<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00069
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00069
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text





SERVICES FRANQAIS
D'INFORMATION
(MINISTARE DE LA JEUNESSE,
DES ARTs ET DES LETTRIS)

Direction de la Documentation,
14-16, rue Lord-Byron, Paris ,8*).


BULLETIN


DE


PRES.SE
N,


4 avril 1947.


QUOTIDI


ETRANGERE


Nouvelle S6rie N36


SOMMAIRE

I -- PRESSE AMERICAINE.
a) La conference de Moscou (New York Herald Tri-
bune, 4/4, edition europ6ennc).
b) Le r6l e de 'O.N.U. (New York Hera d Tribiune,
4/4% edition europeennc).
I --- PRESS SOVIfTIlQUE.
Ie buts d'uth dleun1inbremenI de 1'Allemagne (Iz-
vestia, 3/4).
III. J'HESSE BELGUE.
Avant la Conference international du commerce de
Geneve (La M;Itrapole, 3/4).
IV. -- PHESSE SUISSE.
a) Les intentions du general 'de Gaulle (Journal tde
Gel ve, 4-5/4).
Ib) L'av~nument de Paul 1" en Grece (YVeie Zibrcher
Zeitung, 3/4).


1. PRESS AMERICAINE


Revue de la npe.sse aitirieaui(n du 3 avril 19-17
1. Confireince de Moscou
La presse du 3 avril announce on premiero page que la
Conference ie iMoscou a r6alis6, hier, un certain ]progr6s et
que les quatre ministres sont tombs d'accord sur une s6rie
de mesures qui doivent conduire a l'6tablissement d'un re-
gime permanent en Allemagne. Le correspondent du New
York Henalld Tribune a IMoscou 6numere ces measuress qui.
d'apres lui, comporteront :
1 L'etablissement d'agences administrative centrales
allemandes ; .
a 20 La formation id'un Conseil allemand qui dtudiera
les details d'une constitution provisoire ;
3 Des elections et un gouvernement provisoire ;
a 4o Une constitution permanent et un gouvernelaent
permanent s, et il ajoute : a C'est la premierdfois que la
France a accept le principle d'un regime provisoire alle-
mand.
Une ddpiche A.P. de 'Moscou souligne 6galement cette
nouvelle attitude frangaise. Elle announce qu'un compromise
frangais est intervenu, au Conseil des ministries ce soir, au


momieunt it Ml. Bidault s'est d"clard d'accord avec tine pro-
position britannique pr6voyant 1'etablissement par 6ctapes
d'un gouvernement prdvisoire'en Allemagne. Jtsqu'A present,
les FEanDais avaient adopted une attitude rvsolue et :onsidd-
raient que 1'6tablissement d'un gouvernement provisoire en
Allcmagne etait premature.
Le correspondent du journal P.M. dcrit de son cotd, que
I'accord a Wtd rendu possible-lorsque M. Bidault a abandonnd
son attitude a l'6gard de l'ttablissement d'agences eontrales
administrative ct de la formation d'un gouvernement pro-
visoire, et il ajoute quo cette attitude frangaiso laisse a
penser que les Fraunais, au course de ces conversations privies
bilaterales avee les Britanniques, ont obtenu des assurances
de rccevoir plifs de carbon de la Rulhr et qu'on leur a donn6
eI signal qu'ils attendaient ,pour l'intgration de la Sarre
dans 1'cconomic frangaise.

2. Aflaire greoque
La commission des Affaircs Otrang6res du SBnat a r6vis6
ec Itcte tdu project de loi prdsentC par le s6nateur Vandenberg.
Elle a accept que l'O. N. U. puisse mettre fin au programme
alundricain d'aide a la Grce et i la Turquic h la condition
Loutefois que cette institution international continue cette
aide ct la prenne i sa charge. L'id~e preconisde par M. Van-
denberg d'associer de cette faon 1'O. N. U. h la nouvelle poli-
tique americailn en Grice et en Turquie fait l'objet de, nom-
breux comnmentaires dans les journaux et a la radio. Dans
I'ensemble, ils lui sont favorables. Lippmann estime que le
nouvel amendment pr6sent6 par M. Vandenberg retire a la
declaration du Parsident Truman son caractere d'appui sans
reserve doinn, au gouvernement grcc. Cet amendment pr6-
voit, en .efftel, que le President pourra fair cesser cotte aide
s'il estirne qu'clle ne donne pas de r6sultats satisfaisants.
Lippmann 6crit que les informations venues d'Athbnes et, en
particulier, le rapport confidential public par Krock, miardi,
dans Ic New York Tinlmts, indiquent que le goivcrnement
grec a interprdtd le message Truman come lui donnant
I'autorisation de letter non soulement centre les commu-
nistes, mais aussi centre les mod&rs et les rdpublicains.
II ajoute qu'il fallait s'y attendre apres les gSndralites sans
reserve qui avaicnt accompagn6 la proposition amiricainc
d'intervention. Cc qui est surprenant, c'est que le Diparte-
ment d'Etat n'ait pas eu la prudence et la prdvoyance de
rendre conditionnelle .son assistance et qu'il ait donn6 i un
gouvernement evidemment corrompu, rdactionnaire et non
repu6sentatif, un cheque en blanc. ill conclut en disant que
I'amendement Vandenberg r6pare cctte faute dans une p'-
taine measure.
-La press reprend une lettre de .... iruman auressee a
M. Earle, ahcien ambassadeur amdicain .i Ankara, datdo du
28 fevrier, dans laqu'elle le President declarait notamment :

< Beaucoup de gens s'inquietent de la chimbre com-
muhiste, mais, a mon avis, le pays est parfaitement
en security& en ce qui concern le communism. Nous
avons beaucoup trop de gens jouissant d'un esprit


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


--
-









2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE


sain. Notre gouvernement est fait pour le bien-Atre
du people et je ne crois pas que le temps viendra of
quelqu'un vondra reellement ,e renverser. ,

En publiant cette lettre, M. Earle critique cette attitude
du President qu'il qualifia d' ,, inconsistante >, puisque quel-
ques jours plus tard, M. Truman ordonnait une Apuralion
fd6rale des communists dans les administrations ameri-
caines.

3. TuteNUes
La prcsse announce de Lake Success que le Conseil de
Security a approuv6 & 1'unanimiti la proposition amdricaine
do tutelles sur les Iles anciennement sous mandate japonais.

4. Palestine

L se announce que la Grande-Bretagne a demand la
eon l n d'une session extraordinaire de l'Assemblie
g6dn de 1'O. N. U. pour trailer les problems soulhves par
la Pa estine. Une ddpiche de Londres an New York Times
indique que le gouverncinclt britanniquc a-decidd d. ne pas
remettre son mandate sur la Palestine h 1'O.N.)U., lors de
cette session..

5. Nonuvetles de France
Les correspondents de Paris du New York Ti'mes ct du
Baltimore Sun signalent la d6marche faite par M. Ramadier
aupres du g6ndral de Gaulle. Callender rapport que 31. Tho-
rez .aurait propose de repondre au discourse du gniiral de
Gaulle, au nom du gouvernement, mais que cette proposition
aurait dte rejetde. Whitcomb declare que les partisans de
la constitution et les antigaullistes prirent des measures pour
, neutraliser toute reaction populaire possible h l'appel faith
par le .gndral de Gaulle A la nation, dimancic, A Bruneval.
I1 cite l'editorial 'de M. Blum dans le Populaire el ajoute
quc l'attitude du public semlle Utre surtout faite d'irritation
parce qu'un souci de plus vient s'ajouter a la longue listed de
ceux qu'il a d6ja.
Dans le magazine News Week, Joseph Philipps signed un
article intitule : c Le communism en France Illusions et
realitds >, dans lequel l'auteur d.ment que l, paratj com-
muniste frangais soit profondiment divisor et montec qu'il a
interdt h maintenir sa representation an sein du gouverne-
ment.

,, C'est un ordre direct de, Moscou, 6crit-il ; beau-
coup de communists pedf6reraient opd'er dans l'oppo-
sition ct sont etonn6s des ordres de Moscou.. >

a) LA CONFERENCE DE MOSCOU (Neuw York Herald Tri-
bune, 4/4, edition europenne) :

Pen d'observateurs escomptaient ce soir l Moscou
que le Conseil des minislres des Affaires etrangdres rea-
liserait de grands progrks dans la preparation d'un
trait de paix avec l'Allemagne. D'apris eux les Quatre
Grands se borneraient A donler des instructions gAnd-
rules au Conseil de Contr6le allied de Berlin.
Ces directives seront sans doute envoy6es aux com-
,nandants en chef des qualre zones qui seront invites a
examiner les points de vue divergents exprimrs A la
Conference de Moscou et A preparer le terrain pour unp
session ultdrieure des ministries des Affaires 6drang6res.
Ceci ne veut pas dire que la Conference 'de Moscou
constitute dejA on constituera un check Qua nd elle
s'ajournera, ehacun des Quatre Grands connaitra 6xac-
tement le point de vue des autres sur chaque probli-
ime. De plus, aucune delegation ne pensait qu'un traite6
allemnand serait r6dig6e Moscou sous sa former defini-
tive. L'ordre du jour a cet 6gard Rtait clair : < Prepa-
ration > d'un trait avec l'Allemagne, et non rddaction
dui trait lui-nmeme.
Mais, ces derniers jours, 1'inpression s'est de plus en
plus r6pandue que pen de progres seront r.alisis ct la


reunion d'aujourd'hui n'a guere contribu,6 a dissiper
cette impression >. /
(WALTER KERR).

Ib) LE ROLE DE L'O.N.U. (New York Herald Tribune,
4/4, edition europ6enne) :

c< A I'heure actuelle, 1'O.N.U. est un organism inter-
national capable de rendre des services extrbmement
important, mais seulement dans des domaines secon-
daires tels que ceux de la sante, du ravitaMlement mon-
dial, des r6fugids, etc... (I1 faut remarquer naturellement
que I'O.N.U. accomplit ces tAches sans la participation
do l'Union Sovi6tique). Pour ce qui est 'de 'avenir, let
Nations Unies constituent l'embryon d'une veritable or-
ganisatibn international capable de rdsoudre les pro-
blmes les plus important, mais a l'heure actuelle elle
peut seulement discuter et non pas r6soudre ces pro-
blmnes a cause de la scission qui existed entire l'OUest et
l'Union Sovietique. Lc moment ofi elle pourra commen-
cer a prendre des decisions A l'egard de ces probldmes
vien'dra lorsque la scission aura cess6 d'exister par suite
d'un veritable r6glement international a la fois sur les
plans politique et 6conomique. Le programme d'aide
amrnicaine A la GrAce et A la Turquie est destiny A pro-
nmouvoir un tel r6glement qui pourra seulement interve-
nir lorsque l'Union Sovi6tique sera convaincue que l'ir-
p6rialisme ne rapporte pas ..,
(JOSEPH ALSO)


II. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la preskse sovidtique idu 3 uaril 1947
Les rubriques de politique 6trangdrce, d'une page et demic
en moyenne, traitent en premier lieu de la session du Con-
seil des ministry:; et, au second plan, des incidences et des
contradictions des politiqucs anglo-aminricaines.

1 Lu session du Conseil des mninistrcs
des Affacires dtroangBres

1 Communiquo;s officials : Dans tous les journaux. an-
nonce de l'arriv6ce h Moscou de la delegation yougoslave et
de la reception par le vice-ministr'e des Affaires 6trangdres
Malik, de l'ambassadeur ide Yougoslavie et d'une s.rie de
chefs d'ambassadc et dc mission aecrddit6s en U. R. S. S..
Announce de la reception par M. Molotov du President Kar-
dcelj et de M. Simitch.
2 Conmpes rendus : On peut reliever les iddes suivantes
dans le compile rcndu consacrd a la Conference des minis-
StIes : principles sur lesquels se fonde I'attitude sovidtique
dains la question de l'organisation politique provisoire de
1'Allema.gne. Propositions de M. Molotov. Accord de M. Bevin
et M. Marshall. Etapes proposes par M. Bevin : ce sch6ma
ne rencontre pas d'opposition de principle. Toutefois, unc
s6rie de considdaations diff6rentes sont avanoees lore ide
son examen. Accord sur la question des rapports entire le
Conseil de contrble et le Conseil consultatif allemand. DWsac-
cord sur celle dc la composition du Conseil consultatif cT
du future gouvernenint provisoire allemand. Divergences ur
cellti des rapports du gouvernement central et des gouverne-
ments des Lander. Point de vue des divers d61eguis sur ces
diverse qucations et notammn nt de M. Molotov.
Le compete rendu de l'agence Tass conccrnant la reunion
des adjoints souligne l'opposition des points de vues franaais,
anglais et amdricains ct a ceux de M. Vichinsky. Los deM-
guts des U.S.A.; de la Grande-Bretagne et de la France
s'opposent*h celui-ci sur la question de propositions prati-
ques. Ils fondent leurs objections sur des motifs de forme.
Pourtant, les d6leguns Ides U. S. A., de la Grande-Bretagne
ct de la France continent obstin6ment a faire des objections
A I'inclusion dans le rapport de propositions concr6tes quel-






BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESSE ATRANGRBE


conquest. Is se refus.ent mmme A ce qu'on y indique les posi-
tions des diverse d61lgations.
3 Informationis : Dans plusieurs journaux, sons de grands
titres, longues depechcs de l'agenco Tass ide Berlin sur la
Conference syndicale. L'agence sovi6tique relive que le jour-
nal Der Tag'esspieget, paraissant sons licence amiricaine,
tented d'cxercer une pression ext6rieure sur les ddlegu6s et
que eeux-ci repondent unanimement A cet tatntat it l'unit
syndicale. Breve ddpdche annongant le refus des mineurs
de Dortmund de desoendre au fond.
4 Commeniaipes : a) Dans les Izvestia, article de Leontiev
sur les plans de dimembrement de l'Allemagne et les mono-
poles internationaux. (Voir Particle plus loin.)
b) Dans la Pravzda, Markov aborde le problem autrichien
sous l'angle du- proces de Guido Schmidt : remarques sur
le procos.

2 Incidences et contradictions des pduitiqucs
anglo-Ilmricaines

1" Les informations que reproduiscnt tous les journaux
accordent une tr6s grande place i la manifestation de
Madison Square, a New-York, au course dei laquelle la poli-
tique Rtrangsre du Prisident Truman a iti attaqude par
Elliot RoosevelL ct Hcnri Wallace. La Pravda public des
extraits de I'article ide Harold Laski sur la politique du
President Truman que d'autres journaux avaient donnis
hier.
32 Parnmi les informations, on relive dans la plupart des
orgaues : 400.000 mineurs en grive aux U. S. A. questions
aux Communes YC propose des mnesures de rdpression contre
les fonetionnaires de gauche discussions aux Communes
sur le project de loi sur le service inilitaire obligatoire dd-
1]gation du Soviet Supriem en Angleterre.
3o Les chroniques de iMoran dans les Izveslia traitent suc-
cessivement du programme de defense amiricaine du major
landolph (Ie monde est habitu6 h cc que, lorsqu'on otablit
de tels projects, il s'agisse en fait d'expansion), et de la non-
operation en Belgique. ainsi quc des travaux dt la commis-
sion du Congris pour la poursuite des activists antiameri-
caines.

LES BUTS D UN DJMEMBREMENT DE L'ALLEMAGNE (Izeslithl,
3/4) :

< Quels sont les motifs el les buts reels de coux qui
veuient le d6membrement de l'Allemagne? Ceux qui vou-
draient fire 6clater a nouveau le chauvinisme allemnand
ne pourraient imiaginer de inmilleur moyen pour attein-
dre leur but. Une Alleniague divisee est une menace pour
la paix, et en mine temps on terrain i'dnia pour les
intrigues de certain milieux internationaux pour les-
quels he maintien de la paix ne pr6sente aucun interest.
Si le territoire rhino-westphalien est s6par6 'de 1'Etal
alleinand, le veritable maitre de cette region oi se
trouve 1'industric lourde li plus important de I'Europe
occidental, sera le consortium des magnats de l'acier
anglais et anlricains qui, a I'hcure actuelle, out un inte-
rit vital a la formation d'un monopole mondidl de
l'acier et des products de l'industrie m6tallurgique. La
crCation d'un cartel du carbon et du fer, dans la
Ruhr, la Lorraine, la Sarre, la Belgique, le Luxembourg,
I'Angleterre, les Etats-Unis, la Suede, 1'Espagne et
l'Afrique du ?Nord, mettrait entire les mains 'des magnats
anglo-amiricains el surtout entire cells de leurs chefs
am.ricains une puissance qui, en fait, reprssenterait
une dictature 6conomique sur 1'Europe occidental et
central, sans parler des autres regions du monde.
D'autre part, si la Bavicre est s6paree du reste de l'Al-
lemagne, elle passera inevitablement entire les mains des
puissants milieux financiers groups autour de la Ban-
Sque Morgan, et lies 6troitement avec toute la hierarchie
cliricale de 1'Europe central.
Enfin si les territoires de 1'Allemagne du Sud Hesse


Bade et Wurtemiberg deviennent des unites natio-
nales, ou s'ils sont groups en une seule unit ayani
son centre A Francfort, leur orientation economique et
politique sera dicte par le trust chimique I.G.-Farben-
industrie doht ks usines sont concentr6es A Ludwigs-
hafen, Wiesbaden et Cassel. Le trust I.G.-Farben entre-
tenait diej avant la guerre 'des relations avec le roi de
I'industrie chimique amiricaine, le milliardaire Dupont
de Nemours qui, selon toutes les apparences, est dejH
prit A transformer cette parties de l'Allemagne en un
fief du monopole mondial de la Chimie.
De m&me que la region rh6no-westphalienne est des-
tin6e A devenir la base du cartel international 'de la
sntallurgie, la region de Francfort doit devenir ]a base
du cartel mondial de la Chimie, r6unissant les Dupont
de Nemours, le trust anglais Imperial Chemical Indus-
tries, le Consortium francais Khulmann, le group belge
Solvay, et le trust amiricain des p6troles Standard Oil
Company, qui a des inti6rts dans l'industrie chimique
gen ce qui concern la production de !'essence synth6-
tique.
En consequence, tou.te l'Allema'gne occidental et mC-
ridionale sera ropartie entire les plus poissants mono-
poles du monde. La realisation d'un tel project demande
que 1'Allemagne disparaisse de la carte de 1'Europe. II
y a un fait particulieremnent troublant : en fin de compete
'I ne s'agit nullement de la disparition de l'Allemagne;
ic plan de federation europ6enne privoit que tous les
Elats independants de l'Europe occidentale doivent itre
sounds a une mime 'autorite. Ces liens entire le plan
d'une federation europ6enne et celui di d6imembrement
de !'Ailemagnk. nous montrent le fond du probli&me
dans toute son ampleur. ALu stade actuel de l'volution
diu capital monopolisle, celui-ci no peut pas s'accorder
avec l'cxistence 'te nations ind6pendanles. L'oligarchie
tuonopoliste a toujours besoin de iarch6s nouveaux,
d& nouvelies sources de malires premieres et de d6-
bouches pour ses capilaux. Elle s'inquiite des projects
tid n:lionalisation qui eventt dtlruire toutes les bases
deo, artels intern:ationaux et ii est important pour elle
d'avoir en main les eUlreprises cssentielles des Etats
indipendants poul prCvenir toute possibility do natio-
,alisation.
Le capital international a bcsoin de gouvcrneleents
qui soieni cpalt!cs dte meltre les intdrits des monopoles
e6rangers au-dessus des intdrSts de leur propre pays
eI d'6toulfer les intirnts des masses. En d'autres terms,
il ini faut non pas des gouvernemnents nalionaux, mais
'des directors, des proconsuls.
Les imtuoopoles amnericains qui sound bien plus forts
qui' vant guerre seront de plus en plus A 1'etroit outre-
Atlantique. Ils cherchent A conqudrir de nouvelles posi-
tions econonliques dans le inondc. La crise economique
qui menace l'Aimrique accentue ce8s.tendances. Sans la
foralnti,m tie cartels mondiaux dans lesquels les mono-
poles ameiicains so r..serveraieni la part du lion, le
probleme de l'exportation, tel qu'il se pose a l'heure
actuelle, ne peut &tre resolu. Sans la subordination de
industriese de l'Allemagne occidental, la formation de
cartels niondiaux est presque irrealisable. Sans un d6-
membrement politique de l'Allemagne, la subordination
des entreprises essenticlles de l'industrie allemande
risque d'itre irr6alisable. La politique actuelle des mno-
nopoles est lourde de consequences, pleine de dangers,
et constitute une menace pour le progris, la paix et la
democratic.
Les int6rets de la paix exigent le maintien de I'uniti
national et la democratisation de 1'Allemagne a.

(LEONTIEV).








4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGIRE


III. PRESS BELGE


AVANT LA CONFERENCE INTERNATIONAL DU COMMERCE DE
GENAVE (La Mdtfropole, catholique de droite, 3/4) :
<< On a quelque raison de croire que GenBve ne
donnera pas Bnorm.ment de r6sultats, parce que les
Amnricains, A qui est 'due I'initiative, ne .cherchent pas,
en cette annie pr6cidant 1'6!ection pr6sidentielle, A
contrarier 1'.une ou l'autre cat6gorie industrielle des
Elats-Unis. Ils .ont introduit ce que l'on appelhl une
Escape clause > qui permettra de modifier n'importe
quel accord international si celui-ci s'av6re domma-
geable pour la production americaine. Evidemment,
:ceile < soupape de s6ireth > peut servir i touts les
parties ayant sign l'accord; mais ellc aura pour etfet
qu'aucun exportateur ne pourra se fler a des possibilities
de ventes sur le march americain ou faire des projects
pour l'annee a venir.
L'existence de cette 6chappatoire, exigec parce quk
certai.nes apprehensions doivent Ztre calm6es, indique
nettement le volume des difficulties affrontant les n6go-
ciateurs. Selon touted probability, ceux-ci devront se
contenter de tractations modes!es, ce qui ne signifie
pas que la Conference en diminue 'd'importance. Car
une incommensurable importance lui vierit de ce cu'elle
est I'affirmation d'un principle primordial de politique :
la contre-partie 6conomique des declarations poliliqucs
du gouvernement americain >>.



IV. PRESSED SUISSE.


a) LES INTENTIONS DU -(;ENfB.AL DE GAULLE (JoOItlal (1d
Gendve, 4-5/4), :

< La tentative faite par M. Capitant pour crber une
Union gaulliste n'a pas donn6 de grands r6sultats.
Aussi est-il permits 'de sc demander si le g6nBral de
Gaulle ne prepare pas le terrain pour la formation
d'une sorte de rassemblement qui briserait les cadres
actuels des parties et qui permettrait de constituer une
nouvelle majority parlementaire.
Parlant d'un fait militaire et en presence de diplo-
mates rangerser, il n'a pas d.evopp&, a Bruneval, un
programme politique, mais les quelques remarques qu'il
a glissees 'dans son discours montrent que les institu-
tions de son pays ne lul donnent pas satisfaction. II
trouve que les parties, avec leur discipline rigide, sont
trop forts, et que le pouvoir ex6cutif est trop faibte; et
il atti-ibue la crise don't la France a tant de peine a
sortir A l'impuissance de 1'Etat. II a ainsi rep6t6 les


avertissements qu'il prodigua avant le scrutiny sur le
project de Constitution. II se dit sans doute que si le
Parlinemnt, A cause de sa structure, s'avyre incapable
de maitriser la situation, l'opinion publique pourrait
r6clamer son retour et qu'il apparaitrait comme un
arbitre au-dessus des parties. Lorsqu'ils sont dans la
detresse, les peuples mettent facilement leur confiance
dans un humme, sans se douter qu'A lui seul un home
ne peut apporter le salut qui depend d'une volont6 et
d'une discipline collectives.
Nons croyons qu'on exagtre en pretant au g6nBral
de Gaulle 'ds ambitions dictaloriales; tant qu'il cut le
pouvoir, il montra un respect scrupuleux de la 16galilt
ilpublicaine. Ii n'a certainement pas le dessein de
tenter un coup d'Etat don't les chances de rkussile sc-
raient d'ailleurs extrnmemnent-mediocrcs. Mais il estime
prohablement que !e pays pourrait avoir besoin de
lii si la crise s'aggrave encore, et il cherche a cr6er un
crlimat favorable a uine redtr6e possible dans la vie
publique >.
(IIENP PAYOT).

b1) L'AVtNEMENT DE PAUL I" EN GRI'Ut; (NeueC Ziir'cher
Zeitung, 3/4) :
S(;eorges II 6lant mjort sans laisser de fils, son frtrer
Paul, qui est aig 'de 46 ans, a et[ proclame immediate-
mcnt roi des Grecs. L'ex-hlritier pr6somptif. est-il ca-
Spabic de supporter ja lourde charge qui lui incombbe
tdsormais? Scul l'aivenir perimettra de r6pondre a cette
question. On verra aussi plus lard si le changement de
souverain est de nature h apaiser les dissensions on
bieu, le cas l.chiant. a ls exasperer. La question du
regime ne se posera vraisemblablement pas, bien que
le nouveau roi, lorsqu'il etait prince h6ritier, ait dle
jugd de fagon diverse selon le point de vue politique
auquel on so plavait et que, a la difference de son
spouse, la princess Friederike de Brunswick, il ne soil
pas sp6cialement populaire. Mais, en Grace, la popula-
rit6 est un enfaul cruellement caprioieux, et malgre les
coups du sort si d6couragearts que la dynastic grecquc
issue de la Maison de Danemark a regus sur Ie tr6ne
d'Athncs -- Georges I" fut assassin aprds un regne de
50 ans, Constantin fut chass6 a deux reprises et Alexan-
dre nourut de la niorsure d'un singe Pat~ I"' a
peul-etre toutes les chances de fr6gner sagement come
chef d'une ( ddmocratie couronne >> sur ies Grecs
impulsifs et aux reactions politiques trop souvent im-
prtvisibles. En face des voisins du Nord animus d'in.
tensions hostiles, Paul 1"' aura avec lui la majority des
Grecs, qui fera 'bloc comme sous Georges II, et la pro-
messe de soutien 'du president Truman conservera toune
sa valeur apres le changement do monarque, car elle
s'adressait non point au souverain, mais au peuplc
grcce si durement touch& par les hostilitis, 1'occupation,
la famine et les troubles d'apres-guerre >.


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009 Prix 6 fr.


Prix : 6 fr.


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009