<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00056
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00056
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text



SERVICES FRANCAIS
D'INFORMATION
(MINISTPRE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Daocymentation
14-16, rue Lord-Byron, Paris (8').
*I


BULLETIN


DE


PRESS


11 mars 1947.


LA DOCUMENTATION FRANQAISE DES


QUOTIDN



ETRANGEi1E



Nouvelle Srie N* 615


I. PRESS BRITANNIQUE


Revue de la prese britannique du 11 mars 1947

1. Conference de Moscou
En raison du grand ddbat de politique interieure qui s'est
ouvert hier aux Communes et qui embrasse l'ensemble de
la politique economique qur gouvernement, la Conf6rence de
Moscou n'occupe pas ce martin dans la press une place de
premier plan. Toutefois, les articles qui s'y rapportent pa-
raissent en premiere page sous des titres assez important.
Tous les journaux niettent en relief a la surprise cause
par M. Molotpv lorsqu'il a demand que soit discut6e la
situation en Chine >. Its annoncent egalement que le g6enral
Marshall a propose de discuter la question de la limitation
des effectifs d'occupation dans les Etats ex-ennemis et que
M. Bevin a insisted tout spdcialement sur la liquidation de
la Prusse.
Le correspondent du Times ne se livre A aucun commen-
taire sur P'atmosphere dans laquelle se sont ddroulis les
premiers entretiens. En revanche, M. W. Ewer, dans le Daily
Herald, ecrit que
< dans I'ensenble, la premiere reunion des Quatre
Grands a dte bonne, niais qu'on pouvait entendre ddjh
le grondement des orages prochains. i

Le Daily Mail et le Daily Worker mettent l'accent sur la
question' de la Prusse. A Clifford, dans le Daily Mail, an-
nonce par un titre important que < les Quatre Grands abo-
lissent I'Etat prussien >. Frank Lesser, dans le Daily Worker,
.crit : a Les Quiatre Grands se mettent d'accord pour mettre
fin A la puissance prussienne. ,,
Bien que M. Molotov se soit oppose a ce que la Chine
soit repr6sent6e h la Confdrence et que la r6ponse definitive
du general Marshall h la proposition sovidtique ait etd re-
tardde jusqu'h aujourd'huii, Robert Waithman, dans le News
Chionicle, se fait 1'bcho des bruins selon lesquels I'U.R.S.S.,
la Grande-Bretagne et les U.S.A. proposeraient leur mddia-
tion dahs la guerre civil chinoise.

2. Politique intdrieure britannique
La press donne ce mpatin la vedette au grand ddbat de
politique interieure qui s'est ouvert hier a la Chambre des
Commines et au course duquel 5ir Stafford Cripps a declare
que le gouvernement envisageait de nouvelles measures pour
organiser la production et ramener le pays it la prosipriti.


La measure la plus important est l'6tablissement d'un bu-
reau interministdriel qui conjugurra les efforts du' pays
dans tous 1ks domains de l'dconomie I l'instar de l'orga-
nisme qui avait Wtd crdd pendant la guerre. Ce bureAu serait
dirig6 par un Jiomme doui de qualities speciales et de
grande experience. Le discourse de Sir Stafford Cripps annon-
cait en outre un programme de restrictions portant sur le
nombre des trains de- voyageurs, le carbon pour la consom-
mation domestique, etc..,
Au discours de Sir Stafford Cripps, M. .. Littleton a
repondul eq critiquant la politique du gouvernement et
accusant Sit Stafford Crijips de sous-estimer le danger que
court l'eonomie britannique. 11 aurait meme declard que la
banqueroute du pays etait proche et que si le pouvoir
d'achat de la Grande-Bretagne restait ce-qu'il est ou si elle
ne pouvait plus emprunter a l'dtranger, le niveau de vie du
pays diminuerait de 40 c%.

3. GrPce
Le Tilmea, le Daily Telegraph, le Manchester Guardiant
annoncent que le President Truman fera mercredi une ddcla-
ration au CongrBs sur la situation grecque.
Selon ces deux journaux, M. Truman saisira cette occasion
pour exposer la politique ambricaine dans tout ie Proche-
Orient et notamment I'aide que les Etats-Unis se proposent
d'apporter i la Turquie. Ils font 6tat des declarations de
M. Merrow, membre americain influent de la Commission
des Affaires 6trang6res, selon lesquelles l'aide ambricaine a
la Gr&ce et a la Turquie n'a pas pour but de d6fendre l'Em-
pire britannique, mais d'arreter la march du communism
vers l'Ouest.
Le correspondent du News Chronicle t New-York croit
savoir d'autre part que le gouvernement grec recevra des
arm-es americaines pour l'aider contre les rebelles.
Une dlep4che Reuter, reproduite dans le Times, announce
que M. Porter, repr6sentant .special du president Truman en
Gr6ce a conseille an gouvernement amnricain de demander
l'abdication du roi de Gr6ce com.me condition a 1'aide amd-
ricaine.

4 Indes
Tandis que les troubles du Penjab s'aggravent, et que les
observateurs ne parent plus d'dmeutes, mais de guerre ci-
vile. des manifestations ont eu lieu aujourd'h'i dans toute
cette province contre le Pakistan.
D'autre part, le correspondent du Daily Telegraph A La-
hore signal que Khan de Mandot, l'un des chefs de la Li-
gue mupulmane, a informed le gouvereur qcue la Ligue etait
soucieuse de d ollaborer avec les Sikhs et les Hindous, pour
retablir l'ordre


__








,2 HTLLETIN QUOTIDIENN DE PRESS fTRANGtRE


5. Sarre
Le correspondent special du Times a Sarrcbruck announce
i'ouverture de l'Institut frangais, de Hombourg, 6v6nement
qui est prtsente come un effort de la France vers lo rat-
tachement 6conomique de la Sarre (voir l'article plus loin).

6. Ruhr
Une court dI 6che du Times announce une augmentation
de la production du' charbon de la Ruhr. Les exportati,ms
seront elles-mdmcs augmeBntees do 50.000 tonnes en avril ct
de 200.000 tonness en mai.

7. Antilles
Le correspondent Ipariculier du Manchester Guardian a
Paris anionce que 11. Defbos contr6lera le changement qui
doit Atre apport6 au ,statut de la Martinique, de la Guade-
loupe, do la R6unnion, qui ont demand I'annie dernidre a-
etre incorpores ai la Mitropo'le. I1 precise, que 1'economie
des Antilles ne s'est pas encore relev6e de la neutrality ri-
gide imposec par l'amiral Robert pendant la guerre.

8. Traild polonotchque
Un traits d'amiti6 et d'assistance mutuelles a e6t sirgn6
hier entrc les reprisentants polonais et tch6qucs, A Var.ovie,
aux terms duquel les deux pays d'engagent a s'aider iiu-
tuellement de tons les moyens pour empecher une agres.ion
de la part de 1'Allemagne centre P'un on I'autre de ces pays.
'Le protocole quf compose ce trait announce par ailleurs que
cenx-ci se sont mis d'accord pour laisser en suspens totes
questions d'ordne territorial, mais qu'ils s'enigagent a re-
cherchcr une solution an course des deux prochaines anuies.

9. Birmranie
Le Daily Telegraph signal qcue deux anciens homes
d'Etat birmans, le Dr. Ba Mow et U. Saw, out demand:' la
reconnaissance immediate de l'ind.pcendance birmane par le
gouvernement britannique.
D'autre part, une d6peche Reuter, publide par ce mnime
journal, announce que le part communist dv Birmanic a
fait savoir qu'il avait 'intention d.e susciter une revolution
de toute la paysanneric birmane, mais cc parti,, precise In
depeche, n'a pas Wt6 reconnu par Ic government birman
'et ne doit pas Wtre confondu avec le parti conlnuniste bir-
man qui, lui, est un part officiellemnent reconnu.

a) Lp PROBLEME SARROIS '(Times, 11/3) :

versit6 de Hombourg a W6t fondue A la veille de la Con-
ference de Moscou, qui ainsi que le pensent les au-
torlt6s frangaises doit approuver le rattachement
conomique de la Sarre A la France. Ce rattachement,
les 'Sarrois eux-memes le d,6sirent, car il mettrait fin A
l'incertitude qui regne depuis de nombreux mois. Etant
donn6 les souffrances' physiques .qui .accablent 1Alle-
magne, les Sarrois ont 6t6 persuades pour le present
.du.moins que ieur avenir est lid A- elui de la France
et, .dans ;une region oh les coupures d'"lectricit6 sont
inconnues, oA le combustible est 'relativement abon-
dant 'et 'of le taux des rations est plus 61ev6 que dans
aucune autre parties de l'Allemagne oceidentale, il n'a
pas ete particuli6rement Adifficile de les persuader. >
(Du correspondent du Times A Sarrebruck.)

b) LE'TRAITE PPOLONO-TCHO COSLOV-AQIUE (TimnlS, 11/3) :
< Le trait&-d'amitiM et d'aide mutuelle qui a -6t si-
gn6 lier & 'Varsovie, entire la Pologire at la TchBeoslo-
vaquie, compn~te le r6seau > des pactes unissant les
Etats .de .l'Europe orientate centre toute aggression fu-
ture de 1'Allemagne.


Le syst&me de pactes qui unit les Etats de l'Europe
orientate ne peut 6tre affaibli que par une m6sentente
entire deux des membres de cette communaut6, et ce
nouveau trait marque un progrbs notable vers une
veritable solidarity. Du point de vue polonais et tch6co-
slovaque, l'union contre l'Allemagne, qui a Wtr n6glig6e
autretois ce qui a eu des consequences aussi d6sas-
treuses est une question de prudence l16mientaire.
Celle fois, ce pacte se justified davantage encore. Cha-
cun de ces Etats a expuls6 des millions d'Allemands de
son territoirc et il est certain que les AllemAnds en
6prouveront un ressentiment permanent et profound. Ce
nouveau trait, bien qu'il laisse de c6te les questions
territoriales, peut contribuer A creer les conditions de
confiance qui seules peuvent permettre de les*resoudre.
La solution de ces questions territoriales d6pendra
aussi du rbglement du problmme allemand que l'on dis-
cute actuellement A Moscou. >

C) LE DISCOURS DE SIR STAFFORD CRIPPS SUR L'ECONO-
MIE BRITANNIQUE.

1. 'Daily Herald (11/3, travailliste) :
<< Le parti travailliste est arrive au pouvoir avec un
sens r6aliste des besoins de'la nation et avec une poli-
tique pourt y faire face. L'attention du public est main-
tenant concenlrte sur l'ex6cution au jour le jour de
cette politiquc. Les 6v6nements qui se sont succ6d6
depuis les elections ont montr6 plus clairement que ja-
mnais la n6cessitt d'une 6conomie dirig6e. La lecon A
tirer de nos r6cents deboires est la suite : le dirigisme
dolt etre applique avec davantage de hardiesse et sur
une echelle beaucoup plus grande; les organismes
charges de l'appliquer doivent etre renforc6s.
En Jai, on reinforce a l'heure actuelle ces organis-
mes. Sir Staffofd Cripps a decrit hier deux ameliora-
tions h cct regard. Chaque minister s'occupant de ques-
'tions commercials, industrielles et economiques sera
dote d'une 6quipe permanent charge de s'occuper
des questions de planification. Ce qui est encore plus
important, c'est la creation d'un organisme interminis-
terinel charge de coordonner les efforts des divers mi-
nisteres.
II taut esp6rer que les ameliorations que l'on vient
de d'cider seront rapidement mises A execution.
L'annue 1947, pour laquelle le gouvernement a fia
des objectifs de production dans son recent Livre
Blanc, advance rapidement ; son premier trimestre est
dGJA presque achev6. II est n6cessaire de periectionner
le plus rapidement possible organisation grAce A la-
quelle les objectifs pourront Wtre atteints ; il est 6gale-
ment n6cessaire que l'effort le plus vigoureux soit "d-
ployd par tout citoyen susceptible d'aider le .pays en
ce temps d'bpreuve. >

2) News Chronicle (11/3), liberal :
Le premier ministry a btC bien avis6 de choisir le
president du Boar of Trade pour ouvrir hier le .dbat
sur la situation kconomique. Des le d6but, le discours
lucide et objectif de Sir Stafford Cripp a .eclairci
I'atmophere.
Le discours de Sir Staff ord Cripps a montr6 pour la
premiere fois que le gouvernement tient compete de la
demand gnarale d'une,politique ,positive. .1J a montr6
que le parti travailliste conmnence enfin A prendre au
s&rieux Je planisme.
:I1 est regrettable, par consequent, que dans sa br6ve
allusion A la necessity d'tn plan A longue echbance, 'Sir
Stafford Cripps ait trbs peu parle de l'avenir, si ce
n'est pour nous pr6venir que nous devons nous pr6pa-








BULLETIN, QUOTID.IN DE PRESS ATHANGifRE


rer a;une longue p6riode d'aust6rit6. Ti faut espdrer que
les,auteas orateurs du:goisvernement exposeront ce que
nous& reserve l'avenir dans des terms plus explicites.
Geei: encouragerait le pays A; prendre. conscience du
fait que la position 6conomique actuelle de la Grande-
'Bretagne n'est pas un probleme qu'on puisse r6sottdre
rapidement.et qui r6clame l'adoption hrutale de mesu-
res desesp&r6es.
Nous avons besoin aujourd'hui de faire des efforts
constants et de nous en tenir une politiqpe coh6rente.
Avec Sir Sta'fford Cripps, n.ous pensions qu'il en sera
aihsi maintenant que le people connait les dangers et
les difficulties auxquels il doit fire face. Mais nous de-
vrionsanous;rappeler: que le gouvernement; et le: gouver-
liement seuln peut'preadre l'irritiative qui soutiendra la
corfiance du pays. Un diseours--- si habile qu'il soit
n'est pas.suffisant;

3) Dail0pExpress (11/3), conserviaeur

Aussi longlemps-que le gouvernement reste dispose A
clouter patiemment les arguments de la minority au
Parlement et a agir en en tenant conpte. et meme a
modifier 6ventuellement son point de vue, on ne peut
1'accuser de faire preuve de tyrannie.
Mais lorsqu'il tire part d'une majority num6riquc a
la Chambre des Communes pour carter l'opinion des
autres, il devient un gouvernement tyrannique qui est
indigne d'etre tolkr6 par des homes et des femmes li-
bres.
Suivez ce d6bat avec soin et observe les racitions du
gouvernement. C'est une occasion- unique pour le peupie
de- decouvrir ce qui se passe et pourquoi et de juger
en consequence.



II. PRESS AMERICAINE


Revue de la press ameAicaine du 10 mars 1947

1. Grice
Toute la. ppesse porte. encore son attention. sun Paffaire
grecqne.. Elle. faiL. tat d'une :bunionA, la- iMaisoa.Blanche
q#i dolt. permettre an PrIsident, Truasani de; d6cider de lfa
proaeidure qu'il adoptera.,ppur fare connaitre, an; pays qpelle
est son attitude ct celle du government. americain: ail'egard
de ce probl&me. Aux dernibres nouvelles, les correspondanuts
de. WshMirgton, sur- la foi d'uien declaration du s6nateur
Vkndenbtrg et. dv, s.eertaire dt Pt sidtnt, indiqucnt que
M: Tiuinan fera son expose' mercredi dtvant les deux Cham-
bres; rdunies:. ans leurTs commentaires, Ils journalists con-
tinuent' a etildirv dans quelle measure les U. S. A. penvent
etre appeals A fournir leur aide aux divers pays menaces du
retrait de 1'appui financier et militaire anglais. Certains
vent .jisqlu'..envisage, la. possibilit:pour. les U. S..A. d'avoir
j soutenir non seulement 1'Empire britannique, mais, aussi
les Empires frang4is et hollandais don't la situation est mise
en p.eil, slcon.eux,,par la. faiblesse militair&e eBonomique et
financiAre .actuelle de la France et de. la, Hollande. Tous
adinettent qupe la Tirquie sera. la premiere nation &a suivre
la GrBce dans un appel'h i'aide americaine et.le conrespon-
dihnt du New YorkT Times "i Londres indique, de source. auto-
risde,, que 1t gouvernement anglais annoncera prochaineement
quia' est- oblig&- d suspended 'aide qu'il, aceord-ait jusqu'A
prdstntiA le pays.
, Certain, journaux, cormme.le libEraliPR Mi et le NNew York
Herald., Tribune;. s'inqpietent,.des repercussions que: ,porrait
avoir une aide amdricaine au gouvernement grec antuel.
L'idee de sosftenir une monarchie en proie A une opposition
intbrieurei armiee ne leur, paralt pas cortespondre aux vEri-
tables- inidrets de: la: dnmocratle et ils seo demandent dans
quell measure le pauple amnricain pourra soutenir une poli-


tique qui ne s:inspirerait que de 'elle suivie jusqu'A present
par les Britanniques, politique qui risquerait d'encourager
les masses greeques a se turner vers le communisure.
Les jor-rnaux financiers itudient le coft eventuel'de la
nouvelle politiqAe amnricaine d'aide A I'etranger, -u moins
tell que, 1':evisagent un grand nombre de correspondarts,
Le Journal of Comrterbe conclut' son- Editorial'en distant qure
si le Congres approve les propositions que M.' Truman fern
pour soutenir la Grece politiquement et economiquement; sa'
decision impliquera 'qu'il estV prt it, donner- une' aide mili-
taire et financibre correspondante h diautres pays dent 1 .
situation est critique. Les perspectives de rbdtotions budg6-
taires et de reductions des impbts-soetrouvent entravees par
l'eventualitd d'obligations internationals aussi lourdesi
Tonte anire politique ferait: cependant courier les: risque dL
nature h menacer notre s)ecuritd national.
Dans P. M., Uhl dit notamanentque les reactionnaires en
Grece constituent une menace et que le moyca le. plus str
de jeter le people dans les bras du communism est de lui
infliger un regime rbactionnaire qu'il ne pent plus endurer
et il ajoute qu'adopter une politique o britannique n en
Grece e renforcerait le communism au lieu de l'affaiblir ,:
L'editorial du New York Herald Tribune attire Aussi I'at-
tention du gouvernement sur cet aspect du probl6me. Une
chose, dit-il, n'a pas et6 Eclaircie par le gouvernement ni
par une autorit6 quelconque, c'est de savoir dans quelle
Smesure une politique democratique doit, accomapaggeri l'aitde
economique que les U. S. A. apporteront s la Grece... Est-ea
que l'es U.S.A. vont reprendre l'affaire au point of les
Brithnniques 1'ont laissee ct vont-ils continue ai apIpuyer
jnddfiniinent les ultraconservateurs en GrBee ? Ce journal
conclut en se dtmandant si le general Marshall ne serait
pas bien avis6 d'adopter vis-a-vis de la Grice l'attitude qu'il
avait djhA prise en Chine.

2. La Confprence de Moscou
Les premiers articles des correspondents spiciaux envoys
A Moscoun rapportent les declarations du geir-ral' MArshall
en faveavr d'mnn pate A quatre dirigd centre 16 riArmement
de I'Allemagne et donnent des details sur les ceremonies,
plus braves que de coutume, qui ont accompagne 1'arrivie
des delegues anglais, fragaais et-am2 ricains dans la capital
sovidtique. Middleton, le correspondent du New York Times,
profitant de: la,.disparition. momentande de, la censure, fhit
6tat des vis6es,;que: les Russes.ont'sur l'Allemagne. Le'titre
donn6 ., cette dipeche est significant :

< On croit que le but recherclih par Moscou est de
dominer 1'Allemagne On indique que les demanded
pour Pl'unit, Economique et politique snt' bases sur,
le desir des Russes de jouer un:wy61A dans la, Rthr et
d'etablir la domination du parti communist.

Un correspondent da m6me journal a Berlin ecrit q~s. l,
secr6taire d'Etit Marshall a declare aasjpurd'hui que la nigp,
ciationr d'une, alliance A quatre dNine. duree de qjarante
an's qu'avaient propose Its U. S. A: Atait de premiere impor-
tance, et qu'elle devrait prbeeder toute- tentative d&- rediggr-
uw traite die, painic pour Pl'Allemagnet lDaprrs ce journaltite,
le genEral,:Marshall aurait:ajout, :
SSi uin accord pouvrait Atre rdalise, il ferait dispa-
raitre bhaucoup ':di didfieult6s e'tipermettrait de traiter
les autres avee pins d'objectivit. >

3. Allein gne
Le correspondent du. Ne a. York Herald Tribane h PFranc-
fort rappprte que 5.000 Allemands ont, assist i uane rEunoio
organise par. les parties all4mands de la zone, russe. sons
li direetibn de Gtotewohil ct Pfeck. Ces derniers n'auraient
pas soulevb6 ~iaecouo deinthousiasme parmi 1'anditoiie.
Ds dApbhtes' deo New-York font etat. d'une. manifestation
de pasteurs; de jdurnalistes et dbcrivains amxricains,, en
faveuir dtlne; Alle~nagne reconstruite pour -servir Iconomie
europiemnevIls." anrnaient Egalement:demand4 lit suppression
du t travail forpe: et se: seraient d6elards: partisans de
transfers de.territoires a condition qu'ils soient.conformes
auxr vw ux dbs populations.







4 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATiANG*RE


4 Indochine
De nombreuses dep&ches de Paris, de Saigon ct de Bang-
kok paraissent -dans la press. Les premieres indiquent un
calnme relatif sur le front depuis vingt-quatre" heures et si-
gnalent des tentative de n6gociations de la part du Viet-
nasm. Les Franqais, selon le corresporldant du New York
Times de Paris, auraient envoy des 6missaires aupres de
l'ancien empereir d'Annarm, Bao Dai, pour discuter de son
retour au pouvoir, c'est du moins ce qu'aurait declared un
porte-paro'le du Vietnam, mais le Ministere des Aflaires
Atrangeres ne saurait rien de ces n6gociations.
Le correspondent du New York Times A Bangkok rapport
que les Vietnamiens a admirent les U.S.A. par-dessus tout b,
et ajoute que le sentiment anti-ambricain des coloniaux
frangais

c croit dans la proportion directed du pro-am6rica-
nisme des rebelles annamites. Le sentiment anli-amo-
ricain des Franqais a ete mis en evidence r6eemment
Ipar des articles de press h pine voil6s, dirig6s con-
tre le Consulat am6ricain et les activities des services
d'information amiricains I Saigon, et par les ru-
meurs que l'on chuchotte et qui reprdsentcnt 1'Am4-
rique come voulant s'emparer de l'Indochine. *
Le repr6sentant vietnamien a Bangkok aurait indiqu,6 au
correspondent du New York Times que le Vietnam ne con-
siderait 1'entr6e dans 1'Union Francaise que comme un pas
vers l'ind6pendance, et il aurait ajout6 que le gouverne-
ment du Vietnam voulait que les Frangais remplacent leur
politique commercial des monopoles par une politique libi-
rale d'accords reciproques.
Le correspondent de l'Associated Press A Saigon, Vital
Saulnier, dans une d6pCche reprise par le Washington Po'st,
note que a des extremists jusqu'au'x mod6res, tous les Viet-
namiens d6clarent-que 1'autorite frangaise, sur 1'Indochine'
dolt disparaltre ,. I1 reprend les declarations d'un prdtre
de *la Ligue catholique, criti.qualjt l'amiral d'Argenlieu pour
avoir, selon lui fait appel i l'Union des Blanes contre les
peoples asiatiques.

5. Hongrie

Les correspondents de Budapest signalent que le com-
mandant soavidtique en Iongrie a rejetd la protestation am&-
ricaine et que cette note et la r6ponso sovi6tique seront
prochainement publides dans les journaux hongrois.


a) LE GENERAL MARSHALL A PARIS (New York Herild
Tribune, 10/3) :

< Pour les Americains, le rble que joue M. Marshall
comme porte-parole de la nation dans les discussions
de la Conf6rence de la Paix faith presque passer a l'ar-
ribre-plan sa carrirre de chef d'6tat-major. Mais pour
les Frangais, M. Marshall rest avant tout 1'un de leurs
liberateurs, et le mot liberation rev6t une signification
poignante chez un people qui a subi le joug des nazis.
II y avait quelque chose, de particulierement emou-
vant dans le fait 'que M. Marshall revenait a Paris
comme artisan de la paix. Lorsqu'il placa une gerhe
de lilas .sur la Tombe du Soldat inconnu, il rappela
qu'il y'a trente ans, ii s'6tait trouv6 au m6me endroit
a co6t du general Pershing << un autre artisan d'une
victoire commune > dans une autre grade, guerre.
Sans aucui- doute, le Secr6taire d'Etat songeait a cette
autre victoire, aux sacrifices terrible qu'elle avait exi-
gAs et A la facon don't on avait perdu les avantages de
cette victoire. II pensait aussi sans aucun double a la
responsabilit6 qui lui incombera A Moscou oh il devra
s'efforcer, si cela est humainement possible, de veiller
a ce qu'on ne perde pas de nouveau les avantages de
la victoire a laquelle il a tant contribub.
Bien des fails historiques pouvaient 6tre Avoiu6s dans


le petit space oi se' tenait Marshall pres de I'Arc de
Triomphe bien des souvenirs, bien des craintes et
bien des espoirs y 6taient repr6sent6s. C'6tait bien lh
le d6but qui convenait h une mission de grande impor-
lance. >

b) LE PLAN MONNET MENACt PAL, LE GEL DU BLE (New
York Henald Tribune, 11/3)
L Les experts 6conomiques et agricoles ont pr6dit
hier que la destruction de plus de la moiti6 de la pro-
chaine r6colte par les gel6es d'hiver aura des effects
dbsastreux sur le plan Monnet.
Pour fourpir du pain A la France, le gouvernement
est oblig6 de d6penser ses' resources limit6es en dol-
lars pour acheter des c6r6ales au lieu des machines et
des 6quipements prvu.s par le plan Monnet.
11 faudra attendre plusieurs mois avant de mesurer
la port6e exacte du coup qui vient d'etre ainsi port
an plan Monnet. >
(SIDNIEY KELLER.)




III. PRESS SOVIETIQUE



Revie de la press soviftique du 10 mars 1947

La Pravda parait seule aujourd'hui, et pres de la moiti,
de la premiere page est occupie par les textes et les. illus-
trations relatifs A l'arriv6e du president Bidault et du gt-
ndral Marshall, ainsi qu'a la reception par M. Molotov de
MM. Bevin et Bidawlt. La rubrique de politique dtrangere
proprement dite, qui n'occupe qu'une page un quart envi-
ron, est essentiellement informative.
a) L'immense majority des textes a trait aux themes de
la bataille pour la democratic dans le monde. On y relive
un copieux bloc de d6peches Tass sur la c681bration de la
Journde international de la femme a 1'6tranger, de gran-
des dpf6ches sur les proces de Budapest et de Vienne, -
des depeches de longueur moyenne sur la situation A For-
mose, l'affaire de l'Universit6 d'Ankara, l'indulgence
que rencontrent les collaborationnistes en Finlande.
La situation an Japon suscite un interOt particulier :
Tass done des dep&ches de Tokio, sur la situation A la
veille des elections, et Markov consacre un article an m6me
sujet (voir cet article plus loin).
b) Au second plan, 1'Agence Tass donne dgalement des
d6peches sur les relations, internationales : arrive A Var-
sovie d'une delegation gouvernementale tchdcoslovaque, -
relations commercials entire la Grande-Bretagne et 1'Espa-
gne frangquiste, -, dependance de l'Angleterre vis-a-tis des
U.S.A., d'aprcs un correspondent aminricain.

a) AVANT LA CONFERENCE DE MOSCOU (Novoe Vemramia,
10/3) :

a Les pessimistes professionnels du camp r6action-
naire ont d6ja repris leur refrain devenn parfaitement
fastidieux, mais Avidemment bien pay6, sur << 1'chec
inevitable de la Conf6rence de Moscou >. De meme,
on fait beaucoup de tapage pour dissimuler a l'opinion
publique la nature, des divergences existantes. Les mai-
tres chanteurs exp6riment6s comme lord Vansittart
exhortent A nouveau les diplomats de leur pays A la
<< fermet6 >, vouant A l'anathmme tout d6sir de << com-
promis >.
Cependant, une chose est claire : plus on fera d'ef-
forts pour arriver A des resolutions concert6es accep-
tables par tous les, participants, plus les perspectives







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE


de la conference se presenteront sous un jour encou-
rageant.
II n'existe en Union Sovi6tfque aucun group jugeant
irr6alisable une collaboration des nations pacifiques.
Mais ailleurs, et surtout dans les pays anglo-saxons, il
existe des groups important et actifs qui sabotent sys-
t6matiquement cette collaboration et qui sont partisans
de la fameuse diplomatic at6mique. Ces groups pous-
sent leurs gouvernements vers une politique perilleuse
et sterile qui tend A imposer leur volont6, aux autres
peuples au lieu de parvenir A un accord avec eux.
L'experience de la p6riode d'aprds guerre a d6montr6
que cette pQlitique, en tout cas en ce qui touche l'Union
Sovi6tique, 6tait vouee d'avance a un 6chec total. >

b) LA SITUATION AU JAPON, (Pravda, 10/3) :
< L'activite antid6mocratique du gouvernement de
Yoshida a W6t soutenue par les autorit6s d'occupation.,
Une manifestation monstre pr6vue pour le ler f6vrier
de cette a'nn6e, a laquelle devaient participer plus de
3 millions d'ouvriers et qui avait pour but d'exiger la
admission du gouvernement Yoshida, a WtB interdite
quelques heures avant spn d6but. Le g6enral Mac Ar-
thur avait d6cid6 que Faction des ouvriers ata, un
.acte de (< revolte > et le ministry de l'Interieur' du
gouvernemerit Yoshida s'empressa d'interdire toute ma-
nif-estation.
Mais grAce au-fait indiscutable que les masses labo-
rieuses japonaises prennent de plus en plus conscience
de leur force, la politique int6rieure du Japon a subi
de grands changements ces temps derniers. Les forces
de la reaction re.culent de plus en plus devant la puis-
sance encore.mal organis6e, mais effective, des masses
populaires.
L'approche des elections (les elections A la Chambre
Haute auront lieu le 20 avril et celles de la Chambre
Basse le 25 avril) a reinforce les parties d6mocratiques.
Cependant, les forces de la reaction pr6parent une of-
fensive dirig6e contre les int6r6ts des masses laborieu-
ses. Elles esp6rent contrebalancer 1'influence des par-
tis d6mocratiques an Parlement et au Conseil des mi-
nistres en cr6ant le bloc uni des parties de droite, et
la situation actuelle leur apporte un concours qui n'est
pas negligeable en permettant le regroupement de ces
forces.
La situation des affaires politiques au Japon montre
que les parties d6mocratiques japonais devront faire face
A de grosses difficulties au course des prochaines 6lec-
tions. ,
(MARKOV.)


IV. PRESS SUISSE

LA CONSFIRENCE DE Moscou (Gazette de Lauz-anne, 11/3):
< Si les supplants des ministres des Affaires 6tran-.
gbres ont travaille de leur mnieux, il ne parait pas Iqu'ils
aient obtenu des r6sultats satisfaisants. Le project de
traits avec l'Autrishe est peine esquiss6. Les quel-
ques points sur lesquels on est parvenu A se mettre
d'accord sont de peu d'importance. II est regrettable
que les diplomats allies n'aient pu s'entendre sur le
trace des frontieres de cet Etat autrichien aaquel ils
pr6tendent accorder le droit de vivre. Et a quoi bon
reconnaitre l'ind6pendance autrichienne si l'on n'est
m6me pas capable de fournir les garantics n6cessaires ?
Non, les ministres autrichiens qui, A leur depart pour
Londres, nourrissaient encore quelques illusions, ont
aujourd'hui de plus fortes raisons de craindre que d'es-
perer. Ils ne peuvent m6me pas avoir la certitude que
l'6tude du trait qui concern leur pays pourra ktre
abordee A Moscou.
Quant au probl6me allemand, il ne parait gunre plus
proche d'une solution. Le rapport redig6 A l'infention
des ministries des Affaires 6trangfres par le comit6 de
coordination -de la commission de contr6le interallike
en Allemagne ne constitute pas une base suffisante de
discussion. On ne voit pas pour l'instant qu'un accord
soit possible sur le trace m&me des frontieres ni sur
la forme qu'il s'agira de donner A cc future Etat alle-
mand. Une bataille acharnee se pursuit centre f6d6ra-
listes et, centralisateurs, entire les ap6tres de concep-
lions d6mocratfques fort diverse.
Qu'attendre done. de cette nouvelle conference inter-
nationale ?
La r6ponse nous est donn6e par ceux-lA mimes qui
ont en main la responsabilit6 de la decision. Les minis-
tres des Affaires 6trangeres ne pensent pas qu'jl era pos-
sible de r6diger le project de traits de paix a imposer
aux Allemands. Its esp6rent tout d'abord arriver A une
entente sur le regime provisoire de l'Allemagne, fix6 par
cette convention de Potsdam 'qu'il est urgent de revi-
ser. Nul doute que la discussion de ce point ne suffise
A les occuper pendant quelque temps. Peut-6tre pour-
ront-ils encore jeter les grandes lignes d'un trait.
Mais personnel ne s'y trompe : pour les diplomats
r6unis A Moscou, les questions allemande et autrichien-
ne restent apr6s tout secondaires. II. s'agit pour eux de
savoir si 'U.R.S.S. et les d6mocraties anglo-saxonnes
peuvent subsister c6te A cote on si les traitWB que peni-
blement ils Blaborent ne seront que des tr6ves.
(JACQUES FREiYMOND).


S. P. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.30G9