Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00126
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: June 30, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00126
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRAN4AIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8*)


LA DOCUMENTATION FRANCHISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PaS&.L


BULLETIN



DE PRESS


30 juin 1947.


QUOTID



ETRAN


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La Coinf.rence de Paris (News Chronicle, 28/6).
b) La situation int6rieure en France (Ma ntrlester
GfulAtfdlan, 27/6).
II. PRESS AMIRICAINE.
La Conference de Paris.
1. New Yorkl Herald Triblune (27/6).
2. Chilcago S&un (26/6).
3. PhilWdelphia Inqudini (26/6).
III. PRESS SOVItTIQUE.
La reconstruction 'de 1'Europe (Nouo'e Vrenmia,
27/6).
IV. PRESSED POLOflAISE.
a4) La Pologne et le plan Marshall.
1. Rzeczpapolpltz (27/6).
2. Glos 4adu (27/6).


b) Le 2' anniversaire de I'O. N.
27/6).
V. PRESS BELGE.
La situation int6rieure en France
que, 28/6).
VI. PRESS SUISSE.
La situation int6rieure en France
neve, 28/6).


U. (Glos Ludiu,



(La Lib[e Belgi-


(Jiouinal de Ge-


I. PRESS BRITANNIQUE


tAevue de la presse britannique du 28 juin 1947
C'est a la Conference des Trois que la press de ce natin
donne la vedette, mais pour souligner surtout que les con-
versations resteront secr6tLs. La press donne aussi une
certaines importance A la d6marche du repr6sentant am6-
ricain au Conseil de S6curit6 pour demander a celui-ci
d'intervenir dans les.Balkans. D'autre part, le Daily Express
announce, en manchette, 1'envoi d'armes Chine.


La situation en France passe A l'arriere-plan et ne fait
l'objet que de courts articles dans le Times et le Daily
Telegraph.

1. -- Confirende des Trois
Le correspondent du Times announce que c'est M. Bevin
qui a demand a ses colleagues strangers que les pourparlers
de la Gonference soient tenus secrets parce que les entre-
tiens des premiers jours seront ndcessairement ddlicats et
qu'ils le deviendront encore davantage si on leur done, une
large publicity.
Passant ensuite au point de iue frangais sur le plan
Marshall, ce correspondent fait etat de sa similitude avec
le point de vue britannique. La France a un besoin urgent
d'dquipement industrial et agricole. Elle se tourne vers les
Etats-Unis, mais elle sait que eet dquipement est compris
.d6sormais dans un plan d'ensemble tel qu'il a 4tt propos.6
par M. Marshall.
De meme, les Frangais et les Britanniques seraient
d'accord pour croer un Comitd central directeur qui contrb-
lerait les quatre ou cinq commissions sp6cialisees.
Par dessus tout, les Frangais esperent que ces organismes
pourront &tre ord6s rapidement et que la conference actuelle
ne se fourvoiera pas en de longues discussions sur l'avenir
tio 'Allemagne ou d'autres questions que le Conseil des
Quatre Grands n'avait pas r6ussi h rdsoudre. Pour l'avenir
de l'industrie allemande, la France esphre qu'on s'en tiendra
A lacceptation du niveau actuel de cette industries et que
l'on 6vitera de discuter la question plus en detail.
Ce correspondent constate quae i'Humanitd insisted plus
que tous les autres journanx sur la necessity d'un accord
sur la. Ruhr, de m6me qu'il consid6re inevitable une dis-
cussion sur le potential industrial de l'Allemagne.
Le correspondent du Manchester Guardian fait etat de
attitude de l'Humanit6 et explique que le ton de ses arti-
cles est bien moins hostile qu'il y a une semaine.
Le Daily Telegraph declare que M. Bevin desire arriver A
un accord rapide et que M. Bidault insistera probablement
pour que tous les pays d'Europe, A l'exqeption de 1'Espagne,
ben6ficient de l'aide ambricaine.
B. Wyler, correspondent du Daily Herald, estime que le
secret des pourparlers ne reprdsente pas le retour a la diplo-
matie secrete, mais qu'il dvite ainsi de downer l'impression
aux ministres de s'engager aux yeux de l'opinion. publique.

2. Les Etats-Unis df les Balkans
Le Daily Telegraph accord la premiere place aux decla.
rations du repr6sentant americain au ConseU de s4curitd
demandant au Conseil d'intervenir control les forces rebelles
dans les Balkans qui, a 1'heure actuelle, constituent une
menace A la paix et un acte d'agression aux terms de la
Charte.
Le correspondent du Times ecrit A ce sujet que la decla..
ration de M. Austin qui, a-t-il affirm, a l'accord total du
gouvernement britannique, est considdrie comme refltant
la gravity de Ia situation bhlkanique,


Nouvelle S6rie N 705







2 I BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGAREI


3. L'Amdrique et la Chine (Fournitures d'&irmes)
Le Daily Express donne cette information un caractere
sensationnel. Selon son correspondent A New-York, Was-
hington s'inqui6terait de 1'6volution de la situation en
Chine, sans savoir d'ailleurs comment elle pourra utre amb
liorde.
L'envoi de munitions et d'armes au gouvernemeni de Nan-
kin ne serait qu'un expedient qui permettrait de soulager
et d'aider provisoirement les armies de Tchang Rai' Cheik
et leur permettre de reprendre leur offensive centre les
armies communists.
Le Manchester Guardian announce que les Etats-Lnis refu'-
seront l'octroi d'un pret A la Chine jusqu'a ce que le gou-
vernement chinois ait manifesto son desir de ritablir la
paix et la stability en Chine sur 1'ensemble du territoire.

4. France
Un court article du correspondent parisien du Times faith
itat de la reprise du travail dans les mines de i'Alsace et
dans la region d'Arras. Passant au cofit de la vic en France,
ce correspondent estime que l'on devrait taxer davantage
la classes paysanne, mais que tous les parties sont irrivds A
faire eroire au caractrre sacro-saint du paysan frnugais.
Le Daily Telegraph done, un compete rendu des n6gocia-
tions relatives a la grevc des miners et ecrit que' des
dissensions profondes se sont manifestoes au sein du cabinet
A cc sujet.
5. Madagascar
Un article du correspondent due Times a Paris 'ludie la
question malgache et donne un apergu des mesu es mili-
taires envisages par la France ad cas of 1l'appel; au calmne
lance par Ie nou\eau commandant en chef resteiait sans
r sponse. Selon ce correspondent, les difficulties cor omiques
auraient joud un grand rBle dans la rebellion, aussi le gou-
vernement se preoccuperait-il d'euvoyer une grande quantity
de products textiles pour la population indigene.
Dans le remaniement administratif de cette colonies, le
gouvernement frangais prendra on consideration, ecrit cp
correspondent, le d6sir d'harmoniser les aspirations indi.
genes avec les interets frangais.
Elle preservera 4galement les traditions de la vie mal
gache.

6. -- Espagne
San Russel, du Daily Worker, donne la premiere place
aux measures prises par Franco pour 6touffer toute opposi-
tion en vue du prochain referendum et souligne que le
Caudillo a donn6 I'ordre A ses forces de police dc ne pas
fire de prisonniers et de tirer A vue sur ceux qui manifes.
:eraient leur hostility an regime. Ces measures sont prises
an moment oh Franco lance une violent campagne par
I'intermr diaire de ses amis de Grande-Bretagne et des Etats.
Unis pour amene: eces deux pays A accepter le. r6sultat du
referendum.
II interpr6te ensuite le mode de scrutiny de la manier.r
suivante. Le referendum porter sur la pr6tendue loi de
succession. Tout ce quie les dlecteurs pourroni faire, ce sera
de dire oui ou non. S'ils disent oui, cela donnerait i. Franco
tout pouvoir pour nommer son sucoesseur. S'ils disnt non,
on pourra en conclude qu'ils. acceptent que' le regime fas
ciste continue.
Le Manchester Guardian public une longue d6peche Bup
reproduisant ane interview exclusive, de Franco au corres..
pondant de cette agence. Franco aurait d6fendu sa politique
extdrieure et int6rieure actuelle, notamment en ce qui con-
cerne la loi de succession, gage de' paix et d'ordre en Es-
pagne ,. II s'est 6lev6 enfin centre la tendance qu'ont cer-
taines puissances A considerer son regime et l'Espagne
actuelle comme une menace pour la paix.

7. Allemagne
Le correspondent special du Manchester Guardian A Dus-
seldorf fait etat de l'Emoi cause en Allemagne par I'an-
nonce de la demolition nventuelle par les autorites britan-
niqrs d'un grand nombre d'usines Krupp A Essen.


a) LA CONFERENCE DE PARIS (News CIrnolnic;le, 28/6, libe-
ral) :
a Hier soir s'est ouverte a Paris 'une *des conf iren-
ces les plus importantes que le monde .ait jamais vues.
Elle est trbs important, bien que le plus puissant pays
du monde les Etats-Unis n'y participent pas effec-
tivement. L'Amnrique a ,son attention tourn6e vers Pa-
ris en qualitW de spectatrice .amicale et interessee.
Mais il y a un certain nombre 'd'autres questions qui
attirent aujourd'hui E'attention du people amBricain. II
ne serait pas human de sa part de ne pas observer
avec moins d'anxietu et d'enthousiasme la parties qui
se joue en Europe que celle qui se joue entire Harry
Truman et le 18 CongrBs.
Au cotrs des dix derniers jours, le president des
Etats-Unis a 'us6 trois fois de son droit de veto., Deux
fois son intervention a et& couronn@e de succes. Mais
ces conflicts entire l'excutif et le 16gislatif aux Etats-
Unis peuvent avoir des consequences d'une tres grande
portee.
La difficile a lune de miel entire le president el
le Congrbs est maintenant ruvolue. Les prochaines elec-
tions pr6sidentielles font sentir deja leur influence sur
la scene politique ambricaine.
Les effects de tout cela sur la politique 6trangere pro-
gressiste actuelle des Etats-Unis, politique qui porte
maintenant ses fruits A Gen6ve et h Paris, sont tout a
fait imprdvisibles. Mais il est 6vi'dent, en ce qui con-
,cerne 1'Europe, qu'elle dolt plus que jamais agir avec
rapidity et unite si elle veut computer sur la cooperation
des Etats-Unis. >


b) LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE (Mantrchester
Giardilah, 27/6, liberal) :

< II est presque inutile de dire que n'importe quel
parti, de la droite ou de la gauche, pla-c6 devant les
responsabilit6s 'du pouvoir serait oblige a l'heure ac-
tuelle d'accepter comme 6tant une necessit6 6conomique
la plupart des measures continues dans le project de loi
des finances. Mais *presque aussi important est la si-
tuation g6nerale on pourrait presque dire politique
-- dans laquelle il va falloir les appliquer. Les socia-
listes eux-memes ne sont pas satisfaits de cette situa-"
tion, comme l'a prouv6 l'interpellation de M. Gazier
sur la question 'du dirigisme. En acceptant la libre n&-
gociation 'des primes a la production, les socialists ont
abandonn6 en fait le principle du contrBle des salaires
tout en essayant de maintenir celui du contrl6e des
prix. Le project de loi 'des finances a maintenant pour
r6sultat de faire augmenter certain prix apres la ten-
tative de M. Blum pour les faire baisser. Etant donn6
le malaise qui rbgne en France, c'est *une situation fa-
cile A exploiter sur le Iplan politique, mais les domina-
ges qu'elle fera subir A 1'co'nomie du pays peuvent 6tre
incalculables. ,




II. PRESSE AMERICAINE


Revue :de la ptes'se amdricaine du 27 Juin 1947

1. Aide amdricaine d l'Europe
La plupart des journaux consacrent aujourd'hui encore un
editorial a la Confrence de dParis. mais les commentaires
qui soulignent que cette conferencee marquera un tournant







BULLETIN QOTIDIEN DE PRESS BTROAI 3


d4cisif dans l'6volution de la politique mondiale et que ce
sera l'attitude de 1'U. R.S.S. qui d6terminera son echec ou
son suoc6s, n'ajoutent rien h ceux qui avaient 6td publi6s
les jours priecdents. Les depeches des corresnondants euro-
peens donnent de nombreux details sur P'organisation mat6-
rielle de la conference et sur l'arriv6e A Paris de personna-
Slites qui y participeront.
De Paris, Wihitcomb, Callender, Paul Ward et Bataille
dans le Daily Worker, publient les declarations de M. Thorez
et citent des extraits de la nise au point faite par lui de
son discours de Strasbourg. Callender announce que cette mise
au point inspirera un editorial qui sera public aujourd'hni
dans I'Humanitd sous la signature de Couitade.
De Londres, les agencies envoient le discours: de M. Lewis
Douglas, ambassadeur des U. S. A., que le Daily Worker qua-
lifie e d'attaque centre I'lJ. R. S. S. et les Etats de 'Est euro-
p6en >. Les correspondents indiquent, d'autre part, que
M, Bevin, h la suite de ses conversations avec M. Clayton, est
parfaitement inform du point de vue americain h 1'6gard de
la Conference de Paris et sera en measure d'apporter A cet
6gard A ses colleagues toutes les precisions desirables. Selon Je
Wall Street Journal, M. Bevin assignera & la Conf6rence la
date du lor septembre pour la mise au point d'un plan A
sbumettre au gouvernement americain.
De GenBve, Ie New York Tzmes rapport les declarations
de M. Myrdal qui a exprim6 son espoir que les ministries des
Affairs 6trang&res reunis i Paris utiliseraient la Commis-
sion 6eonomique europeenne pour mettre en ceuvre les arran-
gements sur lesquels ils se mettraient d'accord pour P'appli-
cation du plan Marshall.
A Washington, le President Truman a d6clare A la press
qu'une unite de vue complete existait entire lui-meme, le
secretaire d'Etat et le secr6taire au Tresor concernant le
plan Marshall. Cette deiclaration, 6crit F61ix Belair, reporter
du New York Times A Washington, met un point final aux
commentaires dui' avaient Du Otre faits A la -suite de la pre-
miere declaration du secr6taire au Tresor que cee sernier seo
serait, d'ailleurs, empress de priciser.
Cec m&me correspondent cite de longs extraits d'un rapport
qui, d'apr6s le Journal of Commerce, a 0t6 remis au CongrA~
Ic 26 juin par le National Advisory Council. Ce rapport fait
ressortir notamment que le montant des credits qui restent
encore 'la disposition du gouvernement am iricain pour
l'aide 6conomique i strangerr ne seront pas suffisants pour
permettre d'atteindre les buts poursuivis par la politioue d'as-
sistance a 1'6tranger. Le rapport fait egalement remarquer
aue le Ideveloppement de cette politique d'assistance, en per-
rnettant le maintien du volume des exportations des U. S. A..
contriliura assurer la prosperitB am6ricaine.

2. Les questions aonriures

L'arrAt du fravail dans les charbonnages prend de plus
en plus d'extension. Les miners abandonnent les puits avant
la date du 28 juin. date A laquelle ils doivent prendre dix
jours de cong6 prvvus par le contract sign entire le gouverne-
!ment et Lewis. La press se montre, en g6enral, pessimiste
sur les chances de conclusion d'un nouveau contract entire
I'U.,M.W. et les proprietaires de mines avant le 8 juillet,
et pr&voit qu4e Lewis d6finira sa position et ses demands
seurement apres le 30 juin, date h laquelle toute declaration
de sa part pouvant Otre. interprdtde come incitant les mi-
neurs i abandonner leur travail I'exposerait a une action
des tribunaiux.
II semble iqie c'est sur le terrain juridique et politique
que 'les chefs du Labor vont engager la bataille centre le
T Tnft Hartley Bill :. L'A.F.L.. par la voix de. son pr6si-
dent. s'est prononc6 centre un movement de grive g6enral.
Le Conseil executif du C. I. 0. doit se reunir remain et adop-
tera sans doute une motion dans le meme sens.
'Le Pr6sidelit Truman a pr6cis6 hier, dans une declaration
a la press, sa position et celle de l'Administrqtion. 11 a pro-
mis qu'il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour que le
q Taft Hart'ey Bill : soit mis en application dans les meil-
leures conditions possibles. I1 a fait appel aux ouvriers et
an patronat pour lui apporter a cet egard leur collaboration.


3. Nozzvelles diverse

'M. Eug6ne Dennis, secr6taire du parti communist anx
U. S. A., a W6t reconnu coupable d'outrage au Congres par le
Tribunal du district of Columbia, encourant ainsi une pine
maximum d'un an de prison. II avait refuse de temoigner
devant la Commission d'enqu&te sur ses activities anti-amdri-
caines. D'autre part, Carl Marzani. ancient employee de 1'O.S.S.,
a Rt6 condamne par le meme tribunal a trois ans de prison
pour avoir cach6 au moment de son engagement dans cet
organisme qu'il etait inscrit au parti communist. Enfin, le
general Marshall a decide dde licencier, sans indemnity, douze
collaborateurs du Departement d'Etat comme suspects de
manque de loyaut envers le gouvernement. Leurs noms n'ont
pas Rt6 r6v6i6s. Ils 6taient tous consid6rcs come commu-
nistes
Le veto prisidentiel intervene hier centre le project de loi
augmentant les droits d'entr6e de la laine a 6td approuvi
par le Senat qui a renvoy6e la Chambre un nouveau project
comportant le maintien des subventions aux producteur;
americains et eliminant 2a clause tarifaire.

4. Nations TU les

La press consacre des articles de premiere page aux mani-
festations qui ont marque h New-York le deuxi6me anniver-
saire de la creation des Nations Unies. manifestations aux-
quelles le secrtaire d'Etat a pris part. Le President Truman,
dans son discourse, reproduit in extenso dans plusieurs jour-
naux. a c6bt de ceux de MM. Lie. Attlee, Ramadier, Gromyko
et du marechal Tehang Kai Tehek, a reaffirmed 'engagement
des Nations Unies de tout faire pour assurer le succs de
l'organisme international.
Plusieurs 6ditoriaux marquent que les Nations Unies sent
loin encore d'avoir suriont6 les difficulties et brossent un
tableau assei sombre de l'avenir de la situation internatio-
nale. Ils font en particulier mention a cet 6gard de la note
vigoureuse adress6e hier an gouvernement roumain par le
general Marshall et ne mdnagent pas leurs critiques cont-e
la politique suivie par P'U.R.S.S. en Europe orientale 't
balkanique.

LA CONIFRENCE DE PARIS.

1. New York Her dd Tribune (27/6) :

q La Conf6rence de Paris s'ouvre aujour'd'hbui dans
une atmosphere d'espoir mod6r6. Les 6v6nements di-
plomatiques mondiaux des deux dernieres anne.s ex-
pliquent assez bien pourquoi personnel ne se permit 'de
manifester un optimism exager6. Cependant, les es-
poirs que l'on peut fonder viennent surtout du fait qu'il
a 6tB possible apris tout de r6unir cette confArence. 11
est nature oue les peuples du monde, qui attendant la
paix avec impatience, se ri6ouissent de voir au'il existed
une chance 'de plus d'6tablir la paix en Europe au
lieu de la trbve arm6e qui a paLr gagner tout le conti-
nent.
On peut se r6jouir Agalement de I'attitude de plus en
plus concilia'nte don't ont fait preuve les Russes au
course des derniers jours. A ce propose, le dernier 6'dito-
rial de la Prtvdan vaut la peine d'etre 6tudi6 de pr6s.
La satisfaction qui v est exorim6e contrast de faqon
significative avec l'6ditorial de la semaine derniere qui
avait fourni la premiere reaction offlcieuse des Soviets
au Tlan Marshall. < A nr6sent, comme il est dit A plu-
sieers reprises, il n'existe nlus r6ellement de plan Mars-
hall : les navs d'Eurone dolvent Alaborer eux-mmmes
un programme pour leur redreesament 6conomique et
dire dans adel sens les Etats-Unis nenvent les aider.
S'il en est ainsi, une rave reslonsahilitN income cer-
tainement aux trois ministres des Affaires 6trangAres au
course de cette conference. >
L'organe dtu part communists lance un .avertissement
en s'6leva'nt centre le fail qu'on pourrait mettre des






4 LLETIN QUOTIDIEN


conditions a 1'octroi Ide 1'aide am' e, comme dans
le cas de la Gr&ee. Le journal so' ae ajoute que ces
conditions entraineraient l'&chei 's propositions. II
n'a jamais 6t1 question cependa'. d'imposer aueune
condition. Aucun Amfricain sens ne pense s6rieuse-
ment que dans les negociations avec les gran'des puis-
sances europeennes il serait possible d'imposer des con-
ditions semblables A cells qui ont 6et fixes dans le
cas de la GrAce. Les Etats-Unis oseraient A peine pro-
poser des r6formes administrative, 'des measures finan-
cieres, des programmes ,conomiques et des decisions
politiques A la Grande-Bretagne, A la France on a
!'Union sovibtique. C'est pourquoi les Etats-Unis restent
consciencieusement dans l'ombre pendant que les Na-
tions europoennes se pr6parent A laborer un plan. 's

2. Chicago Sun (26f/6) :

t Ii va sans 'dire que des d6saccords et des fric ions
se produiront au course des prochaines discussions, Mais
si chacun tourne r6solument son attention sur les pro-
blAmes du charbon, du raviTaillement, des transports, de
la production et 'du commerce, si chacun s'abstient de
m6ler les questions politiques aux measures Bconomi-
ques, le plan Marshall offrira v6ritablement des chances
de paix. >>

3. PI hla*elphioi Inquirer (26/6) :

< L'attention du monde sera fix:e sur Paris et sur
la politique que suivra le repr6sentant de 1'TTnion sovie-
S tique. La voie est maintenant ouverte vers la creation
< d',un seul monde %> conomique.
L'Amkrique n'essaie d'imposer ses idtes A aucune
nation. L'Europe peut obtenir une aide economique
appreciable en faisant seulement preuve d'une certain
unit. Si les entretiens de Paris 6chouenf, cet echec sera
ressenti par tous les pays d'Europe, y compris rceux
qui desirent cette unite aver le plus complete dbsintcres-
sement. >>





Ill. PRESS SOVIETIQUE


Reiclve de la press .otlidlique, dti 27 jnin 1947

1. Le plan Marshall
Les nouvelle: concernant eI plan Marshall et les div<'rses
forimes dte Paide am6ricaine sont au premier plan dans tolus
les journaux. Toute la presse public le communique de l'a-
gence Tass annonqant l'arrivce de M. Molotov i Paris 4't la
visit qu'il a rendue a M. Geonges Bidault. Tous les quoti-
diens publient dgalement une note du correspondent de I'a-
gence Tass it Paris inlitulde : < A propose de la Confircnee
des ininisltrs des Affaires Ctrang&rcs >.
On rlerve les tkl6grammes suivants concernant le plan
Marshall : declarations ; de ambassadorr de Pologne i I 'aris
a M. Couve de Murville au sujet de la participation dr la
Pologne a l'itude du plan Marshall; d6elaration de l'ambas-
sadeur du Ddanemark aux U.S.A.; reproduction d'informa-
tions de I'agennce Houteer sur la mission de M. Clayton ii
Londres; conversations an.glo-amrricaincs sur la Ruhr et
importance du probl6me de la Ruhr dans le plan Marshall.
D'aulres td61grauismes conccrnent les diverse forms de
l'aide amdricalne dans le monde : protestations en Chine
contre 1'emprunt amnricain (ce mnme emprun t cl les tenta-
tives de diversion de la press r6actionnaire a ce sujet Iont


DE PRESS ATRANGARE


1'objet d'une note de Morane dans les Izuelstia) ; xtraits de
la press iranienne au sujet de I'accord d'un emprunt amn-
ricain a 1'Iran; deux tWlgrammes sur les inspections de la
mission militaire amdricaine en Turquie et sur la main-mise
des U. S. A. mur le p6trole turc.
La parties central de la chronique international de Bels-
kaja dans Ia Flotte Ronuge traile des < plans amnirireains en
Turquie s.

.- La ulf e pour la dmmocratie dans le monde
Les nouvelles sont pen nombreuses et reparties entire les
divers journaux : process d'Helsinki et suicide d'un criminei
de guerre finlandais; rdelection de M. de Nicola; dv6nemcnrits
de Sicile et protestations des organizations syndicales contre
les actes des ferroristes; provocations des monarchistes grees
A la frontiere; meeting des Cordens du Japon et texte de la
resolution adress6e a Staline et au people sovi6tique; mouve-
inent. Be grved aux U. S. A. en rAponse la I loi Hartley.
La premiere parties de la chronique international de la
Flotte Rouge est consacree aux derniers dv6nementt de Bul-
garie : adoption de la Constitution et arrestation dei Petkov.
Scion le journal, l'opinion publique bulgare a accueilll avec
une profonde satisfaction 'l'loignement de la direction du
pays de gens qui se, prdparaient a trahir l'ind6pendance de
icur patrie. Les amis sinceres de la democratic qui ont inte-
rdt h ce qu'il y ait au pouvoir en Bulgarie un vrai gouverne-,
ment populaire ont approuvd les measures radicals prises
contre les conjures. IMais les milieux rdactionnaires &a l'tran-
,ger, qui ont si mal accueilli la revelation du complot hon-
grois, ont soulevW une violent champagne de calomnies cnntre
la jeune demderatte bulgare.

3. Nod'Nelles diverse
Un long tlcgranime reproduit les principles d.kclarationa
officielles faites i 1'occasion du 2" anniversaire de la signature
de la Charte des Nations Unies. Trois autres ddpeches moins
importantes suivent le ddroulement .des travaux des commis-
sions de 'O.N. U. (fin de la session de la Commission Bcono.
mique pour 1'Asic et l'Extrame-Orient, travaux de la Com-
mission pour les armements, rapport de la Commission du
Conseil de S:curit6 pour 1'itude de la situation aux fron-
titres nord de la Gr6ce).
Dans la Prauda, un tiligramme de Londres est puhlid sous
le litre < L'etrange hospitality de 1'Union anglaise des m6-
allos >>, propose de I'accueil reservAe la d6lgation sovidti-
que des mitallos qui se trouve actuellement en Angleterre.
Deux nouvelles concernant le problnme des personnel db-
places : 1'une announce le transfer en Hollande de 8.00,0
d'cntre elles; I'autre, intitulde : < Un ministry anglais done
de fausses informations a l'opinion publique 3, rdpond aux
declarations de M. Mac Neil sur le transfer en Angleterre
de la division de Galicie.
Tandis qu'une court ddpeche announce une conference
imminent des diplomats amiricains dans les pays arabes.
une note de Belskaja, dans Flotpe Rouqe. relieve activity6 des
marines anglaise et amnricaine dans I'Atlantique N-ord.

LA RECONSTRUCTION DE L'EUROPE (Notuae Vrenia, 27/6).

(< Le relivemcnt t-conoimique des pays curoptens se
trouverail tnormement facility s'ils recevaient des Etals-
Unis une aide se traduisant par des prels, des credits el
des marchandises. Les Etats-Unis peuveut foiurnir une
aide do ce genre aux pays europdens, &tant *donn6 que
icurs moyens de production loin d'etre diminubs par la
guerre, ont bhndficid d'uan nouvel essor. De plus, pour
lenr propre bien-Utre ocon-omique, les Etats-Unis ont in-
t:rit A ce que les pays europbens se relevenf le plus
rapidement possible des ravages causes par la guerre,
car cela permettrait la reprise d'6changes comanerciaux
normaux entire les U. S. A. ct les pays europaens.
Les nations europeennes se rendent parfaitemenl
compete que I'aide economique des Etats-Unis ne serait







BULLETIN QUOtIDIEN DE PRESS


pas seulement just, mais qu'elle offrirait d.es avantages
substantiels a toutes les parties int&ressdes. I1 est par-
faitement clair en effet, qu'il ne s'agit pas en l'occur-
rence de questions de charity, mais de transactions aux-
quelles les pays europeens sont aussi int6ress6s que les
Etats-Unis.
Toutefois, le people et les dirigeants des divers pays
europdens se rendent compete que l'aide. amdricaine irn
plique dans la pratique certaines conditions qui sont in-
compatibles avec les intfrkts nationaux ou la dignity
des Etats souverains. Aucun pays d6mocratique ne peut
decemment accepted des pr&ts ou des credits accords
dans des conditions analogues a .celles que les Etats-
Unis ont impose A la Grace et a la Turquie .dans Ie
cadre de ce que l'on appelle la a doctrine Truman a
Seuls les regimes r6actionnaires qui ne jouissent pas
de P'appui de la nation et qui cherchent A remplacer cet
appui par celui des milieu financiers rangerss peu-
vent accepter de tells conditions.
II en resulte que lorsqu'il s'agit de discuter aide
economique 6ventuelle des Etats-Unis aux pays demo-
cratiques d'Europe, toutes conditions propres a porter
atteinte h leur souverainet6 national et A leur ind6pen.
dance en matiere de politique 6trangbre et de politique
int6rieure doivent etre rejet6es immediatement coinmm
6tant inaoceptablcs aussi bien dans 1'int6r6t de chaque
pays que .dans celui de l'ensemble de F'economie inter-
nationale
Les commentaires de press relatifs aux propositions
de M. Marshall indiquent que la premiere question qui
se pose A l'esprit de l'opinion publique des pays demo-
cratiques est de connaiire les rapports qui existent cn-
tre le plan Marshall et la doctrine Truman.
Les chances de succes de .ce plan dependent de la
r6ponse qui sera donn6e A cette question.
Les propositions de M. Marshall n'ont iet formul6
qu'en terms g6enraux. Cependant les partisans du bloc
occidental sont d6ej tout disposes a consid6rer ces pro'-
positions comme un moyen de matdrialiser le << plan
Churchill > qui vise non pas A unifier les efforts d&
1'Europe -en vue du relevement de son economic, im is
A aboutir A des buts totaleiment diff6rents et pr6sentant
un caractrre particulierement hardi.
11 est encore difficile dt prevoir dans quelle measure
l'aide A 1'Europe proposee par le secrtaire d'Etat am6-
ricain pourra etre fournie en fait ou permettra d'attein-
dre le but .cherchk. Si l'on .envisage de iserieuses -me-
sures 6conomiques pour d6velopper, et renforcer 1'6co-
nomie des pays europ6ens, ainsi que pour normaliser le
commerce international, il n'est pas -douteux que les
peuples et' les gouvernements des nations europ6ennes
voudront y coopbrer. a





IV. PRESS POLONAISE



a) LA POLOGNE ET LE PLAN MARSHALL (Rzeczpiojspoliti,
27/6, coalition gouvernementale).
< Si l'on se r6fere A la declaration ,de M. Modzelewski,
ministry des Affaires ktrang&res, deux points meritent
d'etre soulign6s :
1 La Pologne dAsire prendre part a la reconstruction
de 1ETurope.et adh6rer au Plan Marshall. Le gouverne-


ment polonais estime que ce plan peut, dans des con-
ditions a determiner, .contribuer a une reconstruction
plus rapid de 1'Europe, d6vast6e par la guerre. La
question de la reconstruction de 1'Europe et, avant tout,
des pays qui ont Wtt victims de 1'agression allemande,
a toujours touched la Pologne de tres pres. Nous ne nous
represenlons pas la reconstruction de I'Europe sans une
reconstruction de la Pologne;
2 Le Plan Marshall peut contribuer A cette oeuvre.
mais seulement dans des conditioils ditermindes. L'ex-
perience demontre, en effet, 'que les octrois de credits et
autres formes d'assistance, prttee depuis la guerre,
n'ont pas toujours constitute un facteur de stabilisation
et de restauration dconomique de 1'Europe. Les exem-
ples A cet 6gard sont, les uns positifs : U.N. R. R. A.,
U. R. S. S., prdt amdricain a la Pologne, les autres nd-
gatifs : aide a la Grece.
Notre position d6coule de la certitude que de la ma-
nmire don't l'Europe sera reconstruite d6pendra la stabi-
lit6 de la paix. Le but de la discussion autour du plan
Marshall devrait etre precis6ment la determination -des
moyens adqquats et 6quitables a utiliser en 'occurence.
Une r6alisation opportune du Plan Marshall dans le ca-
dre de'la Charte des Nations Unies contribuerait egale-
Inent A renforcer le prestige et le poids de cette institu-
tion dans la vie international. >


2. Glos Luldu (27/6, parli o'uvrier).

a La principal condition at observer dans l'o.rdre
politique, si I'on ne veut pas exposer le Plan Marshall
a un echec, dolt Utre le maintien de l'unit6 entire les
nations qui se sont opposes' l'agression allemande,
unite a laquelle nous devons la victoire, unit qui cons-
titue la condition d'une paix permanent. Tout partage
de 1'Europe en deux blocs qquivaudrait a infirmer cette
unite et A s'opposer, par cela imeme, au principle de la
reconstruction de 1'Europe...
L'Europe ne pent &tre reconstruite que par un effort
commun, excluant toute pression de V'exterieur, qu'elle
soit economique ou politique. Fonad- sur ces principles,
le plan *de reconstruction europ6enne dolt tenir compete
des ddvastations de la guerre et, par consequent, des
besoins des pays qui ont subi les plus grands dommages
et pertes, autant que des possibilities concretes de cha-
cun d'eux et .de son poids sp6cifique dans la vie inter-
nationale.
DTe IA aussi la place qui, dans le plan envisage, doit
revenir A la Pologne : une place a 1'echelle de notrie
effort de guerre, de nos sacrifices et de nos ruines, mais
aussi de notre importance croissante dans a'conomie
europ6enne! et mondiale. >


b) LE DEUXtAME ANNIVERSAIRE DE L'O. N. U. (Glts Ludu,
27/6, part ouvrier).

a Contrairement A ce que 1'on pense parfois, I'O.N.U.
n'a pas fait faillite. Elle demeure une institution utile
*et necessaire. Le d6veloppement .des derniers &v6ne-
ments a montr6 uniquement que le seul fait de 1'exis-
tence de l'Organisation des Nations Unies ne peut rem-
placer la cooperation entire les puissances, mais, au
contraire, que le fonctionnement de 1'O. N. U. depend
de cette cooperation. Quant A nous, malgr6 toutes les
difficulties transitoires, nous continuous A croire a la
possibility et A l'avenir de cette cooperation. Et c'est
pourquoi nous avons foi 6galement dans 1'avenir de
l'O. N. U. a







QUOTIDIEN DE PRESS ATRANG*RE


V. PRESS BELGE VI. PRESS SUISSE


LA SITUATION INT4RIEURE EN FRANCE (La Libre Belgiqfue,
28/6, calhouhite).
< Ainsi le gouvernement Ramadier a encore huit
jours pour 6viter d'etre renverrs. Mais l'ajournement de
la crise qui menagait jusqu'A mercredi, pourra-t-il chan-
ger en quoi que ce soit la situation ? II est difficile dc
le croire. II servira plut6t A 6iaborer une autre formule
< negre-blanc > qui ne rficontenlerait personnel ouLre
measure, par la simple raison qu'clle ne signiflerait rien
de concrete. On s'efforccra done probablement de mttire
au point un nouveau lexte, aussi inoffensif que possible.
II isera liberal dans sa premiere parties et dirigiste danw
la second. On le r6digera de telle sorte qu'il soit dige-
rable pour le Conseil national .de la S. F. I. 0.. qui se
r6unit vers le 5 juillet, pour le Rassemblement des ga :-
ches et les Ind6pendanls. I1 n'est pas exclu que cette
nouveile astuce ne r6ussisse. Tout le monde est mecon-
tent, mais personnel au fond, a part les communists, ne
voudrait de crise en ce moment.
Mais pareille tactique n'est plus capable de r6soudre
telle ou telle autre question, ni m6me d'ajourner
1'ech6ance. Celle-ci est d6jh la et il faut 6tre aveugle
pour ne pas s'en rendre compete. Les graves gagnent tel-
lement de terrain, l'efferveScence parmi les salaries
s'accroit .de facon si inqui6tante et les rxpercussions de
ces movements sociaux deviennent si catastrophiques
pour I'ensemble de 1'6conomie francaise, que ce n'est
plus par des formules parlementaires ( nbgre-blanc >
qu'on maitrisera la situation. II faut agir et pourlant
l'on ne voit pas l'ombre d'une decision. II faut ktablir
un plan d'action pr6cis et personnel ne s'en occupe s6-
rieusement.
L'Assembl6e national a encore huit jours pour refl6-
chir et mesurer 1'6tendue du danger. Profitera-t-elle de
cette tr&ve ? Peu nombreux ceux qui le croient.
(Du correspondent parisien de la Libre Belgique.)


LA SITUATION INTEAIEURE EN FRANCE (Journ1al de Ge-
nave, 28/6).

a Le gouvernemnent -devra laborer un nouveau pro-
gramme economique puisque les donn6es sur lesquelles
LUon Blum avait fond6 le sien n'existent plus. II faut
d'ailleurs qu'il sorte de l'incoh6rence actuelle et qu'il
d6finisse avec rigueur les secteurs oi la liberty peut
Rtre r6tahlie, a condition que cette liberty soit d6barras-
see de toutes les entraves bureaucratiques. Ce sera une
tAche difficile, car M. Ramadier est 6cartel6 entire le.
radicaux, d6fenseurs du liberalisme et les socialistes
partisans d'un dirigisme plus accentue. II y a IA un ob-
stacle dangereux pour la coalition que soutient le gou-
vernem-ent. Mais, plus que jamais, celui-ci dolt *suivre
dans le domaine economique et financier une politique
rigoureuse et coordonn6e, tendant au relevement m6tho,
dique du pays.
Toutefois, elle suppose d'abord un assainissement mo-
ral et la refonte d'une cohesion national. Les graves,
qui eclatent sans rime ni raison, et don't personnel ne
veut prendre la responsabilit6, r6valent qu'un esprit
anarchique rigne dans les organizations ouvrieres en
proie a des luttes d'influence. La foule qui manifesto
devant le Palais-Bourbon et qui se .disperse sur 'in-
jonclion d'un d6put6 communist, l'arret du travail
chez Citroin parce que le personnel veut protester con-
tre le plan Schuman sont les signed d'une agitation en-
tretenue et don't les effects sont prejudiciables A ,l'ensem-
ble du pays. 1l semble qu'une parties de la population
n'a pas encore comprise la gravity de la situation et le
danger qui menace la monnaie. Ce danger est grand, il
serait bon que chacun en fit persuade; et seul l'apaise-
ment social peut contribuer A 1'6carter. s

I(RENA PAYOT.)


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3809


- -- --- -----------U~l--ICs~-~-. -------C~~--


I--~l----r-a--L------L------__UI-)--


Prix :i fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs