Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00111
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: June 9-10, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00111
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANqAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATJON
ET DR PRESS

Z,4;5 71


BULLETIN


DE


9 et 10 juin 1947.


PRESS


QUOTID



ETRAN


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La situation interieure en France :
1. Sunday Times (8/6).
2. Observer (8/6).
3. Daily Telegraph (9/6).
b) Apris le discours de M. Marshall
1. Dclily Telegraph (9/6).
2. News Chronicle (9/6).
c) L'avenir de 1'Inde (Times, 9/6).
11. PRESS AMERICAINE.
a) La situation inl6ricure en France (New York
Herald Tribune, 8/6, 6d. eur.).
b) Aprbs le discours de M. Marshall (New York
Herald Tribune, 7/6).
III. PRESS SOVIETIQUE.
La politique anglo-amhricaine en Allemagne
(Pravdia 7/6).
IV. PRESS BELGE.
La situation interieure en France (La Lbre
Belgique, 8/6).
V. PRESS SUISSE.
Apres le discours de M. Marshall ,(Gazette de
Lauisa; ne, 8/6).


I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 8 juln 1947
,La victoire d'un cheval franqais dans le Derby et la grBve
des chemins de fer en France se partagent les manchettes
des journaux de ce martin tandis que la press d'opinion
consacre d'importants articles aux dvdnemcnts de Hongrie
et it la politique des Etats-Unis LI 1'dgard de 1'Europe.
1. La grtve des cheimins de fer en France
La grave des chemins de fer retient a Paris. sur la C6te
d'Azur et dans les ports de la Manche de nombreux tourists
britanniques pour lesquels e posent des probl6mes de loge-
ment .et de devisds qui sont exposes avec de grands details
par tous les journaux. On souligne que les moyens de trans-
port de replacement atteignent des prix prohibitifs. Le
Sunday Dispatch indique, par example, qu'il en cofte
60 livres pour 'transporter quatre personnel de Paris A Calais


ct qu'un loueur de voitures demand 100 livres pour aller
de Paris E Bordeaux. Le Sunday Times fait rcssortir que
M1. Ramadier paralt plus dispose la conciliation A l'egard
des cheminots qu'il ne l'avait t6 a. l'gard des travailleurs
du Gaz et de I'Electricite. (Voir cet article plus loin.)
2 La situation international
Le correspondent diplomatique du Sunday Times announce
que le gouvernement amdricain a soumis au gouvernement
britannique un project de note h Moscou' demandant l'insti-
tution d'une Commission mixte anglo-americano-russe des-
tinie a proc6der A une enqu6te sur la situation en Hongrie.
La r6ponse britannique pourrait, croit-on, 8tre communique
a Washington pendant le week-end. Le Sunday Times sou-
ligne que les milieux gouvernementaux de Londres s'inqui6-
tent de la tension americano-russe qui rbgne en Europe
oricniale et que la situation s'est aggravee pendant les der-
nitres semaines au point de faire craindre une crise inter-
nationale. Le mime journal croit savoir e qu'en manitre de
parade, le gouvernement sovietiaue aurait l'intention de
porter devant le Conseil de S6curit6 l'affaire de l'interven-
tion amdricaine en Gr6ce et en Turquie ,. Selon l'Observer,
don't le correspondent Ai Gen6ve a obtena une interview de
M. Nagy, l'ancien president du Conseil hongrois se considd-
rerait toujours comme le chef du gouvernement 16gal &
1'6tranger. Pour le Sunday Times, les a6vnements de Hon-
grie peuvent avoir pour effet d'inciter le gouvernement ame-
ricatn A accilirer et a d6velopper la r6alisation de son pro-
gramme d'assistance a& lEurope occidentale. L'dditorialiste
do grand journal conservateur ecrit qu'A part quelques
rares isolationnistes imp6nitents, tout le monde estime aux
Etats-Unis que l'avenir du monde depend de l'avenir de
I'Europe et qu'il faut d6fendre partout la d6mocratie centre
ie communism. II souligne que les Etats-Uhis disposent de
deux moyens pour exercer leur influence en Europe :
iexemple et le dollar. En ce .qui concern le premier moyen,
tout ce qu'on peut dire, c'est qu'une depression 6conomique
aux Etats-Unis serait pour les communities un don du Ciel.
En ce qui concern le second, M. Marshall a raison de vou-
loir lier l'assistance amdricaine a l'ex6cution d'un large plan
de reconstruction de manidre a ne pas se trouver dans la
ndcessit6 de consentir sans m6thode et au grd des circons.
tances des prets en dollars au fur et A measure que naitraient
des crises particulidres. Mais. selon le Sunday Times. la
politique americAine ne portera ses fruits que dans la me-
sure ofl le gouvernement de Washington comprendrait qu'il
lui faut renoncer an protectionnisme s'il veut vWritablement
que les pays europeens puissent accueeillir les products amd-
ricains car ils sont eux-m&mes dans la necessity d'exporter
A destination des Etats-Unis. L'Observer considbre que lr's
honnes dispositions des Etals-Unis a 1'6gard des dilffrents
pays de 1'Europe dependent de la bonne volonte don't ces
pays feF~nt preuve pour s'unir et pour collaborer a leur
commune reconstruction. C'est un plan Monnet pour IEu-
rope qu'il nous faut. Le correspondent diplomatique du
Sunday Dispatch croit savoir que, pour faire Bchee aux
Etats-Unis et aux puissances occidentales, la Russie envisage


Nouvelle S6rie N 688








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS *TRANGARE


la erdation d'une F6deration balkanique qui grouperait Ies
Etats actuellement pourvus d'un movement nommuniste.
c'est-A-dire la Yougoslavie, la Bulgarie et l'Albanie.

Revue de la press brilannique du 9 juin 1947
La grave des transports en France affectant directment
de noinbreux tourists britanniques qui se trouvent actuel-
lement en France, certain journaux, tels que le Daily Tele-
graph, le Manchester Guardian, le News Chronicle, lui don-
nent la vedette. Ils lui consacrent de longs articles dans
lesquels ils exposent les diffirentes measures prises tant a-
c6td frangais .que. du' ct6 britannique pour en attinuer les
effects.
La chroniquc ext6rieure est dominde par quatre grandes
questions : 10 le probl6me allemand avec les pourparlers
entire les Autorites britanniques et allemandes sur le ravi-
taillement: 20 la Conference des ministres-prisidents a
Munich; 3 I'aide ambricaine i l'Europe et l'attitude du gou-
vernement britanbique; 40 enfin I'dvolution polilique des
pays balkaniques.
1. France
L'enscible de la press comment la grdve des cheminots
en des terms extrmement mesurds, alors que la plupart
des Journaux se limitent h des comptes rendus objectifs de
In situation et n'envisagent celle-ci que sous I'angle materiel,
le coifrespondant du Manchester Guardian Pari chercrfe
A en digager le caract6re politique. Selon lui, la seule chance
de compromise reside dans attitude des syndicats chr6tiens,
encore ne faudrait-il pas placer trop d'cspoir dans leurs
efforts. 11 fait dtat 6galement du diff6rend qui oppose actuel-
lement le parti socialiste i la classes ouvribre. Il pense que
si le gouvernement s'6tait montr6 un peu plus diplomat,
la grive aurait pu, 6tre 6vitie. En. tout cas, en admettant
meme que les autres graves aient 6tI d'inspiration commu-
niste et aient eu pour but de miner 1'autorit6 gouvernemen-
tale, la greve actuelle a des consequences bien trop graves
pour ressortir de la seule tactiique. II est probable, estime-t-il,
que les commu'nistes ne veulent plus partager desormais les
difficulties toujours croissantes du gouvernement.
En revanche, le correspondent du Daily Telegraph h
Paris estime que les communists sont les premiers respon-
sables de cette greve et veulent paralyser l'activile econo-
mique du pays.
William Forrest estime, de son c6td, que le gouvernement
et les grvistes ne peuvent arriver ah ua compromise s'ils
persistent dans leur attitude actuelle.
D'apres Ronald Matthews, les communists auraient quittt
le gouvernement parce qu'ils sentaient qu'ils perdaient de
leur popularity s'ils continuaient ah collaborer avec la poli-
tique Blum. Aussi, pour ne pas se laisser border sur la
gauche, auraient-ils inspire toutes les grv.es.
D'autre part, de nombreux journaux font 6tat des prix
exorbitants demands par certain chauffeurs de taxis pour
conduire les tourists britanniques de la capital aux ports.

2. Allemagne
La question allemande fournit matidre A deux articles
dans le Times, l'un consacr6 aux conversations entire Lord
Pakenham et le ministry du Ravitaillement de la Rhdno-
Westphalie du Nord et I'autre i la Conf6rence de Munich.
Selon le correspondent du Times a Dusseldorf, un certain
optimism se manifesterait dur c6t6 allemand en ce qui con-
cerne ]a situation alimentaire. Cet optimism d'ailleurs
fort nuance en raison de la conscience qu'ont les Allemands
des difficulties actuelles serait largement da i I'influence
et' A la personnalite du ministry britannique.
Celui-ci, en effect, aurait fait comprcndre qu'il ne tenait
pas tons les Allemands responsables des exces du regime
hitl6rien et les Allemands seraient convaincus de sa bonne
volont6e leur regard.
En ce qui concern la Conference de Munich, le corres-
pondant du Times estime que les Allemands ont su profiter
avec o dignity o, de I'occasion qui leur 6tait offerte. II fait
une large part aux declarations du Dr. Ehard empreintes de
confiance en l'avenir de 1'Allemagne et don't diffdrentes men-
tions adoptees par la Conference demandent aux allies la
revision du plan industrial allemand et des facilities pour
les industries et les homes d'affaires, l'octroi de credits
suffisants, .etc...


Norman Clarke, du Newsi Chronicle, done sur l'Allemagne
des nouvelles bien moins optimistes. Selon lui, les syndicats
allemands de la zone anglo-amdricaine auraient recom-
mand6 A leurs adherents de saboter les reparations allies.
11 fait 6tat de chiffres prouvant que cette consigne n'a pas
cess6 d'dtre applique depuis Ic d6but de l'ann6e.
D'autre part, le correspondent special du Manchester
Guardian parle de I'echee de la Confdrence de Munich qui
aurait donn6 une fois de plus l'occasion A la presse sovid-
tique de langue allemande de critiquer la politique anglo-
ambricaine.
3. Sarre
Une court ddepche reproduite par le Daily Mail announce
que les Autoritds frangaises ont proc6dd a des aminagements
de leur frontidre sarroise. Ces amenagements seraient ins-
pirds par des raisons d'ordrc dconomique.

4. Aide amdricaine a l'Europe
Le correspondent du Times a Paris fait 6tat des reactions
am6ricaines devant 1'dvolution politique de 1'Europe orien-
tale. Selon lui, Washington se demanderait s'il ne s'agit pas
actuellement d'un regroupement des pays de 1'Europe orien-
tale dans une sorte de F6d6ration sous contrl6e sovi6tique.
L'on se demanderait dgalement dans quelle measure la France
et l'Italie seraient mnme de resister A: 1'attraction sovid-
tique. L'impression A Washington semble Otre, ecrit ce cor-
respondant, que si l'Europe occidentale ne pent pas par-
venir A un accord politique et iconomique avec les, Etats-
Unis, alors la march vers 1'ouest de l'Union sovidtique
reussira et l'autorit6 de I'ONU ne sera plus qu'un souvenir.
D'autre part, le Times donne comme mise au point le
texte du communique, public hier par le Foreign Office
d'apr6s lequel le gouvernement britannique aurait reservd
lin accueil tres favorable au .discours de AI. Marshall et
entendrait egalement poursuivre les pourparlers economiques
avec la Russie sovi6tiqune.

5. Europe oriental
La press de cc martin donne 6galement une grande impor-
tance A 'l'dvolution politique en Europe orientale.
Ainsi le Manchester Guardian commente-t-il l'envoi d'une
note americaine aux autorites sovidtiques au sujet des 6ve-
nements de Hongrie, la rdponse du gouvernement bulgare A
la demand d'6claircissements sur l'arrestation du chef de
l'opposition bulgare et l'arrestation de six membres impor-
tants du part socialist polonais.
Sur ce dernier sujet, le correspondent du Times ,i Var-
sovie 4crit : < Ces arrestations ont leur importance surtout
si on les envisage, come certain inclinent a le fire, A
la lumi6re des r6cents 6vdnements de Hongrie et de Bul-
garie. ,
D'autre part, le Daily Mail consacre sa manchette anu
Scomplot project par les communrstes tch6ques et dirig6
contre les dSmocrates de Slovaquie >.
Enfin, le Daily Telegraph public un long article sur la
Roumanie dans lequel il fait 6tat de l'emprise communist
sur l'6conomie du pays.

6. Inde
Le Times et le Manchester Guardian annoncent qu'une
detente sensible s'est manifest6e dans tou'te 'Inde.
Quelques lignes sur 1'Inde frangaise dans le Times font
etat des declarations de M. Baron, d'apres lesquelles 1'Inde
frangaise pourra d6cider librement si clle doit rester au
sein de 1'Union frangaise ou se joindre i la nouvelle Fedd-
ration indienne

a) LA SITUATION INTIRIEURE EN FRANCE.

1. Sunday Tinmes (8;/6, conservateur) :

( Si l'on devait satisfaire la masse des revendications
ouvrieres, le budget de M. Schuman serait complite-
ment ruin6, le credit de 1'Etat serait d6truit, et il fau-
drait proc6der a une nouvelle devaluation du franc. II
y a I un danger bien evident pour le regime r6publi-
cain, danger sur lequel non seulement le Pr6sident du
Conseil, mais aussi le Pr6sident de ia R6publique out






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS *TRANG*RE 3


attire attention publique et cell des dirigeants des
parties. Le faith qu'un communist come M. Duclos ait
6t6 appel hier a :s'entretenir avec, le President est
consid6r6 comme parliculiercment significatif.
On dispute de facon interminable au sujet. de 1'atti-
tude des communists. Leurs porte-parole ne cessent de
r6p6ter qu'il faut que les ministres communisles retour-
nent au gouvernement. Leur presence au gouvernement
eontribuerait peut-6tre momenta.n6ment A calmer la va-
gue de graves, mais on ne volt pas d'espoir qu'ils puis-
sent jamais accepter les conditions *de solidarity minis-
t6rielle et de loyault qu'exige M. Ramadier. >
(FRANK MAC DERMOT.)

2. Olbseruver 1(8/6, conservateur) :

c La faiblesse du gouvernement francais en face des
graves et de la hausse des plix donnera plus de force sa
l'attaque du g6n6ral de Gaulle contre la nouvelle consti-
tution du pays. En se s6parant des ministres commu-
nistes, quand ils continuaient A contrecarrer sa poli-
tique, M. Ramadier a montr6 comment devait s'exercer
l'autorit6 d'un president du Conseil; mais tant qu'il
n'aura pas le pouvoir de menacer le Parlement de dis-
solution, son autorit6 restera pr6caire. Une clause
extraordinaire dans la Constitution permet au Pr6si-
dent du Conseil d'imposer une dissolution, mais seule-
ment lorsque le Parlement a si6g6 pendant dix-huit
mois et subi deux crises ministlrielles. Ce n'est pas suf-
fisant pour tenir un assemble franchise en 6chec. Il
faut choisir entire l'octroi au president du Conseil d'un
pouvoir de dissolution sans limited, tel que celui qui
appartient au Premier Ministre britannique, on bicn il
faut que le Pr6sident soit 6lu sur une base populaire et
dispose de pouvoirs ex6cutifs ind6pendants de l'Assem-
blee, comme en AmEriquc. La tradition franchise semble
porter vers la premiere solution; mais si aucune des
deux n'est adoptee, la France pourrait bieh glisser vers
le communism, ou tomber sous la domination person-
nelle (ui general de Gaulle. s

3. Daily TIeleMraph (9/6, conservateur) :

< Toute 1'6conomie franchise .(dans laquelle 1'indus-
trie touristique renaissante ne joue encore qu'un r6le"
bien modeste, va se trouver affected si les chemins de
fer restent longtemps paralysis. Cc fut le mauvais Btat
des communications qui ralentit la reprise industrielle
en France dans les mois qui suivirent la liberation. La
premise en 6tat du r6seau ferroviaire nationalist fut
considbrbe comime une tAche prioritaire et rbalis6e
dans d'excellentes conditions.
La grive des chemins de fer, don't les consequences
sont si grandes, est un coup sbrieux portly A M. Rama-
dier qui s'efforce de resister A une nouvelle hausse des
salaires et des pri;. ,

b) ApnRS LE DISCOURSE DE M. MARSHALL (Datly Telegrah,
9/6, conservateur).
< Le discours de M. Marshall devrait faire disparal-
tre toute id6e d'un movement polilique contre la Rus-
sie; cette nation, comme toutes les autres est invitee A
participer a l'61aboration d'un programme auquel
I'Am6rique puisse donner son appui. Rien ne serait
mieux accueilli qu'une association de toutes les nations
europ6ennes, en vue d'6tablir une economic continen-
tale qui les tirerait routes pareillement de leur marasme
industrial aetuel. M. Marshall a montr6 la voie, suivre
mais ii a laiss6 aux homimes d'Etat europbens le soin de
trouver le moyen d'utiliser l'aide offerte,


L'unite 'conomique de 1'Europe peut I8re rbalisbe
plus facilement que toute forme d'union politique. Le
plan, s'il est adopt, pent offrir A l'Ambrique un moyen
d'6chapper a la crise industrielle qui menace d'6clater
et confirmer son h6g6monie dans le imonde. Consid6r6
sous l'angle ambricain ou sous l'angle europ6en, le dis-
cours de M. Marshall exprime a la fois les vues d'un
homme d'Etat g6enreux et d'un bconomiste pratique. It
donne le moyen d'bviter de graves calamites ; et si les
nations refusent de l'utiliser, ce sera A leurs risques et
perils. >

2. News Chronicle 1(9/6, liberal) :

< L'enthousiasme soulev6 par 1'appel de M. Marshall A
1'Europe a fail prononcer quelques paroles r6serv6es
dans les milieux bien informs ambricains. Nous fe-
rions bien d'en tenir compile.
Qu'a dit exactement M. Marshall ? Voici en faith l'es-
sentiel de son discours : < Si vous, Europbens, 6tes ca-
pables de coop6rer et de dresser la listed de vos besoins
communs, si vous pouvez nous donner la preuve que
vous abordez ensemble vos difficulties 6conomiques,
alors vous aurez de boness chances d'obtcnir notre
aide. Mais si vous ne tentez pas d'aplanir les diver-
gences qui vous s6parent, ni de commencer le travail
de reconstruction en *coop6rant, alors vos chances de
recevoir noire aide sont bien faibles. a
'I serait tout a fail insens6 de voir plus que cela dans
les paroles du secr6taire d'Etat. M. Marshall connait son
pays mieux que nous ct s'est content de nous dire ce
que nous avions de mieux A faire si nous d6sirions
recevoir une aide de la part des Etats-Unis. Aprbs tout,
les Ambricains sont essentiellement un people pratique.
Ils ne d6sirent nullement depenser leur argent s'ils ne
savent d'abord qu'il sera utile. >

c) L'AVENIR DE L'INDE (Tines, 9/6).

< Le vice-roi avcc une 6nergie et une perspicacit6
caract6ristiques tire advantage de l'accueil g6nbralement
favorable qui a 6te r6serv6 au nouveau plan. II a com-
mence a examiner avec les sept chefs indiens qui sont
maintenant devenus ses adjoints, un document relatif
aux aspects administratifs du partage ct a obtenu leur
assentiment au sujet de la creation d'un *comit6 d'ex-
perts auquel ils pourront d616guer leur autoritb pour
examiner certain problbmes particuliers, entire autres
ceux de la defense national, des relations avec 1'6tran-
ger et des communications.
L'avis general 6tant que la separation des deux prin-
cipales communaut6s est inevitable, les diff6rents chefs
indiens ont pu discuter calmement, et amicalement
mbme, des questions controversies, ct on a pu enregis-
trer un relachement notable de la tension entire les
communaut6s dans ]'ensemble du pays. M. Gandhi, .en
d6pit de sa ferme conviction sur les avantages que pre-
sente l'unit6 de 1'Inde, exerce sa grande influence pour
appuyer le plan.
Tandis que les grandes lignes de l'Inde future com-
mencent a se d6gager avec une clarte qui aurait semblI
inconceivable il y a seulement une semaine, le sort de
la vaste region occupee par les Etats indiens et qui
represented les 7/16e du pays est toujours indbcis.
Le vice-roi :a bien precise que les divers Etats par-
ticuliers ne doivent pas s'attendre a recevoir le statut
de Dominion, et bien qu'une telle reserve n'ait pas en-
core, 6t faite 4 l'6gard de groups puissants, il est tout
a fait souhaitable qu'ils s'associent Bgalement A l'un ou
a l'autre des deux entit6s politiques de l'Inde Britan-
nique. a







4 -' D BULLETIN QUOTIDIAN DE PRESS ATRANGARE


II. PRESSE AMERICAINE


Revue de la presse amdricaine du 8 juin 1947
1. Politique etrangere
L'arrestation de M. Petkov, chef de l'opposition hulgare,
les declarations du chef commuiiste Rakosi tournant en
ridicule la politique americaine, la nouvelle de la mort
de :M. Kovacs dans une prison sovietique, announce par une
d6peche Ins de Vienne, et le vent de terreur qui, selon les
correspondents americains, soufflerait sur tous les Balkans,
ne sont pas des informations de nature i calmer les inquid-
fudes de la press americaine. Elle est porf6e i croire que
1'U.R.S.S. veut s'assurer la domination de ses voisins avant
,de retire ses troupes des pays satellites de 1'Axe. Les me-
thodes qu'elle emploie pour y parvenir soulovent l'indigna-
tion des redacteurs politiques et de certain editorialists.
Le Philadelphia Inquirer va jusqu'h dire que la saisie du
pouvoir par la Russie sovietique en Hongrie place le monde
en face d'une situation politique plus grave que. toutes
cells qui ont existed depuis qu'Hitler jeta. has le masque
pour se lancer finalement dans une aggression total.
Les critiques de la politique etrang6re americaine, apr&s
etre venues de personnalites conservatrices comnme Anne
McCormick et Lippmann, sont, aujourd'hui, exprimees par
le journalist liberal Grafton qui s'en prend ai la fan-
fare a qui, dit-il, a entour6 la doctrine du President Tru-
man et a cette doctrine meme. Selon lui. cette doctrine a
trace i travers l'Europe les lines interdisant aux Russes
d'influencer la Gr6ce et la Turquie et les a rejetees derriere
le fameux rideau de fer. II constate qn'ils se tiennent en
dech de ce rideau lorsqu'ils interviennent en Hongrie.
Le New York Herald Tribune estime, lul aussi, qu'il est
temps de definir une politique americaine plus ponderee,
du genre de celle esquissde par le general Marshall. c'est-h-
dire une politique de cooperation avec les nations d'Europe.
Pour d'autres raisons, le Philadelphia Inquirer preconise
egalement ce rapprochement avee le vieux continent. 11
pense, en effet, que les U.S.A. ont grand besoin de ne pas
s'isoler en face du danger que present pour eux l'expansion
communists et qu'ils doivent rechercher la collaboration
sincere du reste du monde. L'AmBrique, dit-il. ne dolt pas
apparaltre isolee sous 1'aspect d du garden hai d'une mai-
son europeenne des pauvres ,, ni sous celui d'un adver-
saire solitaire de i'agression politique et des intrigues des
Soviets. -
Le Washington Post consacre un long editorial i appuyer
l'idde du plan 6conomique europeen propose par ]e general
Marshall. II fait appel h M. Monnet pour mener hbien Ia
preparation d'un tel plan, disant, notamment, que Paris est
Ia capital principal en ce qui concern ce plan. La France,
ecritil, a montr6 du moins sur le paper, son aptitude i
coimprendre -e project comme 1'Amerique i'envisage, c'est-h-
dire la n6cessite de s'attaquer au redressement economique
avec des projects clefs. On en a la preuve dans le plan
Monnet qui a et6 inspire par le general de Gaulle et acceptE
par le gouvernement Blum au debut de cette annee. L'edito-
rialiste remarque ensulte, qu'aucun Frangais n'inspire plus
de respect que M. Monnet en Grande-Bretagne, et se olemande
si, avec I'encouragement que vient maintenant de lii mani-
fester le general Marshall, M. Mlonnet ne pourra pas elargir
son plan. II estime que les britanniques n'ont, malheureu-
sement pas procedd avee la meme vigueur ni avee la meme
mdthodp au relevement de l'Angleterre, et en conclut que
celle-ci devrait se mettre d'accord avec la France pour char-
ger M. Monnef .de mettre an point la cooperation europeenne.
Une depeche de Washington an New York Times indique
que le Ddpartement d'Etat reconnattra certainement le nou-
veau Gouvernement hongrois et, qu'en consequence, le mi-
nistre de Hongrie a Washington a quitter sa legation.
Un article du Christian Science Monitor et un editorial
de ]'Evening Star soulignent que c< aggressionn politique indi-
recte 3 des Soviets en Europe s'etend. Selon le premier,
on s'attend., ans les prochains mois, a ce que les commu-
nistes fassent les plus grands efforts pour arrive par des
moyens directs ou indirects & occuper le pouvoir en Ita-
lie et en France.


Los tires de nombreux journaux soulignent en premiere
page que I'epuration politique a commence dans les Bal-
kans et certain mettent en valeur que les Soviets envisagent
la formation d'une Federation balkanique.
Des articles dates de Moscou reproduisent un article -de la
Pravda d6nongant les activities des 61ements de droite des
parties socialists en Europe. Enfin, des articles de Munich
rapportent que des delegu6s allemands de la zone sovid-
tique d'occupation, n'ayant pas obtenu de participer.h la
discussion des questions politiques h la Conference de Mu-
nich, se sont retires de cette reunion don't le but devait etre
purement economique.
2. Loi ouvriere
Le Senat a voted par 54 voix contre 17 la loi ouvriere qui
avait ct6 adopted avant-hier par la Chambre.

3. Contraverses Truman-Taft
La press reprend les declarations de M. Taft en reponse a
cellss de M. Truman dans lesquelles le President critiquait
]a politique des prix adopt6e par le s6nateur. Les commen-
taires des 6ditoriaux soulignent que ces changes de vues,
qui paraissent surtout inspires par des raisons de politique
interieure, marquent dejh l'ouverture de la champagne Blec-
torale de 194t8
4. Manifestation de Kansas-City
Les fetes organisdes par la 35e division americaine, qui
lihbra Saint-Lo, regoivent une large publicity dans la press
en raison de la participation du President ainsi que de celle
de hautes personnalit6s militaires americaines. Un grand
nombre de journaux publient des photographies radio.te16-
graphiCes representant M. Bonnet serrant la main de M. Tru
man a son arrive Kansas-City. La presence du maire de
Saint-LO est egalement signalee dans tous les articles
5. Nouvelles de France
Tons les articles venant de Paris signalent que les che-
minots sont en grBve malgr6 les appeals de derniere here
lances par M. Ramadier. Ils soulignent tous les difficulties
que cet arret des chemins de fer vient ajouter au ravitaille-
ment de la capital.
Ghali, le correspondent du Chicago Daily News, crit que
malgre la proclamation officielle do part communist indi.
quant qu'il appuie M. Ramadier, personnel ne doute que ce
part n'incite, dans la coulisse, les travailleurs t se mettre
en grbve. Ce jeu cst rendu facile, ecrit le journalist, par
la montee du cofit de la vie et par le blocage des salaires.
Callender ecrit de m&me dans le New-York Times que
l'on croit g6neralement que les communists encouragent les
graves pour renverser le gouvernement don't ils ont ete
41imin6s.
Des depeches d'agcnces annoncent que 1'Assembl6e natio-
nale a lev6 l'immunit6 parlementaire de M. Raseta, deputy
malgache.

a) LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE (New York He-
rald Tribune, 8/6, edition europbenne) :

c M. Paul Ramadier se trouve devant 1'6preuve la
plus decisive de sa carribre en tant que premier Pr6si-
dent du Conseil de la IVe Rppublique. La gr6ve des
chemins de fer, qui a paralyse la nation tier martin,
constitute le paroxysme d'une s4rie de crises successi-
ves qui I'ont assailli, ainsi que son gouvernement, de-
puis qu'il a pris le pouvoir. Le fait qu'il ait reussi a re-
soudre toutes les crises precedentes, et qu'il en soit
sorti victorieusement et en augmentant son prestige, ne
garantit pas qu'il r6ussira encore cette fois-ci, mais on
peut dire tout au moins que le gouvernement frangais,
pour la premiere fois depuis la Liberation, est entire
les mains d'un homme qui est assez tenace, habile et
honnete pour avoir une chance de success sup6rieure
a la moyenne.
Au course de cinq mois d'une vie flvreuse, M. Ra-
madier a &tonn6 le people francais A peu pres comme
Franklin D. Roosevelt avait surprise ]es Etats-Unis au








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE 5


printemps de 1933. Toujours effac6 et presque inconnu
de ses compatriotes, cet homme aux manidres douces
mais A la tete solide, s'est acquis la reputation d'un
homme d'action. II s'est attire 6galement la haine im-
placable du part communist francais. I1 est arrive
cela simplement en parlant franchement, en agissant
avec audace et en d6nonaant le bluff des communists
chaque fois qu'ils ont essay de l'ecarter du podvoir.
Peu de chefs de gouvernement ont jamais eu A faire
face A des problems politiques et 6conomiques aussi
complexes que ceux qui ont assailli M. Ramadier de-
puis que le Pr6sident Vincent Auriol l'a appel6 A la
prsidence du Conseil, en janvier. Les dangers de l'in-
flation, le malaise colonial et la lutte ouvribre l'ont tenu
constamment en haleine. Mais la hardiesse avec laquelle
il a trait ces problemes a fait grande impression sur
les millions de Francais qui n'6taient plus accoutumes
A une telle audace de la part de leurs dirigeants poli-
tiques d'aprbs-guerre. I1 a confondu les communists
francais, qui espdraient que ce petit avocat serait un
jouet entire leurs mains. Et cette facon d'agir a rendu
une nouvelle vie au propre parti an6mique de M. Ra-
madier.
Stir de pouvoir computer sur l'appui de la majority
de son propre parti et de la plupart des groups anti-
communistes, M. Ramadier ne changera pas de con-
duite et ne modifiera pas la politique fondameniale d6-
finie par M. Blum, A moins de sentir qu'il a perdu l'ap-
pui de la majority du people francais. A l'heure
actuelle, M. Ramadier sent que le people francais est
avec lui, et il agit en consequence.
M. Paul Ramadier est d'une forte constitution phy-
sique et il n'a jamais eu peur de la lutte. De meme que
Jean Jaures, le fondateur du parti socialist francais,
c'est un id6aliste qui n'a jamais h6sit6 a entrer en lutte
avec quiconque lui barrait le passage. M&me aujour-
d'hui, M. Ramadier aime A citer ce principle directeur
de Jaurbs : Ne perdez jamais de vue votre ideal, mais
les ra'lit6s non plus.
M. Ramadier est toujours rest r6aliste et, s'il peut
faire .ce qu'il veut, il restera en place. En examinant
ce qu'il a faith jusqu'ici, on constate que ses chances
sont assez bonnes, mais s'il tombe, on peut pr6voir A
coup stir qu'il tombera en luttant. a
(WILLIAM ATTWOOD.)

b) APRaS LE DISCOURSE DE M. MARSHALL (New York He-
rand Tribune, 7/6) :
c Le discours de M. Marshall s'adressait A une Eu-
rope divis6e et aux Etats-Unis inquiets. L'Europe doit
6tablir un plan g6n6ral, qui reconnaltra que les res-
sources am6ricaines ne sont pas inepuisables et que les
remedes"politiques n'aideront pas A son redressement.
Les Etats-Unis doivent Atre pr&ts A assumer des char-
ges plus lourdes, pendant une p6riode plus longue qu'ils
ne 1'esp6raient ou qu'ils ne s'y attendaient, pour res-
taurer 1'6quilibre mondial et une Aconomie prospere.
Cette operation complex, pour Atre men6e A bien, r6-
clamera le concours le plus entier des esprits les plus
comp6tents, aux Etats-Unis et A 1'6tranger ; elle r6cla-
mera aussi une reconnaissance par le people am6ricain
de la n6dessit6 d'appliquer un tel programme: et enfin,
une certain confiance dans I'efficacit6 avec laquelle ce
programme sera applique. M. Marshall s'est manifeste-
ment lanc6 dans 1'l6aboration d'un tel programme qui
satisfera a ces besoins, et il a d6but6 de faqon tout A
fait encourageante. Mais il lui est n6cessaire et ii m6-
rite de trouver un appui plus important aupres de la
Maison Blanche.


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de Ia pressed sovidlique du 7 jurn 1947
1. La late pour la ddmocratie dains le monde
Les nouvelles se rapportant A ce theme sont dominoes par
un ensemble de t6l6grammes concernant la France et la
Hongrie. Les tIdlgrammes concernant la France sont publi6s
en vedette et sont consacris aux movements de graves et
A la dissolution du Comit6 directeur des Jeunesses Socia-
listes. Ceux se rapportant a la Hongrie reproduisent le dis-
cours de M. Ratovsky, l'allocution de M. Dobichtvan et le
compte-rendu des dernirres decisions du Bureau politique
du parti des petits propridtaires.
On reldve, en outre, des d&pchles sur les sujets suivants:
M6contentement aux Indes centre le plan anglais ; dEchal-
nement de la reaction en Chine ; nouvelles measures du Gou-
vernement grec centre les partisans ; compte-rendu de la
derniore stance du Comit6 de la F.S.M. a Prague; decision
de 1'Assemblie Nationale bulgare l'6garcd de Nikolas Pet-
kov ; jugement d'une organisation terrorist A Cluj.
2. La politique de l'Amerique
Trois d.6p&ches de l'agence Tass concernent ]a politique
int6rieure des U.S.A. et traitent des sujets suivants : cam-
pagne centre la legislation ouvrir re; approbation par la
Chambre des Repr6sentants d'un nouveau project de loi anti-
ouvrier ; brutalitls A l'dgard des ndgres dans la Marine mar-
chande amdricaine, d'apres un incident recent qui s'est pro-
duit A Malmoe.
Les nouvelles concernant la politique extdricure sont plus
braves, mais plus nombreuscs. On relive : approbation par
le S6nat de la ratification des traits de paix avec 1'Italie,
la Hongrie, ia Roumanie et a Bulgarie ; r6le de la mis-
sion am6ricaine en Turquie et ricentes decisions de l'As-
sembl6e turque A la suite de l'accord des credits amdri-
cains ; opinion tiu journal canadien Star suir Te voyage de
11. Trunffiia au Canada ; le voyage de M. Peterson en Alle-
magne et la i disparition : de 250.000 tonnes de bl6 en
zone americaine.
3. Nouvelles diluerses
On relive deux teldgrammes sur la politique de 1'Angle.
terre' luno sur P'aggravation de la situation alimentaire
fans la zone d'occupation angTaise en Allemagne ; l'autre,
sur les conversations pour la construction de navires de
guerre A destination de 1'Argentine. De Bucarest, on announce
l'ouvertuie dans cette ville d'un Institut sovi6to-roumain.
Georges Joukov public dans la Prauda un article intitul6 :
< Encore un pas pour s'dcartel de Potsdam comment les
autoritds anglo-amdricaines d'occupation iralisent en pra-
tique le d6membrement de 1'Allcmagffe >> (voir 1'article plus
loin).
LA POLITIQUE ANGLO-AMERICAINE EN ALLEMAGNE (Pravda,
7/6) :
< Les accords conclus entire les autorit6s militaires
britanniques et amdricaines sur la formation d'orga-
nismes 6conomiques et 16gislatifs bizonaux, constituent
un nouveau pas vers le d6membrement de l'Allemagne,
qui a commence en deccmbre, et ]a transformation de
la zone occidentale de l'Allemagne en une sorte d'Etat
particulier qui pourrait devenir la base du fameux bloc
-occidental, grace A l'arscnal induslriel de la Ruhr.
Le texte de l'accord lui-meme confirmed qe u la d6no-
mination < Conseil Economique > n'a t6d donn6e A la
nouvelle organisation que pour camoufler des buts po-
litiques bien ddtermin6s. Il s'agit, au fond, de la cr6a-
tion de tout un systime d'organismes poliliques don't
l'ensemble forme une administration 6tatique de l'Alle-
magne occidenlale << ind6pendante >. Ainsi, c'est un
system particulier d'adii.nistration qui est en course de
constitution en Allemagne occidenlale, ce qui l'isole
artificiellement du reste du pays. Tout le plan de trans-
formation de l'Allemagne occidentale en un < Etat in-







0 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ATRANGEBE


dependant > est fond6 sur le d6sir de soustraire le r6-
gime nouvellement form A l'influence 'des forces d6-
mocratiques. La structure de la nouvelle administration
de l'Allemagne occidentale resemble A s'y m6prendre
au project administration de toute l'Allemagne, que les
Britanniques et les Am6ricains ont pr6sent6 A la Con-
f6rence des Ministres des Affaires 6tranngdres A Moscou.
Ses auteurs semblent souligner leur intention de r6ali-
ser sur une Achelle r6duite le plan'qu'ils n'ont pas
r6ussi A imposer pour 1'ensemble de 1'Allemagne.
I1 est Avident que le nouvel accord anglo-am6ricain
a une importance non sculement 6conomique, mais
aussi politique. Le but de cct accord est on ne peut
plus Avident. I1 esl clair qu'il ne s'agit gubre de me-
sures techniques destinies A r6soudre la crise du ravi-
taillement des zones britannique et am6ricaine, comme
certain journaux brilanniques et am6ricains le pre-
tendent. II s'agit d'une volont6 d6lib6rbee d d6membrer
1'Allemagne et de former un gouvernement de zones
artificiellement d6tachees de l'Allemagne. II est clair
que les auteurs de l'accord meconnaissent et violent
avec d6sinvolture les decisions relatives au m6canisme
de control alli6 en Allemagne, en vertu desquelles tou-
tes les questions ayant trait A l'ensemble de l'Allemagne
doivent 6tre r6solues a la Commission de contr5le et
non par des accords entire les hauts commandments
des zones. Ii est Avident que les auteurs de l'accord
competent exercer, par leurs actes unilat6raux, une cer-
taine pression sur le Conseil des Ministres des Affaires
etrangrcos et placer les ministres devant le fait accom-
pli du d6membrement de l'Allemagne, lors de la pro-
chaine session qui dolt avoir lieu en novembre. Tel est
le veritable sens du novel accord anglo-am6ricain. >
(JOUKov.)


IV. PRESS BELGE


LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE (La Libre Belgi-
que, 8/6, catholique) :
< C'est la faiblesse congenitale du parti socialist,
n6e de ses tiraillements internes, plus encore que la
subtilitd et la tactique de ses adversaires communists,
qui met presentement en danger, avec le government
A direction socialist, la structure mnme de la IV* RApu-
blique. Nous I'avons soulign6 A maintes reprises, et les
6v6nements de ces dernieres vingl-quatre heures ne
font que confirmer notre opinion.
11 ne faut toutefois pas perdre de vue que c'est bien
la pression communiste qui s'exerce A plein, pour le
moment, sur le gouvernement Ramadier.
Sur le plan Aconomique, les tiraillements internes de
la S.F.I.O. sont graves. C'est ainsi, qu'alors que le Prd-
sident du Conseil avail fermement promise, pour Aviter
la gr6ve des commercants du 4 juin, un assou>lisse-
ment du dirigisme et des measures de contrainte econo-
mique, le secr6taire gAndral, M. Beylot, successeur de
M. Rastel, a dejA fait des declarations publiques annon-
cant sans phrases une accentuation des rigueurs du
contrble Aconomique.
Le gouvernement Ramadier est a un tournant d6cisif
et cela surtout parce que le parti socialist n'a pas
reussi a s'assimiler les nEcessit6s qui s'imposent a un
parli de gouvernement. Et d6ej, l'on parole, dans les
milieux parlementaires, d'une experience possible d'un
ministrre homogine M.R.P., pr6sid6 par M. Teitgen. >

(Du correspondent A Paris de La Libre
Belgique.)


V. PRESS SUISSE


APRtS LE DISCOURS DE M. MARSHALL (Gazette de Lau-
sanne, 8/6) :
L'Angleterre a reserve un accueil rien moins qu'en-
thousiaste au discours par lequel le Secr6taire d'Etat
americain Marshall vient d'inviter les pays europ6ens
A etablir un plan de salut 6conomique, come condi-
tion prealable A l'application d'un vasle programme
ult6rieur d'aide am6ricaine.
Depuis quelque temps, les demands de credits suc-
cessives que le Congres americain 6tait invite a voter
pour assistance politique ou 6conomique A certain
Etats europ6ens, se heurtent A une reticence sans cesse
croissante. Il est clair que des demands aussi nom-
breuses menagaient de paralyser peu A peu toute la
politique 6trangere am6ricaine. Et, en outre, le spectre
d'une d6ficience mondiale de devises ambricaines de-
venait de plus en plus menacant.
Cette absence mondiale de dollars est 6videmment
l'indice d'un danger de crise 6conomique aux Etats-
Unis, crise que les Am6ricains d6signent aujourd'hui
par I'appellation de < retraite > plut6t que par le vieux
terme de < depression >. Devant cette situation,
M. Marshall s'efforce de trouver, pour ramener des dol-
lars dans l'6conomie mondiale, un moyen qui puisse
renconirer l'approbation des reprdsentants de la nation.
Ce sont ces preoccupations qui sont A I'origine du pro-
gramme de < victoire pour la paix > (Victory Program
for Peace), r6cemment Blabor& par le soin d.u < Politic
Planning Committee > du D6partement d'Etat.
Le Secr6taire d'Etat am6ricain vient maifitenant d'en
recommander l'adopiion, mais les origins de ce pro-
gramme ne sont pas de nature A le recommander aux
Anglais. Nous avons appris au recent CongrBs de mardi,
de la bouche meme de M. Dalton, ministry des Finan-
ces, que l'Angleterre n'a pas l'intention de solliciter un
nouveau credit am6ricain. Il se pent d'ailleurs fort bien
que cette declaration n'ait eu comme dessein que de
career une atmosphere qui permetirait d'obtenir even-
tuellement, plus tard, des dollars A des conditions 6co-
nomiques particulierement favorables et sans clause
politique.
D'autre part, ne perdons pas de vue que la politique
eirangrre travailliste rejette la doctrine Truman qui,
estime-t-on, empeche l'aml6ioration des relations avec
les Soviets. Le faith que le plan am6ricain se calque
par trop sur les projects de M. Churchill, en a certaine-
inent accru l'impopularit6.
Alors que tous les Anglais soont partisans d'une col-
laboration 6troite entire les divers pays d'Europe, et
mnime du monde entier, et que tous ont besoin de dol-
lars, le signed du dollar p6se par trop sur le plan
Marshall pour ne pas susciter une m6fiance extreme
chez tous ceux qui redoutent la d6pendance vis-A-vis
des Eta:s-Unis et l'hostilit6 vis--vJis de la Russie qu'elle
doit inevilablement entrainer.
Le hasard a voulu qu'au moment mime of M. Mar-
shall prononcait son discours, M. Bevin parlait aux re-
pr6sentants des dockers et leur d6clarait que la volont6
d'ind6pendance de l'Angleterre 6tait in6branlable et
que le pays parviendrait A remonter le courant par ses
propres efforts. >
(Du correspondent A Londres de la Gazetle
de Lausanne.)

Prix : 6 fr.
b. F. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs