Group Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00076
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Series Title: Bulletin quotidien de presse e´trange`re.
Physical Description: dl. 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publication Date: April 17, 1947
 Subjects
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00077027
Volume ID: VID00076
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063

Full Text




SERVICES FRANQAIS
D'INFORMATION
(MINIBTkRE DB LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documertatiou
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8')


BULLETIN


DE

17 avril 1947.


IA DOCUMENTATION FRANCHISE DES


QUOTIDIEN



ETRANG RE


PRESS


Nouvelle S6rie N 646


SOMMAIRE

I. PRESS BRITANNIQUE,
a) La creation du R.P.F. et les rapports franco-bri-
tanniques (Daily Mail, 17/4).
b) Le probl6me de 1'Union frangaise (Manchesteir
Guardian, 16/4).
c) L'attitude de M. Molotov A la Conference de
Moscou (Times, 17/4 ).
d) Avant les elections aux Didtes 'de la zone britan-
nique (Daily Telegraph, 17/4).
e) Aprbs les discc-irs de M. Wallace en Grande-Bre-
tagne (Daily Herald, 17/4).
II. PRESS AMERICAINE,
a) Autour du project de F6d6ration europeenne
(Washinglon Post, 15/4).
b) Le rapport de la Commission de la liberty de la
press :
1. New York Times (15/4).
2. Washington Post (15/4).
3. Christian Science Monitor (15/4).
III. PRESS SOVIATIQUE.
IV. PRESS SUISSE.
i) La creation du R.P.F. :
1. Journal de Geneve (17/4).
2. Neae Zlither Zeitung (16/4).
b) Le probl6me de 1'Union frangaise (Tlribune de
Genvde, 16/4).

-- PRESS BRITANNIQUE


IRevie le la prcsse britannique diu 17 avril 1947
Pour tous les journaux, sauf le Tinmes, le Daily Telegraph
et le Manchesl'er Guardian, la nouvelle la plus important
tie cc matin, c'est cell de l'explosion qui s'est produite hier
aux usines de products chimiques de Texas City et a cofit6
la vie k 1.200 personnel.
De nombreux journaux annoncent egalbment sous de gros
titres quiune bombe f retardement a dtd retrouv6e dans le
vestiaire du Colonial Office et rapprochent cet attentat do
I'execution de Dov Gruner en Palestine et de plusieurs
autres terrorists juifs.
Le Daily Telegraph et le Daily Worker annoncent en
manchette que le gouvernement envisage de severes rbduc-


tions des importations de denrdes alimentaires afin de llmi.
ter les d6penses de la Grande-Bretagne en dollars.
Le Times. de son c6t6. done la vedette au d6bat qui a eu
lieu hier a la Chambre des Communes et au cours duquel
les membres de l'opposition out critique le nouveau budget.
La chronique exd6ricure est peu fou:nie sauf dans le
Times et le Manchester Guardian. La Confdeence de Moscou
n occupe plus qu'une place tres secondaire.
En revanche, les questions frangaises sont comments
dans plusieurs articles : Times, News Chronicle et Daily
Mail. Le probl6me indochinois fournit mature a un long
article du correspondant particulier du Times A Saigon. Les
repercussions des declarations de M. Wallace aux Etats.
Unis ont perdu presque completement de leur importance
pour la press.
I. France
Le correspondent du Times I Paris cnsarre un de ses
articles a l'attitu'de des parties politique., devant la cam-
pagne du general de Gaulle qul, d6s le premier jour, aurait
amen6 12.700 personnel A s'inscrire au bureau du R.P.F.
ace in Seine Ce cdrrespondant signal que le rapprochement
socialo-communiste est plus dtroit que jamais et que les
deux parties de gauche ant constitu6 dans plujieurs villes
dr province des Comitds de vigilance destmins A contrer la
propaganda du R.P.F. Le M.R.P. resterait toujours embar.
Sass6.
Selon cc commentateur on est de p!us en plus persuade en
France que le but essential du Rassemblement serait de
mettre le general de Gaulle dans la mcilleure position pos-
sible pour lui permettre de tirer parties des difficulties pori-
tiques ct financi6res qui ne manqueront pas d'assaillir 1e'
gouvernement d'ici quelques mois.
William Forest, dans le New: Chronicle public sous unc
photographic. du Bureau d'adhbsion du R.P.F., un article
consacrn presque exclusivement A la lutte du parti enmmnu-
Iiste contre le R.P.F. Il estime quo l'harmonie communo-
socialiste ne s'6tbnd pas au del' de ses comitds de vigilance.
11 signal A ce sujet que lens ministres comimunistes n'ont
pas pris part au ddjeuner en l'honneur des 75 ans de M. Ldon
Blum.
Dans une autre correspondence, ce journal signal qu'une
rise tres grave menace encore une fols le cabinet francais
au sujet des ivennements de Madagascar et de I'arre:.tation
dc cinq reprbsentants malgaches don't les ministres commu-
nlates ont demand la mise en liberty.
Enfin Walter Farr, dans le Daily Mail public un tr6s long
article dans sequel il fait Btat de la cruise morale frangaise
(voir plus loin des extraits de ct arlice).
2. -- Indochine
,L'article de fond du Times porte sur la rdvolte indochi-
noise. Le correspondent & Saigon, deo ce journal passe en
revue la situation militaire au nord et au sud de cette
region et fait etat du grave problem des rdfugids et du
ravitaillement des campagnes qui se trouvent encore sous
'**


_ __








4ULLhrlN QUO'IDIEN DR PRESSE *TRRING*R


la domination du Viet Minh.
II croit que la France desire temporiser de fagon A faire
rentrer le probl6me indochinois dans le cadre d'un r6glement
general de 1'A'sie du Sud-Est.
t;c serait pour la France le seul moyen le mettre un terme
au conflict interieur provoqud par les questions impiriales
et dfl A des ideologies differentes.

3. Confdrence de Moscou.
La plupart des journaux rendent compete du- ddroulement
favorable des ddbats de Moscou sur le traits autrichien.
Selon W.-N. Ewer dans le Daily Herald et Robert Waith-
man, dans le News Chronicle, M. Molotov serait dUsireux
d'accel6rer la redaction de ce trait.
Al. Werth, dans le Manchester Guaidian, se demand si
l'on peut encore nourrir l'espoir de voir la Conf6rence arri-
ver & quelque rdsultat.
On signal que certain milieux de la Conference se mon-
trent optimistes et pensent que les Russes pourront re-
prendre la discussion sur les reparations allemandes. D'au
tre part, quelques progrbs auraient dt6 rdalisds dans les
debats sur la revision de l'alliance anglo-sovietique et sur
les relations commercials entire les deux pays.
Toutefooi, le correspondent diplomatique du mme jour-
nal fait dtat de la reprise de ces negotiations qui serait due
au desir de 1'Union sovietique disoler la Grande-Bretagne
des Etats-Unis.
La visit qu'aurait faite M. Marshall au marechal Staline
awTait donnd pen de r6sultats.
Le correspondent du Daily Telegraph pense meme quo
devant I'atti!ude des dirigeants rus.es, M. Marshall serait
decided A mcner une politique amdricaine dnergique sans
tenir compete des points de vue de la Russie.
Cette politique viserait A la restauration dconomique de
la zone anglo-americaine et application du programme
d'a'de A la Grace et A la Turquie on tous les autres pays oh
elle serait n6cessaire i la rdalisation d'un programme de
d6fen-e de tout le continent americain et A la realisation
d'un syst6me de defense anglo-americam, au maintien de
forces armies destinies A assumer les tiches existantes et
futures.
Ce m&me journal signal que le senateur Vandenberg
aurait declare au Sdnat que l'antagonisme russo-amnricain
se manifestait dans tous les points du monde et qu'il espA-
rait que les deux pays pourraient arriver h un modus
vivendi.
4. Palestine
Tous les journaux annoncent que de sevares mcsures de
security ont EtM prises par les autoritds britanniques de
Palestine pour 6viter des reprcsailles des terrorists h ]a
suite de I'execution de Dov Gruner et de plusieurs autres
terrorists.
Le Times et le Manchester Guardian estiment que I'heure
est venue de mettre A l'Apreuve les measures de sdcurite qui
ont etd prise en fdvrier lorsque les femmes et les enfants
britanniques ont 6t6 dvacuds de Palestine.

5. Etats-Unis
Le News Chronicle et le Daily Express annoficcnt que
la commission des Affaires 6trang6res de la Chambre des
Reprdsentants a approuvb par 50 % des voix le programme
d'aide americaine A la Grace et A la Turquie. Ancun com-
mentaire n'accompagne cette dp&che.

6. Espagne
Un bref article du Times fait 6tat de la confusion qui
ikgne en Espagne au sujet de la question monarchique, apr6s
le manifest du pr6tendant. Cette d6p&che conclut en distant
que la position de Franco est encore assez forte en Espagne
pour qu'il ne se soucie pas des avertissements qui lui
viennent *de 1'6tranger.
D'autre part, une epEiche Reuter reproduite par le Man.
che:ter Guardian, signal que Don Juan a refut6 facilement
toute suggestion selon laquelle il serait partisan d'une' n-
tervention 4trang6re dans lea affairs d'Espagne.


a) LA CRaATION DU R.P.F. ET LES RAPPORTS PRANCO-BRI-
TANNIQUES (Daily Mail, conservateur, 17/4) :
< Si de Gaulle rcoussit et s'il obtient, h la suite de la
dissolution de 1'Assemblee, ou par quelque autre m&-
tho'de ligale, 'une' modification de la Constitution et de-
vient president avec un pouyoir veritable, quelles en
seront les consetuences pour la Grande-Bretagne?
De Gaulle est on ami de la Grande-Bretagne mais il
a souvent avou6 que ce pays 1'exaspbre. A l'un des
moments les plus difficiles des relations franco-britan-
niques de l'apres-guerre il aurait d6clarb : < Ce n'est
pas tant la politique britanniaue qui m'ennuie, que 1'ab-
sence m6me de toute politique >.
II a lutt6 pour la conclusion 'd'un veritable accord
sur i'Allemagne entire la France et la Grande-Bretagne
avant la signature d'un pacte entire ces deux pays. II
a 6chouai. Son plan a 6t6 abandonn6B. Le pacte a 6tl
sign sans I'accord sur l'Allemagne que de Gaulle d6-
sirait.
De Gaulle est convaincu que si la Girande-Bretagne et
la France, les deux plus grandes puissances coloniales,
ne s'allient pour sauver 'E.urope occifdentale, elles
doivent p6rir ensemble les Empires et les deux pays.
II pense que le seul espoir de rivaliser avee les Am6-
ricains ou les Russes reside dans l'unit6 franco-britan-
nIque
Le dilemme qui se pose pour la France, c'est que
d'un c8te sans un homme comme de Gaulle elle a peu
de chance de parvenir m&me A un commencement de
stahilit6; et d'un autre c6tp, avec tun home come
Illi, sa politiiae de stab'ilit6 pourrait 6tre rAduite A
nbant par une vague de groves d6clench6es par les
communists a.
(WALTER FARR).

b) LA SITUATION A MADAGASCAR (MacIWchester Guar itli,
liberal, 16/4) :
( Les Frangais ont peut-6tre raison de consid6rer le
movement autonomis'e actuel comme une tentative en
vue de reslaurer ce qu'ils appellent le regime de < 1'ex-
ploitation fModale des autres tribus (bien que la plu-
part des rois Hovas aient poursuivi une politique de
progres dans bien des domaines).
Les FranCais ont certainement le droit de rappeler
que le parti de la renovation malgache a accept& la
formula impliquan't a l'ind6pendance et l'integritl A de
Madagascar dans le cadre de I'Union frangaise. Le parti
en question a affirmed a nouveau qu'il acceptait cette
formu.e, mais il a insinue que la France faisait preuve
de mauvaise foi dans son application. C'est 1a un keho
des cents 6vnnements survenus en Indochine, un echo
qui s'est fait entendre 6galement en Alg6rie et an Maroc.
La reorganisation de l'empire colonial frangais, qtu
ievient a. l'Union francaise >, n'est pas une tAche ais6e
et lea conditions Bconomiques actuelles la rendent en-
core plus difficile. Les Frangais admettent que ces con-
ditions sont revenues nauvaises A Madagascar A cause
de la guerre, et le prob:6me qui se pose A eux est de
meitre des r6formes en vig.ueur avant que les 6vbne-.
ments ne leur forcent Ila main. S'ils n'y rkussissent pds
ils auront 'de plus en plus A agir par la force et pro-
ceder A des repressions ).

C) L'ATTITUDE DE M. MOLOTOV A LA CONFERENCE DE
Moscou (Times, 17/4) :
a L'altitude de M. Molotov ne peut que renforcer
opinion de coux qui, dans les circonstances actuelles,
pensent que la Russie ne tient pas A voir la conclusion
d'un pacte A quatre; et ceci signifie que la politique










1BULLITIN QUOTDIEN DR PRESSRE kTRANG*AK a


:trangire suivie par les Etats-Unis sur le plan kcono-
mique comme sur le plan politique, caract&ris6e par un
in ,t rt constant potur les affairs europ6ennes et mime
par l'octroi d'une garantie am6ricaine contre le rearme-
:inent allemand, est mal accueillie par le gouvernement
russe. Les informations relatives A l'6volution des n-.
gociations ;de Moscou pour la revision de alliance
anglo-sovitIlque semblent conflrmer ce que ]'on suppo-
sait, h savoir que la Russie ne s'interesse plus uniaue-
ment aux measures de s6curit6 A prehdre centre l'Alle-
magne. Cette alliance Rtait dirig6e explicitement centre
S1l'Allemagne ou tout Etat associ6 avec elle dans des
actes d'agression en Europe > et quelles que soient les
modifications qui puissent s'averer lidcessaires. celles-ci
ne pourraient certainement pas an moins dans I'opi-
nion des Britanniques amener de chancement dans
ses. buts fondamentaux. Cependant, des rapports 6ma,
nant de Moscou et non dUmentis dans les cercles offl-
clels de Londres pr6ten'dent que les Russes ddsirent
maintenant la'rir l'obligation 'de soutien mutuel, de
sorte que celle-ci jouerait contre toute action, quelle aue
soit son origine, qui serait consid&r6e par l'un on l'autre
pa'rti comme directement ou indirectement hostile.
L'impasse of l'on a about A Moscou A propose dua
project ambricain d'un pacte A umatre ruine les espoirs
d'arriver A un seiblable accord. Pourquoi un accord
na sujet de I'Allemagne s'est-il r6v616 impossible?
Les amis sinc6res de la Russie ont trouv6 dans la
politique 6trangere de celle-ci bien des raisons pour se
Ssentir dconcert6s et d.courages. TIs comprennent tres
hien que les Russes se preoccupent de trouver. les
moyens materials pour Ia reconstruction de la Russie,
etque cette preoccupation soit Avi'demment un 616ment
dominant dans l'attitude rus.e et le sentiment de fqi-
blesse aui l'accompagne; mais ils peuvent penser que
l'volution d6favorable de la situation est due A un
manque de iustesse de la diplomatice russe. La confe-
rence actuelle en a offert maints exemples, pqrmi les-
quels :'attitude russe dans la question du traits anglo-
sovietiqu-- si les informations communiques sont
exactes.
Lea stade aue 'on a maintenant atteint A Moscnu est
si dangereux pour l'avenir qu'un effort supreme doit
Atre fait pour ,6viter une rupture et ponr ouvrir de nou-
velles possibility s 'd'une reelle coop)ration s>.

d) AVANT LES ELECTIONS AUX DIATES DE LA ZONE BRITAN-
NIQUE (Dally Telegraph, conservateur, 17/4) :

< Tandis que ls puissances occupanles remettent ]a
responsabilit6 de administration entire des mains alle-
mandes, les Di6tes provinciales sont appel6es A jouer un
r6le de plus en plus important dans la vie de la nation.
Si les vainqueurs decident 6ventuellement que ''Alle-
'imagne doit devenir une f6d6ration, ou qu'elle doit "tre
divisee en deux parties, les Di6tes provinciales auront
sans contest le pouvoir et 1la responsabilit6 supreme
dans les questions int6rieures.
M6me si l'on constitute un gouvernement central. ii
sera toujours sodmis A la pression vigoureuse de In part
des Di6tes et 'des Cabinets tels que .ceux qui existeront
dans notre zone aprfs le vote de dimanche prochain.
La socialisation et la reforme agraire sont les deux,
principles questions sur .esquelles les#,partis basent
leur champagne mais la. plupart des'61ecteurs souffrent
de la faim et eprouvent de violent ressentiments a
propos des soi-'disant insffflsances de leurs propres
.administrations, comme P'ot r6v616 les r.centes d6-
monstrntions Alans la Ruhr. Tons ces gens chercheront
assur6ment A donner A leur vote une signification qui,
4*


meme de fagon indirecte, rflkterait leurs opinions & oet
6gard >.
(EnwTk TETLOW).

e) APRo S LES DISCOURSE DE M. WALLACE EN GRAND-BIE-
TAGNE (Daily HeraM, travailliste, 17/4) :
t Les discourses de M. Wallace ont eu un rfsultat
heureux en Grande-Bretagne parce qu'ils ont incite un
grand nombre de gens a r6flechir davantage et A par-
ler plus franchement de la direction dangereuse que
prennent les relations entire les grandes puissances.
Je ne suis pas d'accord avec M. Wallace sur tous les
points et je ne pense pas que la masse des ouvriers bri-
tanniones approuvera toutes ses paroles.
M. Wallaer qui eondlamnP brutalement Il'imperia-
lisme a am6ricain carte beaucoup trop 16birement les
f-utes nombreuses et 6videntes de la politique sovid-
tique.
En dehor? do ce manque d'.quilibre, M. Wallace a
dFrpn'diln un. these spnec.e et dans des terms aui ont
enthousiasm6 ses auditeurs. Avant tout, il r6cl&me que
l'on fasse de noivean dos efforts 6normes pour que
1'O.N.U puissc fonctionner >.


II. PRESS AIMERICAINE


Rfvue de In presse amwndicaine du 16 atritl 1947
1. Conftrence de Moscou
La visit, tant attendue var les correspondents de Dresse
t Moscou, que le g6n6ral Marshall a faite hier & M. Staline
et le refus ambricamn d'accepter les amendments russes au
project de trait quarrinartite sur 1'Allemagne sont les deux
nouvelles mises en evidence dans les titles et dans les arti-
cles des journaux au suiet de la Conference de Moscou.
Les correspondents ne donnent aucune indication sur la
nature de la conversation ru'a eu le chef de la 'dd6leation
amdricaine avec le pgndralissime Staline. CGrtains d'entre
eux comine celui du New York Herald Tribune, remarquent
que la visit a dtA br6ve et en deduisent on'u'ne autre entre-
vue entire les deux homes d'Etat aura lieu nrochainement.
Les declarations faites par le general Marshall A la session
d'hier, an sujet des contre-propositions russes, sont inter-
prdtees comme un rejet de ces contre-propositions. Les cor-
respondants reprennent en particulier la declaration du gd-
ndral Marshall indiquant que, les Etats-Unis n'avaient pas
propose c un pacte pour remplacer un trait de paix eat
cqu'il serait absolument impossible 3 A une commission ou
a des pldnipotentiaires d'arriver A un accord suivant les
lignes sur lesquelles les Russes insistent.
Le correspondent du New York Times relAve 4galement
la declaration du gnderal Marshall indiquant que les Russes
bloquent les exportations de carbon allemand, car 11 est
impossible, aurait-il dit, d'obtenir l'agrement de l'U.R.'S. S.
i deos allocations de carbon en provenance la zone sovi-
tique. Le mAme correspondent signal que M. Bidault a de-
mand6 qug fAt augment le nombre des miners allemands
et que fAt envoy dans les mines allemandes un dquipement
propre a intensifier la production. Le ministry francais
aurait, d'apres cc correspondent, declare que la France dtait
pr6te h changer le carbon de la Sarre Contre d'autres qua-
lites de carbon allemand, en particulier contre du coke
de la Ruhr.
Le Washington Post, dans son editorial, relive le bon
accueil fait par M. Bidault A la proposition americaine 'de
trait quadripartite contre l'agression allemande et constate
w pour les Russes, cettb proposition n'est pas la bienvenue
du fait que, comme nous l'avons fait remarquer avant le
depart de M. Marshall pour Moscou, la Russie aimeralt veir
l'Amdrique abandonner l'Europe 'afin de pouvoir Atre la
puissance dominant sur ce continent n. Le Washingtpoi Post
rappelle que la France et la Grande-Bretagne ont sign une
alliance centre I'agression allemande et 11 ajoute' que 'ceite
alliance ne peut pas leur donnert advantage de security que









4 auIn QVTrnNDRPIE E rLAGE


celle qdil a etd eonclne apras la.premiere guerre mondiale,
A moins qu'elle ne solt I'objet d'une contre-assuranoe amA-
ricaine. Pour les Pays-Bas et les pays scandinaves aussi bien
que pour la France et la Grande-Bretagne, une reelle garan-
tie de sdcurite ne peut pas exister sans la certitude que
rAmerique les appuiera en cas d'agression. L'editorial se ter-
mine en soul'gnant la ndcessite de conclude un pacte A trois
si la Russie maintient son opposition au project quadripartite
americain.
2. Neutrality
La press reproduit le tres important message envoy par
M. Truman au Congres. Dans ce message, le President de-
mande que soient rdvisees les lois de neutrality en vigueur,
afin de permettre au gouvernement americain de contr6ler
avec plus de pouvoirs diEcretionnaires les importations et
les expdrtations, non seulement en cc qui concern les armes,
les munitions et le materiel de guerre, mais aussi les pro-
duits d'importance strategique. Les correspondents au Capi-
tole donnent les premieres reactions des representants et des
asnateurs A ce message. Celles-ci sont, dans I'ensemble, favo-
rables, bien que la plupart des s6nateurs demandent un
temps de rdflexion pour etudier les consequences que les
modifications demand6es par le President peuvent ,voir A la
lumiere de la situation Internationale actuelle. Un editorial
du New York Times, intitule < Une relique de neutralitAe ,
appuie fermement M. Truman, considerant que la nouvelle
doctrine americaine peut obliger les Etats-Unis A intervenir
dans le monde, et que l'idee de neutrality est devenue une
e inconsequence perimee ,. L'auteur conc!ut : x Beaucoup
de choses se sont passees durant ces dix dernimres annees.
et ii est temps que nous modernisions notre legislation. .
3. Voyage de M. Wallae"
L'affaire Wallace, qui avait menace de retarder les d6bats
an Senat sur le project d'aide A la Grace, continue A rrtenir
I'atfention des journaux. Les correspondents au Capitole
notent que le senateur Mac Clellan, auteur d'une resolution
bondamnant M. Wallace, a retired celle-ci, de fagon A acce-
l1rer les d6bats. Ils estiment que la meilleure solution A
cette controversy serait un vote rapide du Congres approu-
vant les mesures preconisees par M. Truman vis-a-vis de la
Grace et de la Turquie. La plupart d'entre eux considerent
come possible ou'un vote dans ce sens intervienne avant
la fin de la semaine.
Un correspondent du New York Times A Paris signaled que
le gouvernement francais evitera de donner I'impressior que
la visit de M. Wallace A Paris est une visit officielle et)
que M. Ramadier ne le recevra pas offici-l'ement. ni ne don-
nera de dejeuner en son honneur. M. Herriot, d'autre nart,
resterait A Lyon pour Aviter de participer aux receptions
aui auront lieu en I'honneur de l'ancien vice-president.
D'aprCs ce correspondent, cette attitude franchise serait Il,
r6sultat des indications donnees par Pambassade A Washing-
ton an minister des Affaires itrangeres.
4. Nouvelles de France
Une depeche de Paris an New York Times signale (pie la
France doit recevoir 400000 tonnes de hli entire le 1" juil-
let et la recolte de septembre. L'ambassade de France A
Washington aurait ete chargd- de preenter cette demande an
Conseil international du ravitaillement.
5. Nouvelles d'Allemagne
Une depeche A.P. de Stuttgart sienale que le general Clay
a accuse les leaders allemands d'avoir mal administre le
ravitaillement de 1'Allemagne et d'avoir fait montre d'un
esprit de t non cooperation v devant Pactuelle penurie des
drnrees. 11 a d6elare qu'il y avait une grande quantity de
edrCales soit en Al'emagne, soit en transit A destination de
1'Allemagne, mais que les Allemands n'avaient pas rCussi
A assurer une collect maxima des products detenus par.
les fermiers.
a) AUTOUR DU PROJECT DE FEDERATION, EUROPAENNE
(Washington Post, 15/4) :
SA notre avis, on a maintenant en Europe une sym-
pathie marque pour le f6edralisme. Cette tendance a
*


acquis de la force en Grande-Bretagne t en France du
fait des difficult&s economiques de ces pays. On recon-
nalt que le plan Monnet en France ne peut reussir si
la population est insuffisante et si on ne dispose pas
de resources importantes; aussi la visit de M. Monnet
A Londres a-t-elle entrain6 un examen approfondi de
la demand de M. Blum pour un rapprochement franco-
britannique. Sous la pression des 6venements, un nom-
bre de plus en plus grand de dirigeants britanniques
ne font plus dans leur esprit cette distinction de plan
qui avail persuade M. Churchill a Zurich de r6clamer
l'union pour 1'Europe continental et la libertN d'action
pour la Grande-Bretagne. Mais la measure la plus signi-
ficative semble avoir 6t1 prise aux Pays-Bas. Les nkgo-
ciations hollando-belges visant a I'etablissement d'une
union douaniere ont et6 couronn6es de succes. L'obsta-
cle le plus important a Bt6 constitu6 par la crainte
d'une opposition de la part de la Russie. Aucun pays
et aucun people d'Europe n'est libre de cette crainte;
cependant elle pourrait etre et doit etre supprimbe en
un instant par l'appui et I'aide financibre des Etats-Unis
A l'6gard de cette f6edration.
C'est la consequence logique *de la doctrine Truman
comme celle de l'echec de Moscou d'apporter cet appui
lors du retour du secretaire d'Etat Marshall. ,

b) LE RAPPORT DE LA COMMISSION DE LA LIBERTi DE LA
PRESSRP.

1. New York Times (15/4) :
e La remarque la plus discutable du rapport est cell
qui declare que la diffusion des nouvelles et des id6es
menace de tomber sous le contr6le de personnel qui
deviennent de moins en moins nombreuses. Si cette
situation existe r6ellement, elle est dangereuse. Mais
nous ne pensions pas qu'il en soit ainsi : en effet, la
press amricaine se tient mieux que jamais, montre
plus de reserve et d'exactitude qu'autrefois et resiste
mieux au d6sir de rechercher des appuis, et par con-
s6quent n'a pas A subir de servitudes ext6rieures.

2. Washingion Post (15/4) :
( L'une des plus importantes recommendations de
la commission est peut-6tre cell qui demand la cr6a-
tion d'un organisme qui 6tablisse chaque annee un rap-
port sur la press. Nous sommes persuades qu'un tel
organisme pourrait exercer une influence extremement
profitable. La commission elle-meme en est un excellent
example. 3

3. Christcan Science Monitor (15/4) :
II faut esperer que la press americaine donnera
suite au rapport en pratiquant une politique de critique
mutuelle et d'amelioration interieure, car une press
libre est l'instrument indispensable du progres et de la
paix. v



III. PRESS SOVIETIQUE


Reuue de la press sovidtique da 16 avril 1947

La rubriqu#ntrang~re est de deux pages en moyenne. La
preoccupation essentielle s'attache a la Conference. Au se-
cond plan de l'interat se trouvent les incidences diverse des
politiques anglo-americaines. Au troisieme plan, et en ,troite
liaison avec le theme precedent, des informations diverse
sur la lutte pour la d6mocratie dans le monde.


4 .


HULLMM allOTIDrRN DR PRESSED tra"lPlkLa









HULLRTIN QUOTIDIEN DR PEBSSE fTMAN'iARE I


I. La session d& Corefl das ministry
des Affairme itrangares

Diapres l'agence Tass, les journaux annoncent cii premiere
page l'audience accord6e par le gendralissime Staline au
.gndral Marshall. en presence de MM. Molotov, Nokirov,
Heder, Smith et Bohlen.
Les competes rendus .de l'agence l'ss souliguent 6gale-
ment qu'une demi-page au total est consacre a la discussion
du project du pacte i quatre. L'intervention du lPrsident
Bidault est analysde en cinquante lignes environ.
La meme agence public des dip6ches don't les themes se
rdferent A la Coanfrence et sont repris par la plupart des
journaux. D'autre part, la press en gdn&ral note : a La
champagne des schumacheriens contre l'obcr-burgmeister de
Berlin, Ostrovsky >, Les manifestations de la faim en
Schlessving, Hemmstein et it Kiel , Comment les Anglais
en Allemagne comprennent la liberty de parole .

2. Conmentaires

Dans Trud, on )tudie le cas Deermashov sur le problem
de la Ruhr et la security en Europe. Dans Ftotte Rouge, un
feuilleton de Gate est intituld : z Sur la liquidation du po-
tentiel de l'industrie de guerre de l'Allemagne ,.
L'auteur, apres avoir insist sur le qa maintien en Alle-
magne occidentale des trusts et des cartels ,, sur a les
liens entire les monopolies anglo-amiricains et allemands ,,,
qui, les uns come les autres, sont hostiles au programme
de democratisation et de d6militarisation de l'Allemagne,
conclut : a La lenteur apportee i la dimilitarisation, 1'en-
couragement donnm i l'activite des monollbles allemands et
Strangers dans les zones occidentales sont un obstacle a la
transformation de l'Allemagne en un Etat pacifique d6mo-
cratique, et se font sentir de fagon particulibrement nega-
tive sur le retablissement de son economic de paix. Tout
cela montre l'importance des propositions sovi tiques sur la
fixation, comme delai d'aoh6vement des travaux de la liqui-
dation du potential de l'industrie de guerre, une date;qui ne
soit pas post6rieure h la fin de l'annie 1948. ,

3. Incidences diverse des politiques anylo-ainricatnes

a)lnformations Tass : Dans tous les journaux : a Au
Conseil de Securite ;, la question grecquc. Les travaux de
la Commission d'enquete du Conseil de Securiti pour les
incidents des frontieres grecques; project de loi. pour la
limitation des droits des syndicats aux Etats-Unis.
h) Commwntaires : Dans les Izuestia, Particle de Kou-
driavtsen : < L'ombre du general Tanaka sur le Japon n,,
et les chroniques humoristiques .de Moran relatives i e la
pln6tration Bconomique am6ricaine en Grace et le project
d'envoi en U. R. S. S. de missionnaires americains pour lever
le rideau de fer b. Dans Trud, les caricatures de Boris Efi-
mov repr4sentant un Grec, un Ture et Franco passant i la
a caisse i dollars >.

4. -- La lutte pour la ddmocratie dons le no-nde

Dans tous les journaux, des informations de 1'agenee Tass
sur la session de la Diete polonaise, le Congres du Front
populaire montenegrin et l'execution de IM. de Brinon, la
condemnation a mort de'MM. Tiso et Durcaniky et les echos
i la declaration du general de Gaulle : une d6peche de Paris
analysant la declaration ; des ddp6ches .de Bruxelles annon-
cant que le journal le Drapeau Rouge demasque les motifs
forgant les U. S. A. a s'occuper de la Grece et de la Turquie,
et, au passage, s'arrete sur Ic rBle du general de Gaulle
en France.
Des depeches de Londrel rapportent que le chroniqueur
de l'Observer reconnalt que le retour du g6nral de Gaulle,
sur l'arene politique, content la gen-se de la majority des
regimes qu'au sens large on appelle fascists.


IV. PRESS SUISSE



a) LA CREATION I)U 1. P. F.
1. Journal de Geneve (17/4) :
Puisque le general n'a cess6 do repeter qu'il res-
tait attach A la 16galit6 r6publicaine, on attend qu'il
precise la nature de l'aetivit, que deploiera le groupe-
ment don't il a pris la direction. S'il suit la r6gle de-
mocratique, il devra intervenir dans les elections, don?
les prochaines se front sur le terrain municipal. On
verra ainsi I'entr6e -en lice d'un nouveau parti. Selon
toute vraisemblance, il n'affaiblira pas 1'extr6ie-gau-
che; il contribuera m&me a rapprocher les socialists
et les communists, qui adoptent h son 6gard une atti-
tude semblable. 11 sera peut-6tre utile en ce sens qu'il
redonnera aux abstentionnistes le gott -de la vie publi-
que. Mais son succs d6pendra -dans un'e large measure
de la maniere don't 6voluera la situation financiere el
&conomique de la France. Si une crise mon6taire sur-
vient, si 1'Ntatisme oppressant continue de s6vir, les
chances-du general s'accroitront vite, car les peuples
rendent facilement leurs dirigeants responsables des
malheurs qui les accablent.
(ItLNi; PAYOT.)


2. Neue Zircher Zeilung (16/4)

x Les des sont jets. Une semaine apres le discourse
de Strasbourg, le g6enral de Gaulle a communique une
declaration 6crite faisant connaitre la nature du Ras-
.semblement du people francais, les objectifs que se pro-
pose le nouveau movement et l'atmosphere dans la-
quelle il veut mener son action.
En ce 'qui concern le caractere du Rassemblement,
c'est la formule : < Un chef et ses troupes qui lui
convient. De Gaulle se nomme lui-meme chef du Mou-
vement, qui ne veut pas se presenter comme un parti.
Quiconque s'y rallied s'engagc par lI meme A militer
pour le programme du general. A ses yeux, le 15 avril
1947 est un nouveau 18 juin 1940... Le mot d'ordre tail
A 1'6poque : Liberation et victoire ,; de Gaulle dit'
aujourd'hui : e Salut commun >. C'est assez vague,
mais naturellement le slogan est bon pour une propa-
gande aupres des masses.
De Gaulle veut il le dit maintenaut beaucoup plus
ouvertement qu'4 Strasbourg abroger la Constitution,
d6tr6ner les parties et creer un Etat avec pouvoir ex6-
cutif fort... 11 a si peu d'estime pour le Parlement que
dans le project constitutionnel presentW aujourd'hui iu
people frangais .ous forme embryonnaire, cette insti-
tution n'est'mnme pas nommbe. Toutefois, de Gaulle ne
va pas jusqu'i en reclamer purement et simplement la
suppression. Mais le futut president don't il rave pos-
s6dera un -droit, de veto et pourra toujours inviter le
people A decider en dernier resort. Les lignes essen-
tielles du nouveau programme sont done la r6forme de
I'Etat, la creation d'un executif fort et l'arriv6e du ge-
neral de Gaulle au pouvoir grace A umi plebiscite. 11
est clair que ce sont lA des idWes d'un caractere netle-
ment bonapartiste. Si jamais une d6mocratie gaulliste
devait Atre institute en France, cette declaration eons-
tituerait un presage sans ambiguity de sa nature auto-
ritaire. Aussi un grand nombre de Frangais qui, dans
I'ensemble, sympathisent avec de Gaulle sans lui 4tre
acquis corps et lime, sont-ils effray6e de voir que le
general adhere d'une faqon aussi decidee au ( principle
du chef >.








6 BULLETIN QUOTIDIUI DfO PRNSBU, ftAW1*XRB


De ,Gaulle parait s'itre propose d'attirer a lui le plus
de gens possible de maniere A pouvoir manoeuvrer les
parties. << Une France forte, un regime d'ordre >, tell
est la formule qui est A la base de ce premier pl6biscikt
aux contours encore assez indistincts pour la personnc
du g6n6ral. En son temps, Napoleon III avait prononci
un mot 6galement suggestif : < L'Empire, c'est la paix >,
qui produisit l'effet souhaite. >
(Du correspoa dant d flctis de la Neue Ziireher
Zeitung.)

1b) LE PROBLLME DE L'UNION FRANCAISE {La Tribune; de
GeiuWe (16/4) :

q De toutes parts, en France, on r6clame du gouver-
nement une politique mieux ddfinie et plus active en


ce qui concerned les. territoires d'outre-mer. L'opinion,
dans sa grande majority, ne demand certes pas le re-
tour a la formule perimbe du colonialisme, mais ellk
pense qu'il serait deplorable de laisser d6truire l'oeuvr,
d'expansion raalisee au xIxx siecle. L'6volution des peu-
ples rattaches a la France doit Etre dirig6e et conseill~e
et cela suppose un gouvernement fort et vigilant.
Malgr6 I'importance des problemes que pose la poli-
tique interieure, le problem vital, lui aussi, -de la
France d'outre-mer devra sans retard etre examine dans
un esprit plus r6aliste, selon des vues plus coh6rente,
que jusqu'ici. Tel est aujourd'hui l'avis des Frangaih
bien renseign6s sur ce qui se passe en Afrique et in-
quiets de l'avenir.
(Du icorrespondantl Paris de la Tribune de
Geneve.)


S. P. I. Imp., 27, rue N''olo, Paris $.3000


Prix. I)




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs