle de la Conf6rence, aux
discussions des experts britanniques et am6ricains qui
doivent se reunir A Washington pour examiner le pro-
bl6me .de la Ruhr. Les Am6ricains d6sirent vivement
acc61lrer l'exploitation des mines et des industries de
la Ruhr, en raison de 1'6norme potential 6conomique
qu'elles represtentel.
Les Francais n'onf pas et6 inviles A ces discussions,
parce que cela 6tait impossible en raison ide leur refuse
de joindre leur zone d'occupalion aux zones britan-
nique et anmricaine, mais on leur a dit qu'ils seraient
les bienvenus s'ils acceptent de -collaborer dans routes
les questions relatives aux zones occidentales...
Les deux ou trois prochains jours devraient montrer
si l'hoslilit6 de la Russie A l'6gard du plan Marshall va
se manifester ,dans d'autres donaines, centre les pays
don't les repr6sentanls sont maintenant r6unis A Paris.
Ainsi, les n6gociations anglo-russes qui se d6roulent h
MIoscou depuis quatre semainies senmblent avoir atteint
un point critique...

(Du r6dacleur diplomatique du Sunday Times.)

2. Daily Telegraph 1(14/7, conservateur) :

e Sous la pr6sidence de M. Bevin, la Conf6rence de
Paris a commence ses travaux avec une energie et une
bonne volont6 dignes d'eloge. Tant *dans les sessions
pl6nilres que dans les reunions du Comit6 directeur, il
n'y a eu aucun de ces changes empreints .d'acrimonie
qui, depuis la flu de la guerre, out relard6 les travaux
d'un si grand nombre de consultations internationales...
Contrairement aux proph6ties de source sovi6tique, holes
petites puissances n'ont pas 616 contraintes d'accepter
une alteinte quelconque a leurs droits souverains, pas
plus qu'elles n'ont 6t6 places dans l'impossibilit6 de
faire connaitre leur point de vue sur la fagon don't la
Conference devrait conduire ses Iravaux pour atteindre
lc but qu'clle souhaite...
Le principal objet de la Conf6rence est de faire le bi-
lan des resources et des besoins de I'Europe. Ce bilan






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 3


est inl6rcssant en lui-mimme, mime si les Etats-Unis ne
,devaient pas satisfaire certain de ces besoins, ce qui
semble improbable. Bicn qu'on ne puisse reliever au-
cune faule de la part des pays represents A la Conld-
rence, une parties important de l'Europe soumise A l'in-
fluence sovi6tique refuse A l'heure acluelle de faire con-
naitre sa situation 6conomique. D'apres 1'opinion des
pays repr6sent6s A Paris, il esl evident que personnel
n'a l'intention de laisser I'O.N.U. ,de c66t, ipas plus que
les orga'ni.smes (comme ceux du carbon et des trans-
ports routiers, par example) qui ont d6ja 6te .tablis en
Europe. Personne non plus ne desire s'immiscer dans
les traits commerciaux conclus, soit entire les Etals
participants A la Conference de Paris, soit entire eux et
d'autres pays, A moins qu.e les pays qui ont conclu ces
traits ne d6sirent qu'ils soient modifl6s...
3. News Chronicle (14/7, liberal) :
r La Conference de Paris s'est ouverte dans une
atmosphere excellent.
I1 est ideja &vident qu'il faudra accorder une impor-
tance particulire A deux aspects des n6godiations. Tout
d'abord, il faudra d6s le dTbut fixer pendant combien
d'annbes i'aide amrricaine sera necessaire pour .la re-
construction de 1'Europe.
L'invitation qui a At6 envoy6e aux divers pays euro-
peens parlait de quatre ans... Mais ii est surtout utile
de commencer, et l'on doit commencer cet automne au
plus tard...
L'autre aspect important est la nature de I'aide que
l'Europe demandera. Demandera-t-elle un simple prCt
ou un genre de pret-bail ?...
Mais bien que ce soil une question imporlante, ce
serait mal interpreter l'offre de M. Marshall que d'y
attacher trop d'importance ,ds maintenant,
Le premier devoir de 1'Europe est de s'aider elle-
meme. Lorsqu'elle 1'aura fait dans la measure de ses pos-
sibilit6s, elle pourra se turner alors vers I'6tranger et
envisager la nature de 1'aide qu'elle demandera. >

b) LES RAPPORTS FRANCO-BRITANNIQUlS.

1. DailU Herald (15/7, travailliste) :
< M. Bevin a prononc6 hier un discours radiodiffus6
A l'intention -des Francais. II I'a prononc6 a 1'occasion
.de la Fete Nationale, cpqi marque l'anniversaire de la
naissance de la liberty en France.
Comme l'a dit M. Bevin, la France et la Grande-Bre-
tagne ont < insiinctivement model.6 leurs politiques de
facon A resister A la tyrannie et A permettre aux deux
pays de voir le jour o1 tons les peuples seront libres >.
Il est bon, par contCquent, que la France et Ta
Grande-Bretagne aient pris l'initialive pour 6!aborer le
project qui permettra aux Etats-Unis d'apporter une aide
n.cessaire A la reconstruction de 1'Europe. On ne peut
serieuscment mettre en doute les mobiles qui ont pouss6
ces deux pays a agir ainsi : on peut Mtre sfr que cha-
cun .d'eux fera preuve de patience et de folirance a
1'6gard de la m6liance de 1'Europe oriental.
La porte rest ouverte a toutes les nations europ6en-
nes qui id6sireraient cooperer A la reconstruction de
l'Europe. Les pays qui se sont vu interdire de participer
acTuellement a ce plan pourront se joindre A nous plus
tard, si l'on fait disparaitre la crain:e. Pour V'Est et
l'Ouest, la Grande-Bretagne et la France sont les deux
seuls pays qui soient entr6s volontairement en guerre
pour d6fendre un principle et qui luttent actuellement
ensemble pour reparer irs dommages causes par la
guerre. >


2. News Chronicle (15/7, liberal) :
< Hier, le troisi6me anniversaire de la prise de la
Bastille, ,depuis la Liberation, a trouv6 la France dans
un equilibre instable. Elle lutte bravement pour conser-
ver son equilibre, nais une brusque embard6e vers la
droite ou vers la gauche pourrait se lerminer dans la
confusion...
Pour l'instant, 1'6quilibre en France est maintenu par
les possibilities qu'ouvrent !'offre de M. Marshall.
...Pour instantnt, c'est le centre qui gouverne, et avec
in pen de chance, si tout va bien et si des progres
son! r:alis6s A Paris, les socialites pourraient en reti-
rer le bin6fice...
Neanmoins, leur position est difficile. Les discussions
p:'ur ]a reconstruction de 1'Europe soul6veront un
grand nombre de probl6mes qui tiennent particulire-
ment a coeur aux Francais.
La plus critique de ces questions sera soulevee lors-
que le moment viendra :d'examiner la reconstruction de
'in.dustric allemande et en parliculier celle de In
Ruhr...
C'est pr6cis6ment sur des points de ce genre que
.nous, Britanniques, pouvons faire passer dans le do-
maine de la r6alil6 les expressions sinceres (mais un
peu vagues) de bonne volont6 a l'6gard de la France
que M. Bevin a exprim6es hier soir dans son discours.
Comme 1'a ,dit MR Bevin. la Grande-Bretagne et la
France ont un but common, mais il a mis longtemps
A s'en apercevoir. Si le gouvernement socialist britan-
nique avait accord un appui r6solu au parti socia'lisle
francais i! y a deux ans, la position de nos voisins
pourrait 0tre beaucoup plus forte main tenant.
Nous avons par consequent beaucoup de temps a rat-
traper. Dans nos discussions avec la France, nous de-
vons faire preuve de comprehension a 1'6gard de ses
difficull6s par'iculibres... >

3. Daily Telegraph (15/7, conservateur) :

i ...L'alliance conclude par MM. Bevin ef Bidault, en
mars dernier, est une garantie qu'aucune Basti!le alle-
mande ne sera jamais plus Mlevee en France, et les con-
versations qui se d6roulent actuellement a Paris lais-
sent pr6sager 6galement une attaque commune con:re
la misere...
Aujourd'hui, Ie des:in des deux pays scmble 6troile-
meni li6 et parallele. RBgions d6vastkes, r6formes so-
ciales, nationnlisations hatives, penurie .d" ravitaille-
ment et difficulties financires In listed esi malheu-
reusement la nimme des deux c6t6s de la Manche. Une
chose est du moins certain : nous ne sortirons pas de
nos di!'ficul's si ce n'est grace A un effort common.
Seul un.mauvais con'eiller pourrait essayer de nous
diviser. >


II. PRESS AMERICAINE


R:'iv e de In p e.' c (,nericaine dui 1- juill el 1947
1. --- Conflence de Paris
La pressed dominicale et la presec de lucdi traitent Ir's
largement des questions soulevces par la C'mnfrence 'e
Paris. Elles mittent surtout en valcur que, .c':, I'ouverlu.'e de
cctte conference,' les principaux d(ilcigues ont insist pour
que ]a porte reste entr'ouverte a la cooperation de la Russie
et de ses satellites.
Les correspondents de Paris signalent la rap'ditc avec
laquelle la Conference s'cst misc au travail et indiquent que,







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


dcja, clie est parrenue A un accord pour crier un eomitt de
coordinatio- -et un nombre limit de sous-comitis devant
traiter des differentes questions interessant plus pa-ticuliore-
ment la cooperation inter-europ6enne.
Les journalists politiques surveillent les riactioa s venant
des capitals des Etats satellites et de Moscou. Ils attachent
une grande importance ta 'accord 6conomique tchdco-russe
qui vicnt d'&tre signed Prague, car ils y voient le d6but
d'une organisation de l'economie des pays voisins de la
Russic d-ans le cadre de l'influence politique et economique
russe.
Curtains Rditoriaux s'61bvent centre l'idee d'une aide amt-
ricaine directed it Moscou, Prague. Varsovie ou toute autre
capital des Etats ayant refu:,6 6galement leur cooperation.
Ainsi, le Phidlaelphia Inquirer conclut : < La rbgle n" 1 que
notre pays dcvra appliquer d6sormais dcvra Oi'e : pas un
dollar d'aide pour Ia Russie ou les Etats esclaves de la
Russic, i moins qu'ils ne sc joignent au rest de 1'Europe
pour assurer le redressement de cc continent n.
Une ddepche de Moscou declare que, malgr6 les attaques
formuldes par les journalists russes centre le plan Marshall,
.plusieurs d'cntre eux maniifstent encore linteret que les
Russes portent h recevoir les credits amiricains. Marninne
et Leontiev auraient ecrit que la France et la Grande-
Brelagne ne sont pas capables d'administre, le plan Marshall
et aura!ent manifesto le disir de ]a llussie de recc(voir une
aide americaine directed.
La politique americaine h 1'tgard de 1'Allemagne est a nou-
veau discut6e aujourd'hui dans la pressed. 'ne d6pic'hef U.P.
de Washington declare quc les U.S.A. ct la Granlc- Bretagne
se ddp&chent de mcttre fin h leur ddsaccr:t nu isuict de la
Ruhr pour fire de celte region la clef de leur plan pour
le redresscment 6conomique de 1'Europe de l'Ouest.
Une dip6che de Berlin au New York Times signal. d'autre
part, que le g'tnral Clay annoncera vraisemhlablement mer-
credi le nouveau niveau de production allemande fixce d'ac-
cord avec les Britanniques.
Le Daily Worker consacre une page entiEre h ]a politique
americaine h 1'egard de l'Europe et en particu'ier a I'6gard
de I'Allemagne, dans laquelle il critique le refus r miricain
de nationaliser les mines de la Ruhr come le dcmandent
les Britanniques, et la proposition anglo-amtricaine de reta-
blir la production allemande au niveau voisin de celui
d'avant guerre.
Une d6peche du New York Times signaIe une declaration
de o la society pour 6viter une troisieine, guerre mondiale a,
demandant que les mines de la Ruhr soient places sous une
autorit6 international qui en assurerait le .dveloppement et
en contr6lerait la production.
'Un editorial du New York Timles constate avec satisfaction
que la Conference de Paris progress rapidement. 11 consi-
dere de bonne augure les declarations de MM. r;amadier,
Bevin et Bidault sur la necessity pour l'Europe de s'orga-
niser. 11 se montre *particulibrement heureux de voir que
M. Bidault a annonc6d que l]es resources de 1'Allemagne
seraient utilisdes pour l'Europe y comprise l'Allermagne >,
mais doute que ce .pays puisse augmenter sa production
I, sans une revision severe des politiques actuelles d'occu-
pation qui out conduit simplement a la strangula ion tco-
nomique de l'Al!emagne >>.
L'dditorial du Baltimore Sun s'inquiete de la situation
economique europeenne et en particulier celle de la Grande-
Bretagne ct de la France. 11 estime que l'aide americaine ne
pourra ftre vraiment efficace que si les Etats europ6ens arri-
vent a produire et a regler leurs differends inti ieurs. I1
constate qu'aprbs avoir recu les credits de la Banque Inter-
nationale, la France a td << quasi paralyste par ule va.due
de groves mende par les communists > et en conclut que,
tant que des situations pareilles persistent, l'aide amtricaine
sous que'que forme qu'elle vienne, ne servira pas i grand'-
chose.

2. Grce

La press announce en premiere page que c des bandits
grecs et albanais out franchi la frontiere greco-albanaise
et attaquent la ville de Ionits.a rapportnnt les d4cnrntionns
du gouvcrnement grec,


La press a tcldance netleimcnt anlicounmuniste done a
ses articles des titres ronflants annongant qu'une brigade
international communist centre en action pour soutenir les
guerillas grecques.
Certains commenlatlurs de radio, comee' par example,
Quincy Howe, soulignent quc lc gouvernement grec a tout
int6ert i d6noncer son opposition comme dominee par les
communists, s'il vent hbndfircir de I'appui de l'opinion
americaine et d6tourner les critiques que l'on faith aux U.S.A.
du regime d'Athines. Ils rappellent que les nouvelles de la
formation d'une brigade international avaient dejh t c pro-
pagecs el annoncent la preparation d'un gouvernement grec
dans In zone des guerillas.

3. Maroc
Toule la press reproduit ]a declaration faite hi New-York
par Bennouna qu! a annoncr qu'un a group puissant de
nationalises marocains a a inform le Secrtaire Gentral de
'O. N. U. que le Maroc fera appel a I'O. N. U. et reclamera
son Indepcndance. Certaincs dilp&ches dtclarent qu'Ahd el
Irim vicfict-r-en scptembre plaider cette independance.

4. -- Nonvelles de France
La plupart des d6phches sont consacr6es a la menace de
grbve des fonctionnaires et a la d6glaration de M. Ramadier
refusant de cdder devant la pression de ceux-ci.
L'Enening Star consacre un editorial au recent discourse
de de Gaulle distant notamment que de Gaulle, prdsente un
prog'amme specifique pour la regindration de l'En-ope.
Celui-ci se divise en quatre parties : 10 I'integration de
I'Europe historique ; 2 I'aide americaine adequate ; 3 un
veritable accord entire la France et la Grande-Bretagne sur
tous les points vitaux, y comprise l'Allemagne ; 4" le
redressement de la France qui, en dernirre analyse, doit
venir d'elle-meme.
a I1 est interessant d'observer. pursuit 1'Evening Star,
combien cettc formule de de Gaulle est similaire de celle
d'un autre grand home d'Etat europden, Churchill. Tous
deux envisagent une renaissance de 1'Europe comme une
ntcessitC non seulement pour ce continent lui-mtme, mais
aussi pour le monde en gtndral ,.
Lois Felder ecrit de Paris au Baltimore Sun que les Pari-
siens sont m6contents et que la presence de renforts de police
s'accentue. II estime que, hien que M. Ramadier ait regu un
vote de confiance, peu de Frangais sont d'accord avee le
gouvernement. De Gaulle est une des rdponses ia leir ner-
vosit6. a Son movement, poursuit-il, promet des change-
ments et des troubles, et la reaction typique des Parisiens
qui n'ont pas des rues politiques extremes est que de Gaulle
ne ferait peut-&tre pas un bon president, mais qu'il serait
capable de rassembler l] pays dans une sorte d'unit. If' est
apparent que, parmi le moyen people, l'uniti est quelque
chose que I'on desire, mais pas au prix d'un nouveau sou-
livement politique que la France ne saurait pas supporter
en cc moment ,.

LA CONFqRENCE DE PARIS.

1) New York Herald Tribune (12/7) :

< Les Etats de l'Europe occidentale se prtparent i
remettre de o'ordre dans le chaos 6conomique. Si la
Russie et ses satellites avaient participe a cette entre-
prise, elle n'aurait eu, par sa nature mrme, aucun ca-
racttre politique. Les Etats-Unis n'avaient pas fix6 de
crit&re politique. Mais maintenant, les liens unissant les
pays 'qui addh6rent au plan Marshall deviendront obli
gatoirement beaucoup plus 6troits que si les resources
de tout le continent avaient Wt6 mises en common pour
.son redressement, et c'est la Russie qui est responsible
de l'aspect politique que prendra la conference.
Cet aspect politique ideviendra peut-&tre de plus en
plus net au fur et A measure que la conference se& dO-
roulera si la Russie continue A faire preuve di la
mrme hostility A son 6gard. Ce serait le comble de 1iro-
nie si !'union des pnys de 'Europe occidentale r6sul-








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETIANGERE


tait des tentatives fails par 1'Union Sovieliquc pour
1'emp&cher >>.

2) New York Herald Tribune (14/7) :
e Les repr.sentanls des pays de 1'Europe occidentale
qui participent A la Conference de Paris se sont mis
au travail avec une rapidity et une energie que l'on a
rarement pu constater an course des conferences st6-
riles qui se sont deroultes pendant ces deux dernieres
annaes. Ils ont commence par souligner que la conf6-
rence *ne se laisserait pas d6tourner de sa tAche par -des
considerations politiques et que le bloc sovi6tique pour-
rait toujours participer a cette conference si le Krem-
lin changeait d'attilude...
La Russie a pr6f6r6 ne pas participer aux conf6-
rences de 1'Europe occidentale, perdant ainsi dans une
large measure la possibility de la dominer...
Pour la premiere fois depuis la fin de la guerre le
Kremlin a permis que ce 'soil les pays democratifques
ide l'Ouest qui prennent l'initiative et passent h I'aclion.
Mais les pays occidentaux, et en particulier les Etats-
Unis, feraient bien de se demander pourquoi. Cela est
dit sans aucun doute an faith que l'Union sovi6tique est
persuade que I'Ocrident est incapable de faire face A
la situation... II est possible que les Soviets se trompent
grossieremept en pensant 'qu'une chute du regime ca-
pitaliste est imminent et inevitable. N6anmoins, la mise
en application de l'id6e de M. Marshall repr6sente une
tiche 6norme et complex. La Conference de Paris a
dbbut6e de facon heureuse parce qu'elle travaillait sur
un programme d6fini et constructif. Mais pour r6ussir,
il faudra "que les repr6sentants de tous les pays demo-
cratiques fassent preuve d'ampleur de vue et de rea-
lisme politique. S'ils n'y r6ussissent pas cela portera un
coup s6rieux A la conception que le monde occidental
se faith du monde. La Russie nous a laisse l'initiative.
C'est un cadeau qui peut 6tre dangereux si nous nous
montrons incapables d'en profiter >.



III. PRESS SOVIETIQUE


Reioue de la press souidtique du 13 juilet 1947
1. Autour de la Conference de Paris
La conference proprement dite ne fait l'objet que d'un
telegramme du corrcspondant de l'agence Ta'as a Paris (voir
annexe). D'autre part, la meme agence public un commu-
niaou official sovikto-tchecoslovaque (voir annexe).
En premiie& page, les journaux publient 6galement le
communiqu-i official annonqant le depart de la delegation
tchecoslovaque. Le texte de l'allocution prononcee A 1'a6ro-
drome par M. Gottwald, dans laquelle il a soulign6 que les
r6s.ultats politiques de son sejour a Moscou ont rcnforie la
position politique international de la RIpublique tch6co'-
s:ovaque et de l'union fraternelle des peuples slaves en
g6neral. Les r6sultats des pourparlers 6con-omiques qui
Otaient le but essential des conversations constituent un
appoint serieux dans le d6veloppement economique de la
Tceh6coslovaquie et r6solvent une s6rie 'de probl6mes impor-
tants de 1'economie tchecoslovaque. Les journaux repro-
duisent en outre le texte d'un tclegramme de M. Gottwa'd a
Staline et une photographic de la delegation sur l'a6rodrome.
Les Izvestia publient un article de Grinine intitulc : i, La
champagne du dollar amrricain contre la Suede ,. L'auteur
dit que cette champagne du dollar centre la Suede prend des
forces trfs diverse et qu'll, est tout k fait evident que cette
penetration de plus en plus entire en contradiction avec les
intdr6ts nationaux de la Subde. La declaration du repri-
sentant de la Suede h la Confdrence de Paris au correspon-
dant de Reuter est trks caractdrlstique. II a indlqud que la


Subde assislcrait f In Conference e plut6t come pays
livrcur quc commc pays acheteur >. La p6n6tration amr-
ricaine est contraire aux intcerts nationaux de la Suede,
car les < tentaculcs n du dollar ne se limitent pas A l'indus-
trie et au commerce, mais s'dtcndent aux probl6mes de
l'orienlation de la politique exterieure qui constitute une
partic inalienable de la souverainet6 national de tout Etat
ind6pendant.


IV. PRESS POLONAISE


a) LA POLOGNE ET LA CONFERENCE DE PARIS.
1) ZyUce Warszawiy (ind6pendant, 13/7) :
( L'acceptalion par la Pologne des principles inclus
dans l'invitation A la Conference -de Paris aurait si-
gnifiN de sa part I'approbation indirccte de l'6galit6 de
traitement 'de l'Allemagne par rapport aux nations vic-
torieuses, entrainant par li-meme une renon.ciation ta-
cite aux reparations et une participation explicit aux.
d6marches qui visent A r6tablir l'Allemagne dans sa po-
sition international avant la conclusion du trait de
paix. En resume, elle aurait iquivalu & une revision des
accords de Potsdam qui constituent un des fondements
de la politique extlrieure de la Pologne...
Les initiateurs de la Conference de Paris paraissent
renouveler l'erreur qui eut des consequences funestes
apres la premiere guerre en inscrivant en tete de letr
prograpime le rel6vement rapid de l'Allemagne. Alors
que la Pologne realise au prix de gros efforts son plan
triennal, le comity 'de cooperation pr6vu dans la propo-
sition franco-britannique exercera a un degr6 6leve
une pression sur les pays europ6ens, pour les amener
A adapter leur structure et leur politique 6conomionues
au plan BlaborC6 Paris et qui subira certainement des
modifications ultdrieures A Washington. Or il semble
probable que ce plan contrariera A beaucoup d'6gards
la cadence de la reconstruction de notre pays ,.

2) G!ls Liudn parti ouvrier. 13/7) :
< L'ombre d.e Munich va peser sur la Conference de
Paris. Comme il y a neuf ans, I'id6e se fait jour dans
les cerveaux de certain hommes politiques occiden-
taux d'exploiter les tendances r6actionnaires et an-
nexionistes de l'imperialisme allemand en vue de la
lutte contre l'Union Sovi6tique et les courants d6mo-
cratiques de toutes nuances.
II existe pourtant une difference fondamentale entire
la situation A 1'6poque de Munich et celle de mainte-
nant. Naguere I'Angleterre et la France avalent Ia pos-
sibilit6 d'lmposer leur decision a la Tch6coslovaquie.
E'les ne 1'ont plus auiourd'hui et on ne pent non plus
bhlir une grande Allemagne aui ne serait appuy6e que
sir les confins occidentaux du Reich. Les puissances
de l'Oust comprendront que 'on ne saurait recons-
Iruire 1'Eurone sans l'Europe orientale. Elles le com-
prendront d'autant nlus vite que p'us vite elles per-
dront P'illusion que Munich peut se rCipter comme an
temps oA il n'y avail aucune unite d'action entire le.s
pays slaves et uoe la Tchecoslovaquie capitulait sur
l'ordre .de ses allies occidentaux.
Le refus de la Pologne de particiiDer A la conference
de Paris coinlribue pr6cis6mient A dissiper les illusions
sur les ipossiil.its de p age de 'Allemagne en deux
organlsmes politiiques 'distinots, illusions qui tro'uvent
leur expression la plus nette dans les derniers discourse
de Schumacdher et se fondent sur le maintain du po-
tentiel de guerre de 1'Allemagne o~ceidentale, sur sa






6 BULLETIN QUOTIDIAN DE PRESS ITPhANGIiRE


p'cine reconstruction 6conomique en m me temps quo
sur le non-paiement 'des reparations. Schumacher
n'a-i-il p.as di't : < 'Quand 1'Al'temagne del l'Onest se ra
f:lr'e, rile entreprendra l'unificaiiion de I'Allemagne ?

b) LES HA I'PORTS FHANCO-POLONAIS ilI':'! ', .*] Iill I
coalition gouvernemientale, 14/7) :
S)Depuis la grande I1.volution, les liens ,les plus
Ctroits unissent la Pologne h la France. C'esl aver fiert6
que no.us 6voquo s les noms polonais 'qui figurent sur
l'Arc *de Trio p1i.he P.ris, parni les heros des, luttes
pour Ja liberty qui onl faliI la gloire' et la grandeur 'de
la France. Aujourd'hui, la Pologne et la France ont le
meme but : se garantir centre une nouvelle aggression
allemande. Le premier pas en ce seans est la recons-
truction de la Pologne et de la France avant celle de
I'Allemagne; le second consiste A empicher la recons-
Iruction du potential -de guerre 'de l'Allemagne.
En &-rivant res lines .le jour de la fte' national de
]a France, nous tenons A souligner que nous n'aspirons
l:,us a la gloire r6colt6e pendant la guerre sur les,
champs de btlaille, car nous ne voulons plus' .de guer-
res n:i de batailles. Nou.s voulons achever dans la paix,
le courant historique qui a cominenc6 par la < D.cla-
r-ition 'des -droits de i'hoimme et du citoyen >>.



V. PRESS BEL(GE



LA CONFEiRENCE DE PARIS.

(LLi Llbj.id Bel~ylq;tj, 14/7, calholique) :
< Le fo'sis6 qui vieni de se creaser ne pourra-t-il plus
&tre comblM ? Faut-il redouter que la Conf6rence de
Paris ne soit, pour la jeune O.N.U. le commencement
de la decadence, sinon de la fin ? Nous ne croyons pas
qu'il faille tirer de 1l'v6nement 'des conclusions trop
hiltives. L'organisation eaurop6enne que des puissances
de bonne volon't vont !s'efforcer .de construire avec Ic
concourse des Etats-Unis restera ouverte A tous. Le pro-
gramme qui s'elabore n'exclura pas sans doute la par-
licipation des commissions constitutes par I'O. N. U.
clle-m6me. La d6tresse des Etats qu'on ap,pell'e 'des sa-
tellites parlera peut-l&tre plus haut que leur soiumission
;iux ukases dui Kremlin.
Au surplus, le problime de la reconstruction de l'Eu-
rope demeure intimemennt 1.i an rel6vemient de I'Alle-
magne. Or, les conditions de la paix avec I'Alleinagn'e
sont renvoyees A In Conf6rence 'de Londres, en novem-
.bre prochain. II fanudra lien d&eider conrnent les ires-
.?ources de l'Allenagne, tout eni lui permettant de re-
vivre, pourront contribuer, sons forme de reparations,
a la restauration des ,pays qui ont 6t6 victims de
l'agression nazie. II n'est pas impossible qu'A 1'6tude
'de ce probl6me apparaissent encore :des formules de
compensation et ie conciliation entire le group quri .e
reprCsent6 i Paris en ce moment, et celui qui ne I'est
pas.
Dans l'effort pour ]a paix, il ne taut jamais se d6-
courager, -mais au contraire''entrevoir les chances favo-
rables, si faibles qu'el!es soient et qui se dec ..ivrent
A l'horizon. C'est souvent le moyen de les fair gran-
dir.
(H. CARTON DE WIART.)


VI. PRESS SUISSE


L.A CoxNERENCE DE PARIS (Nelie Ziircidr Zvitang, 13/7):
< On doit regretter profond6ment qu'invit6e A adhe-
rer A un ,plan clair et rationnel etabli en vue de metire
tin A Ia l'dlresse economique, PU. R. S. S. ne sachel r6-
pondre que par un refus plein de ressentiment, et plus
encore que les peoples europ6ens, surtout ie people
tchecoslovaque aux caraot6ristiques si occidentales, de-
pendent de Moscou au point de n'avoir pas le ,droiit
d'emprunter la voie oi I'instinct de conservation les'
pousse. L'entr'aide europikenne en sera plus difficile A
organiserr, et son champ d'action moins 6tendu. En re-
vancihe, I'attitude de I'U.R.S.S. et de ses voisins rendra
plus facile la tfche 'des Etats-Unis, car les secours des-
tin6s A not-re continent seront d.istribu6s A un plus
petit nombre de benfl'ioiaires et I'on n'aura pas A re-
.douter les difficult que l'opinion publique am'eri-
,caine, dominde par la m6fiance A l'6gard de la Russie,
aurait suscit6es. >

2. RBuitr Nlachrit'fe'n (14/7, edit. du soir) :
< A la Conference &cononique de Geanve, le repr6-
sentant des Etats-Unlis s'est pronono pour le libre
change, au moment oh le Congr6s ani6ricain 6levait
les droits de douane sur la laine... Les Etats-Unis veu-
lent vendre beaucoupi, mais adheter peu. II faut .que
cela change si l'on ne veut pas que le plan Marshall
soit pour 1'Europe une simple reconnaissance de dette.
M. Georges Bidault a dit 'devant la commission des
affaires 6trang6res de l'Assembl6e national que la
France ne tend pas aux Americalins une s6bile de men-
'd.iant et affirm, dans son discours d'ouverture A la
Conference 'de Paris, que l'Europe ne -demande que ce
qu'elle ne pent tirer d'elle-nm6me. Mais cet appoint, lui
non ,plus, ne doit pas 6tre une auni6ne; il doit rendre
a I'Europe sa solvabilit6 ,et son ind6pendance. Sinon,
bien des gens penseraient que c'est M. Molotov qui
,avalit raison. ,
(Du correspondent A Paris des Basler NctArch cchlen.)




VII. ANNEXE


AUTOUR DE LA CONFERENCE DE PARIS
(Dip4dle dtl macva'e taapa2kt de "aacrwce 'Piss d Pirns)

< Aujourd'hui s'est ouverl a Paris ce qu'on appelle
la Conference des Etats europ6ens. Meme avec beah-
coup d'im.agination, il est difficile d'appeler cette con-
f6rence une conference europenne puisqu'une serie
.d'Etats a refuse d'y participen. Les tentative de
M1M. Bevin et Bidault pour entrainer toute I'Europe
'dans cette nouvelle organisation ont faith faillite.
Le petit nombre des membres de la Conf6rence a
visiblement exerco une influence sur 1'6tat d'esprit de
ceux-ci. M. Bidault, dans son discourse .d'ouverture, a
,dAi reconnaitre que les organisateurs 'de la Conferencte
n'avaient epargne aucun effort pour que cette reunion
efit une plus nombreuse assistance.
SM. Bevin ne put A son tour passer sous silence cette
circonstance. 11 assura A ses auditeurs que tous avaient
accept,6 volonntairement cette invitation et il donna pour
preuve du fait que I'Angletere n'intervenait pas adans








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGtRh


les affairs int6rieures des autres Etals le r6le de
'celle-ci pendant lies deux guerres mon'diales.
M. Beviin nia le caract6re politique de la Conf6rence
tie Paris et il d6clara aussit6t que la solution -des t&-
clhes qui lui incombaient entrainerait 6galement a une
'r6gl'eme'htation politique equitable de L'Eu'rope >>.
L'absence A la Conf6rence d'une serie de 'pays qui
ont refuse6 l'i'nvitation anglo-franga'ise a oblige, sem-
ble-t-il, l'agence France-P'resse a r&duire ses manifes-
/tations d'enthousiasme et A baisser le ton qu'elle avait
adopt6 avant la Conf6rence. L'A. F. P. a jug6 n6ces-
saire, des le premier jour .de la Conf6ren'oe, de p'rve-
pair ses lecteurs contre iun exo.s d'optimismie concer-
nant les r6sultats de la Conftrence. L'A. F. P. a W1,
oblige de reconnaitre que l'absence la Conf6rence
d'un nombre important de pays eurap6ens diminue ses
chances de .succes. Elle estime n6oessaire 'de pr6venir
ique la Conf6rence ne fera pas .de miracle dans le do-
Imaine 6conomique et in'appo.rtera pas, 'par ses seales
Id6cisions, de remadee A toutes les mala'dies de 1'Europe.
On ne peut pas non plus laisser de c6'tB la question
de la.oomposition de cette conference. Ce n'est pas Ipar
'hasard que, parmi les membres tde la Conference, la
moiti6 s-eulement fit lta guerre centre 1'Allemagne hitl&-
wrienne. L'Italie et l'Autriche coinbattireat du o6t8 'de
il'Allemagne hitl6'rienne et lui vendirent du chrome et
d'autres matibres. On se souvient de la positio-n adop-
t6e par le P'ortugal et il'Irlande, et si Pon en croit ce
qu'a dit M. Bidault 'dans son diisoours d'ouverture, c'est
A ces pays .qu'incombe la tidhe < de mettre un terme
a l'anarrchie en Europe >. Bien plus, dans ce discours,
M. Bidault d&'clara que o'est justement aux Etats qui
participant a 'la Conf6rence qu'ap,partient le 'droit de
parler << au nom dte i'Europe dans son ensemble >.

2. Conntmnique ocfficiel soviito-lchJcoslovuaqie.

Le 9 juillet est arrive A Moscou une d6l1gatio'n du
gouvernement tch&ooslovaque ayant ,sa tote le Pre-
mier Miinistre Clement Gotwald, le ministry des Affai-
res 6trangeres Masaryk, le ministry de la Justice Drin.
Le m&me jour, la d616gation' a '6t6 reque par le Pr6si-
cent du Conse'il des ministres del'U.R.S.S. Staline et le
ninislre des Affalires trangBres Molotov, et le lende-
main par le ministry du Commerce ext6rieur Mikoian.
Au course des conversations remplies de cordiality et
d'amiti6, les repr6sentan'ts tch6coslovaques t'udibrent
d'importantes questions 'de politilque .exterieure et en
particulier lies irapports de la Tcthacoslovajquie et de
1'U. R. S. S. Ces conversations montrerent qu'une con-


munaul[ conmiplkte de vues existed et sc terminerent par
des decisions prises d'un commun accord. Une atten-
tion particulikre a 6tW port6e aux problems economi-
ques. Les rep'r6sentants des 'deux gouvernements ont
examine en d,6tail les problmnes de la collaboration
Cconomlisque entire la Tch6coslovaquie et 'U. R. S. S. et
sont parvenus A la conclusion que desormais ii serait
indispensable tde d6velop,per le.s relations 6conomiques
entire les deux pays allies afin d'assurer un change
continue et prolonged 'de marchtandises entire Les deux
Etats dans I'int6r&t de I'ex6eution complete des plans
6conomiques .des deux pays et de l'utilisation total de
la main-d'oeuvre. Aussli les deux gouvernemeants conclu-
rent-ils un accord sur des livraisons r6ciproques de
marohandises pour une duree de 5 ans. Cet accord est
bas6 .sur. un system &de contingents 'de marcihandises
fixes 'qui sero'nt 6tablis chaque ann6e a l'avanoe par les
deux gouvernements. Une convention sur les contin-
gents concrets pour 1948 sera 6tablie avant la signature
de cet accord. On 6tablit e.n mi6me temps, pour toute
la p6riode des cinq annAes, les contingents des mar-
clanidises pour lesquell'es cela sera possible. Pour cha-
que contingent de :mnarchandises seront etablis ties prix
fixes ainsi ique le reglement de leurs dhangements cha-
'que ann6e.
En 1948, I'U. R. S. S. livrera a la Tchecoslovaquie
pour commencer : 200.000 tonnes 'de froment, 200.000
tonnes de b16 et de mats, 60.000 tonnes d'engrais po-
tassiques, 20.000 tonnes de coton, des graines ,ol6agi-
neuses, ,des ipois, des lentilles, de la laine, des minerals
'de fer de manganese et de chrmne, 'des alliages fer-
reux, du ph6nol, des phosphates et divers, autres pro-
duits. La Tch6coslovaquie, entire autres marchandises,
fournira A I'U. R. S. S. 'des rails, des locomotives et
du materiel de voices ferries, 'des tuyaux ,pour l'indus-
trie p6troliere, des 6quipements pour l'industrie du
cuir e't .du sucre, 'des' machines-outils, des moteurs elec-
triques, des excavateurs, 'de pellites stations electriques,
des Locomotives, du b.6tai' s6lectionn6, du sucre, des
clhaussures, ;des textiles sur la base de commander
fa.ites pair I'U. R. S. S. pour les 5 ann6es de l'accor'd.
Les deux parties sont persuadees que la r6alisation
de cette collaboration economique contiribuera de la
meilleure faco'n non seulement A 1'essor de 1'Cconomie,
national des deux pays, mais aussi au d6veloppement
ulterieur 'de la collaboration economique entire les
Etats europ6ens et au reinforcement de la paix dans le
monde.
La d6l6gation du gouverneme-nt tch6coslovaque est
repartie A Prague le 12 juillet. >


.S.P.I., Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009












































































Prix : 6 frs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs