Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00080
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: April 22, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00080
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SIVICES FRANCAIS -
D'INFORMATION LA DOCUM
(MnIST*RB DE LA JEUNESSE,
DES ASTS ET DES LNTrRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')



BULLETIN


DE


ENTATI


PRESS


22 avril 1947


ON FRANCAISE DES A ETRANG
S 0^'I1eMATION








QUOTIDIEN



IETRANGI RE

Nouvelle S6rie No 650


SOMMAIRE

I. PRESSE BRITANNIQUE.
a). ,L'accord sur le carbon entire la France, la
Grande-Bretagne et les U.S.A. (Daily Telc-
g cph, 22/4).
b) Les rapports anglo-sovietiques
1. Daily Express (22/4) ;
2. Daily Worker (22/4).
c) Les elections en zone britannique (Times,
23/4).
II. PRESSE AMERICAINE.
a) Avant la fin de la Conference de Moscou (New
York Herald Tribune, 21/4).
b) Le CongrBs et le project d'aide a la Grace
(New York Herald Tribune, 22/4, tdit. eur.).
111. -- PESSE SOVIETIQUE.
IV. PRESSE BELGE.
a) Avant la fin de la Conf rence de Moscou (La
Libre Belgique, 21/4).
b) *Le problem de l'Union francaise (Lu Law-
lerne, 21/4).
V. PniissE SUISSE.
a) Le pace A Quatre (Journal de Geneve, 22/4).
b) Apres la creation du R.P.F. :
1. Basler Nachrich'en (21/4) ;
2. Neue Zurcher Zeilung (20/4).


1. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britannique du 22 auril 1947
La plupart des journaux consacrent encore des articles
important an 210 anniversaire de la Princesse Elisabeth.
Les discours on cirimonies qui out marqud cet anniver-
saire an Cap-sont reproduits ou rssumds. L'allocution pro-
notede A, la radio pfr I'h&ritiDre du trene. Les autres evC-
neogg.ts (es plus comments ce itatin sont les incidents de
Palestije et I'accord franco-anglp-amdricain relatif h I'ex-
portation du carbon allemand.
1. Palestine
'Toqte la press announce que dteux terrori.ses jujfs qui
avaient et& condamnn6t mortt se southt suicides en: faisant
sauter lcur cellule. Cet 6v6nement dorie lieu, des man-


chettes sensationnelles duns les jqurnaux populaircs ct
occupe aussi la premiere place dans le Daily Herald.
Le journal travailliste signal d'autre part que I'Egyptke
a denrand an Secrdtariat general de 1'O.N.U. d'inscriie abl
programme de l'Assemblec gf6nrale, qui dolt 6dudier. Je pi-q-
1,e1me palestinien, les sujets suivants : fin du mandate c
proclamation de l'ind6pendance' de la Palestine.
Le correspondent du Times h Chypre 4crit quc la grti\e
de la faim s'6tend dans le camp de concentration de coltt
ile of sent enferm&s 1: s immigrants juifs.

2. Accord franco-angto-amiiricain
La plupart des journaux reprodsuisent plus ou minins lon-
guement le texte de accord et soulignent le fail que cet
accord a pour but dc satisfaire d'une fagon plus compl6t.
les beioins des pays, libr rs et par ticulerement la France.
Le Times reproduit les lettres 6changdcs entiree M. BRevti
et M. Bidault ainsi que l'Cchellc mobile qui doit tre appli
que A partir du 1"o juillet.
ie correspondent de ce journal it Moscou analyse les d"
clarations de M. Alphand et son collogue de Paris fait icho
aux doutes qui se font jour dans opinion franqaise an
sujet de la valeur rdelle dc l'accord. On craindrait notam
ment en France que l'accord ne soit lied cc que c corre,-
pondant appelle l'arrit're-plan politique ,.
Et cc correspondent conclut on disant que dans les d":-
niers temps, certain's informations out fail supposed quI
M. Bidault etait moins optimist qu'au moment de son
depart en ce qui concern la collaboration des quatre puis-
sances. S'il en 6tait ainsi, le nouvel accord pourrait bimil
de.siner une solution pour d(l nonmbmreox prohllmn,,s "'i
dehors de celui du c!larbon.
Le correspondent du .llrnchesler Gualrdici it Paris, toitt.
Ln signalant la satisfaction exprimne par le porth-parole lii
Quai d'Orsay, relivc lIs reserves el les critiques d'une parli"'
de la press et insisted sur le fait'q qu I'accord no doinoo
completement satisfaction aus bcsoins de ]a Franice q!ii
disirait recevoir de la Ruhr-un demi-miliom.-de tofniiese dh,
carbon par mois cette annde el un million par ii'tistl o
1948.
I1 espre cependant que 1'opiuion frangajisce co'wiclt,.i
mieux les difficulties qui empechent quie se6Ademandes w:.it ni
satisfaites et conclut: : 11 reste. &'rai, fou'te'fois, que. 1
Frangais n'ont pas unc opinion flattense des risulta!s obtc-
nus en Allemagne par la Graude-Brotagne. >
Dans le Daifl Telegraph, le correspondent diploanatiqtie
signal particuliireinent le fait que l'ad'ord re`rdsente utic
concession trts important de la part de la Grande-Bre-
tagne et des Etats-Unis.
Quant au correspondent de Daily pHrald a Moscou; ii
signal lui.aussi que les revendications frangaises ne sodt
pas comptltement satisfaites, mai .#~ aj.oteu :, -;L'ceb'd-
devrait repr6senter un gain politique certain : la fin d'un
grief de la France. .
. Le.corrasp(odant diplomntique du-DailUy Worker se. con-
tcntc de risuirr'. txi b'ri. .enl et .sans. ls onmienteor
quelquus points de 1'accord.


c:~ --- -- -- ---,------ r----------------r---------










I.. ilL]TIN QUOTID19N 3E PRESSE ATRANGRZV


3. Confirence de Moscou
La plnpart des correspondents signalent que les quatre
ministres des Affaires 4trang6res s-e sont rbunis hier soir en
comit6 restreint pour 6tudier A nouveau les points encore
en litige du trait autrichien et particulierement la quev
tion des frontifres.
D'aprBs le correspondent special du Times, le silence ob-
serve a l'issue de cette reunion ne serait aucunement rassu-
rant. La plupart de ses colleagues partagent son pessimisme.
En raison de ce silence, la plupart des comptes rendus
se rapportent surtout a la seance du matin, an debut de
laquellte le rapport des supplants avait 616 pr6sentd par
M. Paris.
Le corre.pondant du Manchester Guardian, apres avoir
analyze les conclusions de ce rapport, sig-nle que la ques-
tion des personnel d6placees a pu 6tre rsoJ'ue grAce a une
concession de M. Molutov et quc d'autres points jiligieuv
ont 6t6 6galement rdgles.
L'opposition de la ddelgation francaise aurait empeche
un accord our les articles relatifs la dette autrichienne.
C'est le correspondent diplomatique du Daily Chronicle.
Robert Waithman, qui donne la note la plus optimiste. 11
ecrit notamment que les premiers signed substantiels de la
possibility d'arriver & un accord en derniere here sur le
trait autrichien sont manifestes ce soir. II semble que Id4
p6riode du marchandage ait commence et que les quatre
ministres des Affaires itrang'res fassent tons maintenant
un gros effort pour aboutir.

4. Politique exdrieure des Etats-Un is
La plupart des journaux analysent I'allocution dans tIa
quelle, s'adressant aux convives du dejeuner de 1'Associated
Press, le president Truman a soulign6 A nouveau la nces-
site pour les Etats-Unis d'aider les peuples strangers b
maintenir leur liberty.
I1 met d'autre part en evidence le message adresse par Ic
general Marshall ae sinateur Vandenberg pour exprime.
son approbation total du project relatif A I'aide a la Grae
et i la Turquie.

6. Allemagne
Plusieurs correspondents analysent les rdsultats des Alec
tons qui out eu lieu dimanche dans la zone britannique et
Insistent particulierement sur le succ6s Jes sociaux-ddmo-
crates en Basse-Saxe et dans le Schlesvig-Holstein. Ils s'at-
tendent guenralement A la formation de cabinets de coali-
tion,

6. Importations briltanniques
Le News Chronicle et le Daily Mail r6seryent Iurs man-
chettes aux discussions qui se poursuivent Eau sein du gou-
vernement e, ce qui concern l'utilisation des credits mili-
taires.
D'aprBs le correspondent politique du News Chronicle, le
ministry du Ravitaillement insisterait pour obtenir une
reduction des importations de films ambricains afin d'dviter,
come le proposeraient certain de ses collogues, la rdduc-
tion des importations alimentaires. Cette indication est
doan6e fgalement par le correspondent politique du Dailt

7. Indes
Quelques correapondants reviennent sur les divergences de
vues qui subsistent entire le Congrbs et la Ligue Musulmane.
YDapr6s le correspondent du Daily Telegraph A New Delhi,
ei nouvean vice-rol proposerait la reunion d'une conference
de la table ronde a Delhi r6unissant les reprisentants de
ces deux organismes.

8. Mort du roi de Danemurrk
La plupart des journaux reproduisent des dep ches rela-
-tives & la proclamation du roe Frederic IX. Certain font
allusion an voyage qu'il avait fait en Grande-Brotagne.

9. Confdrence de Genive.
14l Times et le 'Daily Telegraph publient des d46pches re-
latives asx travaux die cete Confepence et signaleat qu'un
compromise a Wtc rdalis6 sur la question de la procedure.


10., France
Le News Chronicle et le Daily Herald signalent que
M. Morrisson a rencontre M. LBon Blum et M. Ramadier.
D'apres le correspondent du News Chronicle A Paris, 1o
Lord Pr6sident du Conseil s'entretiendrait ce soir avec
M. Thorez.

11. Conference interaslatique de Delhi
Dans un article de fond, Horace Alexander 6tudie dans le
Manchester Guardian les travaux de la conference de Delhi.

12. Tripolitaine
Le Daily Telegraph public un article de son correspon-
dant a Tripoli qui souligne particulibrement I'opposition
des Arabes au' retour eventuel des Italiens en.Tripolitainc.
I1 tcrit notamment que la France est favorable a un trustee-
ship italien plut6t qu'a un trusteeship liberal favorisant les
aspirations arabes qui se propageraient rapidement et d'une
fagon embarrassante en Tuqisie et en Algrrie. Pour cette
raison, ajoute-t-il, on dit que les Francais sont particulir
rement hostiles a un trusteeship britannique en Tripoli.
taine. Ils pr6parent en toute hAte un dossier sur les pr&t
tendues improvisations de administration britannique en
vue de le d6poser sur la table de la conference si la Grande-
Bretagne advance une pr6tention queloonque.

a) L'ACCORD SUR LE CARBON ENTIRE LA FRANCE, LA
GRANDE-BRETAGNE ET LES ETATS-UNIS (Daily Tele-
graph, 22/4, conservateur) :
a En Grande-Bretagne, personnel ne songera A nier le
bien-fondi des revendications frangaises en matiere
de carbon. Nous ne songeons pas non plus A nier le
bien-fond6 des exigences soviftiques portant sur les re-
parations ; mais nous esp6rons 6galement que ces pays
reconnaitront qu'ils ne .peuvent esprrer voir satisfaire
leurs droits aux d6pens du contribuable britannique.
La garantie 6:ablie par I'accord sur le carbon ren-
forcera la position de M. Bidault sur le plan int4rieur.
Jusqu'A maintenant il n'avait obtenu que peu de chose
en contrepartie de son adhesion g6nerale a la politique
des puissances occidentales, et c'est lh un faith que les
communists frangais n'ont pas Wte longs A exploiter.
On savait fort bien que le probl6me du carbon 6tait
l'obstacle qui avait retard la conclusion de alliance
franco-britannique. Nous-memes pouvons penser, avec
quelque amertume, que rien ne rehausserait davantage
le prestige et l'influence britannique A 1'6tranger qu'une
reprise de nos exportations de carbon. >>

b) LES RAPPORTS ANGLO-SOVIiTIQUES.

1. Daily Express (22/4, conservateur) :
< Les Russes se trompent compl6tement lorsqu'ils
croient que nous, Britanniques, pouvons nous permet-
tre de payer pour que 1'industrie allemande puisse
continue & fonctionner au profit de la Russie.
La Grande-Bretagne n'est plus un riche pays capita-
liste, comme se l'imaginent les Russes. Les jours d'abon-
dance sont bien passes.
Mais nous, de notre c6te, nous ne devons pas oublier
que la Russie a consent des sacrifices plus important
que nous, et qu'elle est plus pauvre que nous ne le
sommes. I
Nous devons reconnaltre que le redressement de 'in-
dustrie russe servirait notre int&ret, ainsi que celui de
la paix mondiale.
Nos rapports avec la Russie doiveht 6tre places sous
le signed de la r6wonciliation. Avant tout, recherchons
dans une cooperation amicale et, dans des advantages
commerciaux r6ciproques, le moyen de faire ce que


*










BULACTN. QVOTTIDZN DE PRESS iTRANGtwRE


nous pouvons, a-vec. nos resources limit6es, pour re-
construire 1'6conomie russe 6branl6e.
I1 est fort possible que les n6gociations-commerciales
qui viennent de s'ouvrir entire la Grande-Bretagne et
1'Union Sovi6tique ne se terminent pas par des r6sul-
tats spectaculaires. Souhaitons seulement qu'elles r6us-
sissent et qu'elles aient de bons r6sultats,
La Rissie est meflante, brutale et sensible dans une
certain measure parce qu'elle est appauvrie et faible.
Tout ce que inous ferons pour rendre la Russie plus
prospIre et plus sfre d'elle aidera a rEsoudre un, pro-
blme plus vaste et plus ,important: la paix du monde. >


2. Dailh Worker (22/4, commuliiste) :


o L'impasse of I'on est parvenu A propose du. renou-
vellement du trait d'alliance anglo-soviktique devrait
permettre A tous de 'comprendre la signification r6elle
de la politique 6trang6re .de M. Bevi'n.
Les relations anglo-sovi6tiques pierre angulaire de
la paix en Europe et facteur vital des int6r&ts du peu-
ple britannique sont influences .par la pression
americaine qui s'exerce au ddA6iment des int6rets vi-
taux de la Grande-Bretagne. I
Ce n'est pas l'Allemagne, mais d'artres forces au-
jourd'hui plus puissantes qui menacent principale-
ment la sAcurit&.
La politique sovi6tique considbre comme essentielle
la n6cessit6 de r6tablir la collaboration international
des Trois Grands : Grande-Bretagne, Russie et Etats-
Unis.
Un e politique de isoumission, pratiqu6e par le Fo-
reign Office A l'6gard des fauteurs de guerre amnricains,
est 6v-idemment incompatible avec tout trait d'alliance
sincere avec la Russie. En fait, elle r6duirait ce pacte
A une fraude d6pourvue de. signification, qui ne servi-
rait qu'A jeter de la poudre aux yeux des millions de
Britanniques qui d6sirent un trait de paix et d'amiti4
v6ritables. >

c) LES ELECTIONS EN ZONE BRITANNIQUE (Times, 22/4) :
Si l'on r6tunit dans le m6me group les sociaux-
democrates et les communists, ceux-ci se trouvent en
minority. En. d6pit ide la prol6tarisation > n6e de la
pauvret& et des destruction, il existed dans la zone bri-
tannique une majority antii-iarxiste.
Ce serait une erreur de tirer de cette constatation
des conclusions hAtives dans le domain de la politique
social ou industrielle. L'Union chr6tienne d6mocra-
tique, malgr6 son < aile droite >, est loin d'6tre un
parti r6actionnaire,; dans les questions tells que le
contr6le de P'Etat sur l'industrie, par example, elle sera
probablement pr6te A suivre presque la menme voie que
les sociaux-d6mocrates. Mais au moment of 1'echec
imminent de la ConfBrence de Moscou oblige de nom-
breux esprits A considered, meme a centre coeur, 1'6ven-
tualit& d'une unit politique aussi bieh, qu'4conomique
de l'Allemagnne occidentale, on observe avec int6ret que
les tendances politiques -dans la zone britannique se
soienit affirm6es de cette faqon. Dans la zone ameri-
caine, la majority anti-marxiste estencore plus grande.
Si les zones britannique et am6ricaine arrivaient un
jour A ne ,plus former qu'une seule circonscription Blec-
torale;, i est indiscutable que le plus fort.parli, pris
isol6ment,. serait 1'Union chr6tienne d6mocratique. Si
I'on adjoignait par surcroit la zone francai.se, le r6sul-
tat pour l'oensenible de l'Allemagnew occidentale serait
encore plus proban.
Le bul de ces elections etait en .tifinilive.. de con-
centier 1'dttenlion des Alleinands surt le. rSle. des
Liindbr, et 'non pas de la d4tourner sur. des questions


S.J


plus vastes et prftanta des discussions plus 6tendues.
Avec 1'election des Lindtage, le programme britannique
de developpement constitutionnel est termin6 pour le
moment. II appartient maintenant aux nouvelles As-
semblees de determiner, dans les limits qui opt B6ti
assignees, les constitutions futures de leurs Etats. La
tAche britannique, qui consistait A 6tablir ,des institu-
tions d6mocratiques en allant de la base jusqu'au spm-
met, a t6b lente et laborieuse, mais le .temps et l'6ner-
gie ont 6t6 bien employs. :


II. PRESSE AMEBICAINE


Revue de la press amcriccdine du 21 avril 1947
1. Acier
La grande nouvelle dans la press de lundi a Wt la con-
clusion d'un accord entire les importantes acidries de
e U.S. Steel., et & C.'LO. qui carte le danger d'une
greve A l'expiration .du contract de travail qui prend fin
Ic 30 avril prochain. Cet accord est enregistre avec beaucoup
de satisfaction par les 6ditorialistes. Ils constatent que
l'exemple donnA par 1' U. S. Stell provoquera probable-
'ment d'autres accords similaires dans les autres industries
et entreprises, en particulier dans cells des telephones qui
sont encore partiellement en gr6ve. Une declaration du pri-,
sident de 1' V1. S. Steel ,, reproduite dans toute la press,
indique aue l'augmentation de salaires de 15 cents par 'houre
n'entrainera probablement pas d'augmentation des prix de
I'acier. Cependant, l'ditorialiste du New York Time 6crit_
que les effects 6conomiques de l'accord ne sont pas encore
tres clairs. On ne peut pas nier que le fait d'augmenter les
employes de l'industrie sid4rurgique principal entratnera
une 6elvation du niveau des salaires dans les autres indus-
tries de production dans lesquelles fonctionnent des syndi-
cats. Ccrtaines n'auront pas les moyens de payer des salaires
aussi Blevds et beaucoup dde petites industries feraient fail-
lite si ces salaires leur talent arbitrairement imposes. On
croit que l'industrie de I'acier, qui est assurMe d'une pro-
duction Rlevee, continue, peut supporter cette augmentation
de salaires, mais si elle devait se solder par un nouvel
accroissement des prix, il est certain qu'un nouveau tour-
billon d'inflation se produirait. Acheter une paix ouvritre
a un tel prix serait peut-Gtre trop ondreux pour qu'on.
puisse le supporter. Si les travailleurs acceptent ce rigle-
ment, ils devraient inspire aux autres chefs syndicalistes
& agir avec moderation et avec le sens de leurs responsa-
bilites vis-A-vis du public.
2. Exc6dent budgitaire
La press de dimanche reprend la declaration de M. Tru-
man annontant que 1'exc4dent budgetaire pour l'annde 1947
atteindra 1 milliard 250 millions de dollars. En janvier 1947,
la Maison Blanche avait estime, au contraire, qu'il y aurajt
un deficit de 2 milliards 300 millions de dollars. Ce cha.nge-
ment d'estimation est attribu6 par le President au fait que
les dMpenses f6edrales ont et& maintenues A un niveau info-
rieur A celui des credits privus et que Jes entrees fiscales
ont d6pass6 de beaucoup les provisions officielles. CQette dB-
claration a provoqu6 chez les r4publicains une recrudescence
de ]a champagne pour la reduction des imp6ts fe6draux, mais
le President, dans sa declaration, a precise que l'excdent
budg6taire idevrait servir A rdduire la dette lublique, car,
a-t-il ajout4, reduire les imp6ts a l'hebfre actuelle equivau-
drait a encourage inflationo.
3. Confirence de Moscon
La plupart des journaux .annoncent en pmirMe page
qu'un accord centre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et .a
France est sur le point d'8tre oonolu au sujet de la repar-
.tition.dn carbon de la Ruhr.,Les correspondents de .Moscou
estiment que cet 'accord Atablran une i-chelle mobile de la
repartition du carbon devant aller en France, grace B l-,
quelle une quantity minima Jl.i sera asaeur quoi qu'jl











4 I'ULXTDN QUOTID19rr Dz PRAISE *rfth1S*U


arrive. Selon Ie eorrespondant de A.P., on consldere que
cee plan fera disparattre I'un des obstacles qui, depuis long-
temps, se sont opposes & la r6alisation d'un accord sur
unitede conom!que de 'Allemagne. M. Bidault insistait, en
effect, pour obtenir des garanties sur les livraisons de
carbon.
Kuhn, correspondent du Washington Post, observe que cot
accord aura, en outre, des consequences economiques impor-
tantes ainsi qu'une influence politique, car il renforcera la
position personnelle de M. Bidault. 11 pourra de plus etre
presentE an people frangals comme une preuve que les
Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont conscients des besoins
do la France, et que ses intdrets pourront etre mieux d6fen-
dus grace B une collaboration 6troite des allies occidentaux.
Cet argument sera d'autant plus persuasif que 1'Union SoviB-
tique persistera dans son refus de laisser la France contr6ler
seule le carbon de la Sarre. II sera, d'autre part, une indi-
cation pour la Russle que les puissances occidentales se
sont rapprochees an course de la Conference de Moscou, et
qu'elles peuvent fire beaucoup, A elles seules, pour ame-
liorer la situation 6conomique de l'Europe occidentale.
Dens 1e Philadelphia Inquirer, Peterman observe lui aussi
que la Conference a renforc alliance occidental et que
.la France n'hbsite plus et se range aux cotes de ceux qui
Point llbdrde. Ce journalist pursuit en d6clarant que la
France a une admiration grandissante pour le general
Marshall, et regarde vers les Etats-Unis qu'elle consider
come la puissance dominant, ,et non plus vers la Russie.
Si nous n'obtenons rien d'autre, conclut I'auteur, qu'une
renaissance de la foi frangaise et de la conflance anglaise
dans les Etats-Unis, la Conference de Moscou n'aura pas
EtO inutile.
Tons les correspondAnts s'accordent, d'autre part, A recon-
nattre que la Conference sera ajourn4e cette semaine, et que
l'echec demeure total sur les questions autrichiennes. Ann
Mac Cormick, dans le New York Times, en arrive h se de-
mander si le government sovietique veut la paix. L'attitude
completement negative de M. Molotov a l'Agard du trait
avec l'Autriche contribuera plus que toute autre chose A
convaincre la delegation americaine que 'la repon-'e A la
question autriebienne ne peut etre que non.

4. Affaire grecqtc

La press de dimanche reprodnit la declaration du sEna-
teur Vandenberg renversant Ia position qu'll avait prise
antsrleurement A& l'gard de la livraison & la Russie de ma-
teriel Lendlease. Le senateur a fait connaltre au Departe-
ment d'Etat qu'il s'opposerait & cette livraison tant que la
Russte u'arait pas conclu un accord pour le rbglement
g tnral de son pret-bail.
Dans son editorial, Ie journal P. M., liberal, de New-York,
constate que ce durcissement de l'attitude du senateur &
1'egard de la Russie est une consequence logique de l'inter-
pretation faite de la doctrine Truman par les mnembres du
Congres qui sont antirusses. L'anteur admet que, dans cette
question du rAglement du Lendlease, les Soviets se sont
montres inexcusablement obtus et meme impolis, mais il.
se demand si cet incident ne sera pas l'annonciateur d'au-
tres incidents analogues, don't les effects seront d'empoisonner
l'atmosph6re des relations americano-russes jusqu'au point
oh il ne sera plus possible d'eviter une sArie de crises. II.
conclut que Washington crbera un dangereux preced''nt.

5. Teoas City

La plupart des journanx continent & consacrer plusieurs
colonnes au ddsastre de Texas City. I!s reproduisent les dd-
clarations des tbmoins de 1'explosion du navire francais, et
donnent les premiers rsultats de la Commission d'enquete
des garde-c6tes armricains. Le correspondent du SmInt Louis
Post Dispatch. cite en particulier les declarations d'un repr&-
sentant de la firrme Lakes Brothers z, propridtaire' du na-
vire High Flycr, chaiig6 6galement de nitrate et qui fit explo-
slon plusieurs heures aprAs le navire frangais. Ce represen-
tant auralt en 'impression que l'engrais n'6tait pas du
nitrate d'ammonium.
VD'ahtres correspondent rapportent la declaration d'un


docker qui aurait vu des marines frangais fumant des ciga-
rettes & bord du Grand-Camp, en contravention des reglc-
ments frangals.

6. Norvelles de Frande

Callender signal an New York Times les accusations por-
tees par les communists frangais centre te gEneral de
Gaulle. Les accusations prEtendent que le general a et4 in-
vite par M. Truman A reprendre une participation active
dens les affaires politiques frangaises, et qu'll a un appul
de la Maison Blanche. Cette depAche est intitulee : a Les
rouges frangais concentrent leurs attaques sur Truman s.
La press de dimanche repruduit plusleurs d6p6ehes de
Paris sur la situation colonial franqaise, se bornant A re-
prendre les informations de la semaine a ce sujet.
Warren, dans le New York Times, rapporte qu'une decla-
ration de M. Thorez accuse certaines puissances amies do
chercher A supplanter la France dans ses possessions colo-
niales. II cite les passages du discours de M. Thorez atta-
quant la politique de M. Truman en Mediterranee.
Une dep~che de Berne au New York Times indique que
des difficulties sdrieuses s s sont Elevfes an course de la dis-
cussion de l'accord franoo-suisse pour le reglement des
biens suisses qul ont 6te nationalists en France. D'aprbs
cette d6peche, les Suisses voudraient etre indemnis6s en
francs suisses ct menaceraient de dAnoncer la clause do
I'accord commercial qui met A la disposition de la France
un compete de clearing de 20 millions de francs suisses.

a) AVANT LA FIN DE LA CONFERENCE DE MOSCOU (New
York Herald Tribune, 21/4):

< Si la Conference de Moscou so termine sans avoir
apport6 cette paix fondamentale en Europe que tous
attendent avec tant d'anxi6t!, il sera de toute evidence
ridicule d'en rejeter le blAme uniquement sur la mb-
chancet6, l'imperialisme, ou 1'6troitesse d'esprit des
hommes du Kremlin. Ii y a des raisons qui expliquent
pourquoi ils agissent comme ils le font, des raisons don't
I'Ouest n'a pas assez tenu compete. Au m6me degr6 que
les dirigeants politiques de l'Ouest, ils sont prisonniers
d'une ideologie et d'un system. Ils exercent un con-
tr6le, sur quelque 200 millions d'ftres humans. I ne
leur est pas facile de renoncer A 1'emprise que leur
do-nne sur ces populations la crainte d'une guerre
trangre ; il ne leur est pas facile de refuser les de-
mandes a caractere politique de leurs satellites de Po-
logne, de Yougoslavie ou d'ailleurs; c'est un grand
peril pour eux d'admettre la liberty de parole qui exisle
A I'Ouest, dans des regions places sons leur contr6le,
oi ce genre de liberty n'a aucune place.
Nous ne nous sommes peut-8tre pas rendu compete du
nombre de fois o& nous avons demanded Fimpossible
au Kremlin; pas plus que le Kremlin ne s'est rendu
compete du nombre de fois oh il a demand l'impos-
sible A l'Ouest. Si 1'6chec auquel on aboutit a Moscou
permit de comprerdre les elements profonds de la vW-
ritable crises, ce fait peut fournir pour la premiere fois
la base d'un compromise reel. Meme au milieu des de-
saccords qui se sont products A Moscou, on a pu entre-
voir de quelle facon on pourrait y parvenir (par exem-
ple une delimitation politique precise en change de la
reconnaissance du besoin urgent de la Russie en r6pa-
rations), mais on ne pourra jamais y parvenir tant que
chacun des deux camps ne sera pas pret a reconnaltre
A-la fois la 'force de l'autre et:les obligations minima
auxquelles P'astreint le system qu'il applique. Si la
Confrrence de Mosdbu contribute a rapprocher- le deux
camps d'une tell attitude, son echec n'aura guere d'im-
portance ; s'ils ne se rapprochent pas de cette attitude,
les accords parties auxquels ils pourraient parvenir
n'auraient pas grande signification. >










IltJL ATIN QU0TIDMIN tbE PRESS EFRANGERE I


b), LE CONGRAS ET ,LE PROJECT D'AIDE A LA GRACE (New
York Herald Tribune, 22/4, edit. europ.) :

c Le Congris votera pour le project d'aide a la Grece
et A la Turquie, parce qu'il ne peut se permcttre de le
rejeter. Si, apres la decision de la Grande-Bertagne de
se retire des positions avanc-es dans le Moyen-Orient,
nous refusions d'occuper !es positions qu'elle aban-
donne, 1'Union Sovi6tique serait en droit de conclude
qu'il n'y aurait alors aucune objection serieuse A son
expansion en MWditerranie et dans le Moyen-Orient.
En fait, le vote de cc project peut 6tre interpr6tW
comnne une acceptation de 1'idde que le Moyen-Orient
et la M6diterranke orientale constituent une region ol
les Etats-Unis occupent maintenant une position impor-
tante et oif ils ont des int6r.ts essentiels A proteger.
Ce n'est pas un project pour etablir la d6mocratie en
Grkce et en Turquie. Ce n'est qu'accidcntellement un
project pour apporter des secours aux victims de la
guerre. C'est un project qui fait des Etats-Unis une puis-
sance du Moyen-Orient. La Grande-Bretagne et la Rus-
sie se trouvent dans cette region depuis plus d'un sic-
cle. Maintenant, nols y sommes aussi. >
(WALTER IIPP.MANN.)



It. PRIESSS SOVIErIQUE


Revue de la press sovietique du 21 auril 1947
Aucun journal he parait aujourd'hui, la Pravda exceptee.
Deux themes, dans la rubrique 6trangEre, d'une page un
tiers environ : le thime principal, la Conference de Moscou
et, le theme secondaire, les relations ext6rieuros de I'U.R.S.S.,
in theme intermddiaire servant de liaison cntre les deux
premiers : la politique anglo-amxricaine.
i-r '--.- '
I. La session du Conseil des ministries
a) Gompte rendu Tass de moins d'un quart de page sur
les r6uniona du dimanche 20 ministriess et adjoints).
b) Informations Tass sur les sujets lies k la Conference.
Deux d6p6ches sur les m6thodes anglaises d'occupation;
extraits du Yorkshire Post exprimant l'espoir que la sup-
pression du minister de l'occupation entralnera moins d'in-
clination A soitenir Schumacher ; extrait de la Politika de
Belgrade accusant les 6migris yougoslaves de zone anglaise
de se livrer a une propaganda tendant a empecher le retour
en Yougoslavic des personnel deplacees ; deux d6pdches sur
les mdthodes ambricaines d'occupation : extraits d'un article
de Maurer au New York Post mettant en causeela politique
d'antid6nazification du gdn6ral Draper et celle du ministry
du Commerce Harriman, accuse d'avoir envoy en Allemagne
des repr6sentants de la a General Electric Company pour
aider an rel6vement 6conomique, et l'annonce par le ministry
de la Guerre des (U. S. A. de 1'envoi de treize industrials
amikricains en Allemagne.
La Chine et l'intervention americaine : deux dip&ches : la
premiere, de Shanghai, anpongant l'arrestation de 1'6quipage
d'un avion de I'U.N.RR.A. charged de contrebande titree :
< Les Amdricains s'ocoupent de contrebande en Chine ,);
la second, de IQharbine, annongant la capture par l'armee
dAmocratique de deux officers americains relAches aprs la
protestation de I'Etat-Major democratique centre cette inter-
vention directed.
c) Commentalres : un seul portant 6galement sur la ques-
tion ohinoise (Marinine : 4 Oh les r6actionnaires du Kuo-
mintang conduieent-ils la Chine ? ). L'auteur' s'attache I
nontrer la non execution de l'accord de 45, importance do
I'itervention ambricalne, la cruise on la gnerre civil r6dnit
le pays, 'accueil positif fait par les 6elments ddmocratiques
chinois i la proposition de M. Molotov concerbant 'in
ichanige d'informations.


2. Les relations extdrieures de FU. R. S. S.
a) Un telegramme sur les relations anglo-sovi6tiquis. II
s'agit d'extraits : bulletin du Comitd parlementaire anglo-
sovi6tique ddplorant 1I'gnorance dans laquelle la press bri-
tannique tient le lectcur h 1'dgard de 'U. R. S.S.
b) Srie de textets relatifs t l'anniversaire du pacte polono-
sovidtique : en page 1, les messages changes entire le gend-
ralissime Staline et le President Cyrankiewicz ; en page 4,
editorial non sign : on peut en extraire le passage suivant :
a L'opinion publique mondiale a eu maintes occasions de
se convaincre que l'Union Sovi6tique, dans sa lutte cons&-
quente pour la paix, la s6curit6, en defendant les principles
democratiques de l'ddification du monde d'apres-guerre sans
se laser et sans varier, soutient les revendications ldgitimes
des puissances qui ont partic li6rement souffert de l'agres-
sion allemande. Un tel soutieh est particulierement impor-
tant aujourd'hui que 1'on assisted assez. fr6quemment A des
tentatives de pression sur ces pays; 'pressions pour les-
quelles on profit de leurs difficulties d'apres-guerre sans
se soucier du fait que lesdites difficult s ont survenu en
consequence des sacrifices qu'il a fall consentir pour Ja
guerre. Ce n'est un secret pour personnel que la Pologne a
0t6 l'objet de pressions semblables. II y a en aussi des ten-
tatives d'un autre caractere : tout le monde a encore prd-
sent le souvenir des efforts qui ont etB diployds pour re-
mottre en question les fronti6res occidentales de cc pays.
Dans tons les cas, lc people polonais trouve 1'appui do
l'Union Sovidtique.,,

3. La politique anglo-andricaine
Outre la r6f6rence a peu pr6s constant que les deux
themes prdc&dents contiennent quant A la politiquc anglo-
ambricaine, on relive les informations suivantcs ;
Discussion au SAnat americain du project Truman, extraits
de la press irakienne protestant centre In politique britan-
nique dans le Moyen-Orient, arrive de navires de guerre
anglais & Shanghai, publication des decisions de la Com-
mission d'Extr6me-Orient.


IV. PRESSED BELGE


a) AVANT LA FIN DE LA CONFERENCE DE MOSCOU (LIa Libre
Belgique, 21/4, catholique) ;
< Aprbs plus d'un mois de longues et souvent fasti-
dieuses discussions, la Conf6rence de Moscou s'achc-
mine vers une cl6ture qui menace d'6tre d6cevantc.
Qu'elle ne soit pas parvenue A r6aliser un accord com-
plet sur le statute future de 1'Allemagne, c'6tait dans l'or-
dre. Mais, sans verser dans un exc6s d'optimisme, on
avait pu raisonnablement esp6rer que les Quatre Grands
auraient pu au moins liquider quelques questions d'im-
portance secondaire et d6blayer ainsi le terrain pour
un stade ult6rieur de n6gociations. Or, A moins d'heu-
reuse surprise en derniere minute, il est a craindre
que ces espoirs, si modestes qu'ils fussent, ne doivent,
eux aussi, 6tre abandonn6s. >>

b) LE PROBLEM DE L'UNION FRAN4AISE I(La Lauter!ne,
21/4) :
a Que I'Enrpire francais traverse une crise, aucun ob-
servateur ne saurait le contester.
Pour tous ceux des Fran9ais. que hante le souvenir
de la perte du Canada en 1763, il apparait clairement
qu'une politique constructive doit 8tre arrAtee et appli-
qune. II eat temps que la France cesse de s'interroger et
adopted une ligne de c~onduite claire, constructive, hu-
maine, o'est-A-dire qui participe de ", puissant souffle
de liberty, d'6galitk et de fraternity qui fit la grandeur
de la France dans les temps modernes. >
(MAURICE LAGiIN.)








$%3,tVTtN OQVqTWt bE PU TR04ANGAO.


V. PRgS$E SUISSE



a) LE PROJECT DE PACT A QUATRE (Journ rIa de Gencive,
22/4) :
<< La facon part6sienne de refuser une offre est de
dire non; la mnanibre slave est de la diluer. dans tant
de,reserves que ses auteurs se d6couragent. En amal-
gamant le pace portant sur un point pr6cis avec V'en-
semble des clauses constituent le trait de paix, M. Mo-
lotov montre que, au fond, il n'attache pas grand prix
a la proposition anmricaine. Qn peut mnme se denman-
der s'il est satisfait de voir les Etats-Unis s'engager pour
vingt-cinq ans A garantir la tranquillity du continent,
c'est-a-dire A y fire acte de presence en participant a
des commissions de surveillance. L'Union sovietique
pr6f6rerait sans doute assumer seule ce r6le de gen-
darme plut6t que le partager avec la seule puissance
qui soit capable de lui tenir tte. 'C'est la raison pour
laquelle elle manifesto tant de reticence A accepted un
accord auquel la France et la Grande-Bretagne out dor-
n6 leur adhesion.
M. Marshall a Wte trbs d6Uu de la r6ponse qu'il a re-
cue; en repoussant la main. qui leur 6tait tendue, les
Soviets ont fait 6chouer une chance dopnne a la colla-
boration international. Mais ils ne rejelteront pas les
Etats-Unis dans l'isolement. Ceux-ci ne se d6sint6res-
sent point de 1'Europe, ils.savent que 1'Europe ne desire
pas qu'ils 1'abandonnent 4 son sort. Ils sont seuls en
measure d'y maintenir un 6quilibre n6cessaire et Vion
peut ktre certain qu'ils ne failliront point A leur ticle.
(RENi PAYOT.)

b) APRHS LA FOUNDATION DU R. P. F.
1. Basler Nachrichtei (21/4, 6dit. du' soir)
< Personne ne pretend que les critiques que le secre-
taire g6enral Soustelle formule au nom du R. P. F. sont
d6pourvutes de fondement. La plupart des chefs poli-
tiques ont deja tenu un language analogue. Lorsque, dans
un pays of l'opinion publique a du poids, un nombre
croissant de milieux attirent I'attention sur les erreurs
et les fautes, on est en droit d'attendre un redressem nut
t6t ou tard. A cet 6gard, l'action du g6n6ral de Gaulle
peut avoir des consequences heureuses. Un ami per-
sonnel du president du Conseil Ramadier nous disait
ces jours-ci que la conjoncture pr6sente n'6tait pas pre-
cis6ment favorable au succbs du Rassemblement : le
franc monte sur tous les marches mondiaux, les misLres
de l'hiver sont oubli6es et les Francais vivent bien
mieux que la plupart des autres peoples. Cet optimism
est loin d'6tre universal. En outre, pour juger des chan-
ces de succes du Mouvement, il ne faut pas tenir comnpti
uniquement des facteurs mat6riels. A gauche, on parole
d6jh d'un fiasco; c'est pour le moins premature.
D'apr6s les chiffres fournis par M. Soustelle, le secre-
tariat du R. P. F. a jusqu'A present enregistr6 plus de


100.000 adhesions quotidiennes. MAfne si l'afflux doit
promptement diminuer. le pombre de ceux (ui so ral-
lient au g6n6raLde Gaulle et A ses ides n'en sera pas
noins tres con fderable.
On a deja montr6 ici que le people ne peut provo-
quer directeinept ni la revision constitutionnelle 'ni la
dissolution de l'Assemblee national. M. .Soustelle es-
rompte que le R. P.'F. exercera une influence sur toutes
eIs elections A venir, et il a dit sous quelle forme 11 se
represente cette influence. De Gaulle lui-mehme aspure
qu'il veut atteindre son but par la voie de la l6ga'lit6.
La critique constructive A 1'egard des institutions exis-
tantes est sans aucun doute un moyen parfaitement
ligal dans une d6mocratie. La-suite des cvCnemenis
montrera quels en' sont les effects. 11 y a quelques jours;
les communists ont tent6 d'imposer leur volont6 an
gouvernenlent dans 1'affaire de l'arrestation des d6pu-
16s malgaches. Ils n'ont pas mis A execution leur me,
nace de demission parce que, A l'heure actuelle, il leur
imported que les parties de gauche demeurent unis. Sans
I'action du general de Gaulle, les choses auraient peul-
etre tourn6 autrement. De meme, la crainte de la pro-
pagande du R. P. F. peut inciter les parties a faire
preuve d'un peu plus de reserve. Ainsi se trouverait
alteint l'objectif que se propose avec raison cette pro-
pagande. Le R. P. F. apporte un 616ment nouveau dans
la politique francaise. II provoque un accis de filvre
susceptible de conduire A une gu6rison. >
(Du correspondent d Pars des Basler Nachrichtcn 1

2. Neue ZiUrcher Zeitung (20/4) :
Depuis quelques jours, il rfgne un came remar-
quable autour du Rassemblement du Peuple Frangais
fond6 par le general de Gaulle, bien que cette organisa-
lion continue naturellement a fair de grands efforts
pour recruter des adherents. Le movement fait preuve
d'un mediocre talent en matiere de propaganda et ne
sail guere occuper les esprits. En tout cas, il a commis
une faute en negligeant de fonder un journal avant de
descendre dans Parine politique. De Gaulle ne se mon-
tre pas. II s'enferme avec quelques fiddles pour d6lib6-
rer. Personne ne sait ni of ni quand cet homme poli-
litue cassant, peu loquace et au fond toujours isol6,
prendra de nouveau la parole en public.
Tout cela parait fait exprbs pour que la leusion qui
;>vait atteint son plus haut degr6 au lendemain du dis-
cours de Strasbourg diminue de plus en plus. L'esprit
francais est si mobile, il oublie si vile que tout le ndo-
gaullisme est d6ej fort loin de ses preoccupations. CA
ct la, on entend exprimer l'opinion que l'apparition du
R. P. F. g'a pas produit le choc escompt6. 11 est cer-
tain, en tout cas, que la fievre ne s'est manifested nulle
part et si le journal communiste I'Hurmaniti ne cnnti-
nuait de poursuivre A longueur de colonies sa campa-
gne centre le g6n6ral, une nouvelle page serait deja
lournCe pour l'opinion publique. s
(Du correspondent d Paris de la. Neuc
Ziircher Zeitung.)


S. P. I. Inp. 27,- rue Niclo Pai 1309 r


Prix : 6 fr.


S. P. 1. Irop., 27, rue N~icolo, Paris 31.3009




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs