Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00087
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: May 6, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00087
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DEs ARTS ET DES LETTERS)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


LA DOCUMENTATION FRANCHISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERBS
SERVICE D'INFORMATION
ET DE PRESS


BULLETIN



DE PRESS


6 mai 1947.


QUOTI



ETRA


SOM) M A IR E

I. - PRESS BRITANNIQUE.
() La situation interieure en France.
1. News Chronicle (6/5).
2. Timas (6/5).
3. Daily Worker (6/5).
b) Le probl6me palestinien et I'O.N.U. (Daily Ex-
press, 6/5).
c) La situation int6rieure dans 1'Inde ,(Daily Tele-
graphk 6/5).
II. PRESS AMARICAINE.
al La situation int6rienre en France.
1, New York Hendid Tribune (5/5).
2. New York Herald Tribune (6/5). Edition eu-
rop6enne.
b) L'interview accordG par le mar6chal Slaline A
M. Stassen.
1. New York Herald Tribune (5/5).
2. New York Times (5/5).
3. Saint Louis Post Dcspatch (5/5).
4. Philadelphia Inquirer (5/51.
III. PRESS SOVI'TIQUE.
Apres les declarations de M. Marshall (I-vestia, 5/5)
IV. PRESS BELGE.
La situation interieure en France.
1. Le Soir '(6/5).
2. La Libre Belgique (5/5).
V. PRESS SUISSE.
La situation intbrieurc en France
1. Basler Nachrichten (5/5). Edition du soir.
2. Neue Zurcher Zeitung (5/5)

I. PRESS BRITANNIQUE

Revue de la press britannique du 6 mai 1947
Apr&s la gr6ve des mine'u's de surface de Durham et du
Landshire qui 'a entrain6 l'arr6t du travail pour plus de
25.000 inincurs de fond, la press de ce matin donne la
vedette h adoption en second lecture par la Chambre des
Communes du Transport bill.
Selon le Daily Worker, inauguration de la semnine de
cinq jours aurait donn6 d'excellents r6sultats dans de nom-
breuses regions minieres.
11


La chronique exterieure ne fournit pas matiere A des
articles particulierement important. L'intBr't de la press
sc disperse sur de nombreuses questions tels que les rap-
ports russo-am6ricains, les pourparlers anglo-sovietiques, la
question palestinienne, la situation politique .en France.
Cette derniere, cependant, si elle ne fait l'objet que de
courts articles dans la plupart des journaux, est 6tudiee de
pros par le Times, le Manche :ter Guardian,*le Daily Worker.
Entre autres, le Manchester Guardian et le News Chronitle
lui consacrent 'un de leurs 6ditoriaux.
1. France
- L' correspondent particulier du Times h Paris. apres
avoir rappel6 res principles phases de la crise, se montre,
dans Pens-emble, iatisfait de la solution qui a d6i trouv6e.
Il estime que la Constitution a, en l'occurrence, montr6
d'excellentes qualities. (Voir l'article plus loin,.)
Le correspondent du Manches.er Guardian se demand cc
martin encore ce que sera l'aititude du Congrbs socialist.
II remarque que ce Conscil est compose surtout de milP-
tants de province o toujour, mcfiants vis-a-vis des membres
du part qui si6gent a'u Parlement ,.
D'apr6s cc commentateur, le conflict cntre ces deux u1i-
ments s'est toujours produit h touts les seances de ce. Con-
seil depuis la Liberation. II conclut en disant que si le
Conseii demand a M. Ramadicr de dimiss:onner et .i celui-
ci ne le fait pas, le part socialist sera divis6 d'une faqon
irremediable: c'est cette 6ventualit6 que les communists
desirent vivement.
Ainsi que dans le Times, cc correspondent insisted sur
I'impo tance que la decision de dimanche a eue au point
de vue constitutionnel. Cette decision montre la nouvelle
autoritd du premier ministry tell qu'elle visul'e de la Cons.
titution vo'Ce en octobre dernier. E.le met aussi enavant le
President ce la Rdpubl:que puisque c'ett lui qui en dernier
resort, a du decider s'il devait approuver l'interpr6tation
que M. Ramadier donnait Inl Constitution, laqlelle ne pr6-
voit pas explicitement une situation semblable.
Enfin, les deux corrspondants mentionnent brievement
les incidences que pourra avoir celte situation politique sur
le probl6m.e colonial. II est probable, selon eux, que le
d6bat sur Madagascar devra 6tre retarded.
Quant 1l'Indochine, Ic correspondent du Times fait 6tat
de certain indices qui tendraient A prouver que les indi-
genes indochinois commenceraientf demander refuge et
secours aux forces frangaiscs pour les prot6ger contre Pes
forces du Viet-Minh.
iLe correspondent du Daily Worker dcrit en titre que
M. Ramadi-er a l'intention e d'6craser Madagascar ,. Main-
tenant Que les ministres communists ont quitt6 le Cabinet,
il announce qure le president du Conscil profitera de cette
situation pour faire disparattre le plan d'ind6p.endance mal-
gache.
Dans le meme journal communist, D, Kartun public un
long article intitul guerre coloniale..., arriCre-plan de ce qui se passe en
France ,. (Voir plus 'lin des extraits de oet article.)


Nouvelle


661


- II--.









2 i~ULLkTiN QU0T1DIEN D.R PP.SSB TBTANGARR


2. Elats-Unis U. R. S. S. .,
Quclques journaux, don't le Times, font Rtat d'un article
des Izvestia critiquant yivement les declarations de M. Mars-
hall faites A New-York apres son retour de Moscou. (Voir
cet article dans la press sovietique.)
D'autre part, le Daily Telegraph rapporte que M. Stassen
a comment interview qu'il avait .eue avec le g6inralissime
Staline. II se serait montr6 hostile a la politique d'apaise-
ment. I aurait egalement critique ]a politique du president
Truman. 11 aurait dcmand6 que 1'aide amrrioaine I la Grace
soit entierement consaor6e a aider le people grec et non
pas utilisde A des fins politiques.
3. Routes aeriennes
Ronald Walker, dans le News Chronicle, announce que la
Grande-Bretagne 'et l'Amerique vont essayer d'teahlir des
routes a6riennes en Europe central et orientale afin de
p6n.trer, dens, la zone d'influence russe et favoriser le ddve-
loppement des services aeriens ,en Europe. Des accords se-
raient prdvus entire la Grande-Bretagne -et 1'Amerique d'une
part, la Yougoslavie, la Hongrie, la Bulgarie, la Ronrmanie,
la Pologne, d'autre part.
4. Conversations commercials anglo-sovidtiques
Le correspondent du News Chronicle h Moscon announce
que les conversations commercials entire la Russie .et l\
Grande-Bretagne sont en bonne voie.
SCes pourparlei's attesteraient le disir des deux pays de
les mener A bonnie fln.
5. Ruhr
Selon le reporter du Daily express, la Ruhr travc'rserait
une crise alimentaire plus aiguc que celles qu'elle a ddjh
coniues. La ration moyennc scrait de I'ordre de 800' b 900
calories.
6. Espagne
Le correspondent du Times A Madrid annonce q'u'uu nou-
veau d6cret .du gouverneinnt franquiste interdit le cumul
pour les fonctionnaires. Le correspondent du Daily Herald
announce d'autre part que 20.000 ouvriers se sont mil en
grave & Bilbao.
Brian Kennel, dans le Daily Mail, done un conpte rendu
de sa visit.e en Espagne. D'apres cet article, le dictateur
espagnol verrait son pouvoir actuellement plus fortemnent
6tabli que jamais, malgre les difficulties Boonomiques aux-
quelles il no cherche d'ailleurs pas A remedier.
7. U. R. S. S.
Al. Clifford, dans le Daily Mail, Robert Waithman, dans
le News Chronicle. N. W. Ewer, Jans le Ddily Herald, pu-
blient ohacun leur s6rie d'articles sur les conditions de vie
en Russie sovietique. Clifford insisted sur I'indgalitU du niveau
de vie chez les dirigeants et chez la masse. Waithman parole
des difficulties de logement a Moscou, Ewer dcrit une ctro-
nique sur la duret6 de la vie pour les salaries.

a) LA SITUATION INTRIEURE EN' FRANCE.
1, News Chronicle (6/5, liberal).
c On a souvent dit qu'il 6tait impossible de gouver-
ner en France avec -la participation des communists,
et qui'il est 6galement impossible de gouverner sans
leur participation A cause de leur emprise sur les syn-
dicats. La premiere parties de oette proposition semble
avoir 0t6 justified par les 6v6nements, mais il serait
cependant temeraire d'affirmer que la deuxieme partie
]e sera automatiquement.
M. Ramadier a faith preuve d'un grand courage en
choisissant de continue A gouverner avec cette menace
sur. son flanc gauchel (c'est 1A une decision que son
parti dolt encore ratifier), mais sans aucun doute, il a
Wte enhardi par l'assurance donn6e par M. Duclos que
les communists n'avaient nullement l'intention -de pr6-
cipiter un d6clenchement de la lutte sur le plan indus-


triel. Pourvu que les commuistes s.e souviennent qu'ils
sont des Frangais d'abord et des membres d'un part
seulement ensuite, il n'est aucunement besoin de deses-
perer.
Quoi qu'il arrive, le people britannique consid6rera
les efforts de M. Ramadier 'avec sympathie et admira-
tion. Le nom de M. Ramadier figure depuis peu dans
les manchettes de la press international, mais le pre-
sident du Conseil a d6jia ait preuve de courage insignia
et d'habilelt dans la defense de la democratic fran-
caise .

2. Timesi (6/5).

< Bien que la decision prise par le President du Con-
seil socialist, M. Ramadier, de gouverner sans les 'com-
munistes soit soumispe l'approbation de son part,
le sentiment qui pr6domine g6~iralement A Paris c'cst
'qu'une crise gouvernementale a Wte 6vit6e. On montre
de la satisfaction et de la surprise, mais la satisfac-
tion l'emporte naturellement.
Dans la situation actuelle. la Constitution a rvi'616 de.
qualities insoupponn6es. 'Ceux qui 1'avai.ent 6laboree ne
pensaient nullement que le fait quo le premier Minis-.
tre devaitrecevoir l'approbation de. l'Assembl~e par un
vote special lui donnerait des pouvoirs superieurs a
ceux de ses ministres.
Si les parrains de la Constitution avaicnt prevu une',
situation semblable a celle qui s'est d6veloppee hier ils
auraient -certainement pr6vu quelque chose pour y fair,
face et bien quo la Constitution actuelle ait 6t6 desti-
n6e a renforcer In stablite ministerielle,,il n'est pas
certain qu'ils auraient trouv6 un moyen aussi simple
de la garantir que celui qui a 6t& adopt. Leur omis-
sion a permis de creor un precedent qui montre quo
I'executif, en ra personnel du President de la Repu-
blique et du President du Conseil, dispose dans la prB-
sente Constitution de pouvoirs beaucoup plus impor.
plants que ceux k4ue d6tenaient ces deux memes per-
sonnages dans la Constitution de 1875 ,.
(Du correspondent du Times a Paris.)

3. Daily Worker (6/5), communist.

a En soutenant la semaine derniere les revendica.
tions des ouvriers m6tallurgistes parisiens, qui deman,
daient une augmentation de 10 francs de leur prime de
rendement, les miinistres communists savaient parfaite
ment b'V"n qu'ils ne seraient pas suivis par les autres
membres du Cabinet.
Ils ont agi ainsi pour cette simple raison don't les
< experts es inflation > n'ont pas tenu compete que
les ouvriers parisiens ont besoin de ces 10 francs pour
se v6tir et se nourrir.
Le group parlementaire socialist a dirig6 le mou-
vemenlt pour exclure les cinq ministers communists du
Cabinet, apres que le comitd directeur se fit prononc6
en faveur de la admission de M. Ramadier. Une lutte
est maintenant engagee au sein du parti socialist entire
ceux qui souhaitent maintenir la politIque de e non-
participation > A un gouvernement comprenant les
communists, et ceux qui souhaitent conduire le parti
encore plus A droite.
La reunion d'aujourd'hui du Conseil National socia-
liste aura une importance decisive pour l'avenir du
part i.
(DEREK KABTUN).










BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE 3


b) LE PROBLiME PALESTINIEN ET L'O.N.U. (Datly Ex-
press, 6/5), conservateur.
< It parait vraisemblable qu'une commission d'en-
quete sera nommie pour d6couvrir ce que tout le mon-
de sait deja. Et quand l'Assembl6e g6nerale se r6unira
en septembre, il se peut que la commission fasse oil
ne fasse pas dLes recommendations sur le future gou-
vernement de ce tcrritoire.
Cette procedure sera longue, p6nible ct ses r6sultats
seront incertains.
Elle n'offre a la Grandc-Bretagne aucun espoir rel de
sortir de la guerre inutile et anormale dans laquelle elle
se trouve engagee, et qui devicnt chaque jour de plus
en plus cofiteuse et difficile A supporter pour nous ,
C) LA SITUATION INtERIEURE DANS L'INDE (DaidlJ Tele-
giraph, 6/5, conservateur).
< Avec l'arrivec h Londres de lord Ismay, doyen de
entourage du vice-roi, Ic cabinet se trouve i nouveau
devant les nonibreux problemes impliques par la deci-
sion de retire Tes troupes britanniques de l'Inde en
juin 1948 an plus tard. La difficult cssentielle est de
d6couvrir a quel parti on A quels parties on pent trans-
mettre le pouvoir. Les rccenis 6venements survenus
dans l'Inde of los r6vollks sanglantes ont et nom-
breuses, ne simplifient certainement pas le travail.
Ce qu'il y a de plus clair, c'est que le ( choc ,> qu'on
avait I'intention de donner aux parties indiens en fixant
tine date pour la transmission du pouvoir a eu exac-
tement I'effet contraire de celui qu'attendaient les au-
teurs de cette decision. Bien loin d'amener les princi-
pales communaurls a s'unir et A passer sur leurs diver-
gences, cette decision a. largi le foss6 qui les spare ,.


II. PRESS AMERICAINE


Reune de ti press ameriCtaine .du 5 mai 1947
1. Situation polilique francpise

La plupart des journaux annoncent en premise page, et
avec de grands titres, que M. Ramadier a expulse les minis-
tres communists du cabinet franqais. Les correspondents
,de Paris d6clarent que cette deci:iion a caus6 une certain
surprise et qu'clle a ,d lec rdsultat de l'intervention de
M. Ramadier et de M. Blum aupres de leurs col.egues so-
cialistes de l'Assemblda. Le depart des ministries commu-
nistes est bien accueilli par le New York Times, le New
York Herald Tribune ct le Wa'shington Post, don't l'opinion
conservatrice parait satisfaite de cette solution. Les 6dito-
riaux de ces journaux constatent cependant que la nouvelle
situation gouvernementale ne parait pas definitive et ils se
demandent cc que decidcra le Conseil national socialist.
(Voir extraits de I'dditorial du New York Herald Tribune
plus loin.)
Apres avoir expos l'attitude des diff6rents parties h 1'dgard
de la participation communist et repris .les promesses
faites par les communists de respecter l'intiert national
frangais, meme dans opposition, 1'dditorial du New York
Times continue : c Lat valeur de ces engagements pris par
les communists sera mise a l'eprcuve tandis que la France
s'attaquera aux probl6mes dnorme: de la reconstruction et
de la resorption de l'inflation. L'csprit dans lequel la nation
fera face a cette epreuve sera obscrvee avec sympathie par
un monde pour qui la France signifie tant. v
Sous le titre : a Le ddfi des rouges en France 2, le New
York Times publie un editorial disant notamment que le
parti communist franqais, en provoquant une crise de cabi-
net qui met fin au gouvernement de coalition, a 6videm-
ment l'intention de mettre I l'4preuve la force communists
non seulement en France, mais aussi en Europe occiden-
tale. Et ii ajoute que cette solution ne, soulage en rien la


situation s6rieuse dans laquelle se trouvent maintenant pla-
c6s le gouvernement et la nation frangaise. II estime que
cette action des communists en France est liee a la situa-
tion international et rappelle que les communists ont 6t6
micontents de I'attitude de M. Bidault h Moscou, ainsi que
de la nouvelle doctrine -de politique 6trang6re ambricaine,
et qu'ils sont inquiets des succ6s rapides reports par le
movement du .g6ndral de Gaulle. Cet editorial se demand
comment les communists opdreront dans P'opposition. < Ils
pourraient provoquer des troubles, dit-il, qui engendreraient
la guerre civil. Toutes les indications don't on dispose
indiquent cependant que ni Moscou, ni cux, ne sont encore
prcts pour cela. ,
Les articles d'Anne Me. Cormick et d'Edwin James dans
le meme journal portent sur la question de savoir si un
gouvernement frangais peut fonctionner sans la participa-
tion des communists qui, de P'avis des journalists, con-
trilent les syndicats ouvriers frangais et, par consequent,
dictiennent une arme redoutable, celle de la gr've g6ndrale.
Le correspondent de I'A.P. a Paris reprend a ce sujet les
declarations de M. Duclos devant I'Assemhide, indiquant
que le parti communist, qu'il soit ou non inclus dans le
gouvernement, se considbrera come faisant partle de
celui-ci et qu'il ne sabotera pas le nouveau gouvernement,
plagant e l'it6ret national avant toute autre chose. a
Plusieurs journalists americnins soulignent Ic paralld-
lisme des situations politiques en France, en Italic et, en
particulier, insistent sur attitude prise dans ces deux pays
par le parti communist.

2. L'entrevue Staline-Stassen

Toute la press dominicale reproduit de nombreux extraits
des propos changes entire le generalissime Staline et
M. Stassen, lors de. la recent visit faite par le candidate
rdpublicain au Kremlin. La conversation a port principale-
ment sur le probl6me du contrble atomique, et sur la poli-
tique commerciale international. Les commentairea de
M. Staline amenent le Washintlton Posit t ecrire dans son
editorial que le g6enralissime Staline, dans une declaration
des plus conciliantes qu'il ait jamais faites, a exprim6, an
course de son entrevue, avec M. Stassen, le desir de coop6rer
avec les U. S. A.. Ce desir trouvera un sentiment r6ciproque
en Amerique. Ii ajoute que la question qui se pose est do
savoir: dang'quelles conditions cette cooperation se rdalisera-
t-clle ? II ne peut pas exister une cooperation si une parties
parole continuellement de cooperation et si une autre cooprec
activement. Cct editorial indique que. les Russes se sont
opposes en fait au contrble international atomique.

3. --- Rapport du Comiid d'Etafllajor inlernationul
La press public le rapport pr6sent6 par le Gomit6 des
cinq de I'Etat-Major international des Nations Unies. Elle
note que les repr4sentants sovidtiques se sont opposes h plus
d'un tiers des principles gdndraux Snoneds par ce comit6 et que
la France s'est ddclaree, sur trois points, d'accord avec la
position sovidtique, tandis que les (U. S. A., la Grande-
iretagne et la Chine sont tombs d'accord .sur la plupart
des suggestions faites par le comits.

4. Politique extirieure amdricaine
Les correspondents de Washington annoncent que le ge-
n6ral Marshall a convoqu6 vingt et un des principaux reprd-
sentants du Congr6s pour discuter avee eux des situations
qui mcnacent, au CongrBs, de contrecarrer la politique ext6-
ricure de administration. Les trois principaux projects de
loi menaces d'une opposition s6rieuse au Congr6s sont ceux
qui concernent l'aide it la Gr6ce, l'aide anx pays europdens
qui ne bdndffcieront plus de I'U.N.R.R.A. ct au budget du
DKipartement d'Etat relatif aux missions radiophoniques et
aux services d'information americains. Par aillcurs, 'oppo-
sition qui se manifest, au Sdnat, h la ratification du trait
italien a requ l'appui de M. Sumner Welles, ancient ,sous-
secrdtaire d'Etat aux Affa'rcs itrang6res, qui t propo:. d'at-
tendre qu'un accord soit conclu an sujet des traits all#.
mand et autrichien, pour reprendre la discussion des chan..
gements c radicaux : a apporter au trait italien. An cas oh
cette suggestion ne donnerait pas de r6sultat, M. Welles










4 BULLETIN QUOTIIflEN DE PDXSSE iTraNIeftE


a ajoute qu'alors t les U. S. A. seraient pleinement justifies
a soumettre le problIme italien tout enter t 1'Assembl6e
des Nations Unies *. 11 s'est attaqui ensuite aux articles
du traits italien relatifs laI reconstruction economique de
DItalie et aux frontieres italiennes, critiquant surtout l'6ta-
blissement du territoire international de Trieste.

5. Indoohine
Une dp&cehe A.P. de Saigon rapporte une declaration de
M. Bollaert qu'il 6tait decide a tenter un effort de conci-
liation a dana l'esprit democratique le plus sincere et en
s'abstenant de toute tentative de division qui serait indigne
de la France 3. II aurait exprime P'espoir que le Viet-Nam
fasse preuve d'une attitude semblable. Cette depeche note
que M. Ho Chi Mirth a fait appel, A la radio vietnarnienne,
aux dimocrates francais. les invitant A envoyer une lele-
gation parlementaire en Indochine.
a) LA SITUATION INTARIEURE EN FRANCz.
1. New York Herald Tribune (5/5).
t L'extraordinaire habilet6 que les parties francais
ont d6ploy6, en 6vitant .une crise sur la question de la
participation des communists au gouvernement, per-
met difficilement de croire que la question a 616 exa-
min6e sous tons ses aspects et tranch6e d6flnitivement.
Mais il est encore plus difficile de voir comment les
choses peuvent s'arranger apr6s le refus des ministres
et d6put6s communists de voter la conflance au gou-
vernement Ramadier, particulirrement apres l'6imina-
tion, sur l'initiative socialist, des membres commu-
nistes du gouvernement..
Si le conseil national socialist permet a M. Ramadier
de r6organiser son gouvernement sans la participation
des communists (et il dispose pour cela d'une ample
majority A P'assembl6e), le gouvernement sera lib6r6
d'une alliance gcnante et I'ensemble du people francais
trouvera 1A pour juger sainemnet la politique commu-
niste une possibility bien meilleure que celle qu'il avait
A l'6poque oh la position exacte des parties francais se
trouvait dissimul6e du faith qu'ils formaient une coali-
tion. En m6me temps, les communists seront libres
d'attaquer le gouvernement A l'Assemblke ct de declen-
cher des graves.
Us ont promise de ne pas abuser de leur force et ont
affirms qu'ils front toujours passer les int6r6ts de la
nation avant toute autre chose. II sera intbressant de
voir soumise A 1'6pre.uve des faits la valeur de ces enga-
gements pris par les communists, tandis que la France
se heurte aux problbmes si difficiles que posent la
reconstruction et I'inflation. Et la France, elle aussi, est
appel6e A subir 1'6preuve des faits. La tension provo-
quue par la chert6 du cofit de la vie, par les restric-
tions portant sur les products dc premiere n6cessit6, par
la < discipline de fer > qui, comme le president RIma-
dier I'a dit, est essentielle au redressement de la nation.
offrira aux communists aussi bien qu'Ai 'extreme-
droite l'occasion de pro'noquer des incidents. La ma-
nibre don't la nation subira cette 6preuve sera observe
avec sympathie par un monde pour lequel la France
tient une grande place i.

2. New York Herald Tribune (6/5), edition europ. :,
< II y aura certainement une important division au
sein du nirti socialiste. Certain pensent cependan t que
la raDidite avec In vel.Ie la reunion fut convoou6e jouera
en faveur du President du Conseil. Cependant, nom-
breux sont ceux crui sont enclins A ppenser qu'une rup-
ture comnlite entire les parties communist et socialist
a'effectuera en fin Ide compete au detriment de ce der-
nier.


D'autres peuvent penser que ]e parti socialist a la
une bonne occasion de se rallier aux autres parties con-
tre les communists. Certains observateurs pensaient
hier soir que si le gouvernement Ramadier continuait
sans les communisles et r6a.lisait des progrbs 'pour le
bien du pays, cela pourrait entrainer le d6clin du com-
munisme en France.
On pensait de plus en plus que l'a.ction de M. Rama-
'dier, entreprise de facon soudaine avant la reunion du
Conseil national de son iparti, lui a etW dict6e par des
signs de faiblesse donn6s par eI parti communist.
Nombreux 6taient ceux qui, en France, pensaient en-
core hier soir qu'il serait impossible pour un gouver-
nement de rester longlemps au pouvoir sans les com-
munisles. On craint, en effet, que les communists ne
puissent declencher des graves par l'interm6diaire 'de
la C. G. T. et paralyser les efforts du gouvernement. II
faut attendre la reunion du Conseil national du parti
socia:iste pr6vue pour aujourd'hui pour savoir si cette
tentative sera faite. a
(JOHN O'REILLY.)

b) L'INTERVIEW ACCORDIE PAR LE MARICHAL STALINE A
M. STASSEN.
1. New York Herald Tribune (5/5) :
c Staline a paru r6cemment vouloir se chargerr de
plus en plus des details de la diplomatic et de 1'admi-
nistration sur ses subcrdonn6s, mais rien ne permet
cependant de 'douter qu'il ne soit pleinement au courant
des 6v6nemenis et qu'il ne soit sincere dans son de6sir
de coop6ralion. Mais on est malheureusement ameni0
a conclure qu'il attend encore avec conflance qu'avec
le temps l'Occident fern les frais de la cooperation.
L'echec 'des conferences, l'impasse of l'on est arrive
propos du contrile de I'6nergie atomique, les pol6mi-
ques de press, l'intransigeance de ses propres diplo-
mates, toutes ces closes sont sans consequence. Il esp6re
encore une crise Bconomique capitalis;e aux Etats-Unis
qui pa'ralyserait 1'action amnricaine en Europe; il croit
que ses propres pr6paratifs mililaires suffiront a parer
A toute menace de guerre qui pourrait en rsu'lter, que
la < democratic > sovi6tique renforcera sa position
mondiale et qu'un nouveau groupement des forces his-
toriques amenera finalement l'Occident a faire dles frais
de toute la a cooperation > qui peut 6tre souhaitable.
On a pu se faire une id6e de cette altitude dans le
bref compete rendu que le secr6taire d'Etat Marshall a
fail de son entrevue avec Slaline; cetle impression res-
sort encore plus clairement du texte 'de l'interview ac-
cord6e A M. Stassen. El si c'est l 'l'attitude du chef de
la Russie, l'affaire devient grave. Tout en absolvant -la
Russic de tout sentiment d'hypocrisie ou d'intentions
'dblib6r6ment agressives, l'attitude du marichal Staline
oterait toute signification aux efforts diplomatiques ac-
tuels et meme aux declarations amicales du genre de
cells que l'on trouve dans I'interview. A moins que
1'Occident ne montre une force,politiquc 6conomique
et morale suffisante -pour inipressionner le Kremlin et
pour Ie convaincre que la cooperation exige une con-
tribution constructive de sa part, il semble qu'il y ait
pen d'espoir de voir se cr6er un mon'de plus stable et
plus icureux. ,

2. New York Times (5/5) :
< Celle interview est encourageante en elle-m6me.
Ellc semble ouvrir de nouvelles possibilities pour sortir
tie d'impasse existant entire la Russie et l'Ouest, non
seulement en cc qui concern les traits de paix, mais
aussi A l'6gard d'afitres questions d'importance primor-
diale.








BULLETIN QUOTIDIEN DR PIISS9 frRANGARS 5


Cepen'dant, ce sont les acles et non les paroles qui
competent en definitive. Et le bilan de ce qu'on fait jus-
qu'a maintenant Staline et la Russie a tellement affaibli
,cet espoir que le monde occidental n'ose plus se mon-
trer t-rop optimiste a.pres cette interview. Nous avons
accopt6 des compromise et consent des sacrifices pour
nous entendre avec la Russie, jmais tant que les princi-
pes de Lenine guideront les actions de ce pays nous nc'
pourrons que suivrc la politique esquissee .par le Pre-
sident Truman politique qui consist h aider les na-
tions libres pour arreter expansion russo-communisle
et A grouper tous ceux qui veulent bien se joindre A
nous -pour 6tablir une certain stabilitde conomique. >>

3. Saint Louis Post Dispatch (5/5) :

<< Les dCclarations du mar.lchal Staline sont encou-
rageantes, imais ses paroles ne concordent pas avec l'al-
titude intransigeante 'des representants russes, en cc
qui concern le veto sur le control de l'nergic atomi-
que A I'O. N. U. Nous aimerions que le mar6chai Slaline
fasse partager A MM. Mololov, Gromyko et Vychinski son
esprit de measure et de cooperation; >

4. Philadelphia Inaquirer (5/5)
< L'un des .aspects les plus fra-ppants de interview
du mar6chal Staline a et~ 1'int6rkt qu'a 6veille en lui
la possibiilit d'une crise 6conomique aux Etats-Unis, qui
pourrait ruiner sa position 'de plus grande nation d6mo-
cratique de noti-e temps et lui enlever la direction
qu'elle exerce dans les affairs mondiales.
Nous devons done maintenir notre position d(emocra-
tique k la fois sur le plan 6conomique et sur le plan
politique. Peut-6tre les Russes en arriveront-ils alors A
une veritable cooperation. ,


III. PRESS SOVIETIQUE


Roeue de la press sovietique ld 5 mui 1947
Les questions 6trang6res occupent environ un pcu moins
d'une page et demie dans la press sovietique. Ellcs font
apparaitre deux preoccupations dominantes :

1. Le travail des organisms inlernationaux
Dans tons les journaux, environ une demi-page de nou-
velles est consacree aux debats dc lfO. N. U.. Ces dipiches
ne sont suivies d'aucun commentairc.
La declaration radiodiffusde du general Marshall qui, jus-
'qu'ici, avait fait sjmplement l'objet d'une mention de six
lignes, fournit aux Izvastia matibre a un ample commen-
taire rdfutant point par point les affirmations du secretairc
d'Etat. Get article, don't nous donnons plus bas de large
extraits, ne porte pas de signature et engage done la respon-
sabilit6 collective de la redaction de l'organe du Soviet
Supreme de 'U. R. S. S.

2. La bataille mondiale pour al ddmocrat'ie
a) France. Dans tous les journaux, trois grande depe-
ches, redigees d'apres les sources frangaises et publides sans
commentaire, ont-trait A : la seance de l'Assembl6e natio-
nale, la decision du Conseil des ministres, le communique
du Comitd central du parti communist. ,
b) Les repercussions de la politique anglo-amdricaine. -
Cette rubrique comporte des informations abondantes ayant
trait .L la discussion du project d'aidc i la Grkce et A la
Turquie, et aux poursuites intent4es centre les mililaires
amiricains ayant particip6 aux manifestations du 1'" Mai.
Un moindre intiret s'attache h la politique britannique.
Des titres paraissent cependant tels que : e L'Angleterre
soutient le franquisme >. "


Le problem de la press capitalist tient une place emi-
nente en liaison avec le 35" aniversaire de la foundation de
la Pravda. Trud, sous le titro : z Une l6gende demasquee,,,
reclpoduit une sirie de textes anglo-amnricains d6nongant
la dependance de la press capitalist par rapport au grand
.capital et le caractere illusoire de la prdtend'ue liberty de
la < press bourgeois ,. Zavlavsky, dans la Piracvda deve-
loppe largement ce th6me sous le titre : < La pressed des
deux mondes >.
Un ddmenti Tass est reproduit par tous les grands jour-
naux ; il a trait < au mensonge absurde lance par le journal
su6dois Svenska Morgen Blade( qui vient d'annoncer
< 1'cxistence de pourparlers soviktc-franquistes en vue de
conclure un pacte d'amimtid. >

Ai'RLS LES DECLARATIONS 1DE) M. MARSHALL (Izvestia,
5/5) :
a Quiconque a suivi les discussionl de Moscou peit
se convaincre facilement que l'expos6 'du secretaire
d'Etat est en contradiction avec les faits. La position de
la d(16(gation sovietique y est deflnie sous Un jour men-
songer ct le sens des propositions sovieliques y est
faussi.
Ainsi lorsque le general Marshall explique la question
de la structure du gouvernement 'de 'A'llemagne, il ex-
pose l'affaire comme si 1'Union sovi-teiquc s'6tait deci-
dee A ,'cxtrcme centralisation du pouvoir en AlemagInl
ct A la constitution d'un gouvernement central allemand
fort qui < ipourrait trop facilement se transformer en un
regime de domination senmblable au regime nazi ..
M. Marshall sait trds biCn que les propositions sovi_-
tiques sur l'6dification du future gouvernement de l'Al-
iemagne dissent clairement que Ja centralisation hitld-
rienne du gouverniement devrait 6tre liquid&e. La d616-
gation sovih6ique a d6clar6 A maintes reprises qu'elle
avait en vue le r6tablissement d'un regime qui avait Wtd
cr6e en son temps selon la Constitution de Weimar. Les
propositions de la 'd6l6gation sovi6tique s'orientent vers
lune solution plus logique et plus rapide du problrne
de la democratisation et de la demilitarisation de 1'Al-
lemagne, de sa .transformation n e iat pacifique. Pre,
ten'dre, comnme le fait M. Marshall, que ces propositions
crdent le danger d'une renaissance d'un regime sem-
blab.e au regime nazi, c'est i-enverser le problmie, attri-
buer aux autres les erreurs, que l'on comee.
M. Marshall a jug6 n6cessaire de s'6carler de la ve-
rite en ce qui concern l'extlicatioli d'une at re ques-
tion important, celle de l'unit6 conomique de l'Alic-
magne. Pourtant, a la session du Conseil 'des ministtes
des Affaires 6trangeres, nous avons pu enlendre une
series de faits qui temoignent des nombreuses tentative
faites par l'Union sovi6tique pour realiser l'unit 6co-
noimique et politique de I'Alleniagne conformement aux'
decisions de la Conferencc de Pots'dam.
Les mnimes erreurs se reproduisent sur tous dles au-
Ires problems soulev6s par Ja question allemande, et
par le r6glement de la paix avec l'Autriche.
Une question se pose. Qui a pouss6 le secretaire d'Etat
a faire un compete rendu aussi inexact de la session de-
la conference des ministres des Affaires 6trangeres qui
s'est tenue a Moscou ? Vraisemblablement, la position
prise par, les repr6sentants anglais et ambricains a in
Conf6rence,de Moscou n'a pas toujours refle6 un d6sir
de order une paix solide et de .conjurer le 'danger d'une
aggression allemande. Cette position a souvent 6te d6ter-'
min.6e par les interets de certain groupements mono-
poistes qui consid&rent l'Allemagne, ainsi que toute
1'Europe, du reste, comme une sphere ou leurs capitaux
'doivent circuler librement. Une telle position .ne pou-
vait naturellement pas contribuer au succds des-travaux-
de la Conference. M. Marshall cherche maintenant A se
justifier en jetant le blAme sur le caractere intraitable.
de la de61gation sovi6tique.







6 BULLETIN QUOTIDIAN DB PRESS ITRANGARE


IV. PRESS BELGE



LA SITUATION INTIRIEURE EN FRANCE.
1. Le Soir (6/5) :

<< M. Ramadier se trouve li. par Ic vote du precedent
Conseil national de son parti autorisant les socialistles
a particiiper seulement l un gouvernement homogene ou
a un gouverncment ofi les commnunisles figurent aussi. Il
desiree done qu'un nouveau Conseil national,,convoqu6
pour mardi soir. l'autorisc 'pr6alablement i poursuivre
sa tAche, sinon il demissionnera.
II tient d'autant plus a se fair couvrir que Ie comite
directeur S. F. I. 0. s'6tait prononce, par 12 voix con-
tre 9, centre le maintien de l'ac'uel cabinet, amputi des
communnistes, et que cette solution n'a ipr6valu que
parce qu'elle a 6t1 adopted par 69 voix conlre 9 par le
troupe parlemenlairc socialist.
En mettant le Conseil national devant le fait accom-
pli (du moins A tire provisoire), M. Ramadier esp6re
retourner l'opinion qui s'6tait manifest6e precedem-
ment et il pourra alors nommer des titulaires dllnitifs,
A la place des interimaires actucls, trop surcharges de
besogne pour pouvoir Otre mainlenus dans 'ces doubles
functions.
Toutefois, les autres parties gouvernementaux, M.R.P.
et R.D.G., ont dejA r6agi aveu fernme:6 contre cctte pro-,
c6'dure qui fait des militants socialists les arbitres de-
la situation. Ils r6clament avec insistence que i'Ass3nm-
blBe national se prononce sur la question du remanie-
ment d6finitif du cabinet, mardi apr6s-midi, c'es -A-dire
avant le Conseil national. Agir autrement consisterait,
selon eux, A donner aux parties des pouvoirs exorbitants
A l'6gard de l'ex6cutif et du l6gislatif. >
(Du 'cortIesplodant du Soir d Palris.)

2. La Libre Belgique (calholique, 5/5) :

< Les socialists sont tr6s divisCs et tandis (qu'uue)
majority 6vidcnte de leur comlt6 directeur appuie lal
these de M. Rama'dier et se prononce pour un divorce
avec le < part frere >, les del6gu6s des federations de-
partementales faisant parie du Conseil national seront
probablement, eux, en majority contre une tel.c deci-
sion. Tout ceci menace s6ricusement l'unin6 du part:
socialist, fort fragile 'dlji sans cela. Mais en ce qui
concern la solution de la crise come tcl:e, elle nei
depend actuellement que de l'6nergie, de l'initiative ei:
du courage de M. Ramadier. II ne nous reste 'done qu'ia
attendre. ,
(Du correslpondant parisien de La Librc Belgique.)


V. PRESS SUISSE


LA SITUATION INTRiIEURE EN FRANCE.
1. Basler Naclwhichten (5/5, 6d. du soir) :
<< Les milieux politiques ne croicnt pas qu'un -cabinelt
socialist homog6ne soit encore possible en un moment;
oh les conmunistes eux-m6mes out conmta_6 la faillite
du dirigisme. D ailleurs, d'autres raisons miiitent contre
la constitution d'un gouvernement qui ne comprendrait
que les repr6senlants d'un seul part. Mais pour former
une coalition, on se heurte aux vicjllcs difficul.6s, main-
tes fois expos.6es, que jusqu'A present on n'a pas os6
r6soudre sans les coimmunstes. Si les socialistes ne veu-
lent pas participer, aucune majoril6 suffisante, memc
'd'un point de vue purement num6rique, n'est conceva-
ble, et ii est facile d'imaginer ofi l'on irait si la classes
ouvri6rc avait l'impression qu'on gouverne contre ellc.,
L'impuissance du gouvernement et du Parlement en re-
lation avec 'des troubles int6rieurs aurait des rper-
cussions immediates sur la vie 6conomiquc et sur la
situation dans 1'Union francaise.
Tout le monde sent que le moment peut 6tro d6cisif
pour la IV" RIpublique. Mais personnel ne'disiingue net-
tement le chemin qui permettrait de sortir des difflcul-
tes. Aussi. en vient-on presque a regretter le depart des
ministres communists, ap'r6s l'avoir si longetmps dd-
clar6 souhaitable. It ne serait pas etonnant que M. Mau-
rice Thorez efit comply avec cette evolution des esprits.
La parties n'est pas encore compl6tement jouee. >
(Du correspondent et Paris des Basler Nachrichten.)

2. Nevue Zircheu Zetlung (5/) :
<< La premiere victim sur laquelle les communists
ont port leurs regards, c'est le part socialist qui se
trouve pris entire le marteau et l'enclume. Deux tendan-
ces, comme on sait, existent dans son sein : 'une re-
pYr6sente le r6formisme et se sent en communion d'idWes
aved le travaillisme de Grande-Brelagne; l'autre veut
demeurer fiddle aux origins r6volulionnaires du mou-
vement et craint toujours 'd'tlre entrain6e A la remor-
que des parties bourgeois; centre ces deux tendances, le
conflict peut so rallumer. Le mois dernier encore, lks
socialists avaient refuse de se jeter dans les bras des
conmmunistes sous le signed de la defense centre Ic gaul-
lisme et 'd'aider de celte facon L la r6alisation de l'unit6
crganiquc. Aujourd'hui, les communists vont plus 'loin
ct font cause commune avec les travailleurs qui mani-
festent et se sont mis en gr6ve. Les socialists doivent
choisir : ou bien faire ouvertement de la surenchbrc,
ou bien so laisser rejeter vers la droite. >
(Du covuiespoidcant de la Neue Ziircher Zeilung
a Pafis.)


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 fr-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs