<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00063
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00063
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text




SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
MINISTERE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Docutmentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris 8').


LA DOCUMENTATION FRANQAISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


BULLETIN


PRESS


QU.OTI



ETRAN


Nouvelle Serie No 625


22 mars 1947.


SOMMAIRE

I. -- PRESS BRITANNIQUE.
a) Les travaux de la Conference de Moscou.
1. Times (22/3).
2. Daily Herald (22/3).
3. Mwichatster Guardian (21/3).
4. Tiibune (21/3).
b) La situation politique en France (Times, 22/3).
II. PRESS AMERICAJNE.
a) La demand d'aide a la Grece et h la Turquic
devant la Chambre des Repr6sentants (New
York Herald Tribune, 21/3).
b) Les Etats-Unis et les Etats de 1'Amerique du
Sud (New York Herald Tribune, 22/3, edit.
europeenne).
Ill. PRESS SOVI TIQUE.
Le problem des ipparations (Prauda, 21/3).
IIV. PRESS SUISSE.
1. National Zeitteng (21/3, edition du martin .
2. Basler Ndchrlichben (21/3, edition du soir).


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la press britunnique du 22 mars 1947
Diffdrents sujets se partagent les manchettes de' la pressed
de cc matin : gr6ve de 400 cheminots dui Southern Railway,
conference de press sur le problem du carbon tenure hier
par Sir Stafford Cripps, expos de M. Bevin i la Confdrence
sur I'avenir de l'Etat allemand, d6bat h la Commission des
Affaires &trangBres h la Chambre des reprisentants sur 1'aide
amiricaine A la Grece et i la Turquie.
Le Times, le Daily Telegraph, le Manchester Guardian, Ic
Daily Worker publicnl quclqucs articles sur la situation
politique en France.
1. Counftrence de Mi1sc(ul
La plupart des journaux accordlent une grande importance
aux declarations de M. Bevin dans lesquelles celuli-ci a pro-
pous la creation d'etats-unis d'Allemnagne composes d'un cer-
tain nombre de provinces pourvues de gouvcrnements locaux
autonomes et d'un gouvernement national competent seulc-
nient pour les questions interessant la nation tout cntiere.
.Voir article plus lou.)


- W. N. Ewer, dans le Daily Herald, s'atlcnd a ce quc cc
project soulvec de nombreuses objections, notamment du c6t
sovictique.
Comme. le correspoudant du Times, Alexander Clifford,
dans le Daily Mail, voit dans le project britannique un tcrme
moycn entire la centralisation complete demanded par les
Russes et le f6d6ralisme extreme deniand6 par les Franqais.
< La France soutiendra certainement que la constitution dc
l'Allemagne, telle qu'clle est proposed par M. Bevin, n'cst pas
assez ddcentralisee. II estime qcue la France desire reduire
le government central au minimum absolu et fair des
landers des Etats presque souverains.
La plupart des journaux signalent que la these americaine
scrait favorable an project britannique.
M. Bevin ayant fait connaltre le montant des reparations
obtenues par la Grande-Bretagne, soit sous forme d'iquipe-
ments industries, de navires marchands, soit de biens allc-
mands a l'itranger, le Daily Worker estinle que les chiffres
cites seront loin. d'apaiser les Francais don't les sentiments
out 6tB choquis hier quand M. Bevin a affirms que 1'industric
allemande devait 6tre reslau're avant que celui-ci ne puisse
prendre en consideration la demand frangaise de livraison
de carbon et il ajoute que dans les milieux francais, on
se demand I quoi a servi la signature ie F'alliance de
Dunkerque < si AM. Bevin avait dijh 1'intention de la tenir
a Moscou pour lettre more ,.
A cc sujet, M. Alexander Werth, dans Ic Manchesler Guar.
diaun, 6erit de son cBtd qu'au' cours de la conference de press
d'aujourd'hui Mh. Bidault s'est montrc confidant de voir la
France nc pas 5tre trait6e common ulne quantity. nigligeable,
imais *que 1'on s'inquibte dans les milieux franrais que les
arguments iconomiques exposes par MA. Bevin centre les li-
v'aisons de charbon aux FranFais soicnt appuy6s du coli
lamnriiiin pari de.s arguments politiques les Amnricains
estimant que les comnmunistes sont trop puissanLs cn France.
Il ajoute qu'il est assez curieux de voir que cetie opinion
est dmientie i Moscou par certain milieu aminriaiins.
MI. Wrtlh errit (lque M. Bidault a (lit pei de choice dlr s0on
entre\vue aVec Staline si cc n'cst qu'tlle a 6t6 cordial, qu'elle
a dur6 ulne here et drihmic el qu'elle n'a pas piCriais d'tlu-
dier de noinbrcuses questionss Ils auraiclt changed Irurs
vues sur la fI'edralisation de 1'Allelllagini et d'autres (lues-
tions, nmais le correspondent du Manlches!er Guardian i Mos-
cou raplorte cque I'on croit en geLral dlans les .miilicux de
la Conference que cette renconlre n'a gurie idt6 satisfaisanLt
el n'a permis d'arriver h aucune conclusion.
Toiutefois, IL. Werth dress ensuite un bilan ties Iravaux
de Moscou et, nialgr cles divergences de vu'es sur les diffl-
rents sujets qu'il expose I'un aprbs 1'autre, il estime que Its
resultats obtenus jusqu'a mnaintenant sont considdrables et
que les ministres ont ti6 am.nds a une meilcure conmpr6-
hension mutuelle. Nous approchons du stade, tcrit-il, oft
des decisions rapides devront 6tre prises. >


DE








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE
- i


2. Aide amdricaine i la Grbce
L'ensemble de la press accorde une grande importance
aux declarations de M. Acheson A la Commission des affairs
exterieures de la Chambre des rcprrsentants sur I'aide amie-
ricaine i la GrBce et i Ia Turquic.
* Le correspondent du' Times faiL dtat d'un incident [uii
se serait product au course duquel un membre de la commiis-
sion aurait refuse d'accepter un. document a -secret >> quri
aurait dtW distribu'd par lM. Acheson i la Commission. Ce
document constituerait la preuve que 1'intervention amtri-
caine en Grice 6tait justiiee. Scion cc correspdndant, l'inci-
dent reflterait l'inquidtude dc nombreux deputis du Sdnat
et de la Chambre des reprdsentants, qui ajoute que cette
nervostie peut fort bien avoir une influence sur la resolution
presentie i I'atpprolbtion des deux chambres, resolution
ddclarant .quc le Congres favorite la creation des Etats-Unis
d'Europe dans le cadre de I'O.N.U. Cette resolution serait
signed par plusieuirs ddputds 'et sdnatcurs ddmocrates.
Le Daily Mail et le Daily Herald. mettent en vedette les
declarations de M. Acheson selon lcsquelles la politique :,o-
vi6tique inquidterait les Etats-Unis et que des Etats comniu-
nistes constitueraient un danger pour la s6curitd americainc.
Le Daily Mirror s'enpresse de publier un ddmeniti Iu
D'partemaent d'Etat limitant cc danger h la Grece et I la
Turquie et non pas ,i d'autres parties du anonde.

3. France
De courts d6pdches du Times annoncent la condamnation
d& Claude Anet, ancient gouverneur general de Madagascar,
et i'immigration doe 200.000 ouvriers italiens en France pour
cette annie. A la suite d'un accord entire le gouvernement
frangais et le gouvernemnent italien.
Le Times, le Daily Telegraph, le Daily WorkIer exposent
avec assez de details et d'une manieire objective la situation
politiquc actuelle de la France.
Cependant, le Daily Worker insisted sur le danger que
ferait courir au pays I'cxclusion du gouvernement d'un parti
reprdsentant la majority de la classes ouvridre. C'est pour-
quoi, explique-t-il, les socialists se montreraient hdsitants
tandis quc le M.R.P. serait d6cidd h chasser les communists,
s'ils le pouvaient. II assure meme que si le Vict-Minh faisait
des offres concretes de paix dans les 24 heures, la plupart
des socialists acccpteraient un compromise.
Le Daily Telegraph formula trois hypotheses : 1 lini-
tation des measures militaires aux besoins de la sdcuritd fran-
gaisc ct overture de ndgociations avec les dldments les plus
reprdsentatifs du Viet-Minh; 2 formation d'un gouverne-
ment socialisle semblable au government Blum; 3 retonr
du general de Gaulle.
Quant au correspondent du Times, il voit dans le conflict
actuel la preuve de la vieille hostility entire gauche et droite
aggravde par les recent dvdnements et, notamment, par le
discourse de M. Truman. (Voir Particle plus loin.)
Au sujet des recentes revocations, d'ailleurs rapporties,
dans le personnel de la radiodiffusion frangaise, le corre-
pondant du Manchester Guardian derit qu'on espdre qu'apres
l'incident extraordinaire qui a menace de laisser la radio
frangaise sans responsables an milieu d'une crise politique,
que ]a radio francaise sera traitde *avec un peu plus d'dgaros
par le gou'vernement. < L'inta-rvention de M. Ramadier a del
dictatorial ,, declare-t-il. Celui-ci a ordonn6 la suppression
de deux missions r4guliires : la Tribune libre et la Tribune
des journalists parlemnntaires, et occi au moment oi ]a
B.B.C. se met an service des discussions libres de caractere
politique et religieux. Le correspondent parisien du' Ma-.
ches!er Guardian souligne quc, pendant les derniers moi;.
la radiodiffusion fran.aise a fait des progres substantiejs
dans la presentation et la quality de ses missions avec des
fonds insuffisants el un personnel bien moins important q(lu
celui de la B.B.C.
4. U. R. S. S.
Le Timees, le Manchester Guardian, I, Daily Herald pu-
blient une court ddp8che annonqant 'interdiction pour le
ressortissants sovi6tiques h i'dtranger de contractor mariagc'
avec des ressortissants d'autres nationalists.


5. Allemagne
Le correspondent special du Manchester Guardian it Berlin
announce quo le conseil municipal de cette ville va cnvoycr
sous forme de t,16gramme un appel de la population berli-
noise A la Conference de Moscou lui demandant d'arrdtcr
le ddmantelcment des industries essentielles i la vie de 'a
capital. Ce correspondent mentionne la d6moralisation
cause chelc les Allemanids par lc ddmnanthlemnt des usines
Borsig.
6. Relations polono-amnricaines
Certains journaux don't le Daily Telegraph annonceni quc
l'ambassadeur des Etats-Unis i Varsovie, rappecld ; Was-
hington rccmment, ne retourncrait pas it bon 1ostc.

a) LE&S TRAVAUX DE LA CONFERENCE uE 1MOSCOU
1. Vanmes (22/3) :
<< Le plan britannique prevoit la creation d'un Elat
federal en ce sens qu'on confierait un .assez grand nom-
bre de pouvoirs aux < inder >, Elats allemands s6pa-
rts, qui seraient probablement au nombre d'une dou-
zaine environ. Mais M. Bevin a essay de roinpre avec
toutes les theories absolues ou precongues et le plan
propose indvitablement de confier A un gouvernemeni
central beaucoup de pouvoirs d'union et de direction.
C'est un plan qui, ividemment, est trop < centralisa-
teur a pour plaire aux Francais et il ne fait aucun doute
que la Russie, ]a Pologne et d'autres nations du group
oriental trouveront qu'il penche beaucoup trop vers le
fiddralisme. Ce project a 6ti pr6sente come un plan
applicable, non coumme un compromis delibere entire les
positions des partisans de la centralisation et du fd&d-
ralisme, mais come un project qui puisse dtablir F'equi-
libre necessaire entire les pouvoirs du gouvernement
central et des gouvernements des a lender >, si I'on
veut ;quce 'Allemagne garde son unit tout en 6vitant
les dangers politiques d'une centralisation trop pous-
see. >>
(Dit correspondcanil idit Times d M'oscou.)

2. Daily Held (22/3), travailliste :
< Le plan que M. Bevin vient de souinetire pr6tonise
la. division de l'Allenmagne en un certain nombre de
<< 5inder > ou Etats. Chaque Etat aura son gouverne-
nient et son assemble propres. II y aura pour toule
I'Allemagne un gouvernement central et une assembled
central.
Dans le domaine 6conomique, le government cen-
tral et le parlement s'occuperont uniqluement du con-
tr6le des importations et des deportations, des com-
mnunications importantes pour le pays, des P. T. T. et
des poids et measures.
VoilA un point sur lequel les Russes ne seront cer-
tainement pas d'accord, car ils souligneront que, selon
I'accord de Potsdam, l'unit6 economique demand une
politique .commune pour tout le pays dans des bran-
ches tells que l'industrie, I'agriculture, les salaires, les
prix et le ration:nement.

3. ManIcheser Guia!dian (21/3, liberal).
< Ce qui caract6rise cette Conference, c'est que le.:
Francais, come les autres, n'ont rien repouss6 avec in-
transigeance. On a l'impression en ce moment que les
thbses des quatre parties finiront par s'accorder. S'il
semblait, il y a quclques jours, qu'il existait une contri-
diction complete sans espoir de reconciliation entire les
points de vue sur .des problames tels que le niveau de
1'industrie et les reparations, nous commencons a dis-
cerner toutes sorts de possibilities pouvant mener a
un compromise. >
(ALEXANDER WERTH.)








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE P-


4. Tribune (21/3, travailliste).
a Malgr6 les d6saccords initiaux et I'habituelle acri-
monie avec laquelle elles sont conduites, les discussions
6conomiques 4ui se d6roulent A Moscou permettent d'en-
trelenir des espoir.s. M. Molotoy cherche surtout A as-
surer pour longtemps 1l'Union sovi6tique des approvi-
sionnements au titre des reparations.
La difference d'opinion quise manifesto entire Anglo-
Am6ricains et Russes pent se r6sumer ain.si : les Russes
veulent obtenir des reparations pr6lev6es siir la pro-
duction courante, tandis que les Anglo-Americains in-
sistent' pour que le pavement des importations alleman-
des .de premiere necessity constitute une charge A de-
duire, en premier lieu, de tout surplus exportable. Cette
difference n'est pas consid6r6e comme insurmountable.
I Le pr61ivemcnt des reparations sur la production
courante de I'Allemagne est, en principle, bien plus jus-
tifiable quoe e d6manfelement projete a Potsdam. Mais
l'attribulion de reparations ne peut /reposer que sur
la capacity de I'Allemagne de pro-duire an delA de sses
besoins. Et cela signifie que le niveau de production
de l'induslric ne doit pas etre simplement revise, mais
qu'il faut abandonner la conception mime d'un niveau-
limite que I'industrie ne devrait pas d6passer (il faut
consider a pearll le cas des industries de guerre pro-
-prement dites qui 'doivent ctre interdites).

b) LA SITUATION POLITIQUE TN FRANICE (Timles, 22/3) :
S'C'est prdcis6ment parce que la fin de cette coa-
lition (coalition dans laquelle beaucoup de gens vou-
laient voir le dernier espoir de cooperation politique
entrc la gauche et la droite) pourrait ctre tres dange-
reuse pour la position de la France dans le monde, que
l'on recherche encore les possibilities d'arriver A un
compromise.
Au fond de cette cruise imminent, existed u.ne vieille
hostilil6 cnlre la gauche et la droite, et les r6cents eve-
nements, cn particulier le discourg .du president Tru-
man, n'ont fait-qu'aggraver cet antagonism. La France
( la IVn R6publique, tout autant que les autres pays
d'Europe, est extremement sensible a dl'volution. -des
relations existant entire les grandes puissances. La faille
que la Revolution a engendr6e au sein de la socit6
franchise n'a jamais Wt6 combl6e totalement; aujour-
,d'hui, elle s'elargit A la faveur de tout incident qui peut
impliquer un conflict entire les Etats-Unis et I'Union so-
vielique. >>
(Dti correspondent ,du Time.s 4 Paris.)


II. PRESS AMERICAINE


Renve dk Ia press amdtricaine du, 21 mars 1947
1. Situation ftangailse
Tous les journaux publient les informations de Paris
indiquant que ,M. Ramadier aurait menace de d6mis-sionner
si les communists ne soutenaient pas son gouvernement an
course du vote de confiance de vendredi h l'Assembl6e natio-
nale. Callender ecrit au Newt York Times que M. Ramadier
a mcnac6 de d6missionner et a d'emand6 un vote de confiance
h il'Assembl6e national au course d'une crise qui, selon cer-
tains chefs politiques, aurait 6te pr6cipitee pat le message
anti-communiste du Pr6sident Truman au Congr6s et par
la reaction produite i Moscou. La declaration du PrIsident
que les communists constituaient des (nenaces A la d6mo-
cratie, bien que s'appliquant a d'autres pays, a eu un effet
profound et immCdiat ici. On croit qu'il a renforc6 la ten-
dance des Frangais A se diviser en blocs communist et anti,
communist. 11 rappelle que le 20, A I'Assembl6e, les commu-
nistes ont refuse soudainement de voter les credits pour les


operations militaires en Indochine alors que les ministries
et les membres communists de la Commission des finances
'de l'Assembl&e avaient approuvi ces credits.
Les autres correspon4ants ne font aucun rapprochement
entire la crise frangaise et la declaration Truman.
Une ddp6che A. P. de Paris signal que le Pr6sident Ho Chi
Minh 'aurait abandonnd son portefeuille de ministry des
Affairs 6trangrres au profit de Hong MiAh Giam, son pre-
dcesseur. Une dpecbhe du New York Times- de Paris signal
i'arrestation de Duong.Bach Mai, repr6sentant du Viet-Nam
a Paris.
2. ConferenceW Moscou
Tous les correspondalits de Moscou considtbrent quc la
declaration faite par M. Bidailt, selon laquelle la France
n'acceptera pas de piarticiper h un accord qui ne pr6voirait
pas un plan. pour la distribution du carbon allMtrand, est
une des plus importantes .communications faites jusqu'alors
A la Confdrence des Quatre Grands. Elle souligne ( le
gouffre ) qui spare la position britannique de la position
franqaise. Ils donnent doe expos6 franqais de longs extraits
prrsent6s en terms sympathiques. Certains, comme Peter-
man, correspondent du Philadelphid Inquirer, voient dans
l'intervention franqaise un ultimatum aux trois autres puis-.
sances et soulignent l'app'ui, immediat dpnn6 Mpar les Russes
h M. Bidault sur cette question du carbon. Les titres de cos
articles ind(quent que dla demand franqaise a product une
scission tr6s nette centre les Quatre Grands. Tous remarquent
que la replique Bevin a 0tB faite sur un ton vif et qu'elle
constitute un rejet des revendications franqaiscs.
Middleton, correspondent du New York Times, note que
pour des raisons de s6curite, la France s'oppose A 1'616vation
du niveau de la production siderurgique allemande et que,
sous cet angle, la position frangaise fait echo A la declaration
du gn6Bral MarshaH faite A la fin de la reunion d'hier. II
estime qu'elle indique un rapprochement des vues frangaises
ot amdricainos sur un point important d problme all-
nmaned. L'accord,,sur ce'oint, peut aussi laisser prevoir que
l'Amerfque s'int6ressera ddsormais beaucoup plus aux pro-
bl6mes poses A la France par le rtglemcnt du probl6me alle-
mand et qu'elle comprendra qu'il est sage d'appuyer en parties
l'attitude frangaise A l'dgard de ''Allemagne. ,Middleton
ajoute que si cette tendance se developpe elle marquera on
changemenT ,dans la politique qui consistait i chercher une
solution des proablmes de l'Europe occidental en construc-
tion d'un novel Etat allemand plutOt que dans le renforce-
ment 6conomique et politique de la Franco.

3. Affaire grecque
La press reproduit en premiere page, avvc 'des titrcs
important, les declarations faiths par M. Acheson devailt la
commission des Affaires 6trangEres ide la Chambre, indiquant
qui'I son avis la nouyelle politique americaine ne doit as
conduire a la guerre,n mais qu'elle doit plut6t permettre de
concilier los thises diff6rentes des grandes puissances. Tous
les journaux font 6tat 6galement de la note am6ricaine
adressie' a Ta'Yougoslavie refusant h celle-ci'de lui fournir
un supplement de cer6ales. Le gouvernement americain
affirme son id.'sir de venir en aide I la Yougoslavie, mais
souligne quc les engagements americains en b] rendent
impossible une augmentation des envois A la Yougoslavie
avant mai on juin.
La pressed signal, d'autre part, les declarations faites hier
pay M. Schwellnlbach, ministry du Travail, A San Francisco,
qui a appuyd la nouvelle politique 6trang6rd du President
Truman de soutenir les peuples libres dans le monde et qui,
rcponlant aux critiques qui s'6taient 6lev6es dans l'opinion
publique centre le faith que le gouverneient am6ricain n'a-
vait pas porte d'affaire grecque A I'O.N. U. II a annonc6
qu'il 6tait encore possible que les U. S. A. demandent A cette
organisation Internationale d'assurer des responsabilit6s en
Groce et on Turquie, ainsi que dans d'autres pays qui se
trouvent dans une situation similaire.
Reslon cite dans le New York Times les conclusions d'un
rapport trcemment fait i la suite d'une enqutte en Grece.
Solon cc correspondant,-les guerillas seraient fortes de treize
mille homes et chercheraient it 6tablir un corridor entire la
frontikre Est de 1'Albanie ct la region idu mont Olympe.









.4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGtRE


L'armee grecque ne pourrait r6tablir 1'oTdre dans Ie pays
sans une assistance deconomique et .militaire a de I'6tranger.
Certains journalists et commentateurs de radio rapportent
les declarations des reprisentants rtpublicains de la Com-
mission des Affaires 6trang6res de la Chambre qui se
seraient 6lev6s centre le fait que certain documents remis
hier par MJ -Acheson contiendraient des renseignements se-
crets. Ces reprfsentants reclament la publication de ccs docu-
ments. Aux dernieres nouvelles, le D6partement d'El at a
d6cid6 de les remettre a laRpresse aujourd'hui.

4. Corne.
Plusieurs d epches de Washington indiqu qen ue le Dpar-
tement d'Etat 6tu'dio le project d'accorder une aide financi6re
h la Cor6e dn Sud. Certain estiment que cctte aide attein-
drait 500 millions do dollars, mais cc chiffre n'a pas 6t
confirmed par M. Acheson dans sa conference de press di'ier.

5. Aiemagnu
Une dp6behe de Berlin signal qse le general Koenig a
protest an Conseil aMllid centre la decision prise par l'iTnion
chr6tienne d6mocratique allemande de tenir une conference
'oh scront convi6s les parties politiques allemands pour former
<< un comit6 de representation national L. Le general Koenig
nurait d6clarC que cette decision cst a la fois impropre et
ill6gale ,.
Par nilleurs, unes,d6pche du correspondent du New York
HeraldTribszne A Berlin signaled que le gouvernement mili-
taire amdricain n'acceptera pas que le part socialist uni-
taire (S. E. D.) s'organise en zone amdricaine, car il considered
qu'il appartient a la Conf6rence de Mooscou de se prononcer
nu prealablo sur les questions touchant a I'unification poli-
tique et &conomique de 1'Allemagne.

6. Bid
La press reprend ]a decaration faite par 1e ministry de
]'Agricnlture. La prochaine ricolte de 1bl am6ricain dipas-
sera probablement tous les records enregistr6s jusqu'ii prd-
sent el atteindra 1.212 millions de boisseaux, centre 1.150
millions de boisseanx l'an dtirnier

a) LA DEMAND D'AIDE A LA GRACE ET A LA TURQUIE DE-
VANT LA CHAMBRE DES REPRESENTANTS (Newi York
Herald Tribune, 21/3) :
<< L'ouverture, jeudi, des dhbats ,devant la Commis-
sion des affaires *6trang6res de la Chambre des Repre-\
sentants sur le programme d'aide a la Gr6ce et A la Tur-
quie semble avoir constitu6 un excellent example du
fonctionnement du regimee d6mocratique.
On a demand a M. Acheson s'il pensait quc celte
politique pouvait << conduire A la guerre >. II a re-
pondu qu'a ison avis il n'en 6tail rien et qu'elle lui sem-
blait beaucoup plus propre A tsupprimer .plutSt qu'A in-
tensifier les frictions dangereuses auxquelles le monde
est en proie actuellement. Beaucoup d'autres personnel
qui ont r6fl6chi a cette question sont parvenues a la
m6me conclusion, mais il n'existe pas de certitude ab
solue dans le domaine des problems humains
Une grande parties de la discussion sur le message du
President a sembl6 refl6ter un ddsir d'dluder les ques-
lions que ce message soulevait plutat que de leur faire
face. Mais il faul les envisager franchenment et leur don-
ner une r6ponse; et ces r6ponses doivent Atre claires,
de facon A permettre l'adoption d'une politique coh6-
rente. >
b) LES ETATS-UNIS ET LES ETATS DE L'AMiRIQUE DU SUD
,(New York Hercld Tribbune, 22/3), edition euro-
p6enne :
La visit du president Truman au Mexique a cer-
tainement 6t6 I'une de ses initiatives les plus heureuses.
iI1 faut rechercher 1'aspect le plus significatif .du


voyage du Pr6sident, "en ce qui concern les relations
existant dans l'hemisph6re occidental, dans les .dis-
cours qu'il a prononc6s a Mexico. On ne pouvait gu6re
fire une declaration meilleure sur ce que devrait .tre
la politique du gouvernement am6ricain dans ses rap-
ports avec les autres r6publiques am6ricaines.
L'ennui, c'est qu'on ne parviendra naturellement pas
A mettre un terme A la m6fiance et au ressentiment de
nos voisins par de simple discourse. Cette maufiance' et
ce ressentiment dureront tant que notre politique ne so
conformera pas dans la pratique aux principles Ique
nous proclamons officiellement.
Comme i'a dit M. Truman, ]a politique .de bon voi-
sinage implique qu'une nation forte n'a pas le .droit
d'imposer sa volont6 a une nation plus faible en' raison
de sa force nmme.
Cependant, Jes peuples des autres Etats am6ricains
savent fort bien que, dans ses rapports r6cents avec
les gouvernements argentins successifs, les Etets-Unis
ont en fait essay d'imposer leur volont6 au people
argentin.
Le refus persistent des Etats-Unis d'observer l'enga-
gement qu'ils. avaient contract officiellement a 1'6gard
du gouvernement du Panama, c'est-A-dire de rendre A
ce pays tous les emplacements qui avaient 6t6 offers
aux Etats-Uflis pendant la guerre pour leur .servir .de
bases'a6riennes, est in6vitablenhent consid6r6 comme
une preuve .de 1'intention qu'ont les Etats-Unis d'impo-
ser leur volont6 A la R6publique plus faible de Panama.
'Le mauvais grA evident du gouvernement americain
d'accepter la reunion d'une conference inter-ambricaine
pour conolure un trait6 de defense de 1'h6misph6re, jus-
qu'a ce que le gouvernement de 1'Argentine 'se soit pliC
aux demands des Etats-Unis, a 6t6 consid6rb par l'opi-
nion publiquode tout le Nouveau Monde comme une
prouve du faith que les Etats-Unis out 1'intention de fair
cc qui leur plait sans tenir compete des d6sirs ou des
besoins des vingt autres R6publiques americaines.
Si 1'on veut appliquer dans l'esprit *et i la lettre la
politique 6noncCe par le Pr6sident Truman A Mexico,
on dolt mettre un terme, une fois pour toutes, aux ac-
tions unilat6rales du genre de celles que j'ai cities.
'C'est seulement lorsque les populations des autres
r6publiques americaines verront que notre politique est
conforme aux principles que nous 6noncons que dis-
paraitront la mefiance et le ressentiment et que ]a soli-
darile inter-americaine redeviendra une realit& tangi-
ble. II est grand temps pour nous de mettre en pratique
cc que nous prechons. >>
(SUMNER WELLES.)


III. PRESS SOVIETIQUE


Revue de la press soviStiquel du 21 mars li947
Les rubriques de politique dtrang6re de deux pages en
tRoyenne consacrent plus de la moi'i6 de .leurs textes A la
reunion des Quatre. D'autres informations de 1'Agence Tass
traitent des incidences diverse des politiques anglo-amri-
caines dans le monde..

1. Session du Conseil des minristres
Les comptes rendus de 1'Agence Tass relatifs A la session
du Conseil des ministres et A la r6union des adjoints du
20 -mars occupant pr6s d'une page dans tous les jqurnaux.
Le compete rendu de la reunion des ministres, de beaucoup
le plus vol'ur\ineux, comporte les particulaiitds suivantes :
a) La declaration ds President Bidault don't 1'analyse d6-
taillde reproduit 1'cssentiel dui texte original;
b) L'intervention de M. Bevin beaucoup moins longuement
analysde;








BULLEttN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE -


c) La proposition du g6n6ral Marshall touchant l'ordre du
jour .laquelle les journaux ne consacrcnt qu'une quinzaiine
de lignes.
2. Rdznlion des adjoints

Le compete rendu qui en esl donnl est de ton moins neutie
que cclui de la reunion des ministres. Il relive notainmcnu
avec quclque ironie que le gouvernement gree avait demnandl
i envoyer des observateurs i Moscou dis avant que les ld-l-
gu's britanniques n'eusscnt propose l'admission d'observa-
teurs allies aux s6ances du Conseil.
Tous les journaux reproduisent 6galement les d6p&ches do
1'Agence Tass de Berlin publiant le ddmenti que ole Prdsident
du Landtag de Thuringe, assurant l'int6rim du premier mi-
nistre, et le ministry de l'Instruction publique Wolf appor-
tent aunx declarations de M. Bevin touchant la denazification
dans cc pays. Cc ddmenti precise notamincnt :
a) Que le ministry Wolf n'a jamais dit dans aucun dis-
cours qu'e 5.000 membres du corps enscignant de Thuringe
aient appartenu nagru're au parti nazi;
b) Que la ddhazification dans ic corps cnscignant de Thu-
ringe avait 6td effectude de tclle maniere a la date du
10 mars 1947 que sur 10.488 instituteurs employs dans les
6coles de 'Thuringe, 755 seulnment d'entre cux ont iti mem-
bres du' parti nazi.
La question des reparations est abordee dans l'6ditorial
que Melnikov public dans la Praoda a apropos des problhmcs
des brevets d'invention allemands. (Voir l'article plus loin.)
2. Incidences diverse de la poliiique anylo-ainmricaine
dans le monde
Unc copicuse serie d'informations que l'on retrouve dans
presque tons les journaux traitent des sujets suivants :
a) Les changes de lettres entire le gdenral Sviridov ct ses
collhgues anglo-amdricains h propos de t'affaire du complot
hongrois;
b) Les reactions on Amdrique an discours du President
Truman. Le correspondent de Ta.,'s New-York relive que
la majority de la press vreut ignore l'opposition qui ne
cesse de croitre aux propositions du President.
c) La situation en Grice :
Les travaux de la Commission du Conseil de S6curit, -
le ncurtre d'un ex-ministre du cabinet Papaandr6ou, mem-
bre du 'Comit6 central du parti communist.
An second plan, les d6peches diverse :
Questions aux Commu'nes a apropos de la parulion d'un
nouveau journal polonais, les debats du Parlement 6gyp-
tien su'r la question des rapports avec la Grande-Bretagne,
le menrtre d'un jeune Chinois par des soldats am6ricains,
arrestations en Turquie. le voyage de la D416gation
du Soviet Supr&me en Angleterre.

LE PROBLIME DES RiPARATIONS (PlrAvda, 21/3) :
C C'est l'Union sovi6tique qui a porter le poids essen-
tiel de la lutte centre les,envahisseurs fascists alle-
mnands; .c'est elle qui a subi les pertes les plus grande.
Les dommages smateriels subis par 1'Union sovi6tique
pendant la dernibre guerre so sont 6levSs a 128 mil-
liards de dollars. Oh en est la question du dtdomma-
gement, miime partial, de ces pertes ?
Tout le monde salt que I'U. R. S. S. a r6clame 10 mil-
liards de dollars de reparations, some qui ne repr6-
-sente mnme pas un dixiime .des pertes globales qu'elle
a subies.
Tandis qu'on ignore les decisions de Potsdaim con-
cernant les reparations a pr6lever -dans les zones -occi-
dentales au profit de I'U.R.S.S., les Etats-Unis ct la
Graande-Bretagne' ipervoivent des reparations trbs im-
portantes.
Les brevets allemands constituent une des sources
essentielles de ces reparations.
Dans ses dicTarations sur la publication de la listed
de ces brevets saisis, M. Bevin a affirm que ceux-ci
ne prbsentaient gubre ,d'inttrbt. Mais, cc qu'il n'a pas


dit, c'est que tous les brevets et inventions de quelque
valeur saisis n'ont pas dit mentionnCs, et out *i6 clas-
ses dans ]a categoric des << brevets militaires secrets >>.
Par consequent, I'Anglc'terre et les Etais-Unis conser-
vent jalousement le monopole sur les principaux bre-
vets et inventions allemands. 11 est indCniable que ces
brevets constituent une source appreciable d'cnlrichis-
seenlnt pour les mnonopoles anglo-amniricains.
La press anglo-americaine lie le nie pas. Slion lc
Wall Stnect Jourilnl, 46.000 brevets d'invention et
200.000 demandes d. brevets reprscentenl une valour
commercial d'au inoins un demi-iiilliard de dollars.
Mais fala ne constitute qu'une partic des bievels et in-
ventions allemands ; cela ne comprend par la valeur
des differents proc6des technologiques nouveaux con-
serves dans lcs archives des usines allemandes et saisis
par les autorit6s anglo-ambricaines. Cela ne comprend
pas les anateriaux de divers laboratoires de recherches
qui sont aux mains de la Grande-Brctagne et ides U.S.A.
Le journal des magnats'de l'adier Steel, cstime que seule
1'utilisation des connaissances et de 1'experience alle-
mandes dans le domain de l'6tude des fusecs, repre-
sente pour le contribuable ainericain une economie de
150 millions de dollars ; dans *d'autres domaines on ob-
tient une 6conomie de plusieurs milliards de dollars,
a 5 mnilliards de dollars >> pr6eise le journal allemand
Tribune. A cette some s'ajoute l'econonmie r6al6ide sur
I'utilisation 'de la competence des grands spe'ialistcs
allemands emnmenes dans les pays anglo-saxons. (Le
Steel announce qu'en 1945 et au ,d6but de 1946, 270 sa-
vants allemands ct autrichiens 6taient employes aux
Etats-Unis.)
Les fails sont iA. Les brevets d'invention sont une
source de reparations alleanandes des plus inportantes,
don't les Etats-Unis et la Grande-Bretagne out deja tir6
des billiards de profit. >>
(MELNIKOV.)


IV. PRESS SUISSE


LA POL1TIQUE ETIIANGEItE DES ETATS-UNIS ET )D
L'U.R.S.S.
1. Natioikhl Zeitung, edition du matin, 21/3) :
< A la diff-rence de oe rque I'on constatait en 1914 et
en 1939, aucune des puissances mondiales dirigeantes
ne sacrifle a une ideologies impbrialiste. Bien au con-
traire la propaganda int6rieure chez les Amnricains
come chez les Russes, montre de la facon la plus nelle
l'aversion de ces peuples pour tout systime de domina-
tion colo-niale A caractbre, militariste..... Les peuples de
l'Union Sovi6lique qui continent A souffrir terrible-
nent des consequences de l'invasion allemande, .ne se
laisseront jamais enflaminer pour une nouvelle guerre,
en vue de la coniqubte des Dardianelles ou de Salonique
surlout pas centre P'Am'rique qui dispose sur son pro-
pre iterritoire de 60 % des forces productive du monde
entier Aussi longtemps que le Kremlin a pu espercr
que la Turquie financibrement faible et la Gr6ce dechi-
ree par ses dissensions, finiraient avec le temps par c6-
der de 1'inltrieur par consequent sans gu-rre -- a
la pression russe, la politique qu'il poursuivait dans
cette region du globe poss6dait une certaine valeur in-
terne. Mais maintelant que 1'Am6rique s'est d-cid6e A
centre battle activement les travaux de sape dans les
deux petits Etats menac6s, il est 16gitime d'admettre que
les Soviets ne vont plus se, fatigue i atteindrre des
fruits qri sont maintenant trop haut. L'iniliative du







6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGRHE


president Truman n'aboutit par consequent en aucune
facon i .crder un nouveau foyer de conflicts ; le PrBsi-
dent -entreprend au contraire un simple travail de d6-
blaiement qui clarifie la situation et ne peut avoir que
d'heureux effects : le gouvernement sovi6tique a tou-
jours su apprbcier avec sang-froid et r6alisme les rap-
ports de puissance .dans le monde et, come le montre
1'volution relativement favorable de la Conference de
Moscou, il r.agira sans aucun doute tout autrcmnent que
par lun jeu agressif de < va-banque >>, A la nette affir-
mation de la volont6 et des objectifs des Etats-Unis.
2" Basler Nalcllwichleu (edition 'du soir 21/3)- :
< Les Turcs solnt des diplomats remarquables; ils
out des antennes et ils savent reconnaitre d('ou vient
le vent. Sans avoir d'informations directed, Ankara se
rendait compete depuis longtemps que la Grande-Breta-
gne flechissait dans sa defense de la Turquie en face
de 1'U.R.S.S... Ne voyant plus dans l'Angleterre un puis-
sant protecteur, la Turquie .avait essay de se rapprocher
des pays arabes. On negocia en vue de constituer un
bloc 6conomique du Proche-Orient, le roi Abdullah de
Transjordanie vint en visit officielle; une polBmique
de press .s'engagea avec la Syrie qui constituait le seul
obstacle a une entente orientale; et pr6cis6nment vers
le jour des Rois on vit en Turquie une reunion
des Rois orientaux rappelant cell 'de la Bible. Puis
la r6alisati-on de ce project avait cess6 de figure au pre-
mier plan. Il htait evident que les diplomats du mi-


nistbre ture des affaires 6trang6res attendaient un
nouveau changement dans la politique mondiale.
Cc changement est intervenu. On est sastifait de voir
tque 1'Amnriqute, d'une facon significative, a fait con-
naitre avec une tell nettete, un jour seulement avant
le debut de la Conference de Moscou, -combien elle s'in-
I.&resse a la Turquie; et la satisfaction est d'autant plus
grande dans ce pays que les conversations Bevin-
Molotov en vue 'du renouvellement du traitW d'alliance
anglo-sovi6tique, qui doivent avoir lieu pendant cette
miume Conf6rence, y avaient fait naitre des sentiments
plut6t m6langes. Dans les milieux tures on souligne
cquc si la Turquie est iheureuse de recevoir I'ai-de de
I'Amnrique, c'est tout specialement parce qu'elle ne l'a
pas demanldee. Les Ambricains appr.6cient, et on leur
en salt gre, l'attitude courageuse qu'a conserve jus-
lu'A present ce pays, et don't il ne se serait d'ailleurs pas
departi m6me sans l'appui 'd'Outre-Atlantique. Quoi-
qu'il arrive, declare-t-on a Ankara, la Turquie fera
son devoir; si les Am.ericains veulent maintenant se
ranger a ses c6t6s, c'est ]i une decision qui ne peut 6tre
accueillie avec assez de joie; elle prouve qu'ils out
reconnu combien il est important .de s'opposer aux
ambitions sovi6tiques sur toute la ligne et sur chacun
des points particuliers .de cette ligne. La Turquie ap-
parait A ses habitants come l'ouvragc avanc6 du monde
occidental. Les fronti.res que 1'Am6rique dolt proti-
ger pour sa propre defense et pour celle de I'humanil6
passent par les Dardanelles. >


S.P .Ip,2,reNclPrs-8.0UPi r


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.3009


Prix : 6 fr.