<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00065
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00065
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text




SERVICES FXANCAS
D'INFORMATION
MINISTERE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Documentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris 8'),


BULLETIN


DE

25 mars 1947.


PRESS


LA DOCUMENTATION FRANQAISE DES


QUOTIDIE



ETRANGERE


Nouvelle S6rie N 627


SOMMAIRE


I. PRESS BRITANNIQUE.
a) La situation int6rieure en France (Manchesler
Guardian, 24/3).
b) Les travaux de la Conference de Moscou :
1. News Chronicle 1(25/3) ;
2. Daily Worker '(25/3).

II. PRESS AMERICAINE.
a) La situation interieure en France (New York
Herald Tribune, 24/3).,
b) Le probl6me palestinien (New York Herald Tri-
bune, 25/3, edit. europ.).

1II. PRESSE SOVIETIQUE.

IV. ANNEXED.
Texte du message adress6 aux Etats-Unis par le Gou-
vernement grec.


I. PRESSE BRITANNIQUE


Revue de lt press britantnique du 25 mars 1947
Lcs measures de secours envisages par le gouvcrnellentu
'pour senir en aide aux regions inonddes, les declarations de
Sir Stafford Cripps sur le commerce de. PEmpire britannique,
la question de l'aide amiricaine iI la Grioe retiennent par-
ticulicremcnt attention des journaux.
Lcs questions frangaises occupeol une place nigligeable
dans la press du 25 mars.
1. L'atide amzricaine a la Grice
La plupart des journaux annoncent en bonnc place que
la Commission des Affaires UtrangBres du Sinat a cutendu,
au course d'unc, stance publique, les declarations de M. Ache-
son sur l'aide que le gouvernement amnricain desire apporter
a la Grece afin d'aider ce pays is sortir de, 1'Ptat chaotique
oix il se trouve.
Le Times et le Manchester Guardian relevent dans les
titres de leurs articles qu'il n'est pas dans l'intention du
gouverne.ment .am6ricain d'envoyer des troupes en Grece. Le,
0


Manchesler Guardian fait 6tat des craintes americaines sus-
citecs par I'iventualit6 d'un effondrement de 1'Etat grec.
Selon la plupart des correspondents, le gouvernement ame-
ricain cnvisagerait 6galement de venir ,en aide i la Cor6e
a'in de nl soustraire i I'influence communist. Ils. annoncent
6galement que l'cventualit, d'une cession de Chypre h la
Gricc' et la creation d'un port-franc A Salonique ne figure-
raicnt plus dans les documents qui out d6t rendus publics
par Ic government americain.
La plupart des journaux annoncent 6galement que le D6-
partement d'Etat a rendu public un accord secret qui 6tait
'inclus dans les protocols de Teheran, de Yalta et de
PotsdHm.
Lc Daily Herald done un compete rendu asscz d6taille de
cct accord.
Curtains journaux, tels que le Daily Graphic et le Daily
Telegraph, reproduisent cn prnemiire page les declarations de
M. William Bullitt au sujet de 1' epuration > anticom-
muniste des services publics americains.

2. iLa Confirence de Moscou
Toute Ia press annonce que M. Bevin a cui unc ntlrcvuc
ftvec le marechal Staline, Alors que le Daily Worker estime
q'u'il ne s'agit que d'une visit de courtoisic, la pluipart des
Journaux annoncent que l'entrctien a porter principalement
sur la revision du' pacte anglo-sovidtique.
Le correspondent do Times declare que M. Bevin aurait
propose quce la dure, dec cc traits soit portec~, h 60 ans, car
ce ne serait qu( dans 50 ans quc I'Europe pourrait s'estimer
h l'abri d'une aggression allemande.
Le correspondent du Times fait 6tal, on outre, des possi-
bilitis d'accord qui subsisteraient malgr6 Its divergences de
vues centre les deux gouvernemenis, notamipent sur In ques-
tion des reparations.
Le correspondent du Manchester Guardian croit 6galenent
savoir quc les conversations ont port sur le trait anglo-
(sovietiquic; les Britanniques desireraiiien simplement pro-
longer la periode d'application du pactc, alors quc les So-
vrels dchUireraient le voir renforcer.
W. N. Ewer, dans le Daily Herald, estime quo le rdsultat
le plus important de celte entrevue reside dans cet change
de vucs preliminaire et, peut-ftre, dans le fait-qu'un accord
est intervene su'r la maniire et les moyens de mener les
n6gociations.
Al. Jacob, dans le Daily Express, note qu'il Otl possible
que le marechal Staline ait demand A la Grande-Bretagn'e
d'expliquer son silence sur la champagne anti-communiste dii
President Truman.
Les quatre .ministres no s'6tant pas r6unis hier, la plupart
des correspondents s'intdressent a l'ordre du, jour des pro-
enalnes seitnces.
Le correspondent du Times ecrit qu'ils auront deux rap-
ports sous les yeux; l'un de la Commission crEe samedi qui
fera le point des accords et des disaccords sur toutes les
questions ietudiies; I'autre rapport, du aux suppeiants, exa-








2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS IT1IANGARE


mineral la question de la participation des petites puissanceR
& l'l6aboration du trait allemand.
W. N. Ewer, du Daily Herald, cstime que l'un des pro-
bl6mes .delicats qui se poseront aux ministres sera de ,avoir
dans quelle measure 1'Alleniagne sera admise a faire entendre
sa voix, les Soviets vonlant qrue la Conference de ]a paix
soit rctardce jusqu'e i cc que soit cre un gouvernceenli cen-
tral allcniand, les Frangais s'opposant a la creation d'uin
lel goiuvernement, lIs Amdricains ayant reservi leur opinion
et ddsirant que toutes les questions soicnt rEglies avant la
Conference de la paix; les Britanniques, pour leur part, ne
voulant pas que la Conference soit rctardee indifiniment.
Quelques journaux annoncent, par ailleurs, que les Etatl
Unis out l'intention de ridu'ire leurs troupes d'ocrupatiin co
Allemagne an ininimum, des janvier 1947.

3. Conseil de Sdcuritt
Le Times, ie Daily Telegraph, le Daily Herald cL le News
Chronicle annoncent que Sir Alexander Cadogan a fait sa-
voir an Conseil de Securitd que la Grande-Bretagne sc pro-
posait de soumettre a cet organism ,un plan pratique de
Sdsarmnement.
Le Times rapporte les paroles de Sir Stafford Cripps l,
notamment, le passage oii il a d6clard que la legon sur les
pourparlers en faveur du desarmemnent qui ont eu lieu apres
les deux guerres et que les Frangais ont, sans succ6s, clerchbt
a apprendre A la Grande-Bretagne, est que les gourvrnene1nlk
qui refusaient de disarmer dans le seul but de sauvegardr'
leur security, hesitaient naturellement i sou'scrire a un plan
de desarmement avant qnunn systemne de sicurit i at ciqi
6tabli.
1. -- Allemagnc
Le correspondent special du Manchester Guardian ttuditr
dans un article documentsi les conditions de vic des iniiieurs
de la Ruhr et mentionne les critiques faitcs par d'autrtes
corps de m6tier centre les noinbreux privileges qui leu r son1
accords.
Toutefois, 11 signaled que la production de carbon a aug-
mente de 16.000 tonnes en fdvrier et que la main-d'Veuvri,
muininire est passee de 209.000 (janvicr) ai 270.000.
Le correspondent du meme journal h Leipzig consacre ur
article aux conditions de vie en zone sovlitique : alimen-
tation insuffisante, imp6ts excessifs, transports insuffisants,
pessimism croissant de la population.

5. Indes
La plupart des journaux nnoncent que Lord Monlltatten,
aprcs avoir pttd serment, a adress6 un appel L Ja bonne
volonti du people indicn pour qu'il I'aide hi surmonlir les
difficulties actuelles ct a mener sa IAche a bien.
Le correspondent du Manchester Guardian estian (lue
I'adresse du nouveau vice-roi a fail uon excellent imnpr'ssion
dans l'Indc.
6. -- Fractle
Quelques depechcs annoncent quc la Comunission de la
hache s'est remise au travail poir licencier 50.000 fonction-
naires, qu'un autre dep6t d'armes a Wtd dcouvert pres de
Versailles et que Ic colonel Hardy a 6td de nouveau l:rretd.
11 est a noter que le Daily Worker done unc Irts grande
importance A cette affaire et declare que Hardy avait idt
acquitti precedemment apres une violent campaign eli sa
faveur dans les journaux de droite.

7. Indochine

Le correspolndantl parisien du Tinmes fail dial des inslrutr-
lions qui ont tdi donndes h M. Bollaert. par Ic Prisident du
Conseil, avant son depart pour I'Indochine.
Selon cc correspondent, le fait que M. Ranadicr ail dt-
clare qu'e le problem indochinois n'avait plus un cara;clre
militaire, mais un caractire essenticllement politique, nontre
la distance qui a dti parcourue entire la nomination de
l'amiral Thierry d'Argenlieu au poste de haut-commissaire
ct celle de M. Bollaert.


(t) LA SITUATION INTERIEUIE EN FRANCE.

(Manltchfester Guardial, 24/3), liberal.

a La nouvclle constitution vient d'enregistrcr un sue-
ces important. La clause qui pr6voit un d6lai de vingt-
quatre heures avant le vote ''une motion 'de confiance
on de censure a dt pr6cieuse car elle a donni la pos-
sibilite d'enltaer des negocialions et -des discussions ct
P'usage que le president te ia Republique a fait de ce
delai montre que sa charge n'est pas une simple dis-
tinction honorifiquc comnie l'avait suppose 'de nom-
breux critiques.
II est evident que les problmes et les difficullts qui
s' posent a la France a l'heure actuelle sont tels qu'il
est desirable de maintenir i'unit6 aussi longtemps que
possible. La France participe a *des conferences inter-
nationales don't les r6sultats seront d'importance vitale
pour ses int6rets et son avcnir. Sa voix serait affaiblie
si son gouvernement ne pouvait parler au nono d'une
partic important de 1'opinion frangaise el si le nionde
enter savail qu'il n'est ni representatif ni stable,
II est possible que le d6sir sincere du gouverneinent
fraiiqais 'd'6tablir un ordre nouveau donnant au Viel-
nam une place dans la F6edration indochinoise n'ait
pas Leti soulenu aussi loyalement et efficacement qu'il
6tait nccessaire par certain membres du gouveineinent,
nais la situation a laquelle il faut faire face aujour-
d'hui est la consequence directed d'une attaque brutal
et Iraitresse du Vietnam. II 6tait impossible a aucun
gouvernement de ne pas reliever ce d6fi a moins qu'il ne
soil pret a abandonner des Fran;ais et 'des Francaises
a des brutalit6s et a sacrifier ses intlr6ts moraux et
inat6riels en Indochine. Une telle capitulation ecit 6tt
impossible pour tout gouvernement entendant parler
an nom de la France.
Tous les Francais provoyants s'aperg.oivent que las
vv6inements d'Indochine affeclent sCrieusement les plans
de grande envergure que la France avait prepares pour
I'Union francaise.
Les divergences extreimes qui separent la droile 'du
cabinet des eomnmunistes mettront constamment a con-
Iribution la patience, le jugement ct ]'esprit de conci-
liation du president du conseil. La situation en Indo-
chine exigera pour qu'ou en vienne A bout une poli-
lique souple et complex. Tout le monde doit souhaiter
A M. Ramadier de reussir car un 6chec frangais en
Indochine aurait de graves consequences dans le
nionde en'ier >>.

liS TRAVAUX D1 LA CONFEiIENCEi DE, OSCt;U.

1. News Chroniicle (25/3), liberal.

11 devient particulicrement evidenlt A Moscou qu'il
faudra bient6l fixer le momcnl de.la reconstruction
polilique -de l'Allemagne. ,
Les decisions a eel regard sont importantes parce
qu'elles delermincront pour une bonne part le plan qui
sera adopt pour 1'Allemagne. La Russie manifesto Ia
plus grande hate, la Grande-Bretagne est prite A r&-
soudre le problem par sta'des sucdessifs, tandis que
la France considLre qu'il est pr6matitr6 de s'occuper
de ectle question. Au course *des jours qui vont suivrc,
ces opinions diverse se traduiront probablement en
dates, el il faudra les concilier. Une telle concilia-
lion sciea plus facile si I'on garde present A I'espril
une ou deux distincitons. Tout 'd'abord l'unite econo-
mique de 1'Allemagne et son unite politique ne sont
pas la meme chose. La question Bconomique est la plus
important.
De meme, on ne voit pas toujours tres bien qu'une











BULLETIN QUOTIDIEN DE, PRESS ATRANGAAE R


administration central pour l'Allemagne n'est pas la
mime chose qu'un gouvernement politique central.
Si l'on tient compete de ces considerationss, les deux
prochaines reunions des ministres des Affaires 6tran-
gtres permettront de fire un -travail produptif et en-
courageant. >>

2. IDaily Worker (25/3), communists.

< Qui doit supporter les con'sequenccs 'de la guerre ?
C'est la question crucial.
II peut sembler logique A M. Bevin ct au general Mars-
hall die proclamer que l'oe.upation de I'Allemagne ne
doit pas constituer un fardeau pour les contribuables
britanniques et amtricains. Mais ils n'ont qu'i se de-
mander -pourquoi la zone sovi6tique d'occupation en
.Allemagne est dans une condition economique pros-
prre, subvient aux besoins de ses habitants'et procure
des reparations A l'Union sovi6tique et a la Pologne,
tan'dis qu'on a permis au chaos conomiique et au sa-'
botage de ruiner complelement les zones o:'cidentales. >


II. PRESS AMERICAINE



Renue de 'la press oinmricaine dh 24 mars 1947

La presse de .dimanolic consacre ses plus gros titres au
ditcret prdsidentiel instituant un syst6me de control des
fonctionnaires americains. Ce decret doit permeotre l'elimi-
nation de coux qui ne scraient pas < loyaux >. La press de
lundi met surtout en valour lc rapport de M. Hoover a la
Maison Blanche, qui prnconise des measures dconomiques et
politiqucs en vue de la reconstruction de I'Allemagne.

1. Decrel prisidenliel

La press public tl texte integral de ce d6cret qui autorise
divers ministers A enquitcr sur Ia loayaut de Icur per-
sonnel. Colle nmesure est pr6sent6e dans tous Ics jouirnaux
commle visant p)rincipalemenlt a liminer les commlinistcs
ct leurs sympatliisants des posters ftderaux.

2. Rapport Hoover

La pres:se public le text intigral du rapport Hoover qui
propose notamnnint d'interdire toutes forces arnmcs A la nou-
\elle Allcmagne, d'Ctablir iun commission de contrble qui
s'assurerait que industriese allemande ne travaille pas pour
la guerre et de e6tablir I'unit6 Bconomique de l'Allemagne,
tout en la laissant libre de diriger ellc-meme sa reconstruc-
lion 6conomique. On y lit notamment que la Ruhr et la
lihdnanic ne peuvent pas etre s6paCrdLs d'une nouvelle Alle-
n-agni on Etre dotecs d'un regime different de colle-ci, puiis-
qu'elles ireprisentent Ie ceuir do son 6eonomic industrielle.

La violation par I'U. R.S.S. et In France de l'ac-
cord d'unification economique des quatre zones d'oc-
cupation militaire et la charge supplcmentaire qu'cllhe
nous a impose, nous autorise certainemnt a passer
outre it tous les accords 6tablissant des niveaux de
production industrielle et a tous ceux conccrnant Ioe'
transfer et la destruction des industries qui ne fabri-
queni pas
La press relieve surtout dans ces articles cette accusation
port6e par M. Hoover centre la France et I'U. I. S. S.. Aucuni
editorial n'cst encore consacr hi cc rapport, mais un long
article d Marc Sullivan dans le New York Herald Tribune
appuie fortement les suggestions de l'ancien President des
U.S. A.

3. Confirenve de Mo'scou

Les journaux de dimanche et lundi constatent avec une
certain satisfaction que les perspectives de la Conference


de Moscou semblent mcilleures. Ils basent leur opinion sur
les similitudes qtt'ils trouvent dans les projects russe et ame-
ricain au ,sujet de la future fbedration allemande. Middleton
ecrit do Moscou- au New York Times que, au course de la pre-
miire quinzatnc de la Conf6rence, la France s'est .loign~e
de la politique sovi6tiquce et s'est rapprocheo de celle des
U. S. A. sur prcsque tous les points du reglement du pro-
hblme allemand. De I'nvis d'un d 6bgu6 amnricain haut place,
cela constituerait un 6venement tres important dans la lutte
ies politiquces de puissance qui se livrc i Moscou pour
l'Allemagne, lutte qui concern cn realit6 toute 1'Europe
occidentalc... XMalgr6 I'entretien que M. Bidault a en avec
Ic g~ndralissimo Staline, ct en d6pit de la force du parti
communiste frangais, la delegation frangaise parait se rap-
procher graduellemenn de 1'Ouest i measure que la Confd-
rence so ddroule. C'est Ic risultat de la prise en considera-
lion et de la sympathic manifested par le g6ndral. Myshall
pour les rcvendications franqaises sur !'Allemagne. Cela tient
aussi du fait que les Franqais se rendent compete que le plan
am6ricain sur le future Etat allemand rendrait ce pays plus
faible que celui qui a 0te envisage dans les projects sovietique
on britannique. Cela ne signifies pas quc les U.S.A. ont
:ibandonn6 la politique formula par Ie g6ndral Clay et
M. Murphy... Cependant, les U.S.A. ont reconnu la justesse
de certaines revendtications francaises. Plusieurs membres
de la delegation amnTricaine envisagent 1'heurease influence
qu'une France non conmmuniste aurait sur les projects ameri-
cains pour la reconstruction d'une Europe occidentale d6mo-
eratique... Les divergences de vues entire l'Union Sovietique
et la France au sujet de 1'Allemagne paraissent avoir etc
aggravies an fur ct h mcsure de la Confcrence. Ceci est do.
la plus haute importance pour I'avcnir tie 'Europe et eela
inuvre la Iportc a la reprise de nouveaux efforts am6rieai'ns
diplomatiques et 6conomiques en France.
I,e correspondani dlu N'wo York' Times cite ensuite les'
points sur lesquels la Frannce ct 1'Union Sovi6tique ne sont
pas d'accord. '1 les prisente ainsi : Voilh les positions
prises sur les problhmcs fondamentaux de la Conf6rence par
deux nations don't l'unc' est contrOl6e par Ic parti commu-
niste moildial et I'autre par son plus puissant disciple. >
Lo correspondent unu ,Washinltfon .Posl a Moscou constate
que la hproposilion aineoicaine de pact h quatre 'n'a pas requ
I'appui de la i616gnaliongsovietique ni de, la dl616galion fran-
aqisc. II icrit notainment que les Frangais out etW effrayds
Iar le, raisonnrmenit memec qu'cmployaient MM. Byrnes et
Vandenberg pour les rassurer. S'ils 'signenl un tel trait,
ils onl peur (que les U.S. A. considrcenl leur ltche comme
conpltenient Icrminie. lls onl pour que les Etats-Unis
estimcnt alors qu'il n'est pa.s nccessaire d'affaiblir la Ruhr,
de ditourner le charhon allemand, d ti limiter la population
allemande ct 'de fire ce que la France pr6cniiise pour se
d6fendre control ne quatrieme invasion allemande... Les
Francais se Vappellent aussi que les Etats-Unis n'ont pas
envovy6 ces nuages d'avions ,, que M. Rcynaud reclamait
dans son dernier message d6csespi6r de 1940. Ils se rappellent
que, hine que les Etats-,Unis les nicnt librlbs n 1944, ils les
,nt lai.ssbs sous P'oecupation la torture et l'esclavage pen-
dant quatre ans, p6riode pendant laquelle ils ont failli suc-
comlier. Cc journal conclut : L'AmOriquC ne peut pas faire
disp)artitre les craintes des nationss europtennes par la sim-
ple signature d'un trailW... Elle ne pent apporter la security
:i 1'Europe qu'en employant chaque jour sa force, sa pensde
e! son itli6alisinm, poir resoudre los probl6mes europ6ehs. ,

4. Allemmngne

L1es d6p&chs duties rorrospondants de Berlin indiquent au-
Jlord'hiui que l'enbargo snr les expeditions de fer et d'acier
a la zone russe n'n -pas eti applique afin de permettre, aux
Tusses ti remplir leurs engagements en ce qui concern les
livraisons de products alimentaires de lour zone h la zone
unifide anglo-ainiricaine.
Les correspondants ldu iiNew York Herald Tribune et A.P.
Ih Berlin signalent I'arrestation d'eludiants allemands par les
Russes. Cclui dui New York Times les interprbte comment
6tant une consequence e a declaration Truman, car, dit-il,
curtains 6tudiants arrltes patient connus pour leur sympa-
thic pro-ambricaine.









4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS BTRANGARE


5. Affaire grecque
Los journaux reproduisent les documents qui auraient Mt
soumis au Congres et qui montrent les intentions de domi-
nation russe dans les Balkans. Ils rcproduisent dgalement
Irs attaques de la press russe centre la Turquie.
Le iCleueland Plain Dealer public une interview de son
correspondent I Athencs avec M. Tsaldaris, an course de la-
quelle cc dernier aurait demanded quc le gdn6ralissime Staline
fasse une declaration indiquant qu'il prfedrerait quc le conm-
munisme d6veloppe son influence par < des measures deino-
cratiques ct pacifiques plut6t que par des revolutions ,,.
M. Tsaldaris aurait, en outre, sugg6rd quc les guerillas
grecques soicnt d6sarm6es dans une zone neutre par les
soldats amdricains, britanniqucs, frangais et russes et aurait
promise de nouvelles elections grecques d'ici trois a six mois.
II sc serait declared partisan d'6tablir dan-s un port de Salo-
niqcue une zone franche nau bhndfice de la Bulgarie ct dc la
Yougoslavic, afin de donner a ces deux pays un access i la
mer Eg6e. II aurait terminc son interview par cettc d6etla
ration queo les communists en France, en Italic ct en Bel-
gique acquierent und puissance el une influence consid6rables
grice uine participation normal dans la vie politique de
ces pays. Pourquoi les communisles greccs nc font-ils pas la
mnme chose ? ,

6i. Situation franchise
Tons les correspondents de Paris enregistrent Ic vote ,de
1'Assembl6e national faisant confiance au gouvernemcnt.
(Voir plus loin un editorial du New York Ierald Trilbonre
sur cette question.)

a) LA SITUATION INTBRIEURE EN FRANCE (Nerw'York HIe-
rald Tribune, 24/3) :
< Grace i une combinnison illogique, manis ing&-
nieuse, la crise a 6tl 6vitbe ct presque l'out le moinde
cn a 6t, satisfait A I'exception naturellement des ira-
tionalistes indochinois, qui se trouveront places main-
tenant deviant des forces soutenues par la France foul
entire.
Bien qu'on nil fail des concessions des deux c616s,
Ic gouvernement semble avoir A6 Ic plus fort. Que cc
soit pour des raisons de patriotism ou de tactique, les
comnmunistes ont 6vit6 une lutte ouverte centre les par-
tis non-communistes. Un certain nombre de ceux quil
assuraient que le discours de M. Truman avait provo-
qu6 la r6actjon premiere des communists, disent ma in-
lenant ique la preuve de I'attitude r6solue adopt6e piar
les Etats-Unis pour s'opposer h I'expansion de fin-
fluence russe est la cause du compromise d6finitif.
Sans trop appuyer sur cls effects possibles de la p.oli-
lique du President, une chose demure : c'est qu'il y a
loujours tn gouvernement en France, que cc gouver-
nement a r6sist6 A une violent tefempte et qu'il pent
envisager l'avenir avec une confiance nouvelle. Toulcs
les preuves de stability en Europe sont les bienven tes
en cette 6poque tronbl6e, et lorsqu'elles se ,manifeslenl
en France qui represented un intkrCt si vital ponr
Ic continent -- il y a lieu do se r6jouir. >

b) LE PROBLEM PALESTINIEN (New York Herald Tri-
bune, 25/3, edit. eutop6enne) ;
< II ne faith aucun double que les esprits nililaires
britanniques ont pens-6 h la Palestine avant tout on Icr-
mes militaires et strat6giques.
I1 semble certain que la principal considerationn iqui
a affect la. politique britannique en Palestine ait 6t6
la conscience des objectifs politiques de 1'Union So-
viftique. Toute 1'6conomie britannique depend des p6-
Iroles du Moyen-Orient. Cependant, les Britanniques
savent que leur position politique dans le Moyen-Ori,,nt
est, 6branl6e et qu'elle 'est de plus en plus.
A de nombreux 6gards, la vieille technique imp6-


riale technique qui consistait A exercer une in-
fluence en agissant par l'interm6diaire d'une minority
qu'on favorisait s'effondre dangereusement. Cepen-
dant, 6tant donn6 la situation 6conomique de la Grande-
Bretagne, les Anglais no voient pas d'alternative a cette
technique. Ils ne sent pas assez insens6s pour penser
que nl riche classes des effendis dans le monde arabe
ferait plus que d'avoir de bons rapports avec les So-
vivets, tout en restant sur la reserve.
Cependant, ils craignent que si les Britanniques sou-
tenaient la creation d'un Etat juif en Palestine, cette
politique puisse fournir une arme puissante aux So-
viets pour exciter les masses d'Arabes pauvres, qui se
laissent plus facilement emporter sur cette question que
sir aucune autre. Ainsi, les Soviets pourraient gagner
une victoire politique facile, mais decisive.
La politique de puissance, et la diplomatic am6ricai-
nes a l'6gard du p6trole ne m6neront i rien centre les
Britanniques. On ne pent s'attendre a ce que les Bri-
tanniques commettent a la 16gbre un suicide national,
ce qu'impliquerait pour eux la perte du Moyen-Orient.
Mais cela ne vent pas dire que la politique am6ricaine,
qui a de gros int6rets maintenant dans cette region,
doive snivre avengl6ment In politique britannique. s
(STEWART AISOP.)



III. PRESS SOVIETIQUE


Reoue d seIn pe:sse sovitiq.e dn 24 mars 1947
Seule la Pralda parait. La ruhrique 6trang6re d'une page
Irois quarts environ compared essentiellement :
1" Le texte in6tgral du cliscours prononcd par M. Gromyko,
lc 22, au Conseil de S6curil6 snr I'affaire de Corfou (plus
d'une demi-pagc).
2" Une copiense note d'information d'Izakov sur -Irs avoirs
nllemands cn Autliche (prEs d'une demi-page).
3" Pr's .d'un tiers de page d'informations Tass ,sur les
contradictions amCricaines : dderet du Pr6sident Truman
prirmettant la revocation (ds fonctionnaires convaincus de
non loyalisme protestations centre le message du' Pr6sident
ati Congres discours du s6nateur Pepper manifestations
diverscs de association des citoyens progressits, la section
de New-York du part ouvrier de la press progressiste.
Au second plan, un s6rie de d6p.ehes. Tass se r6f6rant
pour la plupart aux incidences diverse de la politique
anglo-amdricaine :
La press irakienne critique la Ligue arabe l travail
de la Commission du Conseil de la s6curil6 en Gr&ce des
carabiniers italiens sont envoys en Erythric declaration
du ministry de la Guerre des U.S.A. sur l'a6rodrome dt
Terre-Neuve I; conference interasiatique de Delhi,


ANNEXE


TEXTE DU MESSAGE ADRESSE AUX ETATS-UNIS PAR LE GOU-
VERNEMENT GREC.
A titre documentaire, nous publions le texte du
message adress6 aux Etals-Unis par le Gouvenic-
ment grec pour rclamer une aide financire et
&cono'mique. Ce message a 6t6 transmis le 3 mars
au DEpartement d';Etat.
Voici le lexte de celle note: .
< Par suite de la destruction syst6malique de la
Gr6ce, de la decimation et de l'affaiblissement de son
people, et de la destruction de son 6conomie par quatre
invasions et une longue occupation ennemie, par suite








ULLVtIN QUOT11)9N DE ?11_4E iTBANG*RI 5


des troubles qui ont suivi la guerre, et malgre I'aide
precieuse que nous ont apporl6e nos allies pendant et
apres la guerre (aide pour laquelle le people grec est
profondement reconnaissant aux allies), une aide sup-
pl6mentaire est malheureusement d'importance vitale A
present. II est impossible d'exag6rer 1'ampleur des dif-
ficulths .qui assignment ceux qui, en GrBec, ont survecu
et qui se consacrent au redressement de leur pays. Les
resources don't disposait encore le people grec apres
le depart de P'ennemi sont maintenant 6puiskes, et la
Gr6ce n'a plus de fonds qui lui pernettent de finance
ses importations m6me ses importations de vivres,
cssentielles au maintien d'un minimum vital. Dans ce,
conditions, le people grec ne peut avancer dans sa
lAche de reconstruction, bien que des travaux impor-
tants soient pr6vus d6s que la situation en GrBce le
permettra.
Le gouvernement et le people grec sont done forces
de faire appel au gouvernement des Etats-Unis et, par
son intcrmndiaire au people americain, pour lui de-
mander une aide financibre et 6conomique, et 1'envoi
de'techniciens. Pour que la Grece puisse survive, il
lui faut :
1" L'aide financier et I'aide &conomique qui lui per-
imettront de reprendre immindiatement ses achats de
vivres, de v6tements, de combustibles, de graines et au-
tres products indispensables A la vie de son people et
qu'elle ne peut recevoir que de l'6tranger.
2 L'aide fnancibre et autre n6cessaire pour per-
mettre aux administrations civiles et inilitaires du gou-


vernement de r6tablir dans le pays' la tranquillity et la
s6curit6 indispensables a l'accomplissement de la tAche
de reconstruction economique et politique.
3" L'aide financiere et autre qui permettra A la
Grece et au people grec de se creer une 6conormie qui
A l'avenir se suffise A elle-meme. Ceci implique des pro-
blimes qui ,ne peuvent malheureusement pas 6tre reso-
lus si nous ne surmontons pIas la crise devant laquelle
nous nous trouvons A present.
4" La cooperation d'un personnel amrricain admi-
nistratif, 6conomique et technique exp6rimentW, qui
utilisera l'aide flnancire et 6conomique qui sera don-
n6e A la Grece de la facon la plus efflcace, qui aidera
A r6tablir 1'6conomie interieure et administration des
services publics et donnera A la jeune g6n6ration gre.c-
que la formation necessaire pour qu'elle puisse assu-
mer ses -propres responsabilit6s dans une economic
r6tablie.
Nos besoins sont grands. Mais grande aussi est la
volont6 qu'a le people grec de faire tout ce qui est en
son pouvoir pour reconstruire la Grece et en fair une
d6mocratie qui suffise a ses propres besoins et qui se
respect. Mais la destruction de notre pays a 6W6 si
complete qu'elle a enlev6 au people grec la possibility
de :rsoudre lui-m6me ses difficulties. C'est en raison de
cette situation qu'il se tourne vers l'Amrrique pour'lui
demander son aide.
Le gouvernement grec espbre sincerement que le
gouvernement des Etats-Unis tronvera le moyen d'ap-
porter a la Gr6ce l'aide qu'elle lui demand A present.>>


S. P. I. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009