<%BANNER%>
Bulletin quotidien de presse étrangère
ALL VOLUMES CITATION SEARCH THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00077027/00054
 Material Information
Title: Bulletin quotidien de presse étrangère
Physical Description: dl. : ; 30 cm.
Language: French
Creator: Ministère des Affaires Étrangères
Publisher: s.n.
Place of Publication: Paris
Creation Date: 1947
Publication Date: 19XX-
Frequency: regular
 Subjects
Genre: periodical   ( marcgt )
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage: France
United Kingdom
Russia
Poland
Germany
Belgium
 Notes
General Note: 1009: gebaseerd op afl. 5605 (1934).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 72892915
ccp - PA0245063
System ID: UF00077027:00054
 Related Items
Succeeded by: Articles et documents

Full Text




D'INFORMATION
SERVICES FRANQAIS
(llNISTARIE DE LA JEUNESSE,
DES ARTS ET DES LETTRES)

Direction de la Doacumnentationt
14-16, rue Lord-Byron, Paris (80).


LA DOCUMENTATION FRAN(AISE


MINISTER
DES AFFAIRES ETRANGERES


SERVICE D'I
ET DE


BULLETIN


DE


PRESS


8 mars 1947.


QUOTIDIENR



ETRANGERE


Nouvelle Serie No 613


I. PRESSE BRITANNIQUE


Revrtl die la press brhuanniquie dlu 8 mars 1917
Cc sonl .suirtut les questions instrieures qui tienucnt la
vedette, cc natin. La prcsse fournit id'amplcs details siur
les effects des rscentes tcmpites de neige qui ont sevi sur
loute la Grande-B3ctagnc : retards considerable dans la
circulation routi&re, acheminnement difficile des trains de
charbon, arr6t du travail dans certain puits de mines, etc...
Ainsi, Ia rise charbonniere continue a i tre Ie souci majeeur
du gouvcrn'mcnent. Lc ministire du Commerce a annonc6, hier
soilr, la revision du plan Cripps pour I'allocation de
carbon a I'industrie, en raison de l'insuffisance des stocks.
Des inilliers d'cntreprises industriellcs seront forces de ne
travailler (que quatrc jours par semaine au course tes pc'o-
chains nmois. De mime, les centrals 6lectrique'; voient leurs
stocks de carbon diminuer constamient, et, si les conditions
almiosphi6riqutis aciuellcs persistent, cLux-ci risqueront de
tomber au-ilcssous du niveau de sicurilt. La presse announce,
d'autre part, quc ]e*cabinet a dti retarder, par crainte do
l'inflation, I'itablissnce nt dte l'igalitl, des salaires cntic la
inain-d'oeuvre masculine et feminine dans les services pu-
blics. 11 aurail, d'autre part, augment les salaires des ma-
rins marchands ct decide tie leur accorder tons les avan-
tages don't jouisscnt Irs fonctioi naires (conges pays, conti-
nuite de I'emphloi, augmentation progressive du salaire). La
clronique extericure passe an second plan. Aucnne question
d'actualiti ne fournit matisre a des articles tie fonds. Les
questions franqaiscs ne sont lmentionn6es quec dans de
courts depe)lcles. II faut noter, cependant, quc teIc Tihes
donnc une certain importance aux accords coinmcerciaux
franco-britanniques, i la greve e lai pressed parisienne, et'
que son 6ditorialisle 6tudic assez longuement la question
indochinoise, tell qu'ollc se pr6sente aprbs la nomination
dte M. Bollarlt au post de haut-commissaire. (Voir l'article
plus loin.)
Pour ce qui est des autres questions, I'interet de la press
est assez disperse.

1. France

Le Times fait itat du marasme financier de certain jour-
naux qui se verront oblig6s de cesser toute activity si la
grive continue encore quelque temps. I1 signal 6galement
quo le gouvernement ne peut pas so permettre d'intervenir
pour arreter cette grcve, i6tant donn6 qu'elle affected des
entreprises privies et que le droit de greve dans de olles
entreprises est reconnu par la Constitution. D'autre part, et
quel que soit le dIsir qu'ont certain journaux de repa-


raitre, Je gouvernement ne pouvait pas lour accorder cc
droit, car une telle autorisation pourrait diclhainer un conflil
don't personnel ne pout prevoir I'amplour.
., La prolongation de cette grjve, &crit 1t correspon-
dant du Times, prouve que le gouvernemcnt a cons-
cience 1do la faiblesse actuelle" de I'Etat ,.t de son inca-
pacit det fair face a son principal devoir, celui d'as-
surer le respectt de la loi. >
D'auttl' part. le correspondent du Daily Tel&graph announce
(Lque i grevh e prendrait fin ct quc les journaux paraitraient
inardii p chain. ill ajoute qu'cllc aura probableinent ruin6
tid nionbrcux journaux.
Dans uine court dCpiche, cc m6nme corrcspondant signal
une hausse des prix en France, malgrC la politique du gou-
ve'rncment. Le:, prix de gros des denrdes alimentaires scraient
passes de 9!78 en janvier h 1.007 en fivrier. Une court
depechle Rotler, rieproduite par cl Times, mentionne que
luit cents indecins de la region pa-isienne out fait unc
inarche' de protestation dans les rues de la capital pour
ideanuder unc amelioration de leurs moycns de transport.
Une autre d6peche du correspondent du Times i Varsovic
sig!nale Ic passage doe I. Bidault dans la cap'tale polonaise.
M. Bidault se serait abstenu de fair une declaration quel-
conque siur la question des fronti6res allenandes, mais
< aurait manifesle un optimisme professional normal ,
en ce qui concern l'issue des ndgociations de Moscou.

2. -- lcltlions conlmmerciales franlco-britanniques
I.e correspon)dant parision du Times announce quc lc gou-
vcrnement fiancais vient d'achcter a la Grandc-Bretagne des
arln.es, des avions de transport ct des planeurs afin de com-
pl6ter 1'Cquipement d'unc de ses divisions adroportecs. Ce
corrcspondant precise qu'il n'est pas question d'envisager une
standardisation de 1'dquipiement militaire francais ot britan-
nique colnme I'avait laisa6 supposed un article de la Pravda.
Le Times, le Daily Express reprodu;sent d'autre part une
dipiche Rocuter annongant que la Grande-Bretagne rccevrait
du bli de moulin en change de scncnes de bl6.

3. Ruhr
Une court d6peche Reuter reproduite par le Daily Express
announce que la Grande-Bretagne a averts la France qu'elle
ne confierait pas pour I'instant les industries tie la Ruhr a
une administration allemanii Il. tynd aurait (delar'u que
]es bins induistriels de cctte region rvatera:eut entire les
mains alleiandes jusqtu' cc qu'aicnt itc fixes cls condi-
tions dans lesquelles ocux-ci seraient.remis a des services
publics.


-II -









2 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE
i i-


4. -- Grice

Certains journaux, don't Ie Times et le Daily TI'litralp
annoncent que M. Truman a l eardi ses vacances n.' raisoil
de 1'urgcnce dc la question greeque. Scion ie corresp ndant
du' Daily Telegraph, les Etats-Unis se vcrr-aient mail tenant
devant l'alternative suivante : ou bien a-,uimer cux-nmiines
les obligations britanniqucs en Grice. on bien laishsr s'cf-
fondrer compltemcntc le regime actual d6jA chanccl at.

5. -- lIundes

Tandis quue Il correspondent du lTinmes ia Lahorei :ignale
une amelioration de la situation dans ]a Punjab, t aulres
journaux tels quc Ic Daily Graphic, Ic News Chronic';, it Ic
Daily Express annoncent en revanche une ccrudesce ce des
troubles. Ils mcttent en vedette 1'attaquc a la lhacl qui a
6t6 perpetrec centre un train de voyageurs ;par des 6nimuticrs
i Taxila. Jusqu'A mainttcnant 165 nclsonnnes auraient 616
tudes ct 463 blessCes.

6. -- Palcstine

Le correspondent du Tinllis,. i rusalmin announce quce la
police palestinicnne a dtcouve'rt des dip61s d'armcs ai coiurn
d'une foluille monstrc qui a eu lieu dans ca rigioiin dei Tel
Aviv. Par aillcurs, le correspondent splc al du Dairy Tele.
graph h Jerusalem signal quc 1'Irgun acccpterait d: cesser
touted activitC lerroriste si In qiclstian palestiilienlie itanit
soumise h 1'O.N.U. sous l'auloiitC des Etas-Unis.

7. Pacifiqnle
Le Daily Telyeraph, l -DUilUy Herald ct le Nies C'hronicle
annoncent qu'h'er Sir Alexander Cadogan fait part an
Conseil de Sdcurit6 dcs doubles que la Grandc-Brrltagi, cntre-
tien sur la legality d'une revise des iles du Paeifiquie '-ous
tutelle am6ricaine avant la signature du Itraild a\e Ic JIa-
pon.
Toutefois, Ic correspondent spdeial dou Daily Tel' Iraph i
Lake Success announce que Ic gouvernelnent britanniqule
acepte quc Ics Etats-Unis dcvienncnt l'auloril6 chli.rge de
i'adm'nistration dc ces iles.

8. Relalions conmmerciales soiicflo-aryeitin's

Le correspondent special du Times a Buenos-Ayres annonce
que Ies nsgociations commercials entire l'Argei tine iet
1'U.R.S.S. ont dcihou6 apr6s 11 mois d'cfforts inu iles. L:'
rappel de la mission economique scrail dCi au min6'ntente-
mctnt du gouverneielnt de Moscou devant la Inau\ aiic vo-
loint manifested par le government argentin qui aurait
donn6 la prfdrecnce A d'autres pays. Ce correspond.ait fait
remarquer (q'e la rupture des n6gociations coincide avec un
resserremncnt dcs relations cntre l'Argentine ct hI El:ts-
Unit
9. Malaisie
Le correspondent special du Times i Kuala Lurpur faith
6tat de I'inlcnsit6 de la propaganda communisle aupr)'s ties
indigines de cc pays.

10. Polonuis de Griiinde-Brelagne
Le Dail! Mirror sous une imanch'ette important le public
I'annonce d'un ultimatum diu government Iritannique A
15.000 Polonais, Icur cnjoignant, suit de relourncr en Polo-
gne, soit de rejoindre le corps tie readaptation.

a) LA SITUATION EN INDOCHINE (Tim's, 8/3) :

Ia 11nomination d'uni lInaut-(Con( isslli ai're ayit uiCn
experience e la vie publique aussi grande qlie M. Bol-
laert, prouve que les Francais (dsirent chrl'chic un re-
glenimtl plutt par des nSgocialions que par la force.
L'objcctli des Francais seluble rei nmainlen inl d'in-
terdire aux Annamilei s de se nluler ides affairs de leurs
voisins et te leur couper les approvisionnellcilts exts-
rieurs en arlIles el uniiitlions, les laissant seuls en pos-


session te leur inld6penl dance jusqu'it ce qu'ils I'fsscn
preuve te dispositions plus raisonnabils. En allIndalnl,
on s' ipl'loii'era nclivellcnei l il recllt lchlc r un i'rgl cl Cint
gnllral lpour !e rel e dc I'ndoclhine.
()i nie r lmaque encore uI tie e dipci siiion ;i c'cderi
iau prIcen iio s du Viil-Nv'.ii silr l (iClehinchine; inis,
landis ( ule I'adni ni si alilon I i e cIe tlernlier pays dlilt
're rend, t L plus librile lel (qul snl' I i lil lnomi dtil
VtIie l1ablic. 1 Francle io s'oI)pose pas I 'i l une I union
I'lliure ido e ee riloirc avec les deux aiutres lcrriloires
ani n1iiles dil Ttr o kin el V di I'Ab i lnani, plt i)r' n Vil I '-'ntl Ia
tle ( s pcs 'ls iI'a s mxnrct s sounvrsailici sl, r alcctres.
A li base de ci'e prograninm i. l a ly a _co vit' li (|nl qu ii
des dc monument (ln' le c:ltidr i deI Il cldrali'in Indochi-
noise siera b;lali et oi It s loe riloeics aii l ii n inies du
Canui odge, dt l l'niis ul de la Cli l't lini licne scri n ii
'cries, le gl'ouv'rnei nl du Vi'l-N.ni so I piQl A pren-
dre la place qui lui itail c'ihervie. 11 fnlil r:Iap)eIlr ce-
lpendant q(uIe si le Callllnud'e, le Lawos ut mlii11e la (Cl -
clunchie cinpe oinpilt sur I'aide de la France piomr .an-
vegarder C iciln position c lire deis voisins l iiissai ils. lt

















elo Se ll i s t' Se ll llc' iil l'in uci e 'l s t lIr 11 lutlil m ins a ic ltnhe
Virl-Nalnj sep ni uisio n cist nipoiiuui]tiit tc r i dscal' ndre
loul siItl L tl'eii nil ( nihill isl quii CS (illirntL. acuelle--
II irn I i -p llar (dt Viel-Aliln demand indexe llyindanice
'oniplIle dans les relations exiraicures oussi biien que
(lani I ls lliries inlciri.ures. at p uii rrait accepler le
imicm genre de rapporl.cs avec lI Frasnce l que ce qtuii
iinisscnt les lionss du CoiiinionwIaiItlh brilannique ia
t Giraide-Brei agne, niais il esl iortenient opip'osl an
'dsir de la France de relirer es i qui slio s de scuriti,
de relations diplomnaiques et loul ce qui regarde les
ail'ailes exiioaures de la oeinlplence de cliacunL des
iiinmbres de I'lTnion franc'aise el de Iles donner i
unionio n el --minl 0 .
]es evnflinenItls qui se ])passenl t l n ldOChliinc decide-
r lt si la sri eln re i frtici nel ilg'" (i I' a s an i pro-
posec pour I''niolln 'iranl' ise eslt plus (il oins I iS' ent m me
que le syislmc e bIri annique ialx lien:, plus allies do
ontcnir il'e plosion t d nat iii. alislie qui .se ll anif slec
dllis l'Asie si d-orientale.

b) APES I.A SIUNX ArIi )M ; D L'AIALNCIE Fl .N(:C)-IUl'A.NNI-
QUi- (Triblnie, Iravaillisle, 7/3) :

< Ni I lexie du trail- d'alliance, ni les diseours pronon-
ce' par M3131. Bevin et Bidaoult I Dunkerqu0'. n'indiquenl si
la FIrance el nla Grande-Brelaine s, sntl irises dJ'accord
sur le sorl de l'Allemia ine, el. 1n parliculier siur I'ave-
nir de In lluhr ; n:tis i on no parvik'nl pas A tin accord
Ai ce sujel; noni seLileienI avCee ai ]'rance, innais auIssi
avec les Elals-Unis l, IT''nion Suvieliquc --- el(: si eel
aeeord n'esl pas raisonnailtl, il s'mble que I'alliance
conlre line nouveille menace d'.gression do la parl de
l'Allemnagne n'aurnail gu&re de signification. >

c) AVANT LA CONFI:1ENCE DE MO.SCOL.

1. (htanches!er Guardian, 7/3) :

< La diplomnialie est uine chose inIporlmaIle. Inais il
est 6galement important do no pas en venir iA des ac-
cords qui risqueraient de ltcrei encore plus (de dil'ficul-
les dans I'avenir qu'ils n'en evilernienl dans le present.
.lusqu'' (iL que! poinl MA. levin va-l-il accepler de 'rIg-
lenler I'Allemiagne )pour ob)lenir lin scurilk v tlue ?
Si leis Allies veulentl 6viter de graves consequences.
ils anurnl besoin de Iaire coninailre chlairenlie l ce qu'ils
d6sirenl. En effel, uline srie d'inslitulions p)olitiques,
imnposhs el lnwiinlelnues par la force, es line ineplic en
tant que garantic de Iln paIix. Aussi loinglenips que les
Allies sowl prets A employer la force pour empecher'les







BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ATRANGARE


Allemands de r6armer ou de se preparer t la guerre,
ils ne gagneront rien A sc servir de cette meme force
armee pour emp&cher le people allemand de choisir sa
propre constitution.
La Prusse de Bismarck a disparu ; le Reich, excessi-
vement centralis6, d'Hitler, a disparn 6galement. L'Al-
lemagne demeure el bien qu'il existed dans son sein des
religions, des traditions, dos socitf6s et des lemp6ra-
ments diff6rents, c'est un non sens de pr'tendre qu'elle
est compose de divers Elats parlicularistes.
Si nous d6sirons que I'Allemagne soil unilice seule-
ment par des ,Bismarck, des Hitler ou par leurs succes-
sours communists sons le conlrole de la Russie, il
suffit de lui imposer Line faible structure fl6drale ct
de ghercher -i Il main[enir pr a force. Nous pensions
peul-etrc d'accord avec les Francais et la plupart des
Animricains qu'un relour ill << Kleinstaalerci > nlle-
mnand 6viterail aux puissances occupantes occidenlales
,beaucoup d'ennuis; mais nous ne pquvoins ignore' l
fail qne les Busses ne son paIs d'accord. Si nous in-
sislions, nous ne fe rions que cinenter une alliance entire
le nalionalisme aliemand el les Russes et. avec le parti
qu'ills 'parrainent, cc qui anurait peut-6lre pour effect de
retire en p6ril en Allemnagne la cause de la d6morcra-
li elle ell e 1l'nlendent les puissances occidenlales.

2. Sipectlor, conservletur, 7/3) :

<< Si lI'on revienl a I'ugilA dle l'Alleniagne, 'unil6
do I'Europe pourra ilre mainleue. Si I'Allemagne est
deslin6e a rester divisc. le danger de la creation de
blocs occidental ct oriental en Europe esl imminent.
La division de I'Allemagne esl tout a fail artificielle,
Alani donned que les regions agricolcs se irouvoen aux
mains 'des Busses, et les regions industrielles aux main
des nations occidentales, et qu'anuune d'elles no conlri-
hue auLx )esoins de 1'autre. En r6alil, il y a eu quel-
ques changes. Une faible quantil de ravitailleinent
envoy6e par la zone russe esl p,'rvenue dans les zones
occidenlales, une faible qualtil tie produils n1anufac-
tur6s a Cl6 envoy3e par les Anglo-Am6ricains vers 'Est.
L'une ties principals laches pour M. Bevin el pour le
G6neral Marshall, sera de parvenir i uA n accord qui
perimelle de converlir < ce ruissele en un ruisseau, ct
cc rulisseall en lune grande rivire > iustl(tl'a t i qCe le
principlee de l'unil 6Cconomique dte 'Allnmagne qui vailt
Ai6 alffirin a I Polsdan soIit.enfill reconllln >

dl) Amnirs 7I rnscouns nu rnir:sinT''r TnUMAN (News
Chronicle, 8/3) :

< Le resle du mnonde allendrn anxieusement Ia r6nc-.
lioii du people amlricain au granddiscours que le pr6
sident Truman a prononfce A Waco, au Texas. II a pro,
clam6 l'intril essential des Etats-Unis dans la libertA
dtl commerce international ci par consAquent lour intA-
r6t dans les organisms qui .sont cre6s pour favoriser
I'Atablissement deo leles condilion.s. II i franchement
condamnA I'isolationnisme.
Un accueiol favorable a 1l'gard de ces propositions de
1; part des Etal's-Unis encouragerait beaucoup coux qui,
co1iine nous, lu!lent d6sespAr6ment centre la p6rrurie
c0 les crises economiiques. -
Mais il ilnportoe (qu l'accueil reserve par la Grande-
Brelagne nux principles expose s ns le discourse de
M. Trluan n'clmpll he pas les Amiricains de compren-,
dre ique, bien (q'u nous le d6sirons, nous ne pouvons a
l'hliure aclue!le les naccepter entibrement. Nous ne pou-
vons, par example, accepted la suppression pr&maturee
des contr6les sur nos importations et nos exportations.
Nous nous r6jouissons de toutes les measures prises.


par les Etats-Unis vers la liberal du commerce, mais
nous ne sommes malheureusement pas aussi libres
qu'ils le sont. >


II. PRESS AMERICAINE


Revu e e la preese amdricalne du 7 mars 1947

1. Decision de la Cour Supreme

Tons les journaux reprenncnt en premiere page, et avec
des tires 'qui en occupant toute la larger, la decision de
la Cour. Supreme rendue hier au sujet de John Lewis, chef
du Syndicat des Mincurs. La Cour ayant idecret6 que les
pines prononcecs par le Tribunal de Washington centre
M. Lewl:s 6taient constitutionnelles, le leader des mineurs
s'vsl vu confirmed zine amended personnelle de dix mille
dollars landis que son Syndicat s'est vu imposer une amend
qui scra riduite de 3.400 mille dollars A 700 mille dollars
s'il consent a retirer, dans les einq jours, la notification do
grvIe qu'il avait envoyie aux propri6taircs des mines.
aI, plupart des ed'toriaux consacr6s a ce verdict, ainsi quo
les conmmnntaires fails dans le cours des articles, indiqeunt
la tres vive satisfaction produite dans le pays par une d6ci-
sion qui riaffirme la ploine souverainet6 no gouvernement
aimeric'in.
L'Sditorial du New York Herald Tribune icrit que, queller'
quie soicnt ses raisons 6gahles, en langant l'ordre de gr6ve
iln niovN\'e re dernier, Lewis faisait preuve du mepris qu'jl
avait pour le pouvoir souverain du government amiri-
can :
< Son syndical et lui-mime, auraient di etre punis.
Ils le fnren ct Icur rccours en appel a 6td rejet6 sauf
en cc q'ui concern la reduction de l'amende impose
an' syndicate. Quand on consid6re la menace qu'ils
reprIsentaient pour 'Icconomiie du pays ct mnm'e pour
cclle du monde... 11 scmble qu'ils s'en tiellnt avec une
line 16igbre. ,
Le Philadelphia Inquirer, sons le titre << Lewis n'est plus
au-des:us de la loi ),, consacre un editorial i cette decision
oil ;1 est dit notamment que le people et eT gouvernement
amlericain ne sont plus h la mcrci de cct ennemi public
oniumro un ct de cc prdtendant la dictaturer.
P.M.,.journal liberal se demand si la decision do la Cour
Suprnirie ne va pas avoir d'importantes repercussions dans
]e, rel:lions entire les syndicate et le Gouvernement. I1 si-
gnale que ce qui fail que celte decision aura une influehce
pendant des dizaines d'annies h venir, P'cst que la Cour a
decide que lorsque le IGonvernement entree dans le champ
de's activities industrielles conmme employour permanent ou
temporaire, il n'est pas oblige de se soumettre aux obli-
gat;ons qui sont imposes a un employer priv6.
En raison do cetto decision, il apparait aux correspon-
dants de Washington comme tris peu probable que le syn-
dicat des minours done suite i sa menace de faire gr&ve
a partir du 31 mars prochain parcel qu'il tomberait sous le
coup des pourunites judiciaires rcconnues d6sormais comme
constitut'onnelles par la Cour Supreme.

2. Le voyage du gindral Marshall
Tous les journaux reprennent des articles de Paris consa-
cris h la visible du general Marshall. Certains reproduisent
des photos nlontrant MM. Vincent Auriol, Caffery et lo g6-
neral Marshall an palais de 1'Elysec. Une d6peche U.P. est
reproduite dans le Philadelphia Inquirer sons le titre e Pa-
ris fait au gn.6ral Marshall l'accueil r6serv6e u'n h6ros ,
Cette dipi ehe met en- relief notamment, les honneurs mi.
liltaires qui nnt 6t6 rendus au g6niral Marshall.
Le correspondent du New York Herald Tribune rapport
les declarations faiths par M. Ramadier souhaitant la bien-
v\nue au giniral qu'il a qualify << d'un des plus grants
artisans de la Victoire commune et & un-des cr6ateurs de
notre liberation -,






I BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGARE


Le correspondent du New York Times declare que la vi-
site du secr6taire d'Etat h Paris a caus6 une tras grande
satisfaction dans les milieux officials franVais. 11 repro-
duit 4galement les declaration de M. Ramadier et donne des
details sur les diverse c6rdmonies, qui ont marqud Ie pas-
sage du general Marshall dans la capital francnist.

3. Relationos russo-amtcricainels

La press reprend le tcxte de la note cuvoyde par Washing-
ton A Moscou pour protester centre l'ing6rence russe dans
les affairs politiques, hongois'es (voir le text de ia note
amiricaine plus bas, :en annexe).
SLe Philadelphia Inquirer considered que cette note est rd-
dig6e en terms 6nergiques cet estime queclle peut laisser
prevoir une attitude amdricnaine ferme a la reunion de Mos-
cou centre toute expansion de la Russie Sovi6tiqun en Eu-
rope.
Le Washington Post, dans son editorial declare noanintrent
que dans Pl'tat d'csprit actual de Moscou,- i n'y a qu'un
moyen de se faire conrprendre des Russes. Ce moycn con-
sIste A rendre nos intentions si limpides qu'on ne puisse
pas se mbprendre. Si une seule chose a pu provoquer deux
guerres mondiales, c'est bien qute personnel ne savait quell
serait attitude amnricaine. En cons6qiuence le gdneral Mar-
shall fournirait sa plus belle contribution it la- ai'x s'il
annonqait que toute nouvelle expansion dedtomination so-
vidtiqu'e provoquerait une resistance americaine. L'dditorial
accucille avec une vive satisfaction la note envoyie par le
general Marshall a Moscou declarant qie i l'Amrnrique dolt
fermement soutenir l'indipendanc4 de ce qln resle ind6e-
pendant en Europe ).

4. Le discoiurs du president Truman
La press reproduit le discours prononed par Ic lir6sident
Truman it Waco, au Texas, oil le Prdsident s'est pronoace pour
une politique 6conomique itraingre. amiricainc propre a
S encourager les changes et i d6velopper le commerce extz-
rieur des U.S.A. I1 a fait igalement appel it la coraprdhen-
sion ameSricaine pour que les nouvelles reductions tarifai-
res puissent Ltre, accordees aux importations etrang&res.

5. Indochine
Le New York Times, le New York Herald Tribune at I
Baltimore San reproduisent cls declarations deM. Ramadier
sur 1'Indochine. Ces articles signalent les succs militaires
remportds par les troupes franvaisics. Le correspondent du
New York Herald Trilbune declare que M. Ramadier a fait rc-
marquer sue la France n'avait fait aucuse objection a 1in-
slusion de la Cochinchine dans uni EFat annamite. 11 ajoute:
a Je suis convaineu que si ccux qui sont iidelcs ai
l'idde d'une Nation annamite fomprcnnent que nous
ne sommes pas en fait opposes a cc project, rnais, an
contraire, prets a permettre que la INation a n:amite
se gouverne librement, ils en viendront it la conelu-
sion quei les efforts qu'ils font actuellement sont
vains. ,
Le correspondent du New York Times ind.ique cue M. Ra-
madicr a estime qu e la solution du probllmc indochinois ne
se trouvait pas dans I'emploi de la force. mais tans mi
regime de liberty.
Le New York Times consacre au depart de I'anir.al d'Ar-
genlieu un editorial intitule < Les personnalitds fr:inaises
'en Indochine >. I1 diL notamment qu'au ddbut de d'c'ccmbrc
dernier... on disait aux Ambricains se Irouvant c( Indo-
chine : si i'amiral rev.ient de Paris, 1e sang coulera. L'amiral
d'Argenlieu' est revenue. Le sang a could depuis lora;. Dans
quelle measure dolt-on faire porter la responsabilitc de la
situation en Indochine sur la politique franvaise et dan.s
quielle measure sur l'amiral, telle est la question qu. se d-
bat parmi les observateurs Ctrangers en Indochine. L'Cdito-
rial rappelle que les Vietnamiens voyaient en 1'amiral d'Ar-
genlieu un c symbol de I'impirialisme francais : e't il
ajoute *que son replacement pourra peut-etre encouraged
l'espoir d'un r6glement dir conflict, mais ajbute qu'il faut


plus que cela cependanit pour rdaliser une solution pacifique.
Les anndes de collaboration locale. frangaise avee les Japo-
nais en Indochine, les efforts frangais faits depuis 'pour re-
tablir les anciens monopoles .ecgnomiqnus et les mois de
guerre civil sans merci aot caus6 une profonde amertume
qui ne peut pas se gudrir par Ic replacement d'un hominie,
Le nouveau haut-commissaire Bollaert a une tAche difficile
a accomplir. Les deux adversaires sont, ccpendant, si faibles/
militairement que l'on peut esprerr que de norveaux efforts
pourront etre faits... Continucr la-lutte serait folie aussi
bien pour les Vietnamiens quc pour Tcs Francais.

a) AVANT LA CONFERENCE' DE MOSCOU (New Yoa"k Herald
Tribune, ;'d. europ6ennoe, 8/3) :

< Les experts am6ricains de Berlin sont tous d'ac-
cord pour ,dire que le niveau fixd il y a un an pour
l'industrie allemande est insuffisant, mais ils ne sont
pas d'accord sur le relMvement Ai adopter. II faut qu'ils
se mettent d'accord pour permetire l'dlablissement
d'une politique definitive en vuc de dla Confdrence de
Moscou.
II est int6ressant de noter que par suite du change-
ment de secr6taire d'Etat la plupart des membres de la
ddl6gation amiricaine qui se rend A Moscou ne con-
naissent.pas jusqu'a maintenant le point de vue exact
de M. Marshall sur la question essentielle de la renais-
sance de industriese allemande.
Les experts am6ricains A Berlin qui sont charges des
questions allemandess, d6sirent 6viter ]a ifaute qui a' t5
commise A la conference de Potsdam, oil la ddldgation
americaine, pour parvenir a l'adoption de decisions et
d'accords rapids a consenli des compromise qu'on a
beaucoup regrett6s depuis.
Les autoritis am6ricaines de Berlin pensent qu'il est
preferable, pour le success dI la Conifrence de Mos-
cou, qu'on aille lentement, m6me si on ne parvient
i aucun rdsultat concrete, plutot quo de voir les Etats-
Unis se pricipiter pour approuver des measures qul no
sernient pas applicable. >
MARGUERITEE HIGGINS.)

b) LE PROBLEME DE L'ENERGIE ATOMIQUE.
1. (New York Herald Tribune,'7/3) :
< Les pouvoirs de contr6le et d'inspection tr.s 6ten-
dus proposes dans le plan amdricain sont, de facon
assoz paradoxale, presque incompatible avec le R6-
gime totalitaire des Russes. Nous pourrions adopler ces
piesures dans notre systbme 6conomique plus souple;
nmais, ces pouvoirs exercds par un organisme interna-
lional, pourraient ruiner la structure .centralis6e de
l'economie sovi6tique. Le refus oppose par les Soviets
est le signed non pas de mauvaises maniires et d'incon-
sdquence, mais d'un grave probldme.
La Russie a rejetd les propositions americaines. Si
c'est li tout ce qu'elle a h dire, alors il est praiiquement
impossible d'arriver a un contr6le de 1'6nergie atomi-
que. Mais si elle peut faire un effort positif pour d6finir
le genre de control qu'elle pourrait accepted et c'est
ce que M. Gromyko n'a pas fait, on pout alors encore
esp6rer trouver un syst6me qui soit 'A la fois assez
lialnit et suffisamment efficace pour sortir de la situa-
lion diUsespdere dans laquelle nous nous trouvons tous.>>

2. (Newr York Times, 7/3) :

<< M. Gromyko 'a non sculement repousse le plan Ba-
ruch, que toutes les autres puissances principles
avaient soutenu, mais il a egalement repoussd les idWes
fondamentales du rapport Lilienthal, el, par consd-
quent l'idde de tout control effectif. La nouvelle atti-
tude sovietique fail penser que si la Russic veut vrai-








BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE 5


en~ alriVcr i' u trn atlccordl i tjiciiiiim il'inIiLi' ato-
iintiuc, ii Foul (lt'elle fassc conhloi'c cltiiicn!c'n scn L16
sir.l'. 'illi line ce x ci Ii titir-i o )0" pa 1s 2 'i iiiiii'c's c xwli
ricitineul Wh Elals-Un!is nre p,.uven! quo~ sinl INi~r Ai


c) i~is Ei \ is Usis L IA- 1. Ctcl:E.
S1. (,h'(Ofqf .Suun (6/3)








Ii'isiiit .or,lue liissitin es ('[ (d I esi lr l ,dj- itl l'. (1041(1'
.iC~ I: i'( ). N. I:. l'hCiiljc~c ti''s Ciiei ~I'Sc '10Ire] ants
ci die conicn' iux NIions Unic', In (INOW&iCi' Itnc peudiauX
(0 leoll o scs.
Cc inch S(pdx Ii'Mu oil' ii CII3Iii'[ ICi (noto'nCc Idw; on 'iiflt'
ri ;cli Cl (11110 ~I' cii ct iti i us egai'~tls h'aucllclIucnll fascis-
I C, io(I U tl, 'oin s Ccc am CI' ov!co I isi inSeC In finita]ilon
ti'tin gncu s'rii cneIIIC qui scI'1 pic nelirlll rpci'senll lal dii
li-tle Nict' cl oppissiti n cAcl ci-ti Ia I Ii'OIcr Ci ulie

In i(i'L'Ssin. ouns ne U.li&-iti\'i- nons prle!ci; re Ic laiss
etSC d tieolilr o' Nali teiions ttli't liC ii ct tinc d cttrit12
IdilC5 tILIC ['oi n'clin :t ciiCii' jniiii 15 'lllht. Ntotis ne
AIinviis do s per i Otite q &u'une c Ic tic in Gin r)iuiX
riic Ntlio ns tU es.

2. Nwc, Yor'k Pus! (0/3)
No % nus divC potxns q nn'tiie 'Ct' ilisicc it ic n foratrce
ci 1101' ('cII iliulea liI pro if'gi'. CcI quc IIiscis ale de-
\'l'lons j 0111is o nblier, pelj)cflltiisI n 'csI ql'ii Ilikes I as
stiiiiStii (l'illrl)til'CCI' (11111 IlL]iC ill Iie ciunl gitieurne-
lltIli VO jS exiSio. NonI l] e ])i)tl\'0!ls 'ItIIIdei pi ]aeSpo-
saCili 11 tic' vilUl cc 0 Ci? qu'tlC notil a'tl iljlide i.t I'e tr l
iCI til i 'tl ime gree. IA' tii\ci'liiCfle qtc nous nidons
ains liciW 1 I crner sdun ceirl'Ins principes i61,' Vs -
ce quii n'cst pas to cas pour to gonvernement ro yalisle~.
tic (Gli' ce. >,

3. Ph:,A deplpiio Inqvirer (0'3)
C oti CO (111( nou11 rit 1o1s cn1 (,l'rc' nl (!oti' A2re
ciniI'Cii'is slic tqanis JUSTilll'C I It' In )iix 0 lie (liii esi
ifgicll('ftl eiCsenidcliA nos inlikkiii pci ii[ies. Nous 'It
virions diplayer tonIos nous elrm~~s pour purnieltre h In
i ci0itlntio dc s'OWnbNi el c(i6dwe ailii tl'Wiei Ie guerre
ei'ile ci Ic todisastre 6olloiliqiu.C 0 I'h io'iquc people
'I U .l',C N A k~J
dI') L,'tsll'~olrSN'T'CE D)U CII.\HIAON 1)ANS LA VIE ECONO~iQUE
DLE 1,A (ilAN DFC 3IETAGNE (New; York IHe,'tdd Thu-
Weenk, 8/3):

c Juyi h'0 I t(euxi IiCe t1Cl'CTO ill illitilC, Ic ihallOll
12 il iii base die it puitssanct: bi'ri llniqLIe. C'cst lui qui
servaii. tittis une large lllestlIc, ai py-ct Is denrces aiL
IllmenhIlit'? ct Ics miatic'ies prmiieres essentlielics qiuc Ic
Ipays (levail imlpOrtert 1p0u'r vivre. Le cha'bon Oiait Lin
alil imt)por'nt duins les n11ocia0ioiis iniernationales.
Sans chn'bon, non setrlcnw ic le iuple mantlueta tie
Wi vies, dle vecintnis, dIe cigaretles, lie Iii'e, tie mlili-
siins, ci ii v(2rr'' rnoins tie Wins, miais encore ics niii-
lioiis ti'i itvri'rs .cl iCdiis till chlilmage. .Le peuPIe
nurlntI CIiCOre pilus fi'iidt (lans ses llltlisifns, ses iliatians,
SCS brIecaux ci ses usifts tli Q ont tAjb si mal chbklfes.
Toutcs les touceurs tie Ia Vie (Itic In 'icoire sellIiitiI


1)prl' llirc .s'1valnouiront avant ni2 ice quie personne ail
cu une scule chaiice d'y goilCer.
La leicure des stalisliques continues dans le Livre
iBanc en ce qui cincerne lc charbonll iionlre que Ic
g:,u \rnu'inenl ino prCvoil pas iune augmicitation reclle
dlc l prIodu'clion de 1946 de 259 lonnes par lionlIll c
1p;r On. Le lul it a llcindre, en d'aiutrhs Icrmes, Idepend
pr'sque cnIlieiclmenl du succ's que rlemporlcra le plan
])plur iaiiineniCi ir la illain-d'a'uivre dans les mines d'on-
viron 35.000 ouvriers. Ccci signilic que plus de 110.000
homlnes tde'v'nil robablement deseendre dans les pllts
cllic annbe, palirce (qIu'tin s'allend it ce (Iue 75.000 ou-
vricers environ q(uillent les mines pour diverse raisons.
II rcst' encore u111 cspoir dans lc 'fail que les iincurs
rc.'prisenclten I l masse politiique 1; plus conscience de
la p)opuillioiii induslrielle du pays. Environ 85 %/ d'en-
Ire cux son[ Iles partisans enlhousiasles du parti tra-
vaillislc el Id gouvrrn rcneni travaillislc. ('elui-ci a n'-
lionali.d, Ies mines conime ils l'avaicnt reclame pen-
danti 5)0 alns. Ils savent que Icur (ftlitl' bien-ctre repose
sur lc gouivrnement travailliste. Is savent que, -s'ils
clhouent, le socialisme lui-mrimice chouera. Et ils soni
convaincus que si le socialiisme 6clioue en Grande-Bre-
tl;yni, il n'y a nucun avenir dans leur curribre. >



III. PRESS BELGE


Av'..iT LA CONFIL ENCE DE IMOSCOU (La. Nulinll Belge, 8/3,
l'niion national) :

I En ce qui concern lc probliiin a!lemand, on est
Joinii c t L)lte chance d'accord. L'o po)t)silion foncibec
des alliltldes vient no11.uninenl tic ce (q1ue lat RIussie pou-
vniil vivre en r6gille aularci'que *so dcsinlcresse conm-
pli, lenici dies aspects curop2ens dte 'avenir ccanomi-
que de I'Allemagne. 11 on va lout aunrnment pour les
au!res allies el notammnint pour la (Grande-Bretagnc,
pour ul"i le llnrasIne alleomand enllraine non sculemCen
ia perte d'un mI ircht inldressant, mais ties d6penses
(qulidiennes considerable.
.Le probleinl. allemand posera surtout ii ]a Conf6rence
de Mloscou lIois .questions imorltantes : 1'claboration
(lu railt de paix, I'organisation provisoire et le con-
1i')le dte I'Allclniag e en atlendanl 1:i signature de la
plix, une enlenlte des Allies pour parer, dans l'avenir,
I l:,I!i danger d'une aggression allemande.
Du I'lulr" trail le paix, oil pirl-era sans doute it
Moscoui, ini;s sans esp'rer unl1 rsullat ilmmlldia, la
(qucsion Clani lcriiblelment coim)lexe cl tin grave des-
'cclord subsistani h props ties frontiircs orienTales
considertces conine d6finilives par I'U. 11. S. S. ct re-
pousstes categoriqulenemcn par lcs Elals-Unis. Nous ne
pIarlins pas des questions de la Sarre, de la Ruhr et
dte a lllhnanic, sur lesquelles I'accord esl aussi loin
d'ilre rl alisi >



IV. PRESS SUISSE


L1: P1TIIOI.AME PALESTINIEN (JOitI'tal d(le Getivce, 8/3).

< L'e!piniuse et doulourcuse question palcstinienne a
un triple aspect, juif, brilannique ct mondial. D'une
parl, une race malhcurcuse, IraquLet c c rrantc, ayant
perdu six millions des siens, chelrche un foyer national,
Line attache .dans une region oil ]a population aulochtone









6 BULLETIN QUOTIDIEN DE PRESS ETRANGERE


arabe est deux fois plus noinbrcuse el s'appuie sur 1'en-
senible te l'Islamn. D'autre part, la (;rande-Bre agne,
appauvric "cononliqlucillent par lai guerre, se rcplic peu
a pcn dc ses positions cxt6rieures, dans 1'attenlt que
les Etals-Unis qui ne sauraient ndgliger la Palt'sline
en raison 'de Icurs intlrIts pitroliers dans le Aloyen-
Orient -- viennent prendre sa succession. Eilin, .l
prob'lhine palestinien deviendra, ;cvt anlomnc, in. pro-
bl6me niondial, ai partir du moment oI Irls grandcs
puissances a1uront i s, 'c ])pronceir a son sujet. La solu-
tion du prbllii dpi endra, en grande p;artie, td.' l'ai-
litude qn'atdoplteront les Soviets A 1'gard de 1a iGande-
Bretagne et du Moveni-Orient. Apr6s la Conftirence de
Mosccu, it scra peutl-etre possible de voir dans .uelcli
direction 6voluera l'affaire palestinienne. >>
(S. Slellilig-Mlichord).



ANNEXE


Textc rie Ilt iote de piro'lcslation amdr'i'tine icontre,
l'inte'rventifon des Soviets duns les oiffaires ijtdrieir' cs
de ;ta Hoingrie :
<< Le gouvernicnent 'des Etals-Unis. soucicux de se
co.nformer aux engageenents qti'il a conlract6s ci tanl
que signataire de la declaration de Yalta, d'asuiner
la responsabilit, qui lui income aux ternies di l'ar-
mistice, en tant que nleimbre de la Commission de
Contr6le Intera,.li6 en Hongrie, et soucieux d'allirmer
sa d6ternination *d'aider le pcup'le hongrois a assurer
son in'dipendance dans la dimocratie, conlnice 1r Ire-
voit le traits det paix avec ecc pays, se voit dans I'obli-
gation d'expriiner son inqui6tude devant ia crise poli-
tique qui a et6 provoquie en Hongric. L'aspcct -ev6tu
par les reccnts evdinements politiques dans cc pays
semble e nature a menna;-er le droit de son people A
vivre sous le gouverneinent qu'il a li'brement choir>i, c'ir
il s'agit d'une intervention 6trangere dans 'les affairs
intcrieures 'de la l-ongrie, intervention visant a souvenir
des elements de la minoritei hongroise dans leur tenta-
tives de force contre la inajorite e6lue par to peuple.
Incapable de realiscr clur programme poliliquc par
des proceeds norinaux et conformes a la constilulion,
les ro.mmunistes .hongrois, ainsi que d'autres meinbres
dti bloc de gauche, sc sont efforc6s d'impliquer 1un
certain nombre 'de reprisentanls du Parti des Petits
Propri6taircs, part de Ina majority, dans le complot
contre la republique don't on a reremment riv'ble l'exis-
tence. Ces ncmes communnistes et leurs allies )oliti-
ques ont ensuite demanded Ic retrait de l'immniuniti', par-
lementaire don't jouissent nornalcment ces d6pui s .de
hi majority,, afin d'affaiblir la position de cc parli au


Parlement, position qu'it 'doit ti des 'lccltions rLguliCrcs.
Siniultan6iment, la police et les autorit6s goiuvtrnemen-
lales, olbKissaint aux ordres de ecs 6 16mienis tie la mino-
ril6, out utilis6 les pouvoirs qui leur iiavaienl 1i'6 (onf'6-
res pour enquiiler sur In conspiralic i non pas ,i i-trelc
fin rapidenient et 1galemnent A cltte .menace collre
l'Etal, mai; I ieli i .miener unne balaiife gi'norale contre
leurs advers;iires poliiiques.
Aclturl'cmlneu, la situation est devet'!lie critique, par
sWil de l'intervention direcie du Haiu Commandenenil
Sovi6cique en Hongrie. Apris ic refus idu Parti 'des
Petiis Propriluaires tie retire au dilpull Bela Kovacs,
son secr6taire general jusqu'a ces derniers iepis, I'imii-
iiunitc parlementaire, ccci en relation aver I'enquite
mnenec sur la conspiration, les forces d'ocupation so-
vi6tiques ont arrei- M. Kovacs. Les raisons donnees a
cette arreslation out Wt6 des allegations coinme quoi
MI. Kovacs < avait participe activemni t h la formation
de groupements terrorists subversifs et anti-sovi li-
'ques >, et avait 6galement << organism uin rescan 'ces-
pionnage dirig6 centre 1'Union Sovi6tique ,>. En d6pit
'de l'importance d'une telle measure, les Soviets out pris
cetei decision unilat6ralement, sans en discuter au prlIa-
lable avec les repr6sentants britanniquc 'et amiricain
au sein de la Commission .de Contr6le Interalli6. D'aprbs
ies informations qu'il possede, le gouverneiment des
Etats-Unis pense que Ics raisons de I'arrestation et les
accusations portkes centre M. Kovacs sont sans fon-
denent.
Ces ev6necmenis, de l'avis du gouvernement des Etals-
Unis, consliluent une intervention injuslifie6 'dans lcs
afl'aircs intdrieures de 1: Hongrie, intervention qui vise
a soutenir un petit group dans ses efforts pour rcm-
placer par la dictature d'une minority administration
responsible, qui rcprtsente la volont6 du people hlon-
grois, telle qu'e'I.le s'est expriniee dans des Olhclions
conduiles librement et sans contrainte. Le gouverne-
nent des Etats-Unis s'oppose a cette tentative d'annuler
un man'dal electoral par le people hongrois.
Dans ces conditions, le government des Etals-Unis
detmande que !es repr6sentonts britannique et sovieli-
quc an sein de la Commission de Controle soicnt chir-
g6s par leurs gouvernements respectifs de sc joindre
aux repr6sentants am6ricains au sein de cette nicee
Commission, pour 6tudier, de concert avec le Pre-
mier Ministre 'de Hongrie, cl ministry de la D6fense.
'le iinistre de l1'Int6rieuir. Ic ministry de la Juslice et
Ie president de l'A'ssembl6e Nationale, la situation ar-
tuelle, y compris le cas de M. Kovacs ainsi que la cons-
piration, et pour raire an gouvernement hongrois des
recommendations quant aux measures A prendre pour
arriver a une solution tout en respectant l'ordrc.
Le gouvernement des Etats-Unis deman'de egalement
que les autorites sovi6tiques ne prennent aucune non-
velle measure sans consulter au pr6a!able les repr6sen-
tants de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis. >


S.- P..ip. 7 ueNcto ai -3.OO rx 6 rns


Prix : 6 francs.


S;. P'. 1. Imp., 27, rue Nicolo, Paris 31.30093