Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00106
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: June 3, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00106
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentalion
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8")


BULLETIN



DE PRESS


3 juin 1947.


MINIStEit
LA DOCUMENTATION FRANCAISE DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE INFORMATION
ET DE PRESS


QUOTIDIJ



ETRANG


Nouvelle S6rie N 683


SOMMAIRE

I. -- PESSE BRITANNIQUE.
u) L'exemple du Commonweallh britannique (Ti-
mres, 3/6).
b) La crise hongroise (Manchester Guardian, 2/6).
I) L'Europe et le dollar (Daily Worker, 3/6).
id) La situation 6conomique de la Grande-Bretagne
(News Chronicle, 3/6).
e) L'avenir de l'Inde (Daily Express, 3/6).
II. --- PRESS AMIRICAINE.
Les Etats-Unis et l'Union Sovietique (New York He-
raid Tribune, 3/6, edition europeenne).
III. PRESS SOVIETIQUE.


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique dlu 3 juan 1947
L'lnde constitute ce martin encore le centre d'intdrgt de la
press. En second lieu viennent les reactions americaines
devant les rdcents dvdnements de Hongrie puis la publica-
tion de, 'accord anglo-amdricain sur l'Allemagne. La France
occupe une place secondiaire. L'arrivde d'Abd el Krim en
Egypte ne fournit plus matidre aujourd'hui qu'A de rares'
et tres brefs articles.
1. Inde
Toute la press' announce que Ic vice-rol a soumis hier le
nouveau plan britannique aux chefs des trois grands parties.
En gdndral, la plupart des correspondents se montrent assez
conlants dans le ddroulenjent prochain des dvdnements.
Le Times et le Manchester Guardian, ainsi que d'autres
Journaux, soulignent que attitude des chefs indiens serait
assez conciliante; toutefois, ceux-ci pourraient rtre obliges
dd.adopter une attitude plus intransigeante sous la pression
des 61mments extr6mistes de leurs, parties. La press pense
egalement qu',n dvitant de se pronone.er immddiatement,' la
Ligue musullmane tenterait d'obtenir de nouvelles conces-
sions.
D'antre part, les journaux annoncent que M. Attlee fera
cet aprss-midi une declaration aux Communes et exposera
Je plan Mountbatten don't le Daily Herald donne un resume
tres clair.
2. Hongrie
tous les journaux s'int6ressent aux reactions americaines
devant l'dvolution politiquc en Hongrie.
Selon le correspondent du Times, l'on serait unanime k


penser aux Etats-Unis que 'action .russe en Honirie serait
la reponse a 1'aide am6ricaine i La Grace et t la Turquie.
D'apr&s le Manchester Guardian, I.e Dparte'ment d'Etat
chercherait a savoir dans quelle measure la chute de M. Nagy
est le fait des communists et quelle en serait 6galement
l'importance dans la vie politique hongroise.
Le correspondent du Daily Telegraph prdvoit que la note
de protestation qui sera envoyde par Washington h la Hon-
grie sera conque dans des terms extrimement vigoureux.
lle son c6t6, S. Gelder, du News Chronicle, met en relief
kIs declarations, de M. Marshall selon lesquelles a les pays
d'Europe ne pourront .esp6rer obtenir I'aide et la symprathie
amnricaines que s'ils refusent de collaborer avec les com-
munistes et les &cartent du Gouvernement. .)
Toute la press announce que le Ddpartement d'Etat a
decide de suspendre son aide financi6re a la Hongrie. Cette
measure consisterait i lu'i interdfre 1'emploi de la moitid des
credits qu'elle n'a pas encore utilis6s et de lui refuser le
b6nefice du programme d'aide & l'Europe.
Plusieurs journaux annoncent d'autre part la nationali-
sation des bangqucs hon-groises et considertnt eel dv6nement
come un succs important des communists.
3. Accord anglo.amiricain sur l'Allemyagne
Le Times donne le texte complete de cet accord et souligne
que 1'un des soucis des auteurs de, cet 'accord a 6td d'ao-
croltre l'autoritd du Conseil cdonomique sur les Lander de
fagon 6dviter le retour des conditions actuelles.
Toutefois, le Times souligne que les functions de ces
conseils seront d'ordre purement economique.
D. Weaver, du News Chronicle, estirme qu'il est encore
trop t6t pour augurer de ]'efficacitd de cc nouveau plan. 11
pense que l'organisation d'uff organism central pourra en-
courager les Allemands et leur faire ddsirer le jour oh ils
devront rdgler eux-mimes leurs propres affairs. Ju'squeli,
toutefois, il ne voit pas comment pourront Mtre aplanies
les' difficult6s entire les allies.
4. France
Le Times et le Manches ier Guardian signalent que 31. Ra-
madier a pu dviter la gr6ve des petits commergants, mais
non oelles des boulangers. Le correspondent decrit les lon-
gues queues qui stationnent devant les rares boulangeries
qui sont rest6es, ouvertes. Plusieurs journaux reviennent sur
les reactions frangaises devant l'arrivde d'Aihd el Krim en
Egypte et annoncent que M. Bidault a demand des expli-
cations au gouvernement dgyptien.
D'apres K. Dibgy, une certain agitation rugnerait en
Afrigque .aprds l'annonce de I'arrivde d'Abd el Krim 'en
Egypte. D'aprbs lui, le Sultant du Maroc inqui6terait vive-
ment les milieux frangais et ceux-ci auraient pu voir en
Abd el Krim un concurrent srrieux du Sultan. Il se de-
mande, en consequence, pourquoi les Frangais ne 'ont pas
laiss6 entrer directement'au Maroc.
5. Indochine
Le correspondent du Times a Paris announce que des
pourparlers ont eu lieu entire les autodritbs frangaises et le







2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


Viet Nam et que ce dernier a Wtt su'rpris de la rigueur des
clauses militaires exigdes dans le trait d'arnmistice ,ivce la
France.
II si nale que M. Mus aurait Wtd choisi du e6t6 frangais
pour oegocier avec le Viet Nam parce qu'il passe pour par-
ticulibrement bien dis'pos6 a l'6gard des Indochinois et de
leurs aspirations nationalists.

6. Italie
Le correspondent du Times rend compete des er~mnonies
qui oat eu lieu hier A Rome pour commlnmorer le premier
anniversaire de la R.pu'blique. Seloa lui, I'atmosph&rt gdne-
rale aurait td6 apathique et disabusee.
Plusieurs journaux rapprochpnt d'autre part Ics sane-
tions Bconomiques prises par les Etats Unis h 1'egard de la
Hongrie du project d'aide a l11talie tel qu'il a detd xpos.
hier par M. Marshall.

7. Pdtrole
Le Daily Telegraph et le Daily Herald annoncent qu'un
accord vient d'etre rdalis6 sur la question du pitroh dans
le Proche-Orient entire la Grande-Bretagne ct les Etats-Unis.
Get accord permet'rait a la Grande-Bretagne d'acheler de
grandes qua-ntitds de pdtrole dans le Proche-Orient in les
payant en lives Lt d'dcononiser ainsi s.s dollars.
Le Daily Telegraph rappelle les paroles de M. Marshall
selon lesquelles d'autrcs pays pourraient se joindre a cet
accord.
8. Grace
D'aprts le correspondent special a Athenes du Manchester
Guaruilan, un cerLain nombre do commnunssti's fiancais,
italiens et allemands combattraient avc les rehbelles grecs.

a) L'EXEMPLE DU COMMONWEALTH BRITANNIQUE (Times,
3/6) :

a Le Commonwealth britannique se maintient par lc
consentement des nations qui le composent et non par
la domination. Les nations britanniques reconnaissent
libremeni, comme les Nations Unies doivent le rncon-
naitre eiles aussi, si eiles veulent ruussir dans leur
tAche, que strat6giquement et Bconomiquement, ou bien
elles se maintiendront ensemble, ou bien elles p6riront
ensemble.
Dans le Commonwealth britannique, cette reconnais-
sance des inidr6ts communs est fondue sur deux raisons:
la loyaut. de tous, qui se falicitent de l'interd6pendance
des membres du Commonwealth et leur propre inl 6rt,
du fait qu'ils se rendent compete que l'histoire et les
circonstances les ont rendus interd6pendants, qu'ils le
veuillent ou non. Ce sont 1A des lemons pratiques don't
PO.N.U. dolt s'inspirer. Le ralliement volontaire, des
Dominions ind6pendants aux c6tes du Royaume-Uni
en 1939, &6ait un- geste du plus haut patriotism impe-
rial, maisil assurait 6galement en fin de compete la
sauvegarde de chacun, comme les strateges les plus
perspicaces 'ont soulign6. Les memes nations libres
montrent la meme solidarity dans la lu:te aussi dan-
gereuse qu'il faut mener pour sortir des difficulties eco-
nomiques.
Ces gestes d'amiti6 ne s'appuient pas sur des raisons
politiques, mais ils sont expression d'un sen:inent
qu'ils renforcent et qui rend possible une action com-
mune de la part des gouvernemetts. Le Commonwealth
britannique se compose aujourd'hui de cinq nations
mutuellement interd6pendantes qui n'ont pas de gou-
verncme-it commun. mais qui .se reconnaissent Ics
m nmes 'ntirt: vitaux. Sa tache est touiours de trniver
une- po!itique commune pour la d6fznse de c3s intCrets
communs. II ne peut y avoir d'autorit6 central, mais
11 doit y avoir.une direction, que eelle-ci soit assure


come jusqu'a present uniquement par la principal
nation partcipante ou par I'un des nicmbres qui serait
pret a prendre l'initiative, tout au moins sur les points
a propos desquels, pour des raisons geographiques ou
auires, son initert est predominant.
(La direction impiriale ne peut s'exereer que par des
consu.taions moins oificielles que celies qui ont eu lieu
jusqu'ici, mais plus suivies. Quoiqu'il n'y ait pas eu de
veritable conitrence imperiale',depuis 1937, les homes
dEtal de I'Empire se sont n6anmnins reunis frrquenm-
ment au course d'entretiens important.
M. Chifley a propose la reunion d'une conference en
Aus.ralie pour dt6inir la politique commune a suivre
par 'Empire, en cc qui concern les conditions de paix
a impo.er au Japon, avant d'entrer dans des discus-
sion, p.us vastes avec les Allies. 'l. Bevin a proposed
avec just reason, A Margate, que les onze nations qui
ont lutte centre le Japon, avec des forces importantes,
prennent part aux decisions finales relatives au trailt
ide paix avec ce pays. Cos nations comprennent 1'Union
Soviciique, qui eat su.cepiibhe do proposer des modi-
fications ou des additions a ia liste des clauses. Elles ne
comprennent pas I'Union Sud Africaine, qui pourrait
cependant a just titre pr6tendre au droit de prendre
part A toutes le- discussions pr6'liminaires. >

b) LA CRISE HONGROISE (lM, chesier Guut,'dian, 2/6,
liberal) :
< II eMt vraiment par trop facile de voir dans la
cruise pulitique hongroise un conilit enre une attitude
pro-occideatale et une attitude pro-orieniale. li est
peu,-ctre impossible de fire auitrenmen dans les cir-
constances acnuelles, et surlout apres Moscou, que de
simplifier les choses ainsi, miais celie fagon de voir
n'en cst pas moins dangereuse. Comnie dans bien ,des
pays d'Europe, c'est une lutte pour le pouvoir qui se
d6roule en Hongrie.
Ce fut seulement lorsque las bases de la democratic
furent posees en Hongrie, que les discussions commen-
cerent sur le sens qu'il fallait donner au mot d6mo-
cratie. La ndce.isite de regler ce diff6rend se fit de plus
en plus sentir A measure qu'approchait le moment ofi
les troupes russes devaient quitter le pays. La gauche,
soutenue par la Russie, commenca t 6tendre son in-
fluence et a exercer sa puissance bien au delA des
limits quiui i etaient assignies par le mandate electo-
ral, el, de ce faith, au nom de la d6mocratie, elle fut
oblige de poser la question de nouvelles elections. De
leur c6t1, les extr6mistes de droite, qui avaient 0td sup-
plantds, commenerent A conspirer centre la nouvelle
R6publique. Le pouvoir rel restera aux mains des par-
tis communist et socialist, qui chercheront probable-
ment A consolider leurs positions par des Clections en
automne prochain.
Comment cetle situation affectera-t-elle lavenir de la
Hongrie ? II est difficile de voir comment on pourra
r6aliser le p'an de trois ans ou tout autre plan econo-
mique, si les banques demeurent comme autrefois pro-
prietd priv6e. Jusqu'a main'enant, sous le gouverne-
-ment de coalition, I'dconomie hongroise n'a pas 6t6 en-
ti6rement fermBe aux puissances occidentales, malgr6 la
mainmise de la Russie par l'interm-diaire des entre-
prises mixtes russo-hongroises. II serait vraiment dom-
mage que le rdsultat de ce conflict iddologique soit d'ex-
clure comp'btement les puissances occidentales, pour
des raisons po!i iques. A la longue, cela n'aboUtirait
qu'h nggrav-r encore la ienlion qui existe actuellement,
et A freiner le redressemsnt 6conomique dans la voie
duquel la Hongrie a progress rdsolument au course des
dix-huit derniers mois. >






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGORE S


c) L'EUROPE ET LE DOLLAR (Daily Worker, 3/6, commu-
niste) :
< Le dollar ambricain est devenu le signe de rallie-
ment de la reaction en Europe, et divers cas d'insta-
hilit6 gouvernementale peuvent &tre directement lies a
I'influence 6conomique et politique qu'il exerce..
En Italic, par exemple, le gouvernement de coalition
national a let remplace par un gouvernement mino-
ritaire compose de d6mocrates chr6tiens qui, au lieu
d'envisager resolument les difficulties du pays, essaient
d'obtenir un pret de l'Amerique. D'autre part, on sait
que I'Amerique n'est pas pr&te A consentir un pret, si
ce n'est a certaines conditions d'ordre politique.
Une situation semblable existed 6galement en France,
oi le parti communist, qui repr6sente la grande ma-
joriti de la classes ouvri&re, a Wte Acart6 du gouverne-
ment. Le gouvernement francais cherche.aussi A obte-
nir un pret, et a recu une premiere marque de 1'ap-
probation des Etats-Unis sous la forme d'une advance
de 62.500.000 dollars par << 'Export-Import Bank >>.
En France, comme en Italie, I'attraction du dollar a
constitu6 l'un des principaux facteurs qui ont conduit
a la rupture de la coalition national. Pour les politi-
ciens de .droite et aussi pour de nombreux dirigeants
socialists, I'aide am6ricaine offre une solution facile
aux problmes 6cono-miques urgent et un moyen de
contenir l'influence des parties communists.
Mais cette religion du dollar ne peut r6soudre de
facon miraculeuse les problbmes resultant des ravages
causes par la guerre et de la crise g9narale du capi'a-
lisme. Aucnn des pays devastes d'Europe ne peut sortir
de ces difficulties A moins que son people ne soit in-
cit6 A travailler avec Anergie, par un programme intel-
ligent de reconstruction et de changements socinux.
Le dollar en Europe est devenn une menace contre
Ml libertW et la d6mocratie 6conomique. Tous ceux qui
cherchent a renforcer le gouvernement du neunle et h
r6aliser la prosperitA pour les masses, lui r6sisteront. ,

d1) LA SITUATION ECONOMIQUE DE TLA GRANDE-BRPETAXCNE
(News C0Wlanzicc, liberal, 2/Wi

< L'un des problMmes les plus important que le
Cabinet doit discuter cette semailne, c'est Ia question
'de la balance des paiements de la Granle-Bretagne.
M. Dalton a deslera A sbs partisans A Margate que nous
imDortons encore heannoup plus aue nous ne pouvons
nnavr nar nos exportations. Le prAt americain qui nous
a permits de le fai're, s'amenuise ranidement et, au
rythme actuel. sera comni'tement 6puis6 1'an prochain.
Le Chancelier de I'Echiquier nous a dit que nous' ne
devons pas nou.s atten'dre i obtenir davantioe de cr6-
dit outre-mer. et que nous devons nous suffire A nous-
memes aussitAt que possible. C'est bien ln cc Oue pense
le people britannique, don't une bonne nartie Aprou-
verait un certain ressentiment a voir continue ce que
l'on appelle quelquefois inotre assulettiss'ement Acono-
mn';ue A 1'A6ard des Etats-Unis.
Sir Stafford Cripns nous a avertis qu'cn raison -de
nl crise du combustible, nous enregistrerons une b"isse
d'environ 20.0 millions 'de livres dans nos exportations.
Le gonvernermnt devra tot ou trd se dia'ider A dimi-
nupr radicalement nos imnortafions atssi bien en ce
qul concern les products' alimentaires ,pl- le resoe.
Ceci n'est guore encourageant, miis il fnudrait exa-
miner 6qelemPnt d'9mtres asne"ts 'du nrohbfne. 11 y a
un certain nombre de facteurs qui permettent de consi-
d6rer les perspectives comme moins sombres qu'il ne
semblerait tout d'abord.
Le premier do cesr facteurs c'est que 1'Aimrique du
Nord one nous avait jamais fourni dans le passe une s;


grande proportion de products alimentaires. Si 'on
pouvait aider l'Europe A se reliever, on supprimerait du
meme coup urr sortie de dollars important.
Le deuxieme facteur, c'est que nous pourrions 6gale-
ment avoir recourse aux credits restreints mais utiles
d'agenccs inlernationales. Nous pourrions demander
I'aide de la Banque Internationale de Reconstruction
pour re6quiper nos industries. En outre, nous pour-
rions faire appel a la Banque Mondia!e d'Exportations
et d'Importations, obtenir des crAdits priv6s, et enfin
utiliser les importantes reserves d'or de la Banque
d'Angleterre.
En troisimme lieu, il est possible que l'Am6rique elle-
m&me se rednde compete A temps du problem qui se
pose pour sa propre Bconomie. Le monde enter, et pas
seutement l'A,ngleltrre, est h court de dt'lars. Si les
clients de l'Amerique n'ont plus de dollars, ni les
moyens de s'en procurer en exportant vers l'Am6rique,
tes Etats-Unis devront, soit faire don de I urs pro'duits.
soit consentir des prAts a leurs clients, soit btisser
leurs prix. Nous serons sans aucun doute en mau'vaise
posture lorsque notre emprunt sera 6puisA6. Mais la
crise affectera l'un et 1'autre pays a.

e) L'AVENIR DE L'INDE (Daily Express, conservateur.
3/6) :
< Le monde attend des decisions importantes de la
part 'de l'Inde.
Sept hommes vont determiner :
Si oe pays demeuarera uni;
Si, au contraire, il sera divist en Etats distincts et
hostile;
Si, dans sa totality ou dans une quelconque de ses
parties, il restera lie avec le commonwealth britan-
nique;
On s'il passera tout entier hors de l'orbite du systmme
britannique.
Les habitants de la Gran'de-Bretagne n'ont aucun role
A jouer dans ces decisions. On a donn6 aux Indiens
le droit absolu de decider de leur propre avenir.
Mais ceci n'implique pas oue les Britanniques puis-
sent ou 'doivent rester indiff6ronts. Deux silcles de
camaraderie dans la paix ou dans la guerre ont forg6
des liens qui sont difficiles A rompre.
Et s'il se trouvait qu'une parties imporlante de la
population indienne desirait (apres avoir longuement
-rifl6chi) demeurer au sein du Commonwealth, la
Gran'de-Bretagne ne devrait pas oublier le pass a>.


II. PRESS AMERICAINE


Revtue de la pIresie americaine dn 3 juin 1947
1. Honvgrie
La situation actuelle en Hongrie provoque de gros titres
en premnibre page -dans la pluipart des journaux. Le rempla-
c-nmcnt de M. Na'gy par D. Dinneys est annonec par les cor-
re-pondants de Budapest qui 1'interpritent comme une con-
cYcrsicn faite aux Soviets. Les commentaires des correspon-
fints de Washington indiquent que les 6venement survenus
en Hongrie durant la semaine terniere portent un coup A la
!olitique ktrangiere americaine. Ils estiment g6enralement
tque les communists ont agi avec habilet6 et opportunity :
avc hlabilct6, parce qu'ils ont oblige un gouvernement ayant
recu l'appui de la majority populaire a changer de poli-
tique : avec opportunity, parce qu'ils ont attend que la
Honarie ait r6cup6rd l'or allemand detenu par les Amiri-
cains, et qu'elle ait requ des Etats-,Unis une important aide
i*conomique et financire.







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


Tous annoncent, d'autre part, qu'une protestation amt-
ricaine, probablement conjugule avec une protestation an-
glaise, sera faite prochainement. Cependant, rappelant que
des protestations de m4me nature, ayant pour objet la..viola-
tion des pactes de Yalta et de l'armistice hongrois n'avaient
pas obtenu de r6sultat pratique, ils doutent du success que
la prochaine pourrait reporter,
Kuhn, correspondent du Washington Post, consider quc k's
6v6nements de Hongrie mettent en 6chec la doctrine Trn-
man, puisque ]es communists se sont ensfait instali6s it
Budapest, malgr6 la volonte populaire hongroise. Toutefois,
il fait observer que la doctrine Truman ne saurail. 4tre
facilement applique dans ces pays places sous les autoritis
d'occupation sovietiques. Avec quelques autres de ses con-
freres, ce journalist envisage que les repr6sailles econnomi-
ques des Etats-Unis vis-h-vis de la Hongrie pourront sur-
tout s'exercer sous la force d'un enforcement de l'aide amy-
ricaine A d'autres pays ide 'Europe comme la France et
l'Italie. Il termine en rappelant que 1'Europe doit preparer
le terrain A P'aide Bconomique et financi6re que les Etats-
Unis se proposent de lui accorder, et formula l'espoir que
M. Monnet, qui a Cte 1'architecte du plan de la reconstruction
frangaise, aura prochainement A Washington des conversa-
tions qui pourrbnt conduire A. cette initiative de 1'Europe.
Hulen, correspondent du New York Times, envisage l1 pos-
sibilitd de suspenare le credit de sept millions de dollars
accord par 1' < Import Export Bank > a la Hongrie. II note
en passant que les U.S.A. ont remis 32 millions de dollars-
or a la Hongrie, et qu'ils ont appuye le programme
U.N.R.R.A. de 4 milTons de dollars d'ai'de a ce pays en plus
du credit de 30 millions de dollars destined h lui permettre
d'acheter des surplus amdricains. De mdme ,que Kuhn, il
predit que la politique amdricaine visera h renforcer d'autres
bastions europeens, comme la Grece et la Turquie, et A
attirer, d'une manirre encore plus accentuie, I'attention .de
la France et de 1'Italie sur les dangers d'une politique com-
parable a celle de la Hongrie. L'auteur termine son article
en diclarant que la creation de gouvernements sans parti-
cirpalion communist dans ees deux derniers pays a 6te un
signed encourageant pour Washington, mais qu'elle n'; pas
fait, pour autant, disparaitre toutes les inqui6tudes.
Abordant dgalement 1'examen du probl6me hongrois,
d'autres correspondents estiment que la ratification du trait(
de paix avee la Hongrie par le Senat va devenir tris diffi-
cile. Ils envisagent que la nouvelle situation cre6e aen Hon
grie fera 6galement hdsiter beaucoup de s6nateurs a ralifier
Ie trait de paix avec 1'Italie, ce qui aurait pour consel
quence le retrait des troupes americaines de ce pays.
Des 6ditoriaux du Philadelphia Evening et du Philadelphia
Inquirer estiment que la Russic est responsible des ivene-
ments qui se sont products, et 1'accusent de violer les enga-
gements de Potsdam, de Yalta, ainsi que ceux de la Charte
de I'Atlantiqnc.

2. Egypte
La curieuse evasion d'Abd cl Krim du bateau franqais qui
1'cmmcnait en France et l'nccueil empress qu'il a regu du
roi d'Egypte font 'objet d'un grand nombre d'articles en
,provenance de Paris et du Caire. Les correspondants de U.P.
el. de A.P. donnent des declarations officielles faites i cc
sujet par le gouvernement frangais, declarations qui ,ouli-
gnent que Ie chef riffain dut ceder i: une pression cxsercde
sur lui par les Egyptiens.
De nombreux articles paraissent 6galement sue i'affaire
du bateau egyptine porteur d'une cargaison de bld et dr riz
pour la Tunisie. Les correspondents de Paris soulignecnl que
la Tunisie ne souffre pas de la famine et que i'envoi suir un
bateau de guerre egyptien de cette cargaison avait un carac-
tere politique que le gouvernement franqais ne sanrait
tolerer.
Le New York Herald Tribune consacre un editorial Li
;'affaire Abd el Krim, ,disant notamment qu'il est impossible
d'&fiter de conclude que le roi Farouk cherche deliberbinen't
a provoquer les Francais, ce qui nest pas de bon augure
pour l'avenir des negotiations anglo-6gyptiennes au sujet du
Soudan, nl pour le maintien de la paix en Afrique du Nord.
Le roi Farouk a, evidemment, l'espoir de se poser en d&fen-
sour des croyants dans toute cette region trouble.


Un editorial du New York Timer constate que 1'6vasion
d'Abd el Krim fait presager de nouveaux ennuis pour la
France. II ajoute que, sans aucun doute, le roi Farouk esti-
malt que cetait un honneur d'offrir un refuge a Abd el Krim
en Egypte. C'est peut-4tre un honneur, mais aussi une occa-
sion. Le jeune roi, dcrit 'auteur, conscient de l'ascension 'du
nationalism dans son propre pays, voudrait se faire le pro-
tecteur et le chef officicux de la Ligue arabe. 11 a d6jh donnu
astile a plusieurs autres rebelles en fuite... y comprise le
Muphti de J6rusalem. Mais l'hospitalit6 donnee a Abd el
Krim a, comme dans le cas du Muphti. un goat qui n'a ricn
ide savonreux.
3. Italie

La press done la liste du nouveau cabinet italien et
constate que I'opposition A cette nouvelle formation se ma-
nifeste par des demonstrations publiques. Certains corres-
pondants notent que des partisans italiens ont d6ej, repris Ic
maquis dans le nord de l'Italie pour des raisons qu'ils ne
precisent pas.

4. Allemagne

P.. ddnonc. idans un long article accompagnd de photos
les activists de la soci6te germano-americaine < Steuben
Society of America >, qui, dit-il, comprend trente mille
membres sur vingt-cinq millions d'Amdricains de deseen-
dance allemande. P. M. note que les mots d'ordre de cette
soci6te sont conformes a ceux de Hitler et qu'elle mine
aujourd'lii0 une champagne pour attendrir les Americains
sur le sort de la pauvre Allemagne.
Une 'dlpeche A.P. de Francfort reprcnd les declarations de
Schumacher annonqant que 1'Allemagne dolt avoir une poli-
tique indipendante & la fois des Russes et des AmBricains.
o .To dis aux Russes que 1'Europe doit 6tre democrati'que.
Je dis aux U.S.A. quoe 'Europe doit aussi 6tre socialist. >

5. Lo carbon amdrfcatn
route la press announce que le syndicate Lewis a rompu
l',s negotiations entreprises avec les patrons des mines en
vue ad'une revision du contract collectif expirant le 30 juin
prochain. Certain correspondents consid6rent qu'une grbve
des mincurs est d6sormais possible io cette date ; d'autres,
ain contraire, estiment que si le President signed la nouvelle
lot nnvriPre, Tes chances de gr&ve seront cart6es.

6. Zone frr'inaise d'occupalion en Allemagne
David Perlman public dans le New York Herald Tribune
le premier de deux articles consacrds a administration de
la zone d'occupafion frangaise. I1 constate que la politiquc
frangalse est h la fois severe et realiste et montre que, seule
parmi les zones de l'oucst, la zone frangaise a une balance
de comptes Aquilibrpe,
TTn article de Macgowan dans le New York Sun cst 6gale-
ment consarir A la zone 'frangaTse, mais vise surtout A1 dd-
noncer les activists de ce fqu'il appelle << cinquieme colonne
communiste allemande. II derit notamment que seulement
8 % de la population de la zone franqaise sont commu-
nistes, mais que les chefs du part agissent avee 'alppui des
communists frangais ,dans les postes de contrble comme
s'ils representaient 100 % de la population. Le gouverne-
ment tripartite en France a eu pour consCquence que les
posters officials en zone d'occupation out itC r6partis ganlc-
ment et un fonctionnaire socialist ou M.R. P. trouve .gin:-
ralement que son voisin dans la chaine de administration
n Y6T nommi par Is communists. Ainsi, les Rh6nans ahbid-
lions seo-rouvent-ils friquemment obliges d'avoir h fair
appel aux communists francais pour obtenir certaines con-
re'siin.s et privileges.

7. Le gMneral de Gaulle
Les drclnrntions du general de Gaulle regoivent une publi-
cit, restreinte dans la press du dimanche. Seul, le New
Yolrlk Tim,' reproduit un long article Callender of ce dernier
rappelle les declarations ant6rieures du giunral concernant
la polltique 6conomique de la France, 6tablissant ainsi un
contrast' vec ses dernibres declarations.








13ULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS iTRANGBRE 5


Tous les con.espondants d'agences notent dans leurs depe-
ches quce e g4n6ral a fait appel a rentreprise privee fran-
qaise et a la cooperation des U. S. A. pour reconstruire la
France. Les titres donnus h ces dep8ches soulignent generale-
mcnf les passages se re6frant A la necessiti que la France
cemeure une puissance occidentale, et a 'aide americaine
don't la France a besoin.

8.-- Autres nuvelles de France
Plusieurs articles sout consacres i la give des boulangers
e t aun me.eadce de demonstrations des associations des pe-
tites entreprises.
Hargr',oe, dan, le Wall Street Journal fait un tableau des
resultats obtenus dans les industries nationaasces des mines
et de 1'6lcctricitb. II reprend les evaluations des d6fieits de
cos companies pour 1947, mais, devant ]a ntccssit ide main-
tenir le prix du gaz et de l'l1ectricit6, ii cstime qu'il est
politiquement diff.eile au gouvernement franqais d eviter ces
deficits. De toute fagon, ceux-ci lui paraisscnt inevitable,
'tant dorinn i'6quipement ancien et souvent en mauvais atal
de ces industries.
Un article d'Athienes de Ireidin; correspondant du New
York Herald TiPilune, rapporte les rumenrs suivant lesquelles
une brigade international s'entirainerait Rosier, entire
Le Mans .et Saint-Pavage, press de Chartres. Cette brigade.
serait destined h renforcer les guerillas grecques. L'Etat-
Major de eette brigade se Irouverail 8, avenue Sermat, a
Naiboifne, et 14, avenue d'Argenterie, a Perpignan. Son com-
mandant serait un Tchbique noniinu Franiizek. Cette brigade
partirait prochainement p:iur Splil, port yougoslave d'oi clle
gagnerait les lieux d'operations.

Lis ETATS-UNIS ET L'UNION SOVIETIQUE (New York
Helaidd TrAibwte, 3/6, edition europ6enne) :
Le Kremlin a etabli des plans et nous assistons
,tu d6but de leur r6alisation. La premiere manifesta-
tion 6vidente est constitute par la prise du pouvoir par
les communisles en Hongrie. Ce fait a Ket prec6de par
l'insistance diployec par M. Molotov A la Conference
de Moscou pour exiger l'a:doption de clauses relatives
i 1'Autriche sur lesqueiles it ctait impossible de sc
mettre d'accord.
C'est volontalrenmen qu'on a lait des prlop3sitions
sur lesquelles il 6tait impossible de s'entendre. En effect,
si l'on etait parvenu A r&diger un trait de paix pour
i'Autriche, 1'Armbe Rouge n'aurait plus eu aucuae rai-
son de rester en Hongrie apres la, ratification 'da trait
de paix hongrois par le SBnat. C'est pour rester en
Hongrie et pour s'emparer du pouvoir que M. Molotov
s'est oppose h un accord A propos de l'Autriche A la
Conference de Moscou.
Cette prise du pouvoir en Hongrie revit uie grande
importance du point de vue stratigique. Eile signifie qfue
la Roumanie est encerol6e. Elle signific que la Tch6co-
stovaqui possede maintenant une frontiere commune
iteadue avec un Etat qui est totalement plac sous Ia
domination .sovieLique. Elle sigaifle encore que la
Yougos:avie de 'Tito peut s'appuyer sur ee m6me Etat
domina par les Soviets. E.le signifie eaina qa3 la pres-
sion qui s'exerce sur la fronlibre septeM.rionale de la
Grece peut etre intensifi&e parce qu'il n'y a plus aucune
discontinutit6 dans le r6seau de communications sovie-
tique A travers les Balkans.
Mais cc qui est le plus important dans tout cela, c'est
que le reseau de communications sovi6tique s'6ten'dant
vers le Sud-Ouest a 6tL comp!6te pr6cisement au
moment .of la situation en Italie s'oriente vers une crise.
Les 6venemeilts de Hongrie ont,6t6 provoquas exaote-
ment en temps opportun pour permettre au Gouverne-
ment sovi6tique de viser l'ILalie en partant de la Yougo-
slavie et de 1'Albanie, etlde tirer parti de la situation
dans ce pays.


Nous asstistons maintenant A la contre-offensive stra-
t6gique russe qui r6pon'd A la doctrine Truman (oT
pius exactement, c'esi de ia premiere phase de ia con-
tre-offensive qu'il faudrait parler). La pression qui
s'exerce sur la GAece continue, mais en mime temps
les Soviets ont ouvert une nouvelle voie pour per-
mettre A leur influence et a leur puissance de se faire
sentir dans le Nord de 1'Italie et en Mediterran6e Cen-
trale.
La po:itique Truman visit a contenir 1'expansion
sovi6tique par l'application de measures restreintes sur
tous les points faibles situEs B la periphirie de la
Russie; e,-e cnerchait, sinon a faire adopter franche-
ment, du moins a souvenir indirectement dans les con-
tr'es menacees ce poinL de vue que nous 6tLons partoul
partisans d'une rupture avec les communists, et que
nous tons pr,s i venir en aide A tous ceux qui r6ali-
seraient cette rupture.
Ceite politique vient de se voir porter un coup ter-
rible. Toute la vert6, verit6 qui esi desagreable, c'est
que ies Russes sont beaucoup mieux prepares que nous
a une rupture.
Le recul qui a 6t6 impose notre diplomatic et a
notre prestige constitute une dfa'ite s6rieuse pour nous.
Mais cete 'defane n'est pas dedintive ni fatale, ot nous
sommes assez puissanLs pour nous permeltre de recon-
naitre que nous avons subi un echec, que nous pouvons
en proner, et que nous pouvons en fin de compete ren-
verser les r6.es. Mais nous devons nous rendre compete
du faith que nous ne gagneroas cete lutte qu'en adop-
tant des measures tres impohiantes dans le domain de
l'organisation politique C 'de i'aidc ecoaoniique, que
le temps qui nous resie pour &tablir nos plans et pour
agir est pus court que nous le pensions tout d'abord,
ct enfin que notre diplomatic ne dolt plus seulement
se contenter de doctrines, de slogans et d'attitudes, si
nous vou.ons recouvrer le terrain important que nous
avons perdu >.
(WALTER LIPPMANN).




III. PRESS SOVIETIQUE



Revue de la press sovietique du 2 Juin 1947

1, Les Urands problames internationaux

a) Les problhnmes du rapatriement. Tous les journaux
reproduisent un telegramme de Vienne signalant que les
AutoritBs francaises emlbauchent des citoyens soviutiques.
1)ans la Pradia, ce t61lgramme est accompagn6 d'un article
de pris de deux colonnes de Kirillov intitul6 e Les auto-
rit6s frangaises violent l'accord sur le rapatriement >.
Morane, dans sa chronique des Izvestia, consacre un entre-
fiLet aux < mensonges repandus, dans le journal de
Bruxelles, La Libre Belgique, sur la presence en U.R.S.S.
de nombreux prisonniers belges employes come main-
d'oeuvre >.
bh) .Ls trancax de la Comnnisstoin pour le trdite autri-
chi-en font 1'objet d'un t6legramme de Vienne de plus, d'u-ne
colonne
c) Les travaux de la Commission du ConseUi de Sicuritd
sur les armemenits ordinaires. Un aspect particu'lier de
ce probl6me est 6tudi6 dans la Pravda par le general Galak-
tionov % propos de 1'examen du plan de l'organishtion de la
defense de la Su6de dans la press suedoisc. L'auteur y
6.tudic les polemiques qui se sont engagdcs dans la press i
propose du plan Young.







SftBULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ITRANGkREI


2. La little mondiale pour la ddmocratie
a) La Confdrence du parti lravaillisie. Une court de-
peche rend compete de la Seuirxidme seance de cette Confd-
rence. Tous les journaux reproduisent la declaration de
Harry Politt, secr6taire gdndral du parti communist anglais
an correspondent de l'Humanitd sur le bilan de cetto riu-
nion; Trud fait 6tat des critiques porties par les syndicate
ouvriers d'Hastings sur la politiqne exterieure de M. BIevin;
enfin, Leontiev, dans la chroniqu'c international de la
Pravda, done un court apergu de P'ensemble des travaux
de la conference de Margate, apris avoir noted que cette
conference s'est d6roulde a sous le signed do l'inquidtude
grandissante de la classes ouvriere britannique devant I'6tat
Cconomique de I'Angletirre et de ia politiqtue extrieure du
parti travailliste L. Leonticv, t propose de la brochure
o Cartes si'r table >, estiin que lcs discussions a la Confe-
rence de Margate out montr claue dans les rangs du part
travailliste on n'approuve pas orientation de cette bro-
chure; on comprend la n6cessit6 d'une collaboration ;troite
de 1'Angleterre et de l'Union Sovi6tique, on est nettcment
hostile A la serviliti devant le dollar.
I,) La solution de la cruise italtenne. Celle-ci fait i'objet
d'un certain nombre do t4legrammes. Le tIligrammi prI-
sentant la formation du nouveau gouvernement est suivi
d'une court d6p&ehe sur les bruits d'arrivie en Italie d(o
nouveaux contingents de troupes amiricaines.
Leontiev, dans sa chronique international de la Pravda,
estime que cc qui se passe en Italie au course de ces der-
nisres semaines ne pent en aucune fagon s'appele; une
crise gouvernenmentale ordinaire; la dimission soudaine et
sans raison du gouvernement employ pour In deuxime
fois par le Premier Ministre italicn et chef du parti limo-
cratique chritien deo Gasperi et les principles de la forma-
tion du nouveau gouvernement < qui n'ont rien' de common
avee los principrs dl la d6mnocratie rdv6leraient une crise
plus profonde traverse par la june democratic italienne.
< sous la pression des forces les plus r6actionnaires I'in-
t6ricur du pays et a 1'etranger on renoncerail en Italie


au foudement des traditions d6mocratiques don't la plus
important est le respect de la volont6 du people et de la
majority parlementaire. Le parti d6mocrate chrdtien aurait
pris sur lui a le vilain r6lr d'iniliaisur ct d'organisatcur
de la scission des, forces ddmocratiques .

c) La crise hongroise. Elle fait dgalement 1'objet de
tout un ensemble de ddpeches. Une court dipeche donne
l'opinion de l'ancien president Caroli su'r la situation intI-
ricure en Hongrie. Une autre parait sur la nationalisation
des banques rdclame& par les ouvriersi hongrois. Une troi-
silme announce la publication des dispositions de Kovacs
Bela sur le role de Nagy dans lc complot anti-rdpubliciin.
d) Divers. Au second plan, il convent due signaler des
depeches sur les sujets suivants : proces des criminals de
gu:erre japonais; congress du part coununu isle aliemand A
Hambour.g; session du' Conseil national politique chinois;
discussions au Medjalis ture; protestations des ouvriers br6-
siliens contre les measures anti-dedmocratiques du gouverne-
ment. Trois commentaires, et deux notes de Morane dans sa
chronique des Izvestit sont a signaler : l'une sur les pr(c-
tendues immixtions de 1'U.R.S.S. dans les affairs intd-
rieures du Brdsil; l'autre sur l'anti-sovidtisnme de curtains
journaux de Shanghai.
Dans la Pranda. ur. ommentaire lde Leontiev intituld
, Ballon d'essai se rapporte an plan Hoover. Sans doute
il resemble beaucoup a un ballon d'essai pour 6prouver les
nerfs des pouples auxquels on veut inculquer la ndeessitl
d'accepter non pas une paix d6mocratique, mais douteuse,
qui assurerait le regne de Sa Majesti le dollar >, ecrit l'au-
tour ode Particle.


ERRATA

Dans le BWdlelin QuoIaldi EI de Presse EiwligTre,
N 682, lire page 2, colonne 2, 20) Hongrie, 4" ligne :
< ...Du paiement de 55 millions... >


S.PA. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31 .3009 Prix 6 fr.


S.P.I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 fr.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs