Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00079
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: April 21, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00079
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text





SERVICES FRANAIS
D'INFOIMATION LA DOCUMENTATION FRANAISE
(MINISTBRE DE IA gliENfSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


BULLETIN


DE


PRESS


21 avril 1947.


ES AFFAIRS ETRANGERES
DES AFFAIRES ETBANGERES


QUOTIDI


E TRANGERE

Nouvelle Serie N 649


SOMMAIRE

I. ---IESSE BRITANNIQUE.
a) Vers la fin de ia Confirence tide Moscou :
1. Daily HeNald (21/4).
2. Sunday Times (20/4).
3. Daily Telegraph (21/4).
b) Les rapports anglo-sovyitiques :
1. News Chromicle (21/4).
2. Times (21/4).
3. Refynlds News (20/4).
11. -- PREISSE AMERICAINE.
a) Autour de la Conference dec Moscou (Neuw York
Herald Tribune, 20/4, editilil europeenne).
b) Le traits de paix avec 1'Autriche (New York
Herald Trbluinne, 19/4).
III. PRESSE SOVIETIQUE.
t) Les negotiations anglo-sovietiques (Pruv.da, 19/4).
b) La situation econolique de la Grande-Bretagn i
(Pravda, 20/4).
IV. PRESSED BELGE.
Vers la fin de la Conflrencc dti Moscou (Lu D)crni're
HIure, 19/4).
V. PRESS S'UISSE.
Le traite de paix avec 1'Autriche (La Tribune de
Gendue, 20'/4).

S. PRESS BRITANNIQUE


Rcvue de Ia pressed britanniquie du 21 awril 19)47
Ce mnatin, la pr.esse accord la premiere place. i la Conlf-
rence de Moscou, au trait anglo-sovielique, a l'anniversaire
de la princess Elisabeth.
1. Conference de. Moscou
Le correspondent du Times t Moscou analyse longumencit
les dabats du c.u' il des ministries des Affaires 6trang&res
an sujet du trait autrichien et announce qu'un accord n'cst
pas.encore interveneu en ce qui conccrne les biens allemands
en Autriche et -le demands yougoslayes.' Ce correspondent
signal l'intervention de M. Bidault lors de la discussion
de la demand de reparations faite par la Yougoslavic.
Le correspondant diplomatique du Daily Telegraph cstimen
que la Conference de Moscou a about a une impasse.


L'obstacle principal, d'apres lui, est la question de I'uiiit'
econoiniquet" de 1'Allemagne. (Voir i'article plus loin).
Lc correspondent special du Daily Mailt Moscou announce
lue M1. .Marshall quilterait Moscou L la fin de la semaine ct
It President Truiman lanccrait une champagne cn faveur d'lni
rapprocheminent cutre Its pays tde I'Europc occidcntale ct lcs
autres paIys non communists.
Les propositions pour la formation du nouveaur plan anii-
cominimuiste de AM. Truman auraient ddjit 6td iises ai poinl
par M. Dean Acheson. C( plan irait beaucoup plus loin qu-
lc prograninme d'nide i aI iGrce et. t la Turquic. En jnime.
tmlps, Ic Gouvernemnnt amni'ricain metira fin h son aide
a la Russic ct h s:'s satellites. La France scrait pr6te a faire
'fuionner sa zolr d'occupalion en Alleinagne avec les zones
blrila niiique cl alini icailn'.

ce cerre pondant, M. Marshall aurait atteint in des
principaux oljctifs qu'il s'ttait proposes, c'est-il-dire
la cooperation de la politiquc britaniiqtu, almiricaine
e'tl ran'lqaisc ".

i)an' Ic lMulanchesl r Guardica, Al. \\'erth stinble plus
optimistic At dit quCe si le traits autrichien est conclu d'ici
un ou detu'x jour.s, il se pett quc kIs ministries revienicnl
aux questions fondamentales de 1'unilt conomnique, du ni-
vcau (e I'industric ct des reparations allcliandes... Les
Frangais aineraient naturcllcment voir les Russes partici
per i unl accord stir la question de la Sarre. II y a deux
tlieiriss sur attitude de la Russi c is-hi-vis de la France
dains ceile affairs. Sclon la premiere, on desirerait. t. Mosconi
(qt lia France maintint avee fermieti sa position vis-it-vis de
Ia Ruhr. Sclon I'anlre, on voudrail ilque la France donnii
son accord a un niveau indlustriyl plus dlcvI'.
Ce correspondent pense que M. lfidault quitterait Mnoscon
mercredi. II cstine quc les lmiliicux francais inontrcnt iln,
certain soltisfaction car M. Bidault nie rentrerait pas A Paris
les mains complftement videos. Un accord a iet conclu hetre
leh .Brilauniqucs, Its .Amcricains et les Frangais di pres 'Ic-
(luCl fa France recevrait des quantiils suppl6'mentaircs de
charlon, I'dchclle des livraisoils ilant condition iin par le
voluin1e de la production allemande.
Lc correspondent special dIu Daily Wlorker i Mloscoui in-
nionct 6galcment la publication- aujourd'hni de l'accord in-
glo-ambricain sur le carbon. D'aprbs lui, cependant, cet ac-
cord n'aurait pas pour effect de provoquer une anuglmentalion
iimmdiate des livraisons dc carbon ii la France. Selon Ini.
on cstilml it lMoscou que les chiffres en carbon stot moins
important que la concession de principle lqi a pu cire
faite en ichangc. C'est sculement lorsqu'on reprcndra la.
discussion des questions cconomiques et des frontiers alkl
nanldes qu'il sera possible de voir dans quelle measure MI. .i
dault a cedd sur le control international de la Ruhr et li
imesure dans laquelle i a engage a cng n France dans la question
de la participation franqaise dans la fusion des zones
anglo-amnricaines.


___ _ _I_ _____
_ _ __









-I5~uLLTfllN QtjOT7BiN 1A PRESSE iTRANGARV


2. Trnitid angto-sodutiqfe
Le Times, le Daily Telegraph, le News Chronicle, le Daily
Herald, le Daily Worker rendent compete en trfs bonnie
place d'in article paru hier dans la Pravda au sujet du
trait anglo-sovi6tique.
Le correspondent special du~ Times a Moscou donne une
analyse d6taill6e de l'article en question. II en fait ressortir
le passage qui demand que la Grande-Bretagne s'engage a
ne prendre aucune part A un bloc on A une action dirig6e
directement ou indirectement centre la Russie sovi tique.
Cc correspondent d6ciare que du c6t6 britannique, on hd-
site a accepter des dispositions aussi lagu'es et que l'on
recherche' plut6t un trait prdcis et sans equivoque ana-
logue A celui qui a 6t6 conclu recemment avec la France.
Le correspondent diplomatique du News Chronicle con-
s*acre une, note I cette question, note qui est reproduite sound'
une. manchette sensationnelle. Ses commentaires sont ana-
Slogues A ceux du correspondent du Times.
Dans le Daily Herald, W.-N. Ewer rend compete de articleo
de la Pravda avec des sous-titres tels que a Vagues ", a Im-
praticable :, a Souppons 2. Il dit que si les n6gociations peu-
vent 4tre condutites d'une mani6rb raisonnable on obtiendra
peut-6tre un trait qui en vaille la peine, mais que si elles
se poursuivent dans une atmosphere de soupcons quant aux
motifs et objectifs de la politique britannique, il est A crain-
dre queon obtienne pas de trait du tout ou alors qu'on
obtienne un traits qui -- quels qu'en soient les terms -
n'aura pas de valeur veritable.
Le correspondent diplomatique du Daily Worker declare
que les n6gociations menacent d'aboutir & une impasse en
raison de I'attitude britannique qui est dictde par Was-
hihgton.

3. France.

Le correspondent du Times & Paris ecrit que les parties
politiques frangais se pr6parent toujours I la rupture de la
coalition de M. Ramadier. Il cite les declarations faites hier
par M. Daniel Meyer au sujet du Rassemblement du Peuple
Frangais et announce que le Comit6 central du' Parti aocia-
liste a interdit A ses membres d'adherer aux Comites de
vigilance communists. It cite 6galement les declarations
'faites par M. Thorez A Gueret.
Le correspondent du Manchester Guardian & Paris ana
lyse la situation politique en France et signal que le M.R.P.
a interdit a ses membres de faire partip des Comitfs de
vigilance sans toutefois leur interdire d'adhdrer au R.P.F.
II consacre 6galement une note A la situation 6conomique en
France.
Le Daily Herald public un article de son correspondent
a Paris, R. Matthews, sur les personnalitis qui entourent
le general de Gaulle.
Le correspondent du Daily Telegraph -A Paris signal les
declarations de M. Thorez. II announce egalement que 1'U.D.
S.R., en tant que parti, n'accorde pas son appui au R.P.F.
Le Times et le Daily Telegraph annoncent tous deux la
nomination du ge6nral Leclerc au post d'inspecteur des
forces terrestres, a6riennes et navales en Afrique du Nord.
Le Times signal enfin que la censure politique et mili-
taire est supprimee co Indochine ainsi que 'a. annonc$ hier
M, Ballaert.
SEditorial dans le Manchester Guardian.

4. M1adalgascar.
Le correspondent du Times I Paris announce que des opd-
rations do nettoyage se poursuivent ki Madagascar et faith
allusion A deux discourse prononccs par M. de Coppet dans
lesquels ce dernier a d6clar6 que si des totes devaient tom-
her elles tomberaient et que les Francais comptaient rester
Madagascar.
SLe.,correspondant du Manchester Guardian h Paris declare
,-que.parmi les Malgaches ainsi qu'en Afrique occidental
-frangaise, l'impression semble exister rue les Americains
appuieraientla rdvolte de Madagascar. Les autoritis fran-
. .aises auralent aequis des,-renseignements important sur
las,-plans et i'Frganisation des rebelles en faisant parachuter
dans uno region sous le contr6le de cs derniers un sergent
portant l'uniforme am6ricain. --


5. Allemtagne
Le correspondent special du Daily Telegraph a Hambourg
consacre une note aux rdsultats des elcctions allemandes qui
r6velent, d'apris lui, un rchec pour les communists.
Les correspondents de News Chronicle et du Manchester
Guardian font ressortir tons deux l'apathie des electeurs
allemands. Faisant allusion B la position du parti demo-
crate-chretien en Westphalie, le correspondent du Manches.
ter Guardian, qui s'attend i ce que ce parti remporte la
majority des votes en cette region, declare que son pro-
gramme ne rdpondrait pas aux ides des travaillistes bri-
tanniques sur la socialisation et g&nerait plut6t I'adminis-
tration britannique dans ce domain.

6. Grece.
Le Daily Telegraph public une ddpeche de son corres-
pondant special A Salonique scion laquelle M. Tsaldaris
aurait ddclard quo son Gouvernement a 1'intention de pour-
suivre la lutte contre les rebelles. C'est une double lutte
centre la trahision a l'int6rieur et la pression venue de
1'exterieur. M. Tsaldaris n'a pas l'intention de remanier son
Gouvernement ni d'autoriser de nouvelles elections. Le parTi
populiste n'a pas i faire ni concessions, ni compromise, a
declare M. Tsaldaris.
D'autre part, le correspondent du Times h Washington si-
gnale que le Senat .amricain va probablement voter les
credits pour la Gr6ce et la Turquic mardi apres-midi.

7. Indes.
Le Times ct le Manchester Guardian publient des notes
de leurs correspondents a New Delhi, selon lesquelles les
declarations faites par M. Gandhi et M. Jinnah, mercredi
dernier, n'ont pas provoqud l'apaisement qu'on avait esp6er.
Le correspondent du Daily Herald A Delhi fait allusion
au discours prononc6 par le Pandit Nehru, ce dernier au-
rait offert i la Ligue musulmane un Pakistan tronqud, co
que le Daily Herald consider comme une concession assez
important.
8. Sicile.
Le correspondent duo Times & Rome consacre une note aux
elections qui vont avoir lieu en Sicilc. Trente-deux parties
se presentent devant I'electorat et 11 semble qlue les ddmo-
crates-chr6tiens seront les arbitres de la situation.

a) VERS LA FIN DE LA CONFERENCE DE MOSCOU.

1. Daily Heradd (travailliste, 21/4) :

< II semble maintenant probable que la Conf6rence
de Moscou, en d6pit d'efforts longs et laborieux, se s&-
parera sans 6tre parvenue a des r6sultats bien irmpor-
tants. Voilh qui est profon'dmient regrettable d'autant
plus qu'une grande parties des maux 6conomtiques don't
souffre 1'Europe sont dus au fait qu'on n'a pas pu r6-
soudre les probl6mes politiqes.
Le disaccord fundamental qu'on a constat6 a la Con-
f6rence de Moscou s'est prdduit sur la question de lave-
nir 6conomique de 1'Allemagne. La Russie jnsi~te pour
prelever des reparations importantes sur la production
courante de 1'Allemagne. La Grande-Bretagne et les
Etats-Unis s'y opposent pour cette raison qq'i4 de-
vraient payer indirectement les avantages que recevrait
la Russie.
On comprend fort bien que la Russie ait formula
de telles exigences du fait qu'elle a ssqbi de terrible
destruction pendant la guerre. Cependant, N. Bevin
fut, A notre avis, bien avis6 de ne pas cddey.
Notre but 'doit 6tre maintenant de donner toute faci-
lit6 aux zones occidentales de I'Allemagne pp.r qu'elles
puissent subvenir a ledrs besoins aussit6t qve possible.
Nous devons en mime temps continue 4 esporer un
accord total avec l'Union Sovietique A uRep date ult6-
rieure, et A agir d'une fagon qui nous permette d'y par-
venir >.
i r*T--









'3tttrLZT~rt QUOT1'IW DErr~ 1'i~ iThdi~R I


2. Szmnda Times (conservateur, 20/4) :
< On pouvait penser que la meilleure et peit-6tre la
seule chance de parvenir A un accord aurait resid6 dans
l'une ou l'autre des conversations qui avaient eu lieu en
dehors de la Conference entire M. Staline et M. Bevin
ou M. Marshall. En pareil cas, le ministry des Affaires
6trangeres est accompagn6 par l'ambassadeur de son
pays et M. Staline par M. Molotov, les discussions 6tant
entierement privies; ainsi il ne manque rien qui puisse
permettre de parvenir a une 'decision A l' ehelon le plus
haut. La rencontre qui avait eu lieu ainsi, mardi der-
nier. entire M. Staline et M. Marshall, pouvait 6tre envi-
sagee avec un espoir particulier : 6tant donn6 les pos-
sibilites Aconomiques Mtendues que les deux pays peu-
vent mettre A profit au mieux de leur int6r8t commun,
il pourrait toujours y avoir une chance de substituer
A des negotiations stWriles un accord constructif. Mais,
A en juger d'aprks le course ulterieur de la Conference,
rien de semblable n'est arrive v.

3. Daily Telegraph (conservateur, 21/4)
< Evidemment, il y aura une autre reunion du Con-
sell des ministres des Affaires etrangBres dans quelques
mois, mais it se peut que la situation ne soit pas la
mbme A cc moment-lA.
M. Marshall se rend compete maintenant qu'il est im-
possible de collaborer avec la Russie. II est clair qu'il
faudra accentuer la fusion des zones britannique et
americaine en Allemagne. Si la Russie contrble 1'Europe
central, M. Marshall et M. Bevin devront faire tout
leur possible pour renforcer 1'Allemagne et 1'Autriche
centre touted nouvelle tentative d'infiltration sovie-
tique >.

b) LES RAPPORTS ANGLO-SOVIATIQUES.
1. News Chronicle liberall, 21/4) :
< On rAvele maintenant que le gouvernement sovie--
tique a fait la proposition suivante relative au project
de trait anglo-sovi6tique valuable pour 50 ans : la
Grande-Bretagne s'engagerait A ne participer A aucun
bloc ni A aucune action hostile directement ou indirec-
tement A l'Union Sovitique.
Par -l, on s'Acarte nettement du texte du trait6 anglo.
sovi6tique de 1942.
On doute enorm6ment maintenant que M. Bevin puisse
achever, pendant qu'il se trouve encore A Moscou, les
n6gociations relatives au trait anglo-soviAtique, mals
il pourrait y avoir une nouvelle r6uni6n au course des
prochains jours.
Les Anglais dssirent que le trait anglo-russe, revise
ct prolong, repose sur des bases aussi solides que le
traits anglo-frangais aux terms 'duquel La Grande-Bre-
tagne et la FranCe se sont engagees A agir de concert,
pour faire face A toute aggression on menace d'agres-
sion allemande pendant les cinquante prochaihfs
anndes .
(ROBERT WAITHMAN).

2. Times (21/4)
c Le trait primitif avait pour objet specifique l'as-
sistance mutuelle centre l'agression par l'Allemagne ou
ses ex-allies et c'etait la prolongation du pacte et son
adaptation aux conditions nouvelles que le gouverne-
ment britannique avait A l'esprit quand 11 entama les
discussions tendant A sa revision. Le gouvernement so-
vi6tique a toujours -te 'ddsireux d'obtenir les garanties
centre toutes les former d'agression. C'est IA un.desir
que le people de notre pays ne peut que consid6rer avec


sympathie. La question est de savoir si, en pratique, l'on
peut fair entrer dans le cadre des prc6dentes nego-
ciations des discussions portant sur un domain si
6tendu qu'il met en question toutes les responsabilltes
futures et les teaches g6n6ralement imparties aux Nations
Unles.
Rien ne s'oppose vraiment a ce que les prochaines
semaines et les prochains mois violent rlamelioration
attendue depuis longtemps de nos relations deonomi-
ques et politiques. La Grande-Bretagne n'a jamais
eu d'objections A formuler centre le trait anglo-sovib-
tique, si ce n'est qu'elle considerait sa validity comme
trop brbve. L'initiative 'de la revision revient A Staline,
qui en fit la proposition a M. Bevin en janvier dernier
et qui declara en meme temps que cette revision 6tait
la consequence necessaire de sa prolongation; l'accep-
tation 'de cette proposition avait accuse la plus profonde
satisfaction de part et d'autre :.

3. Reynolds News (travailliste, 20/4) :
e Rien n'amiliorerait davantage les relations entire la
Grande-Bretagne et la Russie qu'un accord commercial.
Rien ne modifierait davantage la dppendance ot house
nous trouvons vis-a-vis des Etats-Unis, et ne contribue-
rait done autant A reduire la m6flance et l'intransi-
geance 'de la Russie, qu'un accord portant sur deo
changes commerciaux important entire les deux pays.
Nous avons besoin du bois et des grains russes; la
Russie a besoin 'des machines et des marchandises que
nous pouvons produire. Jusqu'a maintenant, les recoltes
russes ne nous ont pas permis d'esp6rer des grains en
provenance 'de la Russie pour diminuer nos achats en
dollars.
Si apr6s la prochaine r6colte la Russie peut nous
reserver des grains, elle pourra permettre A la Grande-
Bretagne de jouer un rl6e un peu plus independent dans
las affaires internationales.
La delegation commercial britannique, qui a A sa
tAte M. Harold Wilson et qui est arrive A Moscou
hier, contribuera peut-Atre davantage que tous les di-
plomates A ameliorer les relations anglo-sovi6tiques ,.
(DAVIm RAYMOND).


II. PRESS AMERICAINE


Revue de la presse lidrieaaine du 19 aBr4l 1947

1. CotnfrenAe de Moscou
La plupart des journaux soulignent qne l'impasse A la-
quelle avait abouti la Conftdrnce an sujit du trait alle-'
mand s'4tend maintenant au trait autrichien. Los corres-
pondants relivent les d6clatations' de M. Marshall, lequel,
selon le correspondent du New York Times, aurait accuse
l'a Russie de vouloir transformer 'Autriche en c marionnette
sovi6tique n, solution qui ne saurait 6tre accepted par.1e
gouvernement americaip.' Les tires mettent en relief cette
impression g6n6rale de dAsaccord et d'Ahec do la Conference.
Middleton public les ddelarations d'un d616gu4 indiquant
que, puisque les Russes ne paraissent pas disposes & abAn-
donner la position rigide qu'ils ont adoptee depuls le debut
de la Conf6rence, il est n6cessaire de faire un effort pour
organiser 1'economie des nations europ6ennes occidentales,
afin de contribuer A leur reconstruction. Ce correspondent
se fait I'6cho des rumeurs donnant & entendre qu'un accord
A trois, entire les U.S.A., la Grande-Brktagne et la iPance
est sur le point d'etre conclu au sujet des 1lvioisos de
charbon db la Ruhr A la France. I1 en ddult queen: !tte on-
cession a la th6se franqaise facilitera sans donte l'int0grat'io
de la zone frangaise dans la zone unified anglo-amdricaine-









4 1OIE:QraJN..~ Q'UMJDI P... Q-VOTRA&03


.2. -A-falre precque

Ics dibats au Scnat sur I'aide a la Gr(ce out portd, hier,
sur la question d'envoi h la Russie du materiel pr&t-bail
jui ht'lii a pas encore 6tc livr6 par suite &d la decision
du Congr& d'arirter depuis le 1, janvier 1947 tout envoi
de materiel prdt-bail a l'Itranger. Le s6nateur Vandenberg
a d6fendu la these du D6partement d'Etat favorable A cette
I.ivraison qui a etd promise 4 la Russie au course d'un accord
russo-americain. I1 a soulignc notamment qu'il ctait neces-
saire que l'Amiriquc tienne sa parole afin qu'on ue puisse
pas lui adresser de reprochcs. Le senateur Bridges a attaqui
violemiment son college r6publicain, en declarant qa'il ne
comprenalt pas comment on pouvait proposer, d'une part,
d'endiguer l'expansion du communism en Grbce et en
Turquie et, d'autre part, de fournir aux Russes un materiel
d'une valeur de 17 millions de dollars comprenant 6.972.000
dollars pour l'dquipement de raffineries d'essence d'aviation.
Un editorial dans le New York Herald Tribune consider
que les deux attitudes prises par le s6nateur Vandenberg
ne sont pas inconciliablcs et qu'il ne faut pas fair preuve
d'unc opposition systdmatique I toutes les demands sovid-
tiques, comme parait le demander le sdnateur Bridgei. tUne
telic conception, dit-il, < rendrait impossible tout reglement
des diff6rends entire l'Union Soviitique ct les Etats-Unis,
et tout relachement .de la tension actuelle centre les deux
pays

3. Texas (i311
La. prcsse continue i accordtler une large place aux articles
de ses correspondents a Texas City. Ceux-ci annoncent quc
quelqucs caisses de cartouches de chasse 6taient i bord du
Grand-Camp, mais prdcisent que, d'aprks les autoritis amc-
ricalncs qui ont' enqunt6 sur place, 1'explosion n'a pas ctd
eiusee par ces cartOuches. Le feu s'est, en effet, d6clard dans
Ia ealen" 4, ot auctine cartouche ne se trouvait. Les corres-
pondants de I'A.P. ct du New York flerald Tribune signalent
qu'une enquetc porte. actuellement principalement sur In
provenance du nitrate charge it botd du Grand-Camp. Une
certain quantitC de ce nitrate proviendrait d'une usine de
Nelraska qui fabriquait le nitrate pour explosifs pendant
la guerre. Le correspondent du New York Herald Tribune.
d'dclare' que les encquteurs se demandent si c'6tait bien du
nitrate'pour Ia fabrication d'engrais qui fut charged sur le
navire franhais ninsi que sur le High Flyer, qui cxplosa
igalement treize heures plus tard, dans des conditions ana-
logues it cells du Grand-Camp. Des cehantillons du nitrate
auraicnt ete cnvoyks aux Inboratoires feddraux de Washing-
ton pour analyse.
La press souligne les declarations dc l'ancien Pre6sident
Hoover faites hler '. Washington,.au course desquclles il a
protest( contre la destruction des usines allemandes 'fabrl-
quant du nitrate pour engrais. En effect, ceux-ci sont trbs
demands en Europe, oh les recolLes doivent t re plus impor-
tantes l'anne proehalne, si le continent veut se reconstitucr
dconomiquement 'de manicre rapid. Cette declaration de
M. Hoover a 6td ftaite en rbponse A des questions posbls par
des journallstes ct n'btait li6e en rien it I'accident tie Texas
City..

4. VonreNels de France

Une didpehe A. P. de Paris.rapporte que les fonctionnaires
dc l'ambassadc am6ricaine ia Paris ont odt6 informs qur
pertains chefs politiques frangais dont les noms avaient
figrliC sur l'lnvitation adressde T M. Wallace avait fait
savoir qu'ils ne participeraient,pns nux receptions donnies hs
l'occasion de cette visit.

a) AUTOUR DE LA CONFERENCE DE MoSCOU (Nero York
Herald Tributde, 20/4, edit. europdenne) :
.: Si orbnparvient A un accord ave6 Staline avant le
depart de M. Marshall de Moscou, .cela sera dt en
grande parties aux accords auxquels sont parvenus les
Allies oecidentaUx.
Nous pouvons considered come certain, tant du


point de vuc de.Ja togitqe q~m e celui:de ePexrierice,
que les Russes ne participeront A un reglement euro-
ppcn que s'ils comnprennent que la plus grande parties
de 1'Europe aura un r6gle'ment meme s'ils, n'y partici-
pent pas. Nous ne devoris pas nous thisser abuser par
des phrases et des slogans. Nous nIe crions pas urnbloc
occidental dirig6 centre la Russie en ralisint 'uiie
union de l'Europe occidental; y comprises l'Ailenagne
de l'Ouest, dans un syst~rie ceurop6en qui, rest ouv"rt
A la T.chcoslovaquie', a Pologne, l'Allemagne orientale
et A toute l'Europe oriental si elle desire s'y joindrb
et qui offre i 1'Union Sovi6tique une participation 6gale
i la notre.
Nous ne divisions pas non plus uh seul monde en
deux parties. II y a acttellmnent deux mondes. Fa unis-
sant natre monde (qui constitue la.plus grande parties
de l'Europe..et du globe), nous nous r.pprochons de la
formation d'un seul monde.
Par consequent, la meilleure politique est de conti-
nuer avec la participation des Russes si c'est possible,
et sans eux si c'est n6cessaire sans jamais les pri-
ver, ainsi que leurs allies, d'un.e galit6 dans la parti-
cipation aux avantages ou dans la situation, tout en re-
fusan.t cependant, d'attendre et de nc rien fair pour
nous s'ils preferent s'exclure eux-m6mes,
Si j'interprbte correctement les discussions de Mos-
cou, c'est une formule de ce genre qui constitute prin-
cipe directeur de la. politique europeenne que le secr6-
taire Marshall a elaboree..C'est lit une sage politique. >
(WALTER LJPPM ANN.)


b) LE TRAIT Dut PAIX AVEC L'AUTI cICt (New York He-
rald Tribuire, 19/4):

< Tandis que les Quatre Grands se querellent, Ia mal-
heureuse Autriche attend un trait.
Les Americains aimeraient aussi que, l'Autriche ait
un trait le plus t6t possible. Le gouvernenment ameri-
cain pense qu'il est temps- de fair quelque chose pour
ce pays, don't le statut nnibigu de nation h moitiC lib6-
rie, a moitie ennemic; n'a jamais et& deflni nettement,
mais qui a certainement'beaucoup trop souffert. Toutes
les puissances occidentales sont d'accord pour peiiser
que l'occupation a sufflsamment dur6 et ont fintret nion
seulement A delivrer I'Autriche de ce fardeau, mais h
veiller A ce que I'armee sovietique se retire al- delay du
Danube. Lorsque les Russes quittefont 1'Attriche, ils
seront obliges de qutitter les Etats satellites ptr lesquels
passent leurs lignes de communication.
Tandis qu'un certain nombre de questions.essentiel-
les rcstetit sans solution, it '.emble par' ailleurs que le
success ou l'6chec d6pcndu do la simple question Itech-
niique que constitue la definition des avoirs niazis. Les
*Russes, dans la zone desquels Pindustrie autrichienihe
est fortement concentrie, seraient enelins a d4edrir les
avoirs allemands de fa.on y comprendre la plus
grande 'iirtie de cette industries de fa'on t ce qu'elle
serve de reparations a Ia Russie. Ainsi, 1'Autriche pro-
duirait pour 1'Union Sovietique, et son economic serait
domihde et confr6le par .les Russes, meme apres le
depart de l'armee soviktique. M. Marshall a dit avec
tine franchise brutale que-le& plan sovi6tique r6duirait
l'Autriche au r6l e de panin > et a refuse d'accepter
un trait qui consacrerait un tel., tat de choses. 11 avail
auparavant propose un comnpromis-qui. a t4- rejete par
M. Molotvv. II est evident mainltnant que -si le. ;iis-
tre des Affaires -trangis sao ie ue ne: reconsaidre
pas Ia.n question, J'Autrialw- attendra toujours son triJte
a la fin de cette c.n'f6rence. 7

4









OtttstiN.N, QuouTIbiEN bi: PhEsgys iTnkNG$R; S


Il. PRESS. SOVIETIQUE


Revue de la press sovidliqule du 20 avril 1947
Les rubriques 6trang6res occupent aujourd'hui un peu
moins de deux pages.
Un interct sensiblement legal s'attache A la Conf6rence
et aux incidences diverse des politiques anglo-amiricaines.
Au second plan, la lutte pour ]a democratic dans Ic monde
ct les reactions de 'U. R. S. S.

1. La session du Conseil des ministry
u) Communique de l'agence Tass : reception par le gend-
ralissime Staline du President Kardelj en presence de
MM. Molotov et Simitch ; compete rendu des deux s6ances
du 19.
b) Information : meurtre politique en zone anglaise
d'occupation ; d6mission de M. Ostrowsky.
c) Commentaires : dans l'organe syndical Trcud, tude de
Shmelev sur la situation en Chine : rappel de la demand
de M. Molotov au ddbut de la Confirence. Importance prise
par la guenre civil en Chine depuis septembre 1945 rdsul-
tant de la volont6 du Kuomintang de mettre un terme aux
progres, pendant la guerre, du movement ddmocratique.
L'aide americaine, Iaccord d'amitid de commerce et de
navigation ", destined payer cette aide. Le retrait des U. S. A.
du comitd tripartite ne met pas un terme A l'intervention
croissante du mouvement d6mocratique en Chine (elle n'ef-
fraie pas seulement les reactionnaires du Kuomintang, mais
aussi Icurs protecteurs strangers). Tentatives rdp6ttes du
part communist chinois pour fair respecter i'accord de
Moscou de 1945. Les 6vdnements des dcrniers jours montreni
que le Kuomintang a rompu avec le parti communist. Puis,
l'auteur revient sur les accords de 1945. Les decisions de
decembre 1945 n'ont etd jusqu'h present ex6cutdes par une
seule des parties prenantes : lUnion Sovi6tique, pr~cise-t-il.
Et il rappelle qu'alors que. I'&vacuation des troupes sovi6ti-
ques de Mandchourie a 6td completement terminde le 3 mai
1946, on ne salt meme pas quand les troupes ain6ricaines se-
rout retirees. Dans ses actions, 1'U. R.S.S. n'a point en vue
d'intervenir dans les affaires interieures de la Chine ; au
contraire, elle n'a cess6 de defendre une politique de non
intervention. C'est pourquoi la canipagne que vient de lancer
la clique roactionnaire du Kuomin-tang, sons pretexte d'une
prdtendue ,, intervention sovietique s, est une sorte de ri-
deau de fumee, une maladroite tentative pour justifier sa
propre aggression contre le people chinois. A en juger par
ce qu'cxprime I'opinion progressiste mondiale, derit Shme-
lev en conclusion, les conditions essentielles de la solution
du problem chinois sont Ice retrait total des forces ameri-
caines, la cessation de la guerre civil, la l.galisation des
delments democratiques, l'institution d'un ordre rdellement
dimocratique en Ghine. >

2. Incidences dive(ses des politiques anglo-anmdricaines
a) C'est autour de la politique balkanique du President
Truman que sc concentre a cet regard l'inter6t principal.
Dans tous les journaux, on relive : comptes rendus d'un
tiers de page .des s6ances au Conseil de Sdcurite (politique
des U.S.A. en Gr6ce) ; grand compete rendu de la stance
publiquc de la Commission du Conseil de Sicuritd pour
l'examen de la situation aux frontibres nord de la Gr6ce
important compete rendu des ddbats an Sdnat ambricain a
propos de 'aide (le mot russe mis entire guillemets par les
journaux sovi6tiques) A la Grece et h la Turquie ; announce
d'une important demonstrationn adro-navale americaine dans
le port de Salonique, les repressions contre les e16ments d6-
moeratiques en Gr6ce ; declarations d'Hcnri Wallace A
Stockholm sur la politique balkanique du Prdsident Tru-
man ; invitation a visitor la Gr6ce adressie & Henri Wal-
lace par 'E. A. M, etc...
b) Dans tons les journaux 6galement, deux dipethes sur
la politique ambricaine d'expansion ; des extraits du journal
danois Dang og Volk sur les bases ambricaipes du Groen-


land ; des extraits du journal Shakhbvaz de Tehdran sitr
les plans que cet organe attribue aux Amilricains de forma-
tion d'un protectorat du c Grand Kurdistan ?, dans le but
de s'emparer des p6troles du Caucase et des territoires petro-
liferes de Mossoul,. de Kermashar, de Souleiman et de Diar-
bekir i et sur le r6le imputh a l'influence ambricaine dans
1'dcrasement du mouvemcnt azerbaidjanien.
Enfin, deux textes sur les a contradictions britanniques:
Dans tons les journaux, de large extraits Tass de l'article
de Frank Pitcairn dans le Daily Worker de Londres a pro-
pos des pourparlers inofficiels anglo-americains en vuc
d'nn nouvel emprunt >. L'auteur declare notamment que
ce, pourparlers e toucheront 4galement i l'unification ulti-
rieure des politiques ktrang6res et militaires de l'Anglcterre
et ,de l'Amerique ;
Dans la Prauda, une Rtude de 1'acadinicien Varga sur la
situation 6conomique de I'Angleterre. (Voir Particle plus
loin.)

3. La lulec pour la ddmocralie dans le mionte
On signal deux textes :
a) Dans tous les journaux, important compete rendu Tass
du proces de Tokio.
b) Dans les Izvestia, note de Vanine sur le plan econo-
nique biennal bulgare. L'auteur note au passage que I'hos-
tilit6 de 'opposition h cc plan est celle d' agents du
capitalism stranger qui veulent retrouvcr les positions
perdues ,.
c) Les relations cxtdricures de 'U.R. S..S. : nouvelles
braves dans tous les journaux : signature d'un accord sur
les relations radiot61dgraphiques entire l'U. R. S. S. et I'Afgha-
nistan ; succ6s de 'exposition sovi.tique de Vicnne ; arri-
v6c & Moscou du president du Comit6 slave de Bulgatie ;
retour A Moscou de la d-16gation syndicate sovi6tique en-
voyee en Tchecoslovaquic ; incineration du aninistre du
Dancmark en U. R. S. S.

a) LES NAGOCIATIONS ANGLO-SOVIETIOUES (Prtwda, 19/4):

< La press itrangere se livre a des speculalions de
toules sortes sur les conversations mnen6es A Moscou
entire I'ambassade de Grande-Bretagne ct le ministire
sovidtique des Affaires .trangBres, en vue de modifier
le trait anglo-sovi6tique conclu en 1942. Ces sp6cula-
tions sont parfaitement stupides et grotesques.
La position du gouvernement sovi6tique a 6tC claire-
ment ddfinie dans Ia lettre que le camarade Staline a
adressde le 22 janvier h M. Bevin.
L'U.R.S.S. propose d'introduire dans le trait en vi-
gueur, des modifications qui n'affaibliraient en rien
1'alliance anglo-sovi6tique. Ce but n'a rien de, common
avec celui pr.sent6 par la press dtrangere, qui attri-
bue A I'U.R.S.S. I'intention d'inlroduire dans le trait
des clauses qui limiteraient les relations entire la
Grande-Bretagne et les U.S.A. Toutes les suppositions de
ce genre ne sont dues qu'A l'imagination des r6dacteurs
des journaux strangers. II faut noter d'ailleurs que
I'U.R.S.S. approve la collaboration entire la Grande-
Bretagne et les U.S.A. tant que cette collaboration n'est
pas dirig6e centre elle.
II est bon de rappeler que la question de la modifi-
cation du trait anglo-sovi6tique a At& soulev6e par le
gouvernement britannique, qui a propose de porter la
duree du traits de 20 A 40 ans. Le gouvernement sovi6-
tique a naturellement approuve cette proposition, qui
rentre dans le cadre de ses intentions.
Le pcuple sovi6tique estime que le trail[ anglo-sovid-
lique doit empecher les deux parties de participer a la
constitution d'un bloc dirige centre l'une d'entre elles.
Le project que le gouvernement sovitique se propose de
soumettre constitute une contribution de plus, de la
part de I'U.R.S.S., a la collaboration international.








6 ;iY:Ql, 42~ -BE P S f ~t~I-PPE


b) LA. ITTUTION GECNOMIQUE E LA GRANDE-BJ3ETAGNE

< La vieille structure .c..Iliij; ULc de la Grande-Bre-
lagne traverse une crise insurmliontable. pans les condi-
tions de l'apres-guerre, 1'Pconomie anglaise ne peut se
recreer telle qu'elle 6tait avant la guerre. E!le esl obli-
gee d*p se modifier, de se baser de plus en plus sur
1'economie rurale, qui prendra la m6me importance
qu'en Allemagne et aux Etats-Unis. L'tat de choses qui
prevalait elh Angleterre avant la guerre, o. 1'on per-
iettait que des millions d'hectares ne fervent q u't la
chase, oui ne soient que des pares prives, est condamn6
A disparaitre. La Grande-Bretagne a perdit sa position
d'atelier industrial du monde, de banquier du monde,
de commnercant du monde; sa puissance colonial elle-
mnm'e est de plus en plus menacee ; aussi, on ne voit
pas comment l'existence d'innombrables propri6tis
d'aristocrates, tenues par des centaines de serviteurs
dans le luxe traditionnel des classes dirigeantes, peut
6tre maintenue. C'est cc qui est le plus typique dans la
crise economique anglaise. >
(VARGA.)


IV. PRESS BEIGE


VErIS LA FIN DE LA CONFE14E:NCE DE MDoscou (Lu Derlizre
Heure, 19/4, liberal) :
<* Les resultats acquis soni maigres. II ne s'agissait
pas de signer un trait. de paix avec 1'Allemagne, assu-
rement. Mais on pouvait tout de m6me esp6rer un rap-
prochement des points de vue, des accords fragmen-
taires, un plan de collaboration, quelque chose enfin
qui aurait fait avancer la paix. Or, il n'en est rien,
malheureusenment.
La question allemande resle entire, sous tous ses
aspects: politiques, terri-toriaux, economiques. Ni en
matiere de reparations, ni en fail de security, les Allies
n'ont 6bauch6 une entente. Les adjoints et les membres
du Conseil de Contr6le de Berlin se retrouveront de-
vant les mnmes difficulties ; ils parleront tous de ,< d&-
nazification >, de < d6mocraisastion >, mais en 1'en-


tendant dilterenmienll. La FRus-, e t l'Am6rique ne se
r6clament-elles pas, l'une et l'autre, de la < vraie d6mo-
cratic > ? Question de point de vue 6videmment, selon
qu'on s.pnge aux libertPs personnelles, au, libre droit
de suffrage ou A 1'affranchissement du pouvoir capita-
lisle.
(ROniET FENAUX.),


PRESI~' SUIS-I


LE TAITr DE PAIX AVEC L'AUTRICHE (Lt Tribune de Ge-
Pzoe, 20/4) :
SIIl faul abandorp er l'espoir dr voir rcgler la..ques-
tion autrichienne an course de la present conference.
L'accrochage d6flnitif s'es.t produit sur la fausse
question des q biens allem ands S. Sc retranchant der-
ribre l'accord intervene i Potsdam et q.ui l'autorise A
saisir ces avoirs dans tous les pays occup6s. par ses
troupes, le gouvernement sovi6tique voulait en profiter
pour confisquer de nombreuses entreprises autrichien-
nes qui avaient passe aux mains des administrations
berlinoises ou de < Reichsdeutsche >. Mais cette pr&-
lention n'est guere compatible avec la decision des
Allies de faire table, rase des measures prises en verti
de 1' < Anschluss >. Apres avoir &t6 spolii's de leurs
propri6tes par les Allemands, l'Etat et les ressortis-
sants autri.chiens devraient maintenant en consentir le
transfer A I'U.R.S.S. et celle-ci recueillerait done tout
le bne6fice de la politique hitlErienne.
Selon la recapitulation 6tablie par la dle1galion amni-
ricaine, ]a these soutenue par M. Molotov aboutirail,
dans la pratique, Ai l'tablissement d'une mainmise
complle sur les branches principals de 1'economie
autrichienne.
On peut de semander cc qu'il adviendrait, dans ces
conditions, de l'independance politique de la petite
rcpublique, et cela avec d'autant plus de raison qu'en
refusant de parti.ciper aux deliberations de Genieve vi-
sant a l'intensificalion des changes cominereiaux,
I'U.R.S.S. d6montre qu'elle enlend pers6v6rer dans soj
politique d'autarcie et de << splendid isolemcnt >>.

(PAUL DU BOCUET.)


a. r. I. Jrnp., 27, rue Nicolo, Pari.S 31.3009


Prix :'6 fr.





University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs