Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00103
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: May 30, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00103
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTRBE DR LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETrRBS)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES
SERVICE D'INOERMATION
ET DE PRESS


BULLETIN


PRESS


QUOTIDIE



ETRANGI


SOMMAIRE

I. -- PRESS BRITANNIQUE.
a) Le congr6s travailliste et la politique oirangere
de la Grande-Bretagne :
1. Daily Herald (30/5) ;
2. Times (30/5) ;
3. Daily Telegraph (30'/5);
4. News Chronicle (30/5) ;
5. Daily Worker (30/5).
b) iL'accord Bconomique sur la fusion des zones
anglo-am6ricaine (Times, 30/5).
If. -- PBESSE AMERICAINE.
u) La politique 6trangbre des Etals-Unis (New-York
Herald Tribu4de, 30/5, edition europ6enne).
b) Le probl6me du ravitaillement mondial :
1. New York Times (28/5);
2. Washington Star (28/5) ;
3. Phi:iddlaph4a lnqulrer (28/5),
IJ. PRESS SOVIETIQUE.
Les capitaux americains en Allemagne '(Pravdo
29/5).
IV. PRESS BELGE.
La situation interieure en France (La Libre Belgi-
que, 30/5).
V, PRESS SUISSE.
La solution du conflict du gaz et de 1'electricit6 :
1. Nmue Ziircher Zeitulg (2,9/5);
2. Journal de Genibve (30/5).

I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 30 nmai 1947
Deux grands sujets se partagent aujourd'lhui 'inter6t de
la press : 1 le discours de politique etrang6re prononce
hier par M. Bcvin A la Conf6rence de Margate; 2 l'accord
economique anglo-amiricain sur la fusion des deux zones
de 1'Allemagne occidentale.
(,a chronique ext6rieure porte sur des sujets assez divers :
questions francaises, cruise politique en Hongrie, ddbat au
Parlement ture sur les Dardanelles, nroblime indien, ques-
tions am6ricaines.
1. Diddours de M. Bevin a Margate
Toute la press announce sous des manchettes importantes
que M. Bevin a pr6sent6 hier une vigoureuse defense de la
politique et-rangore de son gouvernement.


Le Time's considered que cc discours a k6t Ie plus magis-
tral de toute la carriere de M. Bevin.
Le Daily Telegraph announce que M. Bevin a mis en de-
route tous ses adversaires.
Le Daily Mail souligne I'ovation qui a accucilli les dvr-
nieres paroles de son discours.
Le News Chronicle parole du triomphc sur 1'aile gauchle
du parti. Le Daily Herald voit dans cette victoire la preuve
'que M. Bevin a pratiquement tout le iaouvemcnt travailliste
derri!re lu'i.
La plupart des journaux reprennent point par point les
questions trait6cs dans cc discours. Le Dally Herald, notam-
ment, public in r6sumr tres succinct ct tres clair des ques-
tions trait6es. Ce meme journal donne igalement une grande
importance aux theses soutenues par l'aile gauche du part
travailliste.
Le Daily Worker so montre fort m6content du sues rem-
port6 par M. Bevin. I1 tourney en derision certaines de ses
paroles, notamment celles ott il a accuse ses adversaires de
1'avoir poignard6 dans le dos, et estime que le d6bat a et<
le plus futile et le plus paure de toute la conference. Selon
lui, le success de M. Bevin ne serait dil .qu' la faiblesse de
i ses adversaires.
2. Accord anglo-amnricaini sur l'Allemagne
Toute la press announce que 1'accord anglo-amiricain sur
la fusion de 1'Allemagne a Wt6 sign hier A Berlin et quo
le text complete n'en sera connu, quf d'ici quelques jours.
Get accord privoit la creation d'un conseil Economique
allemand destine a coordonncr l'cuvre des cinq ministers
existant et A promouvoir l'unit6 Aconomique de la zone
anglo-amnricaine.
Scion le Times, le but du Conseil scra d'exploitcr an
maximum les resources agricoles de 1'Allemagne et cells
de son industric de maniere t realiser Ie plus d'exportations
possibles pour cette annec. Cecc soulevcrait en consequence
la question de savoir i quel nivcau doit 6tre fix6 le potential
Industrial allemand. Ce sujet strait actuellement en disc's
sion entire les autoritis britanniques et anmericaines.
Le Times reprend tes paroles de Sir B. Robertson qui
apporte un d6menti formal aux allegations solon lesquclles
le novel accord tendrait A diviser l'Allemagne on deux ou
de fire du Conseil econominque un cabinet-fantbme alle-
mand.
Ce Conseil, precise le corresipondant, du Manchester Guar.
dian, aura des functions uniquement kconomiques mais non
des pouvoirs 16gislatifs. II u'aura notamment aucun pou-
voir pour realiser la socialisation des industries lourdes.
Mais ce correspondent se demande en revanche dans quelled
measure ce novel organisme pourra contraindre les Liinder
h respecter ses decisions et si les gouvornements militairos
allies seront toujours prints i lui fournir leur appni.
Denis Weaver, du News Chronicle, souligne que ]a France
et 1'U.R.S.S. sont toujouis invites a se joindre aux efforts"
d'unification des Anglo-Americains, et Robert Waithman,
correspondent diplomatiquie de ce mdmeijournal, estine que
l'aceord sign hier a Wtt rendu inevitable par 1'Echec dt la


DE


30 mai 1947.


Nouvelle S6rie N* 680


-- ---I- --








1 4i, iULLBTIN QUOTIDEN DE PRESSE ATRANGARE


Conference de Moscou. Certes, I'administration allemandr
n'a jamais et6 investie d'un tel pouvoir depuis la fin de la
guerre, mais les Anglo-Amriicains ne pouvalent pas laisser
s'aggraver indefiniment la situation 6conomique de leur zone.
D'apres le Daily Worker, la reaction de la France ai cet
accord aurait 6te nettement ddfavorable. On estimerait a
Paris qu'il est inconoi!iable aver le accords tie Moscou
entire la Grande-Bretagni. la France et les Etats-Unis et qu'il
rendra plus difficile la tAche de la prochaine Conference
des Quatre.
3. Allemagne
Scion le correspondent special dui Manchester Guardian
en Allemagne, la presse berlinoise aurnit annnie6 que les
ministres-pr6sidents des Lbnder de la zone sovidtique anu-
raient propose la convocation a Berlin et non A Munich de
tons les presidents de tous les Linder allemands. Les pre-
sidents de la zone anglo-asmricaine auraient accept d'y
participer ainsi que ceux de la zone frangaise.
D'autre part, cls conversations entire democrates-chretiens
et sociaux-d6mocrates en vue de la convocation d'un con-
grDs ginrral de tous les parties allemands auraient dchou'd.
Le Dr. Sohumacher aurait estim6 qu'un tel Congres n'etait
pas possible tant quc l'unit e oonomique de l'Allemagne
n'aurait pas Wte realis~e, c'est-h-dire tant que la Russie per-
sisteraT dans ses demands ie reparations pr6hdvdes sur la
production courante et refuserait aux Allemands la plini-
tude de leurs droits civiques.
D'autre part, le correspondent I Berlin du Manchester
Guardian croit savoir que la politique francaise I 1'egard
de 1'Allemagne reste inchangde. L'autorisatioi' donn6e aux
mninistres-prisidents des Lander de la zone francaise, sauf A
,ceux de la Sarre, d'assister a la Conference de Berlin n'im-
pliquerait aucun renoncement de la politique frangaise -&
l'6gard du detachement de la Rhdnanie du rested de 1'Alle-
magne. Contrairement i ce que le Daily Worker a affirm,
1 Quai d'Orsay ne se serait pas prononce encore sur It
nouvel accord anglo-am4ricain. II attendrait d'itre inform
sur la composition et les pouvoirs du nouveau tonseil kco-
nomique.
4. France
Le oorrespondant du Times a Paris ne croit pas que le
repit accord au gouvernement sur la, question des graves
sera de longue duree. D'aprbs lui, la C.G.T. attendrait de
'voir les measures que le Cabinet prendra le 4 juin (greve
d'es petits commergants) pour d6voiler ses batteries.
De son c6ti, le correspondent parisien du Manchester
Guardian donne un compete rendu assez complete des decla-
rations de M. Frachon selon lesquelles le gouvernement
serait bient6t contraint A abandonner sa politique de blo-
cage des salaires. II remarque qu'e i'optimisme suscit6 par
la solution apportie A la gr&ve de l'electriciti s est 6vanoui
hier A la suite du maintien des revendications 6egetistes et
du refus de la C.G.T. d'ajourner le riglcment g<''nral de la
question jusqu'en dkcembre.

5. Maroc
D'apres une information du Daily Graphic que ce journal
cst le seul i publier, le g6nera] Juin aurait invite le Sultan
a ne pas favoriser le nationalism arabe. 11 lui anrait laiss6
entendre que la France n'avait eu aucune difficult, il y a
quatre ans, A remplacer le Bey de Tunis.
6. Hongrie
De nombreux journaux annoncent qu'une cruise vient
d'6elater en Hongrie, mais les nouvelles sont encore con-
fuses. Les autoritds sovi6tiques auraient accuse M. Nagv de
comploter centre la d6mocratie hongroise et ii aurait 6tW
rappeld d'urgence de Suisse en Hongrie.
Selon le News Chronicle, le premier ministry hongrois se
trouveralt impliqu6 dans l'affaire Kovacs, ancien secretaire
dn parti des petits propri6taires, arrdtd par les Russes pour
complot centre l'arm6e russe. II est interessant de noter que
le Daily Herald et le Daily Mail pr6sentent tons deux i'af-
faire comme un complot communist centre la Hongrie.
7. Etats-Unis
Le Daily Telegraph et le Manchester Guardian annoncent
-que la Commission de la Chambre des reprisentnnti a adS


cid6 de reduire de 8,3 % les credits militqires malgre l'oppo-
sition du- general Eisenhower
Une d6p6che Renter, publite dans ce m6me journal, meh-
tionne des declarations du commandant de l'armbe am6ri-
caine en Corde, selon lequel I'U.R.S.S. voudrait fair de la
Conre un satellite communists.
Plusieurs journaux, don't le Daily Express, laissent prd-
voir.que la Grande-Bretagne devra cesser ses importations
de carbon americain.
Le correspondent du Manchester Guardian i New-York croit
savoir qaue les Etats-Unis enviageraient de signer un trait
sdpar6 avec 1'Allemagne et le Japon. Ce project aurait pris
corps apres que le President Hoover aurait declare qu'il
fallait mettre fin A la politique d'appauvrissement econb-
mique de I'Allemagne.

8. Inde
Selon le correspondent du Times t Delhi, la tension ne
ferait que croitre ant Indes. La rise serait certaine aclon
lui et aucun plan soit d'unit6 on de partage de 1'Inde -
ne pourrait satisfaire les extremistes hindous, musulmans
et sikhs. L'Inde est h la veille du tournant le plus impor.
tant de son histoire et serait dechiree ipar les luttes intes-
tines qui ne pourront qn'aggraver sa situation dconomique
dUjA tres precaire.

t) LE CONGR S DU PART TRAVAILLISTE ET LA POLITIQUE
ATRANGkRE DE LA GRANDE-BRETAGNE.

1. Daily Herald (30/5, travailliste) :

< La polilique 6trangBre du gouvernement a Wtt ap-
prouv6e hier, A Margate, par une majority 6crasante.
En verite, il n'y a jamais eu la moindre chance que
l'oeuvre de M. Bevin au minist6ie des Affaires 6tran-
geres reussisse i 6tre condamn6e par M. Zilliacus ou
aucun autre opposant.
Non pas parce que I'ceuvre de M. Bevin a kt6 par-
faite. La perfection a jusqu'A maintenant fait d6faut A
la plupart de nos ministres et de nos parlementaires.
Mais paree que, si l'on juge I'ensemble des activities du
ministbre des Affaires 6trang6res pendant ces derniers
vingt-deux mois, it est evident, pour tout observateur
impartial, qu'elles out Wte inspirees avant tout par un
d6sir de cooperation international dans'tous les do-
maines. Elles out etI inspirees par un 6lat d'esprit so-
cialiste.
M. Zilliacus a demand hier aur d6I16gues de d6cider
<< s'ils pensaient qu'il 6tait possible de mener les rela-
tions de la Grande-Bretagne avec 1'Union Sovi6tique
en se fondant sur la Charte des Nations Unies, ou s'il
faudrait mener ces relations en se fondant sur Ia poli-
tique de puissance >.
Apres avoir echoui aussi completement dans sa ten-
tative pour discr6diter le gouvernement travailliste
devant le congress du parti (et devant le monde), il
pourra peut-6tre trouver maintenant le temps d'exami-
ner A nouveau la Charte des Nations Unies. Lorsqu'il
aura termine son examen, it pourra se demander quel
pays a fait de son mieux pour apipliquer les clauses de
la Charte : la Grande-Bretagne ou 1'Union Sovibtique ?
Quel pays a le plus penche vers la politique de puis-
sance : la Grande-Bretagne ou l'Union Sovi6tlque ?
La Grande-Bretagne, come P'a montr6 M. Bevin, a
jou6 un r6le actif et enthousiaste dans les aotivit6s 6co-
nomiques de l'O.N.U. qui constituent son principal
objectif. La Grande-Bretagne s'est montr6e tr6s dbsi-
reuse de coop6rer pour r6soudre les probl6mes inter-
nationaux ayant un caractbre 6conomique, social, cul-
turel ou humanitaire. Peut-on en dire autant de la Rus-
sie, qui s'est tenue At l'cart de certaines activities 6co-
nomiques et sociales parmi les plus importantes de
'O.N.U. ?
La Grande-Bretagne, lorsqu'elle a 6t6 accuse de
poursuivre une politique de puissance, a repondu en






BULLETIN QUOTIDIaN DB PRESSED *rtANGbIE 3


soumettant son cas au verdict des Nations Unies. Est-ce
que la Russia a montr6 le m&me d6sir de se soumettre
A .l'opinion international ?
La r6ponse du part travailliste A ces questions ne
faith aucuu doute. Elle a Wt6 donn6e hier au congress du
parti. Les membres du parti Iravailliste d6sirent autant
que M. Zilliacus une collaboration sur une base fran-
che et equitable entire la Grande-Bretagne et la Russie.
Mais une tell collaboration ne pourra jamais d6couler
de la theorie que professe M. Zilliacus et selon laquelle
la politique EtrangBre du gouvernemcnt britannique est
inspire par des mobiles impirialistes, tandis que la
politique 6trang6re de I'Union Scvi6tique est la plus
tolbrante, la plus franche et la plus d6sint6ress6e.

2. Times (30/5):
< Le resultat du d6bat de politique 6trangere au con-
gres du parli travailliste 6tait pr6vu depuis le debut
.de cette semaine, aucun membre du group responsa-
ble de la publication du recent pamphlet critiquant la
politique 6trangere du parti travailliste n'ayant r6ussi
A se fair dlire au Comit6 executif national. Ce qui s'est
pass l'ann6e derniere au congrbs de Bournemouth
s'est r6pPt6 lorsque M. Bevin, apr&s un discourse perti-
nent, a obtenu un vote de confiance A une majority
Bcrasante. Le course du d6hat lui-meme avait WtB pr6vu
dans une cerlaine measure, lors des discussions ant6-
rieures du congress sur la conscription et la main-
d'
3. Daily Telegiqtph (30/5, conservatcur):
i Sa victoire (sur un vole A main levAe si decisif
qu'un scrutiny a Wt o inutile) a 06t d'autant plus remar-
quable que sa rpponse exmprimait un point de vue plus
different que jamais de celui de MM. Zilliacus et Cross-
man. Nous d6sirons tous qu'en pratique le redressement
du monde' puisse s'efifectuer en collaboration amicale
avec la Russie. M. Bevin s'est efforc6, au course des deux
dernieres ann6es, de r6aliser une telle collaboration. De
temps en temps. certain-s venements, come la con-
clusion du trait avec les anciens satellites de 1'Alle-
magne, ont pu laisser supposed que cette collaboration
6tait en voie de se realiser. Mais la conference de Mos-
cou a prouv6 que sur les probl6mes les plus important
poses par l'Allpmagne (pour ne pas parler de l'Autri-
che), cette collaboration etait toujours ausi lointaine.
4. News Chronicle (30/5, liberal) :
r C'est un triomphe personnel considerable qu'a
remport6 M. Bevin. Son attitude modesle, mais daid'ec,
soutenue (ce n'est que justice de le dire) par 1'irrita-
tion croissante du pays A 1'egard de la tactique russe,
lui a acquis l'approbation d'une foule de gens appar-
tenant A la classes laborieuse. Peu de minis!res des
Affairs 6trangBres ont b6ndflcii d'une tell approba-
tion. Dans les mois a venir, il pourrait bien gaspiller
ce. capital s'il ne l'utilise pas soigneusement, mais il
est difficile, A I'heure actuelle, de voir comment quel
qu'un d'autre pourrait le lui ravii. >
5. DTilly Worlar (30/5), communist :
z En accordant son apuui total A la politique Btran-
a~re de M. Bevin, le congres du pirti travailliste a db-
fait une parties du bon travail qu'il avait accompli la
veille en votaint les resolutions relatives aux salaires.
La defense de M. Bevin a 6t6 faciilit6e par le fait ou'il
a abandon:n6 certaines positions an course de oes der-
niers mois.
En depit de Ia majority qui s'est dress6e centre eux,
les critiques de M. Bevin peuvent garder conflance. Ils


'ont oblige abandonner que'lques-unes des positions
qu'il occupail A la derni6re conference:
Its reussiront encore A lui faire abandonner sa poli-
tique d'asservissement complaisant A 1'6gard de la r6ac-
tion americaine.
Mais le temps press si nous voulons sauver le
pays. >

b) L'ACCORD ICONOMIQUE SUR LA FUSION DES ZONES AN-
..GLO-AMIRICAINE (Times, 30/5) :
Le plan de fusion dconomique des zones anglo-
ambricaine est accompagn6 d'une invitation aux auires
puissances occupants pour s'y associer et le system
adop. cherche A tenir compete de leurs besoins res-
pectifs. La concentration des pouvoirs dans le. mains
d'une seule autorit6 est co'nforme aux conceptions ,rus-
ses, tandis cue le faith que l'on souligae le r6le 'des
Lenders a pour but de dissiner les craiites des Fran-
cais en ce qui ooncernt le r6tablissement de l'unit6
al:emande sous une forme mbme limitee. Mais il taut
reclrhercher .a eritab. signification du novel orga-
nisme non dans sa composition, mais dans la tAche
.qu'il 'doit accomplir; et lA-dessus, malheureusement, la
declaration no faith aucoune lumidre. On fall bien allu-
sion A une politique de reconstruction 6conomique con-
form6ment aux principles de I'accord de Potsdam, mais
Ataint donn6 les divergences notoires qui s6parent la
Russie des puissances occidenlales en ce qui concern
l'inlterpret'ation 'de ces principles, la declaration pent
d6courager plul6t que pousser les Russes A s'associer
A ce plan.
Mais cette d;6claration dans sa forme acluelle incom-
plate est loin de justifier les paroles pronones par
Lord Pakenham, la semaine derniere, a Essen, et selon
lesquedlles 1'Allemagne occidentale se trouve au seuil
d'une ere nouvelle ,. Un tel language doit avoir conduit
les Allemantds a esp6rer des decisions en mati&re de
ravitaillement et quant a la structure et A l'importance,
de l'industrie allemande. La declaration ne fait aucune
allusion A ces questions importantes.
On d'oit repa-rer ces omissions et les r6parer le plus
tCt possible si 'on veut que la nouvelle organisation
,onomique apporte un certain espoir aux Allemands.
Cependant, wm'me sous sa forme inco'mp. te, le plan
de fusion est Important no'n seulement pour I'Allema-
gne, mais pour toute PEurope. I] ne pent y avoir aucun
redressPment et encore moIns de prosn6rit6 'durable
pour l'Europe -et pour I'ensemble de l'Allemagne oci-
dentale tani que les resources naturelles ct l'6quine-
mnent perfection de I'Allemagne ne .seront pas utili-
ses. Restaurer l'.eonomii alleninde dans les limits
flxes par la sAcurite, tel est 'obiectif des autorites bri-
tanniques et am6ricaines en langant ces nouveaux
pans. rn.is eles esn6rent come auniravait qu l'on
parviendra A realiser l'unit6 de toute 1'Allemagne. Elles
espirent toujonrs que le novel aceoir'd pourra servir
de base A un accord avec les autres puissances occu-
pantes. >

II. PRESS AMERICAINE


Revue de la pressed amdricaine du 29 mai 1947
1. Ddclarations du President Hoover
La press qui. jusqu'h prBFent, s'ktait contented dte rappor-
ter les commentai"es favorables faits dan.s leS milieux du
Connar6 sur les rcentes declarations de M. Hoover, publie
aujourd'hui une sdrie d'ditoriaux ; leurs auteurs se llvrent
A une critique plus serr6e des propositions faites par Pan-
cien Prdsident. Tous les editorialistes s'accordent, a recon-







. .BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE


nattre que l'impatience manifested par M. Hoover 4 la suite
de ce qu'il appelle < la politique d'obstruction des Russes a>
ost parfaitemcnt comprehensible et admettent tous la n6ces-
sitd de I'urgence de la reconstruction .conomique de 1'Eu-
rope. Par centre, sa proposition de paix siparde avec 1'Alle-
magne et avec le Japon, appuyde par les organes les plus
conservateurs, est fortement attaquCe ipar la press libhrale
et par les dditoriaux des journaux moder6s comee le Bal-
timore Sun, par exemple) qui font gendralement preuve
d'une plus profonde connaissance des questions inter-
nationales.
L'dditorial des journaux Scripps Howard soutient WM. Hoo-
ver i fond, allant jusqu' dire que les U. S. A. nourrissent
les Allemands dans leur zone, tandis que les Busses et les
Frangais font des prelbvemcnts dans les leurs sur la produc-
tion industrielle de I'Alle.magne, et qu'ils envoicnt en Alle-
magne, it titre do secours, des engrais qui dcvraient etre
fournis par la zone frangaise. fa Nous aid.ons les Anglais ia
nourrir les mineurs de la Ruhr, dit L'auteur, et donnons i
la France le charhon de cette region qui serait mieux em-
ploy LL la fabrication de products d'exportation allemands
qui permettraient de rigler la facturee du ravitaillement alle-
mand >. 11 conclut en d6clarant que la iRussic peut se join-
dre aux U.S.A. si elle le vent, mais que, si ellc ne le veut
pas, ceux-ci devront agir sans elle. < aNous commenqons a
comprendre la Russie et nous avons appris qu'on ne peut
pas faire d'affaires avee Staline >, ajoute-t-il.
Le New Yolk Sun .flicite M. Hoover d'avoir appele les
choses par leur nom et conclut que les Amdricains front
bien d'ecouter ses conseils.
Le Baltimore Suon, tout en rcconnaissant que la reaction
de M. Hoover est naturelle, n'en estime pas mcins que sa
suggestion (qui, dit-il, a 6tC d6j. faite dans le passi6 pro-
pos du traite avec l'Italie) doit Otre rejet6e, en particulier
parce qu'il serait dangereux de d6finir des frontieres qui
ne seraient pas reconnues par toutes les puissances int<-
ress6es. I1 conclut que le moment n'est pas encore vcnu de
parler de traits s6par6s.
Barnet Nover, dans le Washington P)ost rcmarque qu'une
action unilatirale amnricaine en Euroipe ne donnerait pas
de bons risultats. 11 cite le cas de la zone unifiCe anglo-
amnricaine en Allemagne et montre que les rsultats obtenus
n'ont pas 6t6 heureux jusqu'a present, puisque, dit-il, la
production de carbon de la Ruhr, en partioulier, baisse
an lieu de s'a.ccroitre : elle ost passe de 238.424 tonnes
it 216.700 tonnes centre le 3 avril et le 3 mai. Il estime que
cette zone ne constitute pas une entity economique viable et
,observe qu'on pent done se demanded si la proposition de
M. Hoover pour une paix separee avec la zone d'occupation
an.glo-am6ricaine munifi6e offre une solution an problem
allemand,
Uhl, dans P.M., rappelle les initiatives m:alheureuses
pritses dans le passo par M. Hoover et en particulier son
fameux moratoire qui a et6, dit-il, I la base du idarmement
allemand et des Trelations difficiles entire lcs Alli6s et les
U.S. A. h propos des dettes de guerre. En consequence, it
timee qu'il est < incroyable que quiconque se rendant
compete de cette errcur gigantesquc puisse cicouter sdrieusc-
ment cette mfime voix chantant la mnme chansorn >.
Tne caricature public a cetd dde cct Editorial montre un
monde qui eclate en deux portions marques i'Est et I'Ouest,
tandis qu'un nuage s'616ve de la assure avec ]'inscription
a Poix separee >, et que les debris de maisons et d'Ntre"
hurmains violent en eclat.


2. Politique amdricaine de crdlit

Pour des raisons diff6rentcs, Lippmann et Dorotihy Thomp-
son demandent que 1'Europe fasse un effort pour se recon-
cilier et pour 6tablir un plan .de reconstruction. I.e premier
estime que si les nations europ6ennes arrivaient a un certain
accord 6conomiaque entire elles, il serait (plus facile de con-
vaincre le Congres de la necessity d'apporter une aide eco.
nomique ct financiere A la reconstruction de 1'Europe. I1
pastime que la France et la Grande-Bretagne devraient pren-
dre 1'initiative d'un tel plan, car, dit-il, la reconstruction
de 1'Europe ne peut provenir que d'une conception et d'unel
politiquc d'origine entierement americaine.


Dorothy Thompson 6crit que 1'Europe dolt faire un effort
d'unification, car < la haine de revanche et les jugements
irresponsables > ne pcuvent qu'entraincr cl chaos.
Un editorial du Christan Science Monitor, intitul << I'uniti
6conomique pour l'Europe >, pense 6galcment qu'une cer-
taine harmonic est n6cessaire en Europe et raippelant que
1'union douani&re avait d6t un des pr6ccureurs dc l'unite
aliemande, il accueille avec ifaveur l'union douanibre entree
les Pays-Bas, la Belgique et Ic Luxembourg.

3. Texas-City

La press repro'duit les extraits du rapport des gardes-
c6tes sur l'explosion du Grand-Camp. Une d.pEche U.,P.
public, sous titre Pratiquement toutes les rgles g urgent
violecs dans le dtsastre dc Texas-City a. Le Washington
News commence par ces mots : < Les gardes:-cotes font por-
ter unc part important des responsabilites du d6sastre de
Taxas-City sur le Conseil franaais tdes approvisionnements
et sur la Compagnic Frnanqaise Trnsatiantique ,. Elle cite
dos extraits .du rapport indiquant qum les sacs de nitrate
ddchiris ont dtC embarquis contraircment aux r6glenents
en vigueur at que L'interdiction de fumer i boa'd n'a pas
6t6 respected.
Une d6p&che de l'rnternational News Service, sans fire
porter directement la rcsponsabilite sur le Conseil franqais
des approrvisionnement.s et ]a Compagnie Generale Trans-
atlantique, 6crit cependant que l'ignorance et la negligence
dans le transport du nitrate d'ammonium sent les raisons
de l'incendie et de explosion qui ont ditruit presque comn
pletement la ville de Texas-City.
Par centre, une d'epeche plus nuanac6e du correspondent
dul New York Herald Tribune declare que, dans le rapport
Iprelimina-ire de Ieur enqu6te sur Texas-City, les gardes-
cites font porter la responsabilite sur la C.G. T. et sur le
Conseil franqais des .appr.ovisionnements en raison de la
negligence apport6e au chargement du Grand-Camp. Mais
le rapport nte dil pas que la Compagnie G6n6rale Transatlan-
tique ou le Conseil frangais des approvisionnrcments sent
coupables d'avoir caus6, la catastrophe. Ricn dans le rapport
n'indique qui est coupable, et il est seulement soulign6 que
dans Ic chargenicnt du nitrate a bord du Grand-Camp se
sout produites des violations des r6glements officials. Elle
laisse entendre qu'cn raison de cette negligence g6ndrale, le
feu qui prit at bord du Grand-Camp a pu ftre allum i par
une cigarette.
4. Nouvelles de France

Presque tous les journaux reprennent des inforinations
de Paris sur le professeur Roussy.
Des d6p&ches au New York Times, au Baltimore Sun et au
New York Herald Tribune signalent I'accord intervene entire
le gouvernement et la C.G.T. Cellc du iNew York T'imes
declare a quc le cabinet Ramadicr a gagnCi une victoire poli-
tique... mnais que cette -victoire I'ui a coist6 des concessions
qui font douter de 1a.valcur de la politiquc de blockage des
salaires >>.
Celle du Baltimore Sun rcconnait galcment que cet
accord est conditionnel puisqu'il s'agira de rdaliser ine
haisse des prix, mais estimc qu'il procurera une period de
calme pendant laquclle les problimes pourront etre traits
dans une atmosphere plus serene.
Ine depdche0 an New York Times public une declaration
.faite par le Quai d'Orsay dfmentant que le gdndral Marshall
suit intervene aunpr.s du Pr6sident de la R&publique fran-
Tc:ise en faveur idu marcichal 'Pitain.

r.!) L, POLITIQUE PTRANGiRE DES ETATS-UNIS (New York
Ile dahl Tribulne, 30/5, &dit courop.) :

< Plusieurs i-ndiccs donnent A penser que l'opinion
publique ambric:aine ne so rend pas encore dompte djI
ce qua signtifle pour nous la rise moindiale du comu-
mcrce. II semble qu'on ne conmprenne pas enicore ge-
niralement que si ce'tle cruise ne pcut itre r6solue, notre
politique .t'rangfre ne pourra pas eire couronnee 'ie
success et que Ia reconstruction mondiale ne pourra
commencer,







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE 5


Si nous nous tournons vers le pass, beaucoup d'en-
tre nous ndmettrout quo deux des principles causes
de la crise mondiale de 1930 et des an aes qui suivi
-rent residaient dans la politique douaaiere dss Etats-
U'nis et dans I'6chec des tentatives antreprises pour
craef un organisme international qui aurait pu facilitei
la cooperation economique et financiere.
La seutle measure pratique qui ait 6t6 priise pour letter
centre cette tendance au nationalism 6conomique et i
l'autarcie fut cepeodant prise plus tard par les Etats-
Unis lorsqu'ils adoptfrent la loi sur les accords rom-
merciaux.
Depuis lors, le gouvernement des Etats-Unis n'a cess6
de poursuivre une politique eeonomique' lib6rale. Le
Congrbs a approuv6 la participation 'de l'Amerique i
la Banque Internationale *et au Fonds Mon6taire cr6es
par les accords de Bretton Woods.
Cepeiada'nt, ces institutions essentielles au relbvempnt
mondial ine peuvent jouer un rble important qu'en
function d'une reprise du commerce multilat6rale et de
la conversion des changes.
Le gouvernement ambricain, 'dans ,les tentatives qu'il
a faites pour ouvrir la voie vers un relevement mon-
dial, se trouve naturellement plac& devant des obsta-
cles innomnbrables. Jusqu'A present, l'Union Sovi6tique
a refuse .de participer A toutes measures pratiques de
cooperation economique. L'incapacite of se sont trou-
vies les grades puissances de parvenir a un accord
sur les questions allemande et autrichienne a emp6ch.6
le redressement 'de l'Europe de faire des progrbs. I.a
Grande-Bre'agne fonde ses espoirs de redressement sur
Pl'tablissement rapid d'un monde pacifique dans le-
quel elle puisse faire du commerce, et un tel nionde
n'est pas encore en vue.
Les d6mocraties de I'Europe occidental qui luttlnt
pour conserver leurs reserves d'or qui d6clinent rapi-
dement, restreignent de plus en plus Icurr commerce
Les Etats-Unis, de leur c6te, ne peuvenl maintenir leurs
exportations a un niveatu lev6 s'ils ne sont pas dispo
s6s A importer eux-m.emes sur *une vaste bchelle. Mais
opposition qui est. faite A touted measure qui permettrait
un accroissement salutaire 'de nos importations croit
constamment. De tous c6t6s, dans le pays, les.interets
particuliers demandent la suspension de la loi sur les
accords commerciaux, ou I'imposition de taxes sur les
importations, venant s'ajouter aux tarifs actuellemen)
en vigueur.
Notre seul espoir de voir s'optrer on redre.ssemenl
mondial et 'de voir notre poliique ttrangere .couronn&e
de succes repose sur notre capacity& d'aider les pays
ravages par la guerre A subvenir A leurs besoins et sur
un retour graduel A une 6conomie international lib6-
lale. Chaque fois que les Etats-Unis imposent des res-
Irictions inadmnissibles sur les importatioas, ils dimi-
nuent d'autant tnos chances 'de raliser ces buts, el ils
privent en memo temps le people ambricain de la pos-
sibilite de maintenir au deld d'une court p.riode Je
niveau 6lev6 des exportations. Ce que la semaine mon-
'diale du travail aurait 'd nous apprendre, c'est cu'on
no peut maintenir un niveau d'exportations l.eve
quand le rest du monde est on proie h la mis6re, et
que si ce niveau d'exportations n'est pas maintenu, ii
ne peut ,v avoir du travail pour tout le mbnde aux
Etats-Unis. >
(SUMNER WEI.LES.)

LE PROBLLME DU RAVITAILLEMENT MONDIAL.
1. N1ew YorAr TiWns, 28/5 :
SLe probl6me, qui consiste a nourrir 'deux conti-
nents depasse la simple r6partition on la gestion des


approvisionnements disponibles. Le veritable proble-
me, con'me I'a soulignb M. Fitzgerald, secr6taire g6ne-
ral de l'I. E. F. C. (Commission Internationale de Ravi-
taillement), c'est le reievement de l.a production. Ceci,
nous semble-t-il, doit 6tre l'objectif essential 'de toute
conference. Le veritable probleme, c'est le relevement
de touted production industrielle qui sera jugee indis-
pensable et ii semble- que ceci n6cessite une autre
conference pour discuter les aspects les plus g6n6raux
du probleme.
En fait, da famine actuelle, si 6tendue, est avant tout
une famine politique provoqu6e non seulenment par la
guerre, le froi'd et la secheresse, mais de facon plus
directed par ies ligies de conduit politiques et 6cono-
miques suivies, par les vainqueurs poliliques qui
sont en train d'6trang:er la production europeenne et
dans utne large measure la production asiatique, politi-
ques qui transforment en dSsert des terrains fertiles
en en chassant leurs habitants et qui d6mantelent 'des
usines d'engrais don't la production fait defaut pour
mener a bici la remise en 6tat des terres de culture
6puises. >

2. WahanWjdon St-ir, 28/5 :

< 'Une conference n'est pas suffisante pour nourrir
les peup.es. Coux qui oat faim ne peuvent se nourrir
de projeis ou de resolutions. Naanmoins, une conf6-
rence mondiale 'du ravitaillement est une nicessit6 ab-
solue et plus t6t elle aura lieu, mieux cela vaudra. En
se r6unissant et en examinait le' nrobl6ine sous tous
ses aspects, les.ministrcs du ravitaillemeut des 34 na-
tions qui sont reprssentles a 1'I. E. F. C. pourront faire
heaucoup pour amBliorer la situation. Car autrement,
s'il n'y avait ni preparation ni discussion, on ne pour-
rait computer que sur I'improvisation de la derniere mi--
,nute et il est evident qu'il faut beaucoup plus que
cela.
La conference projet6e pourra accom'plir deux cho-
ses. Tout d'abor'd, elie pourra 6tabir un system de
repartition ordonni, destine h satisfaire au moins les
besoins minima ides pays qui souffrent le plus parti-
culierement de la pnnurie de ravitaillement. Ensuite,
elle pourra laborer un programme pour aider ces
pays a augmenter et a bien garer leur propre produc-
lion. Si en meme temps les grandes puissances you-
latent bien se decider a prendre en common des me-
.sures pour exploiter au maximum' les resources de
l'Allemagne, it serait ainsi possible de resoudre la part
la plus difficile du pirolilme. I1 est clair en tout cas
qu'auss; lo'ngtemps qut la famine r6gaera dans le
monde, elle constituera un encouragement aulx trou-
bles sociaux et h l'instabilite politique. Toutes les na-
tions qui aiment la paix devraient par cons&queont so
sentir obliges de fire tout leur possible pour la sup-
primer. >

3. Phl Idelpl'.a Inquirer, 28/5 :
< Les Etats-Unis peuvent assurement partager avec
1'6tranger une bonne parties de leurs cer6ales, come
ils l'ont fait d'ailleurs depuis pas mal de temps djLA.
Mais 1'ensemble du probl6me, qui consist A nourrir les
peupiles affam6s d'Europc, devrait etre trait a l'6chelle
mnondiale. Ce n'est que lorsqu'on parviendra A une v&
ritable cooperation et que les pays qui se trouvent me-
naces 'do nouvelles et graves restrictions adopteront
ine 6eonomie vraiment planifibe qu'il sera possible de
resoudre les 6nornes problems que pose la famine qui
stvit en Europe. >






6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press sovip fique dun 29 mai 1947
Les rubriques de politique etrang&re sont exceptionnelle-
ment fournies en commentaires relatifs & I'attitude des puis-
sances anglo-saxonnes i 1'dgard des diffdrents problems
lies au problnme allemand

1. La litle porr ta ddmocratie

Cette rubrique comporte des t6elgrammes ayant trait A la
conference du parti travailliste. Ah la r6ponse de la << Socidt6
pour P'amitid anglo-sovietique 2 et & In decision de In con-
ference travailliste interdisant a ses membres d'arppartenir
i cette society. D'autre part, la crise italienne, le proebs
'd'Helsinki, les protestations des ,tudiants chinois centre
les measures prises centre eux par le gouvernement chinois,
les elections an Liban, la march du movement norvegien
vers'l'nnit6. I'arrestation des leaders communists de 1'Equa-
teur. forment le s'ujet de plusieurs autres diptches.
Dans Flotte Rouge, Nikhailov consacre un article ah la
cruise italienne dent il souligne le caractere c artificial a
et le r61e qu'y jouent I'intervention amdricaine ct le group
des a rendgats de. Saragat >.

2. La politique de l'A'mdrique

,Une sdrie de tel6gramme paralt sur les sujets suivants :
succis du voyage de M. Wallace dans les villes des U. S. A.,
creation de nouvelles reserves de nuerre aux U.S.A.. con-
versations 1t Ankara entire la mission amdricaine et l'Etat-
Major ture, prochain raid d'essai de superforteresses vo-
lantes des U. S. A. en Allemagne et en Angleterre. cmprunt
amcricain pour le Yiemcn. achats francais aux U.S.A. a
propos d'un accord de credit de 50 millions de dollars nour
I'achat de surplus. situation dconominue aux, U. S. A. (dimi-
nution de la Iproduction ct augmentation des prixi, posi-
tion des U. S. A. dans la question tie la livraison pir l'An-
gleterre des criminals de guerre A la Yougoslavie.

3. La politique anglo-americaine e n Allemagfne
et en Autrirhe

On relive. lusieurs ti1dgrammes et commentaires iu cor-
respondant de la Pravda A Paris. d'ap ris des informaitions
de pressed d'agence anglaise, sur c la corruption parmi les
fonctionnaires anglais en Allemane >>. une 8dneche de
Paris sur les inoni6tudes des journatx francais (l'Aube). ih
propos do ia Dolitinue unilati'ale des autor;tds ang'o-amdri-
caines en Allemorne. une ddreche de New-York annoncant le
ddnart pour 1'Alle maane de M. Paterson, collaboratcur du
,min'stre de la Guerre des U. S.A. Dans la Prnad. un article
de Labine est consac'n aux < canitaux americains en Alle-
magne ,. (Voir plus bas cet article.)
La Pravda, sons la signature de Zaslavskv. consacre un
article i la nol;tionue du edndral Clar-k en Autriehe intituld
< Le triominhe mannuri du general Clark a. soul:oanti les
efforts faits nar le edn ral am,'ricain nour ,nlacer 1'Autrirhe
sons Ia tutelle financi6re des Etats-Unis, rdalisant ainsi i
leur profit une nouvelle c Ansch'uss >>.
L'Etoile Rouge. sous le titre c Un jeu dangereux >> t sous
la signature de Tchalvvin. consacre un novel article A la
question de personnes ddolares ; elle remarnue quc < ltes
decisions prises A Moscou n'ont pas am6i.ord" la situation
dans les zones occidontales d'occupation ,. Selon elle, an
contraire le ieu politioue a pris des forms encore plus
nisres. En effet. si. auparavant. on pouvait parler de com-
plaisance inadmissible et de soutien des authorities d'cnicupa-
lion des zones occidentales i' Pgard des per'onves (aui
sabotaient le retour des r6funids dans leur Ipatrie. mainte-
nant. il s'arit de measures fgouvernementales orianisas pour
arrachPr dr)nitivement A leur pavs des nersonnes d,-olacdes.
Selon le journal. le ministry anslais du Travail aurait mend
dans ce sens une action particulibrement idnergiaue. II ser-
virait c d'agitateur a. non seulement 'pour emp&cher le
retour des personnel dkplacdes, mais aussi pour les Lloigner


le plus possible du pays national. De mbme, dans la zone
francaise d'occupation fonctionnent certain & bureaux de
recrutement ,. deux d'entre eux situAs h Insbruck et A Ren-
deck, choisissent sp6cialement.les volontaires a pour la
LAgion 6trangBre. A Insbruck, il y a c un comit d'emigra-
tion >. De p'us, 1'embauchage serait pratiqu6 par une d616-
gation de a 1'Union ukrainlenne a pour -1'migration dans
les'pays outre-Atlantique, ainsi que par d'autres organisa-
tions similaires. Enfin, on aurait dressed un plan d'envoi de
quelques milliers d'hommes pour travailler dans 1'industrie
frangaise au Ma-roc, an Canada.
Dans Trud, Gousinsky etudie les a s'urvivances et nou-
veaut6s a des syndicate de la zone britannique d'occupation
on Allemagne,

4. -- Orqanes international
Denx brefs tdgrammes signalent une reunion de la
Commission pour le trait autrichien et relatent les deci-
sions des comitds de I'O.N.U. pour les problbmes de droit
international et pour-les questions de procedure d'admis-
sion des nouveaux mombres. Dans les Izuestia, un grand
article de Viadov est consacrd de nouveau a la question de
la reduction des armements. L'auteur y souligne l'attitude
de l'Union Sovidtique et surtout de l'An.gleterre et des
U. S.A. depuis la resolution de d4cembre de l'O. N. U. sur la
reduction des armements. Tandis que < 1'Union Sovidtique
a present une sdrie de propositions pratiques et importan-
tes (pour la rdalisation rapid d'une reduction des arme-
ments >, les U.S.A. et la Goande-Bretagne, c des le ddbut, s'en-
gagdrent dans une voie qui tendait *A retarder examenen de
cette question o et qui prouve a un ddsaccord de principle a
des repr6sentants de 1'Angleterre et des U. S.A. avec la rdso-
lution qu'ils avaient vot6e en 1946. Vladov 6tudie ensuite
rapidement les principals manifestations de la politique
d'armement des rEtats-Unis et de 1'Angleterre et assure en
conclusion quc tel est le fond sur lequel les repr6sentants
de l'Angleterre et des tU.S. A. A 1'O.N. U. trouvent le moyen
de fair des protestations de leur fidelity A la cause de la
reduction des armements. a Mais, si tout en faisant de tells
protestations, ajoute 1'tditorialiste, ils renforcent l'augmen-
tation des armaments, les peoples sont en droit de douter
de In sincdrite de tells protestations a.

5. Nouvelles divenses
La Pravda public sons titre en vedette une lettre que lui
a adressde l'ambassadeur d'Iran i Moscou a propos de la
publication dans le journal d'une nouvelle Tass signalant
1'accord entire l'agence iranienne Pars et PUni'ted Press.
L'ambassadeur iranien announce que cet accord a Wt .annuld
et il ,stigmatise la camipagne d'informations inexactes menee
par 1'agence amrricaine qui t ne peut qu'dbranler son auto-
ritd international et diminuer Is confiance dans l'exactitude
des informations >.

LES CAPITAUX AMRRICAINS EN ALLEMAGNE (PVlUzdl4, 29/5).

c< 'Los nouvelles qui viennent d'Allemagne t6moignent
de 1'dnorme augmentation de 1,a propri6t6 americaine
dans 1'6conomie allemande. Les capitalists am6ricains
mbnent une champagne active en Allemagne; leurs ef-
forts, tendent, non seulement, A mettre un term A la
concurrence des firmes allemandes qui luttaient avec
success sur le march international centre les unions
monopolistes ambricaines, mais encore A s'installer de
fa.on plus solid dans 1'6conomie allemande at A trans-
formey 1'Allemagne de concurrent 6conomilque qu'elle
6tait avant-guerre, en un jeune et obdissant partenaire
don't on peut disnoser A sa guise. Pour r6aliser ces buts
les homes d'affaires americains renforcent d'abord
les liens qui les unissent aux unions et entreprises
financidres et industrielles dans lesquelles ii y avait des
investissements amiricains avant guerre. De plus, les
firmes am&ricaines cherchent, par tous les moyens, A
augmenter leur participation dans I'6coaomi'e alle-
mande afin de mieitre la main sous le titre de o pro-
pridt6 americaine >, sur le maximum d'avoirs alle-








BhitLLETiN QUOTIDIN DE PRESS ETRANGEkE


mands. Cette politique des homes d'affaires ambri-
cains, rencontre un soutien compr6hensif des capita-
listes allemands. Dans le d6veloppement et l'extension
des positions americaines, la logique flnanciere et in-
dustrielle allemande voit 1'une des possibilities de con-
server ses unions industrielles qui, en vertu de l'article
12 des decisions de Polsdam, doivcnt Otre an6anti'es. i

(LABINE.)


IV. PRESSED BELGE


LA SITUATION INTERIEURE EN FRANCE (La Libre Belgi-
que, 30/5, catholique).
< La detente est pour 1l moment considerable et
c'est avec une satisfaction non continue que la press
de .mercredi approve d'une part la position du gou-
vernement qui refusa de traiter au lendemain d'un ulti-
matum et approve d'autre part l'esprit don't ont fait
preuve les, syndicate ouvriers.
11 serait exag&6r de dire que le pas difficile sur le
plan social frangais a Wt6 franchi. Mais on a incontes-
tablement derriere soi une tape important et les
pourparlers pourront tout au moins se.d6rouler, a
l'avenir, dans une atmosphere de detente, laissant,
peut-6tre, pr6voir une issue heureuse. >>
(Du correspondent a Paris de iLa Libre Belgilque.)



V. PRESS SUISSE


LA SOLUTION DU CONFLICT DU GAZ ET DE L'ELECTIICITL

1. Nee Ziiclrihe Zeitung (29/5) :
(( Le gouvernement et le syndicate se soumettent tous
deux a une haute juridiclion cri6e a cet effet et don't
on salt a advancee qu'elle donnera parliellement satis-
faction aux travailleurs. Tel est le fait capital. Le gou-
vernement ayant commennce par user de l'arme de la
requisition, aurait pu continue la lutte jusqu'a la capi-
tulation du ISyndicat. Peut-&tre aurait-il reussi; peut-
utre Poccasion de crever l'abces que repr6sentent I'in-
discipline et le d6sir d'aventure croissant d'une
grande parties de la classes ouvriere. Mais peut-etre aussi
l'6preuve de force aurait-il elle about au chaos, l'atti-
tude des travailleurs de l'6lectricii6 et du gaz aurait pu
se raidir, leur action faire tache d'huile ct conduire a
une agitation et a des d6sordres -graves; nul no salt si
le gouvernement serait alors rcst6 maitre de ses nerfs.
M. Ramadier n'est pas un homme a imposer des
decisions historiques. II ne le pourrait vraisemblable-
ment pas car il doit computer avec les int6r6ts du part
socialist et avec une 6quipe ministerielle oh bien des
considerations opportunistes jouent un r8le. Aussi


n'est-il actuellement personnel en France qui critique
le President du 'Conseil. Si la decision qu'il a prise
la nuit dernibre ne porte pas la marque d'une
grande fermet6, elle est du moins dicte par une cer-
taine sagesse, et correspond au climate psychologique
du pays. >
(Du correspondent a Paris
de la Neue Ziircher Zeftung.)

2. Jwouwlt41 de Genive (30/5) :
4 Dans cette circonstance est apparu un des incon-
venients des nationalisations. Dans le cas des indus-
tries non 6talis6es le Gouvernement, en cas de conflict,
peut intervenir avec toute son autorit6 pour d6fendre
I'int6ret public. Dans le cas of l'on a affaire a une in-
dustrie nationalis6e, 1'Etat ne peut plus exercer fac-
tion de contr6ie qui est essentieliement la sienne, puis-
qu'il est directement interess6 au litige en, quality de
patron. L'annulation de I'ordre de gr6ve et celle de la
requisition gouvernementale sont pr6senties comme
deux concessions symetriques ct equivalentes, ce qui
n'est pas tout a fait exact, car c'est en quality de gar-
dien de P'ordre public que le Gouvernement avait pris
l'ordre de requisition.
Mais, ce qui est plus frappant, c'est le fail que pour
obtenir l'annulation de I'ordre de greve, le gouverne-
ment est oblige de se soumettre lui-mime a une sorte
d'arbitrage confiU 'A un ancient fonclionnaire, M. Grune-
baum-Ballin, president honoraire du Conseil d'Etat. 11
y a 1A un precedent auquel le gouvcrnement pourra
difficilement se soustraire chaque fois qu'une indus-
trie nationalis6e sera en cause. L'arbitre d6s.ign6, il
est vrai, n'a pas officiellement pour mission de ren-
dre une sentence, Inais de faire des propositions, et ses
propositions doivent Wtre dans le cadre de la polilique
du gouvernement.
Cependant, il est evident que le gouvernement ne
pourra guere repousser 1ls propositions qu'il formu-
lera au plus tard le 8 juin. D'ores ot djAi, on parait
pr6voir qu'clles pourraient comporter une augmenta-
tion de salairest de 10 a 12 % alors que M. Ramadier
avail affirm qu'il ne pouvait consentir a aucune aug-
mnentation. kn i dit lussi que Ic r6glement envisage n6-
cessitera sans doute certaines augmentations de tarifs
de Pl'6ectricit6, tarifs qui ont 616 recemment forte-
ment relevs.
'Celte concession ne serail-elle pas le point de depart
de revendications de la part de noinbreuses corpora-
tions auxquelles il sera bien difficile do refuser celles
que les Blectriciens et les gaziers auront obtenu grace
a leurs menaces de gr6ve ? C'est une question qu'on est
bien force de se poser. Si 'on a fait l:'conomie d'une
greve qui aurait 6t6 assez p6nilble, on ne peut pas dire
que la solution intervene soit de nature A calmer n6-
cessairement l'agitation social et faciliterait la tAche
du gouvernement qui, il y a moins de huit jours, affir-
mait sa volont6 d'ajourner jusqu'A la fin de I'ann6e
1'examen du probleme des salaires. >
(Du correspondent a Paris du Jorunal de Ganeve.)


S.P.I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs