Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00120
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: June 23, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00120
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION LA DOCU
(MINISTARV DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentatlin
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")



BULLETIN


DE


23 juin 1947


PRESS


MINISTER
IN PRAN E DES AFFAIRS ETRANGERES
,, O {- V ".. SERVICE INFORMATION
Ao ET DE PRESS







ANG'DIENR



ETRANGERE


Nouvelle Serie No 699


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La reconstruction 6conomique 'de l'Europe.
1. Times (21/6).
2. Daily Herald (21/6).
b) La Chambre et le veto du President Truman sur
la loi antigreves.
1. News Chronicle (21/6).
2. Daily Herald (21/6).
II. -- PRESS AMIRICAINE.
a) Apres 1'entrevue Bevin-Bidault.
1. New York Times (19/6).
2. Philaidep hla Inquirer (19/6).
3. Wiashington Star (19/6).
b) L'aide a la Gr6ce et le plan Marshall (New Yoork
Herald T2Abune, 20/6).
III. PRESS SOVITrIQUE.
IV. PRESS SUISSE.
a) La situation 6conomique et financiere en France
(Tribune ide Genbve, 20/6).
b) La reconstruction 'de 1'Europe et 1'Union sovi6-
tique (National Zeilung, 20/6).


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la pressle britannique du 21 juin 1947
Tous les journaux de ce matin, A exception du Daily
Mail, du Daily Worker et du Daily Graphic, donnent la
vedette a l'adoption, par la Chambre des repr6sentants des
U.S.A., d'un project de loi ouvriere auquel l.e president Tru-
man avait oppose son veto.
Dans la chronique ext6rieure, assez abondante d'ailleurs,
la France occupe une place important, non pas tant par
les commentaires que par le nombre d'articles de pure
information. L'attitude de 1'U.R.S.S. A l'6gard du plan.
Marshall fait 6galement l'objet de nombreux articles, pour
la plupart tr6s brefs. La question hongroise est 6tudi.e
dans quelques d6p&ches.
1. Etats-Unis
La press expose en detail 1'6volution de la situation
politique qui a provoque le conflict actuel centre le president


Truman et la Chambre des representants a propos d'un
project de loi restreignant le droit de grove et l'autorite syn-
dicale.
'D'apres le Daily Telegraph, le president Truman aurait
oppose son veto A ce project de loi a la sui.e de pressions
qu'il aurait subies de la part du C.I.O. et de I'A.F.L.
M. Gelder estime, pour sa part, que le President s'atten-
drait h ce que la Chambre des representants passe outre a
son veto, mais il a su, s'attirer ainsi l'approbation enthou.
siaste de milliers d'ouvriers.
Quant aux leaders r6publicains, ils consid6reraient l'atti-
tudc du president Truman come un defi A la volunt6 du
people et au profit des elements revolutionnaires du part
dCmotrate.
Ce correspondent estime que le conflict actual influera pro-
tondement sur les elections presidentielles de l'annbe pro-
c:haine Ainsi, portant la question sur le plan international,
il pense que ce conflict pourra mcttre en Jumiere des decep-
tions qui se manifestent dans les milieux americains au
sujet du plan Marshall,
Les autres journaux ne commentent guare cette question
et se bornent h donner le texte du message dans lequel le
President justifie son veto et celui des diffTrentes clauses
du proj.et de loi. Ils rappellent que le President avait dejA
oppose son veto A un autre project de loi tendant A reduire
l'imp6t sur lc revenue .
Le Daily Expr 'ss s'attend a un autre conflict entire le Pre-
sident ct 1ees r6publicains sur le < wool bill >.
2. L'U.R.S.S. et le plan Marshall
La plupart des journaux signalent qu'on attend toujours
Ia rdoonse officielle du gouivernement sovietiqu'e au sujet du
plan Marshall et remarquent qu.e la press sovietique a
oonna une large publicity au message Bevin-Bidault invi-
tant M. Molotov A se joindre a leurs ponrplarlers.
D'apr6s le correspondent du Manchester Guardian A Mos-
col, les ambassadeurs d.e France et de Grande-Bretagne
auraient fait une demarche commune aupres de M. Malik,
mais auraient requ un accueil assez pen enthousiaste.
D'apr6s W. N. Ewer du Daily Herald, la champagne diri-
gee contre le plan Marshall dans la press et la radio sovi6-
tiques aurait eess.6 ce quui Lendrait A faire croire que le
gouvernenient sovil.ique 6tudie actuellement la question.
Gelui-ci, d'ailleurs, d'apr6s le Daily Express, demanderait
un compliment d'information avant de se decider.
3. France
Le Times et le Manchester Guardian donnent 1'essentiel
des declarations faites hier par M. Bidault sur le plan
Marshall.
Le correspondent du Times remarque que les commu-
nistes seuls ne les ont pas approiuves; celui du Manchester
Guardian les replace dans le cadre g6enral de la situation
4conomique et politique franqalse, seul moyen, selon lu7,
d'en comprendre l'esprit et la portie.







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSED ATRANGARE


Les nouvelles measures financiebrs envisagees ,par le gou-
vernement francais fournissent matiere A de nombreux
articles.
Le correspondent parisien du Times estime qu'(lles cons-
tituent un changement radical de politique, celle de l'expe-
rience Blum est finic, ce sont les classes pauvres qui sont
sacritides. Ces measures n'amnlioreront pas la situation finan-
cicre et dconomique et les sacrifices qu'elles entrainent res-
teront vains si l'on ne parvient pas L rdsoudre le problem
du ravitaillement et des salaires. Elles ne manqueront pas
d'int6resser un grand nombre de parlementaires lorsqu'elles
seront pr6senties a l'Assembl6e. ,, Mais le fait i'cn rest
pas moins que le gouvernement s'est efforc6, avec courage
et realisme, d'dquilibrcr le budget et a proteger la monnaic.
quelque lourds qu'e solent les sacrifices ;.
Le Manchester Guardian, qui consacre un long article A
cette question, derit que ces nouvelles measures p6seront lour-
dement sur l'ensemble de la communau'ti frangaise et, du
point de vue politique, ne manqucront pas dc pointer un
coup tres sdrieux an parti socialist. Ce correspordant pre-
voit deja quo les communists d6clencheront une violent
champagne centre cette politique au course des prochains
mois.
D'aprBs le reporter du Daily Mail, la France traverscralt
actuellement la crise financiere la plus grave qu'elle nit
connue depuis 1926.
Le Daily Worker estime que ces measures portent un coup
tres grave au niveau ld vie des Francais.
Quant au Daily Telegraph, il pense que M. Ramadier a
remportd une victoire personnelle en obtenant 1'approbation
de ces measures par la majority des membres de son Cabinet,
mais que cette victoire est gravement misc en daner par le
ddclenchement de nouvelles groves dans les banques ct les
grands magasins.
Il n'est pas sans intlrtt de notcr que tous ccs Journaux
donnent un expose tres ddtaille des measures envisages et
de la hausse des prix qu'elles entrainent.

4. Hongric
Le correspondent A Vienne du Times announce que
MM. Yekevye et Desseffi, membres importants du parti des
petits propridtaircs, ont dfi s'enfuir de Hongrie.
Le correspondent diplomatique du Manchester Guardtan
rapporte les declarations que lui a faites le comte Laronyi,
au course d'une interview, d'apris lesquelles plu'siturs corn-
plots auraient itd ourdis en Hongrie par les elements r~ae-
tionnaires centre le gouvernement. Le parti des petits prt--
pri6taires serait lui-mime noyautd par des ldements rdac-
tionnaires, mais Nagy n'avait pas pu ktre au c(urant i -
leurs agissements.
Le Daily Telegraph announce en premiere page qu'e le pre-
sident de la Republique hongroise a offert sa demission. II
fait d'autre part Ctat des declarations de M. Jckey en
faveur du parti des petits propriftaires.

5. Tchdcoslovaquie
D'aprBs le correspondent du Daily Worker ai P'ague, Pon
complot aurait did ddcouvert en Slovaquie. Le parti ddmo-,
crate slovaque servirait de refuge a une organisation fas-
ciste qui tendrait a s'emparer du pouvoir.

6. GrAce
D'apres le correspondent du Daily Tlegraph A Washing-
ton, l'activite des rebelles grecs alarmerait les milicux offi-
ciels ambricains, ccux-ci craignant qu'ils ne rcmportent
bientot d'importants succ6s militaires.

7. Pologn:e
Le Manchester Guardian announce que le gouN ernemeit
polonais a fait connaltre ses conditions ct qu'il accepted de
prendre part an, plan Marshall.

8. Voyage de M. Clayton en Grande-Bretugne
Le correspondent diplomatique du Daily Worker attaque
violemment M. Clayton qui dolt venir it Londres dans quet-


ques jours et le repr6sentt come charge par la finance
ambricaine de dieter au gouvernement britannique une poli-
tique economique favorable aux interets de Wall Street.

9. Allenutgne

Le Manchester Guardian et le Times font 6tat des graves
qui ont 6clat6e Cologne, graves dues A 1'insuffisance du
ravitaillement.


a) LA RECONSTRUCTION ECONOMIQUE DE L'EUROPE.

1. Ttmes (21/6) :

i La certitude que les pays d'Europe doivent tenir
ou tomber ensemble semblerait A premiere vue avoir in-
cite les AmBricains A offrir d'aider A la reprise econo-
mique g6n6rale de tous les pays situes a I'ouest de
1'Asle ,.
On appro'uvera en g6ndral I'affirmation de Lord Bruce
qui a '6cdlard hier que la tAche la plus urgente qui se
presente aux hommes d'Etat est -de s'attaquer immedia-
lement a la reprise 6conomique de 1'Europe. Un des
avantages, et non des moindres, de la proposition de
M. Marshall est 'd'offrir une chance d'6largir les debou-
ches de l'Europe oriental par des placements intelli-
gents. La Grande-Bretagne est d6jA entr6e dans cette
voie en signant un accord commercial avec la Pologne,
accord don't le premier ministry, M. Cyrankiewicz, a
fait 1'6loge devant le Parlement polonais jeu'di dernier.
Une conclusion satisfaisante des n6gociations qui
se deroulent en ce moment a Moscou en vue d'un accord
commercial anglo-sovietique serait fructueuse aussi bien
au point de vue politique qu'au point de vue economi-
que. De tels accords sont la condition 'd'une accepta-
lion g6nerale par I'Europe de I'offre .ambricaine, car
c'est le moyen le plus efficace de prouver aux gouver-
nements soupgonneux de I'Europe orientale qu'il n'y a
aucune conspiration centre eux. Lord Bruce a declare
hier : < Si l'on avait immddiatement aprbs I'armistice
offert a la Russie une aide 6conomique et financi6re
g6nereuse et presque illimit6e pour lui permettre Vde re-
lever ses ruines et de remeltre sur pied son 6conomie,
je pense qu'aujourd'hui la situation serait compl6tement
diff6rente. > Ce sont des paroles avis6es et 1'offre am&-
ricaine est une occasion de rattraper le temps perdu,
si les Russes la saisissent. >


2. Dailly H*emrd (21/6), travailliste :

< Les exportations britanniques continent a se re-
mettre des effects 'de la crise du carbon. En mal, les
exportations totales se sont levees a 96.800.000 livres.
Ce total gale le chiffre-record de novembre dernier,
qui 6tait lui-m6me le chiffre le plus 61ev6 enregistr6 de-
puis 20 ans. 11 d6passe le chiffre atteint en janvier, alors
que le nombre des journ6es de travait 6tait plus
grand.
Mais il y a une 6elvation encore plus marquee de nos
importations au course du mois de mai, si bien que le
deficit entire nos importations et nos exportations est
de 56.000.000 de livres sterling.
Les chiffres publids aujourd'hui sur e commerce mon-
trent une fois de plus a quel point la vie 6conomique
tie l'Enrope est arluellement deriglee. Ils soulignent le
fait que .seul un plan vBri'tablement hardi et constructif,
comme c'est le cas de l'offre de M. Marshall qui est
actuellement examine par les Nations europeennes,
peut y rem6dier. >







BULLETIN QUOTIDIEN DR PERBSE TANG*RE 3


b) LA CHAMBRE ET LE VETO DU PRESIDENT TRUMAN SUR
LA LOI ANTIGRAVES.

1. News Chronicle (21/6, liberal) :
c La polemique qui oppose M. Truman et la Cham-
bre des Repr6sentants au sujet du veto du Pr6sident
sur le project 'de loi antigrAves, constitute une evolution
important de la situation politique aux Etats-Unis. Elle
indique un raidissement certain dans attitude des par-
tis.
Plac6 devant le success inattendu !de la recente tournbe
de M. Wallace aux Etats-Unis dans I'inter&t des forces
progressistes, et ayant en vue les elections presidentiel-
les qui doivent avoir lieu l'ann6e prochaine, M. Truman
ne peut se permettre de per'dre l'appui .des ouvriers
am6ricains.
II a recherche 1'appui des ouvriers en opposant son
veto au project de lol republican. Mais 1'importante ma-
jorit6 qui a passe outre A son veto A la Chambre des
Repr6sentants montre ce qu'il en cofite de s'opposer au,
Congris en majority r6publicain.
En temps normal, on aurait pu penser que cette ques-
tion 6tait d'ordre purement interieur. Mais Rtant donned
l'inter'd6pendance actuelle des 6cono.mies americaines
et euroodenne. toute evolution de la situation laux
Etats-Unis a obligatoirement des repercussions de ce
c616 de l'Atlantique.
Le rejet par le #resident du project 'de loi antigrAves
su'vant de prbs son rejet des propositions visant A une
reduction des impAts, peut renforcer la position de
M. Tnft aux d6nens de celle !de M. Vandenberg au sein
du part ripublicain, et, dans ce cas, c'est la Doliliaue
6trangere bipartite qui en souffrirait au premier chef.
Un chnngement de celte politique cr6erait A son tour
de nonvelles difficu'sf6 imnortantes dqns Ia m'se en ap-
plication du plan 'd'aide A 1'Europe de M Marshall.
D'autre part, ce serait faire preuve de d&faitisme oue
d'abqndonner nos espoirs d'obtenir une aide de la part
des Etats-Unis.
A measure que le temps passera, il dev'endra Avident,
A un nombre sans cease croissant d'Am6ricains, que la
d-'precsion ne peut Atre 6vitCe que si les resources des
Eta's-Unis sont employees A stimuler la reprise econo-
mique A 1'6tranger et en particulier en Europe. a

2. DaMiiy Hfetrad (21/6, travailliste)
< Le President Truman a onnos6 son vpto A Ia me-
sure anti-ouvribre appel6e proiet Hartlev-Taft.
Les au'eurs de ce proiet essaient maintenant d'obte-
nir l'appui de la majority des deux tiers du Con0-"s
(umi est pbressaire pour passer outre au veto 'du Pr6-
sident. S'ils reussissaient, 1a lutte continuerait, car les
ouvriers americains sont determines A resister A cette
attofoie centre la liberty syndicale.
Mais en tout cas, la decision de M. Truman consacre
la victoire d'un principle et par son action il rappelle
les nuqlit6s de larpeur d'esprit qui distinguaient son
pr'd6cesseur, Franklin Roosevelt. D




II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press amdricaine dia 20 juin 1947

1. L'aide amcricaine
La plupart des journaux consacrent leurs Aditoriaux & 1'in-
vitation envoyde par la France et la Grande-Bretagne h
M. Molotov. La reaction officielle amdricaine a cette invita-


tion est slnalde dans des dedpches de Washington rappor-
tant les declarations du porte-parole du D6dartement d'Etat
qui a accueilli avec un trbs grand p'aisir l'annonce faite &
Paris a ce sujet.
De son c6te, le discours prononc6 par M. Bevin aux Com-
munes recoit egalement une tres large pub'icitd. La press
volt surtout, dans ce discours, la fin de la p6riode d'apaise-
ment dans les relations russo-anglaises.
Les 6ditoriaux consacres A I'invitation faite a M. Molotov
font apparaitre, quelles que soient les tendances liberales
on conservatrices des journaux, le tres vif d6sir do l'opinion
americaine qrie I'Europe occidentale s'organise avec ou sans
le concours de la Russie. Le theme le plus courant de ces
editoriaux est que, si I'Europe doit etre divis6e en deux, la
responsibility en appartient A Moscou, mais que cette scis-
sion ne doit pas empAcher le rel6vement economique de
'I'Europe de l'Ouest. Un certain nombre d'entre eux s'inqui6-
tent egalement de voir l'Europe proceder A l'6tude d'un plan
6conomique, alors que Washington n'a pas precise encore
ce que sera la politique d'aide americaine. Ils craignent que
res nations europ6ennes se fassent certaines illusions et en
particular qu'elles pensent que le plan qui sera dtabli en
Europe recvra automatiquement I'appui total des U.S.A.
Ces craintes paraissent dgalement lies a la participation de
la Russie A cette aide tconomique amdricaine
Sous le titre t Qui divise l'Europe ? l'editorial du New
York Times reconnalt que la proposition du ngendral Marshall
a soulevd de grands espoirs en Europe et redonne a celle-ci
le courage de Intter pour son redressement. II voit dans le
discourse de M. Bevin une preuve de cette nouvelle attitude
et conclut que, si la Russie accepted volontairement de colla-
borer aux p'ans de reconstruction europ6enne, la moitid des
problimes mond'aux seront resolus et la plupart des craintes
du monde seront apaisdes. Si elle ne l'accepte pas, I monde
en tirera ses propres conclusions quant aux objectifs russes.
Sous le titre Avec ou sans la Russie ,, I'Evening Star
reconnait que, si les Russes n'acceptent pas de participer au
redressemcnt de l'Europe, la separation de I'Europe en deux
sera plus marque que jamais au point de rendre c presque
futile > la reunion des ministres des Affaires etrangeres prd-
vue pour novembre, mais il ajoute, cependant : a C'est une
perspective malheureuse, mais I'Europe occidental ne peut
pas se laisser paralyser plus longtemps par l'obstruction doc
Russes. ,
('"st egalement I'avis de 1'editorial du Washington Post
qui, apres avoir remarqud que la politique amdricaine ne
dolt pas former la porte A la cooperation russe, conclut ce-
Dendant : a Si les Francais permettent aux Russes de main-
tenir les discussions prdsentes au point mort. la derniere
chance de salut peut etre perdue. Ils devraient agir rapide-
ment avec ou sans la participation russe ,.
L'ditorial du Journal of Commerce s'inqui6te des reper-
cussions que cette participation russe peut avoir au Congr.s
et conclut que le people amdricain et. a majority du Congrbs
veulent Atre conivaincus qu'ils ne vont pas jeter des milliards
de dollars les uns aprds les autres dans une course A la lune.
II sera impossible de les convaincre de cela, si ]a Russie est
libre d'intervenir A tout bout de champ dans le nouveau
programme de redressement europeen.
L'organe lihbral Saint Louis Post Dispatch demand, lui
aussi. que la Russle soit exclude de I'aidv am6ricaine tant
qu'elle poursuivra sa politique aggressive en Europe. I1 derit
notamment que, si une union economique de I'Europe bcci-
dentale seule est impossible, il rest encore une solution de
fire un choix parmi les pays-cl6 que les U.S.A. dssirent
avoir come allies. A la ttee de ces pays se trouve la France,
cl0 de !'Europe occidental. Le second pays est l'Italie. Mais,
tant que la Russie continuera sa po'itique t6tue d'impdria-
lisme en violent les engagements qu'elle prit a Ya'ta, elle
devrait etre exclude des bindficiaires des emprunts amdricains.
Les Russes sont des politiques realistes et ils ont du respect
pour le realisme. Pourquoi les Am6ricains ne seraient-ils
pas rdalistes aussi ? Et il conclut : & Nous devrions limiter
notre aide A ceux de nos amis. A ces nations qui, come Io
Prdr.ident Truman le dit, se governmentt de leur propre faoon
et respectent le droit des autres de le faire eux aussi >.
Leo journaux Scripps-Howard publipnt un editorial rdcla-
mant'que Washington precise sa politique d'aide.
De Paris, Callender ecrit aujourd'hui que les autoritbs







I BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ITRANG*RE


franqaises ct britanniques ont d6clard que leurs gouverne-
incnts continueraicnt ha tudier le programme des besoins
de 1'Europe, m&me si 1'Union Sovi6tiquc ne participait pas
aux discussions.

2. La Ruhr

Les rdcentes declarations de M. Stassen, candidate republi-
cain & la Presidence, et de ,M. Hoover, indiquant la n6cessite
de reliever la production de la Ruhr, ont provoqu6 un certain
nombre de commentaires. Le principle de l'augnientation de
production de la Ruhr est accept: par tous.
Un article de Sullivan parait aujourd'hui sur le m&me
sujet. II demand que cette production soit accrue rapide-
ment, car, d'apres lui, le carbon est la cle de la production
enropeenne et la tension Bconomique en Europe est dange-
reuse. Le gouvernement americain est fortement inquiet par
la possibility de troubles politiques en France et en Italic
qui pourraient se produire avant que les U. S. A. soient capa-
bles de renforcer 1'6conomie de ces pays.
Un des correspondents du New York Times a Washington
public une nouvelle exclusive annongant que M. Mac Cloy.
president de la Banque Internationale, 6tudic Utn project
d'aide financirre A la Ruhr. Ce project comporterait 1'atablis-
sement d'un conseil de contr6le de la production du carbon
de la Ruhr qui serait place sous ]a direction d'un AmBricain
ayant une experience industrielle considerable. La Banque
International ferait des avances aux autorites britanniques
et americaines 'd'occupation dans Ic but de rddquiper les
mines de la Ruhr et d'dlever leur production h 350.000 tonnes
par jour.

3. -- Relation.n entire lesl U.S. A. ef I'U. R. S. S.
Les agencies d'information reprennent le discours pro,
nonc6 hier par P'ambassadeur de Russie, M. Novikov, A Chi-
cago, et ils en soulignent les passages indiquant qu'il est
c possible et desirable a .que l'Union Sovietique et les U. S. A.
suivent une politiquc de cooperation dans les affaires mon-
diales. L'ambassadeur a relev6 les attaques portics centre
1'Union Sovidtique par ceux qui ne croient pas i la possibi-
lit6 de l'existence simultanee du communism et du syst6mc
americain, disant notamment : e Quant A l'Union Sovi6tique,
elle n'a jamais d6menti qu'il soit possible d'obtenir une co-
existence pacifique et une cooperation des systimes economi-
ques de nos deux pays >>.
La press consider que ces delarations sovidtiques sont
un geste de conciliation. D'autre part, elle reprend l'article
de la ProrOda s'attaquant an discours recemment prononce
par M. Acheson ct que l'organe russe appelle < une calomnic
grossi6re de l'Union Sovietique .

4. Grce
La situation en Grecc, malgr6 1'aide americainie cc pays
continue h preoccuper les correspondents poliliques ameri-
cains. Un article des fr6res Alsop fait part des craintes offi-
cielles que l'on a de voir la guerre civil s'dtendre en Gr&ce
au profit des gu6rillas.
Toute la press announce que M. Edwin Wilson, ancient
repr6sentant americain aupris du C.F.L.N., a 6it nomm6
directeur de programme de l'aide americaine h la Turquie.

5. DIclIrations d'Azzam Pachu
Le secr6taire g6n6ral de la Ligue arabe a fait des decla-
rations A la press a Washington qui sont reeves sculement
dans le New York Times et le New York Herald Tribune.
Azzam Pacha aurait d6clard que le President Roosevelt avait
promise an Sultan l'independance de l'Afrique du Nord et
que c'est pour cette raison que les Arabes avaient appuye
les Allids.
Le correspondent du New York Herald Tribune signal
que les fonctionnai'es du Dr partement d'Etat ont indiqu6
que le Sultan et son entourage avaient probablemenn tir6i des
conclusions inexactes des declarations du Presidcnt Roosevelt.
Azzam Pacha serait revenue une fois de plus sur les incidents
survenus le jour de la Victoire en Alg6rie et il aurait indi-
que que 20.000 A 30.0'00 Arabes auraient 6et tuis par c les
navires de guerre. les avions de bombardment et les colon-


nes blindtes > des Frangais. II a pr6tendu que les Arabes
vivaient aujourd'hui en Afrique du Nord dans des conditions
de servitude pure et simple. Les correspondents de J6rusalem
au New York Herald Tribune signalent, par ailleurs l'emploi
d'enfants de dix i quatorze ans dans les industries arabes en
Palestine et rcldvent que les Arabes so sont opposes A l'entrde
dans leurs usincs des deleguds juifs de I'O.N.U. au course
d'inspections autoriskes.
Le correspondent de PI. h. a Haiffa signaled, de son c8td.
que les Arabes patient un dollar par jour leurs travailleurs
qui regoivent jusqu't quarante dollars par semaine des
employers israelites.
En derniere here, la press signal une nouvelle decla-
ration du Ddpartement d'Etat rdfutant les allegations d'Az-
zam Pacha concernant l'entrevlu entire M. Roosevelt et .le
Sultan du Maroc.

Snal
Par 48 voix centre 38, le Senat a vot6 une measure auto-
risant le Prdsident A imposer un tarif de 50 % en plus des
tariffs existant sur l'importation de la laine. Cette measure
avait ddjh t i accepted par la Chambre des Representants.
Elle a 6td envoyde au Prdsident qui, selon les correspondents
politiques de Washington, y opposcra son veto. I1 est pro-
bable, ajoutent-ils, que le Congris ne pourra pas renverser
cc veto. Cette measure de protection tarifaire qui d6note un
renouveau d'un isolationnisme dconomique a 4td d6noncec
sans resultat par le porte-parole de I'Administration au Snnat
ct A la Chambre.

7. Nouneltes de France
l'outes les di6pches des correspondents de Paris sont con-
sacrees aux nouvelles graves des banqucs et des grands
magasins et A la reaction aux nouvelles measures fiscales du
gouvernement, en particulier, celle des milieu syndicalistes.

a) APRAS L'ENTREVUE BEVIN-BIDAULT.

1. New YdIrk Times (19/6) :

< L'accueil chaleureux que reyoit en cc moment, aussi
bien en France qu'en Grande-Bretagne, la proposition
de M. Marshall, semble la preuve que l'on est d6cid6 A
agir.
Cet accueil indique que I'Europe commence A se d6-
barrasser du fanlalisme paralysant vers lequel elle glis-
sait de plus en plus depuis la fin !de la guerre. Le pro-
chain pas en avant dependra de la rdponseque la Rus-
sie donnera A l'invitation frangaise et anglaise de se
joindre A leur effort de reconstruction.
Certaines questions que I'on se pose h Paris come
A Londres semblent indiquer qu'il serait bon de rendre
plus Claire encore la position amdricaine, en particu-
lier sur les deux points suivants :
Le premier, c'est que le plan Marshall ne repr6sente
nullement 'une ( retraite > par rapport a la doctrine
Truman, mais plut6t un aspect de application de cette
derniere. Par la doctrine Truman, nous n'avons pas
seulement proclam6 not're determination de venir en
aide aux peuples libres qui :rsistent A 'des tentative
de domination, exercees sous la forme de pressions ex-
tirieures ou encore par des minorit6s armies, mais
nous nous sommes aussi engages A apporter notre aide"
A la lutte centre la misbre et nous avons pricis6 que
rette aide serait avant tout 6conomiquc et financi6re.
Ni la doctrine Truman ni le plan Marshall n'envisagent
le moins du monrde de venir en aide aux forces d'agres-
sion ou de domination; au contraire, comme l'a souli-
gn6 r6cemment le president Truman devant le Parle-
ment canadien, nous devons consacrer notre 6nergie et
notre richesse c< A favoriser le relbvement du mon'de en
aidant ceux qui peuvent et veulent apporter leur contri-
bution maximum a cette cause. >







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 5


Le second point c'est que l'importance de cette aide
et la faCon don't elle sera r6pariie d6pendront in6vi-
tablement de l'effort que les diverse nations d6ploieront
au service de cette cause. La cl6 du relevement du
monde 6tant la production, cela implique que notre
aide doit porter sur les points et *sur les projects qui
renferment les meilleures promesses d'u'ne augmenta-
tion de la production europ6enne. >>

2. Philadelphia Injqui(rer (19/6).
< Maintenant que la France et la Grande-Bretagne
ont pris la t*te du movement pour l'organisation de
l'Europe de facon A ce qu'eAe puisse b6n6ficier du pro-
gramme propose par M. Marshall, toute la question est
de savoir si la Russie voudra participer A ce pro-
gramme A longue Ach&ance.
La decision prise par da France et la Grande-Bre-
tagne est d'une grande importance *car elle constitute le
premier effort concrete pour faire renaitre l'Europe.
Leur decision de demander A la Russie de participer
6galement a cette entreprise est d'ailleurs presque aussi
important. >

3. Washington Star 1(19/6).
< L'invitation lance par MM. Bevin et Bidault a lia
Russie, lui demandant d'6tudier la question et de faire
connailre son point de vue est conforme a l'affirmation
de M. Marshall selon laquelle sa proposition s'adresse a
tous les pays.
Si les Russes persistent A refuser de coop6rer au rele-
vement de l'Europe sur une base continentall, les puis-
sances qui peuvent et veulent y coop6rer n'auront
d'autre .choix que de chercher A parvenir A un accord
entire elles, sur un project commun, excluant 1'Union So-
vi6tique et ses satellites. L'Europe occidentale ne peut
se permettre de rester inactive pour la seule raison
qu'il se pourrait que tel soit le voeu du Kremlin. La si-
tuation 6conomique .est beaucoup trop grave pour qu'il
en soit ainsi. La Grande-Bretagne, la France, les Pays-
Bas, l'Italie et bien d'autres pays encore ont un besoin
urgent d'un programme commun qui leur permette de
renforcer leurs economies, et ils -doivent agir .de con-
cert que ce soit avec ou sans Russie, pour que nous leur
apportions notre aide.

b) L'AIDE A LA GRkCE ET LE PLAN MARSHALL (New York
Herald Tribtune, 20/6).

< Le fait qu'on ait soulign6 les aspects n6gatifs de la
doctrine Truman a coistitu6 l'un des principaux fac-
teurs qui ont contribu6 a jeter une certain confusion
sur les buts de la politique am6ricaine dans le monde.
L'hypoth6se d'apres laquelle la tentative faite pour
arreter expansion du communism, implique le sou-
tien de tout ce qui se pretend anti-communiste a contri-
bu6 dans une large measure A fournir des armes aux
communists contre les Etats-Unis et A provoquer dans
le public des reactions mitig6es A 1'6gard de 1'ensemble
du programme am6ricain d'aide A la reconstruction du
monde. Mais les n6gociations qui se sont d6roul6es en-
tre les Etais-Unis et la Grace au sujet de l'utili-sation diu
crAdit -de 300.000.000 de dollars accord& par les Etats-
Unis, prouvent que la doctrine Truman a un .aspect
posilif, ce qui esi d'une grande importance pour le
bien-Atre politique et 6conomique de la Grace et pour
P'ensemble du monde.
II est fort possible de commettre des erreurs en inter-
pr6tant les buts sur lesquels les Etats-Unis et la Grace
se sont mis d'accord. N6anmoins, ces buts pr6sentent


une telle importance pour la Gr6ce, pour les Etats-Unis
et pour le monde d6chir& par des conflicts ideologiques,
que tous les efforts possibles doivent etre d6ploy6s pour
les atteindre.
Le succ6s en Grace montrera comment d'autres pays
pourront Atre aids en s'aidant eux-m6mes. Cela redon-
nera confiance aux peuples qui, par d6sespoir, sombrent
dans l'apathie. Et cela prouvera a la fois la volont6 et
la. capacity -des Etats-Unis' de consacrer leur force au
hiMn du monde dans la grave cruise que nous traver-
soils. x




Il1. PRESS SOVIETIQUE


Revue e la press souvitique du 20 juin 1947

La rubrique 6trang6re dans les divers journaux ne d4passe
pas une page, mais fait cependant l'objet de commentairfe
assez nombreux.

1. Nouvelles de pienmier pian
Trois nouvelles ou group de nouvelles sont mis en ve-
dette dans la press. Ce sont : le texte du Coinit6 du minis-
tere des Affaires 6trang6res diffuse par France-Presse sur
les conversations Bidanlt-Bevin; le plan financier Dobkmann
et le communique du bureau politique du parti commu-
niste sur celui-ci; les priparatifs en Coree du Nord pour les
consultations avec la commission mixte amiricano-soviE-
tiqute; enfin, les discussions qui se sopt engages A la Kom-
mandantur die Berlin A propose du s6jbur dans cette ville
de la .d6lgation de la Fedrdation mondiale de la Jeunesse
d6mocratique.

2. Aultres nouvelies
De nombreux articles traitent de la lutte pour la d6mo-
eratie dans le monde. Deux dep&ches sont consacr&es A la
.situation en Hongrie : la premiere, reproduite par tous les
journaux, rend compete de la d6olaration du Bureau poll-
tique du parti des petits propri6taires; la second resume
les derni6res s6ances du proc6s des membres du complot
anti-r6publicain.
D'autres dep&ches, mises en valeur par des titres en man-
chette, sont consacres a l'Assembl6e Constituante itallenne,
aux declarations du ComitA du parti communist anglais
sur les salaires des travailleurs, A interview accord par
Pierre Cot I'Hulmanitd A propos de son voyage en Pologne,

3. Nouvelles braves
iDes dip6ches annoncent la dimission du gouvernement
iranien, la position prise par Jack Tanner au CongrBs syn-
dical d'Hastings sur 1'Espagne, l'ouverture de la session de
la Diete polonaise.

4. Politique des Etats4Unis
Queleques deppches seulement sont consacries A la poli-
tique des Etats-Unis et rapportent notamment : les decla-
rations d'un reprsentant de Maison-Branche sur 1'attitude
de M. Truman en face du project de loi Taft; les conver-
sations americano-danoises sur les bases du Groenlknd; les
benefices record des cooperations amriloaines et un.e infor-
mation du Daily Worker d'apr6s laquelle l-es Americaiis
prot6gent le docteur Schacht.

5. Travaux des organislmes internattonaux
Deux depeches tiennent la vedette sur ce sujet. L'une con-
cerne les travaux de la Commission de I'O.N.U. sur les ques-
tions 6conomiques et du travail, l'autre reproduit une lettre
du representhnt yougoslave au Secr6taire ge6nral de I'O.N.U.
sur les incidents de fronti6re grico-yougoslaves.







6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


6. Nouvelles diverse
La signature d'un accord sur les relations ferroviaires
sovilto-roumaines est annonc6e dans la press, ainsi que
l'inqui6tude de P'opinion publique grecque devant l'etablis-
sement de relations diplomatiques avec le Vatican. Ce der-
nier fait .donne lieu a plusieurs commentaires.
Tourine, dans la Pravda, note, dans un article intituile
, Les champions de la d6mocratie tels qu'ils sont *, les
difficulties que les autorites anglo-amdricaines font aux
organizations de jeunesse qui cherchent a demasquer le
mythe du rideau de fer.
Dans 1'Etoile Rouge, un article de Leonidov est consacre
aux plans des Etats-Unis en Norv6ge. L'auteur signale les
nombreux faits qui montrent la pdn6tration du capital am&-
ricain en Norvege et volt, de plus, dans l'attitude ams ri-
caine, une tendance tres nette a completer cette pin6tration
6oonomique par une collaboration militaire.
A propose du Congr6s international des journalists A
Prague, Zaslavsky, dans la Pravda, note avec soin les
diverse discussions qui se sont engages au Congr6s et relive
I'attitude de chaque d6lAgation. ID'aprbe lui, ni l'aile gauche
ddmocratique, ni 1'aile droite n'ont une imajorit6 assure et
toute les questions se d6cident dans le sens vers lequel pen-
chait le centre hesitant. Dans certain cas, crit-il, les jour-
nalistes frangais, hollandais et palestiniens ont vote avec
l'aiLe, democratique; quant aux journalists anglais, ils ont
subi une d6faite en ne reussissant pas A rdunir autour
d'eux les journalists mod6rds bourgeois.
Deux articles concernent la France. Dans Je Troaid, Davi-
dov traite. du movement de grAve ct 6tudie dans leurs
grandes lignes les problhmes de la production et eeux des
prix et des salaires. Dans les Izvestia, 1'6crivain Leonticv
consacre son article < A la riapparition du fasciste Celine a.




IV. PRESS SUISSE


a) LA SITUATION "ECONOMIQUE ET FINANCIARE EN FRANCE
(TrIibune de Gienl e, 20/6).
C'est a l'Assembl6e national qu'il appartient mainte-
nant d'accepter ou de rejeter les remedes proposes par
le cabinet. Leur refus pr6cipiterait la catastrophe finan-
ciere et ouvrirait une crise gouvernelmentale fort inop-
portune. Mais leur acceptation ne comporte pas beau-
coup moins d'inconv6nients. Les hausses proposes par
M. Schuman causent chez les petits salaries un :mcon-
tentement que les communists et la 'C. G. T. exploitent
d6jh; personnel, ni A droite, ni A gauche, ne croit possi-
ble de freiner le movement ainsi d;clench, et d'emn-
picher une majoration generale du icoAt de la vie. Ainsi,
les salaries don't les revenues auront At6 nominalement
6lev6s se retrouveront, dans quelques semaines ou quel-
ques mois, au meme point qu'avant.
En attendant, les groves s'enchainent les lines aux
autres ; des milieux ouvriers, elles gagnent i'adminis-
tration, la banque, le commerce. C. G. T. communist
et Confeddration des travailleurs chr6tiens rivalisent de
vehemence et d'intransigeance, et pretendent dicter de
plus en plus leur volontA au gouvernement. Ce danger
d'etre submerge par les organizations syndicales ou po-
litiques, M. Raimadier l'a particulierement ressenti lors
de la gr6ve des ,cheminots. Le gouvernement a AtA traitA
A ce moment en patron par les grdvistes et leurs porte-
parole, ,c'est-A-dire qu'il s'est vu adresser, d'6gal A 6gal,
voire de superieur a infrieu'r, des reproches, des som-
mations. D&libArant sous la pression de la greve, il ne
jouissait plus de la libertN de jugement et de decision
indispensable A l'exercice du pouvoir souverain.
L'exp6rience n'aura pas Ate inutile, et tout indique
que le gouvernement cherchera moins desormais -


sauf dans le secteur nationalist of il lui faut bien jouer,
bon grB mal gre, le r6le d'employeur, a r6gler lui-meme
les questions de salaires et d'organisation du travail
qu'a arbitrer les diff6rends entire patrons et ouvriers.
Reste A voir s'il lui sera possible .de s'elever au-dessus
de la melee apr&s y avoir particip6. Il faudrait que le
Parlement l'y aidAt, ce qui ne paraft guere probable.
Mais sur ce chapitre comme sur la politique financiere
dans laquelle va s'engager la France, la presentation
des project Schuiman a l'Assembl6e donnera sans doute
d'utiies 6claircissements. S
(JEAN-JACQUES CHOUET.)

b) LA RECONSTRUCTION DE L'EUROPE ET L'UNION SOVIx-
TIQUE I(Natm onal Zezlutag, 20/6, 6d. du :soir).

e Le project de convocation d'une conference charge
de discuter d'un programme de collaboration entire les
Etats europ&ens sur la base du plan d'aide ambricain
don't M. Marshall a d6velopp6 l'id6e a Harvard, oblige
le destinataire de d'invitalion, M. Molotov, et avec lui
le mar6chal Staline, A prendre une decision historique
de premiere importance
Le ministry russe des Affaires dtrangures est invite A
choisir en un moment caractlris6 par une activity ex-
treme de son dynamisme expansionniste sur le plan po-
litique et id.o.ogique. C'est par suite une experience
crucial qui montrera si la lactique d'obstruction qu'il
incarne en Europe est simplement un moyen pour obte-
nir qu'en d6pit des opposition doctrinales, la grande
puissance dconomique que .sont les Etats-Unis 6tende
l'octroi d'une aide d'envergure a 1'Etat sovi6tique que
la guerre a durement touch, ou bien si l'objectif ultime
est de soumettre toute l'Europe A l:a domination commu-
niste. L'adh6sion de I'U. R. iS. S. au programme de re-
construction europen'ne impliquerait l'abandon des
m6thodes de pression employees actuellement en Bul-
garie, en Rouimanie, en Hongrie et en Autriche, mAme si
au d6but les Russes cherchaient a poursuivre !'action
entreprise dans ces pays...
L'intransigeance avec laquelle M. Molotov a essay
d'imposer une interpretation personnelle des decisions
de Yalta et de Potsdam a, des maintenant, dangereuse-
ment AbranlI dans l'esprit des Ambricains et aussi de
la grande imajorit6 des Anglais la cuntiance 616mentaire
dans le respect des Soviets pour les accords et les en-
gagements politiques. De plus, en raison des proc6des
de propaganda sovi6tique qui ne s'embarrasse guere de
scrupules et n'h6site pas A recourir A des interpreta-
tions et A des accusations changeantes et contradic-
toires, on a senti croitre d'une facon constante 1'impres-
sion qu'on avait affaire A un system d'arbitraire et
d'opportunisme.
Des qu'il s'agit de reconstruction economique, ,de cre-
dits et d'engagements A long terme cette dfilance exerce
n6cessairement une action beaucoup plus deprimante
encore qu'en matiere d'accords politiques et territo-
riaux. Entre la Russie et les d6mocraties on ne trouve
point cette atmosphere que l'ancienne Rome d4signait
sous le nom de fides, cette confiance qui se fonde tout
naturellement sur le respect des traits et sur la bonne
volont6. &
De toute facon, I'initiative de M. Marshall aura pour
effet de hAter le moment .of les Russes reveleront eux-
memes le mot de leur propre &nigme. >



S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 frs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs