Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00110
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: June 7, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00110
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANVCAJA
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


LA DOCUMENTATION FRANCAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


BULLETIN



DE PRESS


7 juin J947.


QUOTI IN( Z


ETRAN N tR


Nouvelle Serie No 687


SOMMAIRE

1. PRESSE BRITANNIQUE.
ia) Le discours de M. Marshall.
1. Times (7/6).
2. Daily Herald (7/6).
3. Daily Worker 1(7/6).
b) Apres la crise hongroise.
1. Daily Te&egraphh (7/6).
2. News Chronicle (7/6).
II. PRESS AhMRICAINE.
a) Les declarations de MM. Truman et Marshall
(New York Herald Tribune, 6/6).
b) Le plan britannique pour l'Inde (New York He-
rald Tribune, 7/6, edit. europ.).
III. PRESS SOVIdTIQUE.
La politique des socialistes de droite (Pravda, 6/6).
IV. PRESS SUISSE.
a) La situation intdrieure en France i(Gazette de
Law~iunne, 7/6).
b) La Grande-Bretagne et l'Inde '(La Tribune de
Genaue, 6/6).



I. PRESS BRITANNIQUE


Reoue de la -presse britainique du 7 juin 1947
Les deux grades questions qui se partagent aujourd'hui
l'int6rAt de, la press sont :
1) le plan amdricain d'aide i 1'Europe;
2) la situation hongroise avec toutes les repercussions
qu'elle peut avoir sur le plan international.
La France, de son c6td, fait l'objet d'assez nombreux
articles, pour la plupart tres brefs, et consacrds exclusive-
ment A la greve des cheminots.

1. Aide am6iecine a l'Europe
D'aprBs le correspondent du Times, Londres aurait accueilli
favorablement les discours de M. Marshall dans lesquels
celui-ci envisagerait une solution d'ensemble des probl6mes
6conomiques en Europe.


Selon ce correspondent, le goavernement britannique favo-
riserait la convocation d'une conference europeenne, au course
de. laquelle seraient edifies Ils besjlius des diff6rents pays
en 6quipements industrials et agricoles. Jusqu't maintenant,
on ne saurait pas encore exactement quels pays seraient re.
presents A cette conference; ce correspundant croit savoir
qu'elle rdunira des pays d'Europe occidentale, la Pologne
et la Tchdcoslovaquie. Mais, avant de decider quoi que ce
,soit, le Cabinet britannique atteudrait de connaltre les
reactions de l'opinion americaine au discourse de M. Mar-
shall, reactions qui ne manqueront pas d'influencer sur
la decision finale du Congrbs. Seion lui, le ddsir qu'ont les
Etats-Unis d'accorder une aide global A 1'Europe serait dii
en parties A leur crainte qu'une aide a certain pays seule-
ment rested inefflcace, Rtant donn6 76tat actual de 1'economie
europ6enne.
Le correspondent politique du Mancchester Guardian pense
igalement que, le gouvernement britannique attendra, avant
d'agir, de savoir si le discours de M. Marshall temoigne
vraiment d'une nouvelle orientation de la politique des
Etats-Unis A l'dgard de 1'Europe. De son c6td, le corres-
pondant de ce mEme journal a New-York, estime qu'il faut
accueillir cc discours avec prudence, il iaut se rappeler
que toute la politique amdricaine d'aide i 1'Europe depend
en dernier resort du Congres et non de M. Truman et de
M. Marshall.
TDaprBs le correspTondant diplomatique du Daily Telegraph,
les milieux officials britanniques auraient accueilli tres
favorablement le project de M. Marshall, mais ils conserve-
raient l'espoir que les conversations commercials anglo-
sovidtiques porteront aussi leurs fruits. Le correspondent
politique de ce journal croit savoir que M. Marshall envisa-
gerait I'octroi d'un credit A tous les pays d'Europe occi-
dentale don't la gestion serait confide t un organism inter-
national comparable a 1'organisation europdenne, du carbon.
'Robert Waithman du News Chronicle, souligne l'impor-
tance du project Marshall pour tous les pays d'Europe et y
voit l'annonce d'une nouvelle politique. Selon lui, il ne
fait pas de doute que ce sont la Grande-Bretagne et la
France, dans 1'esprit de M. Marshall, qui doivent prendre
la tate du redressement economique de rEurope.
Selon James Brough, du Daily Mail, le gouvernement bri-
tannique ne serait pas d'accord avec celui des Etats-Unis
au sujet des pays qui doivent b6ndficier de l'aide amdri-
caine. Londres penserait que les Russes et les pays qui se
trouvent dans son orbite doivent 6galement etre secourus,
alors quo Washington s'y opposerait.
D'aprBs le correspondent politique du Daily Herald, les
milieux responsablles americains d6sireraient surtout favo-
riser le commerce exterieur ambricain qui, en raison ide
1'dtat actuel de 1'Europe, commencerait ddjh A decliner. II
ne cache pas que ce plan est extrmmement important pour la
Grande-Bretagne et qu'il modifierait notamment tout le pro-
gramme d'importation de ce pays.
La Grande.Brotag e serait a msnme, si ce plan se reali-







2 BULLETIN QUO ISIEN DE PRESSE ATRANG*RE


sait, d'utiliser son emprunt d'une maniere beaucoup plus
6conomique et pour une p6riode beaucoup plus longue.
Le Daily Mirror se montre bien moins favorable et beau-
coup plus mdfiant ha l'gard du project am&icain. La Grande-
Bretagne, ecri'-il, attendra d'abord de connaitre Tes condi-
tions de oette aide avant d'agir, et il n'a pas I'intention
de convoquer d'ores et deja une conference de men-
diants 2.
Quant au Daily Wofker, il voit dans le plan Marshall un
moyen d'intervenir directement dans les affaires europdennes
et de fail'e de 1'Europe occidentale un fief politique et cco-
nomique des Etats-Unis.

2. Hongrie
Le Daily Telegraph et le Daily Mail ,donnent la vedette
a la note de protestation que le gouvernement amdricain
va envoyer I Moscou au general Sviridov, president de la
commission de control alliee A Budapest. Tous les journaux
remarquent que la note est congue en teirmes extrmmement
vigoureux et qu'elle accuse le gouvernement sovidtique d'in-
tervenir dircclemcnt dans les affairs hougroises. La press
signal egalement que si le Ddpartemcnt d'Etat ne rccoit
pas une rdponse satisfaisante du gouvernement sovidtique,
il soumettra raffaire a l'O.N.U., sans preciser si cc sera
l'Assemblde on le Conseil de SUcurid'qui ca sera saisi. Pour
le Daily Mail, les Russes no seraient pas .ddsireux de voir
cctte affaire soumise a IO.N.U. car leur prestige en Europe
en serait gravement atteint. Les Russes joueraient gros ct
risqueraient de pdrdre le contr6le des Balkans et peut-&tre
de toute l'Europe oriental.

3. Butgarfe
De nombreux journaux don't ie Times annonceni l'arres-
tation du chef de l'opposition bulgare et rapprochtnt 1'6vo-
lution actuelle de. la Bulgarie des Bvenements de Hongric.
Le correspondent du News Chronicle pense que les com-
munistes s'efforcent de resserrer leur emprise sur le payg
avant le depart des troupes d'occupation. D'apres le corres-
pondant diplomatique du Daily Telegraph, I'arrestation de
M. Celkov ne serait que le prelude d'une vague d'&puration
dans les rangs de I'opposition.
D'autre part, toute la press announce que le gouverne-
ment britinnique a protest auprds du gouvrenement bulgare
centre la suspension du journal de l'opposition par les auto-
rites bulgares.
La press rapproche s galement des dv&neiments de Bulgarie
et de Hongrie certaines men6es communists en Itoumanie
et en Tchcoslovaquie. Elle est unanime a y voir une inter-
vention croissant~ de 1'U.R.S.S. dans les pays balkaniques.

4. France
Le Manchester Guardlian public un article pessimiste sur
la situation politique .de la France. Ii fait dtat des diffi-
cultes croissantes que dolt surmonter M. Ramadier non seu-
lement pour resoudre ie problem des salaires, mais ega-
leanent pour faire face a opposition qui se manifesto au
sein de son propre parti. Selon ce journal, la situation
s'aggrave claque jour.
De nombreux journaux font lfat des r6pe'cussians do
Ia grAve des oheminots sur le tourism. II signal notam-
meat quo de nombreux voyageurs britanniques out dut ren-
trer en Anglefbrre faute do trains pour les acheminer sur le
continent.
Enfin, certain journaux signalent ausfi qu'une c6r6monie
du souvenir a eu lien t Ranville au course de laquelle a &tA
honorde la memoire des premiers parachutists allies tombs
quelques heures avant le ddbarquement.

5. Allemagne
Les correspondents du Times et du Manchester Guardian
soullgnent que la conference des ministres-prdsidents tB-
moigne des profdcdes divergences de vues entire 1'Est et
l'Ouest et que I'atmosphBre des dbhats rappelle clUe de la
Conference de Moscou.


6. Indes
La question indienne occupe peu de place dans la press.
Le Times y consacre un court article dans lequel il fait
etat des travaux do l'Assemblde constituante, notamment
en vue des elections qti se tiendront vers le 30 juin dans
les provinces discutdes.

a) LE DISCOURS DE M. MARSHALL.
1. Times (7/6) :
a II est de plus en plus evident que la declaration
faite jeudi soir par M. George Marshall, Secr6taire
d'Etat americain, sur 1'aide financidre h accorder a
1'Europe, n'etait pas une simple g6neralisation; en fait,
il 6tablissait le principle de base d'un plan qui a pris
naissance au Departement d'Etat et qui a 616 jusqu'A
maintenant discutl, dans une certain measure, avec
les autres pays int6ressss.
Le gouvernement amCricain salt fort bien qu'une
aide americaine plus important que celle qui
avait Wdt envisage sera n6cessaire a la reconstruction
de l"Europe. Il est Cgalement evident qu'il reconnait la
difficult d'accorder cette aide sous une forme qui
puisse etre approuv6e par le public amdricain et que
les m6thodes d'application du plan de M. Marshall de-
vront dtre soigneusement choisies.
M. Marshall a exprim6 une id6e aussi courageuse sur
le plan politique que constructive sur le plan dcono-
mique. Ce ne sera pas chose facile que .d'obtenir l'ap-
probation du people americain pour un plan qui im-
plique une participation si important de la part des
Etats-Unis dans les affairs europ6ennes. II appartient
aux gouvernements europ6ens de faire preuve du mmme
courage et du mmme esprit d'imagination pour mettre
au point une r6ponse collective. >

2. Daily Herald (7/6, travailliste) :

< De toute evidence, on ne peut faire aucun com-
mentaire ddfinitif, a l'heure actuelle, sur la declaration
de M. Marshall. Sa proposition n'a pas e- faite sous
une forme officielle; il faudrait qu'elle ffit approuv6e
par le Congrds; et en tout cas, ses details devront etre
tris soigneusement dtudids par les pays europ6ens.
Mais on peut dire que le gouvernement des Etats-
Unis prepare l'opinion amdricaine A assumer des res-
ponsabilitds beaucoup plus lourdes dans la cooperation
economique international. De bons r6sultats peuvent
d6couler de cette politique, si elle est guide par le
principle de l'unit6 du monde.
;Le discours de M. Marshall reconnait qu'il ne peut y
avoir de prosp6ritl permanent pour les Etats-Unis ou
tout autre grand pays, alors qu'une grande parties du
monde est en proie A la misdre et que, aussi longtemps
que la prospdrite ne rignera pas dans le monde entier,
les perspectives d'une paix durable resteront lointaines.
Si les plans du gouvernement ambricain visent i pro-
mouvoir' l'&-blissement d'une paix durable, ils ne doi-
vent nullement emp.cher une collaboration plus 6troitc'
centre l'Europe orientale et 1'Europe occidental. >

3. Daily Worker (7/6), communist :
Aprds avoir accord des prdts A la Grbce et A la
Turquie, M. Marshall offre maintenant l'aide de 1'Am6-
rique A 1'Europe, A condition que cette aide soit col-
lective et que les gouvernements int6ress6s se mettent
d'accord sur l'utilisation des fonds. M. Marshall pense
vraisemblablement a consentir un prdt collectif aux
Etats europdens.







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRUSE iTRANGARE 3


Mais M. Marshall souligne 6galement que les gouver-
nements qui n'ont pas l'approbation des Etats-Unis ne
participeront pas aux avantages de ce Plan.
Les pays qui ne recevront pas l'aide americaine sont
probablement l'Union Sovi6.ique, la Pologne, la Hon-
grie, la Yougoslavie, la Roumanie, la Bulgarie, la Tch&-
coslovaquie et l'Albanie.
Mais qu'adviendra-t-il de l'Allemagne ? A la suite de
la fusion 6conomique des zones britannique et ameri-
caine, la parties occidental de l'Allemagne a e6t s6pa-
ree nettement de sa parties oriental. Quel sera l'avenir
de l'Allemagne occidentale ? Apparemment, l'intention
des Am6ricains est d'inclure l'Allemagne dans le group
europ6en desline a Otre soumis A 1'influence du dollar.
Les grandes lignes politiques et economiques.du plan
Marshall sont ainsi assez bien traces. L'Europe est
destin6e A 6tre divis6e en deux parties et la domina-
tion am6ricaine sur le bloc occidental se fera par 1'in-
termBdiaire de l'organisme qui sera 6tabli pour repar-
tir les fonds du pret collectif.
Les dangers de ce plan sont Avidents. La souverai-
net6 des nations europ6ennes sera menace par suite
de leur assujettissement au capitalisne am6ricain. En
outre, le plan Marshall est de 'mauvais augure, pour
la reunion des ministres des Affaires etrangeres qui
dolt discuter en novembre les questions allemandes. >

b) APRAS LA CRUISE HONGROISE.
1. Daily Te'legrucph (7/6, conservateur) :
En qualifiant d'outrage le coup d'Etat russe en
Hongrie, le president Truman n'a nullement exag6re.
C'est un outrage contre le droit du people hongrois 'A
choisir son propre gouvernement et contre la bonne
foi entire allies exervant une responsabilitl commune
de control dans un ancien pays ennemi. Minme si l'on
admet l'existence d'un complot int6rieur pour renver-
ser le gouvernement, cela ne devrait pas autoriser une
des puissances exergant un contrble sur ce pays A in-
tervenir de fagon unilat6rale. D'apres les staluts de la
Commission de contrOle alli6e, chaque membre est tenu
d'informer les autres de ses rapports avec le gouver-
nement hongrois. Les Russes ont p'ovoqu6 le depart du
President du Conseil et I'ont remplac6 par un autre
sans donner A leurs collggues britannique et americain
.aucune indication sur .ce qui s'est passe, si ce n'est
que 1e Premier Ministre aurait particip6 au complot, A
en croire les confessions de M. Bela Kovacs, ancien se-
cr6taire g6enral du parti des Petits Propri6taires.
L'objectif des Russes est evident. Les communists
n'ayant reussi qu'A obtenir une petite minorie6 des sie-
ges aux elections g6nerales, Moscou est decide A les
amener au pouvoir en utilisant la coercition et I'inti-
midation. En resume, la Hongrie dolt devenir un sim-
ple satellite de la Russie come les pays balkaniques,
A l'exception de la GrAce.
La politique russe a djha eu pour effet de decider
les Etats-Unis A aider la Grece pour empkcher 1'expan-
sion russe vers le Sud. La politique actuelle de la Russie
en Hongrie peut entrainer de la part des Etats-Unis
une action similaire A 1'Pchelle europ6enne. >)

2. News Chionicle, 7/6, liberal).
< Les Etats-Unis out des maintenant pris les measures
necessaires pour que tout prelevement de fonds sur
I'emprunt qu'ils avaient consent a la Hongrie soit sus-
pendu. En outre, en accord avec le gouvernement bri-
tannique, ils vont proc6der A une enquete approfondie
sur les faits. Ce qui est tragique, c'est que ces measures
sont des actions purement politiques destinies A contre-


carrier l'intervention politique indiscutable de la Russie
dans les affaires hongroises. Sur le plan politique, elles
sont peut-Atre justifies, mais a quoi peuvent-elles abou-
tir ?
Si les hommes d'Etat du monde entier ne parvien-
nent pas A mettre un terme A leurs controversies id6o-
Jogiques, s'ils ne comprennent pas que l'homme de la
rue demand avant tout du pain, et de la politique seu-
lement apres, la paix du monde et le bonheur de l'hu-
manit6 resteront en peril. ,



II. PRESS AMERICAINE


Revue "ie la pedsse amiticaine du 6 juin 1947

1. Politique dtrangBre amdricaine
La press americaine porte principalement son attention
sur la situation europdenne. Elle met en valeur la decla-
ration Truman digant que I'affaire hongroi'.* est un
< outrage >, ainsi que le discours dans lequel M. Marshall
a demand a rEurope de preparer un plan conrdonn6 de
reconstruction en vue de d6terminer l'aide que 1'Amdrique
pourrait lui apporter. Elle note 6galement que le Sdnat a
ratifi6 sans opposition s6rieuse, les traits de paix avec
les pays balkaniques et l'Italie. Les commentaires des re-
dacteurs politiques et les editorialistes revblent les inqui6-
tudes profondes provoqu6es par 1'6volution politique de
l'Europe place en zone d'influence russe. La crise hongroise
n'apparait pas aux journalists am&ricains come une crise
isol6e mals ben comme un- ev6nement symptomatique, avant
coureur d'autres evenements semblables qu'ils pr&voient
dejh dans les pays comme la Bulgarie, la Roumanie, la Tch6-
coslovaquic et peut-Atre m&me 1'Italie. Les traits de paix
sont a pine ratifies avec les Balkans et 1'Italie qu'ils s'in-
quiitent ddjh de Ta measure dans laquelle ils seront respects.
La tactiqtfe des parties communists en Europe, et les succ6s
que ceux-ci ont remport6 sont une des causes du malaise
quasi g6n6ral traduit dans la press am6ricaine qui se pose
un certain nombre de questions, sans d'ailleurs les resoudre,
sur cc que doit etre la politique dtrang6re .de Washington.
La designation de M. Criswold comme ambassadeur des
cruits destines A la Grace est annoncee dans tous les
journaux qui notent que le President, en d6signant un
ancient gouverneur republican de 1'Etat de Ndbraska, a voula
conserve h la politique americaine son caract6re bipartisan.
Elle announce Cgalement que M. Alien, fonctionnaire impor.
tant de la Croix-Rouge americaine, sera charge d'adminis-
trer les 350 millions de' dollars votes par le Congrbs pour
les pays qui ne recevront plus de secours de 1'U.N.R.R.A.
L'editorial du New York Times se felicite que le Senat ait
ratified les traits avec les Balkans et I'Italic mais estime
que ces pactes ne sont pas satisfaisants. II ajoute qu'il y
a de forces raisons de craindre qu'une fois que les troupes
americaines et britanniques seront retirees d'Italie, confor-
m6ment au trait, les tentative seront faites pour ne pas
en appliquer les clauses. Quant aux traits avec les Bal-
kans, il estime que ceux-ci ont d6eja et violes sur certain
points d6cisifs par la Russie et les regimes de t marion-
nettes > qu'elle etablit dans ces pays. II rappelle que, les
gouvernemcnts signataires devront garantir les liberties d'opi-
nion ct de press, mais il ajoute que, malgre cela, sous do-
mination 'des Soviets et avec leur aide, tous ces droits et
toutes ces liberties se trouvent abrogds dans trois pays bal-
kaniques et it est A craindre que les communists ne fassent
de meme en Italfe.
Un 6ditorial-du New York Tlerodd Tribune critique forte-
fnent la d6c'aration Truman sur la Hongrie (voir cet article
plus loin).
Reston, dans le New York Times, announce qu'une note de
protestation fut envoyee au Commandant sovi6tique A Buda-
pest. It la depeint comme atant assez s6che et en donne
les points principaux. Elle implique la responsabilit6 *sovi4-







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ATRANGARE


tique dans les ev6nements qui ont mend & I'exil et h la
mission de M. Nagy et qualified les agissements sovi6tiques
en Hongrie de < sdi'ieuses interventions a dans les affaires
hongroises. I' propose la creation d'un comiti d'enqu6te
anglo-aindricano-sovidtique, et accuse les Russes de violer
le pacte de Yalta parce qu'ils ne firent pas connaltre aux
autres membres de la Commission de contrble de Budapest
leurs interventions aupr6s des gouvernements hongrois.
Enfin, il done i entendre que si satisfaction n'cst pas
donnde aux U.S.A., le cas de la Hongrie sera soumis aux
Nations Units. Reston declare que l'on ne s'attend guere
a ce qtie les Soviets changent 'eur tactique, de reorientation
polifique de la Hongrie. II ajoute que la note est redigee
dans des ter'nes plus mod4 ds que la declaration Truman.
Cela serait le rdsultat de curtains conseils de prudence don-
n6s par les representants amdricains a Budapest au D6par-
tement d'Etat. I1 ne s'agirait pas, dit-il, de tirer des conclu-
sions trop hiTives de la situation intdrieure hongroise.
Le rcdacfeur financier du New York Herald Tribune con-
sacre un long article oh il montre que l'opposition de Nagy
a la nationalisation des principles banques hongroises le
mit aux prises avec les communists hongrois qui s'op-
posent a ce que leur pays s'appuie sur l'Ouest pour sa re-
construction.
Les diepches des correspbndants de Budapest signalent la
champagne meolle par les socia'stes et les communists
rontre les U.S.A. qu'ils d~eignent comme ennemi du people
hongrois et don't ils d6noncent soi-disant les tendances
fascistes et impirialistes. Ces correspondents notent que les
rccents 6venements ont provoqud unc panique parmi les
groups politiques qui se scntent menaces par les commu-
nistes. Un grand nombre de Hongrois cherchent, disent-ils,
ii fuir de ieur pays.

2. Roumanie
Des depeches de Bucarest au New York Times signalent
que M. Tataresco, ministry des Affaires 6trangdres, a informed
les membres de son parti d'e la necessity de modifier la poli-
tique dtrangbrc et intd'ieure du gouvernement. Dans une
lettre aux membres du Parti National LibBral, M. Tata-
resco aurait diclard qiie la situation dconomique difficile,
due a une faible production et a de lourdes charges de
1l'rmistice, 6tait aggravCe par e des cxces d'ao'restations
preventives ,, et aurait soulignV que des personnel totale-
ment innocents sont arrdties sans raison et que :e regime
roumain se maintient z par la force et la terreuri parce
qu'll est impopulaire et non demhocratique.
Les frbres Alsop consacrent leur article d'aujourd'hui i
la situat-on politique des pays balkaniques. Ils considerent
que Tes parties comnmunistes cherchent peu A peu h dliminer
les autres parties du pouvoir par tous les moyens possibles,
ct qu'apts avoir accept les regimes ldgalement dlus, ils
d6clenchent des campagnes de terreur pour eliminer toute
opposition. Ils pensent qu'apres la Hongrie, ce sera le tour
de la Roumanie et lient les activitis des communists aux
diplacements de M. Vichinsky, qui strait actuellement a
Carlsbad pour des raisons de santi, et h ceux de Molotov,
qui se trouverait A Belgrade. Ils concluent que les rumeurs
de formation d'une c plus grande rdpublique sovi6tiqne
socialist slave a ne sont peut-Etre pits sans fondement.

3. -- I.e discours du gdndral Marshall et la France

Selon Callender, le discours, du g6enral Marshall aurait
6et regu avec un tres grand inter&t en France. II rappelle
que M. Monnet a prdpar6 un plan de reconstruction pour
la France et ecrit que la France pense que M. Marshall
preconise un plan d'senseble pour I'Europe suivant des
ligncs semb.ables et dans un but similaire car le discourse
de M. Marshall n'a pas precise en particulier quels pays
d'Europe devraient s'unir pour 6tabTir un plan Bconomique.

4. Argentine

Le DBpattement d'Etat a annonc6 -que la mission de
M. Messersmith a Buenos-Ayres 6tait terminde et qu'il ren-
trerait prochainffiaent & Washington.


A l'occasion de la nouvelle politique americaine a I'6gard
de 1'Argentine annonc6e par le Pr6sident Truman, un edito-
rial du Baltimore Sun declare que la vdritd c'est que in
politique energique a l'dgard de l'Argentine s'est effondrde
compl&tement au printemps de l'annee derniere. I1 rappelle
que la publication du Livre Bleu par le Departement d'Etat
sur les agissements allemands en Argentine a eu an effet
de boomerang, Peron s'en etant servi pour d6noncer l'in-
tervention amiricaine. II ajoute qdie depuis lors le gouver-
nement ambricain n'a eu aucune politique precise A l'6gard
de l'Argentine. Les U.S.A. ont maintenant -'intention, ecrit.
il, d'aborder le probl6me argentin sous un angle entitre-
ment different et il conclut qu'il imported ddsormais de ne-
gocier un traits d'alliance prevu par l'acte de Chapultepec.

5. Politique *economique zntnrieure

Les declarations du president Truman, remises hier au
sujet de 'attitude de Taft A I'egard de la politique eco-
nomi-que americaine, sont largement reproduites dans la
press qui note que le Pr6sident a ddnonc6 pour la premiere
fois ouvertement 1'attitude. du leader republicain, mettant
ainsi fin a une 6poque de conciliation entire lui et les re-
prdsentants de majority rdpublicaine au Congr6s. M. Tru-
man d6fendit son programme d'aide economique aux pays
strangers et, contrairement a ce que disait M. Taft, il a
demand que ce programme fitt applique, mgme s'il devait
risquer d'entrainer une augmentation de certain prix. II
a insist par centre pour que le programme de reduction
volontaire des prix soit maintenu. Le fait que' le programme
d'aide a 1'6tranger comporte des problemes economiques
pour les U. S. A., ddclara le Pr6sident, < rend encore plus
important que nous traditions ces problbmes int6rieurs avee
dnergie et bon sens >.

-. Palestine.
La presse reprend une proclamation prdsidentielle qui,
s'appuyant sur une resolution unanimement votee par 1'As-
semblie gt6nrale des Nations Unies, demande- aux AmBri-
cains de ne pas prendre part i des agissements suscepti-
bles c d'enflammer les passions des habitants de. Pales-
tine, d'y compromettre l'ordre et la loi, et provoquer la
violence dans ce pays >. Bien que cette proclamation ne fait
mention d'aucune organisation, les journalists considrhent
qu'elle vise la propaganda faite ouvertement par certaines
organizations sionistes en faveur d'une aide ainmricaine aux
gi'oupements de resistance palestinienne.

7. -- Nouvelles de France.

Les correspondents de Paris du Baltimore Sun et du New
York Times notent que M. Ramadier a remport6 un cer-
tain succbs dans les efforts qu'il a faits pour calmer I'agi-
tation ouvriere.
Une depchel de Paris au New York Times signal que les
rebelles malgaches remportent des succ6s et qu'ils coupent
toutes les communications avec l'int6rieur. Elle signal que
l'on est sans nouvelles de trente otages curopbens enlev6s
dans la region du Fort Carnot.
Enfin, une. ddp&che de Paris an New Y&rk Times signal
que les anciens propridtaires des mines de carbon natio-
nalisdes s'inquiitent et se demandent comment le gouver-
nement les remboursera.

a) LES IDCLARATIONS DE MM. TRUMAN ET MARSHALL
(New-Yiork Hejild Tribvnee, 6/6) :

<< Tandis que le Secretaire d'Etat Marshall, parlant A
IHaivard, definissait une politique raisonnab:e, construc-
live et r6flechie pour r6soudre le probleme europben, le
President Truman, au course de sa conference de press,
s'emportait A propos db la question hongroise avec
cette inexperience qui est un trait si frequent de sa
politique.
C'est li le travail d'un amateur, qui cherche febrile-
ment A resoudre les questions peu A peu au lieu d'ana-
lyser les probl6mes dans leur ensemble. qui parole haut








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGABR 5


quand il ne peut s'appuyer sur rien, et qui s'imagine
que des paroles et des actions qui viennent trop fard
peuvent changer le course de 1'Histoire. M. Truman
vient de constater les r6sultats malheureux de pareilles
m6thodes dans le probl6me argentin ; ces m6thodes ont
compromise le succes du programme d'aide A la Grace
et A la Turquie et soul6vent des difficult6s ailleurs
encore. Il ne fail aucun doute que la manoeuvre des
communists en Hongrie constilue un auire coup
s6rieux port t la structure instable de l'organisation
d'apr6s guerre, en m6me temps qu'un d6fi tr6s s6rieux
par lui-m6me et par ses implications, A 1'6gard de la
diplomatic am6ricaine. C'est une raison de plus pour
que la r6ponse americaine soit 6tudi6e avec le plus
grand soin. Elle ne devrait pas .etre faile avant que
nous ayons consult nos amis d'Europe et que nous
nous soyons entendus avec eux, elle devrait s'int6grcr
6troitement dans le cadre d'une politique 6conomique
et d'une politique longue 6ch6ance. Et nous ne
devrions faire aucune r6ponse directed A moins d'avoir
toute raison de croire que cette r6ponse portera.
Le Secr6taire d'Etat Marshall essaye de toute 6vi-
dence d'l1aborer une politique a longue 6ch6ance, fon-
d6e sur les bases slides des r6alit6s politiques et 6co-
nomiques, une politique qui constitute quelque chose de
constructif plutbt qu'une simple r6ponse aux intrigues
sovi6tiques. Mais cette tache est loin d'etre facile a r6a-
liser, et cela deviendra absolument impossible si la
Maison Blanche continue A agir de facon aussi irr6fl6-
chie. a

b) LE PLAN BRITANNIQUE POUR L'INDE (New-York Herald
Tribune, 7/6, Edition europ6enne) :
<< Le Premier Ministre, M. Attlee, et le Vice-roi, Lord
Mountbatten, ont rendu service A toute I'humanit6 en
montrant ce que peuvent faire les hommes d'Etat, non
pas par la force ou par I'argent, mais en faisant appel
A la lucidity d'esprit, A la raison, A l'imagination, i la
determination, A la sincerity et A la bonne voloni6. Le
monde avait d6sesp6r6ment besoin d'un exemple de ce
genre pour rendre aux hommes la foi dans la puissance
de l'esprit human.
On dira, je pense, qu'il est trop t1t pour parler ainsi,
qu'il faut attendre la suite des 6v6nements, et que les
troubles de l'Inde ne font que commencer. Tout ceci, A
mon avis, est A c6t6 de la question. M. Attlee ne pre-
tend pas avoir r6solu les probl6mes de 1'Inde. II a, an
contraire, admis pleinement sans reserve et sans
6quivoque, le principle et le fait que les problbmes
de l'Inde ne peuvent Otre r6solus par les homes
d'Etat britanniques, mais qu'ils doivent t're r6solus par
les Indiens.
Ce que M. Attlee s'est applique a faire, ce fut de
r6soudre le probl6me < britannique a dans l'Inde, c'est-
A-dire la facon de liquider l'Empire et de transf6rer
l'autorit6 des Britanniques aux Indiens. Dans la measure
oft la Grande-Bretagne est int6ress6e, M. Attlee a r6solu
le probl6me. I1 n'est pas pr6matur6, je pense, de dire
qu'il l'a r6solu. Car, du fait qu'il a amen6 les diri-
geants reconnus de l'Inde A se mettre d'accord sur le
moment et les conditions de la transmission des pou-
voirs, sur le moment ofi 1'Empire brilannique cessera
d'exister dans l'Inde, et sur les gouvernements qui
prendront la succession de l'Angleterre dans l'Inde, la
resolution des probl6mes indiens n'in&ombe plus, qu'aux
seuls Indiens eux-memes.
Le Premier Ministre et le Vice-roi ont r6ussi dans
leur tAche parce qu'ils savaient nettement ce qu'ils vou-
laient. Ils n'ont pas fait d6pendre le retrait britannique
d'un accord g6n6ral des Indiens sur la structure cons-
titutionnelle de 1'Inde ou sur sa position international.


S'ils l'avaient fait d6pendre de ces conditions, ils ne se
seraient jamais retire de 1'Inde, et comme toutes les
fractions de l'Inde auraient cherch6 A exploiter leur
presence, il n'y aurait jamais eu d'accord parmi les
Indiens.
Peut-6tre les plus belles heures de la Grande-Breta-
gne ne sont-elles pas dans le passe. Sans aucun doute,
une te:le r6alisation n'est pas l'oeuvre d'un people d6ca-
denl. Elle est, au contraire, expression d'un g6nie poli-
tique qui demand la sagesse la plus profonde et
l'ardeur la plus neuve, et cette decision a 6t6 prise
avec une 616gance qui command et qui recevra un
respect spontan6 dans le monde civilis6. 3
(WALTER LIPPMANN,)



III. PRESS SOVIETIQUE


Reviue de la press soviitique du 5 juin 1947
1. Le mouvuement d6inocratique
Trois nouvelles de premier plan sont A reliever : rdponse
de M. Dimitrov aux questions du correspondent du Daily
Mail, declarations de M. Attlee sur Ia question des Indes,
compete rendu de la premiere journey du Congras inter-
national des journalists (texte integral de l'intervention de
M. Baslavsky).
Au second plan, on note les nouvelles suivantes reparties
dans les divers journaux : terreur policiere en Chine, -
proces des organisateurs de d6pbts d'armes en Finlande, -
communique de la Soci6td < FinIande-U.R.S.S. a sur les
incidents antisovi6tiques de Finlande, anniversaire de la
Republique italienne, exclusion de Nad-Ferenec du p'ati
des petits propri6taires hongrois, situation en Indon6sie,
situation des ouvriers A Ispahan, decision du dandtag
de Thuringe sur la nationalisation des mines.
Le journal Trud, public des extraits du discours du leader
syndicaliste italien de Vittorio.
Moskovsky Bolchevik, sous la signature 'de Markov, 6tudie
la situation en Chine. L'auteur de ]'article y souligne les
dangers de I'aide amdricaine, don't le but est de si(pprimer
l'induslrie et le comnierce chinois. II relive l'extension du
movement de protestation contre la guerre civil et la
politique antid6mocratique du Kuomintang et il conclut que
de tout cela il resort que, malgr6 les manoeuvres politiques
et r6actionnaires du Kuomintang, la situation dans le pays,
non seulement ne s'ameliore pas, mais continue sans arr6t
A empire. Se!on lui, la paix est, A l'heure actuelle, le vaCu
unanime du people chinois et on peut en juger meme par
les declarations des membres du Conseil national politique
chinois, convoqud par le Kuomintang pour sanctionner sa
politique antipopulaire, qui insistent sur la reprise immd-
diate des pourparlers avec le parti communist chinois afin
de mettre un terme a la guerre civil.
L'Etoile Rouge public un article de Tchabrinsky sur la
s'uation en Espagne. L'auteur y insisted surtout sur l'aide
aplipU6c par l'Angleterre et les Etats-Unis au regime de
Franco. II pense que les monopolies anglais et amrnricafns
qui contrOlent les branches les plus importantes de l'eco-
noniie espagnole sont int6ress6s au maintien du regime du
dictateur, car ils esperent, grace A lui, mettre compl6tement
la main sur 'iconomie du pays et continue A faire de
l'Espagne le point d'appui de la lutte centre la democratic.
Selon lui, les firmes anglaises et am6ricaines 6largissent de.
plus en plus leurs operations commercials avec 1'Espagne.
L'exportation de marchandises anglaises en Espagne aurait
atteint, pour neuf mois de 1946, 5.828.000 livrcs sterling,
a'ors qu'elle ne repr6sentait, en 1945, que 1.970.000 lives
sterling au mois de mars de cette ann6e. Le gouvernement
anglais aurait 6galement conclu un nouvel accord financier
avec Franco, privoyant une' augmentation sensible des' op4-
rations commercials et financieres. De meme, les firms






6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ATRANGARE


ambricaines auraient ouvert d'importants credits aux com-
pagnies espagnoles pour l'achat aux IU.S.A. d'dquipement
6lectrique d'automobiles et de camions. De plus, ies AmB-
ricains placeraient leurs capitaux en Espagne dans 1'instal-
lation de lignes aeriennes, d:a6rodromes, de r6scaux t616-
phoniques et telegraphiqucs, l'lcectrification de voies fer-
r6es, l'industrie du caoutchouc et du p6trole. La press
am6ricaine examine avec int6r&t la possibility dde l'accord
par les U.S.A. d'un important emprunt au g6enral Franco,
,et Tchabrinsy voit une relation directed entire ce fail et le
voyage en Espagne de Paul Calberson.
2. La potitique amerioaine

Les nouvelles qui la concernent ne sont que des nouvelles
de second plan desquelles il convient de reliever les t61-
grammes suivants : situation des n6gres aux U.S.A., pers-
pectives de groves dans i'industrie, opposition au plan
Truman dans l'Amurique latine, declarations du journa-
liste Steel sur son sejour en U.R.S.S.

3. Novivel[es diverse

Quatre courts te'lgrammes : travaux de la commission
de I'O.N.U. pour la Palestine, de la sous-commission de
1'O.N.U. pour liT liberty de information et de la press, -
creation d'un Conseil de l'aviation en Iran, conversations
syro-lihanaiscs sur les p6tro es.

Revue de la press- sovidtique du 6 join 1947
I. La lllte pome' la democratic
I.es telegrammes de premier plan publient le compete
rendu des dernieres seances du process des criminals .de
guerre japonais, interview de Palmdatt au Daily Worker
sue le probl6me des Indes, la reunion du Conseil des mi-
nistres italiens.
An second plan, on reltvc un certain nombre de dipeches
sur les sujets suivants : Congres international des journa-
listes i Prague, session du Conseil g6n6ral de la F.S.M.
A Prague, reunion commune des parties ouvriears de Buda-
pest, critique de la fusion des zones angloam6ricaine
par le Comitd anglais de lutte pour la delnocratisallon de
1'Alemagnc, manifestations du parti communist saxon
sur l'unit6 ie 1'Ailemagne, protestation des ouvriers hol-.
landais contre la politique du gouvernement en Ifidonesie.
- Tes r6clamations de la C.G.T. be.ge, les graves en
France.
Les Izvestia publient une information d'Afonic sur & la
vole du bonheur >>, consacr6e a la Yougoslavie d'auiutr-
d'hui: ils souiignent les transformations d6mocratiques.
1'effort de reconstruction, l'enthousiasme des jeunes et les
r6cents incidents avec les Anglais et Its Amiricains.
La Pravda traite, dans un article de Ponomarev. de la
a politique des sociaux-dmiocrates de droite >. (Voir cet
article plus loin.)

2. -- La politique amuricaine

On rclve trois tetegrammes d'informations publids dans
tous les journafix sur le compete rendu de la derniere conf6-
rence de Truman, ia declaration de AI. Wallace en Caroline
du Nord ct enfin la possibility de la creation d'un nouveau
parti. Au second plan, une sric de brefs ti!6gr',rones an-
nonce la Conflrence des commandants am6ricahis en Eu-
rope. a Livourne. la admission de Braydon, l'approbation
donnee par la Commission du SCnat an project de loi sur
l'unification des forces armies ties U.S.A., la preparation du
programme d'instruction militaiie obigatoire, le raid des
bombardiers des U.S.A. en Allemagne, la reparlition des
fournitures de IlU.N.R.R.A. centre Ie Kuomintang et la Chine
communists.
Dans le Flotte Rouge, un article analyse ie livre de Kour-
ganov, Les Americains an Japon.

3. -- Nouvelles diverse

On relieve un compete rendu des dernr'i'res seances des orga-
nismes de I'O.N.U. : Conseil de Skcurit6, Sous-Commission


pour la liberty de 1'inforifiation et de la press. On note
6galement des d6plehes sur le sujet suivant : champagne
de calomihic contre la Yougoslavie dans ia press grecque
et le dementi de l'Agence Tanioug, nomination de S. A. Afa-
nasiev comme ambassadeur de 1'U.R.S.S. en Norv6ge, en
remplacement de N. D. Koutnetsov, relev6 de ses functions.
I,'Etoile Rouge public un article du colonel Viktorov, de
caractere purement technique, sur l'arm4e frangaise.

LA POLITIQUE DES SOCIALISTS DE DROITE (PJrIUda,
6/6) :

< Apres la deuxieme guerre mondiale, des change-
'ments politiques se sont products dans le monde entier.
A la suite de la d6faite des agresseurs fascistes, l'id6e
de la d6mocratie et celle du socialisme ont triomph6
sur toutes les autres conceptions dans le monde.
L'Union sovi6tique a jou6 un r6le d6cisif dans la
d6faite de l'Allemagne fasciste et rendu aux peuples
soumis a l'occupation des fascistes allemands l'id6al
auquel ils aspiraient : la liberty.
Maintenant que la guerre, l'occupation et les diffi-
cull6s de l'apres-guerre ont r6v616 aux masses le sens
de la politique des milieux r6actionnaires, les masses ne
veulent plus retourner A l'esclavage et cherchent le
moyen de se liberer du joug aes monopolies capiTalistes.
Une unite d'action de la classes ouvriere jouerait un
rl1e tres important dans la resolution des probl6mes
politiques fondamentaux.
Or, les dirigeants de plusieurs parties socialists
si'orientent de plus en plus vers l'isolement de ces par-
tis, vers la scission de la classes ouvrirre, vers une lutte
ouverte con re le part de la classes ouvriere : le parti
communist.
Le comit& ex6cutif du parti travailliste et sa sociion
international forment le centre de celte activity.
Sur l'initialive du comitl ex6cutif du part travail-
liste, quatre conferences internationales sociaiist:s ont
Wtc convoqubes au course des ann6es 1944-1946. Au course
de ces conferences, on n'a pas examine les moyens de
consolider la victoire des forces d6mocratiques ; toutes
ces conferences ont 1i consacr6es non seulement A gal-
vaniser les parties socialists don't beaucoup se trou-
vaient en faillite, par suite de leur politique, mais elles
out servi aussi a opposer ces parties aux communists.
Dans plusieurs pays, en France, en Italie, en Belgi-
que, en Autriche, les socialists de droite ont deji cause
un grave prejudice i la c'asse ouvriere ei A la d6mo-
cratie.
Les gouvernements diriges par les socialists organi-
sent dans plusieurs pays la repression politique centre
les militants du movement ouvrier, unique-ment parce
qu'ils luttent pour les int6rets des ouvriers et des tra-
vailleurs, pour la d6mocratie conire la reaction et parce
que beaucoup d'entre eux appartenaient au parti com-
muniste.
Dans l'Inde, peu aprbs l'arriv6e au pouvoir des tra-
vaillistes en Grande-Bretagne, les persecutions contre
les communists ont commence avec un acharnement
injuslifi6. En Afrique du Sud, une champagne est menee
ouvertement contre le part communist. Dans la zone
d'occupalion britannique en Aulriche, les autoriths
anglaises accor:dent leur protection aux r6actionnaires
hinv l1rs, aux bourreaux fascistes qui, fuyant la colere
de leurs conciloyens, cherchent refuge dans les camps
tandis que les democrates et, en premier lieu, les com-
inunistes, sont en butte A tou es sortes de poursuites.
Dans la zone anglaFse d'occupation en Allemagne, non
seulement les organizations communists, ingis les parti-
sans de l'unild du movement ouvrier et de la fusion
des communists et des sociaux-domocrates font l'objet
de vexations continuelles. Ce systeme d'oppression des








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE *TRANGARE 7


ouvriers d'avant-garde et des organizations d6mocrati-
ques porte en lui les germes des consequences les plus
p6nibles.
Sans aucun doute, les milieux de droite des parties
socialists s'engageront dans la voie d'une repression
feroce centre les forces d6mocratiques si les forces
organisees du movement ouvrier ne le-'arrktent pas
en temps opportun. ,
(PONOMAREV.)



IV. PRESSE SUISSE


a) LA SITUATION INTlRIEURE EN FRANCE (Gaze;te de Liau-
sanne, 7/6).
< On s'accorde a penser dans les milieux politiques
que M. Ramadier r6ussira A poursuivre sa politique,
bien que la press communist ne cache pas < qu'un
remaniement minist6riel qui restituerait au gouverne-
ment son caractere de coalition, simplifierait bt-ucoup
les choses ,.
On note, avec satisfaction, que l'appel du president
du Conseil d6nongant les men6es 6quivoqufes de l'ex-
tr6me-gauche a eu pour r6sultat d'6viter de nouvelles
groves dans un certain nombre d'entreprises don't les
ouvriers ne veulent pas se faire les complices de ma-
noeuvres politiques.


On espere done que les solutions proposes par le
gouvernement seront accept6es par les organizations
syndicates et que les graves iront en d6croissant sen-
siblement.
(Du correspondent A Paris
de la Gaze de de Lausanne).

b) LA GRANDE-BRETAGNE ET L'INDE (La Tribune de Ge-
nztve, 6/6).
c Pour d'excellentes raisons, notamment des points
de vues bconomique et militaire, 1'Inde aurait le plus
grand int6ret A se constituer en federation. On s'y r6-
soudrait peut-etre sinon tout de suite, du moins apres
les premieres experiences. Les Angldis esp6rent d'autre
part que, mkme partag6e, l'Inde qui, durant une pB-
riode transitoire jouira du statut de dominion, adh6rera
definitivement au Commonwealth britannique.
On a beaucoup remarqu6 que M. Churchill qui, en
mars dernier, avait accueidli avec des propos tres pessi-
mistes I'annonce de l'abandon de 1'Inde A son destin, a
tenu l'autre jour aux Communes un language tres mo-
der6. L'ancien chef du government a diu se rendre
a l'6vidence. Sans la creation du Pakistan, la peninsule
sud-asiatique serait devenue le thiaire d'une effroyable
guerre civil, et les aspirations a la libertA des Indiens
ne pouvaient Atre ind6finiment comprimbes. L'Angle-
terre perd l'Inde en tant que coloiie, l'Empire britan-
nique peut escompter son adhesion volontaire. C'est
tout de meme quelque chose >.
(R. CHOUET).


S.P.I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs