Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00136
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: July 10, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00136
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCHISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


BULLETIN


PRESS


QUOTID(1



ETRANG


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE
a) Le discours de M. Bevin :
1. Daily Herald (9/7);
2. Daily Telegraph (9/7).
b) Le discours de M. Morrisson
1. Times (9/7) ;
2. News Chronucle (9/7);
3. Daily Mail (9/7).
c) Aprfs le referendum en Espagne (Times, 9/7).
II. PRESS AMERICAINE.
La reconstruction de 1'Europe (New York Herald
Tribune, 9/7, 6dition europ6enne).
III. PRESS SOVIETIQUE.
IV. PRESS BELGE
La situation in'trieure en France:
1. La Cile Nauvelle (9/7);
2. La Derniere Heure (8/7).
V. PRESS SUISSE.
a) La reconstruction de 1'Europe (Journal de Ge-
nAue, 9/7).
b) Apr6s le referendum en Espagne (Neue Ziircher
Zeitullg, 8/7).

I. PRESS BRITANNIQUE

Reoue de la p/esse britannique du 9 juiltet 1947
La press de ce matin ddlaisse en parties les grandes ques-
tions de politique international pour reproduire en detail
et commenter dans ses dditoriaux les declarations inquidtes
que M. Morrison a faites hier aux Communes au sujet de
1'dtat actuel de 1'economie britannique.
Plusieurs journaux laissent prdvoir pour demain l'annonce
officielle aes f angai les de la princess Elisabeth avec Phi-
lippe Mountbatten.
La chronique exterieure, peu fournie, est dominee par les
reponses des diffdrents pays d'Europe orientale et septen-
trionale a l':nvitation franco-britannique, ainsi qu'aux ques-
tions franaaises. A ce sujet, il convient de noter un editorial
du Manchester Guardian sur les difficulties de M. Ramadier,
et le premier d une s6rie d'articles dans le mdme journal de
M. Bertrand de Jouvenel sur les relations franco-britanniques,
et un long article du Daily Telegraph exposant le point de
vue du Frangais .moyen sur la situation politique actuelle
de son pays.


1. Economie btitanniqun
Tous les journaux consacrent leur manchette aux ddcla-
rations de M. Morrison devant la Chambre des Communes.
Ils soulignent que ces declarations constituent un grave aver-
tissemeni au sujet des difficuites qui menacent .',conomie
britannique dans 1'avenir en raison du adsequilibre excessif
de la balance aes paiements, desequilibre qui ne saufait 6tre
combil que par une augmentation de la production et des
exportations. Aussi, 6tant donne que les measures. envisagees
aftectent direcement le consommateur blitannique, la press
met-elle en vedette I'annonce de nouve.les dim.nutions dra-
coniennes des importations au cas ofi certain autres moyens
n'auraient pas 6t6 trouves.
Elle met en relief les declarations du Lord President du
Conseil. Les manchettes sont a ce point de vue tres signi-
ficatives : e L'heu'e sonnera cet automne , 6cr.t ie News
Chronicle; z Le temps press 3, announce le Daily Herald ;
< S. 0. S. aux Etats-Unis pour un nouveau pr6t-bail n, ecrit
le Daily Mail.
D autre part, les journaux annoncent aussi que, d'apres
M. Morrison, l'aide americaine est le seul moyen de sauver
1'6conomie britannique et celle de toute 1Europe du naufrage
et ils rappellent que la Chambre des Communes a ecoute'
dans un silence profound 4 le ikscours le plus grave qui ait
4tL prononce par M. Morrison depuis que les travaillistes
sont an pouyoir.

2. Aide amdricaine a l'Europ.
Les journaux annoncent que quinze pays d'Europe ont
accept de participer a la Conference de Paris. Ils notent que
les pays scandinaves ont accepts en specifiant qu'ils ne d6si-
raient pas etre entraines -dans des discussions de caractere
politique ou dans la formation d'un bloc. Ils remarquent
que le refus de la Yougoslavie et de la Roumanis n'a 4t6
connu que par une d4peche de l'agence Tass et que les gou-
vernements de ces deux pays n'ont pas envoy leur rdponse.
Certains journaux, comme le Manchester Guardian, font
6galement une .arge place A l'allocution prononcde hier par
M. Bevin au Rotary Club de Wansworth, d'apres laquelle
I'aide amdricaiue ouvrirait des perspectives favorableis a
l'Europe.
D'autres journaux, comme le Times, voient une nouvelle
ralson du refus de l'U. R. S. S. dans l'amelioration de l'dco-
nomie sovidtique telle qu'elle apparalt d'apres le rapport que
vent de publieca la Commission du plan sovi6tique. e De
nombreuses autres raisons politiques, iddologiques, 6conQmi-
ques auraient 6galement amend .e gouvernement sovidtique
A rejetcr le project Marshall, dcrit le correspondent diplo-
matique du Times, mais il est probable qu'il a pris cette
decision avec d'autant plus de confiance qu'il sait que
certaines de ses cifficultes interieures ont ete surmantccs ,.
Le correspondent parisien du Times fait etat de l'opinion
frangaise, notamment de cel'e des communists. I1 remarque


DE


10 juillet 1947.


Nouvelle S6rie N* 714









2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANBGRF


lequel celui-ci signifierait la restauration de l'Allemagne au
detriment de la France.
A ce point de vue, il convient de noter que Dereck Kartoun.
du Daily Worker, se sert du meme argument apres avowr
affirm que les pays qui ont d6jh rcqu l'aide americaino
dtaient r6duits a I'esclavage politique dans le ncu\el em-
pire amnricain D. Ce journal 6erit : i Les plans amnricains
pour l'Europe impliquent la restauration d'une industrie
:ourde de l'Allemagne occidentale et son accession au r6le
de prem:t-e puissance industrielle du continent ..
D. Kartoun declare, en outre, que les Etats-Unis ont I'in-
tention d'emnodher le d6veloppement des resources md-
ni6res de certain pays de fagon A les mettre sous ]a depen-
dance de la Ruhr et de la Rhenanie.
Les journaux annoncent aussi que M. Clayton est arrive
hier a Paris. mais ne participera pas h la Conference. I. fern
aonnaltre le point de vue des Etats-Unis sur les questions
d6battues.

3. France
Le News Chronicle et le Manchester Guardian annonceit
comme probable le d6clenchement d'une greve des fonctlon-
aaires tout en indiquant qu'on n'a pas pedu A Pari I'espoir
de pa'venir h un accord. e Le gouvernement, ecril le 2or-
responaant du Manchester Guardian, semble disir, r'x de ga-
gner du temps afin de trouver une solution qui donne quei-
ques satisfactions aux fonctionnaires sans infliger un choc
trop vio ent au budget >. Il remarque que la greve ans fone-
tionnaires n'est pas inspire par les communists rnais par
des syndicalistes. : Cependant, maintenant qu'ils entrent en
concurrence avec les communists, au moment oi ceux-ci
sont exclus du gouvernement, ils se livreront sans doute A un
Apre marchandage >.
Le po.nt de vue du Frangais moyen est expose par Goeffrey
Mayers, dans le Daily Teoegraph. D'apres cc journal iste, I
Frangais serait avant tout desircux d'eviter une dcictatur,
communist ou gaulliste et souhaite cultiver paisiblemcnt
soi jardin.
Un court entrefilet dans le Daily Telegraph laisse prdvoi.
de nouvel.es arrestations de conspirateurs fascisLes.,

4. Ailenmane
N. Clark, du News Chronicle. announce de Hambourg' que de
nombreuses usines de guerre de la Ruhr ne seront pas de-
mnantel6es aiin de permet'e & I'industrie lourde d'atteindre
le niveau qui lui sera fixd.
Le correspondent du Manchester Guardian A -Berlin laisse
prevoir une oasorganisation imminent du syst6tne des
transports allemands en raison du manque de materiel
roulant.

5. Grace
Le Daily Telegraph et le News Chronicle annoncent que
M. Gromyko a demanded le retrait de toutes les troupes etran-
g6res stationnees en Gsece. Ils n'accompagnent cette nouvelle
d'aucun commentaire.

6. Indes
Le Times lnnnnce de nouveau des ddsordres i Calcutta. Le
Manchester Guard:an signage. 'e son cutd le danger d une
fam ne aux Indes. Ce le-ci uerait cau n e par la cruise que
traverse ac'uollcnient I'indust'ie cha.bonniere ind enne et
par les repercussions de iLete crise sur l'Y'oonoiie du pays.

a) LE DIECOURS DE M. BEVIN.

1. Daily Heral i (9/7, travai:liste):
< L'aide americaine est offerte A tous les pays euro-
peens sa:is aucune discrimination poli :quc et en fonc-
t:on de I urs be oi-is 6con-m:ques. Chcrcher et insis'er
pour trouver des mobiles cach6s, c'est non seulement
repousser un cadeau que l'on vous fait, mais encore
le fouler aux pieds.


Comme l'a dit M. Bevin : < Nous dire maintenant que
nous divisions 1'Europe est v6ritablement ridicule. D En
fait, on ne saurait r6peter irop souvent et nous
souhaitons tres vivement que ce soit dit dans la press
russe qu'une division n'est pas n6cessaire, qu'elle ne
peut etre qu'egoisle et qu'elle sera obligatoirement d6-
sastreuse.
La France et la Grande-Bretagne 6tant les deux plus
grades unites nationa:es, en dehors de la Russie, ont
pris l'initiative en mettant sur pied une conference
charge d'6laborer un. plan en rdponse aux propositions
de M. Marshall. 11 eit i66 possible et ii esi encore
possible que la Rusie acceple de coop6rer avec la
France et la Grande Bretagne.
II n'y a pas de complo., pas de conspiration, pas de
bloc... Les conflicts ideologiques, les recriminations po-
litiques ou raciales sont inutiles. On se trouve en pr6-
sence d'un simple prubleme pour des hommes senses :
survive ou ne pas survivre... ,

2. Daily Telegraph (9/7, conservateur) :
< ...Lorsqu'un pays qui tient autant que la Sulsse a
main;enir sa neutraii6 et qu'un autre qui fait a;ssi
attention que la Tch6coslovaquie de maintenir ses affi-
liations t slaves a out accept tde participer A la pro-
chaine conference de Paris, la th6se sovi6tique selon
laquelle la Gran-de-Bretagne et la France essayent de
diviser l'Europe apparait plus absurde que jamais. En
fait, l'a;firmation d'hier de M. Bevin, selon laquelle la
solution economique des probllmes de l'Europe, < si
elle est 6tablie sur des bases saines et appliquee cor-
rec.ement a peut encore apporter la plus grande con-
tribution A I'unit6 des peuples de I'Europe, est F'expres-
sion meme du bon sens...
Une initiative a d'aburd W6t prise par les Etats-Unis,
et ensuite par deux des autres < Trois Grandis > sur
une question qui interesse bien davantage tous les pays
que la signature du trait de paix.
On peut jugar avec quel empressement tous les petits
Etats auraient accept cete initiative par le refuse pro-
visoire de la Finlande c pour des raisons politiques et
geographiques >... Un refus en ces terms d6no:e une
forie envie d'accepter. L'attitude encore incertaine de
la Hongrie et d'autres satellites de la Russie indique
les luttes don't doivent 6tre le theatre les esprits de
ceux qui voient d'un cot6 les int6rets de leur pays et
de I'aulre la volont6 du Kremlin. La tentalion de se
joindre A d'autres Etats plus grands et plus petits, dans
un effort common, doit 6tre tris forte m6me dans les
cceurs des membres des gouvernements les plus favo-
rables A 1'Europe orientale. z

b) LE DISCOURS DE M. MORRISON.
1. Times (9/7) :
< ...Le d6bat sur le programme ,d'importation a en ge-
neral confirmed 'impression qu'en ce qui concern les
fails e. les cLiffres connus, on ne voAt pas d2 moyen
de sortir du di.emme actuel. La polilique est de jouer
sur dpux p ss:bil;ts : des do lars avcc le plan Mars-
hall, et des prix mains elev6s pour les articles d'im-
p rtalion. Dans une ceriaine me ure, cete attitude esl
pratiquement inevi:able. Ccpendant c'est du jeu, et i)
n'y a pas de raison pour que les pcrtes ne soien; au
moins Emi 6es et que les atouts ne soient ameliords au-
[ant qu'ils peuvent I'Ilre. Il n'cst pas deraisonnable non
p'us de demander au gouvernement de limiter autant
qu'il le peut le fardeau que notre pays demandera aux
Etats-Unis de supporter, puibqu'il y a d'autres pays qui
ont souffert plus gravement...
Certaines personnel se sentlraient plus conflantes si







DULLTIN QTIOTDIEN D1 PflESSE ATRANGARE


la Grande-Bretagne essayait, par une abstinence tempo-
raire, d'assurer ses importations A des prix moins gon-
flUs que ceux qui sont actuellement pratiqu6s. Tous pr-
f6reraient cer'ainement que noire pays se pr6sente A la
conference 6conomique europ6enne avec la perspective
d'un moins grand deficit outre-mer que celui que nous
avons actuellement, d'autant plus que ce deficit semble
dit moins A une reconstruction sur une grande echelle
des moyens de production, qu'A une consommation trop
important et une production trop minime.

2. News Chrornlcle (9/7, liberal) :

a Le but du discours de M. Morrisson, prononc6 hier
aux Communes, 6tait sans aucun doute de faire com-
prendre au pays lh situation critique dans laquelle il
se trouve et de le galvaniser...
II est vrai que nous sommes en droit d'attendre une
aide exthrieure... Mais nous ne pouvons nous permettre
d'a'tendre passivement 1'aide americaine. Nous savons
qu'il nous est impossible avec nos propres resources
de combler a temps le deficit, mais rien ne s'oppose A
ce que nous essayions avec tous les moyens don't nous
disposons, de faire ce qui est en notre pouvoir.
S'il nous faut agir, agissons des maintenant de facon
adequate et 6qui'able. Si 1'aide arrive, il sera temps
alors de revenir A nos anciens standards de vie...

3. Daily Mail (9/7, conservateur) :

< ...I1 n'y a qu'une seule r6nonse A la crise econo-
mique de la Grande-Bre'agne. C'est que chaoue homme
et chaque femme qui travaillent dans I'induntrie pro-
duisent -davantage qu'on n'attendait *d'eux. C'est ainsi
que les nations deviennent grades et que les guerres
sont gagnres... Nous devons sp-tir de cette situation en
fainant preuve de la m6me determination, du meme en-
thousiasme et de la meme unitV qre pendant la guerre.
Nous devons aussi Mtre diries. L'appel que nous adres-
sons aux ministres, c'est au'ils nons presentent une
politique coh6rente et qu'ils fasrent abstraction de toute
doctrine dans I'int6rit de la nation.'ITs devraient se
ranleler au'un nouveau credit en dollars ne serait
qu'un palliatif, mais qu'il ne r6soudrait pas de facon
permanent nos difflcult6s 6conominues. La Grande-
Bretagne doit tiotver elle-m&me le chemin de son sa-
lut, et elle y parviendra si on lui indique la direc-
tion. n

e) APRAS LE REFERENDUM ESPAGNOL (Times, 9/7):

c Les r6sultats d6finitifs di referendum de dimanche
dernier ne seront vraisemblahleement nns connus avant
un mois et lorsau'ils seront connus A I'6tranger ils n'au-
ront -d'autre valeur aue de prouver l'effiracite ,de la
propaganda faite par le gouvernement de Franco...
Pour les Espagnols moderes, et pour tous les amis
de l'!Epagne. il ne s'agit pas seulement de mettre fin
au regime ac'uel. ma;s de le remnlacer pir un gouver-
nement constitutionnel, surtout sans avoir recours a la
guPrre civil. qui eclltera tSt ou tnrd si une solution
acceptable n'est pas trouv6e. Les pays strangers ont na-
turellement le droit de montrer leir aversion pour la
dictature espagnole *de toutes les falcons qui leur con-
viennent, mqis il ect d'antre part 6vi.dent qup son ren-
versement ne peut pas etre imno.6 par les puissances
Etrang.res. II anT)rtient aux Ecpagnols eux-memes de
met're fin au regime actuel, mais pour y r6ussir. ii est.
indispensable que tous les parts de opposition s'en-
tendent au pr6alable sur une politique et des m6thodes
communes. :


II. PHESSE AMELItAINE


SRevue de la press amdricoine du 8 juillet 1947
1. Aide amiricaine

L'attcntion de la press americaine se concentre sur les
capitals des E'ats satellites de l'U.R.S.S. oii la question se
trouve posse de savoir si on acceptera l'invitation franco-
britannique. Le dilemme auouel doivent fire face ces Etats
est decrit de la fagon suivante par le correspcndant diplo-
matique de I'A.P. : a Les diplomats de l'Europe Orientale
sont fort occup6s h chercher A convaincre les Russes quo
leurs pays peuvent manger A la table americaine sans pour
cela dim'nuer leur loyautd envers Moscou ,. La press ame-
ricaine, dans son ensemble, ne s'attendait pas que ce.
Etats puissent Atre amends a fair face au problem qui lee
preoccune actuellement. A la sui'e de la decision russe com-
mPiniqiiee par M. Molotov A Par's. elle avait en endral pens4
ione I'Europe se diviserait nettcment sulvant une line englf-
hant. d'un, part, les nations occidentales et, d'autre part,
to Pussie et ses satellites. L'hesitation montr6e par ces pui.-
s-nes A accepter pour leur comope le refa's russe de partl-
cinr A la nouvelle conference de Paris provo"ue des edtto-
r-oix dans le New York Herald Tribune et le Baltimore Sun.
Cog ionrnaux sont h la foi3 surPris et satisfaits dP voir que
la nmrnosition de Marshall a eu daje pour rsn'lto* de jeter
pn- eertaine confusion et le dasarroi dans 'P camo sovid-
timie. Le New York Herald Tribune s'exorime r.otamment
en ce tprmPs : c La reaction europeenne au plan Mlrshpll,
particulibrPm-nt chez les nations oui crainnent la Russie en
esperent -"sserrer leurs liens avec l'Union Sovietionre. rl-
montre de facon oonvaincante I'attraction que le plan exerre
sur le Continpnt enronden dans son ensemble a Maia eat
editorialiste se eardp de tirer trop rapidement des roneln-
sions de cette sitl-tinn et ii ajoutP : L'effet dr i-ette con-
fusion pourrait tpra feailement exagdre. Le plan Marshall
n'a pas desorganise sAieusement le systeme sovietione et
rien n'indique ou'il le fera .. Le New York Herald Tribune
ajoute qu'il existed suffisamment de suspicion h 1'egard des
U.S A. et de cynisme en Europe Occidentale pour assurer un
auditoire h la propagande russe, malgr6 ses invraisemblancet
et leas rreurs des diplomats sovi~tiau'es. Le Baltimore Sun
Ecrit d'autre part que quand M. Molotov a rejet6 mercredi
dernier I'idee d'un programme de reconstruction s'4tendant
a tout le Continent europen et a oultt4 la Conf6rence de
Paris. la cassure entire 1'Est et l'Ouest semblaif claire 6t
net'e. mais ru'e la reunion rui commencera sameni ne sera
pas aussi exclusive cue certain i'avaient craint et que d'an-
tres I'esndraient, puisou'elle comnrendra deux nations let
plus importantes narmi les satellites du bloc russe et plu-
sleurs au4res les pavs scandinaves qui ont des raisons
d'agir avec prudence quand elles vont a l'encontre des ddsitr
russes.
Une caricature dans le Phlladelnnia Inquirer presenar
l'opinion du Congr6s come defavorable a l'octroi de credits
aux nuissances satellites de la Bussie. On y volt une hours*
plenty de dollars am6ricains nui se ferme a meswre roe le
cordons en sont tir6s par un Ftroupe d'hommes debut sur
le Continent europeen et representant les satellites russe,
2. La gr& e d-s mineurs
La press announce sons de gros.titres aue M. Lewis a
signed finalement un contrat avec Is pronnriftaires des mine.
de charbon du Nord des U.S.A. er avec IPs acieries qui pos,
sedent lewrs nronres mines dans le Sud. Le travail reprendra
prochainement dans ces mines.
3. La Commission atomiaue
La press reprend en bonnp nlace les denAchas de Lake
Success indiniant aue 1l d6l~lfgu russe a trouvA sufflsamment
d'annui parmi sos colli6ges pour n'nine maiorite se soft
prononcee en principe nour la destruction de toutes les
arms atomiones existantes. si I'pccord ur le contr6le est
finalemen' realis. TTn snus-comit6 a Wet form pour r6diger
la proposition sovietiaue.
4. Personnes diplacees
La press reprend le texte du message du president Tru-
man au CongrBs demandant une fOis de plus A celui-ci de








4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATBANGRE


prendre les measures nacessaires pour permettre 1'immigration
d'un certain nombre de personnel d6placees.
5. Espagne
Le plebiscite espagnol en faveur de Franco don't les rCsul-
tats viennent d'etre annoncds provoque un certain nombre
d'articles dans la pressed ambricaine qui ne paralt nullement
convaincue de la popularity du dictateur espagnol. ].e Noel
York Times lui-mCme cousacre un editorial oh il tonstate
qu'il gouverne parce que I'un n'est pas tomb& d'accord sur
la personnel ou le systeme qui dolt lui succeder.
6. Nouvelles de France
Les depeches des correspondents de Paris sont gendrale-
ment oonsacrdes au vote de conliancc qua le Conseil National
du parti socialist a donn6 a M. Ramadiei et a la motion
vatde par ce Conseil en faveur 'iu lan Marshall Les tires
donns k ces articles soulignent que M. Ramadier a recu
l'appui de son part. Warren, correspondent du New- York
Times, indique que la motion votee relative au programme
economique que devra suivre le government c continent des
clauses qui constituent une menace de r6volte contre le gou-
vernement si celui-ci n'applique pas strictemcnt cc pro-
gramme v.
Les journaux financiers de New-York trprennent la d4cla-
ration faite par 1'attach6 financier de I'ambassade de France
a Washington, rappelant que le gouvernement frangais a
r6quisitionne les tires amiricains ddtenus par les citoyens
franvais en France et dans les colonies. Les dcpeches de
Paris adress6es au Wall Street Journal done une notI senm-
blable et tons les articles i ce sujet soulignent que la France
a besoin de dollars et que cette measure est destiny( Ah en
assurer un montant d'environ cent millions.
Le New york Times reprend une d6p&che de son correspon-
dant de Paris publiant les deAlarations de M. Bourdan sur
la nouvelle loi concernant la press. M. Bourdan a admis
que, bien que le statu't pr6voit un contrble d6taill sur l'ori-
gine des fonds provenant de sources privies, il n'oblige pas
un parti politique a expliquer d'oui viennent les fonds avec
lesquels ii peut ouvertement subventionner une publication
de press. g
Une dephche du New York Times A Washington rapport
les declarations de Bennouna, nationalist americain, indi-
quant qu'il ouvrirait un Office de propaganda it New-York
et aurait declare que son intention 6tail dc faire presenter
par l'intermddiaire d'un Etat araie ulne protestation aux
Nations Unies centre les administrations frangaise ct espa-
gnole an Maroc. II aurait ajout6 qup si les ndgociations avec
les Franqais et les Espagnols ne russissaient pas et que si
i'affaire presentde I I'O.N.U. ne donnait rien, la revolution
s'ensuivrait. Bennouna est originaire de la zone espagnolc
du Maroc et ancient ttudiant de l'UniversitC americaine du
Caire. II auanit indique igalement qu'Abd el Krim a refuse
un poste dans la Ligue arabe, mais qu'il prometlart son
assistance au movement panarabe.
Il.\ RECONSTRUCTION ICONOMIQUE DE L'EUROPE.
(New York Helrld Tribune, 9/7, editionn europ.) :
<< L'acharnement mis par M. Molotov pour rejet'r les
plans franco-britanniques de coopCration econoniique
en Europe -a et6 interpret. par certain observateurs eu-
ropCens come un d6sir, de la part des dirigeants poli-
liques de Moscou, de maintenir i'econonie 'de l'Europe
dans un dtat de cha.os. En faiit, une 6lude de la condluilc
de 1'Union sovietique 'depuis 1943 indique qu'elle a suivi
une ligne de conduit trbs precise en Europe. Cete ligne
tend A 1'appauvrissement des regions industriclles de
l'Europe occidentale qui, par la force 'des choses, sont
soumises A l'influence des Elats-Unis. Elle tend :ussi
A entralner d6finitivement l'Europe cenlrale et oriental
dans l'orbite 6eonomique de l'Union sovietique...
On ipeut facilement imagine la d6tresse des minis-
tres des Affaires 6trangeres brilannique et fraincais
la suite de leur conference avec M. Molotov, bien que
cet 6chec n'ait pas dtC inattendu. Les petits pays d'Eu-
rope (A la fois occidentaux et orientaux) seront les pre-
miers A en souffrir. Les journaux polonais .ou yougo-
slaves front naturellement ,retomber la responsabilitf


de cet 6chec sur les capitalistes de l'Ouest, mais un
grand nombre de petits .pays seront 'd6sappointes et
deprim6s. Les communists fraingais et italiens,.tout en
blimant MM. Marshall, B;dault et Bevin de leur d6sir
< d'enclaver > l'Europe, regretteront certainement que
rien ne soit sorti de l'idee americaine.
Mais est-ce que rien n'en sortira ? La tache sera en
fait beaucoup plus difficile, la responsabilite de l'Ouest
beaucoup plus grande. Si seulement les Etats-Unis pou-
vaient reliever le d6fi et aider PEurope occidental A
se redresser, une reussite dans ce domaine rev&tirait
la plus grande importance non 5eu'ement sur le plan
economique, mais aussi sur le plan politique. Mais na-
turellement, cette tache necessitera une tr&s grande lar-
geur de vues et une certain maturity politique...
Les Etats-Unis peuvent faire beaucoup. L'enjeu est
'digne d'efforts et m&me de sacrifices. v
(SONIA TOMARA.)


III. PRESS SOVIETIQUE

Reoie de la press sovritigque du 8 juillet 1947
La rubriquc dc politique dtrangire comprend principalc-
ment des d6piches Tass sur la situation en ExtrEme-Orient
(Chine, discussions a la Commission mixte pour la Corec),
et concentre en outre toute son attention sur les plans anglo-
franqais pour ]a prochaine Conf!recnce do Paris,
1. La tension politlque en Francel
Un t6ligramme Tass r6capitule les graves en France. Selon
l'agence sovietique, la cause principal r6side dans le refus
du government Ramadier de r6viser nne ichelle p6rim6e
des salaires, qui estime que le nouveau programme 6cono-
mique du government frangais fait poser un nouveau
poids sur les 6paules des travailleurs francais. c Dans ces
conditions, il faut s'attendre h de nouvelles graves. ,
Deux ddpeches sont publiees sous le titre : a Situation
chancela-nte du gouvernement Ramadier < : La premiAre
relive les commentaires r6servis de Jean Texier dans Combat
sur la signification du vote de contiance de vendredi. La
second fait 6tat, d'apris I'A.F.P., de I'appel de la Fddera-
tion socialist do la Seine en faveur de la admission du
gouvernement.
Sous un titre identique, un copieux rdsume des declara-
tions de I'HuinanitC et de Ce Soir est donn6 sur les liaisons
centre le complot anti-rdpublicain. le R.P.F. dt I'armde
Anders.
2. Autour de la Conference de Paris
On relive d'abord quatre courts depiches Tass sous les
titres suivants : A propos de la signature de 1'accord sur
l'aide americaine la Turquie r. Des veritables buts do
I'aide amdricaine h la Gricr ,. e Lettre Ide Prit an Times s.
, De na second session de la Commision iconomique de
l'O.N.U. pour 1'Europe ,.
Dans un feuilleton reportage de 1'envoy6 special de la
Prauda en Allemagne, Korolkov declare que dans les cow-
lisses du Conscil economique bizonal. les 6elments fascistes
se consolident, les plans do ddmembrement de 1'Allemagne
surgissent, de nouvelles demarchcs sont sans cesse entre-
prises pour ruiner les decisions de Potsdam, touchant an
dtmilitarisation et la democratisation de 1'Allemagne.
Une diepche Tass est publide en vedette sous le titre < On
ravaille a fond 1'opinion publique avant la Conference .
L'agerncc indique qu''il se pursuit a Londrcs a i'aide do
la pressed ct de la radio tout un travail sur. l'opinion publique
pour appuyer la politique de M. Bevin. Cela sc tart surtout
on deformant la position sovietique A la Confnrence trinar-
tite, cc qui n'cst point difficile vu les mn'urs des journaux
ct les reglements de la radio anglais 3. Cela facility la tAche
de M. Bevin ainsi que le soutien sans, reserve de Bidault
pour l'excution de la tbche qui lui a det confine. Washing-
ton travaille non seulement I'opinion anglaise et francaise,
mais aussi cell de plusieurs pays europeens. Evidemment,
ce n'est pas seuIlement le Daily Herald. mais aussi la press
conservatrice qui aide de tout coeur M. Bevin a appITquer
la ligne politique qu'on lui a prescrfte de l'autre cOtd de








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


I'Ocean qour cooper I'Europe en" deux camps adversaires.
Les satellites come la (Griee et le Portugal s-engagent
volontiers sur cette voice et I'appat des credits americains
tODtribue A subjugu-r un certain nominre de personnalites
britanniques et frangaises lies au gouvernement de plu-
sicurs petits pays de I'Europe. Pourtant, on dit ici que, dans
l'ensemble, les milieux gouvernementaux britanniques ne
sont pas satisfaits des r6sultats obtenus et qu'i.s n'attendent
pas une victoire de la Conf6rence du 12. L'agence indique
ensuite que l'Observer vient de divoiler les plans de M. Be-
vin et de M. Bidault. La Conference du 12 juillet doit pri6
parer un programme dconomique europden qui 6quipe la
subordination de l'economie des divers pays de 1 Europe a
un plan g6enral du continent. Autrement dit, !es U.S.A. veu-
lent, grice i MM. Bevin et Bidault, op6rer une mainmise
sur 1'econom:e europ6enne sous prdtexte d'assistance Bcono-
mique. I1 y a lieu de rappeler que, dans le dernier project
frangais prCsent6 le 1r juillet et egalement appuyd par
IM. Bevin, il dtait dit qu'ii n'y aurait aucune intervention
dans les affairs intdrieures des Etats europdens et dans
leur souverainet6 lors de 1'4tablissement d'un programme
europeen. I1 apparalt que ces phrases sur la non-interven-
tion n'ont Wtd r6digdes que come camouflage temporaire,
alors que, en r6alit6, on a en vue une subordination des
Etats de l'Europe A des plans anglo-frangais imposes par
les mi.ieux gouvernementaux frangais et britanniques en
vue de l'avantage des U.S.A.


IV,- PRESSED BELGE


LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE.
1. La Cild No elle (9/7, catholique) :
C'est pour M. Ramadier eit son gxvernement l'd-
ipreuve decisive qui commence maintenant.
Le president du Conseil a doubi un double cap.
II a obtenu sa majority devant i'Assembl6e national
et la conference de son parti. C'6tait le cap politique.
II lui fau, s'attaquer 'des maintenant au cap 6cono-
mique.
DBs aujourd'hui, le gouvernement devra s'occuper du
prix du b,6. II lui faudra le revaloriser parce que tout
est fonction du prix du bl6. Mais il lui faudra aussi
empAcher les autres prix agricoles'de monster. Parce que
tout augmente quand les prix agricoles augmentent.
Mais les difficult6s de M. Ramadier ne se bornent pas
li. Voilh aue les fouctionnaires menaceni de se mettre
en gr6ve jeudi prochain, a l'avant-veille de la Conf4-
rence de cooperation 6economique europ6enne.
Les points 'de vue paraissent assez inconailiables, a
moins de concessions assez imnprobables. Bref, on n'a-
per oit gu re la podibilitt d'une solution a i'amiable.
M. Ramadier sern done peut-etre contraint de recou-
rir A des so'utions qu'il a jusqu'ici ecart6es : les revoca-
tions et peut.-tre la requisition. Car aujourd'hui le
gouvernement ne veut plus, dans l'int6ret Qu pays, ater-
,moyer.
JEAN DANNWNMULLER.

2. La Ddanirie Hewlre (8/7, libhraT
Le vote de confiance au gouverncMP'nt 'amadier aura
pour effet de revigorer le cabiin't e: de lui permettre
d'affron!er les nouveaux perilss 'ur I'attendent.
Le moindre 'de res perils p'-" pas l'attitude des fonc-
itionnaires, qui se fait pressarte On salt qu'ils ont me-
nac6 M. Rima'd'er de gr\ ;: g6n6rale si leurs revendi-
cations devaient 6tre rejet6es.
Mis une autre diffluu't4 provient des attaques au
Conseil national socialite contre M. Marius Moutet, mi-
nistre de la France 'd'outre-mer.
Ajoutons que le gouvernement devra appliquer dans
peu ,de'tmps le programme economique vote et adopted.


Les radicaux auront aussi h se prononcer mercredi
sur le maintien de la participation au gouvernement.
Lors 'du dernier scrutin de conflance, ils se sont, en
effet, scind6s en trois. Plusieurs de leurs federations d6-
partementales reclament le retrait des radicaux du gou-
vernement en raison de la politique 'de ce dernier, qui
est, selon eux, trop ipeu liberal en -matiere economi-
que. >>
(Du corre'spondant A Paris de La Deenride Heutre.)



V. PRESS SLISSE


a) LA RECONSTRUCTION DE L'EUROPE (Journal de Genbue,
9/7) :
x On peut imaginer la creation d'une entente euro-
p6enne sans la Russie, mais elle serait impariai.e. Cha-
cun s'en rend si bien compete que i'on volt des conser-
vateurs comme M. Eden qualifier 'de a grand malheur >
1'absiendon de la Russie. Mais avee eile ou sans elle -
et non pas n6ctssairement centre elle l'Europe doit
se recr6er. Ajoutons cependant qu'i, faut avoir ,es nerfs
Isolides 'pour manifester autant de bonne volont6 que
MM. Bevin ou Bidault qui, en d6pit 'de tous les d6boi-
res, continent a croire a la possibility d'une entente
gen6raie; leur action est un veritable acie de foi. Si,
dans le monde de demain, la Russie se plainly 'de vivre
dans l'isorement, comme au temps du < cordon sani-
taire ,, elle ne pourra vraiment s'en prendre qu'h elle-
m&nme. 3

b) APRtS LE REFERENDUM EN ESPAGNE (Neone Ziitchel Zei-
tung. 8/7) :
( En organisant ce qu'on ne peut gaure, appeler un
refuc eAtum qu'eu jouant sr ies mons, le general 'ranco
a certainemenat por.ie pits d .une lis ses regards au delta
des irbntieres ae son propre pays. Uepuis longlemps,
il avail be.son a un p.&mecite qui lui permit de se pre,
scnter aux y.ux de i eLranger conmine I'eicarnation 'dt
ia volonie popu-aire. 11 a ouLenu ce vote de cuntiance en
toumettatl aux eleeeurs un pi.ojei qui les ptiaait en
faA devant 'alternative : < Franco ou Frano et qui
e6alt recouvert d'un embalage portant ce mot a 1'etiet
apaisant pour main adversiare de l'interieur et de I'ex-
t6rieur : o Monarchie 3. L'habieie6 du procede attire
.une faods de plus attention sur cet aspect du caract6rc
du gdn6ral Franco qui le orapproche oes paysans ma-
dres de son pays et exp.ique une bonne parties de ses
sur'ces sur le plan purement espagnol.
Toutefois, les resukats 'du referendum ne doivent pas
fare illusion : les contradictions latentes existant en
Espagne ne sont nau.lement Blimia6as. Certais adver-
saires du regime eux-m6mes ont dft se r6signer sans
trop de peine A 6meltre un vote favorable, car il ne
s'agissailt en some que de choisir entire deux solutions
6ga.ement 'd6plaisantes. I. y a qulque temps, le come
de Barcelone revena.t de son exil au Portugal a rap-
pe:6 avec force qu'il est determine & ne collaborer en
aucune facon avec Franco et qu'il vent tout faike pour
r6tib.ir sans lui une veritable monarchie coistitulion-
nelle en Espagne. Si Don Juan adopted une attitude aussi
franchement hostile a 1'6gard du nouveau systbme, c'est
a n'en pas 'douter qu'il a 6te instilu6 sans son accord
eit que Franco ne songe pas s6rieusement A quieter un
jour la place de son plein gr6 au profit d'un chef d'Etat
de sang royal. >

S.P.I., Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009









































































Prix : 6 frans.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs