Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00124
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: June 27, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00124
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8)


LA DOCUMENTATION FRAN(AISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


BULLETIN


DE


27 juin 1947.


PRESS


QUOTIDY



ETRAN


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) Le reconstruction de 1'Europe (News Chro-
nicle, 26/6).
b) Le second anniversaire de la charte des
Nations Unies et les r6alisations de 'O'.N.U.:
1. News Chrnoicle (26/6).
2. Daily Herald (26/6).
c) La situation en Allemagne occidental (Ti-
mes, 26/6).
d) Le plan colonial britannique :
1. Times (26/6).
2. Daily Herald (26/6).
3. Daily Telegraph (26/6).
4. News Chronicle (26/6).
II. PRESS AMERICAINE.
a) La situation politique aux Etats-Unis (New
York Herald l21ibune, 26/6, 6d. europ.).
b) La legislation ouvriere aux Etats-Uns "
1. Baltimore San (24/6).
2. New York Times (24/6).
3. Philddelphia Inquirer (24/6),
III. PRESSE SOVIATIQUE.
IV. PRESS BELGE.
La situation interieure en France (Le Srir,
26/6).
V. PRESS SUISSE.
La 16gislation ouvriere aux Etats-Unis:
1. Tribune de Genve (25/6).
2. Gazette de Lausarnje (26/6).

I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 26 juin 1947
Plusieurs sujets se partagent ce matin ''attention de la
press : nouveaux projects gouvernementaux pour intensifier
l'exploitati'on des colonies sur une base commercial, rap-
port du gouvernement de Palestine sur le mandate, grave des
miners franqais, situation politique de la Roumanie, decla-
ration de M. Snyder sur le plan Marshall.
1. Palestino
Le Tines, le Daily Telegoaph, le Mandhester Guardian an-
noncent que le gouvernement di Palestine a remis A la


Commission die 1'O.N.U. un rapport complete sur son activity
depuis 1920 et sur les efforts qu'il a d6ployds pour concilier
les points de vue arabe et juif.
Le correspondent du Times loue~la franchise, la clart 'et
la concision ide ce rapport qui n'h6sitent pas A critiquer les
terme.s du mandate ainsi que 1'attitude des Juifs et des
Arabes. 11 constitute, dcrit ce obrrespondant, l'histoire de la
Palestine depuis 1920, telle qu'elle apparait d'un point situ6
A gale distance des points de, vue juif et arabe.
Le Daily Telegraph insisted sur le fait que ce mdmoire cri-
tique vivement ie nationalism excessif des Juifs et qu'il
fait retomber'le poids des 6vinements sur la crainte qu'a
chaque communaute de subir la domination de l'autre.
2. Ddclarations de M. Snyder
Tous les journaux, don't le Times et le Daily Worker font
6tat des declarations de M. Snyder sur le plan Marshall qui,
aux Etats-Unis, auraient donned lieu a une vive champagne
de presse.
D'apres le correspondent du Times, le veritable sens des
paroles de M. Snyder serait que l'aide americaine d6pendrait
avant tout de, la bonne volontd des pays europens et que
les Etats-Unis n'etaient pas disposes a signer un cheque en
blanc en faveur de 1'Europe.
Le Daily Weorked interprnte ces paroles comme significant
que le, plan Marshall ne content aucune offre d'aide concrete
et il announce en manchette qu'il ne faut pas oompter sur
I'aide amdricaine.
3. Conference de Paris
Herbert Ashley, correspondent diplomatique du Daily Tele-
graph, se demand si le fait que la Russie ait accept de
participer a la Confdrence de Paris signifie vraiment un
changement dans la politique sovidtique. II fait dtat des
difficultis politiques, iddologiques et Bconomiques qui s6pa-
rent encore les puissances occidentales de 1'U.R.S.S. Selon lui,
le problem pour la Russie est a la fois simple et complex.
Veut-elle participer A Ja restauration de 1'Europe par des
moyens qu'elle repouvre au point de vue idiologique on
vent-elle une Europe, divis6e, pr&te pour la revolution et,le
triomphe ide l'id6ololgie communist. Les jours qui viennent
donneront la rdponse.
Lord Layton, dans le News Chronicle, se demand dans un
long article si le 27 juin reprdsentera un tournant de 1'his-
toire'. (Voir cet article plus loin.)
Le Daily Herald public le point de, vue de la Pravda, insis-
tant sur le fait que I'acceptation russe du plan Marshal d4-
pend des conditions de son application.
De son c6td, le correspondent diplomatique du Daily Worker
reprend dans le detail l'article de la Pravda et souligne le
passage dans lequel son auteur affirme qu'une crise eoono-
mique guette les Etats1Unis. ...
4. France
Le Times Atudi la situation politique de la France a la
suite des r6centes measures financieres. Selon lui, les ma-


Nouvelle 86rie No 703







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


nneuvres politiques actuelles seraient dues A urn crise de
conscience du parti socialist don't l'aile gauche d6sirerait
prouver aux communists que son parti n'effectt.e pas un
glissement vers la droite. Quoi qu'il en soit, le gouvernerment
Ramadier se trouve actueliement dans une position difficile,
mais il se peut que, lors du congress socialist, il mette son
part devant alternative, suivante : on bien accepter sa poli-
tique ou bien lui reprendre sa confiance, alors que l'Assem-
blde lui accordera sans idoute Ua sienne vendredi prochain.
Ceci constitute, selon cc correspondent, un example typique
de la politique manceuvridre francaise. De plus, une crisa
politique serait particulierement prejudiciable a la France
au moment of va s'ouvrir la Conf6rence de Paris,
Presque tous les journaux annoncent que les mineurs du
Nord et du Pas-de-Calais se sont mis en grdve pour protester
centre la politique d'austerit6 du gouvernement.
Parlant de cette gr6ve et de, celde des employs des ban-
ques, .des usines Citroan et de la menace de gr&vc des doc-
kers et des employes des textiles, Al. Clifford, correspondent
du Daily Mail, estime que la situation economique de la
France semble s'aggraver sans cesse ; il ajoute que les reper-
cussions de, la nouvellei greve des miners seront tres graves;
selon lui, l'agitation gagne peu A.peu tout le pays
Selon le News Chronicle et le Daily Herald, les prisonniers
de guerre employs dans les mines sont eux aussi en gr6ve.
Le Daily Worker voit dans la resistance ouvride aux r&-
centes measures adopt6es par l'Assembl6e une menace directed
centre le gouvernement.
Plusieurs journaux signalent en outre que le congres du
parti communist frangais s'est ouvert a Strasbourg et que
M. Thorez a pris la parole pour attaquer violemment la
c complaisance incroyable de l'Angleterre, i 1l'gard de 1'Alle-
magne et dont les effects compromettent le retaliissement
de la France :.
De. m6me, il signal que M. Thorez a mis en doute la vo-
lont6 am6ricaine d'aider a la reconstruction de 1'Europe et
qu'il: a pris la defense des grvistes. Des observateurs poli-
tiques, 6crit le correspondent du News; Chronicle, vwient cdans
la gr6ve des mineurs un moyen de pression pour pr6cipiter
la chute du gouvernement Ramadier et favoriser le retour
des communists Idans un autre gouvernement de coalition.

5. Allemagne
Le Times signal que M. Marshall s'est oppose it la cr6a-
tion d'un organism international pour le contr6le de la
Ruhr. II aurait, d'autre part, delar6 au course d'une conf6-
rence de press qu'une augmentation de la production de,
la Ruhr constitute une des conditions les plus urgentes du
redressement europ6en.
Un autre article du Times rend compete de la premiere
session du Conseil 6conomique en Allemagne et souligne
que les diffrrents orateurs ont 6t6 amends A dire que la
fusion des deux zones ne devait Ips dresser une cloison entire
l'Allemagne occidental et oriental.

6. Etats-Unis

te Daily Telegraph et le Manchester Guardian r6servent
leurs articles .t la greve des miners am6ricains. 'Le corres-
pondant du Manchester Guardian estime qu'il faut .,'attendre
h une gr6ve genurale de toute la main-d.'euvre amnrlicaine, et
celui du Daily Telegrap h hun arrmt complete de toute l'in-
dustrie.
7. Roumanie
Le Daily Telegraph consacre l'une de ses manchettes a la
situation en Roumanie. qui aurait motive 1'envoi d'une note
des gouvernements britannique et amdricain au gouverne-
ment roumain. D'apr6s le correspondent diplomalique du
journal, la Roumanie serait soumise nun regime d& terreur.
Les prisonniers politiques seraient victims de traitements
inhumains et opposition serait .touffee par les moyens les
plus antiddmocratiques.
8. GrAce
Le News Chronicle et le Daily Express font 6tat d'un rap-
port de la Commission de I'O.N.U. d'apres lequel Ja Yougo-


slavie aet, dans une moindre measure, ]a Bulgarie et l'Albanie
auraient prodigud leur appui aux dissidents grecs et se se-
raient rendlies coupables de violation de frontiere.
9. Pologne
Le correspondent 'du Manchester Guardian. a Varsovie fait
dtat des incidents qui se sont products a la Didte polonaise
et au course desquels M. Mikolajczyk et les membres de son
parti out quitt6 la salle des s&ances. Ccs incidents. se seraient
products apres que le gouverneur militaire de Varsovie ait
accuse le general Anders d'avoir pris part Il'assassinat du
general Sikorski.

a) LA RECONSTRUCTION DE L'EUROPE W(News Chroniicle,
26/6, liberal).
i 11 existe un probl6me don't la solution s'impose im-
m6diatement : celui de la nourriture et de l'approvi-
sionunemen en matieres prenmieres de premiere n6cessit6.
Il rest aussi a laborer aussi rapidement que possible
un plan pour reliever le niveau de la production aussi
rapidement que possible.
Ce plan ne peut naturellenment couvrir tous les do-
maines et doit viser seulement quelque.s objectifs pra-
tiques.
Nous devons done envisager qu'au course des pro-
'chaines ann6es les allocations de natures essentielles
et de products alimentaires soient faites consciencieu-
sement selon des priorities bien d6finies.
Pendant cette p6riode de contr6le common des besoins
des industries de base il serait aussi malvenu que pendant
la guerre de faire jouer les tariffs douaniers et les res-
trictions commercials; et pour cette parties de l'6cono-
mie qui rentre dans le cadre du plan, ces restrictions
devraient ktre suspendues, except dans la measure of
les droits sont ndcessaires pour des raisons fiscales.
Aussi les nations europ6ennes devraient-elles laborer
les conditions d'etablissement d'une union douaniere qui
fonctionnerait apres la p6riode de reconstruction.
On peut dire que c'est 1A une tAche trop grande A
accomplir, mem.e sous la pression d'une crise 6cono-
mique aigu0. II est difficile de d6finir les justes limits
d'une tell union. Elle implique la fusion d'&conomies
qui vont presque du communism jusqu'aux diverse
formes de la libre entreprise.
11 ne fant pas permettre que des divergences existent
entire les regimes dconomiques divisent finalement le
monde en entit6s isol6es, et que quelques pays s'ecar-
tent de l'opinion, que de toute facon ces 'diff6rents
regimes doivent trouver un moyen de pro.sp6rer et de
commerce ensemble dans le monde.
Mais les difficulties auxquelles se heurte la creation
d'une simple union douaniere pour 1'Europe sont for-
midables, et si elles sont trop grandes il devrait 6trle
possible de ,con.struire une Europe prosprre en partant
de deux ou trois groups regionaux ou unions doua-
niires.
La formation de ces groups serait soumise A une
exigence : les conditions selon lesquelles les deux
groups commereeraient entire eux devraient &tre fixes
en m,me temps que ces groups se constitueraient.
Nous devons 6viter A tout prix une division de l'Eu-
rope qui contraindrait 1'Est et i'Ouest A suivre des voices
diff6rentes. L'6tablissement d'un certain nombre de
groups disposant d'une complete liberty commercial
intericure et li6s entire eux par des accords 6conomiques
precis pourrait etre la solution la mieux appropriate aux
conditions actuelles. Un tel system serait cependant
sous la d6pendance d'un conseil quelconque qui serait
cr66 pour promouvoir la mise en valeur des resources
de 1'Europe.
Ceci ane resemble en rien A une proposition pour
crder des blocs orientaux et occidentaux. Cest une ten-
tative pour parvenir A une certaiie unit sans inviter






BULLETIN QUOTTIDEN DE PRESS *1RANKGoE 3


soit 1'Orient .soit I'Occident A fondre totalement leurs
syst6mes 6conomiques en un seul pour lequel ils peu-
vent n'avoir aucune sympathie. )>
(LORD LAYTON.)

b) LE SECOND ANNIVERSAIRE DE LA CHARTE DES NATIONS
UNIES ET LES REALISATIONS DE L'O. N. U. :
1. News Chonicale 1(26/6, liberal).
-9
< Aujourd'hui, A la veille des important d6bats *de
Paris, de l'issue desquels dependent les espoirs de taut
de peuples, les Etats participants f6teront le second
anniversaire de la signature de la Charte des Nations
Unies.
On doit admettre que, jusqu'ici l'id6e des Nations
Unies ne s'est pas empar6e de l'imagination populaire
en Grande-Bretagne d'une manibre aussi forte qu'aux
Etats-Unis. Mais cela ne signifie pas que le people bri-
tannique, avec son caract6re flegmatique, soit moins
attached une politique d'internationalisme.
Dans les deux ann6es de son existence, I'O.N.U. a
subi beaucoup d'6preuves. C'est A notre 6poque un des
signes les plus encourageants de voir que l'organisa-
tion a surv6cu A ces difficulties. Elle continuera A vivre
aussi lOngtemps qu'elle jouira de cette confiance que
M. Trygve Lie a r6clam6 pour elle dans son message
d'anniversaire. Et maintenant que son m6canisme fonc-
tionne parfaitement, elle pourra bientot justifier les
espoirs 6lev6s que I'on a places en elle. >

2. Daily Hrlald' (26/6, travailliste).
s Sir John Boyd Orr a expos hier qu'elles ont 6tW
les r6alisations de la commission de I'O.N.U. pour le
ravitaillement et l'agriculture. Nous attendons prochai.
nement la creation d'un conseil mondial pour les vi-
vres. Ce conseil, s'il travaille avec application et 6ner-
2ie, r6alisera une tache qui d6passera de beaucoup la
suppression de la famine dans la monde.
Les obstacles seront surmontes si les nations appren-
nent par une experience pratique que les t6compenses
apport6es par la cooperation d6passent de beaucoup
celles que peuvent apporter une politique de puissance
el le recours A Pagression. Une telle experience peut
Wtre ac-quise par une collaboration entire dans les bran-
ches 6conomiques des Nations Unies, et le gouverne-
iment britannique a agi sagement en montrant quel in-
t6r6t it prenait A routes ces activists. Notre gouverne-
ment ne 'a c6d6 a aucun autre dans la fid6lit6 avec
laquelle il a mis en pratique par Sir John Orr : < On
doit faire nailre la paix par la collaboration des Na-
tions sur un plan pratique 6conomique et social en pre-
nant des measures qui profiteront aux peuples de tous
les pays et supprimeront les causes profondes de la
guerre. ,

L A SITUATION EN ALLEMAGNE OCCIDRNTALE (Tfmes, 26/6).

t l.a mise en valour de l'Allemagne a progress hier
a nouveau, lors de la reunion A Francfort du Conseil
Aconomique pour Ics zones fusionn6es britanniquc et
am6ricaine.
DTs le moment ou la fusion des zones occidentalcs a
616 accepted comm, une measure sage et necessaire, Ic
besoin d'organismes administraiifs centraux s'est fail
sentir imm6diatenenl. L'accord primitif concernani
la fusion ne.les 6tablissail cependant pas ; il reconnais-
sait simplemnin!, stur I'insistance ambricaine, que les
gouvernemen!s provinciaux devaicnt garder le droil de
s'opposer aux decisions prises par les agencies 6conomi-
ques bi-zonales.


(e droit de veto conf6r6 aux gouvernements provin-
ciaux n'a pas 6te retirA, -et l'on peut esp6rer qu'une cen-
Iralisation veritable sera r6alis6e. Les r6sultats d6pen-
dront pour une large part de la r6alisation intelligence
d'un accord entire les conceptions hritanniques et am6-
ricaines de gouvernement et A cet 6gard il est tr6s pos-
sible de parvenir A des compromise de part et d'autre.
11 est essential pour le rel6vement de l'ensemble de
I'Allemagne que le conseil et son comit6, install actuel-
lement A Francfort, agissent rapidement et efficace-
nmet. Mais il n'est pas moins important pour ce redres-
sement d'insistcr sur la nature essentiellement provi-
soire des functions et de l'existence du Conseil. Les
nouveaux organismes centraux ne constituent pas le
Varlement et le pouvoir ex6cutif d'un Etat allemand
'occidental. Ce serait << un sombre jour 2 pour 1'Alle-
magne et pour l'Europe si une telle 6ventualit6 se r6a-
lisait. L'objectif des Allies dolt rester la creation de
conditions qui permettent au people allemand de vivre
dans la paix et la prosp6rit6 chez lui et de maintenir
des relations pacifiques et heureuses avec le rest de
1'Europe. Le nouveau Conseil est un expedient n6ces-
saire: si on lui attribuait davantage d'importance, et
s'll compromettait les chances d'une unification Bven-
tu-lle de toutes les zones, il ne pourrait plus servir le
but constructif pour sequel il a 6t cr66. a

(d) LE PLAN COLONIAL BRITANNIQUE.
1. Times (26/6) :
<< Au course d'un expos important, M. Creech Jones
a annonc6 hier la creation prochaine d'un organism
pour la mise en valeur des colonies et qui pourra lan-
cer des emprunts jusqu'A concurrence de 100 millions
de livres. Cet organism aura le pouvoir de cr6er ou
'd'aider toute entreprise colonial destine A accroitre
la capacity g6n6rale de production des colonies.
Les propositions faites hier donnent une forme pre-
cise a 1'id6e qui a 6t6 lance il y a plus. de deux ans,
et elles constituent un bon example de cette continuit,
*de politique qui est si desirablee pour gouverner *u;n em-
pire.
La decision qui vient d't8re prise, et sans aucun doute
avec le consentement de tous, nous aide a d6gager le
sens de la responsabilit6 imp6riale telle qu'elle est in-
terpr6t6e de nos jours. Le principle .qui a inspire la
politique colonial .au course 'du xix siecle ktait qu'en
reconnaissance des avantages procures par la paix int*-
rieure et une justice imparliale, les populations colo-
niales devaient travailler avec acharnement pour pro-
duire des denr6es alimentaires ou fournir des matibres
premieres aux Europ6ens, et particuli6rement pour ali-
menter le march anglais. Ce principle r6pondait aux
n6cessit6s d'une 6poque oft 1'on explorait des parties
'du monde encore inconnues et oif l'on familiarisait des
populations sauvages ou primitives avec la vie civili-
see. Et cette politique impliquait en m6me temps .qu'a-
pres s'6tre adapt6e aux nouvelles conditions de vie une
colonies devrait vivre de ses propres resources. Deux
consequences en d6coulaient : tout d'abord, les pro-
gr6s des colonies en matiere 'de civilisation devaient
6tre adapts au d6veloppement 6conomique; en second
lieu, les entreprises qui acceptaient ou .amblioraient 16-
gerement le niveau 'de 'vie des indig6nes distribuaient
des dividendss A leurs actionnaires europ6ens.
Le nouvel organisme fonctionnera sur des bases com-
merciales et cherchera justement A rentrer dans ises
fonds, mais ces operations seront effectu6es dans le ca-
dre du bien-Stre g6n6ral. Le dirigisme 6conomique d6-
passera alors, comme il le 'doit, les considerations pu-
rement Aconomiques.






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANGARE


M. Creech Jones a expliqu6 que les activitEs de cet
organism se d6rouleront surtout dans le domaine agri-
cole. L'expos6 du ministry laisse entrevoir de grandes
possibilities. En effet, le besoin mondial de Idenrtes ali-
mentaires donne le stimulant n6cessaire pour ('laborer
de nouvelles politiques agricoles aussi audacieuses
qu'indispensables.
L'administration colonial multiplic en consequence
les chances qu'elle offre et fait appel A des compitences
plus varies de la- part 'de ses membres. L'initiative et
la responsabilit6 ne manqueront pas d'apporter avec
elle leur recompense bien mirit&e, car .c'est sur les
membres de l'administration colonial que retombera
la tAche d'entrainer, de conseiller et de diriger les
futurs chefs des peuples coloniaux. Jamais assurdment,
'dans I'histoire de !a Grande-Bretagne, I'administration
ne s'est fix6 un but plus noble. >

2. Daily Herald (26/6, travailliste) :
< Seuls les d6tractqurs du gouvernement les plus doc-
trinaires essaieront de critique les plans 6tablis pour
d6velopper les resources conomiques de nos colonies,
plans que M. Creech Jones a exposes hier.
II s'agit li d'un project aussi constructif qu'intelli-
gent et audacieux. II laissera le maximum 'd'initiative
et de souplesse aux entreprises secondaires, tout en
sauvegardant l'essentiel du contr6le public.
Ce programme devrait marquer le d6but d'une bre
de prosp6riti pour les peuples anglais et coloniaux, et
pour le mon'de entier en general. C'est au gouverne-
ment travailliste qu'a 6t6 laiss6 le soin de dtvelopper
les possibilities economiques et humaines de l'empire, et
c'est lA une chose qui avail 6ti ignorBe par les diffe-
rents gouvernements conservateurs. >

3. Diaiy Telelrgap (26/6, conservateur) :
( L'accueil enthousiaste riservt A l'expos6 de
M. Creech Jones sera d'autant plus chaleureux que cet
expos, dans son ton comme dans son contend, sauve-
garde l'esprit inid6pendant de toute consideration par-
tisane, qui a pr6sid6 consta-mment a la politique co-
loniale.
L'augmentation actuelle des fonds reserves A la mise
en valeur des colonies est 6galemcnt une conception qui
a 6t6 adopt6e par tous les parties et qui n'est pas seule-
ment l'id'e de g6nie d'un seul de ceux-ci. Cette deci-
sion a 0t6 preconisee par M. Harold Macmillan lors-
qu'il itait sous-secr6taire d'Etal aux Colonies, en 1942,
et par le colonel Oliver Stanley quand il Btait ministry
des Colonies, en 1945. Enfin, elle a td6 recommand6e
dans la rcenle << Charte induslrielle >> des coiserva-
teurs.
Cette conlribulion apporl6e par la mbre-pal ie est
plus que suffisante pour dissiper les insinuations mal-
veillantes qui subsistent encore et selon lesqu(lles la
Grande-Bretagne exploit les colonies i son advantage.
Le mouvenent des fon'ds se fait au contraire au profit
des colonies et la plus grande parties du commerce des
colonies, qu'il s'agisse d'imporlations ou d'exportations,
se faith avec 1'6tranger. Aucune puissance colonial dans
son histoire n'a observe avec .plus 'de rigueur, dans lal
lettre et dans l'esprit, le principle du trusteeship et la
decision actuelle prise pour la mise en valour des colo-
nies enlrainera des advantages ri'ciproques et non pas
unilateraux. >>

4. News hlflonicle (26/6, liberal)
< Celte proposition marque un stade extrimement
important dans la politique coloniale. Les difficult6s


auxquelles se soul heurtle,s les propositions ant6rieures
- et il y en cut beaucoup pour la mise en valeur des
colonies venaient du fait que, sur le plan financier
et ,administratif, elles ne r6pondaient pas au but vise.
II semble enfin que le minister des Colonies assu-
mera la charge d'6laborer des plans d'ensemble et de
s'occuper 'de la coordination, besogne A laquelle il est
le mieux adapt, tandis que le travail d'ex6cution sera
reserve a 1'organisme charge de la mise en valeur des
colonies.
L'expos6 de M. Creech Jones a cependant laiss6 'un
certain nombre de questions sans r6ponse. I1 n'a pas
'donn6 d'indications sur 1'importance ni sur la struc-
ture, ni sur le personnel du nouvel organism, et ii n'a
pas dit combien de temps les fonds qui lui seront attri-
buks dureront. Si l.e nouvel organisme remplit sa tache
convenablement, ses fonds seront vite 6puis6s. Ses re-
lations pr6cises avec la Groundnuts Corporation, nou-
vellement cr~6e, restent aussi quelque chose d'assez
obscure.
Mais ce sont lA 'des points de details secondaires qui
seront sans doute 6lucid6s avant longtemps. On doi;t(
done se fbliciter que le gouvernement ait cr66 un ins-
trument souple don't l'unique tiche sera de d6velopper
les resources immense, dans une large measure encore
inexploit6es, 'de 1'empire colonial. La Grande-Bretagne,
le monde et les populations indignnes elles-memes -
dans une measure non n6gligeable sont appel6es as
en benificier. >



II. PRESS AMERICAINE


Reiz'e de la presse amdricaine du 25 jfin 1947
1. Les questions ouvr'zres
Les repercussions provoquees par l'entrde en vigueur du
Taft Hartley Bill tiennent la vedette dans tous les jour-
naux. Lorsque les membres du National Labord Board ap-
pelds a jou'er un role de premier plan dans la mise en
oeuvre de la nouvelle 16gislation oqvriirc etaient requs par
-, President et prenaient 1'engagement official d'en appliquer
Jes terms dans un esprit d'impartialit6, le movement de
graves de protestation prenait de l'extension dans l"ensem-
hle du pays. A Omaha, le personnel des abattoirs, aux
Chantiers naritimes du N'ew-Jersey, aux asines Ford, de
nombreux ouvriers out abandonn6 leur travail dans Ja jour-
nde d'hier. 40.000 de lours camarades de Bethlehen Steel
out annoned leur intention de suivre cet example. Mais,
e.'est dans les charbonnages que la situation est la plus sA-
rieuse. De l'Alabama h la Pensylvanie, au cours des vingt-
nuatre heures oui ont suivi le vote du Congris, plus de
175.000 mineurs out quitti le travail, entrainant la ferme-
tire de olusieurs centaincs de puits et tune baisse de 40 %
dans la production moyenne journaliere des U.S.A. qui est
de deux millions de tonnes. Les reprdsentants du Gouver-
nement, enqudtent pour dft h une action des Syndicbats de 1'U.M.W, Dans cc cas. le
Gouvernement don't le contract avec Lewis expire le 30 juin,
serait en measure d'user ia son gard d'une measure d'in-
ionetion. Mais. il semble que Lewis se soit gard6 de com-
mettre cetle faute de manaeuvre et que les mineurs aient
ai de leur propre initiative.
La press exprime son inqui6tude quant it 1'volution
future de la situation qui, du point de vue juridique, se
prdsente souis un jour assez complex. A 1'expiration du
contract avec le Gouvernement, c'est-a-dire, Ie 30 juin pro-
chain. kls miners sont autorisds h prendre un conge de
'lix jours dout Ic ddbut a dt6 fixi au 27 juin et qui doit,
par consequent, se terminer Ic 7 juillet. Les ndgociations
enl.re Lewis et.les proprirtaires des mines levant permettre
de signer 'un nouveau contract pour une p6riode commen-
qant le 7 juillet ont dtd interrompucs le 4 juin. Les Jour-








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGOlRE 5


naux pr6volent done que les mineurs ne retourneront pas
aux puts en vertu du principle de Lewis, c pas de con-
trat, pas de travail >. Si ces provisions se verifient, ce sont
les dispositions de la nouvelle legislation ouvriere qui doi-
vent normalement entrer en jeu. Celles-ci autoriseraient
I'Administration A obliger les mineurs h reprendre leur
travail pour line pride de 32 jours, dite de conciliation.
Si aucun accord n'intervenait pendant ce d6lai entire les
propridtaires des mines et Lewis, 1'Administration serait
impnissante A empecher une gr6ve au d6but de 1'automne,
a une dpoque of les consequences en seraient particulib-
rement graves.
Les membres rdpublicains du Congr6s reconnaissent ces
difficulties et 6tudient les possibilities d'y faire face soit
par une extension du, Smith Conally Act, soit par la pr&-
sentation au Congrbs d'une legislation exceptionnelle s'ap-
pliquant au cas particulier de I'U.M.W. La question est
susceptible de graves repercussions politiques. La press
libdrale, le comment sur un ton pessimiste. Wechsler, dans
un article significatif du' New York Post, 6crit : que le La-
b. r est d6cidl A engager la bataille centre le Taft Hartley
Bill et que la lutte pourrait bien 6tre dure, longue et aussi
cotteuse pour l'economie du pays.

,2 Aide amdrzcaine A l'Europe

La press consacre aujourd'hUi relativement peu de place
a cette question. C'est l'ntmosph6re d'attente qui prlvaut.
Les d6pbches de Londres soulignent 1'importance des con-
versations de M. Clayton. don't la teneur n'a Das &td di-
,ulgube.
La demarche de l'ambassadeur de Pologne au Diparte-
ment d'Etat pour informer M. Lovette, future sous-secrdtaire
d'Etat que son Gouvernement avait l'intention de partici-
per au plan Marshal, est considdrd comme un signe encou-
rageant que les pays de l'Europe oriental coopbreront aux
efforts de reconstruction 6conomique.
De Paris, O'Reilly, dans le New York Herald Tribune, et
Callender. dans le New York Times, dans des ded;ches em-
preintes de pessimism, le second surtout, indiquent que les
milieux de la capital n'auraient que pen d'espoir quo la
Conference qui va s'ouvrir s'achbve par un accord cons-
tructif. Callender cite a cet .6gard les commentaires da
Fiaaro et de l'Humanitd.
Dans un editorial, le New York Times souligne qu'e les
aspects politiques du programme de reconstruction joue-
ront un rl6e prdpond6rant dans les ddbats qui se d&rou-
leront n6cessairement au Congr6s le jour oah cc programme
lui sera soumis. Pour que celui-ci soit approuvd par les
U.S.A., il faudra que toutes les facilities de production de
'Europe soient mises en common ind6pendamment des
,frontitires politiques ou iddologiques, que la production soit
liberde des entraves et des oppressions politiques, quo 1'Al-
lemagne, coeur industrial du Continent, soit liberde de la
strangulation economique impose par les vainqueurs et que
'Est agricole de 1'Europe soit en measure d'echanger ses
products avec l'Ouest industrialist.
Le Wall Street Journal, dans un editorial inspire des
m4imcs preoccupations, indique que le Congrds n'approuve-
rait jamais un programme don't le resultat le plus clair se-
rait d'assurer a 1'U.R.S.S. et a ses satellites une aide finan-
ciere et dconomique des U.S.A.
Sumner Welles, de son c6te, critique le plan Marshall
qui, selon lu'i, ne reserve pas aux Nations Unies la place
qui leur revient.
Robert Garner, vice-president de la Banque Iniernatio-
nal ayant indiqud que oct organism ctudiait la possibi-
lit6 d'6tablir un organe spdcialis6 ayant autoris6 pour dl-
velopper la production de carbon de la Ruhr, considrre
avec favenr l'aide que la Banque pourrait apporter a cet
organe. Le g6ndral Marshall, dans sa conference de pressed
de cc matin, a declared que les U.S.A. demeuraient opposes
A la creation d'une v Authority international sp6cialisde
pour le ddveloppement de la production de carbon de la
Ruhr. Une here plus t6t, u'ne d6pbche de a U.P. lais.
sait prdvoir cette declaration indiquant que les U.S.A. et la
Grande-Bretagne .etaient d'accord pour s'opposer Ah 'dtablis-


sement d'un organisme du type indique ci-dessus, alors
que la France et l'U.R.S.S. souhaitaient qu'il fut institu6.

3. Nouvelles diverse
La Chambre a approuv le project de loi Mundt, rendant
officielle et nermanente I'existence de 1'Office of Informa-
tion and Cultural Affairs du Ddpartement d'Etat, en meme
temps que le S6nat, votait des credits de treize millions de
dollars pour le prochain budget de cet organism. Sur cette
some. six millions sont affects A la radio. don't cinq
devront obligatoirement 6tre consacrds aux subventions ac-
cordnes aux companies amdricaices privdes de radiodiffu-
sion qui seront charges par 1'Administration des princi-
pales missions de la voix de l'Amdrique.
Le New York Times et le New York Herald Tribune re-
produisent de longs extraits de l'allocution prononcee hier
par M. Henri Bonnet a, New-York A 1'occasion de I'ouver-
ture des course d'6t6 du City Collige. L'ambassadeur a dO-
elard notamment que tout le continent europden avait ac-
cueilli avec espoir le discours Marshall sur i'aide 6cono-
mique ,et il a souliend le caracttre favorable des reactions
que ce discours a suscitif
De Prague. une d6dpche de Hindus adressee .au New York
Herald Tribune souligne le renouveau' des bonnes relations
entire la Grande-Bretagne et la Tehdcoslovaauie.
Selon la revue New Republic, M. Wallace, au course de
sa tournde aux U.S.A., oai il prit la parole dans 27 villes
et parcourit plus de 25.000 kilomietres. a 6t. 'entendu par
243.000 personnel qui ont paye pour lears places une
some global supdrieure A 300.000 dollars.
Les agencies rapportent les declarations officielles du
Gouvernement de Nankin accusant I'U.R.S.S. d'avoir dquip6
et armed 600.000 communists chinois Dans un editorial. 1e
New York Herald Tribune contest cette th6se et apris avoir
indiqu6 qu'il est A pen pris impossible de trouver des
preuves valables sur la r6alitd de cette assistance russe, il
rejette sur l'incapacitd et la v6nalitd du Gouvernement de
Tchang IKai Tchek les revers subis par les nationalists
dans une guerre civil qui ine parait pas pros de s'achever.
De Madrid, Raymond cAble au New York Herald Tribune
que la visit de Mine Peron en Espagne a renforce la po-
sition de Franco et que le discourse de Peron A Buenos-
Aires done a penser que 1'Argentine envisage de former
avec l'appui du Vatican un < bloc latin >> englobant les
pays du Sud et de 1'Europe unis dans une meme foi catho-
l:que.

a) LA SITUATION POLITIQUE AUX ETATS-UNIS (New Yotk
Henald Tribune, 26/6, edition europeenne) :

< II existe bon nombre d'indices qui permettent de
penser que la piriode de bonne entente, prudent et
discontinue, entire M. Harry Truman et le 800 Congr6s,
gdngnera en une lutte ouverte et mals6ante avant la fin
de la session actuelle. Et ceci arrivera parce que le
President s'est maintenant moqu6 du conservatism 6co-
nomique et politique du CongrBs.
Le pays est-il .aussi conservateur que le CongrBs ?
A ce sujet, il est interessant de constater qu'il faut
s'atlendre, pour les elections pr6si'dentielles de 1948, a
une lutte entire trois 6quipes et que les couleurs sur les-
quelles les experts politiques toujours bien rensei-
gnes conscillent de placer les plus gros enjeux, se
rdpartissent du centre A l'extreme-gauche.
L'une des remarques que l'on entend le plus couram-
ment ici, c'est que la nomination de Dewey est abso-
lument certain, A moins d'un 6v6nement extraord.-
naire. Il est bon 'de se souvenir qu'en malirre de poli-
tique amdricaine seul un 6v6nement inattendu peut etre
attend A coup stir. M&me alors, A i'heure actuelle, il
est si gdniralement reconnu que Dewey possade un ttl
vantage qu'on commence A faire des suppositions sur
l'identit6 de son co6quipicr.
En tant que coEquipier, Stassen compl6terait fort bien
le gouverneur de New-York. Vtderan de l'Ouest, il s'est







6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS *TRANO1GRE


acquis l'a'dmiration (d'un group < stratlgique i> de r6-
publicains et d'ind6pendants, et il pourrait aider A ral-
lier certain Etats de l'Ouesl don't le vote est d6cisif.
Stassen pourrait refuser la deuxibme place avant 'de
trouver une bonne chance d'occuper la premiere, mais
il ne fait aucun doute qu'une &quipe Stassen-Dewev se-
rait difcile A battle. On a souvent dit que Stassen 6tait
un liberal. En fail, Stassen et Dewey sont bien pres
du centre droit et luttent pour un conservatism rai-
sonnable, moderne et efficace. Les 'd6mocrates ne ]our-
raient pas facilement les ranger sous l'etiquette de reac-
tionnaires endurcis.
On s'attend tellement maintenant a ce que M. Tru-
man lutte 6galement pour se succ6der h lui-meme que,
dans ce cas 6galement, on parole beaucoup de la
deuxieme place 'dans 1'6quipe d6mocrate. On sail que
le choix personnel de M. Truman se porte sur son vieux
compagnon, Mon C. Wallgren, gouverneur de Wash-
ington.
Le nom 'de William O. Douglas, juge h la Cour su-
preme, revient aussi avec une frequence significative.
Wallgren et Douglas sont tous deux de l'Ouest. II ne
fait aucun doute que M. Truman se sentirait beaucoup
plus A l'aise avec son vieil ami Wallgren qu'avec le
brilliant Douglas. Mais M. Wallgren et Truman se res-
semblent beaucoup, tandis que la personnalit6 'dynami-
que de Douglas compl6terait beaucoup mieux celle de
M. Truman, affable, mais effac6. De plus, M. Douglas
est hautement respect par !a fraction < New Deal >>
du parti, qui, pour etre en train de mourir, n'en joue
pas moins un r1le politique encore essential. En outre,
M. Douglas serait indiscutablement accept par des po-
liticiens d6mocrates influents tels que le Directeur 'des
Postes, M. Robert Hannegan, et son adjoint energique,
M. Gael Sullivan, aussi bien que par les ouvriers ct par
la gauche d6mocratique.
Cependant, si l'on songe au discours que M. Henry
Wallace a prononc6 recemmentl ici, on peut croirc, qu'il
serait plus sage pour Wallgren de rester A Washington
et pour Douglas de s'occuper d'autre chose. a
Le discours de M. Wallace et une r6cente proclama-
tion de M. Fiorello La Guardia ont convaincu tls ob-
servateurs a Washington que la decision de former un
troisimme parti a d6jAi 6t prise. Il existe aussi des in-
dices qui 'donnent a penser que M. La Guardia pren-
drait la deuxieme place dans l'6quipe du ( parti du
people >, si 1'on pouvait trouver un moyen de turner
S l'obstacle pose par le fait que M. Wallace et M. La Guar-
dia resident tous 'deux dans l'Etat de New-York.
Il n'est pas difficile de comprendre ce qu'il faut en-
tendre par < parti du people >. M. Wallace proclame
qu'il espere faire 6lire un < nombre utile > de mem-
bres du Congris appartenant A ce troisieme parti. Il
est tout just possible qu'il parvienne A 'dominer une
poignbe d'homme de New-York ou de Californie, ou
I'organisation d6mocrate donne des signes de d6sagr6ga-
lion. En agissant ainsi, et en amenant une scission au
sein du part 'd6mocrate dans beaucoup de secteurs'
industries sont les voix sont d6cisives, il permettra au
81 Congres d'etre plus A droite que le 80.
Voilh qui signifie que l'aile la plus irr6ductible de
la vieille garde rpublicaine luttera fermemert aux
elections.
Ainsi, A son tour, Dewey ou tout autre president re'-
.publicain mo'd6r6 aurait des difficulties 6normc; pour
sorlir vraiimcnl de facon decisive d'une crise econo-
imique h ]'i nliricur el d'une crises polilique a l'6lranger.
Et c'esl )prvcisiment ce que cherchent les commulnistes
quni sont les champions v6rilables de ce 3 partly. >
JOSEPH ET STEWART Al.soP.


b) LA LIISLATION OUVRIkRE AUX ETATS-UNIS.
1) Baltimore Sdn (24/6).
< 11 faudra de la sagesse, de la patience et surtout de
la bonne volont6, si l'on veut que la loi ait 'des effects
satisfaisants. C'est au President qu'il appartient d'as-
sumer la premiere des responsabilil6s. II dolt designer
les deux membres suppl6mentaires de la Commission
national des relations ouvrirres et il doit egalement
'designer le nouveau conseiller g6enral qui sera attache
a la Commission et don't le r6le sera extr4mement im-
portant. M. Truman a d6jh annonc6 qu'il consider
cette loi comnme 6tant -inapplicable. Quoi qu'il en soit,
il est de son devoir de faire tout son possible pour
la faire appliquer.
La loi fournit les meilleures m6thodes don't nous
ayons jaimais dispose pour le reglement 'des conflicts du
travail et elle fait peut-6tre de l'arme que constitute la
grbve une arme qu'il faudra utiliser A l'avenir avec
plus de circonspection. Mais le nouveau mecanisme est
compliqu6 et seule l'exp6rience permettra de le faire
fonctionner de facon efficace.
Avant tout, nous ne devons pas perdre de vue que
la l.oi est sujette A revision et qu'elle rengferme en elle-
meme un engagement implicit 'de la part du Congrbs
de rem~dier aux insuffisances qui pourraient apparai-
tre A l'experience. Les hommes 6quitables verront quel-
ies sont ces insuffisances et ils front tout leur possible
pour que l'on y remCdie rapidement.

2) New York Ttmes (24/6).
< Nous pouvons esp6rer que les syndicate, tout en
ne renoncant nullement h leur droit qui n'est pas
mis en question de chercher a obtenir l'abrogation
de cette loi en faisant 61ire au CongrBs de nouveaux
membres qui seraicnt favorables h cette i'de, n'en res-
pecteront pas moins la nouvelle loi de la m6me fagon
qu'ils avaient-demande aux employers de le faire dans
le oas de la loi Wagner, au moment oiA elle 6tait entr6e
en vigueur, voila une douzaine d'ann6es. De plus, il
est fort possible que les syndicats trouvent 'dans la
nouvelle loi beaucoup de choses utiles et m6me avan-
tageuses, come le fait qu'elle r6affirme l'existence des
droits fondamentaux h la n6gociation collective et le
fail qu'ellcs contiennent une liste des < pratiques d&-
loyales > de la part des employers, pratiques qui
6taient interdites par la loi Wagner et qui restent inter-
dites par la nouvelle Ini.
L'adoption de la loi Taft-Hartley, ouvre un nouveau
chapitre dans les relations entire le patronat et les ou-
vriers. Cc sera n6cessairement un chapitre de caractere
experimental. II n'est gubre facile d'6tablir une soci0ti
.quilibr6e dans laquelle chacun jouisse toujours de
tous ses droits et 'dans laquelle chacun remplisse tou-
jours touies ses obligations. La m6thode democratique
consiste A essayer sans cesse des choses nouvelles. >

3) Phlla;Wdlplhif InIqu!ier (24/6).
< La responsab)iliti est gale, pour lessyndicats d'une
part, et pour les homes d'affaires et les industries
'd'autre part, de se conformer en toute bonne foi A
I'espril et A la letire de cette loi equitable. Cette loi,
flans 1'intlert mnme de ]a .protection du public, ren-
force cerlains contrOlcs du gouvernement sur les rela-
tians entire le patronat ct les ouvriers, et ces controls
dclvraicnl (tre appliques avec discretion et seulement
lo'rsque cela serait necessaire. Mais le meilleur moyen
de rigler les conflicts du travail est 'de conclure des
accords volontaires qu'on ne peut conclure que par







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGERE 7


des n6gociations vraiment volontaires inspirees par un
d6sir common de faire r6gner la paix dans l'industrie.
Rien dans la nouvelle loi n'empnche d'avoir recours
a de tels proed6s. Au contraire, un grand nombre de
ces clauses favorisent l'emploi de proc6d6s raisonna-
bles, chaque fois que se manifestera la volont6 de faire
r6gner la paix dans l'in'dustrie. -


111. PRESS SDVIETIQUE


Revuue de la press sovidtique du 24 juin 1947

1. Le Plan Marshall
Les nouvelles cuncernant le plan Marshall sonL au pre-
mier plan. Tous les journaux publient un communique dev
l'Avence Tass annoncant l'accord des gouvernements fran-
gais et britanniques pour la reunion des trois ministrep le
3 juin. Une sdrie de courts d6p&ches de N'ew-York, Lon-
dres et Paris, suit les repercussions des rdcents dvene-
ments concernant le plan Marshall.
D'AmBrique, on relive la publication au premier plan
des journaux americains de l'acceptation sovi6tique de par-
ticiper i un Conseil des Trois; la creation par Truman des
trois Comites pour l'aide aux pays strangers; l'organisation
d'une section special du D6partement d'Etat pour l' tude
du plan Marshall.
D'Angleterre, on peut noter .egalement l'acceptation so-
vidtique publi6e en premiere page des journaux, le d6me'nti
du Ministare des Affaires 6trang6res britannique au sujet
de la nouvelle publide par Franc-Tireur sur une note con-
identielle de M. Marshall an gouvernement anglais.
De France, la press sovi6tique rapporte quelques com-
mentaires de la press parisienne concernant le plan Mar-
shall (France-Soir et Paris-Presse).
Marinine, dans la Prauda, consacre un article au Idvelop-
pement de la crise amlricaine d'aprs, les opinions d'un cer-
tain nombre Wd'dconomistes des U.S.A. Cet article souligne
l'inqui.tude, qui grandit idans les milieux amdricains et
pense que, de toute evidence, c'est A l'explication de l'atten-
tion croissante portie par les U.S.A. i l'elargis.sement de
Icurs marches ext6rieurs.

2. La lutte pour la dndmocratie dans le lmonde
Les principles nouvelles concernent Ja situation en France
et en Italie.
Une longue, d4p6che de Paris reproduit les discours pro-
nonces i l'Assemblee Nationale i l'occasion de la discussion
du plan Schuman. On yeleve dgalement quelques nouvelles
sur les manifestations ouvrieres, la gr6ve aux usines Ci-
troen, l'arrivce i Alger du navire Ascania, qui ddbarquera
des cadres anglais pour l'instruction d'une nouvello division
adroportee.
Les nouvelles d'Italie, rapportent ia domission de M. de
Nicola et les exactions auxquelles. se livrent les fascistes.
Trud, dans un article consacrb i l'anniversaire de 'agres-
sion hitlerienne, critique la campaign menee par la press
de certain pays rangersr, tendant A diminuer le rOle de
LlUnion Sovi6tique dans la victoire. II termine en signalant
que eette propaganda est vonfe i l'6chec, car elle sous-estime
ln grande experience historique des masses acquise pendant
la deuxi&me guerre mondiale..

3. -- La politique des U.S.A.
On ne relive que quelques nouvelles braves : opinion du
Baltienloie Sun sur la derniore note grecque oaux U.S.A.;
extraits d'un journal de Rio de Janeiro sur les buts des
Etats-Unis en Amerique latine; mise en reserve de navires
de guerre americains; liaison adrienne directed U.S.A.-Turquic.
La Flotte Rouge public iun article sur les U.S.A. et l'Ame-
rique latine soulignant la ddpendance dconomique de ces
pays par rapport aux Etats-Unis.


4. Nouvelles diverses
(e sont : un long 1616gramine sur la protestation dv Ip
mission yougoslave a Berlin aupres du Conseil de Contr6le.
suri l'agitation antiyougoslave 'dans les camps de personnel
ddplac6es; la note albanaise a l'Angleterre et aux U.S.A. r&-
clamant la livraison des criminals de guerre albanais; le
t6l6gramme sur 'accord donned par les organizations pro-
gressistes de Trieste an programme du gouvernement du
territoire libre; le communique annonvant le dEpart de Mos-
cou de M. Myrdale.



IV. PRESSED BELGE


LA sITUATION INTARIEURE EN FRAcNCE ILe Sobr, 26/6).
< M. Ramadier a obtenu devant le group S F..O.
un vote de confiance a I'unanimite moins deux voix,
mais, pour obtenir cc resultat, il a df donner des gages
a ceux de ses amis qui lui .reprochent une politique
Irop liberale et mo'drdee. Apr&s .avoir, sans grand en-
thousiasme, adopt le plan financier du Gouvernement,
ils veument en matiere 6conomique, revenir a une poli-
tique conforme au programme approuv6 par le Conseil
national.
La difficult pour le chef du Gouvernement est de
concilier cette tendance avec celle du Rassemblement
des Gauches qui, lui, souhaite au contraire la fin du
'dirigisme. D6jA plusieurs membres de ce group, don't
deux anciens Ministres du g6n6ral de Gaulle, se sont
abstenus dans le vote des projects financiers. Le Rassem-
blement des Gauches est pourtant largement represented
au sein du MinistBre. >
(Du cpair'esyantidatnt e PIaris du So1r.)



V. PRESS SUISSE


LA LEGISLATION OUVRBERE AUX ETATS-UNIS.
1. La Tribuine de G~eneve (25/6).
( L'interdiction du < closed shop > port atteinte
au prilcipe syndical lui-mime. Elle donne aux ouvriers
le sentiment qu'on cherche a les desunir, a rdtablir la
loi de la jungle dans les relations du travail. Les parle-
inenlaires amnricains ont fait ici fausse route, et ils au-
ront l'occasion de s'en apercevoir. Car le vote des
Chambres provoque deja non seulement oppositionon
des leaders syndicalisles menac6s dans leurs prerogati-
yes, ,mais encore cell des militants atteints dans leur
c conscience de classes >. Et it faut s'attendre a voir la
Jutle centre le CongrBs r6publicain d'une part, 'A.F.L.
et le C.I.O. unis devant l'ennemi commun d'autre part,
prendre un caractere aigu.
Que pourra faire M. Truman pour apaiser le contlit ?
Sa position est assez solide. Partisan d'un changement
de la legislation ouvriere dans le sens d'une meilleure
protection des inter&ts de la -collectivit6 centre l'omni-
potence de MM. Green, Murray, Lewis ct consorts, il
n'a pas suivi le Congres dans ses outrances antisyndi
calistes. Cela lui permettra de jouer le role de m6dia-
teur et d'att6nuer les antagonismes. Mais il n'aura pas
Ia tiche facile, d'autant plus que syndicats et r6publi-
cains semblent bien d6cid6s a poursuivre jusqu'au bout
l'dpreuve de force. >
JEAN-JACQUES CHOUET.






8 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSED RETANGlBRY


2. Gazette ide Lausanne (26/6).
&ent pas particulierement dangereuses en elles-mimes
c'est l'esprit don't semblent animes ses iniiateursr qul
provoque les plus vives reactions. L'ouvrier ne sera
nullement touch dans son bien-etre individual : seule
sa puissance de masse est visee. Les milieux syndicaun
voient 1i une atteinte intolerable a leur pouvoil ; s1a
mettront tout en oeuvre pour retourner la situation. Et
leur pouvoir n'est pas mince. C'est dire que 1'6preuvt
de force qui s'engage d6passe encore, tant en portee
immediate qu'en repercussions a long terme, cells. que
nous connaissons sur le continent europ6enm Mais elles
sont absolument du meme ordre.
11 est surprenant de voir le problem se poser sous
cet angle aux Etats-Unis. Les syndicats y sont un puu-
voir 6conomique oppose an pouvoir des industries ; ils
n'ont pas les vues id6ologiques et la volont6 de modl-
fier le regime existant qui caract6risent les syndicate
europ6ens. Ils sont done beaucoup moins 1a-bas un Etat
dans 1'Elat que sur notre continent. L'effort de redreS,


segment qui pourrait 6tre utile chez nous parait done
moins s'imposer outre-Atlantique, oh il n'a au surplus
jamais e6t question de a chef d'orchestre invisible >.
Faut-il craindre de voir les ouvriers americalns quit-
ter ce terrain pour s aventurer sur celui du syndicalls-
me ideologique ? La question parait se poser. On voit
en tous cas l'opposition d6mocrate-r6publicatne s'ac-.
cenluer maintenant qu'approchent les elections et Ie
vote du Congres peut m6me etre consid6r6 comme un
success des milieux isolationnistes et protectlonnistes
qui tentent de freiner la politique d'alde A 1'Europe. Sur
ce dernier point, la crise qui va suivre la decision
de la majority suffira certes A ralentir les envois don't
nos voisins europ6ens avaient un urgent blesoln...
Et, en voyant les Republicains *se lancer dans une
politique aussi impopulaire, on doit meme se demander
s'ils n'ont pas une id6e au moins derriere la tett,
et s'ils ne competent pas sur un fl6chissement proche de
la conjoncture pour faire passer au second rang les
preoccupations sociales. Meme s'il se r6velait just dans
l'imm6diat, un calcul de ce genre ne saurait mener bien
loin. D


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


I-- -


im


Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs