Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00115
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: June 16, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00115
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)


LA DOCUMENTATION PRANQAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESSED


Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")



BULLETIN



DE PRESS


16 juin 1947.


QUOTI( y



TRAe E


Nouvelle S6rie No 693


SOMMAIRE

I. PHESSE BRITANNIQUE.
a) La situation int6rieure en France (Manches-
ler Guardian, 13/6).
b) La r6ponse de M. Bevin a la proposition d'ai-
de A 1'Europe de M. Marshall :
1. Times (14/6).
2. Daily Herald (14/6).
3. News Chronicle (14/6).
4. Da'ly Express (14/6).
II. PRESS AMERICAINE
Les Etats-Unis et 1'Union Sovi6tique :
1. New Yorlk Herald Tribune (14/6, ed. eur.)
2. New York Herald Tribune (13/6).
III. PRESS SOVIETIQUE.
IV. PRESS POLONAISE.
a) La situation inl6rieure en France (Zycie
Warszawy, 12/6).
b) La position du gouvernement italien (Rio-
botnik, 12/6).
V. PRESS BELGE.
La situation int6rieure en France (La Cit Nou-
velle, 14/6).
VI. PRESS SUISSE.
a) La situation intirieure en France
1. Journal de Ge~nee, (14/6).
2. Neie Zircher ZeiLung (13/6).
t) Lcs repercussions de la crise hongroise ,
1. Tribune Ide Geneve (13/6).
2. Journal de Geneve (14/6).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la presse britannique du 4 juin 1947
La press de ce matin donne la premiere place aux d6cla-
rations faites bier par M. Bevin au sujet du plan am6ricain
d'aide l1'Europe. Le Daily Express et le Daily Mail annon-
cent d'autre part, sous des manchettes importantes, que la
Grande-Bretagne s'efforce d'obtenir des Etats-Unis une rtvi-
slon des conditions de l'emprunt silon lesquelles alle ne


peut acheter ailleurs qu'aux Etats-Unis les marchandises et
les matibres premieres don't elle a un urgent hesoin.
La chronique exterieure est peu fournie. Les affaires hon-
groises passent ce martin au second plan ainsi que les nou-
,velles do France.
1. Aide amdricaine a l'Europe
Saulf le Daily Worker, tous les journaux sont unanimes
a approuver le discours prononcd hier par M. Bevin h l'issue
du banquet organism par l'association de la press 6trangBre.
Le correspondent diplomatique du Times remarque que le
discours de M. Bevin reprdsente la premiere prise de position
officielle du gouvernement britannique au sujet de l'aidc
amdricaine a I'Europe; ce correspondent (et avec lui tons
les correspondents des autres journaux) soulignent que la
Grande-Bretagne a ddcid6 de mettre A profit le plan ambri-
cain. II ne cache pas cependant qu'il faudra surmonter de
tres graves difficulties tant en Am6rique qu'en Europe pour
quo ce project puisse etre accept par tous et mis A execution.
Ces difficultis seraient soulev6es notamment par certain
pays d'Europe, par la mefiance instinctive de 1'U.R.S.S. et
par l'attitude m6me du Congr6s am6ricain.
J.es commentaires du correspondent particulier du Times
a Washington viennent confirmer ces points de vie. Selon
ct dernier, il ne faut pas oublier que le project Marshall
implique la presence continuelle des Etats-Unis en Europe.
Or pertains pays europdens, se rappelant la .ssusension des
prets A l"Europe en 1929, se demanderaient si les Etats-Unis
no seront pas amenes un jour, dans le cas d'une nouvelle
crise economique, A arreter leur aide a 1'Europe.
Toutefois, ce correspondent pense que ce doute pourrait
6tre 6carte si, come M. Marshall le demand, les pays euro-
peens collaboraient entire eux et avec les Etats-Unis.
D'autre part, P'attitude meme de la press sovi6tique no
serait gu&re encburageante, estime le correspondent diplo-
matique du Times, mais il rappelle que M. Staline a.d6j&
montr6 que 1'aide amirieaine pourrait l'.intdresser. Aux
Etats-Unis, l'attitude du CongrBs resterait inoertaine. A ce
propos, plusieurs journaux font dtat des declarations de
M. Vandenberg selon lesquelles le programme d'aide g6n6-
rale A 1'Eu'rope serait infructueuse pour les Etats-Unis eux-
Inmmes. Le correspondent du News Chronicle A New-York
estime que l'attitude de M. Vandenberg ne manquera pas
d'influencer la majority du parti r6publicain.
Le project de' voyage de M. Clayton parait aux diffdrents
correspondents, et notamment au correspondent diploma-
tique du Times, comme un signe de bon augure.
'Ce dernier fait etat des efforts d6ployds par le sou's-secr6-
taire d'Etat en faveur de la reprise du commerce interna-
tional et il ne doute pas que les entretiens qu'il aura avec
les differents gouvernements europdens aideront grandement
a preciscr les intentions des Etats-Unis et les possibilities
*conomiques des pays qu'il visitera.
Enfin, la prochaine visit de M. Alphand est aussi ac-
cueillie tres favorablement par ce correspondent qui estime
qu'elle permettra de discuter directement la question des
sjparafions allemand*s tells qu'elle se pr6eent aprbs les







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE


*' measures prises par la France en Sarre, mais, ajoute-t-il, il
'est vraisemblable qu'au course de sa visit le plan amiricain
sera abord6 de fagon officieuse.
Le Daily Worker critique le discours de M. Bevin et
s'utonne de ce qu'il ait manifesto tant d'empressement devant
la nouvelle manifestation de la ( doctrine Trumaun a.
Dans le mnme journal, on peut signaler un article inti
ltuld u Les Etats-Unis envahissent 'EAurope... ,
Le dernier discourse de M. Marshall aurait marque 1'onver-
lure d'une champagne pour un bloc occidental car, selon le
Daily Worker, la Grande-Bretagne tombera, si le plan Mars-
hall se r6alise, sous la dependance des Etats-Unis.

2. Hongrie
L'affaire hongroise ne fournit matiere ce martin qu'h des
articles de pure information. Signalant la. nouvelle demarche
de I'ambassadeur des Etats-Unis auprbs de M. Molotov et
le dementi oppos6par M. P. Pilby aux allegations de M. Nagy
dans sa lettre A Lord Vansittart, il faith aussi etat du depart
de I'ancien Premier hongrois pour les Etats-Unis el les atta-
ques dirigecs contre les communists par Ml. Sulyok.
Le correspondent particulier du Times a Viencre signal
d'autre part la misc en vigueur pour le 1i' aoil du plan
triennal hongrois et en done un compete reudu dctailli.
Le correspondent du Daily Herald ia Budapest signal que
la press hongroisc n'a pas reproduit les ddclarations de
M. Sulyok a la Chambnr hongroise. Selon ce correspondent,
l'opinion hongroise demanderait au parti socialiste de no'
plus suivre aveugldment les slogans cominunistcs ct dp
dl&fendre les principles dnmocratiques.

3. Bulgarir
Le Manchester Guardian donne ;e texte de la rpaonse du
gouvernement bulgare a la note britannique protestant
contre la suspension de deux journaux de l'opposition-

4. -- France
Le Times et le News Chronicle mentionnent la greve -des
services publics a Paris ct remarqucnt que les syndicate
chrdtiens out rcfus6 d'y participer.
Le Manchester Guardian announce qu'un accord cst intcr-
vcnu centre la France ct la Grande-Brctagne et les commis-
sions internationales des rdfugids aux terms duquel la
France recruterait de la main-d'eauvre dans ln s camps do
la zone anglo-amdricaine.
Le correspondant parisien du mnime journal faith mention
Sdu discours prononcd par M. Bidault sur le trait italien.
Enfin, d'aprds une court ddpeche du News Chronicle, les
membres de la F6deration europdenne du Parlement ct le
movement f6ddraliste frangais ont invited les ddleguts bri-
tanniques A Ilur rendre visit prochainement.

5. Tchecoslouvaquie
Le Daily Herald announce que la Fdd6ration Mondiale des
Syndicat% sidge actuellement a Paris et a demand que l'on
aide les forces dinmocratiqucs vspagnoles qui luttent contre
le gouvernement de Franco.

6. Conseil de s~curitd
Alister Cooke, du Manchester Guardian, fait ltat du carac-
tdre inconciliable des theses sovidtiques et anmricAines sur
la question de la bombe atomique. 11 fait d'autre part 6tat
de Attitude extrdmement prudent et r6serv6d de la ddle-
gation frangafse.

a) LA SITUATION EN FRANCE (Manchester Guardian, 13/6,
liberal).

< I1 est heureux que l'on soit parvenu a mettre fin
aux graves, non seulernent pour la France, ma s polr
l'Europe. Jamais dans l'Histoir;e, le sort d'un pays quel-
conque n'a eu autant d'inportance pour ses voisins.
Tous ceux qui espdrent voir 1'Europe, dans un proche
avenir, vivre dans une atmosplire pacifique savent
combien cela ddpend de la stability de la France, de son
retour A son ancienne position dans le mondc et du


succs de ses efforts pour rdsoudre les probl6mes com-r
plexes creds ou aggrav6s par la guerre.
A un moment od la France a absolument besoin
d'augmenter sa production, ces graves ont port un dur
coup a son industries et son dconomie a ktd tris s6rieu-
sement atteinte. II rest a voir comment dans ces con-
ditions il sera possible de satisfaire les demands des
ouvriers de facon a s'assurer leur cooperation active
'dans l'avenir sans conduire le pays a une inflation dans
gereuse. La France vient de traverser une sombre se.
maine et le temps seul permettra d'en voir toutes les
consequences. >

b) LA RESPONSE DE M. BEVIN A LA PROPOSITION, D'AIDE A
L'EUROPE DE M. MARSHALL :

I. Tiines (14/6).
<< M. Bevin a rendu hommage hier a M. Marshall pour
la ligne de conduite fertile qu'il a indiqude A la Grande-
Bretagne et aux peuples de l'Europe. II a d6peint le rB-
cent discourse fait par le Secr6taire d'Etat amdricain A
Harvard come a 1'un des plus grands discours de
t"Histoire >>. TI parliculisrement bien accueilli 'indis-
pensable additif que M. Marshall vient d'ajouter a l'offre
americaine d'assistance en vue de surmonter la a crises
croissante des dollars > et de permettre A 1'Europe de
se remettre sur pied.
De nombrcuscs regions du continent sont menaces
d'une grave pdnurie de products de premiere unccsitd.
Le mnanque de dollars s'acc6ldre beaucoup plus rapid.
ment qu'on ne s'y attendait. L'accroissement de la pro-
duclion dans de nombreuses regions frappBes; par la
guerre a 6t6 beaucoup plus lent qu'o'n ne 1'espdrait. Le
redressement de l'Europe est retard par le manque de
,combustible et df moyens de transport, et I'agticulture,
dans toule 1'Europe, a souffert de la rigueur de l'hiver.
Le gouvernement americain se rend maintenant par-
faiteeent conpte que pour 6viter une grave crise 6co-
nomique et social, les Etats-Unis doivent consentir des
prets important A l'dtranger, mais ils ne sont pas dis-
poses a le faire sans conditions. Les pays europdens
pour reliever le defl doivent laborer un plan construc-
lif.

2. Daily Herald 1(14/6, travailliste).
( Hier, M. Bevin a, au nom de la Grande-Bretagne,
irserve un accueil chaleureux au discours de M. Mar-
shall, et annonc6 que la France serait immddiatement
consulate sur les prochaines measures A prendre.
M. Marshall, lui-m6nle, a precise jeudi d'une maniere
parfaitement claire que l'offre est valuable pour la Rus-
sic et pour les pays de 1'Europe orientale. Cette inter-
pr6tation sera accueillie avec beaucoup de satisfaction
et avoc un certain soulagement par tous ceux qui en-
trevoient les grandes possibilities constructive de ce
plan.
Nous sommes sirs, par consequent, que le gouverne-
ment britannique agira rapidement et avec enthou-
siasme pour arriver A collaborer avec la France, la Rus-
sie et les autres pays europdens, de fagon que le plan
Marshall passe dans le domain des r6alit6s.
Maintenant que les Etats-Unis ont fait une offre qui
n'est pas limited par .des frontirres iddologiques, il ap-
partient a toutes les nations europ6ennes de I'accepter
dans le meme 6tat d'esprit. >

3. News Chronicle (14/6, liberal).
< La proposition amicale fAite A 1'Europe par M. Mar-
shall a 6t6 accepted hier par M. Bevin. La Grande-Bre-
tagne va prendre l'initiative pour essayer de ramener la
prosprite -en Europe.







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 3


Mais ce n'6tait pas un loge de la part de M. Bevin
que M. Marshall attendait, c'6tait I'assurance que la
Grande-Bretagne se mettrait A la t6te du movement
destiny A persuader les pays europee.ns de formuler
leurs besoins 6conomiques communs.
M. Bevin a fait comprendre clairement qu'il 6tait pret
A agir ainsi. II a d6clar6, A just titre, qu'il consulterait
d'abord la France qui dolt 6tre un partenaire indispen-
sable dans cette grande entreprise. C'est exactement ce
que d6sirait M. Marshall.
L'l6oge de ce grand soldat faith par M. Bevin n'6tait
certainement pas au-dessus de la v6rit6. C'est A M. Mar-
shall que nous devons cette bouff6e d'air frais qui souf-
fle actuellement dans l'atmosphire charge de m6fiance
de la diplomatic moderne.
Si les hommes d'Etat europ6ens agissent, et agissent
rapidement en suivant les conseils du SecrBtaire d'Etat
am6ricain, s'ils secouent leur apathie, celte nouvelle
6tincelle d'espoir peut s.e transformer en une puissante
flamme. Si les chefs des diff6rents pays saisissent cette
occasion unique, ils pourront donner A leur people de
nouveaux espoirs. Ils peuvent les aider A regarder au
delA de leurs 6preuves alcluelles et A entrevoir un ave-
nir nouveau et plus brilliant. >

4. Daily Mail (14/6, conservateur).

< M. Bevin a dit que la tAche qui consist A recons-
truire I'Europe et, en faith, le monde entier, est Bnorme.
Nous sommes d'accord avec lui. On n'y parviendra
qu'en se plaga'nt sous le signed de la sinc6rit6.
Dans aucun cas cela n'est plus n6cessaire que dans
,notre r6ponse A la derniere offre d'aide am6ricaine A
l'Europe, aide qui depend de l'6tablissement d'un plan
de redressement fait en common par toutes les nations
int6ress6es.
La Grande-Bretagne va prendre l'initiative dans cette
tentative. Sa position morale parmi les autres nations
position qui n'a jamais Wtd plus haute qu'aujourd'hui
lui donne le droit d'agir ainsi.
Les dollars americains pourront rendre fertile les
terres ravages, et les homes raisonnables des deux
c6tes de l'Allantique se rendent parfaitement compete
qu'il est nacessaire de les utiliser de cette facon.



II. PRESS AMERICAINE


Rerie de la pregse amnrs'caine du 13 juin 1947
C'est encore sous d'dnormes titres ddnonqant les actes
communists en Europe que la press public les informa-
tions qui lui parviennent de Budapest et de Sofia. Les d&-
clarations moddrtes du Pr6sident Truman et du secrdtaire
d'Etat Marshall sont egalement bien reproduitos, mais sons
des litres moins important.

1. Situation enropdenn'e
t Les communists sont assaillis ouvertement par le chef
du part de la LibertE en Hongrie Les Rouges sent en
train de purger toute I'Europe oriental announce en gros
caractircs le titre du journal indipcndant Washington Posl.
Les articles qui paraisscnt sous ce titre rapportent les idC-
clarations de M. Sulyok an Parloment hongrois qui a (6-
nonc6 h la fois les communists, na police secrete. Ie cabinet
actuel ct M. Nagy. Des dipchcs d'agences, A ce suiet. d6cla-
rent quo le gouvernement hongrois s'apprte h anrrcter
M. Sulyok et que les journaux hongrois no seront pas auto-
rises h reproduire ses declarations.
[ne dipeche U.P. de Londres commence par cetti phrase :
< Une purge politique inspire par les communists se d6ve-
loppe A travers toute l'Europe oriental >. Elle paratt s'in-


tensifier malgre Ics protestations faites par les gouverne-
mcnts am6ricain et britannique auprs de I'U. R. S.S. La
plupart des journaux reproduisent ces d6p&ches sous un
titre soulignant que << In terreur > rigne en Hongrie. La
prs.se announce, d'autre part, quce M. Nagy est attend A
Washington domain.
De Bucarest, le correspondent du New York Times an-
nonce que ls accords en preparation entire la Yougoslavie
et la Roumanie sont les instruments d'un pacte entire les
deux pays destined faire parties d'un ensemble, d'alliances
qui uniront les pays du Sud-Est europeen. Ces alliances se-
ront naturellement destinies h renforcer les liens existants
centre les gouverncments favorable au maintien de bonnes
relations avec 1'U.R.S.S.
De Bulgarie, dgalement, proviennent des dep&ches d'agences
annongant que les communists bulgares ont expuls, vingt-
trois d6put6s du parti agraire de 1'Assembl6e national qui
auraient t61 en rapport 6troit avec Petkov, qui a et rdeem-
ment arr6td. 'Is seraient remplaces par vingt-trois membres
du mmnio part.

2. Les declarations Truman et Marshall
Toute la press reprcnd les declarations faites par le Pr-_
sident Truman aux journalists au course d'une conference
de press h Ottawa. Elle rapport que le Pr4sident a indiqu6
que la politique dtrangore americaine visit seulement au
maintien de ]a paix dans le monde et des relations d'amitiA
avec touts les nations. Elle note que le Prdsident a insist
sur le mot c touts > et les journalists qui out assist a
cette conference sont d'avis que le Prdsident cherchait a
corriger une interpretation erronde de son discours de la
veille ct a ne pas donner l'impression qu'il avait l'intention
d'exclure 1'Union Sovi6tique de 1'effort commun qu'il pr4co-
nisait pour 6tablir la paix mondiale. Les correspondents
politiques de Washington notent 6galement que le secretaire
d'Etal, interrog6 sur ses projects d'aide 6conomique P'Eu-
rope, a declare que le term c Europe > s'appliquait a tous
les Etats situds i I'Ouest de 1'Asie et ils en d6duisent que
1'U. R.S.S. n'est par consequent pas cxclue des conversations
qui pourront s'ouvrir an sujet de ]'aide &conomique 0
l'Europe.
Hulen, correspondent du New York Times, explique de la
faqon suivanto la politique poursuivie a l'heure actuelle par
Washington : les U. S.A. vont mettre en application leur
programme d'aide h la Grbce et a la Turquie et vont s'effor-
cer de ndgocier un trait dde paix avec I'Autriche quel que
soit le r6sultat de leurs protestations centre les tactiques
des communists en Hongrie et en Bulgarie. Le Departement
d'Etat revolt la politique americaine h 1'gard de l'Europe
du Sud-Est dans le but de s'assurer que son action vventnelle
a I'avenir sera plus efficace que les protestations qui out
det faites dans le pass anu sujet des methods d'infiltration
sovi6tique.
Une declaration du general Marshall an sujet de l'aocord
intervene au scin de la Commission am6ricano-russe pour
la Core6 exprime la satisfaction du secr6taire d'Etat qu'un
terrain d'entente ait CtE finalement trouve pour preparer la
constitution en Cor6e d'un gouvernement vdritablement d&-
mocratique et repr6sentatif. Une entente semblable n'avait pas
pu etre r6alisee 'an dernier centre les Russes et les Am6ri-
cnins ct, en consequence, la Commission avait df s'ajourner.
Par ailleurs, les correspondents de Washington reprodui-
sent l'annonce faite par le D6partement d'Etat que M. Clay-
ton sera chargA d'une mission en Europe don't le but sera de
recueillir un ensemble de propositions que les gouverne-
ments europoens pr6senteront pour un plan d'aide economl-
que a l'Europe. 1s rappellent a ce sujet que le general
Marshall a indiqud clairement que initiative en cette ma-
tiAre appartenait disormais aux pays europeens et ils repren-
nelt dans le mime ordre d'idee les declarations fates par
M. Ben Cohen, consciller du Ddpartement d'Etat, sur les
bcsoins de la reconstruction europCenne. Celui-ci a value
qulele cout de l'aide anmricaine sera, probablement, compris
centre cinq et six milliard-s de dollars par an pendant pli-
sicurs ann cs.
De Londres, In press rapporte les reactions tres favo-
rables des milieux touvernementaux anglais au discours du
general Marshall sur P'aide economique h 1'Europe.






4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGARE


Onze redacteurs de journaux provinciaux amiricains ayant
fait un voyage en Europe a l'invitation du secretaire d'Etat
a la Guerre out tenu, hier, une conference de press a
Washington. Ils ont insisted, surtout, sur la necessity de
reconstruire 1'Allemagne, idisant qu'elle devra recevoir une
assistance economique et une aide alimentaire, car, a leur
avis, 1'Allemagne est menacee d'Atre domine par les com-
munistes si cette aide amdricaine ne lui est pas fournic.

3. Nouvelles de France
Tous les correspondents de Paris annoncent que le service
ferroviaire a repris normalement, mais ils signalent que
les fonctionnaires des services publics front une grave de
vingt-quatre heures afin de soutenir leurs revendications
pour ides salaires plus l6ev6s.
Dans leurs commentaires, ces correspondents constatent
que les augmentations de salaires deviennent quasi g6ndrales
et qu'elles menacent d'entrainer une nouvelle augmentation
des prix.
Ils donnent quelques chiffres sur les augmentations pro-
bables du budget devant rdsulter de ces accroissements de
salaires, mais ils n'ajoutent aucun commentaire de caractdre
politique sur 1'6tat de la situation intirieure franvaise.
Un editorial du New Yozk Times constate avec satisfaction
que M. Ramadier est parvenu a faire cesser ]a grave des
cheminots. II dit notamment : M. Ramadier a surprise tout
le monde... Un gouvernement dirige par un part de mino-
rite et fonctionnant sans les communists a surmontt ainsi
sa premiere difficult capital. Le reglement iTntervenu est
un compromise naturellement, mais c'est un compromise gu
les travailleurs ont fait plus de concessions que le gouverne-
ment. La C.G.T., dominde par les communists, a jou6 un
r6le qui n'est pas trds clair dans les pourparlers finaux et
cela semble indiquer que le parti communist ne idsire pas
continue la greve. II ne parait pas non plus d6sireux de
renverser le gouvernement Ramadier et cela, contrairement
a sa hAte de saisir le pouvoir en Europe orientale, peut indit
quer que las strateges sovidtiques ont suffisamment a
fire pour le moment L s'assurer de leurs satellites et A con-
soliider leurs gains. La grande signification du suces de
M. Ramadier, qui a mis fin a une gr6ve nation ale avec un
cabinet intact, .est qu'un gouvernement franqiis que l'on
s'attendait a voir durer un mois ou deux a dd faire face
a une situation extraordinaire, don'tt il est sorti avec un
bail de vie prolong&. Il serait imprudent de trop deduire
de cet episode, mais il se rapport.6 A la these Marshall, car
il a soulign6 existence de forces europ6ennes d6moeratiques
qui valent la peine d'etre renforees et mobilisees.

LES ETAT-UNIS ET L'UNION SOVIATIQUE :
1. New York Herald Toibune (14/6, 6d. europ.).
K Nous nous trouvons engages maintenant dans une
Lutte qui devient de plus en plus Apre avec l'Union So-
vi6tique. La politique sovi6tique est devenue plus claire
depuis la conference de Moscou. Cest une politique
< short -of war s! (a la limited de la guerre). Elle cherche
a atteindre son but imm6diat i(le contrl6e de 1'Europe et
de la MdditerranBe) en aggravant la misore humai'ne, en
provoquant la lutte -des classes, et mdme en cas de n6-
cessite, en d6clenchant des rOvoltes dirig6es et fnanc6es
par les communists.
Des gouvernements qui sont completement auut ordres
de Moscou sont maintenant solidenent implants en
Bulgarie, en Roumanie, en Albanie, en Yougoslavie, en
Hongrie et en Pologne. Bien que les formes ext6rieures
de la d6mocratie soient encore respectdes en Tch6coslo-
vaquie, aucun gouvernement tchdcoslovaque ne pourrait
se permettre de desobdir aux ordres de Moscou. L'ex-
pansion de l'influence sovi6tique A l'Ouest est rapide et
continue. La puissance des organizations communists
en Italie et en' France serait d6ej suffisante pour para-
lyser la vie 6conomique de ces deux pays, si Moscou en
donnait le signal,
I


Que font les Etats-Unis pour appliquer leur politique
d'6chec A oette expansion ? Les Etats-Unis ne se sont
jamais trouv6s auparavant engages dans un conflict de
politique 'de puissance tel que celui oft il se voient for-
c6s de prendre part maintenant centre leur grd.
Nous devons faire face A la crise la plus dangereuse
qui sse soit produite depuis la guerre. Si nous voulons
rdussir dans notre tentative pour maintenir la liberty
des petites puissances, pour sauvegarder les libert6s in-
dividuelles, pour lesquelles nous avons combattu, et
pour sauver 1'Europe du chaos et de l'esclavage, nous
devons agir avec Bnergie, efficacit6 et rapidity.
La politique d6finie par le gouvernement des Etats-
Unis est, A mon avis, la politique la plus susceptible
d'empecher la guerre et de permettre 6ventuellement
aux Nations Unies d'acqu6rir cette autorit6 mondiale
qui leur est nAcessaire si 'on veut maintenir la paix
dans le monde. Mais une tell politique ne peut 8tre
courounne de succ6s qu'A condition de r6viser radicale-
ment la fagon don't nous poursuivons notre politique
6trang6re. Les questions qui sont en jeu sont mainte-
nant aussi graves par leurs consequences que cells
qu'il nous a fall r6soudre pendant les annees de
guerre. Le gouvernement am6ricain ne peut vaincre les
dangers actuels qu'A la condition de voir s'6tablir un
accord entire le pouvoir ex6cutif et les dirigeants res-
ponsables des deux parties du Congr6s. II ne pourra sur-
monter ces difficulties tant qu'on n'aura pas 6labor6 ra-
pidement une politique national bipartite conforme-
ment aux plans qui ont W6t dresses antarieurement dans
tous leurs details. ,
(SUMNER WELLES.)

2. New York Herajld Th2bwde (13/6) :
c Les Etats-Unis, en envoyant une note v6hemente
pour protester contre le coup d'Etat communist en
Hongrie et en I'accompagnant Id'une declaration sur la
Bulgarie, ont pour la premiere fois soulev6 la question
6pineuse qui est A 1'origine d'u:n grand combre desi
difficultis inhdrentes A la rkorganisation d'aprhs guerre.
La doctrine Truman, comme on I'appelle, constituait
une proclamation aux terms de laquelle les Etats-Unis
s'engageaient a soutenir Bconomiquement, politique-
ment et moralement les nations menar6es d'infiltration
communist, de bouleversement et de conqulte. La nou-
velle Idemarche des Etats-Unis repr6sente une attaque
directed contre ces procedds mgmes.
La note envoy6e A propos de la Hongrie est une
protestation plus serieuse que les explosions du pre-
sident Truman au course de sa conference de press, et,
si elle a vraiment une signification quelconque, elle
demand encore A rtre appauye par autra chose que de
simple paroles. s




III. PRESS SOVIETIQUE


Revne dre la press sovidtfque &u 13 juin 1947

1. Les travant des comrnNsWl onlsW infesrnationnles
Deux d6p&ches de New-York rdsument bri6vement les tra-
vaux de la Commission pour 1'dnergie atomique et de cell
pour les questions deonomiques .et les questions du travail.
Tous les journaux reprodnisent le discours de M. Gromyko
devant la Commission pour le contrOle de l'nergie atomique,
ainsi qu'une d6pdche Tass, de Corde, exprimant la satisfac-
tion du people cor6en A l'annonce de la reprise des travaux
de la Commission mixte sovidto-amricaine -pour la Corde.







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE 0


2. La lutte pour la ddmocratie
a) La liquidation du fascism :
On relBve sur ce th6me d'amples comptes rcndus du pro-
ces des criminals de guerre japonais, de celui des organisa-
teurs de dep6t d'armes, clandestine .en Finlande et une br&ve
nouvelle de Vienne annongant l'acquittement de Guido
Schmidt.
b) La situation en Hongrie :
Une longue d6peche Tass, de Budapest, rend compete de la
presentation f l'Assembl6e national du programme du gou-
vernement hongrois. Une autre telegramme, de Budapest, re-
produit par tous les quotidiens, resume une information du
correspondent de la Pravda a Paris sur le point de vue d'un
porte-parole frangais sur les dvdnements de Hongrie. Quel-
ques journaux annoncent le prodcs de nouveaux membres
du complot antir6publicain.
c) On relive 6galement dans la press un long tle6gramme
do Rome sur les debate h 1'Assembldc constituante italienne,
ainsi que deux d6p6ches sur la situation en France. Celle-ci
donne le compete rendu de la reunion du bureau politique
du parti communist frangais et la nouvelle de l'acceptation
par le gouvernement des conditions posees par le syndicate
des cheminots.
Plusieurs tdl6grammcs ont trait h la situation en Gr6ce
declarationss de M. Tsaldaris, mission militaire americaine
charge de rdorganiser l'arm6e grecque).
Enfin, un tl6gramme de Sofia announce la d6mission de
vingt-trois deputies de l'oposition en Bulgarie.
d) Commentaircs :
Moskousky Boldhevik public un article sur la situation
en Italie, tandis que Flotte Rouge note << ce qui se passe
en Gr6ce s. Trud parole d'une < nouvelle violation -de l'auto-
nomie de la Republique indondsiehne >, insistant particu-
li6rement sur le role joud par les Etats-Unis dans les der-
niers dvdnements. L'auteur de l'article indique l'arriv6e rd-
cente en Indondsie d'une mission militaire special des
U. S. A. qui a inspect avec soin les forces militaires hollan-
daises. C'est h a1 suite de cc voyage que, selon le journaliste
sovietique, le chef de la mission militaire; le colonel Dick-
son, fit un rapport au gouvernement des Etats-Unis sur les
besoins de I'armde hollandaise. Apres ce rapport, les mi-
lieux influents americains auraient estimjn que 1'armee hol-
landaise est trop peu nombreuse ct, techniquement, trop
faible pour battre les IndonDsiens. Les Amdricains auraient
promise aux Hollandais une aide militaire en armement mo-
derne et en instructeurs pour hater la defaite des forces
armies de la Republique indondsienne,
Dans Komsomolkaja Prauda, an article est consacr6 A la
troisidme session du Comitd ex6cutif de l'Union Interna-
tionale des Etudiants.

3. La politique des Etats-Unis
Quatre brefs t6lgrammes sont a reliever : declarations
de Hartley sur les menaces de gr6ve aux U.S.A. ; announce
de l'acedrd 6ventuel d'un emprunt h la Chine ; p6ndtration
du capital amiricain en Chine, et project d'accord de credits
am iricains h l'Allemagne.
Deux commentaires ont trait L la politique amlricaine :
Dans les Izvestia, un article de Grenvit traite des pro-
bl6mes du Groenland et de l'Island.e. L'auteur 6tudie la
politique des U.S.A. h 1'egard des deux pays danois et fait
part des craintes du people danois de voir le probl&me du
Groenland 8tre resolu de la m&me. maniore que celui de
1'Islande. I1 souligne a ce propos que, bien que I'accord du
mois d'octobre ait assure le retrait thdorique des 6dtache-
ments amrricains, il n'a pas pour autant lib rd la petite
r6publique insulaire de i'emprise 6trangrre sur son territoire.
Plo fe Rouge public une note id'e Belskaja sur ce qu'il
appelle c la politique du dollar i l'action a. L'auteur y etu-
die la pression financidre americaine sur 1'Italie et la Hon-
grie. Selon lui, les dollars am6ricains servent a encourager
les forces rdactionnaires dans ces pays. Le journalist expli-
que le refus americain aprds le coup d'Etat hongrois d'ex6-


cuter les promesses financires faites k la Hongrie par le
d6sir des milieux amdricains de c punir P la jeune demo-
cratic hongroise qui a su assainir son gouvernement en
d6pit des intrigues de la reaction international.

4. Nouwelles diverse
Deux courtesy d6p6ches annoncent des transferts important
de capitaui du Pakistan dans l'Indoustan et la signature
d'acconds dconomiques entire la Pologne et la Suisse.



IV. PRESS POLONAISE


a) LA SITUATION INTIRIEURE EN FRANCE (Zyci'e Wa s-
zawy, inid6pendant, 12/6) :
e La crise politique actuelle en France s'explique par
la tendance de la fraction conservatrice du parti S. F.
I. O. A ne pas vouloir rompre avec le centre et la droite,
ce qui est du gaullisme sans de Gaulle.
La fin de la participation des communists *au gou-
vernement a signifi6 un to'urnant vers la droite qui est
gros -de consequences. Les movements 'de gr6ve sont Ie
r6sultat de l'aggravation de la situation dans le domaine
des prix et, en particulier, de 1'6chec de a I'exprience
Blum >. Et 1'6quilibre n'a pu etre r6tabli par la e pri-
me > de 250 millions de 'dollars, verse sur 1'ordre de
Washington par la Banque Internationale aprbs le repli
comlmuniste.
Le gouvernement francais subit ainsi le contre-coup
de 1'erreur fondamentale commise par les dirigeants de
droite de la S. F. I. O. : < la rupture de l'unit6 'd'action
!des parties ouvriers >.

b) LA POSITION 'DU GOUVERNEMENT ITALIEN (RoVHoitik, sO-
cialiste, 12/6) :

c Dans les semaines qui vont suivre, M. de Gasperi
sera oblige de mener une lutte serr6e pour obtenir un
vote de confiance de l'Assembl6e Nationale. M6me s'il
r6ussit, sa victoire sera tres mince, car la majority sur
laquelle ii s'appuiera ne d6passera pas de plus -de 40
voix cells de ses adversaires et comprendra au sur-
plus des 616ments d'extr6me-droite.
II est difficile de gouverner aujourd'hui l'Italie quand
on a contre soi les forces unies de toute la gauche. Ii
semble que, malgr&b 'appui soutenu des capitaux am&-
ricains, de Gasperi ne se maintiendra pas longtemps
A la t6te d'un gouvernement farouchement combattu non
seulement par les parties de gauche, mais aussi par tun
fraction important de son propre parti. >



V. PRESS BELGE


LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE (La Cite Nouvelle,
14/6, catholique de gauche). :

<< M. Ramadier a gagn6 la parties. Certes, il a fail des
concessions. Mais, sans employer de m6thode de force,
il a renforc6 son autorit6 et celle de son gouvernement..
II n'a plus qu'A aller de l'avant. Ce n'est pas le pays
.qui le retiendra, ni ses repr6sentants qui 'ont, jour
apres jour, durant cette greve, appuy6. II ,a Idit mardi
soir qu'il pr6f6rait 1'6preuve de sagesse a 1'6preuve de
force. Les communists out fait 1'6preuve de force con-
tre lui. II les a vaincus par la sagesse. Mais c'est main-
tenant .que 1'6preuve de sagesse commence. En ce qui






6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS kTRANGERE


concerne la politique de baisse des prix et de blocage
des salaires, 1'6preuve Blum est terminee. C'Btail une
tape uile et necessaire. Une Utape qui fut m6me plus
feconde qu'il ne pouvait ile penser quand il a pris le
ppuvoir.
II faut maintenant parlir pour un .autre bout de che-
min. El personnel ne se plaindra de payer plus cher sa
place de chemin de fer ou le kilowatt si le prix des
pommes de terre, des petits pois et du bifteck baissa
sur le march. Ce 'doit 6tre maintenant la poiltique du.
gouvernement de M. Ramadier. AprBs quoi, il aura vrai-
ment gagn6 la parties. ,
(JEAN DANNENMULLER.!



VI. PRESS SUISSE


a) LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE.

1. Journal ide Genvue (14/6) :
< M. Ramadier a habilemennt manceuvr6 et son mi-
nistlre se trouve pour I'lnstant consolide. Cette conso-
lidation sera-t-elle durable ? C'est une question a la-
quelle il serait bien- hasarde de repondre. Pendant
cette crise, les communists n'ont pas renonc a n muhi-
plier les obstacles sur le chemin de M. Ramadier et, au
moyen .de conmlts sociaux toujours renouvees, its ten-
tent de diviser le pari socialiste. On sest tire d auaire
pour le moment au moyen de compromise. Le grand
problem de I'Etat demeure .toujours pose.
Quant aux questions tinancieres, eiies s'imposent de
plus en plus a attention, en raison des compromise de
fortune trbs on6reux auxquels ii a faihu recourir. Dans
tous les cas, on s'est fortement &carL6 de la politiqua
de stabilisation de M. BRum qui avait suscit6 des espoirs
qui, malheureusement, s'evanouirent. CeLte politique
exigeait 'des conditions d'ordre et de tranquillity qui
ne se sont pas r6alisees ou plus exactement que cer-
tains out vou.u detruire.
II est probable qu'on n'en a pas fini avec les mou-
vements sociaux. DLji, on signal une certain agita-
tion chez les posters. 3
(Du correspondent a Paris ,du Jourwal de Gen~ue.)

2. Neae ZYircia,~ Zeiliung (13/6) :
( II se trouvera peu de Fra'ngais pour critiquer Apre-
anent M. Ramadier qui, au course des dernieres semai-
nes, est devenu une figure incontestablement populaire.
En comparison de M. Bidault qui, se trouvant a la t6te
du gouvernement pendant 1'6te de 1946, recula devant
la premiere grande vague de revendications, on serait
presque tent6 de d6finir le president du Conseil acluel
comme un homme capable d'opposer une resistance des
plus 6nergiques. Mais on sait depuis plusieurs jours
qu'il ne'pouvait computer sur I'appui ind6fectible des
socialists. Dans ces conditions, c'etait pour M. Rama-
dier un advantage d'une valeur 'disculable que d'avoir.
avec lui les deux tiers de I'Assembl6e Nationale.
Le president du Conseil espere peut-6tre qu' la suite
de la greve des cheminots, extr6mement cofteuse pour
le pays, les Franeais se sentiront fadigu6s des groves en
general. Ce sont les semaines A venir qui montreront
si celte lueur d'esperance suffit pour que le gouverne-
mnent retrouve lune slide autorit6. >
(Du correspondent a Paris de la Neue Zfircher Zei-
lung.)


,b) LES REPERCUSSIONS DE LA CRISE HONGROISE.
1. La Tribune ide Geunbe (13/6) :
a Quelles voies restent ouvertes aux puissances anglo-
saxonnes pour faire, sinon prevaloir, du moins valoir
leur point de vue ?
La commission de control alliee A Budapest est im-
puissante. Elle travaille sous la presidence du g6n6ral
Sviridov, et les fails ont prouve que cette pr6sidence
n'est pas une simple formaiit6. Le repr6sentan de Sta-
line est, en fait sinon en droit, uiI veritable proconsul.
L'appel A I'O. N. U. ? La question hongroise est evi-
demment 1'un d~es cas dans lesquels la Charte de San-
Francisco pr6voit 1'intervention du Conseil de s6curite
ou. de l'Assembl6e; son vocation 'devant le tribunal des
nations n'aboutira cependant, selon toute apparence,
qu'i faire constater ce que l'on connait d6ej, a savoir
.qu'il y a des pays qui condamnent la politique mos-
covite et d'autres qui l'absolvent. Mais il est permis de
conserver un leger doute sur la port6e pratique des
votes de Lake-Success.
II reste aux Anglo-Am6ricains la possibility 'd'exer-
cer sur I'U. R. S. S. et sur les pays de 1'Europe orion
tale, une pression Bconomique. Le general Marshall .a
precise que l'Union sovi6tique 6tait comprise dans les
pays auxquels s'applique son plan d'assistance. D'autre
part, le gouvernement britannique a engage avec Mos-
cou des n6gociations qui doivent abou.ir a un pr&t en
mnarchandises et qui indiquent de la part de M. Attlee
le d6sir d'en.tretenir avec la Russie des relations com-
merciales normales. Celle-ci trouve done devant elle des
interlocuteurs tout disposes a l'aider a surmonter la
crise qu'elle traverse depuis la fin de la guerre. Mais son
attitude actueile pourrait bien amener les Anglais et
les AmBricains a modifier leurs intentions et A faire
montre a leur tour, 'dans ce domaine, d'une raideur
plus significative et plus efflcace que toutes les notes
diplomatiques. Ce n'est pas ainsi, 6videmment, que l'on
envisageait au lendemain des hostilit6s la cooperation
international et la reconstruction en commun. Mais la
politique du cavalier seul ne saurait avoir d'autres ef-
fets. >> (JEAN-JACQUES CHOUET.)
2. Journal de Genive (14/6) :
SOn croit que la Grande-Bretagne se joindra aux
Etats-Unis pour porter I'affaire devant les Nations
Unies, de pr6efrence devant l'Assemble, puisqu'au Con-
seil de security les Soviets exerceraient sfrement leur
veto. Elle le fera par conviction que, sans un appel pu-
blic au respect des traits, il ne peut y avoir de re-
construction.
On se demande ce qu'en pareil cas la France ferait.
Elle n'a pas precis6ment lieu de se f6liciter de l'action
de son alli sovi6tique. Alors que la Grande-Brefagne
et les Etats-Unis ont approuv6 l'int6gration .de la Sarre
dans l'economie francaise, 1'U. R. S. S. a Wt la seule
a s'y opposer dans le principle, probablement pour se
reserver la possibility de prendre pied jusque sur les
boards du Rhin. Elle n'a pas de motifs non plus de se
louer de la conduite de ses communists, mais, d'un
autre c6te, e:le semble paralysee par la peur de deplaire
a Moscou et les Anglais ne sont pas encore certain
qu'elle se rangera rsolument du c6t6 des Allies occi-
dentaux, meme pour d6fendre les principles chers aux
dlmocrates et les droits des peuples a disposer d'eux-
memes autrement que come le veulent les Soviets. >
(Du correspondent a Londres du Journal de Ge-
niee.)

S. P. I. Imp.. 27, rue Nicolo, Paris 31.3009
Prix : 6 francs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs