Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00134
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: July 8, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00134
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCHISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


BULLETIN


PRESS


QUOTI


ETRANGERE


Nouvelle S6rie No 712


SOMMAIRE

I, PRESS BRITANNIQUE
a) AprPs l'6chec de la Conf6rence dde Paris:
1. Sunday Times (6/7);
2. Observer (6/7) ;
3. Sunday Pictorial (6/7).
b) L'avenir de 1'Allemagne occidental (Times, 7/7).
c) Le referendum en Espagne (Daily Worker, 7/7).
II. PRESS AMERICAINE.
Le discours du President Truman (New York Herald
Tribune, 5/7).
III. PRESS SOVrETIQUE.
IV. PRESS SUISSE.
AprBs 1',6chec 'de la Conference de Paris (Gazette de
Lausanne, 6/7).


I. PRESS BRITANNIQUE


Reaue de la press britannique du 6 juillet 1947
Les commentaires de la press dominicale sont consacr6s
essentiellement au refus par les Soviets des projects franco-
britanniques sur la mise en oeuvre dui plan Marshall : ils
touchent egalement it la solution des problmes 6conomiques
qui se posent en Grande-Bretagn'e et en particulier A la
question du carbon et an programme d'importation.
1. Plan d'aide a l'Europe
Tous les journaux sans exception condamnent l'attitude
intransigeante de Molotov a Parip et diplorent les conse-
quences qu'elle ne manquera pas d'avoir sur la division de
l'Europe en deux blocs opposes. Les correspondents des
divers hebdomadaires i Washington se montrent plus pessi-
mistes quant i l'acceptation finale par le CongrBs des plans
qui seront etablis pour la mise en oeuvre des suggestions
dui general Marshall.
Dans un article de fond de l'Observer, 1'6tudiant de 1'Eu-
rope 6crit notamment que pour le moment c'est i la France
et h Grande-Bretagne qu'6choit la lche de prendre la ttte
du Continent pour l'dlaboration de la r6ponse europeenne
aux offres de Marshall. (Voir cet article plus loin.)
L'editorial de I'Obseruer s'attache plus particulibrement A
souligner que l'excuse invoqube par M. Molotov relative A la
souverainete des pays ueropdens est de la pure hypocrisie
vt fait valoir que seule la limitation de cette souverainetd


pourra rdtablir la security et la prosperity du continent.
(Voir cet article plus loin.) Ie correspondent du mAme jour-
nal A Paris ecrit entire autres choses que l'enthousiasme
sanis reserve avec laquelle les Frangais ont accueilli les pro-
positions Marshall a fait place aujourd'hui a la volont6
inflexible de mettre en oeuvre le plait de cooperation econo-
mique europeenne, volonte qui n'exclut pas la conscience
tres nette des difficulties i surmonier. En fait, le refus brutal
de M. Molotov et ses allusions aux desseins imperialistes de
1'Amirique ne laissaient gucre ie place pour un compromise.
Personnel, sauf lcs communists, ne croit que la France
peut se payer une rupture avec l'Amerique ou la Grandc-
Bretagne. Neanmoins, en tant que puissance continental, la
France se sent dans un isolement inconfortable. L'effet
psychologiqne provoque par l'annonce des plans pour Pl'66-
vation du uiveau des industries de l'Allemagne occidentale
le jour mime oi les Frangais avaient couru, le risque de
d6fier les Russes a t5d deplorable. Le correspondent i Paris
du Sunday Times erit, de son c6te. que la politique 6tran.
gdre de la France entire dans unc phase nouvelle i la suite
de 1'echee des efforts de M. Bidault en vue d'une conciliation
entire l'Ou'st et l'Est. (Voir cet article plus loin.)
L'article public par M. Crosman dans le Sunday Pictorial
sous le titre .: a Bevin parole pour 1'Europe m6rite do
recueillir toute I'attention. (Voir Particle plus loin.)
2. Situatlon en France
Le correspondent de l'Observer estime que le Cabinet a
6te renforc6 la semaine derniere. En dehors de cet atout
permanent que constituent la patience et la tdnacit6 de
M. Ramadier, le gouvernement aurait profit du temps ga-
gn6 : du complot antirdpublicain, du succis rcmportd par
la premiere manifestation du g6ndral de Gaulle h Paris et
enfin du refus spectaculaire de Molotov qu'i a rallied tous les
non communists autour du president du Conseil et du
ministry des Affaires 6trang6res. La propaganda anti-amdri-
caine presque hysterique des communists n'a pas eu d'effet.

3. Espagne
L'Observer announce que le frbre de son correspondent spe-
cial sur les questions espagnoles a dtd assassin par la
police le 15 juin a Barcelone.
Revue de la press britannique du 7 juillet 1947
La press de ee matin consacre ces manchettes a des sujets
tres divers : sanctions envisagdes par l'Office du Charbon
contre les grevistes, decouverte de charges d'explosifs danm
des voitures abandonndes, suppression de la semaine de
cinq jours pour les mineurs de la zone sovi6tique d'Alle
magne.
Dans le Times, le Manchester Guardian, le Daily Tele-
graph, l'acceptation par certain pays de participer & la pro-
chaine conference de Paris est smoulignBe. La France, pour
sa part, fournit matirre A d'intdressants articles dans le
Times, le Manchester Guardian, le Daily Telegraph.


DE


'8 juillet 1947.







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE


1. Aide anmericaine (I l'Europe

La press de cc martin announce que huit nations d'Europe
ont accept 'invitation franco-britannique do pari'icipr a1
une Conf sitd la rdponse des pays d'Europe ori-entale et envisage I'ac-
ceptation 6ventuelle de la Pologne ct de la Tehficoslovaqu.ie.
Le correspondent diplomatique du Daily Mail 6crile que si,
ces deux pays acceptaient, leur yrponse strait consid6rte a
Londres et it Paris come la preuve que I'U.R.S.S. n'est pas
encore dispose a s'isoler et I isoler d'autres pays la reste
d' I'Europp. Cc correspondent voit dans lc notrbre des
rtpon.ses affirma'ives dcjh reques le prelude d'unce 6preuve
de force entire I'Ouest el l'Est, epreuve qu( les gi uverne
ments britannique et franqais voudraient 6viter ct don't ils
no veulent pais assumecr la responsabiliti.
Le correspondent du Times a Varsovie fait Rtat d'un chan-
gement dans l'opinion publique polonaise a I'tgard du plan
Marshall. Celle-ci strait bien plus favorable que prtctdIeni
ment. En revandhe, lc Dail. Worker soutient 'n pointt .I
vue onpos6 ct. scion lui, la participation polonaise a la
Conference serait tris improbable.
Li correspnndant du Manchest!'r Guardian i Genifve &erit
que le travail preparatoire en vue d'itablir un bilan econo
mique de l'Europe se fera en d-ehori de I'O.N.U. du faith q(iue
la Russie ,et leyspays qui sont soumis Ai son i'iluencc se tien-
nent i 1'Icart du project.
Ce journal s'intlresse 6galnement i 1'a'titudle di Cnitgrb,,s a
1'igard du plan Marshall.
Le correspondent du Timres ;. Washington de.'it qu'uni
session sp6ciale du Contr"s se"ait convoquie pour c ,amincr
le plan du, Secretaire d'Etat. I1 so peut quI le Conm, rs soil
effray6 de l'ampleur (ii project en pleine annOe ('t ctoral.
Mais il pourrait 6galement ,trc enthousiasmn par la hi'r-
diesse de si conception. II n'est pas douteux qu:, 1. people
amiricain app:'ouvera plus volontiers I0 plan 'r'a sitance
destined t sauvser I'Enrope e la fanitne qu'"-' a ''ord de
pavement individual auquil s'ajouiteraient des clausi s mili-
laires. D'autre part, la defection de la Russic cns tituerait
ine chance supplemientaire de su'ccs pour le plan Marshall.
St. Burch, correspondent du News Chronicle iI New-York,
voit trois raisons essentielles at la hate avec laquelil le pre-
sident Truman d4lsire obtenir l'accord du Congris : ]a
menace du credit du dollar en Europe iq, lraison de l'lpui-
sement rapid des emprunts on couPrs dans difftrenis pays,
ensuite le dtsir du president Truman de voir le programme
approuv& avant I'ouverture de la Conf6rence des Cinq Grands
en septembre, enfin le faith qu'un retard dans la discussion
du project risqu'erait de crcer des complications de politiqute
interine're aux Etats-Unis.
Plusieurs journaux font 6galement 6tat des mentics de la
press sovictique centre Il'initiative franco-britanniqtic.
Le Manchester Guardiadn done de longs extrait. d'unec
d6peche de l'Agence Tass et d'un article de la Prauntt accn-
sant la France et la Grande-Bretagne de vouloir dicier Ieur
VolontV 'a I'Europe et de crder u'n htloc occidental. De mcime
curtains journaux font 6tat de l'opinion d'autres lpay:, sat'e-
lites de 1'U.R.S.S., tels quie la Hongrie. linstilh ui plan.
Cependant, la principal pgrdoccupation de lat press( r sid.',
dans attitude 6ventuelle des pays d'Europe.

2. France

Le correspondent du Times h Paris signal kIs difficult
q.ue rencontre M. Ramadier au' sein de son propre p. rti dtli
fait d'une gr6ve iventuelle de tous les fonctionnaires et
Ocrit que Ic facteur d6cisif, come toujours depuis la Lib6-
lation, est le part communist. Jusqu'it 'iche die la Confi-
rence de Paris, on 6tait en droit dc soutenir qu'auei n gou-
\ernemnent nc pouvait exister longtcmps sans lui. \Iainte-
nant (in intend frtquemment dire, quelle (qe soit la coali.
tion au pouvoir, que l'adhlision de la France au plan Mars-
hall implique non seulement 1'cxclusion des communistes,
mais 6galement letur absence volontaire du gouvenr -cment.
Considelrant la position politiquea dc la France, le cor -espon-
dant conclul que a les parties politiques .sont revenns h l]
I politique a court vue du parlementarism.c de la 11 R6-
publique ,.
.Lve crrespondant du Manchester Guardian rappelle ii son
tour que Mf. Rnmadier devra obtenir l'approbation du Con-


grl's socialist qui, du inoins dans certain di ses rangs,
timee que 1. Ramadier cffectic un glissement i droice. II
ne voit pas ce qui so passera si le Congrbs socialist refu'se
sa confiance au president du Conscil. < Le pr6sidcnt Auriol,
ocrit-il. a declaP6 qu'il n'acceptcra pas ja d6mission du
Cabinet a la suite d'un vote d'nii organism.e qui n'est pas
rcconnu par la Constitution. C'cst peut-ltrc la u'n' altitude
sage an point de vue legal, mais il est difficile de voir cotm-
ment il pourrait obliger It gouvernement a gouverner centre
son gre. I1 pense qiie Ramadier restera a pouvoir et renm-
placera certain de ses col]6gues < intransigeants >> par des
inembres diu centre ct de la droile. II estimc au'ssi que le
rfus de I'U.R.S.S. de participer a la Conf6rence 6conomiqlue
<,iriopdenne rcndra plus difficile que jainais la formation
d'une coalition gouvernementale avec les communists. Par
contr,.'-coup, ce refuse russe aurait consolid6 la position du
larti socialist. En co' (tii meneenie les mennaces de. gi-'ve
des fonctionnaircs, il dcrit : I1 faut s'attendre aI ce que
les communistes fassent tout c.e qui est Cn Icur pouvoir
pour obli;ge.r lc goutvernnment a demissionner. Leur contrale
.,tir lit classes ouv:'ire est 1,ur n'eilleuare carte et la scule
raison qui les enpclie de dieter une gretv general est la
crainte dtic risquer trop gros.
NV. Forrtst, dans lc News Chronicle, Ocrit que les prlpa-
ratifs en vue de la Conf6rence qui va so tenir le 12 juillet at
Paris risqulent d',tre atrrdfis par la gr6ve g6nerale de deux
millions de fonetionnaires.
Par centre, le Daili Telehraph estime que l'aile gauche du
part socialist se montrerait plus coneiliante afn de per-
mieltre au government de continue les ntgociations sur
le plan Marshall.
Le Manchester Guardian signal que Ic Sultan du Maroc
a enfin ratilie hier Ics ddercts (Itde reformn prpards par la
ldesidence. 11 en conclut que la period de friction entire le
souverain et la puissance protectrice est terminee. 11 done
une analyse des riformes creant un Conseil des ministres
et indique que le statute de 1'Algerie, qui sera prochainement
soumis I I'Assemnblc Nalionale, assurcra 6galement une part
plus important aux indig&nes dans la gestion des affairs

3. Espagne
Plusicurs journaux donnei"t les r6sultats parties du refe
renduni espagnol. D'apris le correspondent du Daily Tele-
graph, la decision prise par la Grande-Bretagn.e ct.la France
d'cxclure l'Espagin de la Confdrence pour le plan Marshall
aurait fourni an gouvernement espagnol une excellent
amine de propaganda pour le referendum. < Cetie decision,
ccril-i a etc vivement rcssenti, par tous les Espagnols,
Quelle qu'c soit lcur couleur poliliquti, car ils considerent
,uc e'est la Russic et non I'Espagne qui torpille tous les
efforts en vue de l'6tablissemcnt d'une paix durable. .
Le News Chronicle pense que la victoire du Caudillo an
referendum s'explique en grande parties par la crainte
qu'dprouvent de nombreux elacteurs d'etre seumis a des
reprisailles ou de provoquter par leur opposition une nou-
velle guerre civil.
Le Dail. IVorker consacre sia manchettc aux manifesta-
tions tqui ont en lieu en Grande-Bretatgne centre le regime
franquiste, m'tais ijui n'tnt pas provoque d'incidents graves.

4. Inde

La press signal que les journaux indiens ,lut rdservd un
accueil chtaleureux a I' < Indian Independance Bill >.

(a) AP kS L'ECHEC D1E LA CONFERENCE DE PARIS.
1. Sunday Times (6/7, conservateur) :

< La polilique 6traingre de de ]a France va prendre une
nouvclle direction, a la suite de 1'6chec des efforts d&-
ploycs par 31. Bidault pl)our fire de la France un fac-
teur de conciliation entire l'Est et 1'Ouest. L'appel lance
par M. Bevin aux Etats-Unis pour qu'ils se joignent A
la Grande-Brctagne pour Iraiter la France avec plus -de
comprehension qu'ils nc I'ont fait apres la premiere
guerre m)nd(liale, esl le bienvenu...
II est egaleinent vrai que la politique inl6ricure ,de la
France affectera disormais profondement la situation







BULLETIN QUOTIDIEN DR PRESS ATRANGBRE 3


international. Un grand nombre de ceux qui ont vote
communiste aux dernibres Elections, sont capable de
travailler A la reconstruction de l'Europe dans le cadre
du plan Marshall.
La siabilit6 .de la France imported davantage pour le
succis *de l'organisation qui va etre cr66e samedi pro-
chain pour sauver l'Europe, que la stability d'aucun
autre pays. II est essential que la Grande-Bretagne et les
Etats-Unis s'interessent intelligemment A la France et
contribuent autant qu'ils le peuvent A son redressement
moral et materiel.
(FRANK MAC DERMOT.)

2. Observer (6/7, conservateur) :
... e Maintenant que la Russie a rejete la proposition
de MM. Bevin et Bidault, il est moins que jamais ques-
tion de risquer un 6chec par timidity. Les terms de
la proposition Marshall et les r6ali!s de la situation en-
rop&eenne exigent de l'Europe un effort concert d'int-
gration economnique, integration qui ne pourra s'effec-
tuer si le principle de la souverainet6- national est tr6p
strictement respect. Un programme -de redressement
europ6en implique une delimitation des functions 6co-
nomiques de chacun des membres du continent; cela
menera en fin de compete A une union 6conomique et
financiere qui a son tour entrainera une certain forme
de contr6le politique supernational...
Pour s'elever A la hauteur des circonstances, la con-
f6rence europeenne qui doit se r6unir prochainement A
Paris ne devra pas se corner A faire un simple inven-
taire .des resources et des besoins de 1'Europe >. Elle
devra au moins jeter les bases d'une organisation euro-
pnenne capable de donner une expression permanent
et effective A l'interd6pendance maintenant inevita-
ble des pays europ6ens... a
*

e Le fait que l'Union Sovi6tique ait rejete toute pro-
position relative A I'tablissement d'un programme d'en-
semble en ce qui concern le relivement conomique
de 1'Europe, constitute un tournant d6cisif de 1'Histoire.
Mais, A I'heure actuelle, cela n'6claircit guere la situa-
tion...
Entre temps, c'est A la Grande-Bretagne et a la France
qu'il income de guider l'Europe pour preparer sa re-
ponse A l'offre de M. Marshall, et cela ne peut manquer
d'avoir une repercussion sur le caractere des relations
franco-britanniques. Depuis trois semaines dejh, les
deux nations travaillent .davantage de concert et so sont
par lA meme beaucoup plus rapproch6es qu'elles ne
I'avaient fait depuis 1939. Pour r6ussir dans la grande
oeuvre commune .qu'elles ont entrenrise, les deux na-
tions doivent renouveler cette entente complex qu'elles
avaient conclu il y a quarante ans. Elles devraient pro-
fiter de l'occasion pour passer en revue et pour regler
toutes les questions susceptibles de gnner leurs rap-
ports. *
3. Sunday Pictorial (6/7) :
e M. Bevin a-t-il eu raison d'aller -de l'avant A Paris,
en d6pit du refuse de M. Molotov ? Je n'h6site pas un
instant A repondre : oui. Par ses propositions, M. Mar-
shall a mis en fait de .cSt ce que l'on avait appel la
doctrine Truman et a propose les memes suggestions
que M. Wallace avait faites lors de sa visit en Grande-
Bretagne... M. Molotov est en reality indifferent A la
question de la souverainet6 national. Ce don't il a peur,
c'est que les dollars n'amenent les Polonais, les Teh6-
-ques et les peuples balkaniques dans le camp am6ri-
cain. Je comprends ces apprehensions russes, mais
nous, pouvons-nous nous payer le luxe de baser notre


politique sur la mefiance ? Certainement pas, car line
chose est certain : 1'Europe, y compris la Grande-Bre-
tagne, ne peut pas so reliever sans l'importation ambri-
caine... Si nous et nos voisins, nous ne pouvons pas
ob'enir tres rapidement des dollars, nous nous trouve-
rons en presence d'une reduction radical des rations,
d'un ch6mage grandfissant au printemps prochain, de
la famine total en Allemagne et ,du chaos en France.
De mime, si 1'Am6rique ne peut pas exporter son sur-
plus de production, elle traversera une crise formida-
ble. Nous devons importer ou mourir ; ils doivent
exporter ou 6clater.
C'est pourquoi nous devons aller de l'avant et faire
reussir le plan en d6pit de M. Molotov. Certes, celui-ci
a rendu la tache beaucoup plus difficile. Nous devrons
reconstruire les regions industrielles de l'Allemagne de
l'Ouest sans les resources agricoles de 1'Allemagne de
l'Est. Avec les Russes .dans opposition, il y aura un
grave risque de revolution en France, ofi les commu-
nistes controlent les syndicats. Nous devons essayer de
persuader les syndicats francais de placer l'interkt de
la France au-dessus *de tout et de ne pas saboter le plan.
La R6publique francaise aura besoin de toute notre
aide si elle doit survive, nous ne pouvons pas non plus
considerer comme acquise l'aide am iricaine. De nom-
breux marchandages interieurs seront neoessaires en
AmBrique pour amener cette dernirre a accepter le plan
Bevin. Tout ceci signifie que nous nous sommes enga-
ges dans une expedition hasardeuse. Nous ne pouvons
pas nous permettre un echec ; certain pr6tendent que
l'impasse actuelle signifie que le monde est definitive
ment divise entire les puissances occidentales et les
puissances orientales.
C'est tout aussi inexact que de dire que la guerre est
inevitable... La recolte en Europe et en Russie s'an-
nonce exceptionnelle. Pour la premiere fois depuis la
guerre, ces pays auront un surplus A vendre. Or, ils
manquent terriblement de machines et .de biens de con-
sommation. L'attitude de M. Molotov A Paris ne change
rien A ces faits economiques. La position interm6diaire
entire l'Amerique et la Russie reste done possible pen-
dant dix-huit mois. J'ai pr&ch6 la politique de coop6-
ration anglo-francaise comme la base d'une Europe
unie. J'ai souvent critique M. Bevin pour ne pas y atta-
cher suffisamment d',nergie. Aujourd'hui, eg transfor-
mant l'offre de M. Marshall en tn plan Bevin, il a pris
l'initiative. En consequence, il parle pour toute 1'Eu-
rope, y comprise les pays de l'Europe oriental qui
seront contain's, centre leur volonte, 'de refuser notre
invitation.
C'est maintenant que l'6preuve supreme de ses qua-
litls d'homme d'Etat va avoir lieu. 11 y a beaucoup de
gens, en Grande-Bretagne comme en Amerique, qui d&-
sirent que M. Ernest Bevin organise 1'Europe occiden-
ta!e centre la Russie. 11 ne doit pas tenir comp'e d'eux
et il doit refuser fermement d'utiliser les .dollars pour
une croisade antirusse. Lorsqu'il transmeltra les propo-
sitions A M. Marshall, il devra lui dire en toute fran-
chise qu'aucune limitation ne devra etre faite A nos re-
lalions commercials avec la Russie et 1'Europe de 1'Est.
Si nous avons besoin -des dollars ambricains, nous
avons tout autant besoin du bois et du bl6 de Russie,
4des oeufs ct du lard de Pologne et du mais de Hongrie.
M. Ernest Bevin peut-il obtenir les deux ? S'il It peut,
nous ne parviendrons pas seulement a r6soudre notre
crise int6rieure, mais A jeter les foundations d'une paix
veritable, en d6pit de M. Molotov. >
b) L'AVENIR DE L'ALLEMAGNE OCCIDENTAL (Times, 7/7)
c Tandis que les gouvernements europeens 6tudient
l'invitation qui leur a Rt6 faite de se joindre A la France






4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS *TRANG&RE


et i la Grande-Bretagne pour preparer une riponse A
l'offre de M. Marshall, le rble qui sera assign aux trois
zones occidentales de 1'Allemagne demeure indefini. II
semble certain cependant que les zones occidentales ne
seront pas laiss6es a 1'ecart... Dans ces conditions, un
intr8t particu:ier s'attache a la declaration officielle
selon laquelle le niveau autoris6 'de la production de
l'industrie dans les zones anglo-ambricaines sera bient6t
Oleve. L'accord du ler juin sur. la reorganisation des
agences-bizonales prevoyait que le Conseil 6conomique
nouvellement cr6e devrait e diriger la reconstruction
&eonomique des deux zones sur la base 'du nouveau
plan de production de l'in.dustrie ,. Les experts alle-
mands sous le control des Britanniques et des Am6ri-
cains ont, 'depuis, Blabor6 des propositions qui sont
mainlenant prties A 6tre appliquees.
Les Conseils ex6cutifs qui siegent maintenant A
Francfort possedent, comme Sir Brian Robertson I'a
soulign. rdeemment, une grande part de responsabilit6
dans la conduite des affaires de l'Allemagne. L'ombre
de l'ind6pen'dance allemande sort des ruines de ]a db-
faite. L'Italie a conclu un accord commercial et de paie-
ments avec les zones conbindes. Des negociations en
vue d'un accord semblable avec la France ont com-
mence peu apres la Conference de Moscou et I'on ne
peut diff6rer longtemps une liaison 6troite, sinon une
fusion reelle, entire la zone francaise et les zones anglo-
americaines. Alors qu'il y a seulemen.t quelques mois
les Frangais itaient ardemment attaches A leur espoir
'd'obtenir un contr6le international des industries lour-
des de 1'Allemagne occidentale, aujourd'hui, sous la
pression des circonstances, ils sont enclins A accepler
la reconstruction projetee des trois zones.
II serait ridicule de pr6tendre que ces changements
n'ont aucune signification politique. Au contraire, il est
certain qu'i!s exerceront 'des effels profonds et imm6-
diats A la fois sur le people allemand et sur les rela-
tions entire les puissances occupantes... La division per-
minente de l'Allema-gne ne peut 6lre envisage.' comme
une solution d6finitive... LP relevemnent de l'Allemagne
dans un sens d6mocralique d6pen'd de l'unifica'ion sous
le contr6'e des quatre puissances occupanles. Ceci de-
pcnd A son tour du succes de la prochaine conference
des ministres 'des Affaires Rtrangeres qui doit avoir lieu
en novenbre. nI serait lamentable que 1'6chec de Paris
contribute, dans quatre mois, A un 6cliec A Londres.

c) LE RiViRENDUM EN ESPAGNE (Daily Worker, 7/7, com-
muniste) :

c Pendant la guerre centre le fascisme, peu de gens
auraient pens6 que Franco survivrait longtemps h la
'd6faite total de ses maitres italien et allemand.
Cependant, hier, il organisalt un referendum truqu6
don't le but est de confirmer sa position pour toute la
vie.
Une telle effronterie n'est possible que parce qu'il est
persuade que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis hne
front absolument rien pour entrainer sa chute.
II sait qu'il y a 'de puissantes forces en Grande-Bre-
tagne et aux Etats-Unis qui le haissent beaucoup moins
qu'elles ne halssent 1'Union sovi6tique ou les nouvelles
d6mocraties de l'Europe orientale.
Cependant, si l'on appliquait pendant trois mois des
sanctions 6conomiques, ce regime detestable serait
Aoras6.
C'est pourquoi les demonstrations contre Franco qui
se sont d6roul6es hier en Grande-Bretagne 'devraient ser-
vir de prelude A une champagne beaucoup plus impor-
tante. ,


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press americaine du 6 juillet 1947
1. Aide amdricaine & l'Europe
Trois faits retiennent particulierement attention de la
press am6ricaine de ces deux derniers jours. C'est tout d'a-
bord l'invitation adress6e par la France et la Grande-Breta-
gne a vingt-deux nations .europeennes. Vient ensuite le dis-
cours du President Truman a Charlottesville, puis le dis-
cours de M. Bevin a l'occasion de la fete de l'Ind6pendance
americaine.
Les correspondents de Paris envolent de longs articles a
leurs jou'naux sur les invitations envoyies par les gouverne-
ment frangais et britarinique a tous les pays europdens A
l'exception de l'Espagne, et signalent que le texte de ces
invitations revele le souci de manager la susceptibility des
Russes et de laisser la porte entr'ouverte A l'adhesiori de
l'Union Sovi6tique A un plan de reconstruction europeenne.
Ils font dtat des reactions de la press frangaise et, en parti-
culier, des attaques des journaux comme l'Humanitd et Ce
Soir, dirigdes contre la politique .de Washington.
Les correspondents politiques dans la capital ambricaine
font une large place au discourse de M. Truman et rel6vent
notamment la phrase oi il qualified de < trompenso l'atti-
tude de t certaines nations qui voient dans 1'aide ameri-
caine a l'Europe une intervention dans lea affaires int&-
rieures de certain pays.
Les iditoriaux des journaux de samedi sont unanimes a
appuyer les declarations du President Truman. L'attitude du
Congrbs a 1'hgard de l'aide americaine commence a inqui6ter
certain correspondent, et notamment cclui de V'U.P. h
Washington. De 1'avis des fonctionnaires responsables,
6crit-il, I'approhation par le Congris de nouveaux milliards
pour I'aide a 1'Europe occidentale est problematique. II note,
en effet, que d6jh le p-resident de la Commission des Finances
de ]a Chambre, qui n'a pas vote encore les fonds pour la
Grace et la Turquie, estime que le Departement d'Etat n'a
pas pleinement justified 1'emploi qu'il ferait de ces fonds
et que le s6nateur Taft continue A s'opposer au maintien des
controles sur certain products d'importation et d'exportation,
bien que le Senat ait finalement accept ce maintien. II re-
connait que le plan Marshall est en danger de s'ecrouler si
lI Congress continue A fair preuve d'une attitude aussi pen
enthoisiaste pour nne aide financier amdricaine A 1'Europe,
et il ajoute que cette attitude du CongrBs ferait le jeu de
I'TUninn Sovietique.
Les .ditoriaux de la press ne refl6tent nullement cette
opinion qui, selon le correspondent U.P., prevaudrait au
Congrbs. Ils ddnonccnt vivement la Russie pour son manque
de cooperation et accueillent avec satisfaction les declara-
tions de M. Bevin ind'quant au'il existe des dangers 6vidents
si la Russie maintient une attitude provocante. Meme I'edi-
torial du journal liberal Chicago Sun estime que la Russie
est responsable de sa decision de refuser sa cooperation, et
les .ditoriaux du New York Herald Tribune, du New York
Times. dii Philadelphia Inquirer et du Baltimore Sutn sont
unanimes a dire quo l'Europe occidentale doit procdder a la
preparation de sa reconstruction sans la Russie. La partici-
pation des pays satellites de 1'U. R. S. S. a 'Ta conference pro-
pos6e est l'objet d'un certain nombre d'articles.
Humphreys, dans le New Yoik Herald Tribune, s'inqui6te
de ]a reaction du parti communist frangais et cite cette
phrase de M. Schumann, depute M. R. P., ot il declarait que
le retour des communists nu pouvoir est impossible apr6s
les iv6nements de la semaine. Cette opinion serait 6gale-
ment partagce par un certain nombre de membres de IAs-
semblee national.
Trussel, correspondent du New York Times A Washington,
signal qu'un sous-comit6 de la Commission des Affaires
trangAres de. la Chambre 6tudie le problme dde I'aide ame-
ricaine a 1'Europe. II s'est pose deja un certain nombre de
questions don't la premiere est de savoir s'il faut passer outre
a la cooperation russe. Parmi les autres questions d6jk son-







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS tTRANGRE


levees par cc sous-comitW apparaissent cclles des reparations
allemandes et japonaises, ,du niveau des industries alle-
mandes et japonaises, de 1'emploi des bateaux amdricains
par les nations occidentales pour le transport de leurs pro-
duits d'importation et celle de la Ruhr. Cette dernire ques-
tion est pose sous la forme suivante : < Sommes-nous prels
i insisted pour que la Grande-Bretagne soit d'accord pour
l'unification de la Ruhr et de notre propre zone d'occupation'
et pour que ce soit la condition de l'extension tie nouveaux
credits A .la Grande-Bretagne ?
Anne NMe Cormiek. dans le New York Times, se demand
a son tour ce que signific le refus sovidtique de collaborer.
Elle ecrit notamment qu'ou bien Moscou est str de pouvoir
saboter le plan, ou que Moscou pref6re un bloc occidental
aux resultats possibles d'une cooperation entire l'Orient ct
l'Occident. De toute fayjn, nous pouvons nous attendre a une
guerre a tout casser sur le front dcoliomique. Cela entrainera
probablement l'organisation immediate d'une fdd6ration bal..
kanique... et une tentative de l'unir au nouvel accord co-
nomique tchico-polonais. Anne Me Cormick estime que
M. Bidault a fait preuve d'intelligence et de courage pour In
fagon don't it a trait le probleme politique le plus difficile
qui sc soit jamais present I la France, mais constate que
les communists frangais suivent ddjh la ligne de Moscou
et emploieront toute leur puissance pou-r briser le gouverne-
ment ; les emnmunistes italiens en front aultant... Elle
ajoute qu'il no sera pas facile nux Etats occidentaux de s'or-
ganiser librement, mais il sera encore plus difficile a la
Russie de contrbler les Etats orientaux par la force. Dans
la lutte, les U. S. A. ont gagn6 parce qu'ils ont pris l'offen-
sive sur un terrain ofi leurs armes les favorisent. De plus,
le retrait russe est un signe dc leur crainte, non pas crainte
de 1'influence du capitalism sur le socialisme... mais crainte
inspire A ceux qui out perdu le libre exercise de leurs liber-
tes par un systbme hase sur -es droits de homem.

2. Yemen

La press reprend l'annonce faite par lc I4partement
d'Etat suivant laquelle Abdullah de Yemen sera l'h6te du
Departement d'Etat quand il arrivera, lc 8 juillet, a Washing-
ton. Des ceremonies c6elbreront la venue du premier reprd-
sentant du Yemen a Washington.

3. Nouvelfes de France
Toute la press de cc martin announce g6ndralement en pre-
miere page que M. Ramadier a remporta lc vote de confiance
de 1'Assemblde national par une majority de 84 voix. Les
correspondents de Paris soulignent i !ette occasion les atta-
ques repdtes des communists contre la proposition Marshall
.et mettent en valeur la declaration de M. Ramadier ipdi-
quant que la France a decided d'accepter avec enthousiasme
la tache de grouper 6conomiqucinnet 'Europe afin que ce
continent s'entr'aide.
SIls inotent igalement que M. Duclos a rvild anu course tde
ce ddbat 1'intention de son parti, come 1'erit Whrren dans
le New York Times, de < faire tie I'obstruction jusqu'i cc
que les communists soient readmis dans le cabinet >.
Le Washington Post consacre un editorial au < maquis
noir >>, declarant qu'il serait naif de ie pas voir que 1'histoire
de la conspiration a constitute une diversion aux regards qui
se portent sur la situation prdcaire du government Rama-
dier, harrass6 comme il l'est par les communists, d'un cotd,
par le gdndral de Gaulle et ses partisans, de l'autre. Les com-
munistes ont cherch4 par des graves successives et par d'au-
tres moyens i faire chanter l'Assembl6e pour qu'elle les
admette dans le government, tandis que le g6ndral de
Gaulle a demand ouvertement que la France s'aligne avec
les U. S. A. dans le conflict diplomatique qui les oppose a la
Russie. On pense, maintenant, qu'une sorte de rdorganisation
du cabinet franaais est sur le point de se produire. Si, comme
la rumeur l'a,indiqud, cette reorganisation dolt signifier une
breche entire M. Ramadier et I'aile gauche de son parti, il lui
sera n6cessaire d'itre sur de l'appui du centre et de la droite
mod6rde. Pour obtenir cela, un moyei ipourrait consister h
creer la suspicion ou Ic doute quant aux objectifs ultimes du
general de Gaulle. Si, cependant, on a l'intention de capi-


tuler devant les communists et de les rdadmettre au gou-
vernement, il poua'rait etre n6cessaire d'enp&chcr tout ras-
scmiblement de force entre les gaullistes ct les anciens parti-
sans du general, les members du M. R. P.

LE DISCOURSE DU PRESIDENT TRUMAN (New York Hemald
Tribune, 5/7) :

< Le discours prononc6 par le president Truman a
1'occasion de 1' < Independence Day a constituait un
tour de force nceessaire h cette &poque critique... De
toute evidence, il 6tait destined a preciser la position
des Etats-Unis au moment ou les puissances occiden-
tales et orientales se pr6parent a une 6preuve de force
sur le plan diplomatique. A un degreee plus personnel,
il constituait la r6ponse de M. Truman au discourse de
M. Molotov qui a provoqu6 1'6chee de la Conference de
Paris qui s'etait r6unie pour 6tudier le plan Marshall.
Le President Truman ne perd rien. a ]a suite 'de cet
change, car il a bross6 un tableau mod6r6 et raison-
nablc d'un point de vue que peu d'Amiricains essaie-
ront de contested et il a conclu son, discours en faisant
appel a un respect et A une tolerance rdciproques plut6t
qu'en prof6rant des menaces.
Le President Truman a Wth ferme sans se montrer
provocateur. Il n'a rien fait pour apaiser la Russie ni
pour l'irriter davantage. Son discours souligne le fait
que l'on cherche maintenant a r6aliser l'union dans un
mnonde divis6. Les satellites de la Russie ont beaucoup
A gagner s'ils acceptent de coop6rer au programme &co-
n .mique qui leur est soumis. On peut esp6rer que ce
co:up 'dip'omatique admirablement porlt exercera une
pression considerable de l'ext6rieur sur la Russie et
peut-6tre m6me use tr6s l6g6re pression de l'int6rieur. a



III. PRESS SOVIETIQUE


Revuie td la press sovifiique du 5 juillet 1947

1. Lu proposition anylo-f alcntise

Tous les journaux publient en vedette le tdligramine sui-
vant du correspondent Toss, ia Paris, sous Ic titre La pro-
position anglo-frangaiseL aux pays d'Europe a> : Bien que
la Conference de Paris des trois ministries ait montr6 l'im-
possihilite d'arriver a un accord entire la position franqaise
et la position britanniqu'e d'une part et In position soviitiqu.e
d'autre part sur la proposition Marshall, les iuvernements
britannique et franqais out envoy une invitation aux gou-
vernements des Etats curopeens, s-iuf I 1'Espagne, pour par-
ticiper h une conference sur cette question qu,'ils convoquent
a Paris le 12 juillet.
Ces acts separns des gonvernecments britannique et fran-
cais qui cherchent i imposer aix autres pays curopeens
leur conception sur la question de l'aide amnricaine rcn-
contrent u'ne s6ricuse critique dans les milieux d6mocra-
tiquer. ,

2. La litte pour la democratic dtans le monde

C'est A cc th6me qu'est consacrd te plus grand nohmbre de
tIlegrammes. On relive en vedette les t616grammes concer-
nant la France et I'Italie :
De Paris : vote a l'Assemnblc Nationale vt rdsumd du dis-
cours de Duclos; communique du Bureau' politiquc du part
communist; extraits de l'Hulmanite sur Ie'complot anti-
rdpublicain.
De Rome : dans la' Pravda., longue analyse sur le discourse
de Togliatti i la ruanion du Comit6 central du parti com-
mnuniste italien Pt decision du part communist italien pour
inener, d'accord avec les parties admocratiques, la lutte centre
le goivernement.









86 AbLLETIiN QUOltiDIEN DE PtBSSE kBR&Alol&


Le reste des tld8grammes et commentaries concern sur-
tout les nouvelles d6mocraties de I'Europe oriental et I'Al-
lemagne : Nomination de Sabo Arpad comme president de
l'Assomblce Nationale hongroise; ationalisation de la ban
que national hongroise; discussion A l'Assembloe 16gisla-
tive tch6coslovaque au sujet de Faction de pertains organs
du ministrre de la Justice en Slovaquie contre les anciens
partisans; trait de collaboration 6conomique entire la Tch6
coslovaquie et la Pologne; extraits d'un article du Vorwurts
i propos de la liberation de Hugenberg; extrait du journal
londonien Tribune a propos de la socialisation de l'indus-
trie charbonnirre de la Ruhr. Dans 'Etloile Rouge, l'article
de Gregoriev, de Berlin, intitul6 a Quels intdrats ddfendent
les leaders sociaux d6mocrates ? n, consacre A la conference
des sociaux-d6mocrates I Reinickendorf. Grigoriev signal
que les soeiaux-ddmocrates, ennemis de la 1lmucratie, sont
t la recherche de moyens qui lui permetLlJnt de combattre
le part socialist unified, tous les elements d'avant-garde et
les forces progressistes du pays qui veulent career une nou-
velle Allemagne d6mocratique. L'auteur signal 6galement
que c'est grace t un soutien actif de l'exterieur et l'indul-
gence de certain reprdsentants allies que les adeptes de
Schumacher a Berlin se permettent de contester les droits
de la Kommandantur alli6e A Berlin.

3. La politique des U.S.A.
Eie est suivie dans une s6rie de t6legrammes rdpartis dans
les divers journaux. Au po:nt de vue interieur : boycott de
ia loi Taft-Hartlcy par les miners des U.S.A.; statistique du
ch6mage aux (U.S.A.; project de budget du Departemen' d'Etat,
des ministries de la Justice, du Commerce et de la Guerre;
situation de la population i Porto-Rico et aux fles Vierg'es,
qui sont sous contrOle am6ricain; proclamation de MI. Tru-
man au Congres sur la question de tutelle.
Sur le plan extErieur, tout d'abord quatre courts tild-
grammes sur les rapports turco-americains : accords ban-
caires, plan turc d'utilisation de I'aide americaine, ddclara-
tion du premier ministry ture au sujet de l'aide am6ricaine;
protestations en Chine centre l'emprunt amnricain pour le
Kuomintang; mecontentement en Australie contre la poli-
tique de Mac Arthur A rdgard du Japon; installation d'une
nouvelle station m6tdorologique amdricaine dans l'Arctique.

4. La politique de lIAngileterre
SOn note dans plusieurs journaux une d6peche du Caire sur
le mecontentement caused en Egypte par l'accord financier
anglo-6gyptien. Dans tous les journaux, long tdligramme de
Londres sur le project de loi crdant 1'Hindoustan et le Pakis-
tan. Dans les Izestia, long article de Diakoy sur ]e plan
anglais de division de l'Inde. L'auteur, apres avoir expos
clairement les grandes lignes du plan anglais, 4tu.ie ses
consequences au point de vue economique et religieux, et
constate qu'il ne r6sout pas le problime national. I 6tudie
ensuite le problime des principautes et estime que la rtali-
sation du plan anglais du 3 juin transform 1'Inde on un
conglomdrat de Dominions et d'Etats formellement ijitlpen-
dants, don't un gra!,d nombre se trouveront en fait entidre-


ment sous contrble anglais. Dans la situation ainsi cri6e,
alors que l'Angleterre ne peut plus maintenir I'Inde dans son
ancient atat, ce plan donne a 1'Angleterre la possibility de
conserver au maximum ses positions 6conomiques et poll-
tiques dans les Indes. En conclusion, la division de 'Inde
prdvue par le plan anglais n'a rien de common avec la libre
disposition d'elle-meme en tant quo nation. Au contraire,
elle sera un frein sdrieux au d6veloppement des peuples de
.'Inde et compliquera an moins pour un certain temps leur
union dans In lutte pour sa veritable independence.

5. Nonve'lles dverses
Compte rendu de quelques lignes de la s-ance du 3 au Con-
seil de Securite. De Beyrouth, une d6epche announce le ddpart
d'un nouveau group d'Arm6niens de Syrie et du Liban pour
I'U. R. S. S. Enfin, dans tous les journaux, on relive des
Articles divers sur la celebration de la journrd interoatiotale
des cooperatives.


IV. PRESS SUISSE


APRES LIHCHEC DE LA CONFERENCE DE PARIS (Gazette de
Lansanne, 6/7) :

c ...S ns doute l'Nchec de la Conference des Trois
montre combien la paix est encore incertaine; mais ce
n'est p-s un motif de jeter le manche apres la cogn6e.
Le refus de ]a Russie n'entralne pas l'abandon du plan
Marshall. Le gouyernement 'de Washington est r6solu,
apres ccmme avant, A en assurer la mise en oeuvre :
ne va-t-il pas convoquer une session, sp6ciale du Con-
gres pour discuter un vaste programme de politique
exterieure comprenant 1'aide a 1'Europe ? Les Nations
Unies, .selon une declaration de M. Trygve Lie, sont
pr6tes, elle aussi, A y collaborer.
Meme apres le refus brutal de Moscou, il n'y a pas
cle raison que l'Europe rest d6finitivement 'divis6e. La
Russie refusant de se plier aux conditions d'une v6ri-
t, ble cooperation international, il faut chercher sans
elle ce qui ne veut pas dire centre elle les moyens
de restaurer la plus grande parties possible du continent.
II appartient m lintenant a l'Angleterre et A la France,
ainsi qu'elles l'ont compris, de s'adresser a tous les pays
desireux de beneficier de l'aide americaine pour les
invi:er A s'org niser conform6ment aux principles 6non-
ces d ns le plan brilannique et dans le plan frangais,
Iesqu-ls sont presque identiques. Et l'on ne voit pas
pour qulie raison cette enlreprise de reconstruction se
1 miterait a l'Europe occidental : les Etats 'de 1'Est ne
fointils pas, eux aussi, parties int6grante de 1'Europe ? 7

(GEORGES RIGASSI.)


~. P. 1. Imp.. 27. rut menlo, Paris 31.3009 Prix 6 fr.


S. P. 1. Imp.. 27. rw! Nicolo. Paris 31.3009


Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs