<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00066
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00066
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text


SERVICES FRAN(AIS '
D'INFORMATION LA DOC
(MINSTL~RE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentatiorn
14-16, rue Lord-Byron, Paris 8').



BULLETIN


PRESS


27 mar's 1947.


INFORMATION
PRESSE


QUO


N


ETRANGERE

Nouvelle S6rie No 629


SOMMnAIRE


T. 1'IrESSE BITl.ANNIQUIF.
u) Le veto de I'U.R.S.S i lpropos dul
albanais.
1. Times (27/3).
2. Daily lernild (27/3).
3. A'News CIhroniicle (27/3).
4. Daily Telhegraph (27/3).


b) La doeictrim' dut Iliresidcril Trumiiii (ThJiniws, 27/3).


Les EIais-I'nR ci I (ja iG~c.
I 'eIIi York Irci'lil TIjiw at' (26/3).
2. Yew Yo~rk Heriald 'Iribuime (27/3, H iiihi
eBilouh"et tie5).



jI) I'VS 11(l'OI)e'ii (IV dI'lM ri ollolov etICSllctlolti il

ja polioises (lzi'e~slia, 26/3).
IV I'~sl:SI SUI:S

C(on ~rcice de Mosco t (Nei'te Zaiirchter Zcilfiuwrlj
26/3).
b) LaI (jLISLioii ft's Ir)t ii'oi (T'ritib'i l te (;it' VCH.
2 6/3).



1. 1PtESSE RIITANNIQUE


fcleve de la pii'tsse brl~iaitiqouiq (litn 27 maris 1947

Diff~i~rents mijets se partagvtiL au imird'hihi 1'ath-litioill (10,
Ia piesse: ricunmion pioclhaine de ]a corn in issioni Wcnqu.Itte
die lIa presse, conrl ilee tie Moscou, politi(luc cxlirietire
aln6ricainea dtouverte d'un coinpol nll;i, gr&6 '*- des inilll'5lrS
de la Rulhr. Scul de loute lIa presse. Ic Daily Herald public
jouux articles sur la Fiance. Le Man-chfester Guaralitn ir-
serve soill 6itorial iit IPAfriquc iL -Nord fraiinaise ct public un
long article de son correspondent sur ]a Tunisie.


1. -- CoiifLirencc de Moscout
Lai plupart d'-s journaux soulignent Ique la Confdrence tic
Moscou est arrive hier an point mort et les conmmintaires
de lcurs correspondanLos sont empreints cc miatin d'un cer-
Lain ,pessimismc. Cclui du Times parole < de progris limits ,
et colui du Manchester Guardian declare quc les < pourpar-
lers < se fourvoient dans des complications sans intlrt ,,.
Le corrcsipondant diplomatique du Dailyl Telegraph done
le passage des declarations du gine~ral Marshall avertissant
quc les progr&s sensibles so situaient Inallicurcusenent -dans
un avenir lointain.
Al. Ewer, cnvoylr du Daily Herald, done pouur litre
i son article : < Les quatre grands tieiinncnt sance pen-
dant des heures ct n'aboutissent a- rien >>.
Lc correspondent du Times faith ltut des difficulties que
Ics su plants &prouvent h dresser le Iilan des traIvaux de
la Conft'rence. Ceux-ei se Irouv'eraient engagds dans ties dis-
cussions politiqucs qui risquent de retarder considtrable-
iileit Ic momenllt olit leur 'ralpport I)poti'rra l're souilnis it la
(Coni ftrecncc.
Ce mlnmnc coi'rrespotlldanlt annolice, par ailiiurs, I'arrivLie de
la (dleigatiou antrichienini ct expose les points de vuic op-
pos6s doe M. Mololv et li M. Marshall, sur les responsabi-
-iilis de l'Aulri'iich dan la guerre.
Lc Duily Ex.prcss reproduil en derniiirv heiure unle dipecihe
Reuler selon laqluellc M. Teitgen aurait fail savoir que
M. Hidaull avait rcjiett les Ipropositions td g6n6ralissimln
Staline. Sclon ces propositions. les HIusses soul iendrain it les
rvencdicationts frIanii.ises sur la Sarrei iI condition que la
Franc'c acceptle la crntralisalion ildu goiM'vnrnient allemand
Le, Manchelslv (Guardiatn pbli, un l article d'Al. Werth
qui faith ialt des rcponises hritainiiiiqus I lIa propagandlr
russe conltr I'atdllniblstraltion b)rilannlique (Id la Ruhr :
anculne sonliill n'nurait 6ti iiveslice dans i'ind usrie alle-
mantl; la d(inazilication aurait 6ir poussde a,' maximum.
DeI son cl6t, Ic correspondent du Daily Worker, Frank
Lesser, rdst-rv\e un lon g article aux a mendics antisovidliqucs
de la dCilgalion aniericainc de Moscou ,. II ecrit entire
autres :
SSi Ic discourse Trumanli a iliu les espoirs des
cerclcs reactioinnaires qui I'avaient inspired cela est
(iit enlieremnit it la sinoeriti ct Pl'habilctc du gou-
verncment sovidique >>.
2. -- Polilique exltrrieuare dcs EIltls-Uitis
.\iprs inaoir ainnonel que le president Trumanl avail rharg'-
Warren Austin doi fair u'ne declaration sur la question
grecque an Conseil te Sicurtiti, le correspondent du Times
Cail, ilat de la inarc'e monlanl l de hi prepagande sovi6tique
dans le Proche-Orient contre la ,politique d'inecrvention
amcricaine. II fait 6tat 6galement d'un article de. M. SA'mner
Welles priconisant un accord pr6alable entire I'U.R.S.S. et
les,. Etats-Unis alin de sauvegarder l'autoriti de I'O.N.U.


DE


I


dill';rcnld allin lo-







IIIJLLETIN (JUOlTIDIEN DE PRESS gTRANGARE


Unei" dIpiche Reuter, reproduite ,pilr le Manchester (Gu rdiani
rapport Ics paroles d'uln mcmlllr dct' I commission des
Affl::ires 6trangcrtcs .dc lua Cltai'rc des lRtprescentalnis ill.-
tant sur I'imlporltanct (ie rev6t lai question des petrole s diu
Proche-Oricin pour la scureliti am6 rica ire.
LIe corrispondant special duii Moani'sh'r (tiardtia it I Isam-
bul croit savoir que l'inlention du gouverneentn luIllr lst
d'utiliscr t'aide linanciire amiricain it dues lins surtout
dconomiques. Au point aide strait utilisie pour modtrniser I'arm:ine ct ill rindiie
plus mobile afin d'ei assurer pen it peu la dtinobilis Ilion.
Lc correspondent du Dailyl Telegiraph 't i Washington men-
tionne un article de I1. Wallace hostile it la politiqi e dui
president 'Truman e t Ie I)ill l Worker decs diclhai' lloii de
M. La Gu(iardiia detandtlanl I la (Colniission ids Al airs
clrangeres de repourss'er le pret d'aide ai la (irce ct l lai
Turquic, celui-ci ravorisant aI creation d'un bloc cur I'pen
antirusse et impliquani la pr''sence des Etats-Unis tans I's
Balkans pour des genrations.
Ccs inme1ls corrics.pondants inettent en vcdetll I'ls d(clara-
lion, de 31. Hoover, che'f d'e Inl .seririld amnericaine, hclon)
Icsqu'elles 1it parli comlnuniiste conslituerail aux il.lals-
Unis une cinquibme colonne lbien miniux orgzniste (|uie les
nazis avant la guerri et tout intiir.:' au servicr dr 11. i.S.S.
Le Times public une court d6piche de son corrIspondanit
it Washington, aiinonantl (ique 1. Arthur Bliss Lane', inicien
amlbassadcur des Ellas-Unis en 1olognt, l0 Al. i. P.'ali son,
ianl)assadeur des Eltals-Unis en Yougoslavie, nl ricltolrne-
raiienl paus a lear posted.
Le I)prsidentl 'ruiml ani au ail to utefois l'inl nli.nll dr' nonII-
]nmer pr'ochaintnient deux autrls amlbassadeurs.

3. Con;seil 4d Secirihi.

Le Mantchosler Guardian revient e mnialin mir I(. \eto russe
dltLs la question tde Corfou. Son corrcspoindnul diplomn;iilque
eslimle (lte F'altiltttld russe n'est p)as dicplue par la coni\ ltion
tque I'Albanie esl iiinnoct ntc mani s Ipe) il s l'(.xlli(]luer p. ,r i.
dtsir die l'lUnion soviltique d'einpul'eher lc rigliCienil tde c' fi
question ou par sa vo'lotil de laisser 1'affaire en sltsl)' is. 11
s'agil. done en d'auitrlie termies de savoir si la liussih es'l
prI'uk it coilblthortl av:e Ils puissa.;nces deinocratiqices. con-
clut It corres)onldat.

.1. C(nolscil de l i,'lcli
Lc Timtes, le Mitanchlshr (Guirdiwti. Iv Dlily lherald a1-
nonrcliit I'oui'rtiur' dii Co( nsiil tde T'1,lellte cl signilentl I'al -
sence td'un reiprcenltanl sI\vi'liqlue.
Leti correslpondantls diu Tint's I dti Mihiicrlslter u(r, dir i
d6clare-nt que ctittl anlscnce ia i61 viv'ciiietil riegrll'e tinais
qu'elle 6tait attenduc puisque la llus:sie vai' l fail s: \votr,
lors de la Idlrnii rc, asscmibici gidnerial, utpr's s't l'.' i 'ce
centre lcs huit projrts d'accords de lultclle qui lui a\i.iefit
dtt sonumis, quil'elle nu particil)ernit plus tlesormais au Ira-
vaux du Conseil.

5. A/.llhi'(nii ti

La decouverte dil inollveaiu comi.,loIi natzi slt ainlllllniee
par le Tinlcs, Ic Mtal rt'hsltir Gtrtli'rdiu It', lD ily l1crt'it et
le News Chronicte. Cot eomplo( aurait tlt ourdi fitii de rcn-
verser les autoritts a 'llimaindes actluelk'leniil cn foD1 itnlils
ct dre rdchip6re tous les terriloire's qui onlt t, vonlteis I
I'Allckmagne. Ces journatux donnent d'alIondailts dtltail,, sur
I'organisation de c's inou\tVn'cincns cl l'arreslatiol dte cerlaiins
de ses chefs.
Le torrespondant particulier du 'Timles it Herlin annoice
qu'e le journal alliland dc zotic rlusse Betrliner A ln Mill t
a diL suspendIu pollur trois jours ct s'est \I inflliger unle
antende de 5.000 marks pouer avoir publici uni article Ierll
sant AM. Blidault dc vouloir f'aire r'ev\'ivre Ja Ilihse hilClcrirlieC
du p|cuple slins v'space..
Ces sanctions ont itd prises par les autilorits Irusss sins
quei' le coluniaindcinent fi alncis dle lBerlin les ait deitnalies.
Le Dailj Express rviierve sa imancliette ai x grvet's de .la
Riuhr pour pIrotestcr clnlrc l'insulffissame- di ravitailillciiillt.
Soixoi-ntL mille ouvriers y auraicnt pris pearl,


6. -- Socialisme international.
Lc Mlanchrester Guardian done des details sur le pro-
chain congress socialist international qui.sc tiendra a Zu-
rich du 5 an 8 juin 'et auqucl scra invite une delegation
all ianidc, probahlcment sous la conduit di. Dr Schuma-
clier el auqiut' participeront dtBs sorialistes italiens. Aucune
invitationn n'a 6ti c\nvoyie nl part socialist anmiricain.
muains clui-ci scra tenu au courant des Iravaux du' Congrbs

7. -- Inde.

Lr' corrcspondan1 particulicr du Times i Delhi announce
que lord Itountbatten a colnmmne' it s'entrelenir avcc les
diff6rintls chefs politiques indiens cit a in\vil' IMM. Gandhi
ct Jinnah ih, sc rendre a Delhi leI plus t6t possible. Une
des consequences possibles tie cetto entrevue, ecrit ce cor-
respondant, cst quc lks grands parties : Ic Congres et la
Liguc Musulnianc, s'libsliendront die toute violence pour
laisser nu nouveau 'vice-roi le temps de rcsoudre le problnimc
constitutionnel.
Le corre.sponidant fail lou'tt'ois 6tat tds dangers que ferait
courir ii ]a paix de 1'Inde un retard un pe) long dans 1o
ri.gl'nciiit tdc e probleulc.

8. -- Plestine

Le, coriespioilanlt dillomaliquci du e l Manchester Guard'ian
ainIlonce que Ic 1. Eta s-I;nis out demacnd6 A la Grandc-Br'-
tl4iiin d'txpIoscr la solution qu'clle propose au riglemnnt
(il probllmne palestinitn.
(arlains ibleCnnts amniricaiis estiimcraient que Ja Grande-
IHlclagiin, ca tat (lue puissance ilandataire, a lc devoir de
lt'ori',i r lle-lin ine nit' issue i c pirobtblll mv an lieu 'de Le
porulr tdev.anl 1'UON.U,

a) LI.; VK'To or: L'l .L.S.S. A I'PltOlOS DU D)Il'iElIl1E) ANG1LO-


1. Times (27/3) *

t L'usage fail pa r M. G(ronlyko de son droil tie velo
Rour emnpecliler (que l' Conseil ie S6cuirit& entregislre
ha decision de ]a majorile a'prolpos du conllit anglo-
albanais, eL.i fortl dlsappoinlant. Unc chose plus en-
Inuycuse lllnle que(i lI refus de ren'dre la justice dans
cC rias iparlieuliir Ce sl I'rll (icLe eltle action doit avoir
sur le preslige du Conseil dit Securiit' Ce sur son effica-
tit' en launl qu'organisile chalrgt de r6gler les conlro-
verses iiiterltlliOIales.
Pourquoi M. Mololov a-l-il dtcid6 tld'opposer son velo
i la rt3solulion du Conscil de SLeurit? On pcul seule-
anent iri'suiler qiue c'es un ipleriposle au discourse 'd
M. Truiiian sur ]i (Grire el la TTurquie, ct iqucl M. ;ro-
imyko a voulu nioniinhr qiue la Bussie soutenait en touted
circuionstlnce in iclientl cl 'ill alli'. Cependlant l'Albanie
'est lpas le scul ElaIt alli (Ile la Russic. II exisic 6ea-
Iciencl.t une alliance ianglo-russe idoInt on envisage ii
'licure actuelle le renforce'ienil i Moscou >>.

2. Daily Hcrild (travaillisle, 27/3) :

< C(e qui uous inquiele c'est I'accep)lation a)pparenle
par M. Truman du fail lii'il iniporte davantage pour la
prospirite future idu inonde entier d'opposer la puis-
sance am6ricaine it li iuiissance russe plut6t que 7e
cheicher hi s'assurer la coop6ralion de la Russic pour
fire 'de 1'O.N.U. itle rialil6 vivanlc.
SNous avons vu ct nous vtoyons toujours qu'il cxiste
i I grand risque ld gie guerre elntl Ies EIlats-Unis cl la
Ii:ssi, si point de viue plssilnisic exllriiml par lc
I'icisiildc: de\ient liprdonlinanl dans la poliliqu(e amie-
rieninei.
Les riaclilons sosviliquc's i I'i'gatrd du discours du
president 'Truman onl 616 Ir~s mnarques. Les Ruises
parl'nt 6galenent de la nucessil de fair de I'O.N.U.


i










BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS tTRANGARE 3
*- ________ ^_ -- -- ,- .


une realit6. Ils sont all6s plus loin. Is ont accuse le
President 'dans un editorial de la Pravda de faire preuve
de d6ddin A l'6gard de 1'O.N.U. et ils ont encore 6tW
plus loin dans une emission 'de la radio de Moscou
en l'accusanl ( d'abandonner la politique tie coopcra-
iion et d'appui A 1'6gard de I'O.N.U. >.
On Ipuvait penser que le gouvernenenll sovitlique,
presss ;voir leve utie lelle protestation, aurait en par-
tiLulirecmeunt i cemur do soulenir l'autoriil de I'O.N.U.
Mais il n'on a rien fail lors des .dibats (qui se sout ic-
roules mardi au Conseil de SCcurit. Toul an contraire,
il a invowni !e droit de velo pour fire lichec au verdict
de la majority des membres.
Ce n'est pas par des proced6s doe ce genre que I'on
fera de I'O.N.U. une r6alite. L'aulorile du Conseil .do
Securiti est min'ic et non pas renfore6e par de Ids abus
diu droil de veto, exercc dans le but de 'emiipecher dr
joier son r6le de tribunal impartial >>.

3. News Chronicle (libCral. 27/3) :
< Si les Russes vuilent ric!!leent diesfterditcr I'O.N.U.
avant qu'elle n'acqui-&re ine :ulorilt reconnue, ils sont
sur la bonne voie. Le prestige du Conseil ,de Securite,
qui est dtjh en baisse apris les idceptions qu'il a
causes ces derniers mois, no pourra resister A beau-
coup d'autres coups lels que celui que lui a assenc
M. Gromnyko, A Ia stance de mardi, lorsqu'il a exerce
son droit 'de veto a propos des conclusions du Conscil
dans l'affaire ties mines du canal de Ct(rl'ou >>.

4. Daily Teleqgrph (27/3, *conservateur) :

e Si travel d Conil LI ocl de Securil doilt &'re intu-
tile A cause d'Ln usage abusif du droit de veto, tn
devra accorderr Ine contilnce de plus on plus grande
aux organistmes des Nations Unies oet ce droil ne pleul
&tre exered.. Cette solution n'est pas parf'aite, mais ont
pourra y recourir lint que la structure du Conseil de
S'6curit n'aiura p.as 616 modified o lantt cque cerlains
te ses inmmbres n'auront Iias change d'attittud. >

b) LA DOCTRiNE D 1)T I 'TsII tEN TRUMAN (Tihnes, 27/3) :

< DOe inonreux coninmenlatcurs (itt Irouv6 commode
de voir dans la doctrine dut Prisident Truman, qui
rrcominandl de venir en aide it toutes les nations lut-
tant contre toule aggression exiulri'cure pour prIserver
leur conception d6mocrati(que, I'exlen.siol tie ]a dot-
trine de Monroe. Celui-ci, en 1923, a etc ]e plreniic r
prevenir los nations europennes de s'abstenir de Itile
nouvelle tentative de colonisation en Am6rique ialine.
C'est lh un parallele qui a ses embuiehes. C'est a cause
de la doctrine de Monroe que pendant tout un sibcle
les Etats-Unis se sont o(cupi'ts exclusivement des affai-
res de ]'Anmrique. Elle a non seulement fait check a
l'imprpialisme europeen, mais encore elle a eu )poIur
effet d'amener I'Am6rique A se replier sur elle-milnle.
La doctrine de M. Truman est plut6t positive que on-
gative. Elle recotnnlit, que la vr'itlable colmmunaui t
international repose sur une similitude d'esprit plut6tl
que stir le simple voisinage gographi(lue. Le succis tde
celte nouvelle politique d'ependra bien entendu de la
faCon doni ille sera applique. On ne peut ignore le
danger de voir cette doctrine dueg6nirer en uine croi-
sade anlicommuniisle sterile; l'pouvantail rouge est
d6jh agili cionIre los coniiunistes et leurs sympathi-
sants dans I'administralion el lesI syndicants amuiricains.
Mais si, dans la pratiq e, la doctrine du Prsitleni Tru-
man s'avure un appui positif pour la paix et.la demo-
cratie veritable plutto qu'une r6sistanee toute negative
dirigfde contlre la Russic et ses amis, clle pourra rcni-
plir son r6le historique. >


II. PRESS AMERICAINE



ReIvue Id la press ameriot nde di 26 mars 1947

1. Affaire grerque

La press continue a consarer ,ile nonmbreux articles it la
controversy soulev6e par la proposition d'aide it la Gr~ce.
C'est ainsi qu'elle reprend aujourd'hui les attaques portees
par le s6nateur Pepper centre la doctrine Truman >> et
qu'elle announce que M. Austin, ddldgud amiricain t 1'Union,
fera vendredi prochain un expos au Conseil de Securit6 sur
la nouvello politique atran.gere jamdricaine. Les d6elarations
d'Eiscnhower, faiths dcvant les memsbres du National Press
Club et soulignant qu'aucune nation du monde no peut se
permcettre de fair la guerre aujourd'hui, sont reproduites
plans tons cls journaux. Le g6ndral aurait tlit notamment :
1 Parce que touts lcs guerres sont stupides, elles peuvent
delater stupidement ,, ct aurait rappeld a ce sujet 1'effer-
vescence qu'avait product dans l'opinion l'incidnt tie l'avion
a:intrieain abattu par les Yougoslaves.
Les correspondents te Washington annoncent que le s6na-
etur Pepper a depos6 an bureau du S6nat une resolution
qu'il voudrait substitute au project de loi proscnt6 par 1'Ad-
ministration en vuc te 'aide a la Gr'ee. Cette resolution
liniterait I'aide apportle it ce pays lan phase civil, et
scrait plaet6 sous le contr6le des Nations. Unies.
Lo leader dtmocratc Connally s'est oppose immindiatement
I .ccttc proposition n en rappelant clue e gouverneqnent amnri-
crin avait accordt6 des credits h la (rande-Brctagne et A la
Pirance en particulier, ct qu'au moment oft ces credits avaient
616 decid6s, it n'avait pas 6it question de faire appel an
eonh'ile des Nations Unies. II aurnit ajouti l d'aprs ]c cor-
respondant du Baltimore Sun, tque des emprunts ont '16
consentis h la France et i 1'llalie pour lat me&mo raison
qu'ils sont proposes sh la Grbee et I la Turquie, c'est-A-dire
pour ('iempiecr ccs pays < d'Stre ::sbmerg6s par le commn-
nisnte 3 .
IT'ne d6pelihe du New York Tiimes i Washington annonct
que ,Ie gouve\rnement green a notifi it la Banque Internatio-
nale son intention de lui demander un emprunt dos que les
plaits do reconstruction grecs seront terminLs.

2. -- Polofjn

La prIsse reproduit les lettres iclhangdes entire M. Bliss
Lane, ambassadeur des U. S. A. -en Pologne, ct le Pr6sident
Truman. Dans l'unc, I'ambassadeur offre sa admission et
indique son intention de sc consacror a une canpagne au
course de laquelle il pourra fair connaitre librement an
peupile anmtricain cc qui so passe vtritablement en Pologne.
Lo President, dans sa rdponse, indique simplement qu'il ac-
cepte la admission de 1'ambassadeur. Les journalists souli-
gnent que M. Bliss Lane, en sa quality do citoyen privW, va
se consacrer h deSnoncer la coercition, l'intimidation et la
violence qui out marqud les rdeentes Blections polonaises.
lesquel.es, sclon Ics lermes inemes de la lettre de admission
tie M. Lane, n'ont 6td qu'une farce ct indiquent de la part,
idu gouvernement polonais nn mltpris eynique td ses obliga-
tions internationales.

3. Le rapport Hoover

PUlt Oditorial du Ph'tladelphia REvening Bulletin constate
que, pour Otrtc applique. le rapport Hoover n,6cessiterait un
nouvel accord des Quatres Grands sur le niveau de la pro-
duclion allemande ct qutin nombreux sont coux qui s'oppose-
ront a rendre unc hliberlt complete A l'economie do 1'Alle-
magne, par crainte de la voir se transformer en une nouvelle
machine de guerre. Cot editorial conclut en disant qu'h prA-
sent l'industrie allemande est bien au-dessous du niveau
fix6 par 'accord de Potsdam. II paraitrait normal, avant
d'aceepter les suggestions de M. Hoover, lqu les Quatre se
metttnt d'aceeord pour clque 'Allemagne puisse atteindre cce
niveau, car it ne fail pas de doute que tani que 'Allemagne
no subviendra pas ellc-mme a ses besoins les contribuables
americains supporteront le fardeau de lui venir en aide.









4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGaRE


4. Sunde

Les journaux reproduisent les terms d'une protestation
adress6e par le D6partement d'Etat an gouvernement su;dois
au sujet des r6centes measures prises par celui-ci pour re-
duire et contr6ler ses importations. La note am.6ricaine sou-
ligne que Ia Suede fait une discrimination en favour de
certaines nations curopCennes et en faveur de 'U. R. S. S.,
contrairement aux engagements qu'ellc avail pris dans l'ac-
cord hila tral siudois-aniericain.

5. Rlehtlions omn'ir'rnoo-soniPiliqlies
Une d6peliech du New Yeoik Times dIe Washington announce
que le Departement d'Etal a 616 informP par lc gouverneienlt
soviitique que cc dernier tail pret a fair ent rr en vigeuur
son accord avcc la Chine, accord aux terines duluel lc glou-
vernement de Nankin reprendrait en main l'administrltion
du port de Dairen, en Manndchourie. Cette notification aimrnit
faith suite it des notes envoyecs la semaine derni re par ]e
D6parlement d'Etat a Msosco, i et a Nankin.

6. Antlicom munisnte

La proposition de metire hors la loi le part communisle
amiricain est critiqu6eo aujourd'hui dans l'orga'ne lilbiral
Saint Louis Posf Dispatch et dans l'organe conservateur
New York Daily News. Le Lpremier declare que *la lutte e I re-
prise pour combattre lc communisfinc < en Gr'ccr, en 'TurIluie
et A travers le monde ne devrait pas ddgion.rer en une
inquisition inl6ricure dirigie contre tons ceux qui critiquent
le slcutu quo >. Le Dailhi News s'oppose ;h faire des coimmu-
nistes de nouveaux martyrs ct a Its obliger i traivaillCe"
dans la clandcistinit6: < Nous ne voyons pas lqul bien ftcrait
aux U. S. A. et an pcuple ame'ricain le fait d'inlerdir, lI
part communists amrricain. >> Les journaux reproduient
par ailleurs la deposition faite par .M. Green. plrsidenl de
I'American Federation of Labour, devant la Conimissior dte
la Chambre sur les activit6cs antiam6ricains, cet qui si uli-
gne l'opposition de son syndicate A I'interliction (du 1rt:r
coinmuniste.
Une d6pieho U.P. de Tokio rapporle les dtclaralions d'un
lorte-parole du g6n6ral Mac Arthur, inliquant que les U.S.A.
mencrolnt une lutte intensive centre le comuniiiisine cornnme
ils Pont faith centre le nazisme, lc fascisie et Ie' .jpa-
nisme de Tojo >>.
Le WaIshington Post reproduit une care de I'h6mispll're
am6ricain mettant en evidence les possessions franqaises
dans celui-ci. Cette carte s'nccompagne d'une l6gende ranpe-
iann que AM. Bulltt aitt i hier, indiiqu6 une commission
de la Chambre qu'une France domnin6e par Ia Russic sie!ni-
fierait que scs points strategiques seraient ] la disposi'itn
de I'c. R. S. S., notamnment a Saint-Pierre ct Miquclon, ires
de I'emhouchure dti Saint-Laurent, et i la Martiniqueo. irbs
du canal dc Panama.

7. Notions Unies

o'nule In press announce que, par in vote de ,7 voix ron.
tre 2, le (:iCnseil de S6cieiti a r Cp)'imand6 I'Alhanie coming
ayant ou connaissance du minage du detroit de Corfou qui
a provoqui' la mort ie 42 marines britanniques et I'endmin-
imagu'ement de deux destroyers anglais. Les correspondtTi;ts
remarquent que '1*'nion Sovi6tique a vot6 centre celle mi-,
tion te que la (G'ande-Bretagne, qui tanit paatic dans cre
diff6rend, s'est abstenue de voter.

8. Nouneiles de. France

Toute la press announce la condemnation de Chauternps
et relive la declaration qu'il a premise A la press h Washng-
ton. Les journaux ne soulignent qu'une partic ddecette d6cla-
rdtron longue de 500 nots, cell dans laquelle I'ancien Presi.
denl du Conseil declar-e qu'il n'a pas, t surprise de c,,tte
measure qu'il qualified < de dini tie justice flagrant et stan-
daleux n, centre lequel il protesters.
La plupart des correspondents de Paris parent de. In
demonstration des 150.000 c6g6tistes frangais qui ont inini-
fest6 pour demander au gouvernement frangais de prendlre
des measures contre les inflations et les operations du march


noir, ct pour protester contre da politique amiricaine en
Grice. Le New' York Herald Tribune intitule Particle de son
colirrspondlnt : < Les gauchos, h Paris, qualifient la poli-
tique aericanine d'imperialiste ). Le TWashington Post inti-
lule le sien : a Le travaillcur franqais s'atlaque A la poli-
tlque grecque de Truman 2.
Le redactcur diplomatique du Daily Worker consacre un
article ii la r6cente cruise gouvernementale frangaise et sou-
iigne que les communisles ont empech6 l gouvernement de
tonihlr. n njouie que, sans aucun doutl, nla droite frangaise
a iti6 encourage plar 'l''ffensivc Truman-Vandenberg, qui
lui n donn6 le signal en indiquant que i'Amerique appuierait
les parties mtod6ris franuais si la France so Irouvait dans une
situation comnparablle i cello des U. S.A. vis-h-vis de Ia
Gric. LI, journal estime quce lecs communisles frannais por-
temn done un triple I'arlctau : ils fonI de leur mieux pour
aider Ic Viet-Nam, :,'niploient l maintcnir la d6mocratie
en France malgr6 la stupi.dil6 et la trahison des socialists,
et, enfin, conmpense l'ineapeile des progressistes am6ricains
qui n'oni pas rPussi ijusqu'a present A arrbter I'offensive
Truman-Vandcenlerg. Le journal conclut en disant que coux
qui dil'ffiment aveuglminment les communists observent
1'6norme contribution que ceux de France apportent h la
paix, "i la slabilill e I la d democratic.

I.ES ETATS-UNIS ET LA GiR'Cr.

1. Nero York Herald Tribune (26/3) :

S< Les Elats-Unis ont jout un rOle predominant dans
]a crnation de I'O.N.U. el onl ddclar6 a plusicurs re-
prises que lcur politicique trangbre repose sur le prin-
cipe d'une action comminne exerc6e par l'interm6diaire
d(e cette Organisalion niondiale. Connint so f'il-il alors
que le goiivernermen Trunian ail complement tonu
l'O.N.1U. 1 l'cart ie I'exp6dilion ide secours qu'il so
propose de faire en iGrbee c on Turquie ? Pouriquoi
n'a-l-il ipas laiss6 entendre, jusqiu'h Ia conference que
M1. Auslin a en mardi avec le Prisident Truman, qu il
iniforinrait le Conscil de SCcurile d'un programme qui,
de I'avis de Ious, a une signilication decisive stir les
relations inlernationiales, sinon sur la question de la
paix o tie la guerre future ?
Avan ti d savoir cc que nous avons l'inlenlion de
fair, nous n'avons ricn it sounmltre LI I'O.N.IT. Nous
pourrions nnturollemenl n ous conlelncr de demander
ia 'O.N.T. de faire elle-mtme quelquc chose L I'Agard
de la situation on Grbee. La futility dl'une Ielle action
est Ires apparent.
L'O.N.U. esl un organism compose d'Etats souve-
rains et ne petn agir qu'en consid6ralion de la poli-
lique t dfinie cque les Etals membres exposent devant
elle. Elle n'a en propre aucun pouvoir, 16gislatif. Elle
peul faire des enquites cl donner des conseils, mais
elle ne peut laborer seule une politique. Son role, inh6-
renti an bul pour lequel cct organism a t66 cr66, est
id'6quililrer, de concilier, ou, dans les cas extremes,
de condamner ]a politique des Elals membres, mais .ce
sont lcs Elals eux-menies qui doivent d'ahord laborer
leur polilique. Ces poliliques constituent los bases sur
lesquelles 1'O.N.U. pcut travailler, et rien dans le statute
dt cet organism ne peut dispenser les nations de
prendre elles-mnmes leurs decisions el d'en accepted les
responshailites. Cc no serait 'pas rendre un service a
1'O.N.U. que do s'en servir simplement dans le but de
sanctionner la politique am6ricaine. Ce ne serait pas
non plus in servicee h rendre A l'O.N.U., ni aux Etats-
Unis, que do se servir de cet organisme comme d'une
exeeu: pour n'avoir auncune politique. >

2. NewI York Ierald Tribune (27/3), 6d. crop.

< Le fait que 1'O. N. U. n'est pas en measure d'agir
rapidement, efficacement et m&me d'agir tout simple-







htitJtTItN QtlOtIbtEN E' PtISSE kTRANGkBE n


ment, ne nous dispense pas de l'obligalion de consulter
les Nations Unics avant d'agir.
Agir, come le dit le s6nateur Vandenberg, < dans
le scin des Nations Unies >>, minme :si nous n'agissons
pas par tcutr interniediaire, consliiue Ic micil!eur moyen
de repondrc A l'amcusation d'aprcs laquelle nous faisons
nous-merIes cc que nous avons si souvent accuse lrs
autres de fair, et on particulier la Russic, c'est-A-dire
que nous agissons unilatlralement dans un but de do-
mination et d'imp6rialisme.
De plus, si nous I re s n Gr cs nos rendns en Gr nus no
ltablirons cxaclement A la limited de la zone 'influence
sovictique, ce qui monlrera la facon don't nous pensions
qu'un pays faible, qui a une importance strat6gique,
doil 61re trait par une grande puissance. Nous nous
devons d'agir dans un sens tel que cette demonstration
soit attrayante aussi bien que convaincanlt. Nons nous
devons de montrcr que nous ne disposons pas seule-
ment d'argent, de troupes et de technicians, mais que
nous sonimes aussi les servitcurs d6vou6s de 1'ordre
international dans lequel les petites nations peuvent oh-
tenir aide et protection sans sacrifier leur ind6pen-
/dance. Ne pas agir au sein des Nations Unics ct on
accord avec i'esprit g6nlral de la Charle ne servirait.
qu'a augmenter les difficulties et A nous fare nnanquer
une occasion unique. It ne fant pas que l'on puisse
dire de nous : ( Ils se sont pr6cipit6s pour rencon-
trcr 1'cnnemni qui les insnltait. Ils ont pris le glaive,
mais ils ont oubli6 le houclier. >
Car si 1e glaive est nolre argent, noire prestige et
notre puissance, le bouclier est notre d6sir de demeu-
rer toujours fidlle A l'esprit de nos engagemenins h
I'egard de l'humanit&. >>
(WALTEiiR iLIPIMANN.)


Ill. PRESS SOVIETIQUE


R uric de l a press isovidliqui dlu 26 iars 1947
Le.s rubriiques t1rangeres, d'une page et dcmic en moyenne,
sunt cssentiellomient informatives. La session du Conscil des
Ininiistres des Affaires dtrangAres en constituc toujours l'nax
print cipai
1. Lu session dit Conseil deis miniistires
tes Affaires 6lranungres
u) En page I, daifs Lous les journaux, le comminuniqud T'ss
rendant compete de la representation de Ronmo el JllieLte,
de Prokofiev, au Grand-ThdAtre, en l'honneur des ministries
des Affaircs dtrange&rs invites h Moscou.
b) Dans tous les journaux egalencnl, trois quarts de page
de compete ren.du Tass des reunions du 25 (ministrcs, comitd
.de coordination, adjoints) dt ton objectif. L'analyse marque
nettement Ies points d'accord centre les delegations fran-
gaise et sovidtique.
Au hasard de. la lecture, on relive : les adjoints sovietique
ct frangais considdraicnt que 1'Albanic doit etre incluse. Les
adjoints amnricain et britannique s'y opposaient. AM. Bevin
s'est proononc contre les propositions des ddldgations sovid-
tique et frangaise. M. Bidault a soulignd que la d6ldgation
frangaisc se fondail sur ce que l'Albanic avait regu des 6pa-
rations, et qu'rlle continunit A s'en tenir A cc point de vue.
M. Marshall expliqua qcue cc n'etaicnt pas des bases suffi-
santes. M. lo)tov accepta alors d'dtudier les propositions de
la ddligation amii6ricaine ct fit savoir qu'il fcrait connaitre
son point de vue cdas les plus prochains jours. La delegation
sovietique suit attenlivement les remarqucs faites par,
MI. Bidault dans lain question de l'ordre de preparation du
l.aild de paix avec l'Allemnagnce.
A la stance du comite de coordination, M. AAlph.and a son-
tenu la proposition de la delegationn sovidtique. Une autre
position fut adopt6e par le d6lguc britannique Robertson.
Les ddCl6gus frangais et amdricains accepterent en principle


la proposition sovietique, mais le ddclgud britannique fit des
objections. Le ddl6gu6 franiiais Alphand sugg6ra d'ktendre
la recommendation p'oposce par IM. Vychinsky. Au premier
point, M. Vychinsky appuya M. Alphand, mais les deldgu.is
,des U. S. A. et de Grandc-Bretagne s'y opposwrent. cat6gori-
quement et un accord ne put pas 6tre conclu, etc...
c) Pas de conmmntaires dans les informations se rAferant
A des themes traits A la Conf6rence. On relive simplement,
dans plusieurs journaux, 1'analyse rapide des lettres adres-
sdes au mardchal Tito par des habitants de la Carinthie
Julienne, demandant leur rattachement A la Yougoslavic.

2. -- Tl'eis ie second plan
Le rest des information:, et commlcntaiirs publids aujour-
d'hui apparait ni:ttement tie second plan. La majorild d centre
cux sc irfercnt plus on mnins directement au theme des
incidences diverse des politiques anglo-aniericaines : lenvoi
d'un nouveau radio-commentateur progrcssiste aux U.S.A.
Revue de press romaine sur la disparition des archives dc
Mussolini mettant notamment en cause (Corriere delta Seriua)
Winston Churchill. Arrive a Sofia de la Commission d'cn-
quite de I'O.N.U. sur les affairs de Gitec. Troubles en
zone am6ricaine, etc...
Le correspondent particulier de Tass A Tdhdran cAble sue
les elections en Azerbaidjan une d6peche trs: sobre que tons
les journaux reproduisent sous grands titres. Sc fondant sur
des extraits de press locale, il souligne :
a) Que la population ne manifesto aucun interet pour
scrutin, ccci dtant explique par le fait qu'on impose aux
lccteurs des candidates qui provoquent seulement l'indigna-
tion de la population, que les voix sont achetdes (Tass cite,
d'aprcs le journal Fariod, le chiffre de 30 rdals pour remise
de carte electoral et de 40, rdals pour le vote ) ; qu'en con-
sdquence, sculs participent an scrutiny les 16iments de classes
qu'on a payds.
b) Que des agents strangers ou des provocateurs connus
come Seid Zia ct Khalit Ingelab figurent sur les lists
provoquant des protestations de la population.
c) Qu'il rBgne a Tabriz, une atmosphere policiere. Dans les
ruts, on rencontre des policies emmenant les personncs
accreditees de la prison aux tribunaux policies ou mili-
laire:.. L'opin!on est 6crla:e ; do nombreux habitants out
leurs parents ou leurs ani:, dans les geoles pour avoir par-
ticip6 au mouvemeni dimoc antique.
1') LES PROPOSITIONS iE M MOLOTOV CONCEBNANT LA
OUHR (Izvestila, 25/3) :
A M. Bevin s'61&ve conlre la proposition sovi6lique
d'ctablisscment d'un conlrOle quadripartite sur la Ruhr.
11 a donnC conune rdrgument que le territoire de la
Ru1hr ne so dislinguait en rien des autres parties de
I'Allcinagne et que, pour celte raison, Ic gouvernement
anglais n'avail pas I'inlenlion de consentir A l'etablis-
sinment d'un r gime particulier dans la Ruhr.
La tentative de M. Bevin pour, dissimuler l'impor-
lance parliculier( de la Ruhr dans le systime tie 1'6co-
notmie allemande ne s'appuie sur rien. Tout le monde
sait quo la Ruhr constituait et constitute encore, dans
une large ioesure, le centre du polentiel industrial alle-
mand et I'arsenal du militarisnie allemand. Avant la
guerre, on extrayait de la Ruhr (7 %/ du carbon alle-
mand el on y fabriquait 71 % de la fonte et 71 % de
l'acier. C'est la que s'6taient installs les plus impor-
tatns consorliums de l'induslrie de guerre de l'Allema-
gne hitllrienne. Les magnats industries de la Ruhr
6taient,.comme on le salt, I'Ame veritable de tout le r6-
gime hitl6rien. C'est lour soif de domination polilique
en Allemagne et d'expansion effr6n6e au delay de ses
frontieres qui porla la clique hitl6rienne A la direction
de l'Etat allcniand pour organiser le pillage et la con-
qukte des nations. La Ruhr, avec ses immense res-
sources en carbon, 6tait de plus la mine de 1'Europe
tout entire, A l'exception, bien entendu, de la Grande-
Bretagne et de l'Union sovi6tique. .
(KRAMINOV.)







SBJIULLE'lN 0tJOtIbtENiE E I4tESSE EtTRANG#Ri


b) LES MANOEUVRES DE LA REACTION AVANT LES ELECTIONS
JAPONAISES I(lzvestia, 26/3) :
c Les tentatives du gouverneinent Yoshida pour main-
tenir dans le pays la situation antlrieure out entrain&i
au Japoii ine extension .jusquc-la. inconnue du imouve-
iment d6lnocratique dans les masses. La plus grande par-
lie de la population japonaise cst d'avis (d'6loigner du
pouvoir le gouvernement r6actionnaire de Yoshida et
de cr6er un gouvernement authentiquenient d6nmocra-
tique. Aussi la reaction japonaise a-t-elle recours a une
sOrie de manoeuvres pour conserve les avantages
qu'elle craint de voir lui 6chapper.
Les manoeuvres pr6lecctorales de la reaction mena-
cent de transformer les elections du 25 avril en line
farce .antid6mocratique coinme celle qui a eu lieu Ic
10 avril 1946. Cette farce, jouee par la reaction japo-
naise, au vu et au su des autorites d'occupation amnri-
caines, peut avoir des cons6quences- ficheuses si l'opi-
nion publique dimocratique du Japon ne parvient pas
a mettre un terme aux agissements de la reaction japo-
naise qui, al mcpris tes clauses de l'acle de capitula-
tion, ra.'.tne eI Japon vers la sombre 6poque tde la ter-
reur policire et du du telhainenient de la r6aclion 'as-
ciste. >>


IV. PRESS SUISSE


a) LE PROJECT' 1FkAN(AIS POUIi L'ALLEMAGNE DEVANT LA
CONFI EENCE DE MoSCOU (Neue Ziircher Zeih.i g,
26/3) :
A Alors que les plans des trois autres puissances s'ac-
cordent pour t'essentiel, les propositions francaises pre-
sentent un caractere tout particulicr. La France e:vi-
sage une Constitution qui organise, au sens exact des
terms, une federation 'd'Etats. La difference r6side
principalement dans le faith que les Francais ne pre-
voient qu'une Chambre tes (( pays >> et ne veuleni pas
d'une Assembl6e populairc. Le rBle cssentiel,-en ce qui
concern le aainticn de I'equilibre .enlre les << pas >>
et le.s autorit6s f6d6rales apparliendrait A un organi.su: c
judiciaire, la Cour Supreme de Justice. Pour le rest,
les autorit6s f6d6rales reccvraient des attributions
semblables a celles que leur accordent les autres pro-
jets. Au point de vue politique,* l'attitude des Francais
-est parfaitement comprehensible : ils d6sircnt emp6-
'cher la renaissance de la puissance militaire allemande
el come ils voient a tort dans la centralisationn
absolute de leur propre Etat un 616ment de force, ils
essayent de priver l'Allemagne du m6me avantagc.
Etant donned l'accord des trois autres puissances sur


tin assez grand noinbre de points, la France n'a pra-
liquenment aucune chance de faire trionipher son plan.
Mais elle s'en consolera d'autant plus vite qu'clle recon-
naitra que s: :i Lcurit6 peut 6tre garantic grace a de
tout autres moyens que ties dispositions constitution-
nelles : direction de economice dans le sens voulu,
Inesures propres a favoriser les id6es d6mocratiques,
ineilleure collaboration international. Lorsque M. Mo-
lotov faith observer qlue loute tentative pour n.metre fin
a l'unite du Reich n'aurait d'autre effet que de four-
nir des armes a la propaganda militariste et naliona-
liste, il 6nonce une v6rit6 que la d6elgation francaise
ne peut, elle non plus, s'enmpcher de reconnaitre >.

b) LA QUESTION DES DPTHOITS (La Tribune de GeCnce,
26/3.)
< La conclusion qui se d6gage du message de M. Tru-
man, c'est que les Etats-Unis sont d6sormais bien reso-
lus a ne pas admettre une revision unilat6rale du r6-
gime des D6troits, ou un nouveau coup de force. Pour-
tant, les dirigeants turcs ont dolnne trop de preuves
de sagesse et de r6alisic pour qu'ils puissent se laisser
griser par ces belles assurances, si cat6goriques soicnt-
elles. Ils savent mieux que personnel qu'il n'y aura .ni
s6curit6 ni paix pour leur pays aussi longtemps qu'ils
ne seront pas parvenus h etablir des relations de bon
voisinage avec l'U.R.S.S. Tout porte done a penser
qu'ils ne demanderont pas mieux que de voir r6gler la
question de la revision de la convention de Montreux,
inais cela dans le cadre de la procedure r6guli6rcnient
fix6e par la convention elle-ninme. En outre, les Etats-
Unis, pas plus que la Grande-Bretagne, ne sauraient s'y
opposer non plus puisqu'ils avaient dAjh admis Ic prin-
cipe de cette revision a la Conf6rence de Potsdam.
Tout depend, en definitive, de la reaction du gouvcr-
nement sovi6tique. L'avertissement du president Tru-
man l'incitera-t-il A renoncer a sa politique d'encercle-
ment et d'isolemeni de la Turquie ct acceptera-l-it enfin
de venir presenter ses revendications concernant le
future slalut des Detroits dans ine conference pl6niere
des Etals interesses, on se raidira-t-il dans son intransi-
geance et persistcra-t-il, a 1'6gard de sa petite voisine
du Sud, dans sa tactique de guerre d'usure et de guerre
des nerfs ?... Lai encore, il convent d'allendre de voir
quelle tournure prendront les negotiations de Moscou.
Tout ce que l'o n sait, pour l'instant, c'est que M. Molo-
tov a essays lic tier la solution du problem ties )6-
Iroits an rajustement du trait dalliance anglo-sovi6fi-
que, cela dans I'espoir que dans son vif d6sir d'aboulir,
la Grande-Bretagne se niontrera peut-ilrc plus incline
aux concessions que sa parlenaire amnricaine...

(Paul til Boc:nIr).


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 fr.