Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00109
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: June 6, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00109
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text


SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTtRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentalinn
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


BULLETIN



DE PRESS


6 juin 1947.


MINTSTERE
LA DOCUMENTATION FRANQAISE DES AFFAIRES ETRANGERES
.... --...... -.. M T... -a r Ew. .. .


QUO


ETRA


E


Nouvelle 86rie N 686


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE.
a) :La situation int6rieure en France (Times, 6/6).
b) Le discours de M. Marshall (News Chron., 6/6).
c) La politique ouvribre des Etats-Unis:
1. Daily Herald (6/6) ;
2. Daily Worker (6/6).
d) Le plan britannique pour 1'Inde i(Manchester
Guardian, 5/6).
e) Le problme palestinien (Daily Telegraph, 6/6).
II. PRESS AMERICAINE.
a) Les Etals-Unis et l'Argenline (New York Herald
Tribune, 5/6).
b) L'entrainement militaire obligatoire aux Etats-
Unis :
1. Philadelphia Iinquirer (4/6) ;
2. Chicago Sun (4/6).
III. PRESS SOVIETIQUE.
La situation int6rieure en France (Troad, 5/6).
IV. PRESS BELGE.
'La situation int6rieure en France (La Derniere
Houre, 5/6).
V. PRESS SUISSE.
a) La situation interieure en France:
1. La Gazette de Lausatne (5/6);
2. La Tribune de Gendve (5/6).
b) AprBs la rise hongroise (Neue Ziircher Zeitung,
5/6).
c) Le plan britannique pour 1'Inde (National Zeitung,
5/6, edition du soir).

I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britanniqun du 6 jwin 1947
C'est aujourd'hui la question hongroise et ses rpercus-
sions internationales qui occupe la premiere place dans la
press. La question indienne passe an second plan. La Franoe
occupe une place minime, sauf dans le Times qui lui con-
sacre un assez lone article et 1'un de ses 6ditoriaux. (Voir
oct article plus loin.) Au point de vue intirieur la press
s'int6resse aux declarations optimists de M. Bevin sur l'ave-
nir de la Grande-Bretagne dans le domain 6oonomique,


ainsi qu'aux nouvelles lettres charges d'explosif qui ont
4d6 adieszses d'Italie A M. Bevin et & M. Eden.
1. Hongrie
La press souligne le caract&re particulierement violent
des reactions amdricaines devant les recents dvdnements de
Hongrie.
) apies le cor'espondant *du Times, le gouvernement ami.
ricain aurait .'mlnention d'intervenir vigoureuscment une
fois quil,.era en possession p i e LouLes les inlormainois nd-
cessaires. Une large place est faite i la conleence de presse
tenue hier par M. Truman, au course de laquelle ce.ui-ci
aura.t parl6d ans des terms d'une fermeli inhabituelle du
coup d'E at hongrois.
Le correspondent du Times croit savoir, toutefois, que
les Elats-Unis attendront de connaltre le, point de \lie des
aures puissances pour agir.
La c-ise hongroise done au Daily Te!egraph l'occasion de
passer en revue la situation politique des trois pays balka-
niques et d'affirmer que 1 influence communist s'acoentue
considtrabiement en Hongrie, en Roumanie et en Bulgarie.
La press donne 6galement une grande importance aux
declarations de M. Marshall relatives i 1'aide amedicaine
aux pays d'Europe, encourageant ceux-ci t elablir un p.an
de redressement commun et a lutter centre tous les elements
qui cherchent i perpdtrer chez eux la miis'e et le chaos.
Le Times dtudie dans une analyse trts dttaill6e de son
correspondent i Vienne 1'6tat politique de la Hongrie.
Selon ce correspondent, les communists qui recherchaient
un affaiblissement du parti des petits proprietaires seraient
arrives A leurs fins. Il semblerait que les communists hon-
grois aient cherch6 davantage h se d6barrasser des membres
mod6res de ce parti qui, le cas 6chtant, auraient Ipu favo-
riser une politique pro-occidentale.
Selon ce correspondent, la cause immediate de. la cruise
aurait Wet la nationalisation des banques a laquelle le part
des petits propridtaires etait vivement opposed. II ser'ait pen
douteux dgalement que toute l'affaire ait det montee par des
i16ments pro-sovi6tiques soutenus par l'Armse Rouge.
Ces dvdnements ne sauraient que rendre p us precaire la
situation des ouvriers et des paysans hongrois. La Hongric
passerait rapidement de 1'dtat feodal an socialism. Cette
Evolution rappellerait celle de la Russie de 1917, bien que
les mdtholes employees so'ent moins vioientes, mais aussi
peu recommandables que cells employees nagudre par le
regent Horthy pour amener son regime au pouvoir.
D'aprts le correspondent du Manchester Guardian, le parti
des pctits propridtaires aurait peedu toute autoritd. Ses
chefs actuels seraient a la merci des communists et ceux-ci
rxerceraieut en Hongrie une veritable dictature.
Ie Daily Worker s'insurge naturellement centre les inter-
ventions amnricaines dans les affairs europdennes et dans
celeIs de la Hongrie en particulier. D'aprbs le Times, les
6venements (le Hongrie inqui6teraient autant les ministres
britanniques que ceux des Etats-Unis. M. Bevin aurait do-


__
__






2 BULLETIN QUOT-IDIEN DB PRESS ATRANGARE


anand6 couple des documents sur lesquelles se fondent les
accusations portees centre M. Nagy.
Pour l'instant, le Foreign Office reserverait son jugement,
mats il entend, en quality de niembre du Conseil alli6, etre
pleinement informed du deroulement de la crise.
2. France
Le correspondent du Times a Paris signal la fin de la
gr&ve des boulangers et les pourparlers entire le gouverne-
ment et les repr6sentants des cheminots. Selon lui. le inouve-
anent actuel de groves aurait un caractrre oconomique et
politique et ses repercussions s'etendraient dans le domain
de la politique exterieure. 11 estime quo l'expdrience Blum
n'a pas reussi a .enrayer Ta crise dconomique, puisqu'elle n'a
faith porter la reduction des prix que sur ies products indus-
triels, alors que l'ouvrier est oblige de d6penser de 60 a 80 %
de son saiaire pour sa nourriture.
II fait etat de la situation privil6gide des pa.vsas par
rapport aux ouvriers et eatime que des atteintes a leur pres-
tige actuel eniraineraient par contre-coup de graves conse-
quences pour les populations urbaines.
Le ton de ces commentaires est dans 1'ensemble peu en-
courageant. Ge correspondent fait le point de la situation,
mais il ne semble pas apercevoir d'issue.
Le correspondent du Daily Telegraph a Paris ecrit que
de nouvelles difficulties assaillent M. Ramadier en raison
do l'attitude de certain mcmbres de son parti.
Ceux-ci lui reprocheraient de mener une politique hostile
aux syndicate.
3. Indes

Le Times 6tudie ce matin I'attitude des princes devant le
plan britannique. Cette attitude serait particulibrement incer-
taine, certain princes voulant obtenir leur ind6pendance,
d'autres cherchant a collaborer avec i'Hindoustan et le Pakis-
tan, d'autres, enfin, ne sachant pas quelle politique adopter.
11 est certain, conclut cet article, que les trois prochains
mois d6cideront de leur sort.
En ce qui concern le partage de l'Inde et les n gocia-
tions du vice-roi avec les chefs des principaux parties, le cor-
respondant du Times fait etat de l'esprit de compromise et
de conciliation adoptE par les anciens adversaires. Mainte-
nant que les dEs sont jets, la tension diminuerail dans
tout le pays et chaque jour constituerait un pas de plus
vers le retablissement de l'ordre et de, la confiance.

4. Japon

Le corresponidant du Timnes a Tokio fait 6tat de la confe-
rence de press tenue par le nouveau ministry des Affaires
ktrang6rcs japonais. Celui-ci aurait passe en revue les pro-
blemes de la surpopulation, de la police et de l'ordre public,
et certain probl6mes 6conomiques.
Selon ce correspondent, le climate politique du Japon serait
empreint d'une grande confiante dans l'avenir. Le people
japonais ne se sentirait plus vaincu ni impuissant, Lien an
contraire, fl aurait l'impression que les Etats-Unis cherche-
raient a s'attirer sa sympathie et le considErerait comme un
nouveau reanpart contre le communism.

5. Palestine

Le Daily Expres done une grande importance aux deola-
rations du President Truman selop lesquelles les Am6ricains
devraient re fiser dor6navant d'aider les terrorists juifs.

a) LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE (Tnies, 6/6) :
e Une vague d'inqui6tude s'6tend en France, et elle
affected autant l'ouvrier que son employer bourgeois.
Les movements ou les menaces de grove, qui s'6ten-
dent maintenant d'une industries A I'autre, refl6tent l'im-
patience croissante des syndicats ouvriers, en raison
de la raret6 et de la hausse des prix des denr6es ali-
mentaires et des products de premiere necessit. Con-


form6ment aux croyances traditionnelles de la classes
ouvriere, le but de ces graves est d'entrainer un rel6-
vement des salaires, relevement qui est consid6r6
comme un remade aux maux 6conomiques. Chez les
employers, et particulierement chez les petits commer-
Cants, un 6tat d'esprit du meme genre se manifeste de
fagon diff6rente. On client pour responsible de l'arr&t des
affaires et du d6tournement des products vers le march
noir, l'application d'un syst6me de contr6le rigide.
Ainsi les deux movements ont une origine economique
commune. NManmoins, on a l'impression, en lisant la
press francaise, que le mecontentement g6nrkal cons-
titue une menace pour la stability politique du pays.
Ainsi s'est d6veloppde une situation paradoxale qui
montre que le regime actuel a t61 incapable de s'adap-
ter aux r6alites de la vie frangaise. Un gouvernement
compose en majority de socialists, mais qui compre-
nait 6galemeni des repr6sentants des autres parties, a
permis A l'Assembl6e de sortir de ]'impasse complete
qui la menacait apres les elections de l'automne der-
nier. Si le gouvernement actuel tombait, il se pourrait
que ]a Constitution ne puisse plus 6tre applique, et
c'est IA une 6ventuali;6 A laquelle se prepare le g6enral
de Gaulle, mais que la masse de I'opinion frangaise r6-
pugne A envisager. Mais la politique gouvernementale
definite par M. Blum et poursuivie malgr6 des difficul-
tes croissantes par son successeur, a et6 de maintenir
le niveau des salaires tout en cherchant par un moyen
de control A faire baisser les prix, 'et 1'on admet d'une
maniere g6nerale que cette politique a echoue. Un gou-
vernement qui passe g6neralement pour indispensable,
mais qu'on associe A des measures qui sont non moins
g6n6ralement consid6r6es comme inop6rantes, a cr66 le
dilemme don't la France doit maintenant sortir.
Les perspectives pour les six prochains mois ne sont
pas encourageantes. Un accroissement du pouvoir
d'achat du consommateur peut r6sulter de l'adoption
d'un syst6me de prime A la production dans l'ind'us-
trie, primes don't le montant depend de l'accroissement
de la production. Cependant, tous les espoirs que l'on
peut formuler dans ce sens sont fonction d'un appro-
visionnement suffisant en carbon, et c'est lA une ques-
tion a laquelle l'opinion francaise est tres sensible.
Dans 1'6tat actuel de la France, ces considerations
economiques impliquent des probl6mes politiques. Les
communists, qui exercent une grande influence sur
l'opinion de la classes ouvriere et qui sont passes mai-
tres dans I'art d'en tirer parti, peuvent renforcer de
fagon notable, ou au contraire affaiblir dangereuse-
ment, les forces don't depend le progres Bconomique.
II est evident que les communists ont hAte de reve-
nir au gouvernement, en montrant d'une part qu'ils
sont indispensables, peut-6tre aussi parce qu'ils espA-
rent crEer un front commun centre le gEn6ral de Gaulle
et enfin pour mettre un terme A la tendance actuelle
qui veut que l'on compete exclusivement sur l'appui 6co-
nomique des Etats-Unis. Le parti communist devra Ela-
borer sa politique avec soin. Sa position s'est en effet
affaiblie au course des derniers mois. Exasp6r6s par le
comportement de ses repr6sentants lorsqu'ils faisaient
encore parties du gouvernement, les socialists ne ten-
tent plus de maintenir l'unitE de la classes ouvriere, et
les bonnes relations qui s'Etablissent maintenant entire
les socialists et le M.R.P. rendent cette scission encore
plus 6vidente. Les dirigeants du M.R.P. ont refuse de
se servir de la puissance qu'ils avaient A l'Assemblie
pour imposer des vues dEplaisantes aux socialists, et
1'opinion publique appr6cie sans doute le zBle qu'ils ont
montr6 pour maintenir la coalition actuelle.
On dolt 6galement computer avec l'homme don't d6pen-
dent finalement I'initiative, la politique et le prestige du
gouvernement. La patience montr6e par M. Ramadier






BULLNITIN QUOTIDIRLN DR PRESSE iTRANUtRE 3


pour r6soudre les difflcultes actuelles, l'6nergie qu'il a
d6ployke pour maintenir les decisions qui avaient WtC
prises, et son refus de se laisser entrainer A prononcer
des paroles qui auraient pu soulever les passions la-.
tentes de l'Assembl6e, ont fait du President du Conseil
'un des hommes les plus respects dans la vie publique
francaise.
Le grand probl6me de la politique francaise a tou.
jours W6t de garantir l'autorit6 du pouvoir ex6cutif sans
mettre en peril la supr6matie parlementaire. Si, comma
le donne a penser la conception que M. Ramadier a de
ses pouvoirs, on a trouv6 maintenant une solution via-
ble au problem, la Constitution de la IV" R6publiqu-
marquera Pune des tapes les plus importantes dans
l'histoire de la France. >

b) LE DISCOURS DE M. MARSHALL (News Chronicle, 6/6,
liberal) :

< Le discours prononc6 hicr A Harvard par M. Mars-
hall, secr6eaire d'Etat am6ricain, a revktu une impor-
tance considerable. C'est la premiere allusion mar-
quante qu'il ait faite au probleme de la reconstruction
europeenne depuis son retour de Moscou, et son dis-
cours contenait un nouvel apercu de la future politique
6conomique des Etats-Unis A 1'6tranger.
Lc point essential de son discours, c'6tait que, abstrac-
tion faite des passions politiques, 1'Am6rique est tout
A faith dispose a aider au redressement 6conomique de
1'Europe mais a une condition. Cette condition, c'est
que les Europ6ens eux-memes fassent les premiers pas
et mettent sur pied 'organisation commune qui doit
leur permettre de s'unir pour surmonter leurs diffi-
cult6s.
M. Marshall a lance un d6fi A 1'Europe. Qui le rel6-
vera ? Car il doit etre relev6 si 1'on veut que les vastes
resources du nouveau monde soient utilis6es pour re-
lever I'ancien. Il ne peut y avoir qu'une r6ponse A cette
question. M. Bevin vient de se voir offrir une chance
qu'il ne peut se permettre de laisser passer.
II serait ridicule de sons-estimer les difficulties de
cette tache. Dans certains milieux, l'espoir de voir r6a-
liser une unite europ6enne a t6 travesti en conception
d'un bloc occidental dirig6 centre la Russie. Cette
obstruction malveillante et borne doit etre surmontee,
et M. Bevin peut le faire s'il agit avec assez de fermet6
et de rapidit&.
M. Bevin pent d6jA se servir de la Commission 6co-
nomique europ6enne, qui est I'une des rares agencies
de I'O.N.U. ofi la Russie soit reprCsent6e. Ce qui est n6-
cessaire maintenant, c'est qu'elle soit transformed en un
organisme capable d'accomplir sa tache essentielle -
A savoir commencer l'inventaire des besoins de 1'Eu-
rope.
M. Bevin est le mieux place des hommes d'Etat euro-
p6ens pour mener A bonne fin le travail de la Commis-
sion europ6enne. Mais il faut une decision du gouver-
nement britannique pour faire du probl6me europ6en
le premier probl6me politique A r6soudre.
Est-ce Irop esp6rer que de demander au gouverne-
ment qu'il consacre d'urgence son attention A cette
question ? Maintenant que la politique americaine a 6t6
.si admirablement clarifiee, et maintenant que l'urgence
d'une nouvelle initiative de la part de 1'Europe a 6tW
soulign6e une fois de plus, le parti travailliste ne de-
vrait plus h6siter. II devrait se lancer 6nergiquement
dans une politique qui, ainsi qu'il le salt, est la seule
qui puisse apporter le salut A )a Grande-Bretagne aussi
bien qu'A 1'Europe. >


c) LA POLITIQUE OUVRIIRE DES ETATS-UNIS.
1. Daily Herald (5/6, travailliste) :
< Le President Truman doit prendre dans quelques
jours une decision tres grave.
Ou bien il donnera son approbation, ou bien il oppo-
sera .son veto A la measure antiouvriire appel6e project
de loi Hartley-Taft, qui est sur le point d'etre adopted
par le Congr6s.
Si le President Truman signe ce project, I'une des me-
sures les plus r6actionnaires dans l'histoire de la civi-
lisation une measure destinee A 6craser les syndicats
- deparera le code am6ricain. Elle supprimerait leur
droit d'6mettre des revendications, elle restreindrait
leur droit de greve, elle permettrait aux employers de
diminuer en bloc tous les salaires.
Ce project de loi est la reponse du a gros capita-
lisme >, agissant par l'interm6diaire des r6publicains
et de 1'aile droite du Congrbs, au d6veloppement for-
midable des syndicats am6ricains pendant les quinze
dernibres ann6es, syndicats don't les effectifs sont pas-
ses de 3 millions de membres A environ 13 millions.
La champagne des syndicats est maintenant concen-
tree sur un appel au Pr6sident Truman pour opposer
son veto au project de loi.
S'il agissait dans ce sens, la lutte ne serait pas ter-
mince car le veto du Pr6sident peut 6tre 6cart6 par
un vote des deux tiers des membres du CongrBs, que
les parrains du project espbrent obtenir.
Mais dans ce cas, la lutte ne serait pas encore termi-
n6e. Les elections a la pr6sidence auront lieu 1'ann6e
prochaine, et la question de la legislation antiouvriere
jouera alors un r6le essential.

2. Daily W1~rteir (6/61, communist)
Les Americains ne font jamais les choses A moiti6.
Le project de loi est maintenant soumis au S6nat et
avec ce project la 16gilslation antiouvribre la plus f6roce
qui ait jamais W6t soumise au Parlement d'un pays
d6mocratique.
Etant donn6 qu'il est maintenant certain que ce pro-
jet passer, les syn'dicats organisent une grande cam-
pagne pour demander au president Truman d'exercer
son droit de veto. Cependant, les r6publicains sont
d'une humeur aggressive et arrogant, et ils exerceront
une forte pressio-n pour obtenir ce qu'ils veulent.
Le project passer au SBnat, mais cela ne mettra pas
un terme A la lutte des syn'dicats am6rioains. On peut
pr&voir une opposition violent dans les usines.
La doctrine Truman en matiere de politique 6tra'n-
gbre et le project de 16gislation ouvriere sur le plan
int6rieur indiquent clairement la voie que suiverl les
millionaires am6ricains. C'est une menace A la lois
pour la paix et pouf ,la d6mocratie. >

d) LE PLAN BRITANNIQUE POUR L'INDE (Ma lhelsfer Guar-
diofn, 5/6, liberal) :

< Bien enten'du, le partage de l'Inde n'est pas impose
par le gouvernernent britannique. S'il est r6alis6, ce
sera uniquement parce que les Indiens l'auront voulu.
Mais cc serait trop demander que d'espbrer que la Li-
gue musulmane n'insislera pas maintenant davantage
encore en faveur de ce partage. Les inconv6nien-ts et
la d6sagr6gation qui peuvent en r6sulter sont si impor-
tants qu'on pourrait raisonnablement esp6rer que 1'ex-
perience amenera a nouveau a refaire de 'Inde une
unite. Cepen'dant, il faut se souvenir que c'est surtout







4 BULLEIIN QUOTIDIEN DE PFSSE ATRAlNG*B3


au d6but que de tells difficulties se font le plus sentir.
11 fault s'attendre A devoir trader a i'avenir avec
deux Indes, ou peut-e6re mime trois. Le Bengale orien-
tal est s6par6 du Punjab par une grande distance. Ces
deux provinces sont encore plus 6loignes I'Pune de
l'autre par la facon de vivre, les habitudes, In dangue et
la culture. Chacune d'elles est assez importance pour
constituer une entitl dis.in,.te. Peut-etre seront-elles
d'accord pour se s6parer aprlnr queiques annaes. 11 y a
encore ia possibility de voir les parties hindones et
nuusulmanes du Bengale se r6unir pour former u le na-
tion distinete. L'id6e a etB lance il y a un demi-si6cle
et ceci expliquc pourquoi :.e Bengdle a oppose uiie tell
resistance au plan de partage 6.tabli par Lor'd Cirzon.
NeAnmoins, on peut douter qu'on ait beaucoup de rai-
sons de se plaindre du partage de cette province. Les
ministries provinciaux du Bngale se sont r6Av6ls peu
caipables et ne restaient que peu 'de temps au pouvoir,
des dissensions internes entire les repr6sentants de la
mnajorit6 musulmane avant 6te fomen.us par les intri-
gues des Hindous. Une separation du Bengale ea deux
regions hindoue et musulmane pourra contribuer A as-
sainir *Ia vie politique, au Punjab, les ministres musul-
mans qui 6laient competents ont eu plus'de success dans
la .tentative qu'ils onl faite pour amener les trois com-
munaut6s a coop6rer. Mais depuis que la Ligue musul-
Inane a exerce une influence de plus en plus g:'ande
dans le Punjab, cette cooperation *n'a pas At6 possible
plus longtemps, et il 6tait inAvitable que les Sikhs et
les Hindous rocdlament un partage.
fl est extr&memenot interessant d'envisager I'avenir
de la province-frontiire du nor'd-ouest, h qui l'on doit
demander si elle prefbre &tre reunie A 1'Tnde musul-
mane ou A 1'Hindoustan. Cette province est .rop im-
porlanle du point de vue strategique et tyop pauvre par
ailleurs pour pouvoir rester islde. Probablement sus-
cilera-t-ellc I'in.t6rit trs bienveillant de la Russie.
On est tent6 de poser encore une autre question.
Quelle sera aI nature des Conslioutions qui seront don-
nees aux deux Indes par les Assemb'Aes constituantes ?
A premiere vue, il semble qu'elles doiven.t trre 1lablies
sur le module de la Constitution britannique. De lel!es
Constitulions seront-elles applicable 'dans 1'Inda et
pourront-e!'es permettre la formation de gouvernements
ex6cutifs assex forts pour proceder aux vastes r(for-
mes de carantire revo.lutionnaire, social, 6conomique et
intellectual dont l'Inde a manifestement besoin ?

e) LE PROBLEM E PALESTINIEN (D)ily Telegraph, 6/6, con-
servateur) :
Deux des organizations juives les plus important's en
Amerique : le Comit anmricano-juif et le Conil tra-
vaillisle juif, se sont maintenant associates au Pres'dent
des Sionis:es amniricains pour s'6iever fortemeni centre
la champagne mcn6e par M. Ben Hecht en favour 'du
terrorism en Palestine.
IJne bonac parties des Juifs ont pris ou prennent
maintenant de p:us en plus conscience du tort que des
personnel come Hecht et ses dupes font A leur cause.
Les Juifs senses se rendent compete que le seul effei des
fausses accusations qu'ils portent centre les Brilanni-
ques et les o'dieux attentats qu'ils perprtrent c:,ntre
eux est que le resle 'du monde tend a altribuer h leru
race tout ce qui est odieux.
Avant la naissance du terrorism organism en Pales-
tine, qui a entrainyA la mort d'environ 80 personnel,
au course des 5 premiers mois de celte annde, personnel,
mcme le plus acharn6 des antisSmites, n'aurai't n.urri
une telle idee. Ce sent des gens comme M. Hecht qui
sont responsables A la fois 'de ce's meurtres et du grave
danger qu'entraine une extension de l'antis6mitisme.


Ce n'est pas le moment de refaire l'historique du
probl6me pa eslinien. II est seulement oppor.un de rap-
peler que la Grande-Bretagie, d6sesp6rant de trouver
'de sa propre au orito une sloluton acceptable et pen-
sant A just titre qu'on ne devrail pas lui laisser le
soin de r6soudre toute seu'e le prob.6me avec toutes
les diffliult6s et les charges qu'il cntraine, a port cette
question devant I'O. N. U. Apr6s un d6bat prolong. cet
organism a nommi une Commission d'enqunte com-
pose 'd dde6gu6s de 11 nations qui ne sont pas direc-
tcment in.t6ress6es, et ce'te Commission dot quitter les
I. S. A. pour la Palestine la semaine prochaine. Cette
nouvelle decision n'a aucunemena mis fin au terrorism
et n'a aucunement ralenti les activists de ceux qui, de
loin, se font les comp!ices des terrorists. Il'fut n6an-
moins esp6rer que cette Commission ne permeltra pas
qu'on lui porte prejudice soit par des attentats, soit
par 'des paroles de ce genre. II se peut que des r6pu-
diations verbales des agissements de M. Hecht telles
que celle qui a 6tW lancee hier sauvegarde son objecli-
vit6. Ii est certain qu'elle serait beaucoup mieux aide
par une active collaboration des Juifs pour meltre fin
au terrorism; au moins les enqu&teurs verront-ils par
eux-memes la parfaite inanit6 des accusations porltes
centre les Britanniques au course 'des 25 dernieres an-
noes. >


II. PRESS AMEIIICAINE


Revn-e de In pr'sse amieriaine d. 5 join' 1947

1. Hongrie
L'affaire hongroise continue L tenir la vedette dans les
journaux. La press annonce qpe le gouve:'nement americain
a interdit le survol de la zone d'occupation amdricaine en
Allemagne aux avions longro's, A titre de replique au refus
hongircis de lns.ser les avions americains survoler la Hon-
grie. Les ddcpches de Budapest annoncent Lgalement qu'un
attaclhT' iilitaire aimrieain s'est vu irefurer le droit d'ins-
pecter une division hongroise. Cet incident ine'ine certain
corre.pondants A croire que les Soviets, qui avaient propose
dans le passF d'cntraine- l'arm6e hongroise, ont obtenu
maintenant cette autorisation du gouvernement de Budapest.
Le coup port A na politique etrang6re amiricaine par les
'\inements de Hongrie amene les rddacteurs politicues et
les Cditorialistes a se demander si la doctrine Tr'uman ou
tout autre politique amiricaine unilatrale peut reussir par-
tout (anis le monde.
Le correspon.dant de Budapest an New York Times note
qun 'a difaite de la nolitique amdricaine en Hongrie parait
complete et irrdm6diable si 1'on n'a pas recourse h une guerre
c!ui. < naturellement, n'est pas h envisager sdrieusement >,
et rema"nue e tue ans tous les milieu politinues hongrois
on attache une importance restreinte aux contre-mesurcs de
caractere financier prises par Washington.
De m6me, I'dditorialiste de l'Evening Star estime que la
politique amnricaine ne doit pas q d'abori montrer le poing
pour ensuite menacer du doigt >. II considire quo de simp'es
p otestations ne mbneront A rien et sugg6re que Washington
prepare une nouvelle politiquc Otrang.re capable de prot6ger
les intir4ts des U.S. A. dans cette parties de 1'Europe et d'y
redresser leur prestige.
iorck. cief des correspondants du New York Times A
Washington, reprend la formula cite eqlus haut par I'Eve-
ning Star et 6numbre les raisons pour lesquel'es la doctrine
Truman ne peut pas itre universelle. II souligne principale-
ment que les rcssou'ces americaines sont limits et que
les rirques d'une guerre ne sauraient itre envisoagRs i I'heure
actuelle vis-h-vis de I'opinion pub'ique animricaine.
Iippmann s'inquibte egalement du coup port a la poli-
tique amdricaine, mais ne se content pas de critique cette
politique comme ses colleagues. II propose que celle-ci n'ait







BULLETIN QUOTTDIEN DE PRESS ATRANG*RE 5


plus un caractbre unilateral et qu'e'le s'exerce tout au moins
en accord avec la Grande Bretagne et la France. 11 ajoute
que les U. S. A. ne devraient pas avoir une politique italo-
amb.'icaine cdtime ils en donnent I'impresrion en ce mo-
ment, mais. an contraire, une politiaue alliee dAns laque'le
la Grande-Bretarne et la France, pour le moins. auraient
une responsabilite morale et politique gale a la leur. Avoir
une politique italo-americaine. 6crit-i', ce n'est pas avoir une
veritable po'itique de cooperation international. II estime
que les U. S. A. s'attaquent a beaucoup trop de prohlemes et
prennent trop d'engagements moraux. Dans notre propre
int6r&t ecrit-il. et dans celui de la Daix tous ces problems
devfaient avant dd'b're decides. &tre partag6s avec les autres
gonvernements. en ce qui concern la responsabil'tD po'i-
tique, e car autrement, l'Oncle Sam pourrait se trouver
A la t&te d'un d6fil6 oil tout le monde marcherait a un
autre pas que le sien :.
Srlon l'editorial du New York Times, le fait que les com-
munistes peuvont etre beaucoup plus audacieux en Hongrie.
qu'ils te 'e sont en France ou en Italic, oii ils ont pourtant
l'appui ,de parties puissants, prouve combien ils s'appuient
sur 1'armbe d'occupation sovibtique. Si les Allies occidentaux
avaient eu des troupes Fur place, conclut l'auteur, la mino-
rite n'aurait pu se saisir du pouvoir
Par ailleurs, toute la press announce sous de gros titres
que le m'nistre de Hongr'e A Washington. ainsi qu'une parties
du pe-sonnel de la 16gation. se sont refuses a reconnaitre
la Icgalite du nouveau gouvernement hongrois dominb par
les Russes. Le ministry a remis une declaration h la press
oh ii ranpelle nue la Hongrie a fait des progris ,dans la voie
de la democratic, mais que, desormais, les forces d6mocra-
tiques sont combattues par 1'armer sovietilqup et ses agents
En consenuence le gouvernement hongrois former sous la
pression de la force sovietique ne saurait etre 16gal. et il
concHlt en Tnrmulant l'espoir aue le people hongrois re-
trouvera un jour sa liberty d'action.

2. Commission atomique

La pressed announce en premiere page qne Ie d611 u6 ami-
ricain b la Commiss:on de 1'6nergie atomiqne de I'O. N. IT.
a qualifi6 la proposition sovietique de contr^Ae de < fraud
an d4pens oes peunles du monde l.e delegud ambricain
aurait fait cette remarnue en s'opposant a la proposition
russe de confier aux agencies nationals le contrAltp qui de-
vait etre exerci par 1'agence international de I'O. NJT

3. Cangrds

La Chambre a vote. par 3S90 voix contre 79. une nouvel'e
loi onvriAro oui avait fait l'objet d'un compromise centre la
Chambre et le Senat. Les rorrespondants notent que cette
mniorm't est largement snffisante pour annuler le veto du
President, si celui-c' dccidait de s'opposer a la promulgation
de la loi. Le Senat doit voter cette mime loi aujourd'hui

4. Sifuar'ion charbonnire'

La presse announce un novel arr t 'dans les nerociations
en course entrp les propriitaires de mines de carbon du
Sud et le syn.dicnt Lewis. Elle crn'nt de ee fait qu'unoe _reve
n'4clte le ler juillet, date d'expiration du contract collectif
des mincurs

5. Argentine
Tonte la press rerrend en premriee pnae la nouvelle de
In demission re M. Braden. secr6taire adinint aux Affaires
6trann-es. La presre observe une M. Braden s'est toujours
opp-s6 A un rannrochement nvec Peron. Les dlitorianx du
New York Tin,m's et du New York HeraldF Trbune constatent
one re rapproebemen tnt titla senul solution possible aux
diff;cultIs cn'entrainerpient nour les relations nanam ri-
caines un deaceord fon'amental entire Washington et
Bupnoo-Ai"es. Le Non, York Herald Tribune rearette cepen-
dant que ce rapprochement avec un Etat totalitaire fascist
snit annone an m mment me oi WaWh'ngton protested en
faveur de la democratic en Hongrie. (Voir cet article plus
loin.)


6. Nouvelles de France
Toun les correspondants annoncent que In grbve ,des cheP
minors est suspendue. Par centre, ils notent que celle des
boulangers continue et que d'putres sont annoncies dans
l'industrie du bAtiment.
Une depeche du Baltimore Sun souligne 1'inqui6tude que
cause cette situation au cabinet frangais.
Les correspondants de A. P., du New York Herald Tribune
annoncent que la France a rejetd les protestations soviiti-
ques au sujet des personnel d6placees de nationalit, russe.
I!s signalent que deux notes ont 4te remises A Moscou. I'une
indiquant que la France n'accepterait pas de renvoyer ces
per:;nnnes centre leur gre en Rusrie, "autre que la France
con'inuernit A recruter des travailleurs dans les zones occi-
dentales de l'Allemagne. travai:leurs qui pourraient, s'ils Ie
,dd i-a:ent. rentrr en Russie.
Callen,'er fledtit le came des Russes de Beauregard entoure
de fils de fer barbells et gard6 par la police russe, et se
demand si ces precautions sont utiles, 6tant donn6 qu'en
principe los personnel qui sajournent dans ce camp sont
< volontaires pour retourner en Russie.
Slocombe, dans le New York Herald Tribune, signed un
long article consacre h la, reaction de ]'opinion publique
f-anqaise devant le probl6me colonial.

a) LES ETATS-UNIS ET L'ARGENTINE (New York He)rljd
Trilbuine, 5/6) :

< Les Etats-Unis vont repren'dre maintenant des re-
lations normales avec I'Argentine, vont lui fournir des
armes et accepter sa participation dans le systeme de
d6tense de l'hemisphere occidental.
Voi'A u n aboutissement qui ne laisse pas d'6tre in-
qui6tant, mais qui semble la seule solution viable pour
sortir d'une so.ulion impossible. La politique d'intimi-
'dation que nous avons suivie pour essayer de contrOler
ou de renverser le regime du president Peron a mani-
festement fait faillite. Le president Peron a tout A fait
le droit, 16galement, d'6tre au pouvoir. Nous ne dispo-
sions d'aucuie arme*suffisamment efficace pour le d6-
tr6ner; e-t nous ne pouvons pas 'dicter aux Argentins ce
qu'ils doivent fire chez eux. La seu'e solution etait
a'ors de le reconnaitre et d'obtenir des conditions aussi
bonnes que possible, d'achever la constitution du sys-
tbme de d6~ense amBricain, et ensuite 'd'exercer toute
I'influence ;possible sur l'6volu'ion de ]a polilique de
1'Argentine, en se servant de ce systeme mmme et avec
la collaboration des autres membres participants. Tout
norte A croire qne ctte d-ision a 6tW rise en faith en
janv:er. lorsque M. Marsha'l a 66 aunee16 au ministbre
des Affires e'ranprres. En se siparant 'de quelques na-
z's de nlus, le president Peron nous a maintenant fourni
I'occasion de mettre cette politique en pratique.
11 est difficile de croire que les nazis possedent main-
tenant davantage qu'une importance symbolique. Ce
,n'est pas l'ami:ie que le prCsi'dent Peron a montree au-
trefois pour le totalitarisme allemand et italien qui
comnte auiourd'hui. Ce qui compete, c'est I'effet qu'aura
ce succS d'abnrd sur toutes les forces du libAralisme
veritable et sur les progres de la d6mocratie dans 1'Am-
rique laline, et en second lieu sur l'opinion qu'on aura
dans le monde de la politique 6trangAre des Etats-Unis.
En admettant que nous ayons e6t obliges de repren'dre
des relations normales avec un Etat totalitaire 'du type
fasciste qui fail de la lutte contre le communism un
aspect dominant de sa politique, il est vraiment dom-
inage que nous ayons etC obliqgs d'agir ainsi au mo-
ment pr6cis ofi la doctrine Truman, les protestations
a pr)onos de la Hongrie, I'organisation 'de la defense de
t'.h6m'sphtre occidentnl et le plan d? standardisation
des armements coqs'ituaient autant de facteurs qui con-
tribuent tous a donner A notre politique l'apparence
'd'une politique don't le seul 616ment positif est celui







6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANOGRE


d'une guerre de la reaction contre 1'Union sovi6tique.
Peron a fait des concessions jusqu'A .un certain
point et il a etc regu avec enthousiasme dans le
systine de defense americain. Voilh qui augmente la
responsabilit6 qui nous income d'exercer une in-
fluence qui garantisse une application 'de notre sys-
temes a des fins a la fois constructive et d6mocrati-
ques. D

b) L'ENTRAINEMENT MILITAIRE OBLIGATOIRE AUX ETATS-
UNIS.

1. Philadelphia, I quirdr (4/6) :

< Le problmme essential n'est pas celui de 1'entrai-
nement militaire obligatoire. C'est un devoir pour nous
de prendre rapi'dement la decision de faire de notre
pays < une Am6rique forte et r6solue > qui (ot nous
sommes d'accord sur ce point avec la Commission de
M. Truman) < est la meilloure garantie de notre s6cu-
rit6 et de la r6ussite de l'Organisation des Nations
Unies ,.

2. Chic'do Sun (4/6) :
< On pent affirmer avec raison qu'en augmentant
notre force militaire, nous pouvons acqu6rir ule nou-
velle puissance dans les n6gociations internationales
Dour l'6tablissement de la paix. Il y a beaucoup de
chances pour qu'un entrainement de six mois miles jeu-
nes gens Ages do 'dix-huit ans nous pernnette de parve-
nir a ce resultat. ,




I. PRESS SOVIETIQUE



Revuie de [a press sovietiqde di 4 juin 1917

1. La politique des EtalS-Unis

La plupart des nouvelles concernent la politique militaire
des U.S.A. et rapportent les declarations des chefs de la
'mission amdricaine en Turcu'ie. Les journaux publient,
d'aprcs un article du New York Times, un long tiligramme
sur la r6organisation des Services de renscignements ame-
ricains. Ils annoncent le prochain /voyage du Prdsident Tru-
man au Canada. Plusieurs d6 pches concernant igalement
les projects d'instruction militaire obligatoire anx Etats-
Unis et au Canada ct I'une d'elles resume la conference de
press du, secretni-e de la Section de presse de I:i Maison
Blanche sur ce sujet.
Deux brcfs tlf6grammes ont trait I la politicue financi6rec
des, U.S.A., 1'un a propos de 1'emprunt americain accord
an Yemen, l'autrc rendant compete des declaration; de Mac
Dermott sur l'attitude amiricaine en face des 6vinements
de Hongrie. Une ddneche signal qu'h propos de la situa-
tion int6rieure des Etats-Unis, one les provisions Fur la
prochaine recolte sont per optimists. Dans Flotle Rouge,
un article intitul< c L'offensive de la reaction contre la
democratic aux Etats-Unis > 6tudie une s6rie de measures
prises par le gouvernement am6ricain, parmi lescuelles la
suppression du control des nrix et la legislation anti-
ouvrire.
Solon l'auteur. la campagne anti-communiste dihain atn
l'heiure actuelle aux U.S.A. n'est au'un nsoect de 1'offens;ve
gBndrale conlre les organizations d pas sans raison que le s6nateur d6mocrate Taylor a rappel6
que < Hitler, Mussolini ct Franco avaicnt commenc aussi
par des campaones anti-commnnis'es ). II ponsr qrue ces
oamDnanes anti-dimocratiques et ani-ouvri&res do( In ranc-
t:on americnine ont soulevd une puissante vague de pro-
testation dans le pays trot entier. ,es U.S.A. scraient Inl
veille d'une nouvelle poussde du movement de greve prt-
pare par le Syndicat.


2. La lutte pour la ddemocratie dans le monde
Los nouvelles de premier plan concernent la situation
on Hongrie : les journaux publient un resume des d6posi-
tions de Kovacs Bela et donnent un compete rendu sur la
premiere s6ance du nouveau gouvernement hongrois, sur le
rapport de Rakoszi, la fuite de Varga Bela, .en Autriche.
Dans plusieurs journaux des d6p&ches relatent l'ouverture
de la session du Constil general de la F.S.M. i Prague.
Les journaux publient une sdrie de t6legrammes de se-
cond plan sur Ics sujets suivants : formation du nouveau
gouvernement japonais, cloture de la session de la Di6te
polonaise, declaration de Tito aux journalists bulgeres
sur la situation dans. les Balkans, manifestation de mP-
contentement a Pola, depart pour la Yougoslavie de 600
Yolrsoslaves du Canada, communique du Front unique
nnvrier roumain, conference inter-zone des miners A
Halle. interdiction du part socialist unifid allemand en
zone occidental (d'apres le Neues Deutschland).
TLe commentaires sont nombreux : dans In Pravda. re-
portage de George Jukov sur les fles Aaland. Dans la Kom-
somolskaja Pravda, la secretaire gienrale des ttudients in-
diens 6crit un article sur le s6jour aux Indes de la del~ga-
tion de la Federation mondiale de la jeunesse d4mocra-
tinue. Dans les Izvestia, resume d'une conference du reprd-
sentant des forces d6mocratiques de 1'Espagne, Antonio Uri-
bes, sur le people espagnol et les manoeuvres de Franco. 11
y met en relief les intrigues du capital anglo-americain et
les efforts du Caudillo qui, au prix de la soimverainet&.
cherche A ronserver le regime des dictatures dans le pays.
Lcs Izvestia agalement publient un article sur la situation
on Indon6sic. AprBs un rapid tableau des evenements de-
puis la proclamation de 1'independance, en aoft 1945 (in-
tervention anglo-hollandaise, accord de 1'Ingadjati, indp'en-
dance du Pasoundan, incident de Beutenzorg). l'awleur de
Particle conclut que la politique hollandaise en Indon6sie
t6moigne non seulement de la faillite des essais pour
etouffer par la force armie le movement de Liberation na-
tionale du peurple indonisien, mais aussi, du fait que pour
conserver leur domination colonial, les milieux imp6ria-
listes de la MItropole ne reculent devant aucune manwu-
vre, y compris les promesses d'accorder l'independance au
people de la colonies.
Enfin, l'Etoile Rouge public une analvse du livre d'An-
drew Roth : << Dilemna in Japan >.
Avarin. qui signe I'article, pense que I'idde directrice deo
< Munichois d'Extrsme-Orient ,, qui menent i 1'heure ac-
tuelle la politique des monopolies amiricains, est d'driger
la monarchic japonaise en un rempart et en un instrument
contre I'I.R.S.S. et contre le communism.

3. Le riglement des problbmes infernationaux

Au premier plan. l'agence Tass public une information
sur le r6sultat des t"avaux de la Commission mixte sovi6tl
am6ricaine pour la Corne.
On relive an second plan :
a) Un rdsumi d'un article du Neues Deutschland, rtpon-
dant an dernier discours de M. Bevin et pr6cisant les li-
vraisons de products alimentaires faites par la zone sovid-
tique aux zones occidentales d'occupation en Allemagne;
b) Trois courts tIl6grammes concernant 1'O.N.U. : com-
muniqud de 1'etat-major militaire, seance de la commis-
sion pour 1'6tude du probl6me palestinien, article du
Spanish News Letter sur les perspectives de l'examen par
1'O.N.U. du. problem espagnol.
Trud public un article de Losokine sur le bilan de la
premiere session de la Commission iconomique erropeenne.

LA SITUATION INTIIERIEURE EN FRANCE (Trould, 5/6).

< Les syndicats francais ont a repou'sser des attaques
incessantes dirig6es contre les droits fondamentaux de
la classes ouvriere. Les derniers ev6nements de France
indiquent que la reaction met toujours le m6me acharne-
ment A frustrer la classes ouvriere des droits qu'elle
s'est acquis et la situation des travailleurs empire de
mois en mois tandis que les bendfices des trusts aug-
mentent sans cesse.
La C.G.T. qui group plus de 6.500.000 travailleurs







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGBRE


n'accepte naturellement pas que les efforts de la classes
ouvrilre ne profitent quaux industriels et aux sp6cu-
lateurs. C'est pourquoi son Conseit National a contirm6
son intention de reclamer une augmentation generate'
des salaires.
D'aure part, ie president Ramadier s'est d6clar6
pr&t a accepter une revision des salaires a parlir du
mrois de mai et en m6me temps il acceda a la clemande
des syndicats qui reclamaient l'octroi immediate de
primes A la production.
La press r6actionnaire cherche a effrayer les Fran-
cals en leur mofitrant qu'une augmentation des salaires
ferait augmenter les prix et conduirait a une inflation
catastrophique. Les mem'bres de l'aile droite du parti
socialist 6pousent 6galement ce point de vue.
Par centre, le Comit6 National de la C.G.T. a souli-
gn6 a piusieurs reprises que la demand d'augmenta-
tion des salaires 6tait tout a fait compatible avec la
politique de baisse des prix. Cc point de vue est non
seulement dict6 par 1'intriet de la classes ouvriere. mais
il est, tant au point de vue pratique qu'au point de vue
theorique, le fruit de l'exp6rience acquise pendant de
longues annees par la classes ouvribre. Les socialists
se sont refuses 6nergiquement a satisfaire la demand
des syndicats. Les 6elments r6actionnaires ont profit
de cela pour provoquer une crise gouvernementale. Les
ministres communists furent accuses d'avoir viol6 la
solidarity ministerielle et furent remplac6s par des re-
pr6sentants des autres parties.
DBs le d6but, on pouvait prevoir que le remaniement
du cabinet Ramadier ne pourrait que nuire Bnorme-
ment aux int6r&ts de la classes ouvriere. Aujourd'hui,
on se rend compete que ces craintes commencent a se
v6rifier. Non seulement le gouvernement viole les pro-
messes qu'il avait faites au sujet de la revision des sa-
laires, en repoussant 1'examen de cette question du mois
de mai au mois de septembre, mais il a decide de re-
courir aux requisitions et de faire appel a l'arm6e en
cas de greve.
On sait que le Conseil National du Parti socialist
s'est prononc6 A une faible majority pour la partici-
pation de ce parti A un cabinet d'oit les communists
seraient exclus. Actuellement, devant le tort caus6 aux
travailleurs A la suite du remaniement du cabinet Rama-
dier ,l'opposition s'accroit de jour en jour au scin du
parti socialist ;.



IV. PRESS BELGE


LA SITUATION INtERIEURE EN FRANCE (La DernJde
Heure, 5/6, liberal).
< On se demand si M. Paul Ramadier, president du
Conseil, pourra & tenir N la ligine de defense des prix
et des salaires qui avait 6t construite ou plut6t ren-
forcee par le minisiere Blum.
Dejs cette ligne est rompue en plusieurs endroits, et
du reste la creation des primes au rendement ou h la
production n'est pas autre chose que l'acceptation A
peine voilee d'une augmentation g6enrale des salaires.
Or, comme la monte des r6munerations risque
d'amener une hausse nouvelle des prix, accentuee par
une politique du pire menee par certaines classes eco-
nomiques dirigeantes, on peut se demander si l'on n'as-
siste pas, en ce moment, aux prodromes d'une crise
qui d6passerait singulirrement les buts memes des int6-
ress6s.
Le pays semble menace par trois dangers : les re-
vendications ouvrieres sans contrepartie, les demands


des agriculteurs en vue de la hausse de leurs products,
le fait que les industries et les commergants rdclameni
la possibility de vendre librement >.
Du correspondent A Paris de La Dernidre Heuro



V. PRESS SUISSE


a) LA SITUATION INIERIEURE EN FRANICE.
1. Gazette die Lauisaunc (5/6).
( Le chef du gouvernement so trouve actuellement
dans la position ae A1. Daiadier en 1938, avec cette
dilterence que les elements au probieme sont bien plus
complexes.
< Le chef d'orchestre clandestine > auquel il faisait
allusion mardi a I'Assemibiee nationaie, estime-t-on,
n'attend que le moment ae reintegrer ses repr6sen-
tants au sein du minister et de fire ainsi oeuvre de
sauveteur.
La tenacity, l'ardeur et la volont6 in6branlable peu-
vent seuies mettre un term a ce vaste mouvelment d'agi-
ration. Le gouvernement se trouve aujourd'lnu devant
une epreuve de force. Mais il est resoiu A tenir et h
sortir cofite que cuoite victorieux de 1'impasse en ne
negigeant rien toutefois de ce qui peut favoriser l'616-
vation du standing de vie des families ouvrieres, tout
en s'eiforcant de mainienir la valour du franc >.
(1)u correspondent a Paris de la Gazette de' Lausanrue)

2. La Tribune de Geneve (5/6).
La caractrre larv6 et fragmentaire des movements
sociaux est un des traits remarquables de la crise ac-
tuelle. Les groves commencent, s'arrCtent, reprennent.
Ailleurs, c'est la greve perl6e. Ailleurs encore, on .oc-
cupe l'usine pendant queiques heures. Ii est clair que
ies instigateurs de ces < movements > entendent gener
au maximum le gouvernemnent, mais ils craignent d'al-
ler jusqu'au bout, car ils ne veulent pas provoquer une
gene ou une contrainte qui rendrait impopulaires les
gr6vistes ou ceux qui les inspirent.
En ce sens, on peut dire que M. Ramadier a eu rai-
son de devoiler publiquement la manoeuvre commu-
niste, qui consiste A provoquer l'arrRt du travail tout
en se pr6tendant < parti du gouvernement > et A exer-
cer sur le gouvernement un chantage de nature a rou-
vrir a M. Thorez et A ses amis les portes du pouvoir.
Les decisions que le president du Conseil a prises hier
montrent que, sur ce premier terrain, la manoeuvre a
echoue. M. Ramadier a decide, en effet, de prendre
en main personnellemt le contrOle des prix et le ravi-
taillement (le poste de haut commissaire au ravitaille-
ment a 6tW supprim6e par decision du Conseil des mi-
nistres) et cette decision exprime la volont6 bien arre-
lee de mener a bien la tAche entreprise par le cabinet >.
(Du correspondent h Paris de la Tribua e dle Genbve).

b) APRiS LA CRUISE HONGROISE.
Ncie Ziilclicer Zeittltg (5/6) :

< La prompted decision de bloquer le credit ameri-
cain a la Hongrie, premiere r6plique A l'elimination de
MM. Nagy et Gy6ngy6sy du ministbre de coalition ne
peut causer beaucoup de surprise, mime A Budapest.
Ii est universellement admis dans la pratique que le
criancier a la faculty de 'diff6rer tout nouveau verse-
ment lorsque les circonstances qui ont preside & l'oc-






BULLETIN QUOTIDIAN DE PRESSE ATRANGQREE


troi de l'aide flnanciere se sont profondement modi-
fiUes. Washington esi au moins partailemeni en droit de
con.siderer que la d6mission du president du Conseil
et du ministry des Affaires 6trang6res de Hongrie, im-
pos6e par la puissance occupante A la suite de sim-
ples soupgons, remet aujourd'hui en question une des
conditions essentielles de l'appui financier uamllicaiin.
Les successeurs des deux hommes d'Eiat sont, il est
vrai, inscrits au m&me part qu'eux et le rapport des
forces au sein 'du cabinet de coalition est officiel.ement
demeur le mnme. Mais en reality le part des peti.s
proprie:aires n'est plus repr&seni au gouvernement par
aucune personnalit6 independanie, de sorte qu'il est
moins en Rtat que jamais *de r6dsster A la p-ession sys-
t6matique des gauches. D'ailleurs son acquiescenment &
la nationalisation des grandes banques hongroises, si-
gnifi6 dis le lendemain du remaniement ministeriel ne
le montre que trop clairement; en effe-, il s'agit 1A
'd'une measure A laque'le il s'6tait r6solument oppois6
pendant des mois. L'influence des communists ot des
socialists au gouvernement est devenue predominantly
bien que les petits propri6taires y conservent la majo-
iite >.
(Du correspondent A Londres de la Neue Ziircher
Ze'w;u ag.)

C) LE PLAN BRITANNIQUE POUR LINDE (Na'iOIIori_? Ze 'ung
(5/6, edit. du soir) :
< Au point de vue du droit international, l'accor'd


de Delhi institute un systeme passabhlement compliqu6,
sinscrivant entre la semi-indepjndance et I'indpen-
'dance total, et il est lotn, en toui cas, de cr6er tine
unit indienne. Ei effect, si les principauLes recouvrent
leur ind6pendance todale, pratiquemeat elles peuvent
s'unir par de nouveaux traits ei de nouvelles alliances
A la couronne ang.aise ou au Commonwealth ou au
Pakistan et A l'Hindoustan, peut-6.re aussi entire elles
ou de differencess manibres h la f3is. Mais, upr-s tout.
Ics experiences que-la Grande-Bretagne a faites avec
I'Irlande l'ont habitue A ce genre d3 relaLions compli-
quees entire les Elats. Pour l'instant, le stade critique est
representU uniquement par la procedure de consulta-
tion et de separation A appliquer dans :es provinces de
Penjab et de Bengale qui sont en proie A l'agitation.
Dans les grandes vi:les de Lahore et d'Amritsar, indb-
pendamment des 'dommages estiis A plus de 500 mil,
lions qui r6sultent de la destruction des maisons e'
des magasins, les services de police et 'd'administration
ont des maintenant cess6 tou:e activity. Ainsi un con-
tr6leur de I'electrici:6 musu'man ne peut se permetlre
de pin6trer dans une demeure hin'doue pour reliever
le compteur, et inversement. Partout, la minority me-
nacee, en proie A la panique, abandonne maisons et
terres qui sont mises en vente A des prix d6risoires.
Pour 'e succ6s du plan 'de partage, il est capital que
l'adminis'ralion central actuelie ait la force et la vo-
lonte de r6tablir l'ordre et la s6curit6, et par 1 la
confidence dans le droit, en faisant preuve d'une grah'de
6nergic et d'une rigoureuse impartiality )


S...Ip,2,reNcl, ai 130 rx 6fs


S.P.I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 frs.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs